Navigation – Plan du site
Imaginer les villes du Golfe : du modèle à la fabrique urbaine
L’urbanité et ses images

Le « branding » et l’aménagement du territoire à Oman

Branding and spatial planning in Oman
Thibaut Klinger

Résumés

Depuis 1970, Oman relève le défi de façonner une « communauté imaginaire » et d’unifier un territoire ancien mais tiraillé dans le passé par des sécessions ou des guerres civiles. L’aménagement du territoire a été le cœur de sa politique, guidée par une identité nationale soigneusement définie pour intégrer largement les composantes physiques et humaines du pays. Avec l’insertion dans la mondialisation et l’accent mis sur le tourisme pour diversifier l’économie trop dépendante des hydrocarbures, le « récit national » devient une marque ou brand. Quels sont les effets réciproques du branding et de l’aménagement du territoire ? Le tourisme révèle particulièrement ces interactions mais aussi les effets sur la gouvernance du sultanat tandis que le patrimoine joue un rôle complexe, qui ancre le branding dans un projet politique profond. L’image de tolérance, véritable « marque » d’Oman dans un environnement régional de fractures religieuses, s’inscrit clairement dans le territoire du pays, associant fortement branding et aménagement du territoire.

Haut de page

Plan

Haut de page

Texte intégral

  • 1 http://nation‑brands.gfk.com (consulté août 2017)
  • 2 Anholt, 2007.
  • 3 Thesiger 1959, 2012 ; version avec photographies de Thesiger, Thesiger 1999, 2012.

1Oman ne fait pas partie des 50 pays qui sont évalués par The Anholt‑GfK Nation Brands Index1, fondé par Simon Anholt. Pourtant, à la lecture du dernier livre de ce dernier2, le « nation branding » semble être une notion pertinente pour comprendre Oman. Avant les années 1990, Oman avait une identité mais était quasi inconnu des touristes et était parcouru seulement par quelques orientalistes ou anthropologues dont Wilfred Thesiger est le plus connu3. Il faut attendre 1983 pour que soit créé un visa touristique.

  • 4 Anderson 2014.
  • 5 Dinnie 2016 (1e éd. 2008), p. 5.

2Quand il prend le pouvoir en 1970, en renversant son père avec l’approbation des Britanniques, le sultan Qabūs doit unifier le territoire omanais et d’une population variée forger un peuple, une « communauté imaginée » au sens de Benedict Anderson4, en particulier pour écarter la menace de sécession et de guerre civile dans le Dhofar ou dans le massif de l’Akhḍar. L’aménagement du territoire est alors au cœur de sa stratégie et constitue le sujet principal de ses discours, dans lesquels il promeut la modernisation d’Oman et son intégration dans la mondialisation. Dans les années 1990, celle‑ci connait une accélération : les pays, les régions et les villes sont en compétition pour attirer les investissements étrangers, les transferts de technologie et de savoir‑faire, et doivent alors définir leur image de marque, leur « brand », c’est‑à‑dire « the unique, multidimensional blend of elements that provide the nation with culturally grounded differentiation and relevance for all of its target audiences »5. L’aménagement du territoire et le branding territorial s’appuient sur les caractères de l’histoire, de la géographie et de la population concernée ; ils sont l’œuvre de l’État et relèvent de la géopolitique.

3Ainsi l’État moderne omanais a‑t‑il commencé par l’aménagement du territoire, auquel s’est ajoutée ensuite la mise en œuvre d’une politique de branding. Aujourd’hui, de quelle manière le branding influence‑t‑il la politique d’aménagement du territoire d’Oman ? Trois approches apportent des éléments de réponse : Le tourisme constitue un secteur‑clé du branding et de l’aménagement du territoire (I), ce qui les conduit à faire du patrimoine leur outil central (II) et à mettre en avant l’image d’Oman comme terre de tolérance et de dialogue entre les cultures (III).

I. Le tourisme comme secteur‑clé du branding et l’aménagement du territoire

Le branding au service de l’aménagement du territoire

Le tourisme comme facteur de diversification économique

  • 6 Discours du 18 novembre 1980, Qaboos b. Said, 2010.

4Dans les années 1980, les discours du sultan Qabūs ont souligné la nécessité de diversifier l’économie pour réduire sa dépendance vis‑à‑vis de l’exploitation du pétrole6, puis d’omaniser la main d’œuvre, à partir de 1988. Le tourisme s’impose progressivement comme secteur‑clé de ces évolutions dans les décennies qui suivent. Le 18 novembre 1999, Qabūs précise le rôle que le tourisme doit jouer et les atouts d’Oman dans ce secteur :

« Ce secteur a un grand potentiel de croissance et peut contribuer efficacement à la diversification économique puisque notre cher pays possède tant de trésors touristiques avec son patrimoine historique, les beautés de sa nature, la perfection de son environnement, son folklore et son artisanat traditionnel. À cela s’ajoutent la sécurité, la stabilité et l’esprit de tolérance des Omanais, grâce à Dieu ! Le secteur du tourisme est bien approprié pour offrir des chances de carrière aux Omanais. Il est bien adapté pour atteindre les objectifs du développement régional puisque ses revenus couvriront toutes les régions ».

Tourisme, branding et aménagement du territoire

  • 7 « Framing the narrative: The government has launched a 25‑year strategy for the sector », in The R (...)
  • 8 Interview de James Wilson, PDG d’Omran, « On the map » in The Report Oman 2017, p. 215.

5C’est dans ce contexte qu’est créé un ministère du Tourisme en 2004 : avec la mission de contribuer au développement régional et de profiter à toutes les régions du sultanat, le tourisme est un secteur‑clé pour associer branding et aménagement du territoire. C’est particulièrement le cas si l’on considère la dernière National Tourism Strategy (NTS) lancée par le ministère du Tourisme omanais au début de l’année 20167. Elle est d’abord une stratégie économique pour 25 ans, qui vise à quintupler le nombre annuel de touristes internationaux d’ici 2040, notamment en faisant d’Oman une destination durant toute l’année, contrairement à l’image actuelle d’une destination saisonnière. Ceci doit permettre de créer 500 000 emplois directs dans cet intervalle, dont 75 % pour les Omanais, alors que le taux actuel d’omanisation dans ce secteur est de 38 % ; le poids du tourisme dans le PIB est censé doubler, de 3,6 % à 6 % (de 6 % à 12 % en comptant le secteur et ses effets induits). C’est aussi une stratégie d’aménagement du territoire, puisqu’elle doit retenir 14 « clusters », chacun organisant les richesses touristiques naturelles ou culturelles d’un territoire autour d’un thème, par exemple « Dhofar’s wild west » ou « Duqm, Oman’s new city on ancient tradition ». Leur développement doit ensuite s’articuler avec les stratégies de développement des différents gouvernorats (muafaa). Parmi les effets sur le territoire, l’accroissement de l’offre hôtelière doit redessiner la carte de l’hôtellerie omanaise : la part de Mascate dans le pays doit passer de 53 % à 31 % d’ici 2040, tandis que celle du Dhofar doit doubler pour atteindre 23,8 %8.

L’aménagement du territoire est nécessaire au branding

Un branding appuyé sur l’aménagement du territoire

  • 9 Dinnie, 2016, p. 69.

6« The Middle East’s best kept secret » et « Beauty has an address » sont deux slogans actuels du branding omanais, qui semble marquer une nouvelle étape du développement du pays et s’appuie sur les caractéristiques de l’aménagement du territoire du sultanat. Ils insistent sur la volonté de préserver un environnement dont la beauté est un élément mis en avant dans l’image d’Oman. « Le paysage est l’un des grands égalisateurs du nation branding » 9: les dunes de désert, les lignes découpées et les terrasses en altitude de l’Akhḍar ou les côtes de Musandam sont autant d’atouts pour l’image d’Oman comme pour tant de pays émergents. Cette promotion se fait de concert avec l’aménagement du territoire, sans lequel elle ne serait qu’une coquille vide. C’est ainsi que la promotion du Dhofar, seule région omanaise à recevoir la mousson d’été et à offrir de ce fait des paysages d’un vert tendre l’été, abrite désormais un « Khareef Festival » du 21 juin au 9 septembre. La forte croissance de sa fréquentation (doublement en dix ans) est un défi pour l’aménagement du territoire : le gouvernorat doit augmenter ses capacités hôtelières, adapter son réseau routier et l’aéroport de Salalah a fait l’objet d’une extension inaugurée en 2016 qui lui permet d’accueillir des vols internationaux, notamment depuis l’Europe. Pour une part, elle provient des autres pays du Golfe, ce qui est supposé soutenir le développement de la région de Duqm sur le plan touristique, celle‑ci devant servir de point d’étape aux Omanais et ressortissants des pays du Conseil de coopération du Golfe sur leur route vers le Dhofar.

