Navigation – Plan du site
Lectures

Samson A. Bezabeh, Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia

Cairo, The American University in Cairo Press, 2016, XVI + 252 pages
Simon Imbert-Vier 
Référence(s) :

Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia / Samson A. Bezabeh. - Cairo: The American University in Cairo Press, 2016.- XVI + 252 p.

Texte intégral

1Samson Abebe Bezabeh est un anthropologue qui ne craint pas d’affronter la diachronie et les archives pour présenter la situation des migrants ou habitants « yéménites » de la Corne de l’Afrique. Il revendique même une « utilisation anthropologique de l’histoire » pour analyser des situations contemporaines (p. 22). Cette étude, qui renouvèle très largement celle, plus partielle, d’Alain Rouaud (1997), apporte un éclairage novateur, ancré dans les réalités sociales, idéologiques et politiques concrètes de la Corne, sur des groupes et des individus qui naviguent entre autochtonie et extranéité, et pour lesquels le « modèle généalogique » souvent proposé se révèle très insuffisant (p. 10).

2Situant aussi son propos dans le cadre des études sur l’océan Indien, Samson Bezabeh propose une alternative aux analyses qui pensent les diasporas en termes de réseaux et de capacités culturelles au profit d’une compréhension du rôle des contraintes, en particulier celles exercées par les États ou empires sur les circulations concrètes et la situation des individus. Il utilise la perspective historique pour nuancer l’affirmation selon laquelle les Yéménites, dans l’océan Indien considéré comme un système, circulent librement dans des réseaux, et pour montrer qu’ils sont au contraire contraints dans leur vie et leurs circulations par les États et empires territorialisés. Il en conclut que « the romantic figure of the Yemeni traveler does not exist » (p. 183).

3Alternant la présentation de situations concrètes et des considérations théoriques, Samson Bezabeh étudie les interactions entre les Yéménites et les États qui administrent les territoires djiboutien et éthiopien. Soucieux de s’intégrer dans les débats en cours sur la nature de l’État éthiopien, il fait l’effort de définir l’Etat éthiopien. Pour lui, l’expansion éthiopienne au xixe siècle ne peut être considérée comme impériale, car elle est limitée à des territoires contigus. Il s’agit, bien plutôt, d’un État semi-dépendant soumis lui-même à une domination néocoloniale (p. 21) — Bezabeh reprenant ici l’idée défendue par Bahru Zewde de « semi-colonial relationship » (1991, p. 85). Cette correspondance lui permet d’unifier la situation de ces territoires par la qualification d’État/empire.

4Ouvrant la première partie, « Regulating spaces », le chapitre 2 décrit une présence yéménite dans la Corne inscrite dans une très longue durée d’échanges et de circulations entre les rives de la mer Rouge et avec les territoires de l’intérieur. Il rappelle ainsi que l’informateur d’Arnauld d’Abbadie en 1841 (et non 1808) à Tadjoura était un Yéménite, qui le soutint face aux Britanniques lorsqu’enjeux personnels et impériaux, déjà, se mélangeaient. À ce moment, des Yéménites étaient présents le long des routes commerciales de la Corne, depuis la côte jusqu’aux plateaux, intégrés aussi dans des réseaux commerçants et religieux étudiés par Ahmed Hassen Omer (2007). Au début du xxe siècle, le chemin de fer de Djibouti à Addis Abeba fournit un nouvel accès aux Yéménites, mais qui restait difficile. Soumis au statut discriminatoire de l’indigénat en territoire français, les Yéménites voyageaient en 3e classe et étaient relégués à Mägala, le quartier « africain » de Dire Dawa. En Éthiopie, étrangers et non-dépendants de l’église orthodoxe, ils étaient rattachés à plusieurs légations. Partout, leur « circulation est contrôlée et leur habitat compartimenté » (p. 56) par les outils de l’État bureaucratique : régulation des navigations et des frontières, surveillance des épidémies, enregistrements des personnes, documents d’identité…

5Le chapitre 3 étudie les changements qui surviennent dans la situation des Yéménites de la Corne après la Seconde Guerre mondiale, lorsque la question de la citoyenneté, au cœur du rapport à l’État, devint centrale pour les possibilités de mouvement des individus. À Djibouti, l’accès à une nationalité française sans citoyenneté leur fut favorisé dès 1937 par un décret exceptionnel dans le droit français, afin en particulier de faciliter leur embauche comme chauffeurs sur les navires des Messageries Maritimes. Ils y devinrent progressivement « citoyens français de statut local » entre 1946 et 1956. En Éthiopie, devenus nationaux, ils tentèrent de redevenir Yéménites après la révolution de 1974 pour fuir le pays, mais ceux qui parvinrent au Yémen furent alors qualifiés de Habasha-s (Éthiopiens) et victimes de discriminations.

6Depuis les années 1990, les difficultés de circulation augmentent. Djibouti a expulsé 10 000 Yéménites en 2003 (sur 100 000 étrangers en tout), et l’Arabie saoudite 800 000 dix ans plus tard, dont beaucoup sont allés en Éthiopie où ils sont considérés comme étrangers. La guerre civile au Yémen a entrainé un flux inverse d’environ 10 000 réfugiés à Djibouti en 2015. Les États structurent alors les mobilités par des identités inscrites dans les papiers.

7Les deux premiers chapitres de la seconde partie, intitulée « The shaping of Yemenis’ opportunities », analysent des situations concrètes dans lesquelles se sont trouvés les Yéménites, dans des relations économiques (travailleurs, entrepreneurs ou contrebandiers) ou politiques. Des entrepreneurs yéménites étaient bien présents dans les transports et le commerce au tournant du xxe siècle, et, dépendant des évolutions politiques (par exemple l’interdiction du commerce des armes ou des esclaves à Djibouti), ils ont pu concurrencer les entreprises industrielles coloniales dans le transbordement et l’approvisionnement des navires. En 1929, 2755 dhows venus du Yémen transportent 18 millions de francs de marchandises. Certains de ces acteurs commerciaux sont parvenus à contourner la ségrégation et se sont installés dans le « quartier européen » de Djibouti. Quelques uns se sont engagés dans la sphère politique, comme Saïd Ali Coubèche (Sa‘īd ‘Alī Kubāsh), fort de ses affaires des deux côtés du Bāb al-Mandab. Certains ont participé, plus récemment, à l’émergence d’une « classe transnationale », comme le milliardaire Muḥammad Ḥusayn al‑‘Amūdī, important investisseur en Éthiopie qui a mobilisé sa fortune — construite en Arabie Saoudite — et des catégories nationales — son père est yéménite et sa mère éthiopienne — pour résister aux États. Cependant, la plus grande partie des travailleurs yéménites sont entrés dans une concurrence difficile sur le marché du travail local. Considérés globalement comme des citoyens de seconde classe par l’État colonial, puis postcolonial, ils ont été contraints à toujours soutenir le pouvoir en place pour espérer être protégés de ses exactions. Au cours de la « partition ethnique » en Éthiopie après 1991, ils ne sont pas apparus comme une catégorie spécifique et territorialisée.

8Le dernier chapitre, « State vision, imperial hierarchies: being a Muslim Yemeni », interroge en particulier la compréhension par les États du statut religieux des Yéménites. Selon les colonisateurs français, leur « arabité » rapprochait leurs pratiques de l’islam de celles des Algériens, prototypes des musulmans administrés et considérés comme « supérieurs » aux « animistes africains », mais aussi comme de dangereux « fanatiques anticoloniaux » adeptes du panarabisme à partir des années 1950. Ils s’intégrèrent concrètement assez facilement dans la société djiboutienne, où ils purent se marier et occuper des fonctions religieuses ou administratives importantes. Après l’indépendance, l’adhésion de Djibouti à la Ligue arabe et la diffusion de conceptions unifiant les musulmans banalisèrent leur situation mais diminuèrent leur influence religieuse.

9En Éthiopie, si leur caractère « sémitique » les rapprochait des dominants et permit à certains d’obtenir des fonctions importantes, leur religion les exclut de l’intégration dans les cercles des responsables chrétiens, ce qui les invita à la conversion. Après 1974, l’État banalisa la position de l’islam, et les Yéménites furent alors contraints de se positionner plus souvent entre une « arabité » revendiquée et une « éthiopianité » nécessaire au quotidien.

10En conclusion, l’auteur interroge la notion de classe sociale qu’il confronte à celle d’ethnicité dans la relation à l’État. Il se demande « pourquoi les Yéménites des basses classes s’unissent à leurs exploiteurs yéménites contre les travailleurs des autres groupes ethniques » (p. 193). À Djibouti, le contrôle des structures ethniques assure l’accès au sommet des classes sociales, et c’est l’intégration progressive dans une « citoyenneté graduée » (p. 196) liée à l’ethnicité qui marque les différences de classes. Il montre ainsi qu’une approche qui se base sur d’autres notions que les réseaux et le cosmopolitisme permet d’éclairer de façon nouvelle la situation des Yéménites dans l’océan Indien.

11À la lecture de cet ouvrage dense, qui ajoute à la mobilisation d’une importante bibliographie la fréquentation d’archives et des enquêtes de terrain, on acquiert une bonne compréhension de la situation des Yéménites de la Corne. On peut maintenant poursuivre des interrogations sur les modalités de leurs changements de position : comment deviennent-ils parfois — ou aussi — Éthiopiens ou Djiboutiens, dans leur relation à l’État et à la société, et plus généralement, en fonction de quels besoins ou contraintes se rattachent-ils à d’autres appartenances ? Quels sont les points de passage de ces changements, les ressources mobilisées, les marqueurs possibles de ces appartenances et leurs évolutions ?

12Cette étude est une lecture indispensable pour celles et ceux qui s’intéressent aux circulations banales dans la Corne de l’Afrique, à la réalité des constructions sociales qu’elles produisent et aux questions théoriques qu’elle apportent. Étape importante dans la compréhension des sociétés de la Corne, elle bouscule et éclaire les représentations locales et ouvre de riches perspectives de recherche.

Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia

Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia
Haut de page

Bibliographie

Bezabeh S. A., « Yemeni families in the early history of Addis Ababa, Ethiopia ca. 1900–1950 », Cahiers d’études africaines [En ligne], 204 | 2011, mis en ligne le 06 janvier 2014, consulté le 22 novembre 2017. URL : <https://journals.openedition.org/etudesafricaines/16891>.

Ahmed Hassen Omer, Islam, commerce et politique dans l’Ifat (Éthiopie centrale) au xixe siècle : l’émergence d’une ville carrefour, Aleyyu Amba, thèse de doctorat d’histoire, Paris I, dir. Bertrand Hirsch, 2007, 2 vol.

Bahru Zewde, A History of Modern Ethiopia, 1855–1974, London, James Currey, Eastern African Studies, 1991 (2e éd. 1999), 244 p.

Rouaud A., « Pour une histoire des Arabes de Djibouti, 1896–1977 », Cahiers d’études africaines, n° 146, vol. 37-2, 1997, p. 319-348. URL: <http://www.persee.fr/doc/cea_0008-0055_1997_num_37_146_3516>.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/3443/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Simon Imbert-Vier , « Samson A. Bezabeh, Subjects of Empires/Citizens of States: Yemenis in Djibouti and Ethiopia », Arabian Humanities [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 07 décembre 2017, consulté le 22 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cy/3443

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals