Navigation – Plan du site
Réappropriations plurielles des modes d’identification à la nation dans la péninsule Arabique contemporaine

Musées publics et musées privés en Arabie saoudite : l’identification à la nation par l’exposition d’objets archéologiques et ethnographiques

Public and private museums in Saudi Arabia: National identification through the exhibition of archaeological and ethnographic objects
Virginia Cassola

Résumés

En 2018, le royaume d’Arabie saoudite comporte près de soixante‑dix musées publics de différentes typologies (histoire nationale, histoire militaire, archéologie, patrimoine populaire, sciences) affiliés au gouvernement, dont l’entrée est souvent gratuite. Existent aussi cent cinquante musées privés gérés par des citoyens collectionneurs. Ouverts dans les habitations des propriétaires ou dans des lieux loués ou achetés par ces derniers, ces musées présentent principalement des pièces d’histoire nationale (journaux, portraits royaux, pièces de monnaies) et de patrimoine populaire (outils, ustensiles de cuisine, bijoux, vêtements). Une partie de ces divers établissements est étudiée dans cet article dans le sillage de travaux1 qui considèrent le musée comme un produit culturel du nationalisme puisqu’il s’attache à incarner le patrimoine et à susciter une appropriation collective de ce dernier. Sous cette perspective, par ses espaces et son fonctionnement, le musée est la preuve du rassemblement conscient d’objets matériels ou immatériels dont la communication par l’exposition doit servir l’adhésion à un patrimoine commun. L’article interroge le recours à l’exposition conjointe d’antiquités et d’objets ethnographiques dans les « musées d’archéologie et de patrimoine populaire » (matāif al‑athār wa‑l‑turāth al‑shabī) dans la promotion d’un sentiment d’appartenance à la nation saoudienne. Les modalités de cette exposition sont mises en regard de celles des musées privés (matāif al‑khāa) dans la perspective d’analyser comment, en Arabie saoudite, le caractère « public » ou « privé » du musée participe à l’appropriation d’une histoire nationale par l’objet.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 2 Sardar, 2015.
  • 3 Zawisza 2016, p. 7.
  • 4 « En Irak, les djihadistes justifient la destruction des sites de Mossoul pour des raisons religie (...)

1Les destructions des vestiges archéologiques du sanctuaire de La Mecque à la suite de l’agrandissement de ce dernier2, les bombardements saoudiens récemment menés contre musées et bâtiments historiques yéménites3 et l’acclamation des origines « wahhabites » des attaques de Daech menées contre les sites antiques de Syrie et d’Irak4, ne laissent présager, ni de l’existence de politiques archéologiques et muséales en Arabie saoudite, ni de l’utilisation de l’institution muséale comme véhicule de l’appropriation d’une conscience nationale.

  • 5 Rigoulet‑Roze, 2005, p. 18.
  • 6 Les tombeaux et leurs ornements du sanctuaire de La Mecque , les tentures décorées de la Ka’aba, l (...)
  • 7 Des maisons, des ornements de mosquées et des tombes vénérées, le monument qui marquait le site de (...)

2Il est vrai que l’un des fondements du wahhabisme, ce « dispositif politico‑religieux inédit5 » basé sur une alliance entre un imam, Muḥammad bin ‘Abd al‑Wahhāb, et un chef politique, Muḥammad Ier Āl Sa‘ūd (1744), et qui a guidé la création du royaume d’Arabie saoudite, est le rejet de la vénération et de l’utilisation de l’intercession (tawāul) pour la prière de biens immobiliers (monuments) et mobiliers (images, statues) qui pourrait déconcentrer le fidèle. Ce rejet a conduit à la destruction de sites, principalement islamiques, par Sa‘ūd II Āl Sa‘ūd au xixsiècle6 et par ‘Abd al‑‘Azīz Āl Sa‘ūd au début du xxe siècle7.

  • 8 « Que de cités avons‑Nous fait périr, parce qu’elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduit (...)
  • 9 Toelle & Zakharia, 2005, p. 26.

3Il est également vrai que la tradition coranique encourage les fidèles à tirer des leçons du passé préislamique et à méditer le déchaînement divin qui avait été infligé à des populations ayant refusé la conversion au monothéisme8. Cette période qui précède l’instauration de l’islam est d’ailleurs communément qualifiée d’« ère de l’ignorance » (‘ar al‑jāhilī) puisque polythéiste et idolâtre, en opposition à la période islamique (‘ar al‑islāmī) qui aurait apporté la lumière par la croyance en un dieu unique. Dès la prédication de Muḥammad, les sociétés précoraniques ont ainsi été considérées comme contraires à la vérité religieuse. Par la suite, des chroniqueurs et historiens (Ṭabarī, 839–923 ; Ibn al‑Athīr, né en 1160 ; Ibn al‑Kalbī, 737–819) ont rapporté et transmis ces considérations, pendant que d’autres voyaient dans la poésie préislamique la valeur symbolique d’un passé mythique commun (Jāḥiz, 776‑867 ; Ibn Qutayba, 828‑889)9.

  • 10 Rigoulet‑Roze, 2005, p. 17.

4Le fait que l’Arabie saoudite ne soit pas considérée comme une « nation » à part entière, mais plutôt comme une monarchie pétrolière ayant su tirer avantage de la logique occidentale de l’État‑nation pour tracer des frontières10 et organiser son administration, sa politique et son économie, est un autre argument en faveur d’une improbable politique patrimoniale qui engloberait sites et objets d’un passé pré‑saoudien. La relative jeunesse du royaume — qui fêtera son centenaire en 2032 — dont les politiques administratives, éducatives et sociales n’ont été lancées que dans les années 1970, participe de cet état de fait.

  • 11 Da Lage, 2006, p. 42.
  • 12 Al‑Rasheed, 2002, p. 193.
  • 13 Tels Muḥammad Ṣāliḥ Naṣīf (1895–1973), fondateur du journal awt al‑ijāz ou ‘Abd al‑Quddūs al‑Anṣ (...)

5Dans ces conditions, héritière de la prédication coranique, et peinant à être reconnue comme une « nation » dont le corollaire qu’est la « citoyenneté » serait « incompatible avec le mode de gouvernement théocratique au bénéfice quasi exclusif de la famille régnante11 », l’Arabie saoudite dirigerait ses efforts historiographiques vers la seule acclamation de la dynastie Āl Sa‘ūd12. Dans les années 1970, le développement d’une économie nationale, l’ouverture d’écoles et d’universités, et l’assurance du plein emploi doivent assurer à la famille royale la loyauté de ses sujets. Or, la montée de revendications mémorielles locales poussée par des historiens locaux et citoyens depuis les années 1920 peine à être freinée. Ils sont ainsi nombreux13 à publier les récits de leurs histoires familiales, locales, régionales dans des journaux ou des ouvrages, ou à collectionner des objets du patrimoine populaire, hérités ou achetés, puis progressivement exposés dans des musées privés.

  • 14 Al‑Rasheed, 2004, p. 183.
  • 15 En 1902 (1316 H), ‘Abd al‑Azīz Āl Sa‘ūd prend Riyad où il défait l’émir Al‑Rashīd, avant de débute (...)
  • 16 Un article est en cours de publication sur ces musées.

6En réponse, la dynastie s’est employée à neutraliser les contre‑discours, ces « counter‑narratives » étudiés par l’historienne Madawi Al‑Rasheed14, en menant une entreprise d’unification symbolique. En 1972, la Fondation du roi ‘Abd al‑‘Azīz pour la Recherche et les Archives (Dārat al‑Malik ‘Abd al‑‘Azīz) est créée afin de centraliser les recherches sur l’Arabie saoudite et de renforcer les concepts d’« unification » (tawīd) et d’« unificateur » (muwaad) dans l’historiographie nationale. Dans les années 1990, à la suite de la guerre du Golfe (1990–1991) qui avait engendré dans le royaume une crise financière et la montée de velléités identitaires contre la famille royale, et dans le contexte des célébrations du centenaire de la reconquête du Nejd par ‘Abd al‑‘Azīz Āl Sa‘ūd15, trois musées spécifiquement dédiés à la gloire de ce dernier sont ouverts : le musée de la forteresse du Maṣmak (1995), le Mémorial du roi ‘Abd al‑‘Azīz et le Musée de l’aviation Ṣaqr al‑Jazīra (1999)16.

  • 17 L’article s’appuie sur des sources textuelles et muséographiques collectées dans le cadre d’une th (...)

7Toutefois, la politique muséale saoudienne ne s’attache pas uniquement à la présentation de la seule figure du roi tutélaire. Elle cherche principalement à user de la collecte et de l’exposition d’objets archéologiques jāhilī bannis de la mémoire collective pour promouvoir la richesse du territoire administré par les Āl Sa‘ūd. De fait, l’archéologie a paradoxalement servi de fondement à l’utilisation du lieu « musée » comme lieu d’incitation à l’identification à la nation saoudienne. L’article propose de rendre compte de ce paradoxe à partir de l’analyse muséographique, menée entre 2013 et 201517, des expositions permanentes du musée d’archéologie de l’Université du roi Sa‘ūd (1967), des musées d’archéologie et de patrimoine populaire de Riyad et d’al‑‘Ulā (1987–2016) et de deux musées privés.

La genèse du musée en Arabie saoudite : l’intégration de l’Arabie préislamique dans la conscience nationale

  • 18 Comme ce fut le cas en Syrie en 1919 ou en Irak en 1922.
  • 19 Benoist‑Méchin, 1975.
  • 20 Voir Bonnenfant, 2011.

8N’ayant été ni une colonie, ni un protectorat, ni un mandat où une puissance coloniale eût créé un département des antiquités puis des musées18, l’Arabie saoudite a développé une politique muséale propre, basée sur ses objectifs de développement d’une part, et sur ses préoccupations politiques d’autre part. À son arrivée au pouvoir en 1964, le roi Fayṣal engage un projet de réforme et de modernisation rendu possible par un important afflux monétaire né de la production du pétrole. Soucieux d’investir les revenus générés par l’exploitation pétrolière dans de grandes constructions qui bénéficieraient au développement de la société civile, Fayṣal réforme en premier lieu le secteur éducatif19 : l’éducation des jeunes citoyens devait permettre en priorité la création d’emplois pour des nationaux et le remplacement du corps administratif constitué d’expatriés égyptiens, jordaniens et syriens. Écoles et universités devaient également encourager la transmission des origines, de l’histoire et des valeurs « saoudiennes », une démarche utile à la fois à la création d’une fierté nationale et à la réduction des revendications régionales. Le roi Fayṣal et ses successeurs lancent également de grands travaux d’urbanisation dont la construction de routes et de villes nouvelles20.

  • 21 Le psychiatre Serge Tisseron parle de « relations qui nous lient aux objets » dans Tisseron, 1999.
  • 22 al‑Mani & Sbit as‑Sbit, 1981.

9Dans ce contexte, et de manière étonnante compte tenu des relations21 conflictuelles entretenues entre les Āl Sa‘ūd et les vestiges archéologiques jusqu’au règne du roi Fayṣal, le développement de l’enseignement universitaire donne une large place à la discipline archéologique, définie comme la connaissance du passé humain à partir de vestiges matériels dont la fouille est la méthode spécifique. Cet enseignement s’accompagne d’actions de collecte de bâtiments et d’objets anciens, tant préislamiques qu’islamiques, et de la mise en valeur de ces derniers in situ — sur ou à proximité des sites archéologiques — et dans des musées (matāif, de tufa, bibelot, chef‑d’œuvre, curiosité) spécialement conçus dans les villes nouvelles22.

