Navigation – Plan du site
Réappropriations plurielles des modes d’identification à la nation dans la péninsule Arabique contemporaine

De la fabrique aux usages des identifications nationales : pistes de réflexion depuis la péninsule Arabique

Anahi Alviso-Marino et Marine Poirier
Traduction(s) :
From the production of national identifications to its manyfold uses: remarks from the Arabian Peninsula

Texte intégral

1L’ambition de ce dossier thématique est d’interroger les réappropriations plurielles et multiples des « romans nationaux » dans la péninsule Arabique. Il invite en effet à déplacer le regard de la fabrique du nationalisme aux usages des identifications à la nation. Comment s’intensifient, se brouillent, ou, au contraire, s’exacerbent les sentiments d’appartenance dans un contexte de mise à l’épreuve des constructions nationales et des formes de légitimation des autorités ? Dans quelle mesure l’apparent épuisement du modèle de l’État rentier, la chute du prix du pétrole ou encore l’émergence de nouveaux rapports de force régionaux et les dynamiques de polarisation politique et confessionnelle observées depuis 2011, affectent‑ils les représentations nationales, dans leur dimension pratique ? Comment les discours nationalistes participent‑ils enfin à forger des individus dans une région marquée par ailleurs par d’intenses mobilités et circulations transnationales ?

Les identifications à la nation par les marges

  • 1 Scott, 2006.
  • 2 Les séries TV chez Abu‑Lughod, 2004 et la culture populaire chez Fahmy, 2011, par exemple.

2Au départ, ce projet est né de notre intérêt partagé, depuis nos terrains au Yémen jusqu’à ceux menés par l’une d’entre nous à Oman, aux Émirats arabes unis et au Koweït, pour la question des constructions nationales, étatiques, idéologiques et artistiques. Nos recherches, ainsi que celles de nombreux collègues, nous poussaient par ailleurs à observer et étudier des dynamiques relevant de l’infra‑politique, c’est‑à‑dire des actes, gestes et intentions politiques « déguisées, discrètes et non déclarées »1. L’idée était donc d’articuler cette approche du « domaine discret » voire « souterrain » du politique à l’étude du nationalisme contemporain dans la péninsule Arabique. On constatait d’ailleurs le développement d’un intérêt scientifique pour l’étude des identifications à la nation dans le monde arabe par des objets a priori non immédiatement politiques2. Si les institutions et les discours étatiques, les mouvements de type communautaires, la citoyenneté ou encore les conflits armés apparaissent toujours privilégiés par la science politique et les relations internationales, d’autres traditions disciplinaires, notamment anthropologiques, favorisaient un décloisonnement et une pluralisation des problématiques, des sites et des échelles d’observation dans l’étude du nationalisme.

  • 3 Bayart, Mbembe & Toulabor, 2008.
  • 4 Ginzburg, 1980.
  • 5 Martin, 2002.
  • 6 Hennessey, 2014.
  • 7 Sebiane, 2007.
  • 8 Alviso‑Marino, 2015.
  • 9 Wedeen, 2008.
  • 10 Valéri, 2013 ; Ménoret, 2003.
  • 11 Beaugrand, 2007 ; Louër, 2017.
  • 12 Beaugrand, Le Renard & Stadnicki, 2013 ; Al‑Nakib, 2016 ; Fuccaro, 2009 ; Kanna, 2011.
  • 13 Assaf, 2013 ; Le Renard, 2014.
  • 14 Planel, 2008.
  • 15 Bonnefoy, 2011 et 2017 ; Mermier, 2015 ; Gruntz, 2012 ; Moghadam, 2013.
  • 16 Mermier, 1999 ; Lambert, 2008 ; Honvault, 2008.
  • 17 Subay, 2012 ; Al‑Hāshimī, 2013 ; Grabundzija, 2015 ; Shehabi & Jones Owen, 2015 ; Poirier, 2016.

3Nombre de travaux portant sur la péninsule Arabique ont déjà abordé des questions liées à l’identification à la nation sans pour autant faire du nationalisme leur objet d’étude et en donnant à voir le politique « ailleurs » ou « autrement ». Hétérodoxes dans leurs démarches, ces travaux ont attiré notre attention pour leur contribution, dans notre regard de politistes, à l’observation « par le bas »3 de micro évènements4 et d’ « objets politiques non identifiés »5. On pense ici aux enquêtes menées auprès de comédiens6, de musiciens7, d’artistes plasticiens8, ou de citoyens « au quotidien »9, qui questionnent de manière plus ou moins assumée l’ambivalence des rapports au politique et des identifications à la nation. Dans cette perspective, des études ont exploré les formes variées de l’appartenance au groupe et à l’imaginaire national en se penchant sur les processus de construction étatique10 et plus généralement la formation de communautés politiques11, leur matérialisation dans l’espace urbain12, dans les sociabilités et les modes de consommation13 ou encore dans les rapports au travail14. D’autres se sont attachées à interroger les circulations transnationales et les hybridités identitaires, ainsi que les contraintes et les frontières qui encadrent les mobilités humaines, économiques et sociales dans la péninsule Arabique15. Des chantiers stimulants ont aussi été ouverts par les chercheurs travaillant sur les enjeux liés à la production des identités et de l’histoire16 et les reformulations concurrentes de l’imaginaire national lors d’épisodes de crise, de conflit ou de guerre17.

  • 18 Vitalis, 2006 ; Chevalier, Martignon & Schiettecatte, 2008 ; Thiollet, 2010.
  • 19 Martin, 2010.
  • 20 Anderson, 1983.
  • 21 Brubaker & Cooper, 2000, p 19‑21.
  • 22 Tilly, 1978.

4Sans être exhaustifs dans ces exemples et approches, nous avons souhaité inscrire ce numéro dans le prolongement de ces travaux et de cette attention renouvelée aux conditions de formation de subjectivités nationales distinctes et variables18. Plutôt que d’interroger la notion d’identité, souvent « insaisissable »19, nous avons cherché à problématiser et conceptualiser celle d’identification. À la suite de Rogers Brubaker et de Frederick Cooper, nous proposons ainsi d’examiner l’artefact culturel que constitue le nationalisme20, en réfléchissant aux relations sociales ainsi qu’aux affinités et sentiments d’appartenance qui sous‑tendent l’inscription dans un groupe ou une communauté21. Les contributions s’intéressent en ce sens aux articulations entre réseaux de sociabilité et identités catégorielles, et observent comment les relations sociales affectent le sens et les formes d’identification à un groupe22.

  • 23 Anderson, 1983.
  • 24 Wedeen, 2008, p. 64.
  • 25 Wedeen, 2008, p. 23.

5Le dossier se penche sur des acteurs sociaux qui se situent entre la réalisation plus ou moins consciente de « produits culturels du nationalisme » inspirés par des idées patriotiques et la production de produits nationalistes officiels commandés directement par l’État ou « official artefacts »23. Ces formes de politisation d’objets et d’acteurs n’étant pas toujours volontaires ou conscientes, les auteures s’attachent à interroger, à la suite de Lisa Wedeen, les dynamiques en jeu dans la production de « sujets nationaux ». Comment les discours nationalistes participent‑ils à forger des individus « qui endossent (consciemment ou non, avec ferveur ou modération) leurs rôles de citoyens, de patriotes ou de simples membres d’un État‑nation »24 ? Nous appréhendons donc ces discours, ainsi que les acteurs qui les produisent ou les divers supports à travers lesquels ils peuvent se communiquer et se partager, en tant qu’expression « d’idiomes de connexion affective nationale »25.

6C’est en ce sens que l’on interroge ici la problématique du nationalisme à travers l’étude d’objets, d’acteurs, de pratiques et de discours qui produisent des formes plurielles (orthodoxes ou hétérodoxes, dominantes ou marginales) d’identification à la nation. Les auteures qui contribuent à ce dossier proposent, depuis des sites d’observation aussi divers que les minorités, les mariages mixtes ou encore les muséographies, de saisir comment se font et se défont aujourd’hui les identifications nationales au Yémen, à Oman et en Arabie saoudite.

Le laboratoire de la péninsule

  • 26 Hobsbawn & Ranger, 1963, p. 13.
  • 27 Hobsbawn & Ranger, 1963.

7La péninsule Arabique constitue un laboratoire particulièrement stimulant pour observer les constructions identitaires nationales et leurs usages en actes. Tout d’abord, en raison de ses rapports très contemporains à l’idée même de nation et par conséquence, « aux autres phénomènes qui leur sont associés comme le nationalisme, l’État‑nation, les symboles nationaux, et l’historisation parmi d’autres »26. Seul le sud de la péninsule a connu des constructions étatiques (himyarite, sabéenne, rassoulide, etc.) qui ont historiquement permis l’intégration d’un territoire plus ou moins unifié et la formation d’une communauté affective bien avant la naissance du Yémen moderne. Ailleurs, les constructions nationales sont plus récentes et se traduisent par des efforts d’invention d’une tradition27 qui, en cherchant à établir une continuité avec le passé, mettent en valeur un patrimoine national spécifique. Les identités nationales se cristallisent notamment autour des questions liées à la citoyenneté, dans des sociétés marquées à la fois par l’endogamie et le cosmopolitisme, qui se traduisent par des fortes hiérarchies sociales, des écarts de statuts et de privilèges. Au‑delà, ces constructions identitaires se matérialisent aussi autour d’impératifs, de supports et de pratiques contemporaines (aussi diverses que le street art, l’art contemporain, et les dispositifs audiovisuels postés sur YouTube et Instagram entre autres exemples).

8Par ailleurs, notre approche, qui propose de diversifier les sites d’observation et de produire une étude critique des modes d’identification aux communautés nationales, apparait d’autant plus nécessaire dans le contexte post‑2011. Au cours de la dernière décennie, période pendant laquelle les auteures de ce dossier ont mené leurs enquêtes, des mobilisations contestataires inédites (Yémen, Bahreïn mais aussi Oman et Arabie saoudite), des interventions militaires (Bahreïn, Yémen) ou encore des embargos économiques et politiques (Qatar, Yémen) ont bousculé les représentations, certes réductrices, d’une région relativement stable et homogène. Ces conjonctures fluides ont eu des effets transformateurs sur les représentations et les identifications à la nation ainsi que sur les mobilisations que différents acteurs mènent à ce titre. La péninsule est en effet un site d’observation singulier des fabriques, compositions et recompositions d’une variété de phénomènes associés aux identifications à la nation dans leur croisement avec des changements profonds de type économique, urbanistique, technologique, et géostratégique parmi d’autres. C’est en effet dans la région que se construisent, s’inventent, sont mobilisées et mises à l’épreuve aujourd’hui, de nouvelles « traditions » identitaires, communautaires, religieuses, politiques ou régionales, dont les retombées débordent largement la seule péninsule Arabique.

9À revers des lectures binaires opposant chiites et sunnites et présentant de manière homogène des rivalités régionales en continuelle redéfinition (Qatar vs Arabie saoudite et Émirats arabes unis ; Arabie saoudite vs Iran, etc.), il nous est paru nécessaire d’envisager les reconfigurations politiques, économiques ou encore géopolitiques en cours comme autant d’opportunités d’observer les réappropriations et usages pluriels de grammaires nationalistes. Ce dossier propose donc d’étudier ces dynamiques en revenant à des réalités localisées, de repenser les catégories identitaires à partir de micro objets ou de micro observations, et de redonner de la chair sociologique à des constructions nationales et identitaires non seulement fluides et complexes mais aussi inégalement partagées et stabilisées.

10Les trois contributions réunies dans ce dossier opèrent dans un sens critique en signalant les ambiguïtés et les pluralités des réappropriations dans les modes d’identification à la nation dans la République du Yémen, au Sultanat d’Oman et dans le Royaume d’Arabie saoudite. Dans son travail ethnographique réalisé au Yémen auprès des muhammashīn, une catégorie sociale construite autour des notions de « minorité » et de « marginalité », Bogumila Hall explore les dynamiques de politisation et les réappropriations de catégories raciales et sociales au sein d’un groupe en quête d’un modèle plus inclusif d’appartenance à la nation. Au Sultanat d’Oman, l’étude des politiques de l’amour réalisée par Marion Breteau donne à voir l’élaboration de récits complexes autour des notions de tolérance et d’égalité dans le discours amoureux. Elle montre comment les logiques des unions mixtes mettent à l’épreuve les notions d’appartenance et d’unité nationale perpétuées par l’establishment politique des pays du Golfe. En privilégiant un objet d’étude novateur mais de plus en plus étudié dans la région, la contribution de Virginia Cassola propose une cartographie muséale d’institutions publiques et privées d’Arabie saoudite dédiées à l’exposition d’artefacts archéologiques, d’antiquités pré‑islamiques et d’objets ethnographiques qui permet d’interroger les réappropriations identitaires dans l’élaboration de récits régionaux et nationaux produits par ces musées.

  • 28 Notamment Lagrange, 2013, et Mermier, 2016
  • 29 Al‑Rasheed & Vitalis, 2004.
  • 30 Bayart, 1996.

11En observant les processus conflictuels de construction des nationalismes officiels et non‑officiels, les articles de ce dossier contribuent à éclairer des dynamiques identitaires hétérogènes, changeantes et fluides. Nombre d’articles traitant de cette problématique ont été publiés par le passé dans la revue Chroniques yéménites puis Arabian Humanities, indiquant un intérêt continu pour la question des identifications dans la région28. Il est important de souligner également que ces travaux s’inscrivent dans des traditions disciplinaires variées, avec une tendance forte de l’anthropologie, et réinterrogent la littérature classique sur le nationalisme et les identités à l’aune de leurs différents bagages théoriques et méthodologiques. Ce dossier s’inscrit dans cet effort pluridisciplinaire si nécessaire, et croise études culturelles, muséologie, sociologie, anthropologie et sociologie politique. Il invite à déconstruire, avec des outils théoriques communs, la question de la modernité, des institutions, des hiérarchies sociales et des relations amoureuses. Avec les auteures de ce dossier, nous proposons ainsi de repenser l’étude du nationalisme au travers d’objets de recherche originaux au sens où ils permettent d’appréhender les rapports que les individus entretiennent avec la nation comme institution « imaginée » et matérialisée. En proposant de nouveaux récits, voire des « counter‑narratives »29, ces travaux participent ainsi à lever « l’illusion identitaire »30.

  • 31 Carapico, 2004.

12Comme nous l’avons souligné auparavant, les contributions interrogent les fabriques du politique à travers des objets non directement identifiés comme politiques. Ce parti pris théorique doit également être compris au regard des contraintes qui pèsent sur les terrains du politique dans la péninsule Arabique, et plus largement dans la région. Les chercheurs sont en effet de plus en plus appelés à adapter leurs techniques d’enquête, hybrider leurs démarches méthodologiques et penser une posture épistémologique qui leur permette de réaliser une étude sur la durée tout en protégeant leurs données et enquêtés. Plus que de simples contraintes, nous envisageons ces difficultés comme autant d’invitations à renouveler les sites d’observation ainsi que les approches théoriques et non seulement méthodologiques d’une « subrégion »31 qui apparaît de plus en plus centrale de l’étude des mondes arabes et musulmans.

Haut de page

Bibliographie

Abu‑Lughod Lila, Dramas of Nationhood: The Politics of Television in Egypt, Chicago/London, University of Chicago Press, 2004.

Al‑Hāshimī Sa‘īd Sulṭān, Al‑rabī‘ al‑‘umānī: qirā‘a fi al‑siyyāqāt wa al‑dalālāt [The Omani Spring: A Contextual and Suggestive Reading], Beyrouth, Dār al‑Farābī, 2013.

al‑Nakib Farah, Kuwait Transformed: A History of Oil and Urban Life, Standford, Standford University Press, 2016.

Al‑Rasheed M., Vitalis R. (dir.), Counter‑Narratives: History, Contemporary Society, and Politics in Saudi Arabia and Yemen, New York, Palgrave, 2004.

Alviso‑Marino A., Les artistes visuels au Yémen, du soutien à la contestation de l’ordre politique, thèse de doctorat en science politique, Université Paris 1‑Panthéon Sorbonne et Université de Lausanne, 2015.

Anderson B., Imagined Communities: Reflections on the Origin and Spread of Nationalism, London, Verso, [1983] 1991.

Assaf L., Jeunesses arabes dAbou Dhabi (Émirats arabes unis) : catégories statutaires, sociabilités urbaines et modes de subjectivation, thèse de doctorat en anthropologie, Université Paris Nanterre, 2017.

Bayart J.‑Fr., Mbembe A. & Toulabor C., Le politique par le bas en Afrique noire : contributions à une problématique de la démocratie, Paris, Karthala, 2008.

Bayart J.‑Fr., L’illusion identitaire, Paris, Fayard, 1996.

Beaugrand Cl., « Émergence de la « nationalité » et institutionnalisation des clivages sociaux au Koweït et au Bahreïn », Chroniques Yéménites, n° 14, 2007, p. 89‑107, <https://journals.openedition.org/cy/1466>.

Beaugrand Cl., Le Renard A. & Stadnicki R. (dir.), « Villes et dynamiques urbaines en péninsule Arabique », Arabian Humanities, n° 2, 2013, <https://journals.openedition.org/cy/2460>.

Bonnefoy L., Salafism in Yemen : Transnationalism and Religious Identity, Londres, Hurst & Co, 2011.

Bonnefoy L., Le Yémen : de l’Arabie heureuse à la guerre, Paris, Fayard, 2017.

Brubaker R. & Cooper Fr., “Beyond ‘Identity’ ”, Theory and society, No. 1, vol. 29, 2000, p. 1‑47.

Carapico Sh., “Arabia Incognita: An invitation to Arabian Peninsula studies”, in M. Al‑Rasheed & R. Vitalis (eds.), Counter‑Narratives : History, Contemporary Society and Politics in Saudi Arabia and Yemen, New York, Pallgrave, 2004.

Chevalier P., Martignon V. & Schiettecatte J. (dir.), Yémen : territoires et identités, Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), n° 121‑122, 2008, <https://journals.openedition.org/remmm/4683>.

Fahmy Zaid, Ordinary Egyptians: Creating the Modern Nation through Popular Culture, Stanford, Stanford University Press, 2011.

Fuccaro Nelida, Histories of City and State in the Persian Gulf: Manama since 1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2009.

Ginzburg C., The Cheese and the Worms: The Cosmos of a Sixteenth‑Century Miller », Baltimore MD/London, The Johns Hopkins University Press, 1980

Grabundzija M., Yémen : morceaux choisis d’une révolution, mars 2011–février 2012, Paris, L’Harmattan, 2015.

Gruntz L., « La ‘révolution’ du Golfe au Caire ? Migration de travail dans les monarchies pétrolières et changements sociopolitiques en Égypte », Migrations et Sociétés, n° 143, vol. 24, 2012, p. 73‑86.

Hennessey K., « Drama in Yemen: Behind the Scenes at World Theatre Day », Middle East Information Project (MERIP), No. 271, vol. 44, 2014.

Hobsbawm E. & Ranger T. (eds.) The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1963.

Honvault J., « Une génération après… La mémoire du passé ottoman dans l’autobiographie yéménite contemporaine », Chroniques Yéménites, n° 15, 2008, p. 35‑54, <https://journals.openedition.org/cy/1598>.

Kanna Ahmed, The Superlative City: Dubai and the Urban Condition in the Early Twenty‑First Century, Minnesota, University of Minnesota Press, 2011.

Lagrange Fr., « Frīj : humour et interrogations identitaires aux Émirats arabes unis », Arabian Humanities [En ligne], 1 | 2013, mis en ligne le 30 mars 2013, consulté le 13 juin 2018, <http://journals.openedition.org/cy/2089>.

Lambert J., « Les enjeux identitaires de l'écriture de l'histoire dans le Yémen contemporain », Transcontinentales, n° 6, 2008, <https://journals.openedition.org/transcontinentales/411>.

Le Renard A., A Society of Young Women: Opportunities of Place, Power and Reform in Saudi Arabia, Stanford University Press, 2014.

Louër L., Sunnites et chiites : histoire politique d’une discorde, Paris, Seuil, 2017.

Martin D.‑C. (dir.), L’identité en jeux : pouvoirs, identifications, mobilisations, Paris, Karthala, 2010.

Martin D.‑C. (dir.), Sur la piste des OPNI (Objets politiques non identifiés), Paris, Karthala, 2002.

Menoret P., L’Énigme saoudienne : les Saoudiens et le monde, 1744–2003, Paris, La Découverte, 2003.

Mermier Fr., « Les fondations culturelles arabes et les métamorphoses du panarabisme », Arabian Humanities [En ligne], 7 | 2016, mis en ligne le 05 décembre 2016, consulté le 13 juin 2018. URL : <http://journals.openedition.org/cy/3146>.

Mermier Fr., Récits de villes : d’Aden à Beyrouth, Arles, Sindbad/Actes Sud, 2015.

Mermier Fr., « Yémen : les héritages d’une histoire morcelée », in R. Leveau, Fr. Mermier & U. Steinbach (dir.), Le Yémen contemporain, Paris, Karthala, 1999, p. 7‑35.

Moghadam A., « De l’Iran imaginé aux nouveaux foyers de l’Iran : pratiques et espaces transnationaux des Iraniens à Dubaï », Arabian Humanities, 2, 2013, <https://journals.openedition.org/cy/2556>.

Planel V., « Les hommes de peine dans le paysage urbain », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée (REMMM), n° 121‑122, 2008, <https://journals.openedition.org/remmm/4913>.

Poirier M., Le bon parti : soutenir le pouvoir autoritaire, le cas du Congrès Populaire Général au Yémen (2007–2011), thèse de doctorat en science politique, Institut d’Études Politiques d’Aix‑en‑Provence, 2016.

Sebiane M., « Le statut socioéconomique de la pratique musicale aux Émirats arabes unis : la tradition du leiwah à Dubaï », Chroniques Yéménites, n° 14, 2007, p. 117‑135, <https://journals.openedition.org/cy/1498>.

Shehabi Ala’a, Jones Owen M., Bahrain's Uprising: Resistance and Repression in The Gulf, London, Zed Books Ltd., 2015.

Scott J. C., « Infra‑politique des groupes subalternes », Vacarme, 2006, accessible en ligne : <https://vacarme.org/article675.html>.

Subay Nabil, « Un peuple en quête de convergence : la révolution yéménite face à un pays fragmenté » in L. Bonnefoy, Fr. Mermier & M. Poirier, Yémen, le tournant révolutionnaire, Paris, Karthala/CEFAS, 2012, p. 149‑161.

Thiollet H., « Nationalisme d’État et nationalisme ordinaire en Arabie Saoudite : la nation saoudienne et ses immigrés », Raisons politiques, n° 37, 2010, p. 89‑102.

Tilly Ch., From Mobilization to Revolution, New York, Random House, 1978.

Valeri M., Oman: Politics and Society in the Qaboos State, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Vitalis R., America’s Kingdom: Mythmaking on the Saudi Oil Frontier, Stanford University Press, 2006.

Wedeen L., Peripheral Visions: Publics, Power, and Performance in Yemen, Chicago/London, University of Chicago Press, 2008.

Haut de page

Notes

1 Scott, 2006.

2 Les séries TV chez Abu‑Lughod, 2004 et la culture populaire chez Fahmy, 2011, par exemple.

3 Bayart, Mbembe & Toulabor, 2008.

4 Ginzburg, 1980.

5 Martin, 2002.

6 Hennessey, 2014.

7 Sebiane, 2007.

8 Alviso‑Marino, 2015.

9 Wedeen, 2008.

10 Valéri, 2013 ; Ménoret, 2003.

11 Beaugrand, 2007 ; Louër, 2017.

12 Beaugrand, Le Renard & Stadnicki, 2013 ; Al‑Nakib, 2016 ; Fuccaro, 2009 ; Kanna, 2011.

13 Assaf, 2013 ; Le Renard, 2014.

14 Planel, 2008.

15 Bonnefoy, 2011 et 2017 ; Mermier, 2015 ; Gruntz, 2012 ; Moghadam, 2013.

16 Mermier, 1999 ; Lambert, 2008 ; Honvault, 2008.

17 Subay, 2012 ; Al‑Hāshimī, 2013 ; Grabundzija, 2015 ; Shehabi & Jones Owen, 2015 ; Poirier, 2016.

18 Vitalis, 2006 ; Chevalier, Martignon & Schiettecatte, 2008 ; Thiollet, 2010.

19 Martin, 2010.

20 Anderson, 1983.

21 Brubaker & Cooper, 2000, p 19‑21.

22 Tilly, 1978.

23 Anderson, 1983.

24 Wedeen, 2008, p. 64.

25 Wedeen, 2008, p. 23.

26 Hobsbawn & Ranger, 1963, p. 13.

27 Hobsbawn & Ranger, 1963.

28 Notamment Lagrange, 2013, et Mermier, 2016

29 Al‑Rasheed & Vitalis, 2004.

30 Bayart, 1996.

31 Carapico, 2004.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anahi Alviso-Marino et Marine Poirier, « De la fabrique aux usages des identifications nationales : pistes de réflexion depuis la péninsule Arabique », Arabian Humanities [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 06 juillet 2018, consulté le 20 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cy/3421 ; DOI : 10.4000/cy.3421

Haut de page

Auteurs

Anahi Alviso-Marino

CESSP/CEFAS

Articles du même auteur

Marine Poirier

CEDEJ

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals