Skip to navigation – Site map

HomeNuméros93 PrintempsComptes rendusGertrude Tennant. Mes souvenirs s...

Comptes rendus

Gertrude Tennant. Mes souvenirs sur Hugo et Flaubert

Éd. Florence Naugrette et Yvan Leclerc. Paris : éditions de Fallois, 2020. 392 p.
Stéphanie Dord-Crouslé
Bibliographical reference

Gertrude Tennant, Mes souvenirs sur Hugo et Flaubert. Éd. Florence Naugrette et Yvan Leclerc. Paris : éditions de Fallois, 2020. 392 p. EAN : 9791032102473

Full text

1Si Hugo est universellement célébré en tant qu’« homme-siècle », on devrait également reconnaître à Gertrude Tennant le mérite d’être une « femme-siècle », déjà du strict point de vue chronologique. En effet, lorsqu’elle s’éteint en 1918, Gertrude Tennant est âgée de 98 ans et son existence a couvert — à peu de chose près — ce qu’on a coutume de nommer « le long xixe siècle ».

2Certes, elle n’a pas eu l’influence multiforme et décisive exercée par le génial Hugo. Néanmoins, l’intéressante biographie publiée il y a peu par David Waller (The Magnificent Mrs. Tennant: The Adventurous Life of Gertrude Tennant, Victorian Grande-dame, Yale University Press, 2009 ; La Vie extraordinaire de Mrs Tennant, grande figure de l’ère victorienne, trad. Françoise Jaouën, Paris, Buchet Chastel, 2011) avait déjà documenté son intense activité de salonnière et révélé la quantité étonnante de personnages de première importance qu’elle a côtoyés. Ses relations nombreuses avec des écrivains (Oscar Wilde, Robert Browning et Henry James), des artistes (Ruskin, Millais et Watts) et des scientifiques (belle-mère de l’explorateur Henry Morton Stanley, elle recevait Thomas Huxley) pouvaient aussi permettre de pousser le parallèle en demi-teinte avec Hugo. Mais il lui manquait encore la production littéraire. L’édition que procurent Yvan Leclerc et Florence Naugrette de deux textes autobiographiques, réunis sous le titre apocryphe de Mes souvenirs sur Hugo et Flaubert, vient remédier à cette lacune et, sans hausser évidemment Tennant au niveau de Hugo, prodigue un éclairage nouveau et attrayant sur les relations qu’entretinrent Gertrude, Victor, Gustave et quelques autres.

3Mrs Tennant eut en effet la chance de côtoyer durant sa vie deux des plus grandes figures de la littérature française de son temps. Les modalités de ces fréquentations furent très différentes : elles sont connues de tous les lecteurs assidus de la correspondance de Flaubert, mais beaucoup moins notoires pour les admirateurs de Hugo puisqu’elles n’ont laissé d’autres traces que quelques aigres remarques dans certaines lettres de Juliette Drouet, jalouse de l’attention que Victor avait pu sembler accorder à la sémillante Anglaise.

4Le texte consacré à Hugo a été rédigé par Mrs Tennant à l’intention de ses petits-enfants. Il relate deux épisodes distincts et non reliés entre eux qui attestent néanmoins tous deux une vive et constante admiration vouée au célèbre écrivain : d’abord une rencontre fugace à l’occasion d’une visite dans son appartement de la place Royale en 1837, et, ensuite, une fréquentation plus suivie pendant une villégiature que la famille Tennant passa à Guernesey entre la fin août et le mois de novembre 1862, durant le long exil du poète dans cette île anglo-normande. Invitée à plusieurs reprises à Hauteville House, Gertrude livre un récit vivant des gens qu’elle y rencontra et des lieux qu’elle découvrit.

5Le mémoire concernant Flaubert a quant à lui été rédigé pour Caroline Commanville alors que celle-ci préparait la première édition de la correspondance de son oncle en 1885. Il livre plusieurs aperçus intéressants sur la jeunesse du futur écrivain, admirateur de Hugo à l’instar de Gertrude, dont certains, non repris par la nièce dans les Souvenirs intimes qui servirent de préface à son édition, étaient demeurés inconnus. La relation de Gertrude Tennant avec Flaubert s’étend en effet sur une période longue de presque quarante années, de leur rencontre sur la plage de Trouville durant l’été 1842 (cette même plage où le jeune homme était tombé amoureux six ans plus tôt de l’inaccessible Élisa Schlesinger, inspiratrice de Marie Arnoux dans L’Éducation sentimentale) jusqu’à la mort de l’écrivain en mai 1880. Elle connut plusieurs interruptions (en particulier entre 1846 et 1857, puis entre 1860 et 1876) et associa en réalité plusieurs personnes : quatre d’abord (les quatre jeunes gens qui firent connaissance sur la plage trouvillaise), puis trois (une fois la sœur de Gustave décédée en 1846), et enfin deux couples. Il y eut en effet entre Gustave et chacune des deux sœurs nées Collier, des sentiments plus qu’amicaux : d’abord entre Gustave et Henriette, avec qui l’écrivain correspondit pendant la genèse de Madame Bovary mais qui s’effaça complètement après son mariage célébré en 1855, puis avec Gertrude qui réapparut justement à ce moment-là. Rien de tangible n’exista apparemment jamais entre eux mais les souvenirs reliant Gertrude à une période bénie de la jeunesse de l’écrivain expliquent vraisemblablement l’attachement inextinguible que le romancier montra à l’égard de sa « vieille amie ».

6L’édition de ce mémoire est complétée par celle de la correspondance complète qu’échangèrent les quatre protagonistes. Certaines lettres sont inédites. D’autres montrent que l’écrivain pouvait conserver son affection à quelqu’un qui n’avait rien compris à son premier roman et l’avait même condamné en des termes que le procureur Pinard, lors du procès, aurait pu utiliser. En effet, dans sa lettre du 23 juin 1857, Gertrude s’étonnait que le jeune romancier ait « pu prendre plaisir à écrire quelque chose de si hideux » que Madame Bovary et présumait que Mme Flaubert mère avait dû « éprouver un chagrin mortel de voir un pareil ouvrage ». L’écrivain n’en tint pas rigueur à celle qu’il « appel[ait] dans [son] cœur “ma Jeunesse” ».

7Yvan Leclerc et Florence Naugrette nous cadottent (verbe appartenant à l’idiolecte flaubertien) ici d’un volume passionnant, d’une érudition et d’une exigence scientifique remarquables. Les différentes introductions (ainsi que la postface de Jean-Marc Hovasse) replacent parfaitement les mémoires dans leur contexte, en éclaircissent les allusions, en rectifient les citations lorsque c’est nécessaire, et pointent en particulier les moments où Gertrude a recours, sans l’indiquer, à d’autres intermédiaires que sa mémoire personnelle, ce qui arrive assez fréquemment dans la partie hugolienne de ses souvenirs littéraires. Par exemple, elle reprend à son compte une indication que Hugo avait lui-même consignée dans Choses vues, à savoir l’invention — à l’occasion de l’assassinat de la duchesse de Praslin par son mari — d’un verbe désignant notre très contemporain « féminicide » : « Le peuple a déjà fait le mot prasliner. Prasliner sa femme ».

8Pour grossir la pelote des liens patiemment tissés entre Mrs Tennant, Hugo et Flaubert, on aurait cependant pu ajouter — à propos de l’exilé politique Hennet de Kesler qui joue un rôle central dans le récit de Gertrude à Guernesey puisque c’est lui qui l’introduit chez Victor Hugo — qu’il était personnellement connu de Flaubert : ami de Maxime Du Camp, il était journaliste à Paris dans les années 1840. Il vint même saluer Maxime et Gustave la veille de leur départ pour leur grand voyage en Orient et il occupait suffisamment leurs pensées pour qu’ils « caus[ent] » de lui alors qu’ils descendaient le Nil.

9Gertrude Tennant étant très attachée à la France comme ses souvenirs littéraires le prouvent, il n’était pas incongru qu’ils soient publiés pour la première fois sous la forme d’une traduction française. Espérons néanmoins qu’il se trouvera sans trop tarder un éditeur pour leur version originale afin que le personnage attachant de Gertrude Tennant puisse être connu sous toutes ses facettes, y compris dans son propre pays.

Top of page

References

Electronic reference

Stéphanie Dord-Crouslé, “Gertrude Tennant. Mes souvenirs sur Hugo et FlaubertCahiers victoriens et édouardiens [Online], 93 Printemps | 2021, Online since 01 June 2021, connection on 17 September 2021. URL: http://journals.openedition.org/cve/9290; DOI: https://doi.org/10.4000/cve.9290

Top of page

About the author

Stéphanie Dord-Crouslé

CNRS, UMR 5317 IHRIM

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Cahiers victoriens et édouardiens est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires de la Méditerranée
  • Logo ERIH +
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search