Une dialectique archéologie‑musée fondée sur l’enseignement universitaire

  • 23 Faysal Al Saoud cité dans Al‑Ansary, 1982, p. 5.

« Mes frères, nous sommes les enfants de ce pays, car nous y avons notre héritage, notre histoire et nos gloires. À travers eux, nous devons chercher les significations et les chemins qui nous guideront vers cette histoire, cet héritage et ces gloires. Voici ce qu’il faut faire, la voie est libre23 ».

10Cette citation du roi Fayṣal placée en introduction d’un ouvrage consacré à un site archéologique préislamique, publié en 1982 par le ministère de l’Éducation, témoigne de l’utilité de la discipline archéologique dans le développement d’une conscience patrimoniale. La politique archéologique lancée par Faysal s’attardera donc à la célébration de ruines (alāl) et autres vestiges (athār) qui évoqueront désormais les « gloires » des passés préislamique (cités prospères de Hegra (al‑Hijr)‑Madā’in Ṣāliḥ et Qaryat al‑Fāw sur les routes des caravanes, productions artistiques avec or et pierres précieuses à Thāj) et islamique (étape à al‑Rabadha sur la route de pèlerinage irakienne, l’une des premières mosquées à Dūmat al‑Jandal) (fig. 1). Ces sites et objets ne seront plus honnis mais célébrés comme composants servant à accroître le sentiment d’appartenance nationale.

Fig. 1 : Localisation des sites archéologiques cités. Crédits: V. Cassola, 2018.

Fig. 1 : Localisation des sites archéologiques cités. Crédits: V. Cassola, 2018.

Quand l’archéologie met en question les « légendes » de la jāhiliyya

  • 24 Ministry of Higher Education, 2010, p. 33.
  • 25 Selon une brochure éditée par la Faculté de Tourisme et d’Archéologie en 2004.

11Dès son inauguration en 1958, l’Université du roi Sa‘ūd se dote d’une première faculté dédiée aux « arts » comportant alors des départements de langue arabe, d’histoire, de géographie, de sciences sociales, d’anglais et de sciences de la communication24. En 1966, à l’initiative de l’archéologue saoudien ‘Abd al‑Raḥmān al-Ṭayyib al‑Anṣārī, la création d’un département d’archéologie offre aux étudiants une combinaison entre enseignements théoriques et expériences pratiques pour se former aux métiers d’archéologues, de professeurs en archéologie et de spécialistes dans les secteurs publics et privés25.

  • 26 Il fut le premier à soutenir une thèse sur cette période, à l’Université de Leeds, en 1966.
  • 27 Al‑Ansary, 1982, p. 14.
  • 28 Determann, 2014, p. 123.
  • 29 Les archéologues de l’Université du roi Sa‘ūd se sont ensuite intéressés au site préislamique de D (...)

12Al‑Anṣārī est le premier à utiliser l’archéologie pour raconter l’histoire de la péninsule Arabique avant l’Islam26 et démontrer que les populations n’avaient pas vécu dans un « désert aride et sans végétation, incapables de distinguer le sel du camphre27 ». Il s’est employé à remplacer l’expression « ère de l’ignorance » (‘ar al‑jāhilī) par celle de « période préislamique » (‘ar mā qabl al‑islām) afin de remettre en cause les allégations portées contre cette période par les pouvoirs religieux et par l’historiographie islamique, qu’il nomme « légendes » (asāīr)28. Les deux premières missions archéologiques lancées par le Département d’Archéologie s’intéressent ainsi, dans une même démarche, au site préislamique de Qaryat al‑Fāw (ive s. av. J.‑C.–ive s. ap. J.‑C.) et au site islamique d’al‑Rabadha (viiexe s.)29.

  • 30 Al‑Khowaiter, 1977, p. 5.
  • 31 À titre d’exemples : à Koweït, premier musée national (1957) et première loi de protection des ant (...)

13La création du Département d’Archéologie de l’Université du roi Sa‘ūd a suivi celle, en 1963, d’un Département des Antiquités et des Musées, prédécesseur de l’actuelle Saudi Commission for Tourism and National Heritage (scth). Pensé et hébergé par le ministère de l’Éducation, le Département des Antiquités et des Musées avait pour objectif déclaré de veiller à la préservation des sites archéologiques et historiques et à leur mise en valeur pour les citoyens30. Bien qu’inscrite dans un mouvement général de promotion de l’archéologie dans le Golfe dans les décennies 1950–197031, la création du Département a été considérée comme tardive par ‘Abd Allāh Maṣrī, son premier directeur qui affirme en 1977 :

  • 32 Masry, 1977, p. 9.

« contrairement à notre connaissance des périodes anciennes des autres régions du Moyen‑Orient comme, par exemple, l’Égypte, le Levant, la Mésopotamie et l’Iran, le manque de connaissance de la profondeur et de l’ampleur de l’Antiquité de l’Arabie n’est pas un secret32 ».

  • 33 Adams et al., 1977, p. 22.
  • 34 Georg August Wallin en 1840, Charles M. Doughty en 1876, Richard Francis Burton en 1877, Charles H (...)

14Le Département des Antiquités et Musées souhaite rattraper un retard dans la connaissance de la Préhistoire et de l’Antiquité de l’Arabie : l’une de ses missions aurait d’ailleurs été de prouver que l’Arabie préislamique avait été tout aussi remarquablement riche que le Yémen antique, le Croissant fertile mésopotamien et l’Égypte pharaonique voisins33, alors bien connus grâce à des missions archéologiques menées depuis le xixe siècle. Peu de missions épigraphiques et archéologiques étrangères avaient en effet pu être menées dans le territoire de l’Arabie saoudite actuelle avant l’unification du royaume en 193234.

La reconnaissance du patrimoine archéologique par son exposition

15En 1967, l’Université du roi Sa‘ūd inaugure un musée dédié à l’exposition des résultats des fouilles menées par le Département d’Archéologie. Premier musée saoudien, celui‑ci a toujours pour objectifs de

  • 35 College of Tourism and Archaeology, 2004, p. 6.

« familiariser les étudiants en archéologie avec des découvertes archéologiques pour leurs études théoriques et pratiques, d’illustrer l’archéologie et l’histoire du royaume d’Arabie saoudite des premiers temps jusqu’à l’ère illustre de l’Islam, [et de] présenter aux citoyens et aux étrangers le travail fourni par l’Université du roi Sa‘ūd dans le domaine de l’archéologie35 ».

  • 36 Anciennement Faculté des Arts, de 1957 à 1978.
  • 37 Lehmbruck, 1974, p. 139.

16Installé au premier étage de l’actuelle Faculté de Tourisme et d’Archéologie36, elle‑même localisée dans le bâtiment réservé aux sciences humaines, le musée est proche des bureaux des professeurs et archéologues et des salles de cours. Une telle implantation est favorable aux étudiants qui sont déjà « disposés virtuellement37 » à fréquenter un lieu de recherche et qui représentent les principaux visiteurs du musée — le musée est certes cité dans les guides touristiques, mais l’accès à l’université, et donc au musée, est restreint aux seuls étudiants et personnes autorisées. Le musée est constitué d’une seule salle d’exposition permanente de 500 mètres carrés et de salles de réserves. Il raconte « l’histoire du royaume d’Arabie saoudite des premiers temps jusqu’à l’ère illustre de l’Islam » avec la présentation du site préislamique de Qaryat al‑Fāw et du site islamique d’al‑Rabadha.

  • 38 Lors de la visite, certains objets étaient exposés dans Routes d’Arabie. Archéologie et Histoire d (...)
  • 39 À l’image des théories de la nouvelle muséologie développée en France dans les années 1970. Voir D (...)

17En 2013, soit près de cinquante ans après l’inauguration du musée et après trois rénovations (1985, 1992, 2004), une analyse des dispositifs muséographiques (parcours, vitrines, objets, discours, textes) que nous avons menée a révélé l’important dispositif pédagogique dans la transmission d’un contenu exhaustif sur les techniques, matériaux et thématiques des artefacts fabriqués dans ces deux sites majeurs de l’histoire de la péninsule Arabique : les objets sont en effet classés par matériaux ou thématiques (inscriptions, monnaies, statuaire, textile, verre, etc.). Ils sont accompagnés de cartes, de panneaux (fig. 2) et de cartels bilingues anglais‑arabe, et les objets absents38 sont remplacés par des copies (ou substituts) ou des photographies. Ces copies nombreuses, parfois trompeuses car particulièrement bien réalisées, indiquent que la muséologie saoudienne appliquée à l’archéologie en contexte universitaire plaide pour l’exposition de l’objet comme un moyen premier de connaissance, et non comme une fin en soi39.

Fig. 2 : Riyad, Université du roi Sa‘ūd, musée de la Faculté d’archéologie et de tourisme. Crédits: V. Cassola, 2013.

Fig. 2 : Riyad, Université du roi Sa‘ūd, musée de la Faculté d’archéologie et de tourisme. Crédits: V. Cassola, 2013.

18Le musée accorde une place solide à la représentativité du territoire puisque le discours porte principalement sur deux sites archéologiques et sur leurs objets, et non sur les populations qui les avaient bâtis et fabriqués (il n’y par exemple pas d’informations sur les morphologies des habitants ou les pratiques domestiques). Il s’agit de présenter les composantes archéologiques du territoire (vestiges d’habitat, objets, résidus de la faune et de la flore, etc.), ainsi que les similitudes entre certains objets trouvés dans les villes de Qaryat al‑Fāw et d’al‑Rabadha, et ceux des villes saoudiennes contemporaines.

  • 40 « Par Dieu ! Je vais dresser des embûches à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné » (Coran, (...)
  • 41 Il s’agit de notre hypothèse basée sur la réapparition sur la scène politique saoudienne, dès la R (...)
  • 42 Une salle dédiée à la statuaire préhistorique et préislamique avait été prévue avant d’être fermée (...)

19La reconnaissance de l’Arabie préislamique passe également par l’exposition d’une statuaire anthropomorphe, représentative de cultes polythéistes antiques dont la mémoire est bannie par la tradition coranique40. Il s’agit d’éléments exportés depuis les antiques Grèce et Égypte, ou fabriqués à Qaryat al‑Fāw : une statuette d’Isis tenant Horus des ie–iiie siècles av. J.‑C., importée d’Égypte, qui a pu bénéficier d’un culte domestique à Qaryat al‑Fāw ; deux statuettes d’Harpocrate relatives à un culte gréco‑romain ; une statuette d’Héraclès dont le culte avait dépassé les frontières du monde grec ; et une statuette de la déesse Artémis dont le style témoigne d’un modèle gréco‑romain. L’exposition de tels objets en contexte saoudien peut surprendre, mais témoigne de la volonté de présenter une histoire objective de l’Arabie préislamique, et ce dès le développement d’une muséologie saoudienne. Par la suite, une statuaire anthropomorphe préislamique sera également présentée dans un musée d’archéologie et de patrimoine ouvert à Riyad en 1978, avant d’être mise en réserve après la « réislamisation » du royaume à la suite de la Révolution iranienne41. Aujourd’hui, le statut universitaire du musée, relativement fermé au grand public, lui permet une indépendance vis‑à‑vis des autorités, parmi lesquelles le Comité pour la promotion de la vertu et la prévention du vice, chargé de faire respecter la tradition coranique, et qui s’est longtemps opposé à la présentation de tels objets dans le Musée national42.

20Passant outre les croyances religieuses et populaires relatives à l’appréciation des sociétés préislamiques et à l’exposition d’objets, le Département d’Archéologie a inauguré une archéologie qui ne pouvait être comprise sans la muséologie. Aujourd’hui encore, le musée universitaire n’est pas simplement associé à une démarche de recherche (collecte, diffusion, exposition), ou à un conservatoire d’antiquités poussiéreuses, mais bien considéré comme un module universitaire utile, tandis que la protection des antiquités est régie par la loi.

La protection et l’exposition des antiquités nationales

  • 43 L’Arabie saoudite a ratifié six conventions et protocoles relatifs à la protection du patrimoine, (...)

21Dès 1972, quatre ans avant le lancement du premier programme de fouilles archéologiques de grande ampleur, le ministère de l’Éducation a déjà prévu la protection juridique nationale et internationale43 des sites et objets collectés. Sont devenus prioritaires les soucis de leur conservation, de leur sauvegarde et de leur protection, notions couramment employées pour définir des actions qui visent à la pérennité d’un bien matériel meuble ou immeuble, ou immatériel. La protection des objets archéologiques n’est pas simplement un outil juridique. Elle participe à la transformation sémiotique de ces objets qui sont désormais considérés comme des antiquités nationales possédées par l’État et transmises par lui aux citoyens. Ce renversement, associé à l’instauration de la visite de sites historiques comme principe citoyen et au renforcement de l’exposition dans des musées publics, ne fait que renforcer la reconnaissance des vestiges préislamiques et islamiques du territoire comme parties intégrantes et légitimes de l’identité nationale saoudienne.

L’appropriation des antiquités par leur protection juridique

  • 44 Avant l’Arabie saoudite en 1972, huit pays arabes de la région et l’Iran avaient déjà promulgué de (...)
  • 45 De 60 à 2 500 euros.
  • 46 De 120 à 2 500 euros.

22La loi concernant les antiquités (niām al‑athār) promulguée par le roi Fayṣal en 1972 (et revue en 1998)44 définit une antiquité de la manière suivante : « un bien, meuble ou immeuble, construit, fabriqué, produit, adapté, ou conçu par l’Homme il y a plus de deux cents ans, ainsi que tout bien ayant acquis des caractéristiques archéologiques à partir de facteurs naturels anciens » (art. 5), soit tout objet antérieur à la création du premier État saoudien au xviiie siècle. La loi a également fourni des recommandations concernant la vente, l’exportation et la fouille d’antiquités, ainsi qu’une série de sanctions pénales. À titre d’exemple, quiconque détériorait, détruisait ou démolissait « sans permission » des antiquités appartenant à l’État ou à un propriétaire privé encourait une peine d’emprisonnement d’un mois à trois ans, et/ou une amende de 250 à 10 000 riyals45 (art. 67). Une personne qui volait une antiquité appartenant à l’État ou à un propriétaire privé encourait une peine plus lourde, de deux à trois ans d’emprisonnement, assortie d’une amende de 500 à 10 000 riyals46 et de l’obligation de restituer l’antiquité volée (art. 68). À première vue, le vol d’une antiquité, soit la dépossession de la souveraineté de l’État ou celle d’un propriétaire privé, était considéré comme acte plus répréhensible que tout acte de destruction ou de défiguration.

23L’importance de cette loi réside particulièrement dans l’exhortation aux municipalités de veiller à préserver les sites lors de travaux d’urbanisation (art. 12), ainsi que dans l’implication directe des citoyens à qui s’adressaient cette loi, à travers l’emploi des termes « propriétaire » (mālik) (art. 26, 32) et « individuels » (afrād) (art. 31). Aussi, tous les deux ans, le Département des Antiquités et Musées choisissait deux citoyens « connus pour leur érudition et leur intérêt pour les antiquités et les civilisations » pour siéger auprès de ministres au sein d’un Haut Conseil pour les Antiquités chargé d’accompagner les activités archéologiques.

  • 47 Wizāra al‑tarbiyya wa‑l‑ta‘līm, 2004, p. 44. Traduction par Bedos, 2006, p. 29.

24Les manuels scolaires sont également une source de reconnaissance et d’appropriation de l’histoire présaoudienne. La « protection de sites touristiques et historiques » (almuāfaa ala al‑manāiq al‑siyāiyya w‑al‑tārīkhiyya) est par ailleurs enseignée dans un manuel du cours d’ « éducation patriotique » (tarbiyya waaniyya). Dans une édition publiée en 2005, la matière est placée en troisième position des enseignements, après celles de la « place du royaume d’Arabie saoudite dans le monde islamique » (makāna al‑mamlaka al‑‘arabiyya al‑sa‘ūdiyya fi‑l‑‘ālam al‑islāmī) et de la « défense du pays » (al‑difā‘ an al‑balad) soit, avant la « production nationale » (al‑intāj al‑waanī) et les « valeurs importantes » telles que le temps, le travail ou l’engagement dans des activités sociales et de bienfaisance. Le manuel incite à la visite de lieux historiques pour son rôle d’« accroissement du sentiment patriotique et de la fierté nationale par la recherche du plaisir au contact de paysages, visions, vestiges et signes de beauté47 ».

  • 48 Heinich, 2010.

25En s’adressant ainsi aux écoliers, aux étudiants et aux citoyens, les autorités saoudiennes cherchent à faire émerger un « regard collectif », au sens sociologique du terme tel que l’entend Nathalie Heinich dans ses travaux48, à savoir le passage de la vision d’un objet à sa représentation et à son inscription dans le patrimoine d’une communauté.

26À la fois destinataires des antiquités des générations passées et véhicules principaux de la transmission aux générations futures, les citoyens saoudiens sont également invités à découvrir les antiquités dans des musées publics d’archéologie et de patrimoine populaire dont l’entrée est gratuite et dont la visite guidée est notamment prescrite pour les publics scolaires.

L’usage de l’exposition d’antiquités dans le développement d’un sentiment d’appartenance à la nation

  • 49 Le Département d’Archéologie a été transformé en Département d’Archéologie et de Muséologie en 197 (...)

27En 1967, l’ouverture précoce, soit presque dix ans avant le lancement des premières campagnes de fouilles archéologiques, d’un musée d’archéologie au cœur d’un département universitaire qui ne disposait encore ni de collections ni d’enseignement en muséologie49, atteste de l’importance de l’institution muséale aussi bien dans le savoir archéologique en construction, que dans les efforts de stimulation d’une conscience nationale à partir de la collecte et de l’exposition d’antiquités.

28Une décennie plus tard, en 1978, le premier « musée d’archéologie et de patrimoine populaire » (mataf al‑athār wa‑l‑turāth al‑sha‘bī) est fondé et s’installe, jusqu’à sa fermeture en 1999, au rez‑de‑chaussée du bâtiment du Département des Antiquités et Musées à Riyad. Bien que premier musée public — « public » étant compris ici comme hors des universités dont l’accès est restreint aux étudiants et personnes autorisées — implanté dans la capitale, il n’avait pas été pensé comme un musée national : le parcours de l’exposition permanente présentait l’histoire du territoire de la Préhistoire jusqu’à la révélation de l’islam et ne présentait pas l’unification du royaume ou la figure du roi ‘Abd al‑‘Azīz. Dans ce déroulé chronologique, des thématiques démontraient l’importance de la péninsule Arabique dans la région, notamment comme carrefour commercial (domestication du dromadaire, routes de commerce), politique (installation du roi babylonien Nabonide dans le nord, expéditions d’Alexandre le Grand sur le littoral oriental) et religieux (sanctuaires, lieux saints, routes de pèlerinage, berceau de l’islam).

  • 50 Cabinet d’architecture créé à Londres en 1969 par Michael Rice, spécialisé dans la conception de m (...)
  • 51 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 26.
  • 52 Mistri, 1992. p. 18.
  • 53 Reynolds, 1979, p. 17.

29De nouveau, un souci pédagogique peut être perçu dans la muséographie qui avait été déployée. Le parcours de l’exposition permanente était composé de salles disposées en cabinets, indépendants les uns des autres (une thématique par cabinet), mais reliées entre elles par une narration chronologique. Le visiteur profitait ainsi d’un chemin balisé. L’efficacité du discours était renforcée par l’absence de lumière naturelle et le choix d’une palette restreinte à cinq couleurs neutres (le gris, le blanc, le beige, l’ocre jaune et le noir). Ce traitement muséographique didactique a été associé à un nombre particulièrement important d’éléments transmettant le contenu (textes, photographies, cartes et schémas). Le cabinet d’architecture britannique Michael Rice and Company50, en charge de la conception de ce musée, a reconnu avoir implanté un nombre plus important de textes que celui qu’il est possible de rencontrer dans d’autres musées, européens notamment51. Il s’était inspiré d’une précédente expérience au Musée national du Qatar, où, malgré l’habitude d’une transmission orale de connaissances ou de mémoires dans la culture arabe, les textes installés étaient abondamment lus52. La cartographie, dispositif visuel particulièrement efficace qui permet de susciter et schématiser notions et idées, a été fréquemment mobilisée pour représenter le phénomène d’intégration de l’Arabie dans la région. Le musée de Riyad fonctionnait ainsi comme une prise de vues à intervalles réguliers de l’histoire préhistorique et antique du royaume53.

  • 54 Department of Antiquities and Museums, 1978.

30Ce musée étant fermé aujourd’hui, les textes de l’exposition permanente n’ont pas pu être analysés mais une lecture minutieuse d’un guide bilingue54 a permis d’étudier l’intégration de l’histoire archéologique dans l’historiographie du territoire saoudien. Les dénominations des salles sont parlantes puisque les trois premières évoquaient l’« archéologie », la « Préhistoire » et l’« art rupestre » du « royaume d’Arabie saoudite ». Évoquer l’Arabie saoudite, soit l’État unifié depuis 1932, pour parler d’archéologie et d’art rupestre peut se comprendre puisque sites et roches gravées appartiennent de facto au royaume aujourd’hui. En revanche, prétendre que les « Hommes vivent en Arabie saoudite depuis leur apparition » est révélateur d’une volonté d’étendre l’histoire du royaume sur le temps long. Ce phénomène se rapproche de celui relevé dans la loi de protection des antiquités qui insistait déjà sur l’intégration des sites et objets des temps préhistoriques, antiques et préislamiques dans l’histoire nationale.

  • 55 Al‑Rasheed, 2002, p. 189.

31Les lieux « université » et « musée » sont ainsi utilisés comme véhicules de la reconnaissance de l’archéologie préislamique du territoire, une discipline qui n’est toujours pas enseignée dans le cursus scolaire (primaire et secondaire) en 2018. En effet, le manuel d’« histoire du royaume d’Arabie saoudite » (tārīkh al‑mamlaka al‑‘arabiyya al‑sa‘ūdiyya), principal vecteur de transmission d’une histoire officielle55 dans les écoles primaires, les collèges et les lycées, ne remonte pas plus loin que le xviiie siècle, et se concentre sur la péninsule Arabique, tandis que la révélation de l’islam au viie siècle est laissée aux enseignants religieux. Les autorités saoudiennes ont continué à utiliser l’exposition d’antiquités en contexte muséal comme moyen d’appropriation d’une identité nationale saoudienne, dont le cœur remonterait aux vestiges d’un territoire commun qui existait bien avant d’être peuplé puis unifié sous l’étendard saoudien. Toutefois, la poursuite de l’ouverture de musées publics régionaux (1978–2005) puis d’un musée national (1999) par les autorités s’est accompagnée du développement de collections et musées privés qui, à leur manière et avec leurs objets, s’emploient à construire les modalités de leur appartenance à la nation saoudienne.

L’identification à la nation par le musée : l’objet au service d’un discours muséal éminemment politique

  • 56 Di Capua, 2009, p. 61‑62. Cité dans Determann, 2014, p. 104.

32La promulgation de la loi de protection des antiquités en 1972 et la création de la Fondation du roi ‘Abd al‑‘Azīz pour la Recherche et les Archives la même année, ont témoigné de l’utilisation conjointe de l’archéologie et de l’histoire nationale pour renforcer une identité nationale fragile. De cette manière, le territoire et la dynastie ont été « synchronisés dans un même mouvement vers le futur56 », un futur dont l’existence est assujettie au sentiment d’appartenance au royaume des Āl Sa‘ūd.

  • 57 Avant son unification en un « royaume d’Arabie saoudite », le territoire était composé d’un ensemb (...)
  • 58 Mistri, 1992, p. 38.

33Dans son étude de l’historiographie saoudienne, Jörg M. Determann explique que les efforts concomitants menés pour la redécouverte des sociétés passées et pour l’émergence de la figure de l’« unificateur » en la personne d’‘Abd al‑‘Azīz n’ont pas toujours été synonymes du remplacement des identités régionales ou tribales. Ils auraient plutôt favorisé le rassemblement de divers éléments constitutifs de l’identité nationale saoudienne : le passé archéologique du territoire, les traditions régionales tribales57, l’unification sous l’étendard Āl Sa‘ūd. Pourtant, bien que dénommé « musée régional d’archéologie et de patrimoine populaire », le premier musée de Riyad présentait très peu d’objets de patrimoine populaire. Une tente décorée de quelques objets avait été installée dans un jardin à l’entrée du bâtiment, puis quelques pièces avaient été exposées en 1983. Saker Mistri, éducatrice muséale indépendante, avait noté que ces salles, déconnectées des autres galeries, étaient particulièrement décevantes car « la scénographie était sans imagination, la sélection d’objets était juste [mais] les cartels étaient pauvres ou inexistants58 ». Le musée aurait ainsi participé d’une dynamique commune à celle de l’enseignement dans les écoles d’une histoire qui se désintéresse des spécificités régionales du territoire.

  • 59 Determann, 2014, p. 103.

34Dans les mêmes années 1970–1980, des historiens locaux continuent de publier des ouvrages dans lesquels ils racontent les histoires de leurs familles et de leurs régions, et célèbrent les cultures et traditions locales. Ces « contre‑discours » publiés à Beyrouth, au Caire, à Londres ou à Paris sont une réponse à la « saoudisation » de l’histoire nationale qui avait accompagné une politique économique de nationalisation permise à partir des revenus générés par l’exploitation pétrolière59.

35Le récit national saoudien tend alors à éliminer les faits contentieux ou concurrentiels pour créer une vision du passé avec ses propres images, sa rhétorique et ses symboles : le premier symbole est la région du Nejd, qui est le berceau historique des Āl Sa‘ūd depuis la création du premier État saoudien en 1744 ; puis, au cœur de Riyad, la forteresse du Masmak, qui est le premier bastion récupéré en 1902 par ‘Abd al‑‘Azīz ; enfin, le palmier surmonté des deux sabres, qui associe le symbole de la prospérité à ceux de la justice et de la puissance. Dans ce cadre, l’institution muséale allait progressivement servir les ambitions nationalistes de l’Arabie saoudite. De simple musée d’archéologie universitaire puis régional, le musée saoudien va user de l’archéologie pour devenir musée d’histoire nationale. En même temps, le désir porté par les historiens locaux de raconter leurs propres récits historiques a participé à un phénomène parallèle de création de musées privés hébergés dans les maisons de leurs propriétaires ou dans des lieux acquis pour l’occasion.

L’objet exposé au service de l’historiographie nationale

  • 60 Desvallées & Mairesse, 2011, p. 630.
  • 61 Al‑‘Aïn (Émirats arabes unis) en 1970, Bahreïn et Oman en 1974, Qatar en 1975.
  • 62 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 5.
  • 63 Michael Rice and Company Limited, Ibid, p. 18.

36L’utilisation du lieu « musée national » pour « incarner le patrimoine, figurer l’histoire, la glorifier, en renvoyant au peuple une image sinon flatteuse, au moins digne d’appropriation, de ses ancêtres, de son milieu naturel, de ses possibilités de développement60 » n’est pas nouvelle dans la péninsule Arabique. Dans les années 1970 également, les autres pays de la péninsule qui venaient d’accéder à l’indépendance inaugurent des musées nationaux61. Au Qatar, il s’agit notamment de pallier le manque d’une identité étatique claire62 ; en Oman, l’objectif du musée est de « résumer, dans l’espace disponible inévitablement restreint, la culture et l’histoire d’une société riche et complexe63 ». L’Arabie saoudite continue quant à elle de développer le concept de « musée régional » qui, sous couvert de s’intéresser à la muséalisation d’une région en racontant ses origines et ses composantes, renvoie systématiquement à l’intégration de cette région dans le royaume unifié.

Le réseau de musées régionaux, une autre unification du territoire

  • 64 Determann, 2014, p. 112.

37À la suite de l’ouverture d’un premier musée à Riyad, six musées régionaux ont été inaugurés en 1987 à al‑‘Ulā et à Taymā’ (nord‑ouest), à Dūmat al‑Jandal (nord), à Jīzān (sud‑ouest), à Najrān (sud), et à al‑Hufūf (est) (fig.1) et ce, malgré les coupes budgétaires dans les secteurs de l’éducation et de la recherche dues aux dépenses militaires inattendues liées à la guerre Iran‑Irak (1980–1983) et à une restructuration économique induite par les bas prix du pétrole64. Tous ont été construits à proximité d’un site archéologique remarquable ou, lorsque cela n’était pas possible, dans le centre de la ville la plus proche.

  • 65 Ces musées sont aujourd’hui en cours de rénovation.

38Sur les conseils du cabinet d’architecture britannique Michael Rice and Company qui avait soulevé les spécificités topographiques (immensité du territoire), archéologiques (sites disséminés et riches), et historiographiques (acclamation de l’unification du territoire et de son unificateur) de l’Arabie saoudite, ces musées ont été organisés en un réseau qui existe toujours aujourd’hui : réseau scientifique, puisque quatre sites sont historiquement liés (Dūmat al‑Jandal, Taymā’, al‑‘Ulā et Najrān comme lieux habités par les premières populations arabes et centres commerciaux importants le long des routes des caravanes) ; réseau administratif également, puisque ces musées témoignent de la volonté de quadriller le territoire de marqueurs d’une institution nouvelle et quasi inconnue des citoyens saoudiens. L’architecture par ailleurs identique des six bâtiments (longues bâtisses rectangulaires ne comportant qu’un seul niveau)65 procure une uniformité qui sert au repérage de l’institution muséale, et donc du pouvoir central, dans le paysage.

  • 66 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 27.
  • 67 Lieu proche d’al‑‘Ulā où plusieurs expéditions militaires avaient été lancées par Muḥammad.

39L’aménagement de l’intérieur de chaque bâtiment est également identique, avec une exposition permanente présentée en une unique salle de 200 mètres carrés. L’exposition raconte l’histoire du site archéologique et de la région dans lequel il s’inscrit, depuis la constitution géologique du territoire jusqu’à l’unification de ce dernier en 1932. La première fonction de ce parcours est éducative, les concepteurs ayant mis l’accent sur le principe de la narration continue66, offrant des séquences successives qui nécessitent d’être parcourues les unes après les autres pour appréhender le message général de l’exposition. Parmi les séquences thématiques de l’exposition du musée d’archéologie et de patrimoine populaire d’al‑‘Ulā, nous trouvions, avant sa fermeture pour rénovation en 2017, le mouvement des continents (araka al‑qārrāt) à l’origine de la péninsule, la Préhistoire (al‑‘ar al‑ajrī) dans la péninsule, les anciennes routes de commerce de l’Arabie (uruq al‑tijāra al‑qadīma fī al‑jazīra al‑‘arabiyya), Wādi al‑Qurā67 aux premiers temps de l’Islam (wādī al‑Qurā fī al‑‘ar al‑islāmī al‑mubakir) et la ville et l’oasis d’al‑‘Ulā en 1909 (madīna wa wādī al‑‘Ulā 1909/1327 H).

Fig.3 : Al‑‘Ulā, Musée d’archéologie et de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.

Fig.3 : Al‑‘Ulā, Musée d’archéologie et de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.
  • 68 Selon l’expression de la muséologue Carol Duncan, dans Duncan, 1991, p.94.

40L’enjeu de l’utilisation du musée dans le développement d’une conscience historique et nationale semble prendre le pas sur le simple récit de l’histoire et des traditions des communautés qui ont vécu sur le site et dans ses environs depuis la Préhistoire. L’absence de séparation physique des thématiques (fig. 3), par exemple par salles, accentue le discours sur la transformation du site depuis les temps géologiques jusqu’en 1932. L’exposition se clôt par un panneau consacré à la « vision du roi ‘Abd al‑‘Azīz » (baīra al‑malīk ‘Abd al‑‘Azīz), avec photographie du souverain (fig. 4). L’installation du panneau avant la sortie de l’exposition enjoint ainsi le visiteur à se rappeler le roi fondateur, ses actions et ses bienfaits. De manière implicite, le dispositif encourage également à toujours se souvenir que la ville d’al‑‘Ulā et son histoire millénaire appartiennent désormais au royaume d’Arabie saoudite, et à sa dynastie souveraine. Par ailleurs, l’installation du musée dans le centre‑ville, à proximité d’une route, de magasins, d’une école et d’une mosquée, participe de son intégration dans la vie quotidienne des habitants. Elle favorise également la transformation de l’activité « visite du musée » en un « rituel citoyen68 » qui encouragerait les sentiments de citoyenneté et de vertu civique.

Fig. 4 : Panneau consacré à ‘Abd al‑Azīz, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.

Fig. 4 : Panneau consacré à ‘Abd al‑Azīz, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.

L’omission des identités régionales

41Dans ce musée régional dit d’archéologie et de patrimoine populaire, les objets archéologiques et ethnographiques sont associés et exposés afin de raconter l’histoire millénaire du site. Toutefois, parmi les 255 objets exposés, seulement 71 ont trait à la tradition bédouine depuis le xixe siècle.

  • 69 Michael Rice and Company Limited London and Zuhair Fayez and Associates Jeddah, 1978, p. 14.

42Ce musée, comme les autres du réseau, a pourtant été pensé comme un espace communautaire devant « jouer un rôle actif dans la communauté locale, particulièrement en exprimant le rôle de l’histoire et des traditions des communautés locales dans l’histoire et la culture du royaume69 ». La vitrine affectée au site d’al‑‘Ulā du début du xxe siècle (fig. 5) souligne bien un souci de mise en valeur esthétique et sémiotique efficace des objets ethnographiques (une dubba ou outre, de la vaisselle de bois, des poids) puisqu’ils sont installés dans une vitrine imposante, sur des socles en hauteur et accompagnés de reproductions de photographies anciennes et récentes et d’un texte qui renseigne sur les activités commerciales entre les citadins (sukkān al‑madīna) et les Bédouins (al‑badū). Néanmoins, le discours reste fort peu dynamique et ne restitue en rien le caractère vivant de ce patrimoine et de sa mémoire. Placé en fin de parcours près de deux autres vitrines consacrées à la vie nomade du désert et aux travaux d’irrigation, cet ensemble semble simplement conclure le récit de l’installation puis de la sédentarisation de populations à al‑‘Ulā, depuis les temps préhistoriques jusqu’au début du xxe siècle. Ainsi, les occupations bédouines sont‑elles banalisées comme la suite logique d’occupations millénaires de communautés.

  • 70 Rautenberg, 2010, p. 6.
  • 71 Voir Cassola, 2016.

43Ces objets ethnographiques enfermés dans des vitrines n’agissent qu’en tant que simples représentants et symboles de traditions qui semblent éteintes. Ce choix muséographique relève de ce que Michel Rautenberg qualifie de patrimonialisation « institutionnelle » qui privilégie une conception générale de l’histoire et une « inscription des objets et lieux reconnus au sein de séries, de classes d’objets et de lieux70 ». Il en est de même au Musée national finalement inauguré à Riyad en 1999 où, dans une galerie consacrée à l’unification du royaume entre 1902 et 1925 par le roi ‘Abd al‑‘Azīz, des objets des régions du Nejd, d’al‑Ḥassa (al-Aḥsā’), de Hā’il et du Ḥijāz (soit les quatre premières régions conquises par ‘Abd al‑‘Azīz) sont exposés dans des reconstitutions architecturales factices et semblent servir d’illustration à un passé logiquement révolu dont la diversité a été happée pour le plus grand bien d’une unification nationale71.

Fig. 5 : Vitrines ethnographiques, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.

Fig. 5 : Vitrines ethnographiques, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.

La muséalisation en contexte privé ou la tentative de restitution d’identités régionales

L’institution « musée privé » en Arabie saoudite

  • 72 À l’instar des musées publics du royaume, ils n’ont pas encore été étudiés et bénéficient d’une ma (...)
  • 73 Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2012b.

44Les musées privés sont des institutions largement répandues en Arabie saoudite72. En 2013, le royaume comptait 500 collections privées dont 131 « musées », définis par la Commission saoudienne pour le Tourisme et le Patrimoine national (scth) comme propriétés non‑gouvernementales ou appartenant à des particuliers73. Les premiers musées privés ont été inaugurés dans les années 1970–1980 alors que des ouvrages étaient publiés par des historiens locaux, et en réaction aux musées d’archéologie et de patrimoine populaire qui, comme l’absence de discours concernant les objets du patrimoine populaire a été démontrée, ne laissent pas de place aux identités autres que l’identité nationale saoudienne.

  • 74 Extrait d’un entretien mené avec William Facey à Londres en novembre 2013.
  • 75 Ce centre dédié au développement culturel du royaume culturel réunira un musée, une bibliothèque, (...)
  • 76 Chatziantoniou, 2013, p. 380.

45Dans le cadre de la conception des musées publics, la scth, et d’autres ministères en charge de musées dans le royaume, ont toujours fait appel à des collectionneurs privés dont certaines pièces archéologiques ou ethnographiques pouvaient être utiles. William Facey, alors membre du cabinet Michael Rice and Company dans les années 1970, raconte ainsi que sa mission de conception des premiers musées régionaux l’avait amené à collecter des objets ethnographiques bédouins chez des collectionneurs privés74. Depuis 2008, les concepteurs des galeries muséales du King Abdulaziz Center for World Culture75 — dont l’ouverture est prévue en 2018 à Dhahran (al-Ẓahrān) — font également appel à des collectionneurs dans le but de faire un recensement exhaustif des vêtements et autres textiles traditionnels saoudiens et d’exposer quelques pièces dans les galeries du futur musée76.

46Pour exister, un musée privé doit posséder une licence délivrée par la scth. La licence comporte les droits et devoirs du propriétaire, notamment en matière d’horaires d’ouverture et de fermeture, de procédures de sécurité en cas d’incendie, et d’inventaire des objets possédés. Elle stipule également que la scth dispose d’un droit de regard sur la nature des pièces. Aussi, les musées privés dédiés à l’histoire de l’État saoudien doivent-ils obtenir des autorisations de la part de la Fondation du roi ‘Abd al‑‘Azīz pour la Recherche et les Archives qui, depuis sa création en 1972, centralise les archives et les recherches sur le royaume et la dynastie Āl Sa‘ūd.

  • 77 Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2017.
  • 78 Saudi Commission for Tourism and Antiquities, 2011.
  • 79 Nous remercions François Villeneuve pour ces informations.

47En théorie, d’après une révision de la première loi des antiquités, il est désormais interdit à tout citoyen, qu’il soit collectionneur ou non, de détenir, collecter et exposer des objets archéologiques dont la possession relève exclusivement de l’État. En 2011, 2012 et de nouveau en 201777, la scth a notamment organisé une campagne d’incitation à la restitution d’objets archéologiques, suivie d’une exposition officielle de ces pièces. Il s’agit d’encourager les citoyens et les étrangers possédant des antiquités saoudiennes à respecter la loi et à devenir les acteurs principaux de la protection du patrimoine du royaume. En échange de leur bonne volonté, la scth s’engage à verser un dédommagement financier et à assurer la transmission de ces objets dans des musées et autres expositions internationales78. En pratique, certains collectionneurs semblent faire fi de l’interdiction de posséder des antiquités, tels Ibrāhīm Ṣiyyadī et Ibrāhīm Muftāḥ, érudits et historiens locaux proches de la scth79, qui exposent des objets archéologiques dans leurs musées respectifs sur l’île de Farasān, sur la mer Rouge. Le premier possède et expose de nombreuses stèles cintrées anépigraphes et aniconiques, et des blocs avec décors sculptés ; le second, des silex, des inscriptions latines et d’autres islamiques, des poteries et des monnaies.

  • 80 Il s’agit de formations destinées à développer des compétences. Des formations professionnalisante (...)
  • 81 Voir Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2012a.
  • 82 Department of Antiquities and Museums, 2000.

48En contrepartie de la bonne tenue des règles édictées, la scth s’engage à offrir aux propriétaires de musées privés un soutien financier, ainsi que des formations en muséographie, gestion de collections ou accueil des publics80. En 2012 et 2014, trente collectionneurs ont été accueillis à Sharjah et à Dubaï (Émirats arabes unis) où ils ont visité des musées privés et publics81. La Commission propose également le recensement de ces musées dans un guide général des musées du royaume82 et sur les sites internet. Ainsi, le site Saudi Tourism (sauditourism.sa) ne cite‑t‑il pas moins de vingt‑deux musées privés à Riyad, aux côtés des seuls cinq musées publics qui dépendent de la Commission (le Musée national, le musée d’archéologie de l’Université du roi Sa‘ūd, le Musée de la monnaie, le musée de la forteresse de Maṣmak, le Musée de l’aviation Ṣaqr al‑Jazīra).

  • 83 Radke & Al‑Senan, 2015, p. 92.

49Depuis 2011, la scth propose un forum biannuel spécialement dédié aux musées privés. Cet événement, qui a accueilli près de 130 collectionneurs à Riyad en 2011 et à Médine en 2013, a pour objectif de réunir des propriétaires de musées privés et des archéologues afin de partager les expériences de chacun et de rendre compte des missions de la Commission dans le soutien accordé au développement des musées privés et dans l’intégration de ces derniers dans la diversification de l’industrie touristique saoudienne. De son côté, l’organisation non‑gouvernementale « The Saudi Preservation Society » accompagne les propriétaires de musées privés dans la recherche de financements et le développement de compétences en gestion, administration, conservation des collections et accueil des visiteurs83.

Les identités exposées dans les musées privés

  • 84 Nous remercions ici le Dr ‘Awād Al‑Zahrānī, ancien directeur général des musées à la scth qui nous (...)

50Les collectionneurs installent leurs musées privés dans des bâtiments spécifiques ou dans leurs maisons où des aménagements sont effectués pour accueillir des vitrines et faciliter le passage des visiteurs. À Riyad, par exemple, le collectionneur ‘Abd Allāh Qasim al‑Maghribī a ouvert, au début des années 2000, un musée au rez‑de‑chaussée de sa maison84. L’accumulation d’objets qu’il achète dans des salles des ventes depuis le milieu des années 1970 et le souhait de les exposer l’ont obligé à déplacer les espaces de vie — et donc sa famille — progressivement, puis définitivement, au premier étage.

  • 85 Pour Chloé Josse‑Durand, chercheuse à l’Institut français de recherche en Afrique, l’institution « (...)

51Alors que le gouvernement saoudien se charge de formuler un discours sur le passé et de l’intégrer dans le récit national qu’il développe dans ses musées, les musées privés rendent publique la manière dont leurs propriétaires perçoivent l’histoire du pays, ainsi que leurs histoires individuelles, notamment dans l’accumulation d’objets dits « ethnographiques » qui sont sous‑représentés dans les musées publics. Ces objets, transmis de génération en génération ou acquis en salles des ventes ou auprès d’autres collectionneurs, représentent ainsi des traditions et savoir‑faire régionaux que les propriétaires de musées privés ont choisi de transmettre85.

52Les collections des musées privés saoudiens sont de deux types que nous appellerons dans une perspective descriptive « ethnographique » pour le premier, et « historique » pour le second. Les collections ethnographiques rassemblent principalement des objets de la vie quotidienne du xixe au xxie siècle : vêtements, ustensiles de cuisine, bijoux, outils agricoles, sellerie pour dromadaires, métiers à tisser et à teindre, animaux empaillés, armes, manuscrits, livres, instruments de musique, équipements de communication (écrans de télévision, appareils photographiques et radiophoniques) et de transport (voitures, motos). Les collections historiques comportent des objets qui ont trait à l’histoire du royaume d’Arabie saoudite : photographies, portraits peints ou tissés des rois, coupures de journaux, monnaies et billets, souvenirs de la compagnie Saudi Airlines, et drapeaux parmi d’autres objets. Certains musées possèdent également des spécimens de la faune, ornithologiques ou maritimes. Ces objets peuvent être des souvenirs familiaux transmis de génération en génération, ou acquis directement auprès de particuliers ou dans des salles des ventes à Riyad, Jeddah, Dammam, Hā’il ou Ṭā’if.

53Un collectionneur peut n’exposer que des objets ethnographiques, représentatifs de sa région d’origine notamment, ou collectés ailleurs. C’est le cas à Taymā’, dans le musée qu’un collectionneur, Fahd Ṣāliḥ al‑Fajr, a installé dans un bâtiment dans la cour de sa maison. Le musée présente principalement des outils agricoles et des ustensiles de cuisine de Taymā’ ou de la région de Hā’il, ainsi que des mortiers dont certains proviennent d’Égypte, de Syrie et d’Irak. Ces objets sont alignés les uns à la suite des autres, suivant une classification par typologie d’objets (meules, vanneries), avec précision des endroits où ils peuvent être trouvés (« lieu pour dormir », « cuisine », « armurerie ») (fig. 6). Certains sont accompagnés de cartels en langue arabe et anglaise, qui mentionnent le nom de l’objet, son lieu de production et sa datation. Cette dernière est intéressante puisque ce n’est pas une année qui est indiquée, mais véritablement un âge, tels pour les mortiers précités ou les sangles pour dromadaires qui auraient quatre‑vingt‑dix ans. Tous ces objets sont intégrés dans « le patrimoine qui est l’héritage des parents et des grands‑parents » (al‑turāth maūrūth al‑abā’ w‑al‑ajdād), tel que l’indique un panneau à l’entrée du musée. Ces dispositifs muséographiques de transmission de contenus ne sont pas systématiques dans tous les musées privés ; le musée d’‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī déjà cité n’en propose aucun.

Fig.6 : Salle du musée privé Fahd Ṣāliḥ al‑Fajr, Taymā’. Crédits : V. Cassola, 2015.

Fig.6 : Salle du musée privé Fahd Ṣāliḥ al‑Fajr, Taymā’. Crédits : V. Cassola, 2015.

54Dans ce musée de Taymā’, les références à l’histoire saoudienne et à la famille royale sont quasiment inexistantes, à l’exception du drapeau national, de quelques riyals et des portraits des rois ‘Abd al‑‘Azīz, Fayṣal, Fahd et Khālid.

55Ce n’est pas le cas à Riyad du musée de ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī qui propose une salle principale dédiée au patrimoine ethnographique aux côtés d’autres qui sont consacrées à la famille royale, à la compagnie aérienne Saudi Airlines et à la monnaie nationale. Dans la salle « ethnographique », les objets sont classés et exposés par typologies (cafetières, produits de beauté féminins, télévisions, outres, bijoux, voitures miniatures, plaques d’immatriculation, etc.). Quelques portraits du roi ‘Abd al‑‘Azīz sont présentés, l’histoire nationale saoudienne semblant s’intégrer aux cultures régionales.

56Le roi fondateur et ses fils sont présentés dans une salle spéciale où des coupures de journaux cohabitent avec des portraits en tout genre (photographies noir et blanc, dessins, peintures) et de toute taille (fig. 7). Une étagère est dédiée au seul roi Sa‘ūd, premier dans l’ordre de succession, qui a régné de 1953 à 1964. Plus loin, une salle entière expose la monnaie saoudienne : elle rassemble des billets collectés par ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī directement auprès de la Banque centrale. Autre démonstration du respect ainsi affiché à l’histoire et à l’identité saoudienne, la licence délivrée par la scth autorisant ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī à posséder un musée est placardée, quand bien même ce n’est pas une obligation, dès la porte d’entrée de l’établissement.

Fig. 7 : Salle du musée privé ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī.

Fig. 7 : Salle du musée privé ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī.
  • 86 Bonnot, 2014, p. 93.
  • 87 Bonnot, 2014, p. 93.

57L’accumulation d’objets et l’agrandissement du musée a obligé le propriétaire à « pousser les murs » jusqu’à faire déplacer sa famille dans les étages supérieurs. Ainsi, le musée fait‑il intégralement partie de l’espace domestique et de la vie familiale du propriétaire, et participe de l’image que ce dernier veut offrir à ses visiteurs. Si le lieu de l’intimité, l’espace domestique, constitue une mise en scène de soi plus ou moins affirmée et explicite86, l’aménagement de cet espace en lieu d’accueil ouvert aux étrangers reflète la volonté du propriétaire de dévoiler son attachement à des objets et aux identités qu’ils renferment. Émerge alors ce que Thierry Bonnot nomme dans ses travaux sur l’ « attachement aux choses » une « performance domestique87 » soit un récit que l’occupation des lieux produit tout en le vivant. Ce sentiment est renforcé par la personne même du propriétaire, qui est tour à tour collectionneur, muséographe et guide, accueillant le visiteur et l’accompagnant dans sa déambulation tel que nous l’avons vécu lors de sa rencontre en 2013.

Conclusion

58L’analyse muséographique de divers musées publics et privés d’Arabie saoudite a démontré l’existence d’une muséologie dédiée à l’utilisation de l’objet exposé dans la mise en valeur de l’histoire saoudienne d’une part, et dans l’incitation à l’appropriation d’un patrimoine commun, d’autre part. De manière étonnante, si nous nous arrêtons aux seuls fondements « wahhabites » qui ont prévalu à l’existence du royaume saoudien, cette muséologie a prioritairement concerné l’exposition d’antiquités préislamiques qui, une fois redécouvertes, ont intégré le giron du patrimoine national. Dans les musées privés, des objets populaires hérités ou achetés côtoient des effigies et autres souvenirs de la famille royale.

  • 88 Bourdieu, 1994, p. 82. Cité dans Bonnot, 2014, p. 104.
  • 89 Determann, 2013, p.65.

59Musées publics et musées privés saoudiens exposent des objets collectés et rassemblés, comme le dirait Pierre Bourdieu, « en fonction d’une intention globale88 », c’est‑à‑dire réunis pour créer entre eux des connexions (temporelles, géographiques, symboliques) qui servent un discours. C’est le cas par exemple de la « galerie de l’unification » du Musée national à Riyad, dans laquelle des armes et reproductions de documents administratifs des années 1900–1920 sont exposés en regard de reconstitutions de l’architecture des premières régions conquises par ‘Abd al‑‘Azīz Āl Sa’ūd. Prises individuellement, les armes et les documents racontent la conquête et la mise sous tutelle progressive d’une partie de la péninsule ; les reconstitutions et autres objets ethnographiques témoignent de la variété de coutumes régionales. Associés, tous ces éléments concourent à raconter le processus de l’unification saoudienne qui s’est employé à « supprimer les traditions politiques, religieuses et sociales existantes89 ».

  • 90 Demoule, 2003.
  • 91 Ce témoignage est particulièrement intéressant puisque les habitants d’al‑‘Ulā ne pensaient pas av (...)

60Dans les musées publics, la mise en valeur des antiquités a ainsi bénéficié de l’absence d’objets ethnographiques pourtant collectés et conservés par les autorités saoudiennes. Les analyses muséographiques concluent à une meilleure appropriation mémorielle des vestiges archéologiques d’où surgit pourtant la « présence réelle de ceux que l’on croyait anéantis90 ». Une présence réelle mise en exergue par la matérialité d’objets qui auraient pu, ou auraient dû, disparaître à l’avènement de l’islam et des États saoudiens successifs, telles les statues qui représentaient, pour les habitants de la ville d’al‑‘Ulā au début du xxe siècle, les « anciens habitants métamorphosés en pierres pour ne pas avoir voulu écouter les enseignements du prophète Ṣāliḥ91 ». Toutefois, ces objets préislamiques semblent inoffensifs puisqu’ils ne sont pas des supports de revendications nationalistes qui pourraient revendiquer la propriété de tel ou tel objet, puisque les sociétés qui les ont fabriqués ne sont pas reconnues comme des ancêtres des actuels Sa’ūd — le seul ancêtre est bien ‘Abd al‑‘Azīz ? En revanche, les broderies de couleur violette des vêtements des jeunes garçons du Ḥijāz dans les années 1930, sont autant de marqueurs régionaux qui remettent en cause le blanc immaculé du costume national instauré en 1932.

  • 92 Al‑Muaymīd, 2016.
  • 93 Festival organisé par la Garde nationale, chaque année depuis 1985 dans le village de Janādriyya, (...)
  • 94 Al‑Rasheed, 2002, p. 195.

61Aussi, la force de la muséologie saoudienne qui accompagne la politique mémorielle et nationaliste de la dynastie régnante réside-t-elle dans l’exposition d’objets archéologiques comme preuves de la richesse millénaire du territoire que quiconque habitant ce territoire ne pourrait nier, ni remettre en cause. La transformation de ces objets muséalisés, ou objets de musées, renforce leurs valeurs historiques et concourt à leur appropriation. Inversement, exposer des objets ethnographiques serait une manière de reconnaître leur existence et leur histoire. La muséologie institutionnelle développée en Arabie saoudite privilégie une conception savante et désincarnée des histoires régionales qui met en avant une inscription des objets et des lieux au sein de séries et de thématiques (vie dans le désert, agriculture traditionnelle) au détriment d’une mémoire incarnée par les habitants. Dans un article intitulé « Al‑mataf bayt al‑aslāf wa‑dhākaratuhum » (« le musée est la maison ancestrale des souvenirs »)92, le journaliste et écrivain saoudien Yūsuf al‑Muḥaymīd regrette que le Musée national ne présente aucun artiste ou écrivain saoudien contemporain, représentant vivant de l’identité nationale saoudienne dont la ferveur est pourtant tant recherchée par les autorités. Seul le festival annuel Janādriyya93 peut sembler mettre en valeur le patrimoine bédouin. Selon Madawi al‑Rasheed, ce festival permet à la famille royale de montrer son dévouement à la préservation du patrimoine tribal, mais certains citoyens le perçoivent comme un événement destiné à la folklorisation de pratiques et coutumes94.

  • 95 Aux côtés, par exemple, des salles des ventes, des réseaux socionumériques et des arts plastiques.

62Les musées privés ouverts depuis les années 1970 en réaction à une saoudisation de l’historiographie semblent figurer parmi les lieux privilégiés95 de la promotion et de la transmission d’histoires régionales et locales délaissées dans les musées publics. Par l’exposition d’outils, de bijoux, d’armes et de vêtements fabriqués et portés jusque dans les années 1930, les musées privés proposent la découverte d’une histoire pré‑saoudienne qui est exclue des musées officiels.

63Néanmoins, si certains musées privés présentent des éléments archéologiques et ethnographiques provenant de la région natale de leurs propriétaires, d’autres ne manquent pas de donner à voir de nombreux journaux, portraits et monnaies représentatifs de la dynastie Āl Sa‘ūd que nous retrouvons peu dans les musées publics : le Mémorial du roi ‘Abd al‑‘Azīz ouvert en 1999 au rez‑de‑chaussée de sa dernière résidence, le palais Murabba’, est le seul musée à exposer les effets personnels du roi ‘Abd al‑‘Azīz ; les portraits des successeurs sont présentés uniquement dans la dernière salle du musée de la forteresse du Masmak. L’exposition conjointe d’objets traditionnels et d’effigies officielles offre ce qui semble être le rassemblement d’une identité familiale, intemporelle, ancestrale avec une identité saoudienne fabriquée, que chaque citoyen acquiert par sa naissance. Énième preuve de la multiplicité des formes de collecte et d’exposition dans le processus d’identification à la nation saoudienne.

Haut de page

Bibliographie

Adams R. M. et al., « Saudi Arabian archaeological reconnaissance 1976: The preliminary report on the first phase of the Comprehensive Archaeological Survey Program », ATLAL, The Journal of Saudi Arabian Archaeology, Riyadh, Department of Antiquities and Museums, Ministry of Education, vol. 1, 1977, p. 21‑40.

Al‑Ansary A.-R., Qaryat al‑Fau: A Portrait of Pre‑Islamic Civilisation in Saudi Arabia, London, Croom Helm, 1982.

Al‑Khowaiter A., “Preface”, ATLAL, The Journal of Saudi Arabian Archaeology, Riyadh, Department of Antiquities and Museums, Ministry of Education, Vol. 1, 1977, p. 5.

Al‑Mani M. A. & Sbit as‑Sbit A. Cultural policy in the Kingdom of Saudi Arabia, Paris, Unesco, 1981.

Al‑Muaymīd Y., « Al‑matḥaf bayt al‑aslāf wa‑dhākaratuhum », Al‑Jazirah [Online], 24 Feb. 2016, accessed on 17 April 2018, URL : <http://www.al‑jazirah.com/2016/20160223/ms9.htm>.

Al‑Rasheed M., A History of Saudi Arabia, Cambridge, Cambridge University Press, 2002.

Al‑Rasheed M., “The capture of Riyadh revisited: Shaping historical imagination in Saudi Arabia”, in M. Al‑Rasheed & R. Vitalis (eds), Counter‑narratives: History, Contemporary Society, and Politics in Saudi Arabia and Yemen, London, PalgraveMacmillan, 2004, p. 183‑200.

Bedos E., La construction identitaire : dialectique et négociation: l’invention d’une hijazité. Mémoire de master, Institut d’Études Politiques de Paris, 2006, Non publié.

BenoistMéchin J., Fayçal, roi d’Arabie : l’homme, le souverain, sa place dans le monde (1906–1975), Paris, Albin Michel, 1975.

Bonnenfant P., Fonds Paul Bonnenfant: collection Arabie saoudite [En ligne], 2011, consulté le 17 avril 2018, URL : <http://e‑mediatheque.mmsh.univ‑aix.fr/collection/icono/bonnenfant/as/Pages/default.aspx>.

Bonnot T., L’attachement aux choses, Paris, CNRS Éditions, 2014.

Boswell D. & Evans J. (eds.), Representing the Nation: A Reader: Histories, Heritage and Museums, London, Routledge, 1999.

Bourdieu P., « L’illusion biographique », in Raisons pratiques: sur la théorie de l’action, Paris, Seuil, p. 81‑89.

Cassola V., “Saudi Arabian National Museum: Unexpected collections and narratives?”, in P. Erskine‑Loftus, M. Ibrahim Al‑Mulla & V. Hightower (eds.), Representing the Nation: The Use of Museums and Heritage to Create National Narratives and Identity in the Arabian Peninsula, London, Routledge, 2016, p. 175‑190.

Chatzantoniou K., “Documenting and collecting textiles in Saudi Arabia”, in P. Erskine‑Loftus (ed.), Museums and the Material World: Collecting the Arabian Peninsula, Edinburgh & Boston, MuseumsEtc, 2013, p. 376‑411.

Choay F., L’Allégorie du patrimoine, Paris, Éditions du Seuil, 1992.

College of Tourism and Archaeology, Museum of Archaeology, Riyadh, Kingdom of Saudi Arabia, Ministry of High Education, King Saud University, College of Tourism and Archaeology, Departement of Archaeology, 2004.

Da Lage O, Géopolitique de l’Arabie Saoudite, Paris, Éditions Complexe, 2006.

Demoule J.‑P., « Les pierres et les mots : Freud et les archéologues », Alliage [En ligne], n° 52, octobre 2003, consulté le 17 avril 2018, URL :<http://revel.unice.fr/alliage/?id=4017>.

Department of Antiquities and Museums, An introduction to Saudi Arabian Antiquities, Riyadh, Department of Antiquities and Museums, Ministry of Education, Kingdom of Saudi Arabia, 1975.

Department of Antiquities and Museums, The Museum of Archaeology and Ethnography, Riyadh, Saudi Arabia: A handbook for visitors, Riyadh, Department of Antiquities and Museums, Ministry of Education, 1978.

Department of Antiquities and Museums, Dalīl al‑matāif fī al‑mamlaka al‑arabiyya al‑sa‘ūdiyya, Riyadh, Deputy Ministry of Antiquities and Museums, Ministry of Education, Kingdom of Saudi Arabia, 2000.

Desvallées A. & Mairesse F. (éds), Dictionnaire encyclopédique de muséologie, Paris, Albin Michel, 2011.

Determann J. M., Historiography in Saudi Arabia: Globalization and the State in the Middle East, London, I. B. Tauris, 2014.

Di Capua Y., Gatekeepers of the Arab Past: Historians and History Writing in Twentieth Century Egypt, Berkeley, University of California Press, 2009.

Duncan C., “Art Museums and the Ritual of Citizenship”, in I. Karp & S. D. Lavine (eds.), Exhibiting cultures: The Poetics and Politics of Museum Display, Washington/London, Smithsonian Institution Press, 1991.

« En Irak, les djihadistes justifient la destruction des sites de Mossoul pour des raisons religieuses », in Le Monde, 29.07.2014, consulté le 17 avril 2018, URL : <http://www.lemonde.fr/proche‑orient/article/2014/07/29/irak‑les‑djihadistes‑de‑l‑ei‑expliquent‑avoir‑detruit‑les‑sites‑de‑mossoul‑pour‑des‑raisons‑religieuses_4464364_3218.html>.

Gregorova A., « La muséologie, science ou seulement travail pratique du musée ? », Mu Wop/Do Tram, n° 1, 1980, p.20‑21.

Heinich N., « La construction d’un regard collectif : le cas de l’Inventaire du patrimoine », Gradhiva, n° 11, 2010, p. 162‑180.

Jaussen A. & Savignac R., Mission archéologique en Arabie, ii : El‑‘Ela, d’Hégra à Teima, Harrah de Tebouk : texte, Le Caire, Institut français d’archéologie orientale, 1914.

JosseDurand C., « Exposer l’objet ethnographique, mettre en scène la nation : la muséographie incertaine des musées communautaires au Kenya », Mambo !, vol. X, n° 5, 2012, p. 1‑6.

Lehmbruck M., « Urbanisme », Museum International, vol. XXVI (3/4), 1974, p. 129‑267.

Masry A. H., “Introduction: The Historic Legacy of Saudi Arabia”, in ATLAL, The Journal of Saudi Arabian Archaeology, Riyadh, Department of Antiquities and Museums, Ministry of Education, 1977, vol. 1., p. 9‑19.

Michael Rice and Company Limited London and Zuhair Fayez and Associates Jeddah, A Planning Study for the Six Site Museums in the Kingdom of Saudi Arabia: The Policy and the Scope of the Project, 1978.

Michael Rice and Company Limited, Museum Design and Planning Services, London, Michael Rice and Company Limited, 1981.

Ministry of Higher Education, Saudi Arabian Universities, Riyadh, Ministry of Higher Education, Kingdom of Saudi Arabia, 2006.

Mistri S., Museums in the Kingdom of Saudi Arabia: Their Development, Significance and Future Direction, Mémoire de recherche, Bank Street College Education, New York, 1992. Non publié.

Mouline, N., « Les oulémas du palais », in Archives de sciences sociales des religions [En ligne], 2010, consulté le 17 avril 2018, URL : <https://assr.revues.org/21954>

Poulot D., Musée, nation, patrimoine (1789–1815), Paris, Gallimard, 1997.

Radke H. & AlSenan M., “Fusion Cuisine and Bedouin Handcraft: The Transformative Power of Heritage Preservation in Saudi Arabia”, The Public Historian, Vol. 37, No. 2, May 2015, p. 89‑96.

Rautenberg M., « Patrimoine et populaire sont‑ils compatibles ? Éléments pour une discussion critique de la notion de patrimoine populaire », in J.‑C. David & S. Müller Celka (éds), Patrimoines culturels en Méditerranée orientale : recherche scientifique et enjeux identitaires. 4e atelier (25 novembre 2010). Patrimone institutionnel et patrimoine populaire. L’accession au statut patrimonial en Méditerranée orientale. Rencontres scientifiques en ligne de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, Lyon, 2010.

Reynolds B., “A walk through history”, Aramco World, March–April, 30(2), 1979, p. 12‑18.

RigouletRoze D., Géopolitique de l’Arabie saoudite, Paris, Armand Colin, 2005.

Sardar Z., Histoire de La Mecque : de la naissance d’Abraham au xxie siècle, Paris, Payot, 2015.

Saudi Commission for Tourism and Antiquities, Saudi Arabian Antiquities Recovered from Within the Kingdom and Abroad, Riyadh, 2011.

Saudi Commission for Tourism and National Heritage, “Owners of private museums are introduced to UAE experience”, Saudi Commission for Tourism and National Heritage [Online], 8 Dec. 2012, accessed on 17 April 2018, URL : <https://www.scta.gov.sa/en/mediaCenter/News/GeneralNews/Pages/z‑g‑1‑8‑12‑12.aspx>.

Saudi Commission for Tourism and National Heritage, “Private museum license requirements”, Saudi Commission for Tourism and National Heritage [Online], 21 Dec. 2012, accessed on 17 April 2018, URL : <https://scth.gov.sa/en/Museums/PrivateMuseums/Pages/PMCond.aspx>.

Saudi Commission for Tourism and National Heritage, “SCTH begins preparations to hold ‘First Antiquities Forum of Kingdom of Saudi Arabia’ in Riyadh”, Saudi Commission for Tourism and National Heritage [Online], 10 Oct. 2017, accessed on 17 April 2018, URL : <https://www.scta.gov.sa/en/MediaCenter/News/GeneralNews/Pages/z‑g‑2‑12‑6‑17.aspx>.

Tisseron S., « Nos objets quotidiens », Hermès, n° 25, 1999, p. 57‑66.

Toelle H. & Zakharia K., À la découverte de la littérature arabe du VIe siècle à nos jours, Paris, Flammarion, 2005.

Wizāra al‑tarbiyya wa‑l‑ta‘līm, Al‑tarbīa al‑waanīa li‑l‑saff al‑thalith al‑muawassit, 2004.

Zawisza M., « Le patrimoine yéménite ravagé », Le Journal des Arts, 8 janvier–21 janvier 2016, 448, p. 7.

Haut de page

Notes

1 Voir Poulot, 1997 ; Choay, 1992 ; Boswell & Evans, 1999.

2 Sardar, 2015.

3 Zawisza 2016, p. 7.

4 « En Irak, les djihadistes justifient la destruction des sites de Mossoul pour des raisons religieuses », in Le Monde, 29.07.2014.

5 Rigoulet‑Roze, 2005, p. 18.

6 Les tombeaux et leurs ornements du sanctuaire de La Mecque , les tentures décorées de la Ka’aba, le tombeau de Muḥammad à Médine.

7 Des maisons, des ornements de mosquées et des tombes vénérées, le monument qui marquait le site de la naissance de Muḥammad, la maison de sa première femme Khadīja, celle du calife Abū Bakr. Voir Rigoulet‑Roze, 2005, p. 69.

8 « Que de cités avons‑Nous fait périr, parce qu’elles commettaient des tyrannies. Elles sont réduites à des toits écroulés : Que de puits désertés : Que de palais édifiés (et désertés aussi) ! » (Coran, xxii, 45).

9 Toelle & Zakharia, 2005, p. 26.

10 Rigoulet‑Roze, 2005, p. 17.

11 Da Lage, 2006, p. 42.

12 Al‑Rasheed, 2002, p. 193.

13 Tels Muḥammad Ṣāliḥ Naṣīf (1895–1973), fondateur du journal awt al‑ijāz ou ‘Abd al‑Quddūs al‑Anṣārī (1905–1983) qui publia des articles dans les journaux Al‑Muqtaaf et Al‑Murshid al‑‘Arabī. Cf. Determann, 2014, p. 63 sqq.

14 Al‑Rasheed, 2004, p. 183.

15 En 1902 (1316 H), ‘Abd al‑Azīz Āl Sa‘ūd prend Riyad où il défait l’émir Al‑Rashīd, avant de débuter une conquête progressive qui mènera à la proclamation de l’unification du royaume d’Arabie saoudite en 1932.

16 Un article est en cours de publication sur ces musées.

17 L’article s’appuie sur des sources textuelles et muséographiques collectées dans le cadre d’une thèse de doctorat en langues, littératures et civilisations, et muséologie, soutenue en décembre 2016. La méthodologie s’est principalement concentrée sur l’analyse muséographique des expositions permanentes et temporaires (objets, scénographie, textes) afin de rendre compte du processus d’exposition en contexte saoudien.

18 Comme ce fut le cas en Syrie en 1919 ou en Irak en 1922.

19 Benoist‑Méchin, 1975.

20 Voir Bonnenfant, 2011.

21 Le psychiatre Serge Tisseron parle de « relations qui nous lient aux objets » dans Tisseron, 1999.

22 al‑Mani & Sbit as‑Sbit, 1981.

23 Faysal Al Saoud cité dans Al‑Ansary, 1982, p. 5.

24 Ministry of Higher Education, 2010, p. 33.

25 Selon une brochure éditée par la Faculté de Tourisme et d’Archéologie en 2004.

26 Il fut le premier à soutenir une thèse sur cette période, à l’Université de Leeds, en 1966.

27 Al‑Ansary, 1982, p. 14.

28 Determann, 2014, p. 123.

29 Les archéologues de l’Université du roi Sa‘ūd se sont ensuite intéressés au site préislamique de Dedan et au site islamique d’al‑Mābiyāt.

30 Al‑Khowaiter, 1977, p. 5.

31 À titre d’exemples : à Koweït, premier musée national (1957) et première loi de protection des antiquités (1960) de la région ; à Bahreïn, première expédition archéologique par Geoffrey Bibby en 1953. Voir les numéros de la revue Kuml édités entre 1954 et 1970.

32 Masry, 1977, p. 9.

33 Adams et al., 1977, p. 22.

34 Georg August Wallin en 1840, Charles M. Doughty en 1876, Richard Francis Burton en 1877, Charles Huber en 1878 et 1883, les Pères Janssen et Savignac entre 1907 et 1910, William H. I. Shakespear en 1911, Henry Field en 1925.

35 College of Tourism and Archaeology, 2004, p. 6.

36 Anciennement Faculté des Arts, de 1957 à 1978.

37 Lehmbruck, 1974, p. 139.

38 Lors de la visite, certains objets étaient exposés dans Routes d’Arabie. Archéologie et Histoire de l’Arabie saoudite, présentée alors aux États‑Unis.

39 À l’image des théories de la nouvelle muséologie développée en France dans les années 1970. Voir Desvallées & Mairesse, 2011, p. 409.

40 « Par Dieu ! Je vais dresser des embûches à vos idoles, dès que vous aurez le dos tourné » (Coran, xxi, 57‑58).

41 Il s’agit de notre hypothèse basée sur la réapparition sur la scène politique saoudienne, dès la Révolution iranienne de 1979, des ulémas qui avaient été bureaucratisés et tenus éloignés du pouvoir durant le règne du roi Fayṣal (1964–1975). Voir Mouline, 2010.

42 Une salle dédiée à la statuaire préhistorique et préislamique avait été prévue avant d’être fermée le jour de l’inauguration du musée en 1999. La position des ulémas a toutefois été de nouveau bousculée à l’automne 2017, à l’occasion de la présentation au Musée national de l’exposition temporaire Routes d’Arabie, dans laquelle des statues avaient été placées dès la première salle.

43 L’Arabie saoudite a ratifié six conventions et protocoles relatifs à la protection du patrimoine, dont la Convention pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé, avec règle d’exécution (La Haye, 14 mai 1954) et la Convention concernant la protection du patrimoine mondial, culturel et naturel (Paris, 16 novembre 1972).

44 Avant l’Arabie saoudite en 1972, huit pays arabes de la région et l’Iran avaient déjà promulgué des lois relatives à la protection de leurs antiquités : l’Égypte (1912, 1951), l’Iran (1930), le Liban (1933), l’Irak (1936), la Syrie (1953), l’Afghanistan (1958), le Koweït (1960), le Yémen du Nord, les Émirats arabes unis et le Bahreïn (1970).

45 De 60 à 2 500 euros.

46 De 120 à 2 500 euros.

47 Wizāra al‑tarbiyya wa‑l‑ta‘līm, 2004, p. 44. Traduction par Bedos, 2006, p. 29.

48 Heinich, 2010.

49 Le Département d’Archéologie a été transformé en Département d’Archéologie et de Muséologie en 1978, avant d’intégrer la Faculté de Tourisme et d’Archéologie en 2005.

50 Cabinet d’architecture créé à Londres en 1969 par Michael Rice, spécialisé dans la conception de musées. Le cabinet a particulièrement développé ses activités dans la péninsule Arabique où il a été en charge du renouvellement de la Government House Exhibition à Bahreïn (1974), du musée d’archéologie d’Oman (1975), du Musée national de Doha (1975) et des musées régionaux d’Arabie saoudite (1974–1987). Les autorités saoudiennes avaient notamment choisi ce cabinet pour ses connaissances de la région.

51 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 26.

52 Mistri, 1992. p. 18.

53 Reynolds, 1979, p. 17.

54 Department of Antiquities and Museums, 1978.

55 Al‑Rasheed, 2002, p. 189.

56 Di Capua, 2009, p. 61‑62. Cité dans Determann, 2014, p. 104.

57 Avant son unification en un « royaume d’Arabie saoudite », le territoire était composé d’un ensemble de régions organisées autour de structures tribales, et dont les coutumes (cuisine, vêtements, etc.) étaient très différentes les unes des autres. Da Lage, 2006, p. 26.

58 Mistri, 1992, p. 38.

59 Determann, 2014, p. 103.

60 Desvallées & Mairesse, 2011, p. 630.

61 Al‑‘Aïn (Émirats arabes unis) en 1970, Bahreïn et Oman en 1974, Qatar en 1975.

62 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 5.

63 Michael Rice and Company Limited, Ibid, p. 18.

64 Determann, 2014, p. 112.

65 Ces musées sont aujourd’hui en cours de rénovation.

66 Michael Rice and Company Limited, 1981, p. 27.

67 Lieu proche d’al‑‘Ulā où plusieurs expéditions militaires avaient été lancées par Muḥammad.

68 Selon l’expression de la muséologue Carol Duncan, dans Duncan, 1991, p.94.

69 Michael Rice and Company Limited London and Zuhair Fayez and Associates Jeddah, 1978, p. 14.

70 Rautenberg, 2010, p. 6.

71 Voir Cassola, 2016.

72 À l’instar des musées publics du royaume, ils n’ont pas encore été étudiés et bénéficient d’une maigre littérature. Les principales informations proviennent de documents officiels édités par la scth, de quelques articles, et d’une observation limitée. L’étude de leur développement et l’analyse de leurs spécificités muséographiques sont donc à produire.

73 Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2012b.

74 Extrait d’un entretien mené avec William Facey à Londres en novembre 2013.

75 Ce centre dédié au développement culturel du royaume culturel réunira un musée, une bibliothèque, une salle de cinéma et une salle de théâtre.

76 Chatziantoniou, 2013, p. 380.

77 Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2017.

78 Saudi Commission for Tourism and Antiquities, 2011.

79 Nous remercions François Villeneuve pour ces informations.

80 Il s’agit de formations destinées à développer des compétences. Des formations professionnalisantes sont également proposées dans les universités, notamment celle l’Université du roi Sa‘ūd à Riyad.

81 Voir Saudi Commission for Tourism and National Heritage, 2012a.

82 Department of Antiquities and Museums, 2000.

83 Radke & Al‑Senan, 2015, p. 92.

84 Nous remercions ici le Dr ‘Awād Al‑Zahrānī, ancien directeur général des musées à la scth qui nous a permis de rencontrer ‘Abd Allāh Qāsim Al‑Maghribī et de visiter son musée.

85 Pour Chloé Josse‑Durand, chercheuse à l’Institut français de recherche en Afrique, l’institution « musée privé » sert généralement à « représenter des communautés et des cultures historiquement marginalisées par l’État central et peu associées à la dialectique nationale. Voir Josse‑Durand, 2012, p. 1.

86 Bonnot, 2014, p. 93.

87 Bonnot, 2014, p. 93.

88 Bourdieu, 1994, p. 82. Cité dans Bonnot, 2014, p. 104.

89 Determann, 2013, p.65.

90 Demoule, 2003.

91 Ce témoignage est particulièrement intéressant puisque les habitants d’al‑‘Ulā ne pensaient pas avoir devant eux des idoles préislamiques contraires à l’enseignement monothéiste du Coran, mais bien le résultat d’un châtiment divin. Jaussen & Savignac, 1914, p. 59‑60

92 Al‑Muaymīd, 2016.

93 Festival organisé par la Garde nationale, chaque année depuis 1985 dans le village de Janādriyya, près de Riyad. Pendant deux semaines, des activités sont organisées autour de la thématique du patrimoine populaire : concerts de musique traditionnelle, spectacles de danse, courses de dromadaires et de chevaux, expositions d’objets d’artisanat.

94 Al‑Rasheed, 2002, p. 195.

95 Aux côtés, par exemple, des salles des ventes, des réseaux socionumériques et des arts plastiques.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation des sites archéologiques cités. Crédits: V. Cassola, 2018.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 214k
Titre Fig. 2 : Riyad, Université du roi Sa‘ūd, musée de la Faculté d’archéologie et de tourisme. Crédits: V. Cassola, 2013.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 553k
Titre Fig.3 : Al‑‘Ulā, Musée d’archéologie et de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Titre Fig. 4 : Panneau consacré à ‘Abd al‑Azīz, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 347k
Titre Fig. 5 : Vitrines ethnographiques, al‑‘Ulā, Musée d’archéologieet de patrimoine populaire. Crédits: V. Cassola, 2015.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Titre Fig.6 : Salle du musée privé Fahd Ṣāliḥ al‑Fajr, Taymā’. Crédits : V. Cassola, 2015.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 633k
Titre Fig. 7 : Salle du musée privé ‘Abd Allāh Qāsim al‑Maghribī.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3425/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 613k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Virginia Cassola, « Musées publics et musées privés en Arabie saoudite : l’identification à la nation par l’exposition d’objets archéologiques et ethnographiques », Arabian Humanities [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 14 juin 2018, consulté le 16 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cy/3425 ; DOI : 10.4000/cy.3425

Haut de page

Auteur

Virginia Cassola

Docteure en langues, littératures et civilisations de l’Université de Lorraine

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals