Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusJohn S. Partington (ed.) H. G. We...

Comptes rendus

John S. Partington (ed.) H. G. Wells’s Fin-de-Siècle. Twenty-first Century Reflections on the Early Wells. Selections from The Wellsian

Annie Escuret
Référence(s) :

John S. Partington (ed.) H. G. Wells’s Fin-de-Siècle. Twenty-first Century Reflections on the Early Wells. Selections from The Wellsian. Frankfurt am Main. Berlin. Bern. Bruxelles. New York. Oxford. Wien : Peter Lang (Internationaler Verlag der Wissenschaften), 2007. « Alph : Arbeiten zur Literarischen Phantastik ». Band 2. ISSN : 1864-323X. ISBN : 978-3-631-57111-8. 150 p. 29 80. US $ : 35.95. £ 18.10.

Texte intégral

1L’auteur n’est pas un inconnu puisqu’il s’agit du rédacteur en chef de The Wellsian (revue bien connue de la « Société Wells ») et l’auteur d’un ouvrage sur Wells (Building Cosmopolis : The Political Thought of H. G. Wells) (2003) et il a codirigé (avec Patrick Parrinder) deux ouvrages sur Wells. En rassemblant et en reproduisant des articles de premier plan écrits par d’éminents spécialistes (« the cream of 21st century Wells scholarship ») et qui ont paru dans The Wellsian, Partington facilite le travail du lecteur. Le volume se présente à la façon d’un ouvrage avec une « Introduction » signée Partington et trois parties qui suivent l’ordre chronologique des œuvres de Wells. La première partie (« The Scientific Romancer Emergeth ») contient des articles portant sur The Time Machine (Katrina Harack), The Island of Doctor Moreau (Nick Redfern et Kimberly Jackson) et The War of the Worlds (Brett Davidson). La deuxième partie (« Portraying the Petit-Bourgeoisie ») comporte un article sur The Wheel of Chance (Hiroshi So), Tono-Bungay (Barbara Bond) et The History of Mr Polly (Kevin Swafford). La troisième, enfin, (« A Writer among Writers ») concerne deux articles de portée plus générale sur les amitiés littéraires de Wells (Wells et Gissing ou bien, Wells et Conrad). La quatrième partie sert de conclusion : cette fois, Sylvia Hardy plonge Wells dans le débat théorique : « H. G. Wells the Poststructuralist ». L’ouvrage inclut aussi une bibliographie et un index. L’ensemble se lit avec grand plaisir puisque chaque texte est une « fête » pour l’esprit. Ainsi, Katrina Harack (« Limning the Impossible : Time Travel, the Uncanny and Destructive Futurity in H. G. Wells’s The Time Machine ») confronte le roman de Wells avec Levinas (1987), Time and the Other, Freud sur « The Uncanny » et des textes scientifiques de l’époque. L’article suivant (« Abjection and Evolution in The Island of Doctor Moreau ») fait dialoguer Kristeva (The Powers of Horror) (1982), Lacan, T. H. Huxley et Wells! Nick Redfern cite souvent Kristeva :

The law and the sacred perform a vital role in taming the abject, codifying and ritualising the imaginary boundary between the conscious and the unconscious into structures that allow society to expel the abject. In Kristeva’s own words, « An unshakeable adherence to Prohibition and Law is necessary if that perverse interspace of abjection is to be hemmed in and thrust aside. Religion, Morality, Law » (Kristeva, 1982, 14). Abjection is, then, above all ambiguity.

2L’Île (du Docteur Moreau) reste mystérieuse puisque c’est l’île obscure de l’abjection et que nous sommes loin des Galapagos. Moreau souffre d’une folie lamarckienne (et non pas darwinienne) ainsi qu’en témoignent ses créations monstrueuses, symboles de l’horreur des « xénogreffes » ou manipulations génétiques car, comme le souligne Wells, « Strange as it may seem to the unscientific reader, there can be no denying that ... the manufacture of monsters — and perhaps even of quasi-human monsters — is well within the possibilities of vivisection ». Le bel article de Kimberly Jackson (« Vivisected Language in H. G. Wells’s The Island of Doctor Moreau ») met l’accent sur l’étroite corrélation entre pratiques scientifiques et linguistiques : « The decadence of Wells’s The Island of Doctor Moreau appears as a vivisection that happens both within the story, in Dr Moreau’s laboratory, and as the “operation” of the text itself. ... Literary vivisection occurs through the use of tropes like personification, through which the scenery becomes animate; as well as metonymy, catachresis, and synecdoche, through which certain body parts are substituted for others, perform functions alien to them, and serve to define the whole. The Island of Doctor Moreau is thus a story of the interrelation of literary and scientific vivisection, the two “operations” violently intertwined. » Brett Davidson, pour sa part, propose une relecture de La Guerre des mondes comme mythe moderne, à la façon de Frankenstein, or The Modern Prometheus car il voit Wells à mi-chemin entre mythe classique et extrapolations scientifiques modernes : « Wellsian science fiction represents a fundamental change in the mythic form but it also represents in its changes, a preservation of the essence of myth. » La deuxième partie (« Portraying the Petit-Bourgeoisie ») s’ouvre avec l’article de Hiroshi Ho (« The Wheels of Chance and the discourse of Improvement of Health ») Le lecteur apprend mille choses sur l’engouement pour la bicyclette à l’époque édouardienne, phénomène qui touchait toutes les classes ou presque, sans oublier les femmes qui y virent l’instrument d’une forme de libération : « through the bicycle, girls in the property-owning classes began to escape from chaperonage and other forms of control over their movements. » La ville était associée à la dégénérescence et à la pollution de l’air tandis que la campagne offrait aux citadins la possibilité de faire de l’exercice physique. C’est en 1883 que Francis Galton inventa l’Eugénique scientifique dont l’objet, selon lui, était double : « entraver la multiplication des inaptes [...] et améliorer la race en favorisant la reproduction des plus aptes » (comme le dit J. Rostand). Merci à Hiroshi So d’appeler un chat un chat et de commencer par un rappel (toujours utile) des théories de Galton avant d’étudier le roman de Wells qui met en scène un personnage issu de la classe moyenne (« lower-middle class ») et qui se métamorphose au fil des pages : « The bicycle as revolutionary leveller helps Hoopdriver to reduce the social distance between himself and Jessie ». Dans l’article suivant consacré à Tono-Bungay, Barbara Bond montre bien les nuances dans la satire de Wells à l’égard des possédants de maisons de campagne : « Wells suggested that the best way to try to escape its effects was to energetically pursue education, science and technology as a corrective to a degenerate and debilitating social system that defiantly resisted change. Even then, there was no panacea, no assurance that the future would be anything but fluid, uncertain. Wells’s Tono-Bungay portrays England as it was then, poised for change, clinging to the old, fearful of the new, and uncertain of its direction. » Enfin, Kevin Swafford fait dialoguer (cette fois) Wells et Bakhtine dans son étude de The History of Mr Polly. En un mot, merci à Partington pour son choix remarquable car tous ces travaux scientifiques sont vraiment dignes d’être publiés à nouveau !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « John S. Partington (ed.) H. G. Wells’s Fin-de-Siècle. Twenty-first Century Reflections on the Early Wells. Selections from The Wellsian »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 10 février 2021, consulté le 22 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8653 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8653

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search