Navigation – Plan du site
Lectures

Jean-François Breton, en collaboration avec Jean-Claude Bessac. Les bâtisseurs des deux rives de la Mer Rouge. Traditions et innovations architecturales du IXe siècle av. J.-C. au VIe siècle ap. J.-C. Builders across the Red Sea. Ninth Century BC to Sixth Century AD.

Annales d’Éthiopie, Hors-Série 5, Éditions De Boccard / Centre Français des Études Éthiopiennes, 2015, 308 p.
Christian Darles
Référence(s) :

Les bâtisseurs des deux rives de la Mer Rouge. Traditions et innovations architecturales du IXe siècle av. J.-C. au VIe siècle ap. J.-C. Builders across the Red Sea. Ninth Century BC to Sixth Century AD. / Jean-François Breton ; Jean-Claude Bessac (coll.).- Annales d’Éthiopie, Hors-Série 5, Éditions De Boccard-Centre Français des Études Éthiopiennes, 2015, 308 p.

Texte intégral

1La publication proposée par Jean-François Breton avec la collaboration de Jean-Claude Bessac est un ouvrage de synthèse conçu comme un manuel bilingue, français-anglais, destiné aux chercheurs et aux archéologues qui œuvrent de part et d’autre de la Mer Rouge. En cette période de destruction du patrimoine archéologique de nombreux pays du Proche-Orient, cette parution est nécessaire pour tous ceux qui s’intéressent à l’histoire et à l’archéologie et qui tentent des parallèles et des comparaisons entre des traditions constructives distinctes, à la fois proches et pourtant originales.

2L’ouvrage, en noir et blanc, est largement illustré et comporte trois cents pages. Il possède huit chapitres en français pour cent quatre pages et huit chapitres en anglais représentant quatre-vingt-neuf pages, avec soixante-dix pages pour cent trente-six illustrations, classées approximativement selon la numérotation et l’ordre des chapitres. Ces derniers comprennent, pour chaque section, un texte relatif à l’Arabie du Sud et un autre, en caractères italiques, relatif à l’Éthiopie. Un index doublé d’un glossaire en français, consacré principalement à la taille de la pierre et à la construction (sept pages et cent deux occurrences) clôture le livre par ailleurs doté d’une bibliographie importante et d’une table des illustrations.

3Nous ne commenterons, ci-dessous, que la partie rédigée en français. Nous notons cependant que, dans les titres et les textes rédigés en anglais, il existe de notables différences dans la traduction des contenus. Les auteurs expliquent ceci dans la « Note liminaire » et dans « The note to the Reader » en précisant que la version anglaise n’est pas une traduction intégrale du texte français.

4Les neuf pages du chapitre 1 sont consacrées aux milieux géographiques des deux régions en insistant sur les rapprochements qu’il est nécessaire de faire en terme de gestion de l’environnement, de climat et également de géologie. Quelques lignes importantes sont consacrées à la maîtrise de l’irrigation de crues ou de pente, à la maîtrise de l’agriculture en terrasse et au contrôle du couvert arboré.

5Le chapitre 2, de quatre pages, traite de l’histoire des recherches archéologiques en Éthiopie et en Arabie du Sud en pointant les similitudes et les disparités ; ces deux régions, soulignent les auteurs, n’ont été ouvertes que bien tardivement aux chercheurs occidentaux qui, très tôt, ont noté la présence de types architecturaux et constructifs témoins des relations entre les deux rives de la mer Rouge.

6Les sept pages du chapitre 3 sont dédiées aux matériaux de construction entre le VIIIe et le Ier siècle avant notre ère mais ne concernent que l’Arabie du sud. Un accent particulier est mis sur les procédés d’extraction, sur la taille de la pierre et sur la préparation en carrière ou à pied d’œuvre des blocs nécessaires à la réalisation de parements sophistiqués. Les autres matériaux comme la terre ou le bois sont abordés plus simplement, ce qui est expliqué par le nombre faible d’études les concernant.

7Le chapitre 4, de quinze pages, est consacré à la maçonnerie. Ces pages concernent principalement le travail des bâtisseurs et leurs choix respectifs. Les appareils, les assemblages et les différentes tailles font l’objet de textes riches et importants pour tous ceux qui s’intéressent à l’architecture. Plusieurs paragraphes sont consacrés aux éléments architecturaux mis en œuvre que ce soit en termes de dispositifs, de distributions ou de dispositions. Un accent particulier est mis sur la décoration des piliers, sur les dalles sculptées et sur les nombreuses inscriptions gravées sur des champs polis. L’originalité des techniques et des procédés utilisés est soulignée en insistant sur leur originalité et en prenant en exemple les assemblages et les chaînages aussi bien que la nature et la composition des parois à double parement.

8Le chapitre 5, neuf pages, concerne l’architecture en terre et en bois. L’emploi extensif de la brique de terre crue mise en œuvre aussi bien dans les massifs de fondations que dans des plateformes est accompagné par une description des architectures en brique et des nombreux pavages dégagés lors des différentes fouilles. C’est la présence d’une architecture en bois qui a bien souvent surpris les chercheurs. La construction de parois dotées d’une ossature de bois complexe est ici décrite en référence aux différentes études déjà publiées. N’est pas oubliée la présence de nombreux éléments porteurs verticaux, colonnes ou piliers ; pas plus que celle de plafonds, parfois découverts la plupart du temps calcinés.

9Le chapitre 6, de douze pages, s’intéresse aux fortifications de l’Arabie du Sud et à l’urbanisme ; quelques lignes sont consacrées à l’Éthiopie ce qui peut s’expliquer par la méconnaissance ou l’absence de remparts du côté occidental de la mer Rouge. Les fortifications de l’Arabie du Sud sont bien connues par la thèse d’un des auteurs et par différents travaux menés à Shabwa (Ch. Darles, sous presse), ainsi qu’à Mârib et à Sirwâh par les archéologues allemands. Ce chapitre est l’occasion d’aborder la relation complexe entre architecture et urbanisme en insistant sur le tracé des fortifications et sur leurs franchissements.

10Les dix pages du chapitre 7 concernent l’architecture domestique dans les deux régions, en référence directe aux études menées en Éthiopie à Matarâ, Axoum, Yeha ou Wakarida notamment, et au Yémen, plus particulièrement, à Shabwa, Mâ’rib, Tamna’ ou Raybûn. L’habitat, ordinaire ou palatial, commence à être bien connu des deux côtés de la mer Rouge, ce chapitre en témoigne en insistant sur l’existence de nombreuses maisons tours et sur les organisations des plans caractéristiques et distinctes avec des dispositions originales. Plusieurs paragraphes sont consacrés à des exemples précis tels le grand monument de Tamna’, le palais royal de Shabwa ou, dans le Tigray, les palais d’Axoum et le bâtiment du Grat Beal Guebri (nommé Administrative Building par les archéologues allemands) à Yeha fouillé partiellement par Francis Anfray et en cours d’étude par la mission allemande du Deutsches Archäologisches Institut.

11On peut regretter l’absence d’un chapitre spécifique consacré à l’architecture religieuse qui présente des particularités évidentes aussi bien en Hadhramawt, que dans le Jawf ou dans le royaume de Saba. Les auteurs auraient pu ainsi insister sur l’originalité des temples du Jawf, sur les dernières études menées, par les Italiens, à Bâraqish (temple de Naqrah et temple d’ʿAthtar) et sur celles accomplies par la mission allemande à Mârib (temple Bar’ân) ou celles concernant Sirwâh (Almaqah et Five Pillars Building). Le temple Awwam proche de Mârib, malgré un déficit dans les publications de l’American Foundation for the Study of Man, n’est que peu cité malgré son originalité constructive. Les temples du Tigray ne sont que peu abordés et auraient mérité une plus longue explication de leur faible nombre. Plusieurs campagnes menées par différentes missions ont ainsi été consacrées au « temple minéen » de Yéha et ont permis différentes hypothèses de restitution.

12Le chapitre 8, de treize pages, présente de manière équilibrée l’architecture et la construction des périodes dites tardives sur les deux rives de la mer Rouge ; la partie consacrée au travail de la pierre à Axoum est de fait novateur. À la suite de plusieurs ouvrages les auteurs reprennent la méthodologie affinée en Arabie du Sud. Ils partent des matériaux de construction pour aborder la taille, le travail à pied d’œuvre puis en œuvre. Un accent particulier est mis sur l’architecture monumentale d’Axoum et sur l’apparition de l’arche. Ils terminent ce chapitre en soulignant la présence, en Arabie, de décors qui n’ont pas l’équivalent au Tigray.

13La conclusion de l’ouvrage, en deux pages, tente de caractériser les nuances qui existent entre les civilisations d’Axoum et de Himyar, au début de notre ère, en insistant sur l’isolement des deux royaumes et une absence de contact supposée même si, quelques années plus tôt Jean-François Breton tentait des comparaisons, malgré des datations différentes et éloignées, entre le temple d’as-Sawdâ’ - 8e s. av. J.-C., dans le Jawf yéménite, et le Nefas Mawcha – 3e s. ap. J.-C. (Breton 2011). Peut-être faudrait-il pourtant, à propos de cet imposant édifice d’Axoum, chercher vers Alexandrie une tradition et une influence dans les procédés de déplacement et de levage de quelques-unes des plus hautes stèles du monde connue et de ce qui semble être le plus grand monolithe horizontal mis en œuvre à cette époque de l’histoire de l’Abyssinie ? Le Nefas Mawcha mesure en effet 6,40 m par 17, 30 m pour 1,50 m d’épaisseur en moyenne et la plus haute stèle plus de 32 m.

14Le long chapitre consacré aux illustrations (p. 105-176) est particulièrement riche. Les figures sont habilement numérotées en fonction des chapitres ce qui facilite les renvois entre le texte et les images. Même si la totalité de ces images est déjà connue et publiée, il nous semble judicieux de nous la présenter à nouveau en illustration d’un nouveau propos comparatif

15L’ouvrage se fonde en grande partie sur les travaux archéologiques menés par les deux auteurs, plus particulièrement au Yémen, dans le Jawf et en Hadhramawt, surtout à Shabwa. La part de l’Éthiopie est parfois absente (chapitre 3) ou relativement réduite (chapitre 4, chapitre 5 - moins de deux pages sur neuf, chapitre 6 - moins d’une page sur douze). L’ouvrage élaboré en 2013 ne fait pas état, bien entendu, des dernières études menées par les archéologues à Sirwâh et Bâraqish – les deux temples sont en cours de publication. Les missions de sauvetages menées dans la vallée du Jawf avec la découverte fortuite du temple d’Aranyada en 2004 ne sont pas mentionnées. Les recherches allemandes dans le Tigray sont peu documentées malgré plusieurs articles, il est vrai beaucoup plus récents que cet ouvrage.

16La qualité des illustrations, issues principalement, pour la quasi-totalité, d’ouvrages déjà publiés, n’est pas toujours à la hauteur de l’importance du texte et certaines ne possèdent pas l’échelle graphique qui permettrait de donner la mesure des objets ou des édifices. La lecture de certaines cartes et plans de villes antiques, trop petits, est parfois ardue ; par exemple les plans de Bâraqish (6.12) et de Sirwâh (6.7) publiés ici sont anciens et ont été largement redessinés et récemment publiés par les archéologues. Malgré cette édition à l’économie des figures, leurs légendes permettent utilement de se reporter au texte et aux ouvrages initiaux.

17La bibliographie comporte trois cent trente-trois occurrences dont, uniquement, cinquante-neuf consacrées à l’Éthiopie, ce qui semblerait indiquer le retard de l’archéologie dans cette région de l’Afrique de l’Est. Si plusieurs ouvrages cités dans les légendes des illustrations ne figurent pas dans la bibliographie générale, cela ne nuit pas pour autant à la compréhension générale du propos particulièrement riche. On doit cependant constater l’absence de l’ouvrage de Francis Anfray (Le site de Dongour – Axoum-Éthiopie : recherches archéologiques) paru en 2013, à l’époque où cette présente publication était en préparation.

18En conclusion, outre quelques coquilles, inexactitudes (la mer Rouge ne s’est pas ouverte il y a « 30 milliards » d’années) et erreurs d’impression il est nécessaire de souligner l’importance de ce manuel comparatif qui, pour la première fois, aborde les relations architecturales entre les deux rives de la mer Rouge. Il reste de première importance pour la communauté des chercheurs intéressés par cette région du monde qui, de tout temps, a attiré les historiens, les aventuriers de tout bord et les archéologues.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Darles, « Jean-François Breton, en collaboration avec Jean-Claude Bessac. Les bâtisseurs des deux rives de la Mer Rouge. Traditions et innovations architecturales du IXe siècle av. J.-C. au VIe siècle ap. J.-C. Builders across the Red Sea. Ninth Century BC to Sixth Century AD. », Arabian Humanities [En ligne], 9 | 2017, mis en ligne le 30 juin 2018, consulté le 15 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cy/3569

Haut de page

Auteur

Christian Darles

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • OpenEdition Journals