Navigation – Plan du site

AccueilNuméros67 printempsOuvrages reçusOuvrages reçus

Texte intégral

  • Adrian Grafe. Gerard Manley Hopkins. La profusion ténébreuse. Création et décréation dans l’œuvre poétique de G. M. Hopkins. Une approche à partir de la pensée de Simone Weil. Villeneuve d’Ascq : PU du Septentrion, 2003. 269 p. 50.00 

1Nous signalons aux lecteurs intéressés que cet ouvrage a fait l’objet d’un compte rendu élogieux par René Gallet dans Études Anglaises (janvier-mars 2007) 109-11.

  • George MacDonald. Lilith. Récit merveilleux. Traduction et introduction de Françoise Dupeyron-Lafay. Paris : Michel Houdiard, 2007. ISBN : 2-912673-57-7. 358 pages. 22 

2George MacDonald (1824-1905) publia Lilith en 1895 et ce roman fantastique est traduit pour la première fois en français. Merci à Françoise Dupeyron-Lafay d’avoir comblé une lacune importante ! George MacDonald est bien connu au Royaume-Uni pour ses contes de fées pour enfants comme At the Back of the North Wind (1871), The Princess and the Goblin (1872) ou The Princess and Curdie (1883). Comme C. S. Lewis, MacDonald écrivait pour les enfants et les adultes à la fois et il a influencé G. K. Chesterton, Tolkien ou W. H. Auden. Né en Écosse, il commença par exercer les fonctions de pasteur dans les années 1850 mais, en raison de ses conceptions religieuses hétérodoxes, il décida de se tourner vers l’écriture pour nourrir les siens (il avait onze enfants !). Lilith raconte l’histoire de la reine des ténèbres (Lilith) et de Monsieur Vane (Vain) qui traverse un miroir pour se rendre dans des contrées mystérieuses afin d’accomplir un voyage spirituel. En 1858, MacDonald avait publié un premier récit fantastique (Phantastes) mais il lui fallut plusieurs années pour mener à bien l’écriture de Lilith qui comporte quarante-sept chapitres. C’est un roman fantastique qui repose sur un schéma de mort et de renaissance symboliques. Ce texte évoque Aurélia de Nerval par son syncrétisme mythique, symbolique et religieux. Le héros est un libraire dont la boutique semble hantée par l’ancien propriétaire des lieux qui prend la forme d’un corbeau (M. Raven) et c’est ce mystérieux messager qui l’aide à passer de l’autre côté du miroir. Vane apprend que Raven a bien connu son père qui s’est rendu (lui aussi) de l’autre côté du miroir, dans la Région aux sept dimensions, à en croire Jakob Böhme (1575-1624). Femme rebelle et damnée, cruelle et mortifère, Lilith symbolise l’Orient et elle se métamorphose souvent en léopard, en chat persan ou en sangsue. Les références aux animaux abondent dans ce roman (félins et oiseaux en particulier). L’ambiguïté des taches sur le pelage de Lilith (pureté passée et perdue mais susceptible d’être restaurée) se comprend dans le contexte de l’hétérodoxie de George MacDonald qui avait peut-être lu Jakob Böhme. En effet, le propre de ce mystique allemand est de faire jaillir l’être du non-être ou la lumière des ténèbres. La Sophia représente pour lui l’homme dans sa pureté, sa virginité et sa chasteté antérieure au péché originel. Elle n’est pas séparable de sa conception de l’Androgyne, humanité pré-adamique intègre et intégrale des origines. Il affirme que la Sophia est incréée puisqu’elle est la sagesse divine en l’homme. À la perte de la Sophia correspond la naissance de l’Ève terrestre, la féminité. La Vierge Marie représente la Sophia et la sophianité de la Vierge renvoie à l’Androgynie du Christ. Böhme évite tout dualisme puisque, pour lui, Christ vit en Adam et Adam dans le Christ et cette doctrine de l’Androgyne céleste lui permet d’éviter l’ascétisme chrétien (qui est une conception négative de la sexualité). Ce détour par Böhme nous semble important car il permet de mieux comprendre la richesse (textuelle et intertextuelle) du personnage de Lilith. Françoise Dupeyron-Lafay souligne aussi la richesse de la symbolique du « corbeau » dans ce roman et nous rappelle que le corbeau est l’un des quatre oiseaux qu’Allah demande à Abraham de sacrifier dans le Coran : le coq (image de l’intellect), le paon (le cœur), le corbeau (l’âme) et la colombe (l’esprit) et que M. Corbeau concentre tous ces attributs dans la diégèse. En 1897, Bram Stoker publia Dracula (et, de toute évidence, on peut dire que le personnage de Lilith annonce le motif vampirique du courant décadent (de la fin du siècle). La présence du « double » ou de l’ombre qui suit Lilith partout évoque le roman de Stevenson (Dr. Jekyll and Mr. Hyde), ce qui place le roman de MacDonald parmi les récits qui minent le concept d’identité ou les notions de bien et de mal. La « fin sans fin » ajoute à l’ambiguïté de ce texte qui nous interpelle aussi par ses références à la Bible, à Dante, Bunyan, Milton et autres textes fantastiques (comme les contes de Poe). Dans son « introduction », F. Dupeyron-Lafay insiste sur les références à la Cabale (car le personnage de Lilith est à peine mentionné dans la Bible). Ce personnage va inspirer certains Préraphaélites (comme Dante Gabriel Rossetti) et elle évoque aussi la femme fatale comme la Salomé de Wilde. En conclusion, la traductrice avoue hésiter : comment qualifier ce roman poétique et fascinant ? De science-fiction ou de religion-fiction (et ce, même s’il n’y a aucune marque de prosélytisme) ? Aux lecteurs de décider ! Merci aussi à la traductrice pour ses notes érudites (qui éclairent fort bien le lecteur sur de nombreux points) !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Annie Escuret, « Ouvrages reçus »Cahiers victoriens et édouardiens [En ligne], 67 printemps | 2008, mis en ligne le 03 mars 2021, consulté le 21 septembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/cve/8713 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cve.8713

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search