7Quant à l’image de sécurité, qui marque aussi ce branding et qui cherche à se distinguer de la mauvaise réputation du Moyen‑Orient sur ce point, elle peut convaincre grâce au travail de fond et de long terme de l’aménagement du territoire qui a mis en place un réseau autoroutier de qualité, contrôlé par des radars automatiques à intervalle régulier, une infrastructure de téléphonie mobile disponible même en plein désert, le long des axes routiers tout du moins, et un nombre élevé de centres de la police royale omanaise, de nouveaux étant encore en construction.

Le branding modifie l’aménagement du territoire

  • 10 Damluji, 1998, p. 57‑67.
  • 11 http://www.omanconvention.com, consulté le 8 novembre 2017.
  • 12 Le terme a été lancé par Yasser Elsheshtawy, voir son site http://dubaization.com/dubaization ; El (...)

8Le nouveau branding conduit à modifier une partie des objectifs et des critères retenus pour l’aménagement du territoire. Ainsi l’objectif de faire d’Oman une destination pour toute l’année passe‑t‑il par des infrastructures créant des événements et des capacités d’accueil indépendamment des saisons. C’est le cas d’abord du marché du MICE (Meetings, incentives, conferences and exhibitions), qui a été doté du nouveau Centre omanais d’exposition et de congrès (OCEC), situé à l’ouest de Mascate, non loin de l’aéroport international de Sīb. Selon la présentation officielle, le complexe doit devenir « an iconic landmark for the city of Muscat and the Sultanate » quoiqu’il soit dépourvu de tout trait caractéristique de l’architecture omanaise. Alors que le développement de l’agglomération de Mascate a obéi à des règles d’urbanisme strictes dans les années 1970–1990, notamment sur des aspects esthétiques, édictées par le Diwān pour s’inspirer de telle ou telle caractéristique traditionnelle10, le caractère omanais vanté par les documents proportionnels pour cet équipement réside plutôt d’une part dans la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) de l’US Green Building Council, d’autre part dans l’invocation d’une « tradition omanaise d’hospitalité ». Le wādī verdoyant que présentent les vues d’architectes contenues par les brochures du centre fait plutôt penser aux réalisations des émirats voisins, comme la Madina Jumeirah à Dubaï11 : c’est l’une des manifestations d’une « dubaization »12 récente, alors que le discours de la politique omanaise d’aménagement du territoire rejetait traditionnellement la voie choisie par le voisin de réalisations extraordinaires.

  • 13 Nebel, 2014.
  • 14 White, 2006.

9Attirer des touristes toute l’année, comme l’ambitionne le branding, est l’un des objectifs du développement des Complexes touristiques intégrés (ITC), ce qui se traduit notamment par la possibilité pour les étrangers, notamment les retraités, d’y acquérir des logements, ouverte par une loi de 2006. Censés accueillir jusqu’à 200 000 habitants, les ITC doivent associer logements pour touristes de passage et ceux pour les résidents, architecture et cadre paysager, patrimoine architectural et confort moderne, tourisme et emplois, IDE et monnaie locale. Comme le souligne Sonja Nebel13, tous sont annoncés comme « inspired by the natural environment along the coastline and the rich and unique urban heritage of Oman ». En apparence, ces complexes se situent dans la continuité du discours omanais sur l’aménagement du territoire mais la réalité est beaucoup plus nuancée. La population propriétaire est largement étrangère, européenne ou indienne, ces complexes incluent des marinas et des golfs à fort impact sur l’environnement local malgré des efforts certains, telle l’utilisation « d’eaux grises » pour l’arrosage des parcours de golf. De plus, ces aménagements privatisent une partie du littoral qui servait à la pêche : l’ITC The Wave / Al Mouj à l’ouest de Mascate s’étend ainsi sur un million d’hectares, sur 7 km de long, aux dépens des pêcheurs, priés de déplacer leurs activités dont l’odeur incommodait la population. Le complexe Shangri‑La Barr Al Jissah Resort & Spa se distingue par un réel effort de recherche esthétique dans les motifs décoratifs, inspirés du patrimoine culturel et social omanais, et par la volonté d’y exposer les œuvres d’artistes omanais créées spécialement pour ce lieu14, et il prétend même recréer « l’atmosphère mystique et authentique d’un souk » dans un « Heritage village ».

Fig. 1 – Îlot « Almeria » à The Wave, avril 2017.

Fig. 1 – Îlot « Almeria » à The Wave, avril 2017.

10En général, le financement des ITC par joint‑venture et les objectifs s’inscrivant dans la mondialisation tendent à standardiser le type de réalisation et à réduire très fortement le caractère réellement omanais de l’architecture et de l’aménagement. Selon son site officiel15, The Wave / Al Mouj veut procurer « a world‑class lifestyle and leisure destination in Oman by bridging people, businesses and cultures to create a thriving waterfront community » et est le résultat d’un joint‑venture entre Oman’s Waterfront Investments, relevant du gouvernement omanais, le National Investment Development Company lié à un fonds de pension omanais et l’entreprise immobilière Majid Al Futtaim Properties, dont le siège est aux Émirats arabes unies. Le complexe met l’accent sur certains critères écologiques et la qualité des services offerts à la clientèle mais le résultat semble éloigné des objectifs premiers de l’aménagement du territoire : les Omanais peinent à y être employés, la performance écologique de l’ensemble est nuancée par le bouleversement du littoral et l’esthétique semble interchangeable avec les marinas à travers le monde. Il est d’ailleurs symptomatique que le nom des quartiers reprenne celui de grandes stations comparables à travers le monde : le quartier de la marina s’appelle ainsi « Almeria ».

Le branding sans l’aménagement du territoire suscite le rejet des populations

  • 16 La mise en valeur de ce village a fait l’objet de plusieurs études, notamment Zekri S., Mbaga M. (...)
  • 17 La faiblesse des dépenses des touristes à Oman est un point faible du secteur dans ce pays : le mo (...)

11Si elle ne s’accompagne pas d’un aménagement en conséquence, la promotion du territoire risque de se heurter au rejet par la population à cause des externalités négatives engendrées, comme en témoignent deux exemples. Accroché sur les flancs de la chaine du Ḥajar occidental, entre l’Akhḍar et le djebel al‑Shams, le village de Misfāa al‑‘Abriyyīn16 correspond parfaitement à l’image d’Oman que présentent les campagnes de promotion du ministère du Tourisme omanais : avec sa voisine al‑Ḥamra, c’est un village ancien, pittoresque, avec une magnifique palmeraie en terrasse. Le ministère du Tourisme voulait le promouvoir comme destination d’excursion en car pour augmenter le volume de fréquentation mais les habitants s’y sont opposés : sans aménagement préalable et sans réflexion globale, le parking est bien trop restreint pour accueillir de nombreux cars, dont les touristes seraient juste descendus pour prendre des photographies, perturber la vie quotidienne de la palmeraie, notamment celle des femmes, sans rien dépenser au profit des villageois17.

Fig. 2 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, au pied du massif de l’Akhḍar.

Fig. 2 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, au pied du massif de l’Akhḍar.

12Le désaccord portait aussi sur l’offre hôtelière et montre la possible divergence entre branding et aménagement du territoire. La promotion du territoire conduit le ministère du Tourisme à privilégier les « gros investissements » et la gestion directe ou par l’intermédiaire de son agence Omran. D’un autre côté, la communauté villageoise de Misfāa aspire à prendre en main l’exploitation touristique de son site. Issu du village et ancien employé du ministère du Tourisme, Aḥmad al‑‘Abriyyīn a ainsi restauré une maison typique, au sein de la palmeraie, et l’a ouverte comme « Bed & Breakfast ». Cette initiative locale a d’abord été mal vue par les autorités car elle ne rentrait pas dans la stratégie officielle privilégiant les « quatre » ou « cinq étoiles », symboles du choix d’un tourisme sélectif à l’inverse du tourisme de masse appelé, par exemple, par Dubaï. Grâce à la publicité sur les réseaux sociaux, le succès est tel que le ministère finit par créer un label « Heritage Home » en 2016 et l’initiative d’Aḥmad al‑‘Abriyyīn a les honneurs des actualités de la télévision omanaise le 8 mai 2016…

Fig. 3 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, « Heritage home » d’Aḥmad al‑‘Abriyyīn.

Fig. 3 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, « Heritage home » d’Aḥmad al‑‘Abriyyīn.
  • 18 Gutberlet, 2016.

13Le souk de Maṭraḥ est un deuxième exemple, étudié en 2012 par un membre de la GUTech18. S’il a perdu son importance économique de lieu d’échange dans les années 1970, ce souk est resté un lieu prisé des Omanais et des expatriés vivant dans le sultanat. Situé sur la Corniche qui voit arriver un nombre en pleine croissance de méga‑navires de croisière des compagnies AIDA et Costa, il est vanté comme un « authentique vieux souk d’Arabie » par les brochures des croisiéristes et constitue une attraction majeure de l’escale d’environ neuf heures effectuée par ces navires. Le flot de touristes arrive vers 11 heures et reste environ trois‑quarts d’heure. Cette modalité produit de nombreux inconvénients : par manque de parking pour bus, la Corniche Street est totalement engorgée. À l’intérieur du souk, le nombre de touristes étrangers est neuf fois plus élevé que celui des vendeurs ou visiteurs locaux, ce qui lui ôte son caractère typique et déçoit les visiteurs. Ces derniers prennent des photographies sans acheter vraiment de produits omanais : les marchands omanais ont laissé la place à des vendeurs d’origine asiatique, qui proposent avec insistance des produits asiatiques, sans rapport avec Oman, achevant la perte d’identité locale du lieu. Le projet en cours de Mina Sultan Qaboos Waterfront, reconvertissant l’ancien port industriel de Maṭraḥ en vaste port pour navires de croisière, risque d’aggraver encore cet effet sans réflexion sur les aménagements nécessaires à l’accueil d’un surplus de touristes. L’organisation d’une partie du souk réservée aux touristes, voire l’instauration d’une taxe de séjour qui bénéficierait à la population du front de mer, compenseraient la gêne occasionnée par l’affluence : si rien n’est fait, celle‑ci ne peut que rencontrer un rejet croissant…

Omran à la charnière entre branding et aménagement spatial pour l’industrie du tourisme

Un levier pour développer les territoires

14Le Mina Sultan Qaboos Waterfront est l’un des grands projets menés par Omran (Oman Tourism Development Company), créée en 2005, qui a reçu en 2014 de nouvelles missions, notamment le développement des infrastructures touristiques pour le compte du ministère du Tourisme omanais. La carte des projets et des équipements gérés par l’agence témoigne d’une concentration de l’action sur les régions à grand potentiel touristique, à Musandam ou sur le littoral, très peu à l’intérieur du pays, à l’exception du massif du djebel al‑Akhḍar et de ses piémonts, avec les grottes de al‑Hoota réouvertes récemment. Omran joue ainsi un rôle charnière entre le branding et l’aménagement du territoire pour le tourisme. C’est elle qui cherche à attirer les investissements étrangers dans des joint‑ventures, récemment par exemple à Rā’s al‑Ḥadd, associant Omran à 30% et Qatari Diar Group à 70%, ou pour la ville nouvelle de Duqm Frontier Town avec Daewoo Shipbuilding & Marine Engineering Oman, racheté depuis par Oman Drydock Company.

Omran définit la « marque » d’Oman

  • 19 Dinnie, 2016, p. 149‑151.

15Omran cisèle aussi une image d’Oman qui soit conforme à l’esprit du temps, ce qui est crucial pour le branding19 : l’agence met en avant un tourisme durable, par exemple avec la certification LEED (Leadership in Energy and Environmental Design) Silver, accordée par l’US Green Building Council en 2015 à l’hôtel Alila Jabal Akhdar Resort, en particulier pour l’utilisation de matériaux locaux, d’éléments respectueux de l’environnement tels que l’installation innovante d’eaux grises pour l’irrigation ou la production de 60 % de l’eau chaude sanitaire par panneaux solaires.

16Alila Jabal Akhdar Resort ne se veut pas seulement une destination touristique mais le lieu d’un développement au profit de la communauté locale : Omran met ainsi en avant sa politique de Local Development Investment (LDI). Celle‑ci vise à créer des offres d’emplois pour les Omanais (par exemple environ 15 Omanais aux grottes al‑Hūta, la moitié des employés des deux sites hôteliers Atānā à Musandam, plus que le taux d’omanisation de l’hôtellerie, d’environ 38 %). Elle s’approvisionne en produits frais auprès des populations locales, ce qui a conduit à un programme original « farming for hospitality » autour de l’hôtel Alila Jabal Akhdar, avec des « green houses » produisant fruits et légumes destinés à la consommation de l’hôtel. En revanche, selon un manager de l’hôtel Atānā Khaṣab, à Musandam, si les dattes sont achetées sur place, les normes d’hygiène « cinq étoiles » ne permettent pas de se fournir auprès des pêcheurs omanais du gouvernorat mais conduisent à le faire à Dubaï, à deux heures de route ! Omran a également mis en place le programme Zaree dans cette région, qui propose aux touristes de découvrir des activités traditionnelles avec des cours de couture, de cuisine omanaise, d’application de henné ou d’arabe quotidien, occasions pour les Omanaises locales de gagner un revenu et de contribuer à l’activité touristique, et selon le discours officiel, d’œuvrer au rapprochement des cultures.

Toutefois Omran modifie la mise en œuvre de l’aménagement du territoire

  • 20 Notion de Fred Scholtz, appliquée à Oman par exemple dans Wippel 2013, sur Salalah.

17La montée en puissance d’Omran modifie en partie la politique omanaise d’aménagement du territoire, tant du point de vue spatial que sur le plan de la gouvernance. Ses projets contribuent parfois à une segmentation de l’espace urbain ou à un « développement fragmenté »20. C’est ainsi que le quartier résidentiel de Duqm Frontier Town, à immédiate proximité de la plage dans la Zone économique spéciale de Duqm (SEZD), prend les traits d’une gated community, modèle qui tend à se répandre dans les agglomérations omanaises. Omran gère deux hôtels dans la SEZD et prétend en faire un hub touristique comme « étape naturelle pour les Omanais et les ressortissants des pays du Golfe sur la route vers Salalah », où ils iraient pour le « Khareef Festival ». On peut s’interroger sur le réel effet d’entrainement sur les alentours alors qu’un touriste n’y trouve, à l’heure actuelle, absolument rien à faire, exception faite de la visite du Rock Park, qui présente des formes rocheuses originales, dues à l’érosion éolienne, mais est fermé pour l’instant.

Fig. 4 – Quartier résidentiel de Duqm Frontier Town, gated community.

Fig. 4 – Quartier résidentiel de Duqm Frontier Town, gated community.

18La gouvernance omanaise se trouve également modifiée par le développement d’Omran, qui semble renvoyer au phénomène général « d’agencification », qui touche pays du Nord et pays émergents, notamment dans le Golfe. Cette évolution donne l’impression que la structure étatique est doublée ou court‑circuitée. C’est ainsi que le conseil d’administration d’Omran comprend cinq ministres et semble former un second gouvernement. Depuis 2014, l’agence a la responsabilité du développement des infrastructures de tourisme : cela ne pose‑t‑il pas de manière plus forte la question de la coordination des ministères et des agences pour la planification et la mise en œuvre politique, problème souvent évoqué à Oman ?

II. Le patrimoine comme outil central du branding et l’aménagement du territoire.

Conservation du patrimoine, branding et aménagement du territoire.

Patrimoine et identité omanaise selon Qabūs

  • 21 Mermier, 2002.
  • 22 Sheriff, 2010.

19Depuis son arrivée au pouvoir, le sultan Qabūs évoque régulièrement dans ses discours le « patrimoine glorieux » (turāth) des Omanais : c’est un moyen d’une part d’associer les régions du sultanat entre elles et de créer une « communauté imaginée » ou un sentiment national, au sens de Benedict Anderson, d’autre part d’inscrire son pouvoir dans le cadre de la longue durée historique21. L’image actuelle d’Oman, sa « marque », met ainsi en avant la tradition maritime illustrée par Sindbad le Marin et Aḥmad Ibn Mājid. Plus largement, elle témoigne de la « dhow culture » qui imprègne le golfe Persique et la mer d’Oman, voire au‑delà, ainsi que l’a analysé en détail Abdul Sheriff22. Par‑delà le pittoresque de l’évocation maritime, il y a une tradition de cosmopolitisme et d’ouverture à l’autre qui constitue un atout pour vendre Oman comme destination touristique, comme on le verra plus loin.

  • 23 Renan, 1992, p. 54.

20Comme l’évoquait Ernest Renan dans sa conférence de 188223, le paysage omanais constitue un « riche legs de souvenirs », « heritage » ou « turāth » selon les termes officiels anglais ou arabe, avec ses palmeraies sillonnées par les canaux du falaj et dominé par ses forts : dans l’image officielle, ces deux éléments renvoient à la civilisation d’Oman. Dans son discours du 4 octobre 2005 prononcé devant l’Unesco pour le 60e anniversaire de l’institution, Qabūs notait à propos du falaj :

« Non seulement il est considéré comme l’un des sites archéologiques les plus importants d’Oman mais il incarne la capacité des Omanais à bâtir une civilisation qui relève de rudes défis ».

Restauration et conservation, outils d’aménagement

  • 24 Lacoste, 1990, p. 74‑75.
  • 25 Thiesse, 2001, p. 149.

21Yves Lacoste24 a rappelé que la notion de « beau paysage » est plus ambiguë qu’il n’y parait : elle renvoie souvent à une fonction militaire, le lieu du « beau point de vue » étant souvent un lieu stratégique autrefois, dominant un espace. En l’occurrence, de nombreux forts omanais, devenus un élément majeur du « paysage omanais » typique et présenté comme reflet de l’identité nationale, renvoient en fait à l’occupation étrangère, portugaise notamment, ou aux guerres tribales, ou encore à la lutte entre l’imam et le sultan. Derrière la promotion d’un paysage pour attirer le tourisme, Lacoste souligne qu’il n’est pas rare que se tienne un projet politique : il semble que ce soit bien le cas à Oman. L’effet de « distanciation » qu’il évoque entre le paysage vanté et une réalité plus problématique est obtenu ici par la restauration de ces forts. Elle leur redonne un éclat parfois plus proche d’une reconstruction que d’une simple restauration, comparable en cela au néogothique du xixsiècle, qui aimait redonner aux ruines médiévales un aspect « neuf »25. À l’inverse, peu de villages en pisé ont été restaurés, du moins dans un premier temps, mais désormais des efforts sont faits.

  • 26 Wilkinson, 2008, p. 22. Cet exemple, ainsi que les travaux préliminaires à une restauration de Bir (...)
  • 27 Bandyopadhyay, 2007, p. 45, fig 5.
  • 28 Ce processus est analysé par Anderson, 2014, p. 184‑185, appliqué aux ronds‑points par Valeri, 200 (...)

22Ainsi remis à neufs, surtout pour les restaurations des premières décennies du règne de Qabūs, les forts deviennent signes de sa puissance et forment un paysage qui unifie Oman : ils fournissent un cadre visuel à l’identité nationale et une image pour le branding destiné à attirer touristes et investisseurs. Le gros fort de Nizwā peut être associé à la célébration de la ville comme « capitale de la culture islamique » en 2015 sans que l’on pense qu’il était signe de la puissance de l’imam. De même la forteresse de Bahlā a‑t‑elle fait l’objet d’une restauration soignée, dans le cadre de son inscription au patrimoine mondial par l’Unesco, alors qu’elle a été bombardée par les Venoms britanniques lors de la guerre de l’Akhḍar, comme le rappelle Wilkinson26. De son côté, restauré au début des années 1990, Bayt al‑Ruddayda illustre la remarque de Soumyen Bandyopadhyay : « The early restoration effort often treated the ‘high‑style’ architecture in isolation, removed from its traditional built context »27, en particulier des habitations en pisé de Birkat al‑Mawz, dont le pittoresque des ruines et de la palmeraie renvoient aussi au rôle de base économique et militaire de Sulaymān b. Himyar al‑Nabhanī, qui a essayé de se faire reconnaitre « Seigneur (Malik) de l’Akhḍar » par les Britanniques à la fin des années 1950, entre l’imam de Nizwā et le sultan de Mascate. Cette dé‑contextualisation permet de présenter un récit historique « lisse », aseptisé, d’où émerge seulement la dynastie Āl Bū Sa‘īd, alors que la réalité est plus complexe. Elle est poursuivie par la « logoïsation » de ces forts, reproduits en modèle réduit sur les ronds‑points ou au bord des routes, devenant une « marque » de l’État omanais « immémorial »28.

Fig. 5 – Porte de wilaya de Nizwā.

Fig. 5 – Porte de wilaya de Nizwā.
  • 29 Shaykh Khalīfa bin Ḥamad al‑Sa‘adī, entretien du 23 avril 2017.

23Le paysage est complété par les « portes de wilaya », qui reprennent le style des forts ainsi restaurés et en sont le prolongement contemporain. Selon le gouverneur de Dākhīliyya29, elles jouent un rôle esthétique et du type « branding » en accueillant avec honneur le visiteur, en rehaussant l’éclat de la cité à laquelle elle conduit, telles les portes d’entrées monumentales des villes européennes de l’époque moderne, et leur localisation relève de l’aménagement du territoire puisqu’il est décidé après consultation de la population locale à travers le wali. Elles sont significativement qualifiées de « porte patrimoniale » (al‑bawāba al‑turāthiyya) comme l’indique la maquette en vente en magasin…

Fig. 6 – Maquette de porte de wilaya vendue dans une librairie de Nizwā.

Fig. 6 – Maquette de porte de wilaya vendue dans une librairie de Nizwā.
  • 30 Données fournies par le département d’information et de statistique du ministère du Tourisme en av (...)

24La restauration du patrimoine ne sert pas seulement à conforter l’identité nationale mais elle est aussi un instrument d’aménagement du territoire et de développement économique comme le montre l’exemple de Khaṣab, le chef‑lieu du gouvernorat de Musandam. Rénové en 1990 puis en 2007, le fort est une destination pour les croisiéristes qui font escale : il a accueilli environ 20 000 visiteurs en 2015, presque le double du nombre annuel quelques années plus tôt30. Il abrite un musée enrichi désormais, sur la vie et l’histoire à Musandam et héberge le programme Zaree d’Omran, cité plus haut.

Fig. 7 – Fort de Khaṣab rénové, élément du circuit des croisiéristes à Musandam.

Fig. 7 – Fort de Khaṣab rénové, élément du circuit des croisiéristes à Musandam.

Le nouveau Musée national, vaisseau amiral de cette politique.

Le cadre pour un « roman national »

  • 31 The National Museum Sultanate of Oman Highlights, 2016 ; Entretien 26 avril 2017.
  • 32 Anderson, 2014, p. 181.
  • 33 Jamāl al‑Mūsawī interrogé dans « Oman to launch National Museum » dans Bahrain News Agency, 24 mai (...)
  • 34 Guéraiche, 2014, p. 21.
  • 35 Kazerouni , 2017, p.29 et p. 186‑200.

25Ouvert en 2016, le nouveau Musée national omanais apparait comme le vaisseau amiral du dispositif articulant aménagement du territoire et branding, comme l’explique très nettement son directeur général Jamāl al‑Mūsawī31. Il est le cadre d’un « roman national » qui s’incarne dans cette institution selon le processus « d’imagination muséifiante » (« museumising imagination ») analysé par Benedict Anderson32. Par l’agencement et la présentation de ses collections, le musée « raconte » la nation « so that it touches the conscience of the individual and evokes in him the spirit of pride as a citizen and the spirit of fascination with resident and visitor »33. Ceci explique les choix faits pour évoquer certains points délicats de l’histoire omanaise comme l’ibadisme, la réalité tribale ou la guerre du Dhofar : à plusieurs reprises, le directeur qualifie le choix muséographique de présentation « in a soft way », ce qui n’est pas sans évoquer « l’image lisse » développée par le branding de Dubaï étudié par William Guéraiche34. Il est à la fois une préservation du patrimoine omanais et sa présentation pour les Omanais et pour les étrangers, participant au branding : pour reprendre les termes d’Alexandre Kazerouni35, il apparait comme un mélange de « musée racine » et de « musée miroir ». Dans ce dernier rôle, comme le suggère Kazerouni, le nouveau musée de Mascate combine le rôle pédagogique du genre littéraire de « miroir des princes », au sens européen des specula ou de la littérature islamique de l’adab, ici lié à la personnalité du sultan Qabūs, mais a aussi un « effet d’éclipse », des élites traditionnelles omanaises et des pages controversées de l’histoire.

Un outil pour l’aménagement du territoire

26À plus d’un titre, le Musée national omanais apparait aussi comme un outil d’aménagement du territoire. Son emplacement, tout d’abord, achève de faire de la vieille cité de Mascate un véritable espace muséal avec le Musée franco‑omanais, le musée Bayt al‑Zubayr et le musée de l’éducation al‑Sa‘īdiyya. De plus, sa situation en face du palais royal ou Qaṣr al‑‘Alam souligne son rôle politique de définir l’identité nationale et la « marque » nationale. Selon Jamāl al‑Mūsawī, ce dialogue entre le palais et le musée souligne combien le patrimoine est un pilier de l’identité nationale et s’inspire d’associations comparables dans le monde, comme les Smithsonian Museums et les bâtiments du pouvoir de Washington ou le Musée historique d’État et le Kremlin à Moscou. Ce rôle explique le statut particulier de ce musée, défini par le décret royal 62/2013.

