Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsComptes rendusHommage à Sylvère Monod

Comptes rendus

Hommage à Sylvère Monod

Pierre Vitoux
Référence(s) :

Hommage à Sylvère Monod, édité par Alain Jumeau et Annie Escuret, Presses Universitaires de la Méditerranée, Université Paul-Valéry, Montpellier 3, 2007. ISBN 978-2-84269-810-2. 385 p., 20 euros.

Texte intégral

1Il m’est impossible de faire sur le mode impersonnel habituel le compte-rendu de ce recueil d’articles, dont la lecture ravive à chaque instant le souvenir de l’ami disparu. J’ai fait la connaissance de Sylvère Monod quand il m’a proposé, peu après la soutenance de ma thèse, de participer au jury d’agrégation dont il venait d’être nommé président. J’ai pu dans cette collaboration apprécier l’association chez lui du souci de l’organisation sans faille avec la détente de l’humour, de l’exigence intellectuelle avec l’esprit d’ouverture et la générosité. Les relations qui se sont ensuite développées à travers les colloques, les rencontres sur les textes mis aux concours, les ateliers de la SAES et de la SFEVE, ses visites à Montpellier pour jurys ou conférences, sont vite devenues une profonde amitié.

2Sur le plan universitaire, il importe de souligner que le jeune Sylvère avait eu le courage, car il en fallait, de se libérer du cadre alors presque imposé de la thèse d’état comme synthèse visant à l’exhaustivité, et dont les risques difficilement évitables étaient ou un manque de solidité des fondements ou une soutenance aux alentours de la cinquantaine. Il a voulu se situer au départ dans l’atelier de la création littéraire, où l’imaginaire tâtonne pour trouver sa forme par l’écriture. Il ouvrait ainsi, au lieu de tenter de le clore, le champ de la recherche. Il a par la suite poursuivi cette ouverture dans des directions différentes (critique mettant l’accent sur le travail du romancier, mais aussi édition, présentation de textes, traductions) en l’étendant au-delà de l’œuvre de Dickens, en particulier vers Conrad. Le présent volume prolonge cet élan, par l’ampleur du champ couvert, la variété des perspectives associées, et le souci constant d’une analyse textuelle attentive et précise.

3La première partie (12 articles) est consacrée à Dickens. La place éminente qui lui est depuis peu accordée est l’aboutissement d’une lecture approfondie de son œuvre, dans laquelle les différents « procédés » stylistiques et narratifs prennent leur signification. En particulier, les effets de comique du romancier populaire apparaissent comme éléments déstructurants du récit réaliste dans son essentielle ambivalence entre réalité et norme. C’est ce qu’illustre son adoption du roman d’apprentissage pour le subvertir. On trouve déjà dans Pickwick Papers une présentation satirique de la quête du statut dans une société en mutation, dont les instruments sont les procédés de discordance, tels que la parodie et le zeugma. Il joue dans OCS sur le grotesque et le fantastique comme procédés de défamiliarisation révélant « l’inquiétante étrangeté » de la réalité cachée, dont celle de l’aliénation dans l’ère industrielle et le monde du commerce. Mais la société n’est pas seule en cause. L’apparente transparence de ses personnages est un masque de l’identité individuelle inaccessible, et laisse apparaître les profondeurs obscures : hantise de la sauvagerie et du cannibalisme que Dickens tente d’exorciser en faisant un mythe héroïque de l’expédition de Franklin dans l’Arctique, mais qui fait résurgence dans A Tale of Two Cities et David Copperfield — incertitudes existentielles de Pip, dont le mode autobiographique permet de multiplier les traces révélatrices au long de son chemin vers l’âge d’homme. Le récit organisé de David dans David Copperfield fait une place au discours de ses doubles littéraires, tel celui de Mr Dick qui est prolifération et délire.

4La deuxième partie du volume (également 12 articles) aborde « d’autres auteurs ». Dans la première version parue en feuilleton de la vie de Barry Lyndon, Thackeray dévoile l’envers du décor romanesque ou héroïque en mettant en perspective l’autobiographie fictive par l’intervention éditoriale, mais il y renonce dans la version finale pour laisser au lecteur l’interprétation des indices. Dans Jane Eyre, deux scènes successives, enfermement, puis mise au pilori, sont les étapes initiatiques par lesquelles l’héroïne doit passer pour se construire et s’inscrire dans la relation humaine. Trois articles sont consacrés à George Eliot et son cercle : figures d’artistes dans Daniel Deronda comme projection éclatée de l’expérience de la romancière ; dans le même roman, situation racinienne de Titus et Bérénice comme analogie de la tragédie de l’abîme entre deux mondes ; et influence des recherches innovantes de G. H. Lewes dans le domaine de la psychologie sur l’association du déterminisme et de la responsabilité. La reprise par Kipling dans une nouvelle de jeunesse du titre et de la structure narrative du poème de Thomson, « The City of Dreadful Night », ajoute à l’horreur de la nuit dans la cité de Lahore l’angoisse et le sentiment de vulnérabilité du porteur du fardeau impérial

5Trois essais sont consacrés à Conrad. Dans Youth, Marlowe, situé à l’intérieur du récit cadre, est le narrateur rétrospectif d’une aventure qui fut la sienne, et le jeu entre le romanesque et l’ironie est véhiculé par un discours narratif lui-même problématique et instable. Le montage complexe de The Secret Agent a pour centre un attentat-spectacle dans un monde sans repères, voué au simulacre, dans lequel le réel fait retour par une tragédie, mais privée de catharsis pour le lecteur qui ne peut dépasser l’horreur que par la compassion élevée à l’idéal, qui est aussi le choix et la responsabilité de l’artiste. Dans Under Western Eyes, Conrad fait exploser la traditionnelle cohérence du personnage, dont l’identité est représentée par une étiquette, une métonymie ou une synecdoque mutilatrice, et qui reste muré dans une solitude le livrant à ses contradictions explosives.

6Pour tout lecteur désemparé par des lectures aussi diverses, Monod lui-même a signalé par un roman, Madame Homais, que toute œuvre littéraire majeure est riche de possibles inexploités, en adoptant dans cet hypertexte donné à Madame Bovary le point de vue de Marie Hommet, que la lecture du roman invite à écrire le personnage que Flaubert a laissé en l’état de page blanche.

7Ce relevé sommaire et partiel n’a pour but que de signaler la variété et la remarquable qualité d’ensemble des articles rassemblés, qui rendent ce volume digne de son dédicataire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Vitoux, « Hommage à Sylvère Monod »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 15 février 2021, consulté le 24 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8695 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8695

Haut de page

Auteur

Pierre Vitoux

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search