Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusMarcel Proust. Préface, traductio...

Comptes rendus

Marcel Proust. Préface, traduction et notes à La Bible d’Amiens de John Ruskin

Bénédicte Coste
Référence(s) :

Marcel Proust, Préface, traduction et notes à La Bible d’Amiens de John Ruskin, édition établie par Yves-Michel Ergal, Paris, Bartillat, 2007. ISBN : 987-2-84100-403-4. 27 €

Texte intégral

1Les anglophones ont les 39 volumes de l’édition Cook et Wedderburn des œuvres de Ruskin mais nous avons La Bible d’Amiens de Proust (1904). La réédition de cet ouvrage devenu introuvable s’imposait dans le champ universitaire, la précédente édition d’H. Juin (10/18, 1986) étant épuisée depuis longtemps. Réédition ? Nouvelle édition plutôt, très complète avec une introduction à la traduction-œuvre de Proust (contexte, sources, réalisation, évaluation), un appareil critique complet comprenant des notes (parfois répétitives, mais qui permettent différentes formes de lectures) et une bibliographie commentée des travaux universitaires sur Ruskin et Proust. Vertige de la mise en abyme où l’universitaire introduit Proust introduisant Ruskin. Mais Proust ne fait pas œuvre de traducteur au sens contemporain du terme, il présente une pensée et son auteur. Il s’en nourrit, l’assimile, entre la rédaction de ce qui sera Jean Santeuil et la cathédrale qu’est La Recherche. Yves-Michel Ergal, collègue comparatiste, qui a consacré des travaux à l’advenue du « je » littéraire chez Proust et Joyce, analyse le processus à travers lequel Proust, qui n’était pas anglophone, apprend les subtilités de la langue ruskinienne en redécouvrant sur le vif son esthétique et comment cette dernière, dont il reconnaît la dimension moralisatrice, ira irriguer La Recherche. À cet égard les notes en fin d’ouvrage sont de précieuses vignettes indiquant la présence de Ruskin dans la correspondance ou l’œuvre proustienne postérieure, présence parfois silencieuse, respectée, ou mise à distance ironique par un auteur plus âgé, plus avancé dans sa propre démarche.

2Rien ne prédisposait Proust à traduire Ruskin et c’est d’ailleurs sa mère qui fera la première traduction mot-à-mot, sur laquelle il se basera, avant de découvrir une oreille attentive et de précieux conseils chez Marie Nordlinger (Proust eut toujours la capacité d’obtenir beaucoup des femmes) ou chez des amis anglophones. Rien sauf la ruskinmania française de la fin du siècle, amenée par plusieurs travaux ou articles dûment recensés par Yves-Michel Ergal et que connaissait Proust. Mais le travail proustien est tout à fait différent : à partir d’un seul ouvrage, Proust fait résonner l’ensemble de l’œuvre ruskinienne pour un lecteur idéal ainsi construit, tel qu’il serait sa mémoire vive qui éclairerait sa lecture, la diffracterait en une myriade de références et qu’il lui restituerait sinon la Chose, du moins son ombre. Position traductologique intéressante et inédite, peut-être amenée par les circonstances (certains textes du critique étaient disponibles en français), sans doute le fruit d’un rapport singulier à l’Autre, englobant et pourtant distant, vorace et créateur. Proust mange le livre ruskinien, tout le livre de pierre, et restitue une œuvre étrange, labyrinthique, précédée d’une longue préface du traducteur, cernée de notes où viennent résonner les textes ruskiniens, les grands auteurs anglais et la Bible, une œuvre-cathédrale, avec ses espaces en abyme, ses lieux annexes, ses aperçus sur ce qui lui demeure volontairement extérieur, ses objets hésitant entre fétichisme et extase, son atmosphère, pour nous surannée mais qui réussit à évoquer le temps où est née cette singulière traduction.

3Ruskin n’est guère lu en France : son lyrisme a été gentiment disqualifié par les universitaires, sa morale si imprégnée d’un dieu personnel qu’elle sort de son époque, n’est plus guère audible, ses textes défient les disciplines en étant à cheval sur l’histoire de l’art, l’histoire architecturale, le récit de voyage, l’admonestation et le prêche, et la fonction de suppléance qu’il assigne à l’écriture est parfois lassante. Proust remplit la tâche qu’il se fixe en introduction : présenter une pensée dans sa diversité cohérente, faire résonner les mille et une facettes d’une œuvre dans un seul livre. L’édition d’Yves-Michel Ergal nous offre le plaisir de prendre un crash-course sur Ruskin, iconographie, références manuscrites et bibliographiques incluses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bénédicte Coste, « Marcel Proust. Préface, traduction et notes à La Bible d’Amiens de John Ruskin »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 10 février 2021, consulté le 04 août 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8676 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8676

Haut de page

Auteur

Bénédicte Coste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search