27Le soin apporté à sa réalisation en fait un outil d’élévation du niveau des infrastructures touristiques d’Oman, en l’occurrence en s’appuyant sur les standards du Conseil international des musées (ICOM), ce qui doit lui permettre d’exercer un véritable leadership sur l’ensemble des musées du sultanat et de contribuer à la diversification et à l’omanisation de l’économie. Entièrement omanaise, l’équipe du musée a été envoyée pour des stages à la Tate Gallery de Londres, en Russie, au Portugal ou en France, au musée du port de Douarnenez. De plus, le Musée national a travaillé avec l’Université Sultan Qabūs de Mascate, divers Colleges et l’Omani Ministry of Civil Services pour définir une dizaine de fiches métiers et construire des formations adaptées afin d’augmenter le niveau de compétence de la main d’œuvre nationale.

28Enfin, en admirant les navires, les maquettes de forts ou les cafetières traditionnelles (dalla) exposés, le visiteur reconnait ces symboles de l’identité nationale qu’il a croisés par exemple sur les ronds‑points ou au bord des routes du sultanat : le nouveau Musée national omanais conforte ainsi la « logoïsation » du patrimoine mentionnée plus haut et participe aussi à cet aspect de l’aménagement du territoire.

Quel rôle pour les musées privés omanais ?

Deux types de musées privés

29Les musées privés omanais peuvent être classés en deux grands groupes très différents du Musée national. Certains relèvent du « musée vivant » et présentent la vie du passé même s’ils sont aussi des lieux historiques majeurs de tribus omanaises. C’est le cas de Bayt al‑Ṣafā’ à al‑Ḥamra, le plus grand d’entre eux, situé dans une vaste maison historique de la tribu fameuse des al‑‘Abriyyīn36. Douze membres le font vivre, par deux équipes de six, et présentent des reconstitutions d’activités quotidiennes comme la préparation du café ou du pain ou des vêtements traditionnels. De son côté, Zakiyya al‑Lamkī a commencé à restaurer la maison familiale, dont un illustre occupant fut le juge Rāshid bin Sayf al‑Lamkī, et cherche à en faire un musée de la vie quotidienne ancienne sur le modèle de celui d’al‑Ḥamra.

Fig. 8 – Maison abritant le musée de Zakiyya al‑Lamkī à Rustāq.

Fig. 8 – Maison abritant le musée de Zakiyya al‑Lamkī à Rustāq.
  • 37 Exell K., 2014, p. 51‑70.

30L’autre grand groupe se présente plutôt comme des collections privées, plus ou moins hétéroclites, dont la plus complète est celle du musée Bayt al‑Zubayr, à Mascate, mais la proximité de la famille avec le sultan en fait un cas particulier par l’ampleur des moyens qui permettent une collection de premier plan. Deux autres musées de ce type méritent l’attention, Bayt Adam à Mascate, résultat de la patience de collectionneur d’‘Abd al‑Laṭīf al‑Balūshī, et l’ « Old Castle Museum » à al‑Kāmil, dans le gouvernorat de Sharqiyya, fondé par Khalfān al‑Hāshimī, dans le château familial. Les deux présentent une grande variété d’objets du passé comme des armes, des pièces de monnaie dont de nombreux thalers Marie‑Thérèse en argent, des cafetières traditionnelles ou dalla mais aussi des portraits du sultan. Leur signification peut être comparée à celle du Shaykh Fayṣal b. Qāsim Āl Thānī Museum au Qatar, suivant l’analyse de Karen Exell37. Dédaigné par la muséologie occidentale qui n’y voit que fétichisme idiosyncratique, ce type de collection est au contraire très instructif sur la société de la péninsule Arabique selon Exell, ressortissant à la collection des majlis : les objets sont exposés en suivant la vie, les goûts et les valeurs du collectionneur et sont offerts à l’admiration aux visiteurs reçus dans le majlis. C’est d’autant plus le cas pour le musée d’al‑Kāmil que la collection est exposée dans le château familial et qu’elle comprend des photographies et des objets évoquant le service des ancêtres directs du fondateur du musée auprès de la dynastie Āl Bū Sa‘īd, notamment du père de l’actuel sultan. Ces collections sont donc caractéristiques de la région et contribuent à l’image d’Oman comme terre de culture.

Fig. 9 – Pièce du musée « Old Castle » à al‑Kāmil de Khalfān al‑Hāshimī avec accumulation d’objets produisant un effet « majlis ».

Fig. 9 – Pièce du musée « Old Castle » à al‑Kāmil de Khalfān al‑Hāshimī avec accumulation d’objets produisant un effet « majlis ».

Les musées privés contribuent au branding et à l’aménagement du territoire

31Comme le musée national, mais à une autre échelle, les musées privés participent à définir l’image d’Oman par leur manière d’évoquer le passé, en partie en accord avec le récit national officiel. C'est ainsi qu’à al‑Ḥamra, dans le musée Bayt al‑Ṣafā’, Umrān al‑‘Abriyyī explique, à l’appui d’une reproduction de la lettre envoyée par Mahomet aux musulmans d’Oman vers 630, qu’Oman est par nature une terre de tolérance, du fait de la présence de plusieurs religions. Ceci rejoint pleinement la vision du Musée national et du film sur l’histoire du sultanat qui y est projeté, intitulé Oman, perle d’Orient en terre d’espoir : celui‑ci s’ouvre par l’évocation de diverses religions présentes dans le pays, l’islam sunnite ne venant qu’en dernier, après l’hindouisme, le christianisme et le chiisme. Pour promouvoir son petit musée récemment ouvert à Rustāq, des amis de Zakiyya al‑Lamkī ont réalisé un film publicitaire de 6 mn 25’ posté notamment sur Youtube38, en arabe sous‑titré en anglais. Il reprend des thèmes du film du Musée national et adopte la même emphase : Rustāq est présenté comme « the source of civilization » et « the capital of Omani Empire previously » et le court‑métrage s’achève par l’invitation à soutenir le développement de la maison comme musée « local, arabe et mondial » (!).

  • 39 Hoffmann‑Ruf M., 2013, p. 251‑265. L’article résume partiellement la thèse tirée du fonds M. Hoffm (...)
  • 40 Wilkinson, 1987, p. 68.

32Ces musées tendent à reprendre à leur compte la vision aseptisée de l’histoire officielle, qui passe sous silence les guerres tribales, les rivalités entre l’imam et le sultan et les tensions avec telle région. Au moins y aurait‑il matière à mettre en avant les particularités locales : par exemple à al‑Ḥamra, le musée de Bayt al‑Ṣafā’ pourrait évoquer le riche fonds documentaire découvert en 2002 et étudié depuis, pour montrer le réseau de relations entretenu par les al‑‘Abriyyīn au xviiie et au xixe siècle39. À al‑Kāmil, en Sharqiyya, le « Old Castle Museum » présente de nombreux objets qui évoquent la vie passée de cette cité aux portes des Sables des Wahibas. Parmi eux, on peut remarquer un lit de Mombasa : ce pourrait être l’occasion de souligner combien l’Oman intérieur, d’al Sharqiyya à l’al‑Ẓāhira, a participé à l’aventure coloniale omanaise à Zanzibar et sur la côte orientale d’Afrique, ce que Wilkinson avait noté en observant le nom des Omanais et en nuançant ainsi l’idée d’une opposition entre l’ouverture d’esprit du littoral omanais et la plus grande fermeture de l’Intérieur40.

  • 41 Remarques de Hiba ‘Azīz, professeur à la German University of Technology de Mascate lors deux entr (...)

33Dans tous ces cas, ces musées ne se limitent pas à apporter leur contribution à ciseler l’image d’Oman mais participent directement à faire vivre des territoires, donc constituent un outil d’aménagement du territoire. Le musée d’al‑Ḥamra est animé par douze personnes, qui se relaient, et répond aux normes du ministère du Tourisme pour accueillir des visiteurs, ce qui lui permet de demander un droit d’entrée de deux rials omanais. Le dynamisme de la famille a permis de nouer des liens avec les opérateurs de trekking pour amener des visiteurs. C’est aussi le cas du musée d’al‑Kāmil, qui emploie une femme de Ja‘lān Banī bū Ḥasan pour accueillir et guider les visiteurs. Il joue un rôle local d’animation en recevant des classes scolaires et les touristes de passage, dans une région marquée par un dynamisme particulier et une forte initiative locale dans le domaine du tourisme41.

III. Oman comme lieu de tolérance et de dialogue entre les cultures

34Le « roman national » développé par le pouvoir omanais présente le pays comme une terre de tolérance et de dialogue entre les cultures : c’est là un point essentiel de la « marque » Oman et s’incarne particulièrement dans l’aménagement du territoire.

Un lieu de dialogue entre les cultures : la marque d’Oman.

  • 42 Guéraiche, 2014, p. 88.

35Face aux analyses sur le « choc des civilisations » développées par Samuel Huntington dans la décennie 1990, les acteurs de la mondialisation tendent à souligner au contraire la nécessité de tolérance et de dialogue entre les cultures. C’est notamment le cas au Moyen‑Orient : en 1998, le président iranien Muḥammad Khātamī propose un « dialogue entre les civilisations », que reprend l’ONU en déclarant 2001 « Année du dialogue entre les civilisations ». De même la tolérance est‑elle une valeur‑clé défendue dans le discours officiel des Émirats arabes unis42 au point de nommer en 2016 la Shaykha Lubnā al‑Qāsimī, Ministre d’État pour la Tolérance.

36La volonté d’Oman de cultiver son image de lieu de tolérance et de dialogue entre les cultures s’inscrit donc dans un contexte global de mondialisation et, régionalement, de stratégie d’insertion dans celle‑ci des États du Golfe. En 1997, le sultan Qabūs modifie significativement le nom du ministère des Affaires islamiques en ministère des Donations et Affaires religieuses (Ministry of Awqaf (Endowments) and Religious Affairs ou MARA), pour souligner la pluralité des religions présentes en Oman. C’est aussi à cette époque qu’il offre des terrains à Mascate et à Salalah pour construire des lieux de culte chrétiens.

37Le message de tolérance est stratégique pour développer le tourisme et relever ainsi le défi de diversifier l’économie. Pour se distinguer de l’image négative d’un Moyen‑Orient instable et marqué par les conflits confessionnels et par le fanatisme, Oman répète que tous les visiteurs sont les bienvenus, sans contrainte vestimentaire forte : les femmes étrangères n’ont pas de contraintes vestimentaires comme en Iran, à l’exception du voile sur les cheveux dans les mosquées. Néanmoins, plusieurs témoignages soulignent que le manque de savoir‑vivre et de tact de touristes toujours plus nombreux suscite des tensions ponctuellement et provoquent des incidents, par exemple sur la Corniche de Maṭraḥ, dans les wādī‑s comme Wādī Banī Khālid ou sur des plages à l’est de Mascate.

Les mosquées Qabūs incarnent cette image

38Concept central de la « marque » des Émirats arabes unis, la tolérance s’incarne notamment dans des mosquées prestigieuses telle la mosquée Shaykh Zāyīd d’Abu Dhabi, ou, plus réduites, la mosquée al‑Nūr à Sharjah ou la mosquée Jumīrā à Dubaï, présentées comme des lieux de dialogue entre les religions et les seules à être ouvertes à la visite pour les non‑musulmans.

  • 43 Entretien avec le directeur du port de Khaṣab le 27 octobre 2016.

39La même chose s’observe à Oman à une plus grande échelle et dans le cadre de l’aménagement du territoire. Il y a environ 33 « mosquées Qabūs » ainsi dénommées à travers le sultanat. Financées directement par le sultan, leur emplacement est décidé après avis du wali local, qui doit proposer trois lieux après consultation de la population de son ressort. Plusieurs de leurs caractéristiques en font l’illustration forte d’Oman comme lieu de tolérance, dans le cadre de l’identité nationale (destinée à la population) et du branding (destiné aux étrangers). En effet, ce sont des mosquées du vendredi (jum‘a) dans lesquelles sont tenus des prêches (khuba), ce qui les distingue de la tradition ibadite : du temps de l’imamat, seul l’imam prêchait, et dans les autres mosquées, il n’y avait que des prières. Le prêche du vendredi s’est donc généralisé, comme dans le reste de l’islam sunnite, toutefois sous la supervision des autorités de Mascate qui interdisent toute considération sur la politique ou des sujets de débat. De plus, elles sont présentées comme des lieux de prière destinés aux chiites, sunnites et ibadites, sans distinction confessionnelle, et sont le lieu de l’unification de l’islam et des Omanais. Leur architecture et leur décor s’inspirent de différents styles islamiques sauf de ce qui est propre à l’ibadisme. Elles sont aussi les seules mosquées ouvertes à la visite pour les non‑musulmans, qui peuvent découvrir cette religion dans un espace dédié, et constituent, en ce sens, aussi un équipement touristique : c’est évident pour la grande mosquée à l’ouest de Mascate, présente sur les publicités pour le pays, mais aussi, par exemple, à Khaṣab, chef‑lieu du gouvernorat de Musandam. En effet, la visite de la nouvelle mosquée Qabūs de Khaṣab fait partie du circuit touristique habituel des croisiéristes faisant escale dans cette exclave omanaise, au même titre que la visite du fort et de son musée, du shopping au Lulu Hypermarket ou d’une virée en 4x4 dans les montagnes qui constituent l’essentiel du territoire43.

Fig. 10 – Inaugurée en octobre 2016, la nouvelle mosquée Qabūs de Ṣuḥār s’inspire de l’Asie centrale

Fig. 10 – Inaugurée en octobre 2016, la nouvelle mosquée Qabūs de Ṣuḥār s’inspire de l’Asie centrale
  • 44 Entretien avec Ṣalāḥ Aḥmad ‘Alī al‑Ruḥaylī, l’un des deux imams de la mosquée le 29 octobre 2016.

40Inaugurée en octobre 2016, la nouvelle mosquée Qabūs de Ṣuḥār est un bon exemple de cette politique. Elle s’inspire directement des mosquées d’Asie centrale comme celles de Samarcande ou de Boukhara : si elle adopte le style timouride, la calligraphie et le travail de l’iwan sont présentés officiellement comme un exemple d’artisanat omanais44. Le goût pour les diverses formes de l’art islamique, qui se trouvent comme résumé dans le portique de la grande mosquée Qabūs de Mascate, peut être interprété comme une réponse omanaise au salafisme, qui rejette les racines historiques et locales de l’islam.

  • 45 De tels équipements sont également mis en avant lors de l’inauguration plus récente de la mosquée (...)

41Lors de l’inauguration, le ministre d’État et gouverneur du Dhofar Muḥammad b. Sulṭān al‑Būsa‘idī a souligné son rôle comme lieu de prêche (khuba) et la présence dans ses murs d’un centre culturel doté d’une grande bibliothèque et d’une salle de conférence45.

  • 46 Hashemi & Postel, 2017, par exemple l’évocation du « tabou » constitué par cet antagonisme dans l’ (...)
  • 47 Eickelmann, 1990, p. 113.
  • 48 Mermier, 2002, p. 255.

42L’absence de toute particularité architecturale ou esthétique relevant de l’ibadisme ne veut pas dire que celui‑ci soit absent. On notera que parmi les deux imams de la nouvelle mosquée de Ṣuḥār, l’un est sunnite, l’autre ibadite, à savoir Ṣalāḥ Aḥmad ‘Alī al‑Ruḥaylī. Si la loi interdit de faire état publiquement de la confession d’une personne, cette nomination n’est évidemment pas le fruit du hasard, de même que le grand mufti d’Oman Shaykh al‑Khalīlī soit aussi ibadite. La personnalité de l’imam ibadite de Ṣuḥār contribue à l’image tolérante de l’ibadisme : jeune et d’accueil chaleureux, il apparait comme de son temps, ayant étudié à l’université Qabūs de Mascate et dans un College of Technology. On pourrait sans doute ajouter que la tolérance cultivée par le branding omanais a ses racines dans cette branche de l’islam et rejoint donc en profondeur l’identité omanaise. L’ibadisme est fortement quiétiste, sans prosélytisme. Les pratiques ibadites de discrétion (kitmān) et de suspension de son jugement sur les autres (wuqūf) viennent renforcer le refus de tout antagonisme confessionnel, au rebours de ce qui semble tant diviser le Moyen‑Orient en ce moment46. Avant 1970, « les communautés sunnites, chiites et ibadites étaient étroitement liées » même s’il s’agissait « plus de la juxtaposition que d’une véritable interaction », sans prise de conscience des distinctions entre sectes47. Le paradoxe est que cette tolérance et le refus du confessionnalisme conduisent à ne pas mentionner l’ibadisme : les discours officiels n’évoquent que l’islam en général et le Musée national le mentionne non pas dans le cadre de l’islam mais lorsqu’il présente des maquettes de monuments typiques de l’architecture omanaise. Comme le souligne Franck Mermier, à côté de la promotion d’un « islam générique », « de fait, l’ibadisme, tout en gardant une certaine prééminence, est un apport à la fois occulté et magnifié »48.

L’exemple de Nizwā

  • 49 Eickelmann, 1990, p. 119.

43Chef‑lieu du gouvernorat de Dākhiliyya , Nizwā fournit un exemple de l’application de l’image de tolérance dans l’aménagement du territoire. Elle a été longtemps capitale de l’imamat, parfois en concurrence avec Rustāq et Nakhl, et un centre de culture islamique, qualifié d’ « œuf de l’Islam » (baya al‑Islām). À plusieurs époques et en particulier en 1954–1955, elle a été au cœur de tensions entre le dernier prétendant à l’imamat et le sultan Sa‘īd b. Taymūr, père de Qabūs. Pendant les vingt premières années du règne de ce dernier, le souk et la mosquée de l’imam ont été reconstruits d’une manière très éloignée de l’originale. La mosquée du vendredi de la vieille ville a été baptisée « Mosquée Sultan Qabūs » et a perdu tout caractère rappelant l’ibadisme. L’effacement est d’autant plus total qu’il ne subsiste de l’état antérieur qu’une médiocre photographie prise d’hélicoptère, aucun relevé n’ayant été fait49.

  • 50 Qaboos b. Said, 2000.

44Le discours du sultan à l’occasion de la fête nationale a été prononcé à Nizwā le 18 novembre 1994. Qabūs y évoque d’abord la place particulière qu’occupe la cité dans l’histoire omanaise mais sans employer une fois le mot « ibadisme ». Dans son propos, Nizwā devient le symbole de la tolérance et le souverain affirme que « Les principes de l’islam […] nous appellent à avoir un esprit de tolérance, d’harmonie et d’amour »50. Cette déclaration prend tout son sens en rapport avec l’arrestation d’extrémistes islamistes quelques semaines auparavant.

45L’affirmation d’un islam ouvert et tolérant est appuyée par le sultan par la promotion du rôle de Nizwā comme lieu d’éducation et de formation : en 1993 a été inauguré le Nizwā College of Technology, en 1994 le College for Applied Sciences (communication, journalisme) et le Higher Institute of Jurisprudence, et en 2002 l’University of Nizwā, puis la Sultan Qaboos Academy for Police Science et la bibliothèque universitaire hébergée dans la demeure royale al‑Shumūkh (Ḥuṣn al‑Shumūkh Library).

Fig. 11 – Nizwā, fort et mosquée Qabūs à l’arrière‑plan, monument célébrant la « capitale de la culture islamique » de 2015 comme l’indique le bandeau supportant le bulbe orné du nom de la cité.

Fig. 11 – Nizwā, fort et mosquée Qabūs à l’arrière‑plan, monument célébrant la « capitale de la culture islamique » de 2015 comme l’indique le bandeau supportant le bulbe orné du nom de la cité.
  • 51 Selon Khalīfa b. Ḥamad al‑Sa‘adī, gouverneur de Dākhiliyya, rencontré à trois reprises, 17 avril e (...)

46En 2015, Nizwā a été célébrée comme « capitale de la culture islamique », ce qui a été l’occasion de souligner cette image de tolérance et son rôle dans le tourisme, d’autant plus que le gouvernorat de Dākhiliyya est censé être particulièrement consacré à ce secteur économique51. Plusieurs équipements viennent renforcer cet aspect : une nouvelle « mosquée Qabūs » a été inaugurée (la troisième plus grande d’Oman après Mascate et Ṣuḥār), le musée du fort al‑‘Aqr a été rénové, un petit mémorial est érigé à l’entrée de la ville historique, face aux souks, et un nouveau Centre culturel avec bibliothèque, salles d’exposition et théâtre est construit. Ce dernier est conçu comme une réalisation‑test, appelée à être reproduite dans d’autres villes en cas de succès.

Fig. 12 – Le nouveau centre culturel de Nizwā, inauguré en novembre 2015 dans le cadre de la célébration de la « capitale de la culture islamique ».

Fig. 12 – Le nouveau centre culturel de Nizwā, inauguré en novembre 2015 dans le cadre de la célébration de la « capitale de la culture islamique ».

Conclusion

47Le branding est de plus en plus pris en compte pour définir les politiques, et influence directement l’aménagement du territoire, particulièrement à Oman. Cette évolution pose deux grandes questions. D’une part, même si Simon Anholt rappelle la nécessité d’impliquer la population, le branding repose souvent sur des consultants et experts techniques, ce qui risque d’accentuer le caractère « descendant » (top‑down) de la gouvernance omanaise. D’autre part, en cherchant à attirer touristes et investissements étrangers, le branding tend à privilégier les grands projets, visibles de l’extérieur : l’aménagement du territoire pourrait alors négliger les initiatives locales, suscitant la déception d’une partie de la population.

Haut de page

Bibliographie

Anderson B., L’Imaginaire national. Réflexions sur l’origine et l’essor du nationalisme, Paris, La Découverte, 2014 (1e éd. anglaise 1983), 216 p.

Anholt S., Competitive Identity. The New Brand Management for Nations, Cities and Regions, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2007, 134 p.

Bandyopadhyay S., Manah: An Omani Oasis, an Arabian Legacy Architecture and Social History of an Omani Settlement, Liverpool, Liverpool University Press, 2007, 352 p.

Damluji S. S., The Architecture of Oman, Reading, Garnet Publishing, 1998, 499 p.

Dinnie K., Nation branding. Concepts, Issues, Practice, Londres / New‑York, Routledge, 2016 (1e éd. 2008), 275 p.

Eickelmann D. F., « Identité nationale et discours religieux en Oman », in G. Kepel & Y. Richard, Intellectuels et militants de l’Islam contemporain, Paris, Seuil, 1990, 290 p., p. 103‑128.

Elsheshtawy Y., Dubai. Behind an Urban Spectacle, Londres / New‑York, Routledge, 2009 (rééd. 2013), 294 p.

Exell K., « Collecting an alternative world : The Sheikh Faisal bin Qassim Al Thani Museum in Qatar », in K. Exell and Tr. Rico, Cultural Heritage in the Arabian Peninsula, Ashgate, Surrey, 2014, 212 p., p. 51‑70.

Guéraiche W., Géopolitique de Dubaï et des Émirats arabes unis, Nancy, Éditions Arbre bleu, 2014, 348 p.

Gutberlet M., « Socio‑cultural impacts of large‑scale cruise tourism in Souq Mutrah, Sultanate of Oman », in Fennia, 2016, vol. 194‑1, p. 46‑63.

Hashemi N. & Postel D., Sectarianization. Mapping the New Politics of the Middle East, Oxford, Oxford University Press, 2017, 384 p.

Hoffmann‑Ruf M., Scheich Musin bin Zahrān al‑‘Abri. Tribale Macht im Oman des 19  Jahrhunderts, Berlin, Klaus Schwartz Verlag , 2008, 392 p.

Hoffmann‑Ruf M., « Private documents as a source for regional history: The archive of the ‘Abriyin of Al‑Hamra », in St. Wippel, Regionalizing Oman. Political, Economic and Social Dynamics, Dordrecht / Heidelberg / New York / Londres, Springer, 2013, 352 p., p. 251‑265.

Kazerouni A., Le Miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, Presses universitaires de France, 2017, 274 p.

Lacoste Y., Paysages politiques, Paris, Le Livre de Poche 1990, 288 p.

Mermier F., « De l’invention du patrimoine omanais », in MLavergne & Br. Dumortier, L’Oman contemporain. État, territoire, identité, Paris, Karthala, 2002, 304 p., p. 245‑260.

Mershen B., « Development of community‑based tourism in Oman: Challenges and opportunities », in R. F. Daher (Ed.), Tourism in the Middle East. Continuity, Change and Transformation, Clevedon, Channel View Publications, 2007, 328 p., p. 188‑214.

al‑Mūsawī J., The National Museum. Sultanate of Oman. The Building and Collections, Londres, Scala, 2019, 400 p., p. 21-57.

National (The) Museum Sultanate of Oman Highlights, Londres, Scala, 2016, 72 p.

Nebel S., « Tourism and urbanization in Oman: Sustainable and socially inclusive? », in St. Wippel, K. Bromber, Chr. Steiner & B. Krawietz, Under Construction: Logics of Urbanism in the Gulf Region, Farnham, Ashgate Publishing, 2014, 319 p., p. 55‑69.

Qaboos b. Said, The Royal Speeches of His Majesty Sultan Qaboos bin Said 1970–2010, Mascate, Ministry of Information Sultanate of Oman, 2010, CD‑ROM.

Renan E., Qu’est‑ce qu’une nation ?, Paris, Presses Pocket, 1992, 320 p.

Report (The) Oman 2017, Oxford Business Group, 2017, 276 p.

Sheriff A., Dhow Cultures of the Indian Ocean. Cosmopolitanism, Commerce and Islam, Londres, C. Hurst & Co Publishers, 2010, 288 p.

Thesiger, W., Crossing the Sands, Dubaï, Motivate Publishing, 1999 (rééd. 2015), 176 p.

Thesiger, W., Le Désert des déserts, Paris, Pocket, 1959 (trad. 1978, rééd. 2012), 478 p.

Thiesse A.‑M., La création des identités nationales. Europe xviiiexixe siècle, Paris, Seuil 2001 (1éd. 1999), 312 p.

Valeri M., Le Sultanat d’Oman. Une révolution en trompe‑l’œil, Paris, Karthala, 2007, 512 p.

White S., The Art of Barr al Jissah, Mascate, BAZ Publishing, 2006, 200 p.

Wilkinson J. C., The Imamate Tradition of Oman, Cambridge, Cambridge University Press 1987 (rééd. 2009), 428 p.

Wilkinson, J. C., Oman 1965, Mascate, Al Roya Press, 2008, 108 p.

Wippel St., « Développement et fragmentation d’une ville moyenne en cours de mondialisation : le cas de Salalah (Oman) », in

Arabian Humanities

[En ligne], 2013, mis en ligne le 13 novembre 2013, consulté le 11 juin 2015. URL : http://cy.revues.org/2599.

Zekri S., Mbaga M. & Fouzai A., « Complementarity between agriculture and tourism towards sustainability », in International Journal of Agricultural Research, 7, 2012, p. 482‑493.

Haut de page

Notes

1 http://nation‑brands.gfk.com (consulté août 2017)

2 Anholt, 2007.

3 Thesiger 1959, 2012 ; version avec photographies de Thesiger, Thesiger 1999, 2012.

4 Anderson 2014.

5 Dinnie 2016 (1e éd. 2008), p. 5.

6 Discours du 18 novembre 1980, Qaboos b. Said, 2010.

7 « Framing the narrative: The government has launched a 25‑year strategy for the sector », in The Report Oman 2017, p. 216‑217 ; Entretien du 27 avril 2017 au ministère du Tourisme, Directorate General of Planning, Follow‑up & Information.

8 Interview de James Wilson, PDG d’Omran, « On the map » in The Report Oman 2017, p. 215.

9 Dinnie, 2016, p. 69.

10 Damluji, 1998, p. 57‑67.

11 http://www.omanconvention.com, consulté le 8 novembre 2017.

12 Le terme a été lancé par Yasser Elsheshtawy, voir son site http://dubaization.com/dubaization ; Elsheshtawy, 2013, p. 249‑275.

13 Nebel, 2014.

14 White, 2006.

15 http://www.almouj.com, consulté 11 novembre 2017.

16 La mise en valeur de ce village a fait l’objet de plusieurs études, notamment Zekri S., Mbaga M. & Fouzai, A., 2012. Les éléments qui suivent sont issus des entretiens avec ‘Amjad al‑Hinā’ī et Hiba ‘Azīz, en avril 2017, de la German University of Technology in Oman (GUTech).

17 La faiblesse des dépenses des touristes à Oman est un point faible du secteur dans ce pays : le montant moyen est sept fois inférieur à celui de ces dépenses en France.

18 Gutberlet, 2016.

19 Dinnie, 2016, p. 149‑151.

20 Notion de Fred Scholtz, appliquée à Oman par exemple dans Wippel 2013, sur Salalah.

21 Mermier, 2002.

22 Sheriff, 2010.

23 Renan, 1992, p. 54.

24 Lacoste, 1990, p. 74‑75.

25 Thiesse, 2001, p. 149.

26 Wilkinson, 2008, p. 22. Cet exemple, ainsi que les travaux préliminaires à une restauration de Birkat al‑Mawz, semblent contredire l’hypothèse de Marc Valeri selon laquelle l’absence de restauration de Tanūf et de Birkat seraient voulue, pour rappeler ce qu’il en coûte à ceux qui se révoltent, à moins qu’il faille y voir une évolution encore plus consensuelle, Valeri, 2007, p. 227.

27 Bandyopadhyay, 2007, p. 45, fig 5.

28 Ce processus est analysé par Anderson, 2014, p. 184‑185, appliqué aux ronds‑points par Valeri, 2007, p. 227‑228.

29 Shaykh Khalīfa bin Ḥamad al‑Sa‘adī, entretien du 23 avril 2017.

30 Données fournies par le département d’information et de statistique du ministère du Tourisme en avril 2016 ; Entretien avec Badr Muḥammad Khamīs al‑Shandīdī, directeur du port de Khaṣab, le 27 octobre 2016.

31 The National Museum Sultanate of Oman Highlights, 2016 ; Entretien 26 avril 2017.

32 Anderson, 2014, p. 181.

33 Jamāl al‑Mūsawī interrogé dans « Oman to launch National Museum » dans Bahrain News Agency, 24 mai 2015, http://www.bna.bh/portal/en/news/67003 (consulté août 2017) ; voir également al‑Mūsawī, 2019, p. 21–57.

34 Guéraiche, 2014, p. 21.

35 Kazerouni , 2017, p.29 et p. 186‑200.

36 https://youtu.be/OXwBm2Ihqlk.

37 Exell K., 2014, p. 51‑70.

38 https://www.youtube.com/watch?v=W4epVs6OJ_U.

39 Hoffmann‑Ruf M., 2013, p. 251‑265. L’article résume partiellement la thèse tirée du fonds M. Hoffmann‑Ruf, 2008.

40 Wilkinson, 1987, p. 68.

41 Remarques de Hiba ‘Azīz, professeur à la German University of Technology de Mascate lors deux entretiens en avril 2017. Aussi Mershen, 2007, p. 188‑214.

42 Guéraiche, 2014, p. 88.

43 Entretien avec le directeur du port de Khaṣab le 27 octobre 2016.

44 Entretien avec Ṣalāḥ Aḥmad ‘Alī al‑Ruḥaylī, l’un des deux imams de la mosquée le 29 octobre 2016.

45 De tels équipements sont également mis en avant lors de l’inauguration plus récente de la mosquée de Suwayq, le 2 juin 2016.

46 Hashemi & Postel, 2017, par exemple l’évocation du « tabou » constitué par cet antagonisme dans l’Irak d’avant 2003 et sa prédominance ensuite p. 112‑122.

47 Eickelmann, 1990, p. 113.

48 Mermier, 2002, p. 255.

49 Eickelmann, 1990, p. 119.

50 Qaboos b. Said, 2000.

51 Selon Khalīfa b. Ḥamad al‑Sa‘adī, gouverneur de Dākhiliyya, rencontré à trois reprises, 17 avril et 24 octobre 2016 et 23 avril 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 – Îlot « Almeria » à The Wave, avril 2017.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 335k
Titre Fig. 2 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, au pied du massif de l’Akhḍar.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 475k
Titre Fig. 3 – Village de Misfāa al‑‘Abriyyīn, « Heritage home » d’Aḥmad al‑‘Abriyyīn.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Titre Fig. 4 – Quartier résidentiel de Duqm Frontier Town, gated community.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 321k
Titre Fig. 5 – Porte de wilaya de Nizwā.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 294k
Titre Fig. 6 – Maquette de porte de wilaya vendue dans une librairie de Nizwā.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Titre Fig. 7 – Fort de Khaṣab rénové, élément du circuit des croisiéristes à Musandam.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Titre Fig. 8 – Maison abritant le musée de Zakiyya al‑Lamkī à Rustāq.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 9 – Pièce du musée « Old Castle » à al‑Kāmil de Khalfān al‑Hāshimī avec accumulation d’objets produisant un effet « majlis ».
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 359k
Titre Fig. 10 – Inaugurée en octobre 2016, la nouvelle mosquée Qabūs de Ṣuḥār s’inspire de l’Asie centrale
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 273k
Titre Fig. 11 – Nizwā, fort et mosquée Qabūs à l’arrière‑plan, monument célébrant la « capitale de la culture islamique » de 2015 comme l’indique le bandeau supportant le bulbe orné du nom de la cité.
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Fig. 12 – Le nouveau centre culturel de Nizwā, inauguré en novembre 2015 dans le cadre de la célébration de la « capitale de la culture islamique ».
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/4241/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 369k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thibaut Klinger, « Le « branding » et l’aménagement du territoire à Oman », Arabian Humanities [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 14 septembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cy/4241 ; DOI : 10.4000/cy.4241

Haut de page

Auteur

Thibaut Klinger

Université de Tours

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals