Navigation – Plan du site
Notes & Documents

El-Ḫelfe, la fenêtre
ou al-Miḥḍār, grand poète du Ḥaḍramawt

Claude Audebert et Fatima Al-Zawya

Texte intégral

  • 1 Dumūʿ, p. 176 ; man menna maʿṣūm ? Cf. note 7.

« Nul d’entre nous n’est infaillible, qui parmi nous n’a jamais fait de faux pas ? »1

  • 2 Avec l’accord de Fatima Al‑Zawya, nous mettons à la disposition des chercheurs les enregistrements (...)
  • 3 Si l’on excepte de nombreux passages de la thèse de Sylvie Camelin (Camelin, 2000) dont je n’ai pu (...)

1Il n’existe à ma connaissance aucune étude académique consacrée à al‑Miḥḍār en langues européennes2, en dépit de la grande notoriété de ce poète originaire du Ḥaḍramawt3. Quelques études d’ensemble existent en arabe. (Cf. bibliographie)

  • 4 Par Ḥasan al‑ʿĀmirī, qu’il en soit vivement remercié.
  • 5 Mission et Lettre d’introduction du CEFAS.

2Ma découverte d’al‑Miḥḍār eut lieu au cours de mon premier voyage au Ḥaḍramawt en 2004, lors d’une soirée de dān organisée en mon honneur !4 Les chœurs d’hommes chantaient dans la première partie de la soirée de magnifiques chants et j’entendis pour la première fois le nom du poète : al‑Miḥḍār. J’ai pu mesurer l’aura dont il était entouré par les habitants de la région et les mélomanes. Plus tard j’ai découvert grâce à Fatima Al‑Zawya, co‑auteur de cet article, que sa célébrité dépassait le Ḥaḍramawt et le Yémen pour s’étendre à tous les pays du Golfe, l’Arabie Saoudite et le monde arabe en général. En dépit de cette gloire, il n’existe à ma connaissance pas d’édition complète et scientifique de ses œuvres. En 2007 (du 28 mai au 28 juin), j’ai pu mesurer l’ampleur de l’œuvre d’al‑Miḥḍār, grâce à une étude de terrain organisée par Fatima Al‑Zawya et sous l’égide du CEFAS5

3Un monde s’ouvrait, non seulement le Yémen, mais aussi le Ḥaḍramawt, terre de culture, de poésie, de danses, de voiles de navires, de marins, de voyages : à l’horizon, l’Inde, Zanzibar, l’Indonésie.

4J’ai donc pensé qu’une présentation de ce poète pourrait susciter de l’intérêt et des recherches car son œuvre poétique mérite grandement qu’on s’y arrête, tant par sa qualité que du fait de sa popularité dans le monde du chant. Il éclaire ainsi l’attitude de certains pays arabes par rapport au chant et aux chanteurs. L’œuvre d’al‑Miḥḍār, sur laquelle il existe un grand nombre de matériaux à exploiter comme le montre la bibliographie annotée proposée plus bas, participe de la riche vie culturelle du Hadramawt.

  • 6 Ce fait est largement confirmé par Sylvaine Camelin tout au long de sa thèse (Camelin, 2000).

5Petit à petit je découvris, grâce à Fatima Al‑Zawya dont j’avais fait la connaissance lors d’une mission en 2007, l’importance de ce poète dont le nom et les poèmes étaient sur toutes les lèvres des Yéménites, jeunes et moins jeunes.6 Elle organisa un merveilleux voyage qui nous mena jusqu’à la ville où naquit, vécut et mourut le poète : al‑Šiḥr.

  • 7 Camelin, 2000, p. 268

6Là, quantité de ses amis et proches d’al‑Miḥḍār nous reçûmes à bras ouverts et nous offrirent tous les trésors auxquels peut rêver un chercheur, bien embarrassé par tout ce qu’il aura à faire pour être à la hauteur de ce cadeau. Que soient remerciés : Moḥammad ʿŌḍa, ami d’al‑Miḥḍār qui nous a quittés il y a quatre ans. Il nous a reçus dans la ferme où aimait séjourner le poète. Il a assuré le transport et le déjeuner. Tout le groupe a chanté, notamment un autre ami d’al‑Miḥḍār, ʿAlī, le berger, qui connaît toutes les chansons inédites du poète, et même celles parfois qui n’ont jamais été relevées ou notées. Car il les entendait à la ferme (cf. enregistrements et vidéo). ʿAbd ʿAllāh Ḥaddād, spécialiste de poésie populaire également ami du poète et qui connaît bien sa vie. Sālim al‑Bakrī, ami, acteur de théâtre qui a joué certaines pièces écrites par al‑Miḥḍār et dont la plus importante à ses yeux, est une opérette : Bent al–qabā’il. Nous nous sommes tous rendus à la résidence d’été qu’affectionnait al‑Miḥḍār à al‑Wāṣiṭ. Puis, de retour à al‑Šiḥr, nous avons visité sa maison et fait la connaissance de son fils. Le poète aimait à s’asseoir devant la fenêtre7 où il passait des heures à méditer et à composer. Nous y avons vu un signe illustrant bien la personnalité et l’œuvre de cet homme, tout d’ouverture et de tolérance. Les vers du poème mis en exergue en témoignent :

  • 8 Selon certains, ce poème a été attribué à al-Miḥḍār mais n’est pas de lui. Il est pourtant bel et (...)

« Nul d’entre nous n’est infaillible, qui parmi nous n’a jamais fait de faux pas ? »8

  • 9 Nous adressons nos plus vifs remerciements à ceux qui nous ont permis d’accéder à de précieuses in (...)

7La visite du musée situé dans la bibliothèque d’al‑Šiḥr, construite par la famille Hā’el Saʿīd, en l’honneur d’al‑Miḥḍār fut assez brève. Peu de choses restaient de ce qui lui avait appartenu : ses lunettes, un petit poste radio, sa masbaa et sa montre. Seules deux de ses opérettes étaient conservées dans deux dossiers. Puis, il y eut une soirée poétique mémorable à al‑Šiḥr. La matinée du premier jour se passa auprès des pêcheurs. Un autre jour fut passé chez M. ʿŌda où vint un chanteur du nom de Ğumʿa.9

  • 10 Nous remercions vivement Michel Mouton, alors Directeur du CEFAS, pour l’aide qu’il nous a apporté (...)

8Lors d’une mission de Fatima al‑Zawya à Aix-en-Provence en 2014 (4‑11 juillet), nous avons pu approfondir ensemble quelques questions restées en suspens, notamment les rapports entre al‑Miḥḍār et son chanteur favori Abū Bakr Sālim Balfaqīh. Les efforts qu’a déployés Fatima Al‑Zawya pour rencontrer ce dernier alors hospitalisé à Riyāḍ, n’ont pu aboutir.10 Nous souhaitions questionner le célèbre chanteur sur la manière dont il travaillait avec le poète notamment sur la mise en musique des poèmes dont l’auteur avait déjà proposé une mélodie et quelles transformations du poème pouvaient apparaître nécessaires au chanteur.

9Al‑Miḥḍār est un très grand poète, précédé par, et contemporain d’une lignée de grands poètes hadramis dont nous nous contenterons de citer quelques noms, sans pouvoir les présenter ici, de poétesses, de chanteurs, de danseurs, imprégnés du passé, mais tournés aussi vers le monde moderne : la télévision, les fêtes populaires ou privées, les radios, les vedettes, les rencontres, les caravanes, un public avide de musique.

Objectifs de cet article

10Nous tenterons de présenter de manière aussi large que possible ce poète : sa vie, sa bibliographie, quelques-uns de ses traits les plus marquants, un aperçu sur sa poésie et ses œuvres en général. Il mériterait, à coup sûr, une étude beaucoup plus approfondie, une thèse de doctorat, voire plusieurs.

11L’optique fournie par Fatima Al‑Zawya ajoute le point de vue du public à l’heure actuelle. Dans cette profusion d’informations, nous avons choisi les points qui nous ont paru les plus significatifs de cette personnalité et de son œuvre importante : 

  • Le Ḥaḍramawt comme creuset du passé et du présent et comme milieu poétique extrêmement riche à l’époque et encore insuffisamment connu, du moins du monde universitaire occidental.
  • Creuset, par rapport à la vie musicale et poétique, souvent indissociables, tant par l’usage qui est fait de cette poésie dans la vie quotidienne actuellement, que part les liens étroits — en quelque sorte intrinsèques — qui existent entre poésie, chant et musique. À ce titre nous nous sommes particulièrement intéressés à toutes les formes que peuvent prendre les modes de composition de cette poésie et y consacrerons un développement. En effet, comme nous essaierons de le montrer, la poésie d’al‑Miḥḍār se situe entre une poésie orale, mais qui n’écarte pas l’usage de l’écrit, et une improvisation travaillée, soumise aussi aux brouillages du phénomène de l’enregistrement. Ainsi, elle illustre bien la gamme des phénomènes d’oralité décrits par Ruth Finnegan et les chercheurs qui lui ont succédée.
  • Une des raisons qui m’ont amenée à m’intéresser à la poésie orale, à part son intérêt propre, et la nécessité de sauver ce qui peut l’être des trésors actuels, est aussi l’éclairage qu’elle fournit pour tenter de comprendre la poésie arabe ancienne. Celle‑ci, à ce jour, a été insuffisamment étudiée à la lumière des thèses de l’oralité — mis à part quelques importantes tentatives, et réduite à un ensemble de « textes », comme si les poètes avaient été munis d’un calame à l’heure de la composition du poème. Ce point de vue restera présent en filigrane à travers cet exposé sur al‑Miḥḍār
  • Quelques poèmes seulement seront traduits. Ils représentent pour la plupart le choix de Fatima Al‑Zawya avec lequel nous sommes en parfait accord.
    Al‑Miḥdār reste encore extrêmement célèbre. Son chant a dépassé les frontières du Yémen pour toucher le monde arabe dans son entier. Toutes les études s’accordent sur le fait qu’il a rénové la poésie chantée ‘le chant du Ḥaḍramawt’. Il continue d’être chanté au Yémen, il est connu de toutes les générations de Yéménites ainsi que dans les pays du Golfe et tout le monde arabe.
    Un poète qui représente une sorte de carrefour : mêlant oralité et écrit, poésie et chant, Yémen et autres pays arabes et qui illustre aussi les rapports entre poètes et chanteurs. Ce dernier point qui mériterait une longue étude susceptible d’éclairer les liens entre les divers pays arabes quant à leurs choix esthétiques en matière de chant et de musique, ne sera que très brièvement abordé ici.
  • Nous proposerons une présentation générale de son œuvre riche et variée, bien que non éditée dans son entier, ainsi qu’une bibliographie annotée destinée à susciter de nouvelles recherches.

Biographie succinte

  • 11 Les éléments biographiques proviennent de diverses sources : des ouvrages et des entretiens télévi (...)
  • 12 Comme les bédouins arabes anciens, notamment, en ont connu.

12Ḥusayn b. Abū Bakr al‑Miḥḍār11 naquit en 1930/1350 à al‑Šiḥr dans une grande famille de descendants du Prophète (sayyid, abīb). Famille religieuse, amoureuse d’art, de science et de poésie, comme bon nombre de lignées dont l’histoire nous a conservé la mémoire. Une famille en relation avec le pouvoir et également une famille de poètes.12

  • 13 Freitag, 2003. Voir aussi Camelin, 2000, p. 39 et chapitre 5, p. 264 sqq., où elle souligne l’infl (...)
  • 14 Bukā’iyyāt, p.59‑60.
  • 15 Al‑Miḥḍār, 1983. Nous n’avons pu consulter cet ouvrage. Le poète fait l’éloge de son frère aîné, Ḥ (...)

13Beaucoup de ses membres se sont illustrés dans l’histoire locale. Ulrike Freitag dresse une vue d’ensemble du clan des Āl Miḥḍār, descendants des Āl Šayḫ Abū Bakr, et du rôle politique important joué par ses membres après la conquête de Dawʿan (1898–1899/1316) notamment dans l’expansion du sultanat Quʿayṭī13. Cette famille comptera trois vizirs. Le premier, Aḥmad, fut ministre de la dynastie al‑Quʿayṭiyya.14 Le troisième Ḥāmid b. Abū Bakr al‑Miḥḍār, poète et historien né à al‑Quwayra à Dawʿan, mourut à Djeddah en janvier 1991. Il fut ministre du Sultan Ṣāliḥ al‑Qaʿṭabī, et auteur de plusieurs ouvrages dont une biographie de leur grand-père paternel Ḥusayn b. Ḥāmid Al‑Miḥḍār15,

  • 16 Bukā’iyyāt, p. 15
  • 17 Voir aussi Camelin, 2000, p. 53 sqq., 58 sqq.

14Le thrène que dédie al‑Miḥḍār à ʿAwaḍ b. Ṣāliḥ al‑Quʿayṭī, un des sultans qui a gouverné de 1956 à 1966 et mourut à al‑Mukalla en octobre, où il fut enterré au cimetière du Cheikh Yaʿqūb, témoigne des relations de cette famille avec cette dynastie. Al‑Miḥḍār y chante la justice du souverain, son amour réel pour son peuple qui le paie de retour, car tous l’aiment : l’armée dans les casernes, l’homme de la rue et tout le pays. Il s’adresse ensuite à son successeur, Ġālib (règne 1966‑1967), fils du défunt. Il y célèbre les usines et souhaite que les ouvriers y reçoivent leur dû en échange de leur travail. Il rêve d’une vie plus douce pour les pauvres et les affamés, enfin, il appelle de ses voeux un souverain issu du Ḥaḍramawt et non de Riyāḍ ou de Ṣanaa16. Les idées politiques d’al‑Miḥḍār mériteraient une analyse et une remise en contexte, à partir des éloges funèbres qu’il adresse à de nombreuses personnalités.17

  • 18 Centre religieux situé à l’Est de Tarīm. Cf. Freitag, 2003. p. 162.

15Dans un autre éloge funèbre destiné à son frère aîné Ḥāmid, notre poète célèbre sa science linguistique et religieuse, ses qualités morales et sa piété : imām, littérateur, homme politique éclairé et chef (qā’id) connu dans tout le Ḥaḍramawt, parmi les sayyid de ʿInāt18, à Sanaa, mais aussi à al‑Azhar en Égypte. Il pleure à la fois un frère et un père mais également un poète.

  • 19 Freitag, 2003, p. 479‑480.
  • 20 Voir infra bibliographie.

16Ḥāmid al‑Miḥḍār est en accord avec Sayyid ʿAlī, personnage important qui défend les paysans, prône l’unité du Ḥaḍramawt et l’opposition aux Britanniques19. Ces vues sont partagées par notre poète, à en juger par quelques-uns de ses éloges funèbres et le titre de certaines de ses pièces de théâtre ou opérettes.20 La poésie tient une place importante dans cette famille.

  • 21 Bukā’iyyāt, respectivement, p. 81 et p. 83.

17Al‑Miḥḍār fait deux éloges funèbres de sa mère, ʿAlawiyya Aḥmad Ḫamūr, née à al‑ Šiḥr et qui ne donna naissance qu’au seul poète. Elle mourut en juillet 199521.

« Maman, tu effaçais mes larmes
Qui donc à partir d’aujourd’hui les effacera ? 
Maman, mélodie que je chante à jamais, qui surpasse toutes mes mélodies et mes hymnes.»

18Deuxième poème :

« Maman tu étais la lampe de la maison, sa chandelle…
Maman, maman, sans toi ma langue serait demeurée muette et n’aurait proféré aucune parole. »

19Le deuxième poème, une semaine après la mort de sa mère :

« Les larmes n’ont pas cessé de couler de vendredi à vendredi … Sans elle je n’aurais été rien /… /Dans ma maison s’est éteinte une chandelle, rien n’égalait sa lumière, parmi les bougies. En tout lieu, en cette maison, d’elle, venait la lumière. »

20Ces thrènes un peu convenus ne disent pas combien l’enfant a été influencé par les séances de chants et de danses (alaqāt al‑šar) qu’organisait sa mère. (Voir infra).

  • 22 Freitag, 2003, p. 162 note 107 et 163‑165 sur le rôle de la famille al‑Miḥḍār et ses relations étr (...)

21Un poème d’un de ses ancêtres, Aḥmad, eut un impact sur le gouverneur Quṭayʿī d’al‑Šiḥr.22

  • 23 Freitag, 2003, p. 296 et note 97.
  • 24 Freitag, 2003, p. 278 « Par ribāṭ, les savants du xxsiècle désignent une institution supérieure (...)

22Le futur poète, enfant, fréquente l’école coranique, puis fait des études à l’école Makārim al‑aḫlāq qui fut fondée à al‑Šiḥr par le Sultan Quʿayṭī en ,ovembre 191823, puis au Ribāṭ24 al‑Šiḥr où étaient enseignées les sciences religieuses. Son père est alors ministre. Celui‑ci passe pour avoir exercé une profonde influence sur son fils qui le perd très tôt, vers l’âge de quatorze ans.

23Très vite le jeune homme va prendre part aux rencontres poétiques de toutes sortes, notamment les joutes poétiques connues sous le nom de musāǧalāt (cf. infra et bibliographie et œuvres) où il ne tardera pas à s’illustrer.

  • 25 Camelin, 2000, p. 265.

24Grand voyageur, il suit la vieille tradition d’émigration des Hadramis et de sa propre famille, visite tous les pays arabes, l’Inde, l’Afrique de l’Est et l’Indonésie actuelle. Il vit, un temps en Arabie saoudite où il possède une maison et se fait soigner25

25Son attachement au Ḥaḍramawt sera sans faille comme c’est le cas de la plupart de ses compatriotes. Il fait beaucoup pour sa ville et joue un rôle de médiateur.

  • 26 Camelin, 2000, p. 265. On consultera le chapitre en entier qui s’intitule: « Le retour du poète».

« Il est influent à l’époque des socialistes, c’est lui qui a fait en sorte que l’on puisse continuer à aller à la ziyāra setta. »26

  • 27 Layālī Raqmān, Dumūʿ, p. 20.

26Il chantera ses villes ou ses villages : al‑Šiḥr, Tarīm, al‑Mukalla, al‑Wāsiṭ, Raqmān, située entre deux villages dépendant d’al‑Šiḥr , riche de souvenirs qui se mue en poème d’amour.27 Comme les monts et les divers lieux qu’il retrouve toujours avec émotion. C’est un poète de la nature et de la nostalgie. Il fait penser à l’ancienne poésie par le thème de la longue séparation des amants (bayn), mais c’est plutôt la joie du retour au bercail, après la douleur de la séparation, qu’il chante. On peut être surpris de rencontrer assez peu de poèmes sur la mer dans son œuvre, étant donné qu’al‑Šiḥr est aussi une ville de pêcheurs et que lui‑même a sillonné les mers.

  • 28 Camelin, 2000, p. 265 et Wadāʿan, sur les adieux dédiés au poète.

27Il meurt le 5 février 2000/Deuxième Ḏū‑l‑Qaʿda 1420 dans sa ville natale, d’une insuffisance cardiaque28, pleuré par des foules.

Al‑Šiḥr

  • 29 Camelin, 2000, p. 43‑ 44
  • 30 Camelin, 2000, p. 51

28Al‑Šiḥr, ville du Ḥaḍramawt côtier située à environ 60 kilomètres d’al‑Mukalla, est un port et est restée jusqu’au xixe siècle la ville portuaire la plus importante de la région, qui conservera une « dimension de port international jusqu’au début du xxe siècle ». Elle représente un point de départ et d’arrivée des routes caravanières alimentant l’intérieur des terres. « Passage obligé entre le Ḥaḍramawt et le reste du monde » c.a.d. l’océan Indien.29 Les émigrés lettrés sont souvent connus à l’extérieur par le nom de Šeḥirī, soit venant d’al‑Šiḥr, tellement la ville est célèbre.30

  • 31 Camelin, 2000, p. 43 citant Serjeant 1981, p. 125.

« De cette ville s’organisait une partie du cortège de la procession pour la célébration annuelle (ziyāra) conduisant au tombeau du prophète Hūd situé à l’extrémité orientale du Wādī Ḥaḍramawt ».31

29Celui d’al‑Šiḥr était essentiellement composé de marchands qui se rassemblaient là pour faire route ensemble.

  • 32 Camelin, 2000, p. 274. Sur les tensions entre sayyid et mašāyeḫ et entre quartiers, cf. p. 277 sqq

30La maison du poète se trouve dans le quartier ʿAqal Bā Wuʿīn près de la mosquée du Cheikh Saʿd qui marque la frontière avec ce quartier et celui d’al‑Maǧūra.32

  • 33 :Cf. Camelin, 2000, p. 39 où elle cite des vers sur Suʿād, ainsi que le chapitre 6, p. 319.

31Al‑Miḥḍār consacrera bon nombre de poèmes à sa ville qui répond aussi à plusieurs noms, dont celui de Suʿād 33: Sylvaine Camelin signale, à juste titre, la fascination qu’exerce cette ville sur ses habitants « peut‑être en partie liés à la longue tradition d’émigration des Hadramis ».

  • 34 Dumūʿ al‑ʿuššāq p. 146.

32Dans un poème intitulé Ummi‑l‑Šir,34 il exprime bien ce lien profond avec sa ville qui n’empêche pas l’appel irrépressible du large :

« Ma mère est al‑Šiḥr, mon père le mont Ḍabḍab
Mon fils la noire montagne et ma fille Ḍabba
Chaque fois que je reviens vers eux, ils me disent :
Bienvenue, vis donc ici parmi nous ; ne descends pas dans ces contrées lointaines/ou à Rahba  [qui, selon Fatima al‑Zawya est un nom de lieu, mantiqa].
Je répondis : Tous ceux qui aiment la beauté, s’expatrient
Les jeunes chamelles rouges, dans leur vigueur s’évaluent loin de chez elles.
Je suis parti, les ai mises à l’épreuve, les autres ne l’ont point fait.
Je sais reconnaître les saines des galeuses
Dans de longs et pénibles chemins qui éprouvent le voyageur. »

33Nous retrouverons dans beaucoup de poèmes ce thème de la nostalgie, du mal du pays (anīn, saudades), allié la soif du voyage et le frémissement du retour comme dans Une nuit à al‑awīla « qui vaut mieux que mille et une nuits ». Souvent le chant dédié à une ville ou un lieu se transforme en méditation sur l’amour et l’amitié, comme dans le passage juste cité.

  • 35 Dumūʿ al‑ʿuššāq p. 146 et dans Ṯaʿlab, 1410 h, p.101. Par exemple au vers 7 du poème dans Dumūʿ al‑ (...)

34Les deux versions de ce poème font ressortir de grosses différences entre les deux textes qui confinent parfois à l’incompréhensible. 35 L’autre poème : « Le šīn redoublé », autre ‘nom’ d’al‑Šiḥr  :

  • 36 Ibtisāmāt p. 19 et p. 37.

« Accueille moi Ô Suʿād et revêts la robe du bonheur
Je te reviens et tous les biens sont de retour.
Que Dieu renouvelle les retrouvailles !
Après une si longue absence entre nous, le désir s’est fait plus fort
Nous voici réunis, nous nous sommes retrouvés, tombés dans les bras l’un de l’autre.
Dis-moi en secret : « Où avons-nous trouvé la force ? 
Et comment avons‑nous gardé l’amour ?
Certes, quiconque est fidèle garde son amitié. »36

Milieu culturel et formation du poète

35Le Ḥaḍramawt, et particulièrement, al‑Šiḥr, est un lieu où la vie culturelle est intense : poésie et chants populaires, visites des tombeaux des saints lors des mawlid‑s, ou chants et danses profanes, chants de bédouins, de pêcheurs, échanges poétiques, joutes masculines : musāǧalāt, dān, et féminines, poésie et danses comme le šar.

  • 37 ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, p. 517‑537. Al‑Miḥḍār participera, dè (...)

36ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr en donne un aperçu dans son ouvrage sur les Musāǧalāt37, écrit en août 2000.

  • 38 Freitag, 2003, Chapitre 7 et particulièrement p. 385 et sur le rôle de Ḥāmid al‑Miḥḍār qui est à i (...)
  • 39 ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, p.534‑35.

37Le dān est mis en musique par de grands créateurs comme Saʿīd al‑Bakrī, de Say’ūn (mort dans les années quarante), ou encore Saʿīd Mubārak Marzūq dans les années quatre-vingt et maints autres musiciens et chanteurs, notamment une femme. 1932‑1933 est une période où fleurit le dān chanté, quelques années donc après la naissance d’al‑Miḥḍār. Le dān côtier (ilī), non accompagné d’instruments de musique, mais qui comprend chant et danse est aussi en vogue. La paix entre les tribus surtout après la « paix d’Ingrams » (1937–1940)38, et la sécurité, favorisent selon l’auteur, la vie culturelle et le commerce. Les mouvements réformistes se développent, l’appel à des réformes religieuses en Asie du Sud‑Est se transporte par les émigrés vers le Ḥaḍramawt et ses habitants qui sont prêts à se rebeller contre le respect aveugle des traditions, notamment les interdictions contre la musique et le chant39. Il note qu’à al‑Šiḥr, capitale du Ḥaḍramawt, apparaissent au début du xxe siècle le chanteur Sulṭān b. al‑Šayḫ ʿAlī b. Harhara et le poète ʿAbd Allāh Muḥammad Bā Ḥasan qui créèrent une troupe et connurent un grand succès. Leurs chants furent colportés par les marins en Oman, dans les ports du Golfe, au Bahreïn, tandis que les émigrés les faisaient passer en Inde, en Afrique et en Asie du Sud‑Est. Chants et danses se répandirent dans les milieux populaires du Ḥaḍramawt tant chez les hommes que chez les femmes.

38On note de grands poètes comme Maḥfūẓ al‑ʿQuṯayšī (m. 1368/1947), ʿAlawī ʿAbd Allāh al‑Maqdī (m. 1954) etc.

La poésie, vieille tradition familiale

  • 40 Confirmé par préface Dumūʿ p. 15.

39Né dans une famille de poètes : ses grands-pères paternel Ḥusayn b. Ḥāmid al‑Miḥḍār, et maternel Ṣāliḥ b. Aḥmad Ḫamūr, deux sayyid (abīb) étaient poètes40. Sa mère et ses frères sont poètes. L’enfant est donc très tôt donc exposé à la poésie et au chant, particulièrement du côté maternel.

40Très jeune, il assiste aux danses des femmes et aux réunions que tient sa mère. La feuille provenant de Sālim b.ʿAbd al‑Rabb al‑Bakrī, datée du 13/6/2007 et dont l’encre s'efface depuis le moment où il me l’a donnée, est très intéressante car elle signale les propos de sa mère et son influence sur lui lorsqu’elle « battait le rythme (?) dans les réunions de chant, de poésie et de danse féminine (šar) » où des tambours (hāger) battent le rythme, sans autres instruments.

41Al‑Miḥḍār quand il avait 10 ans aimait écouter les «’īqāʿāt (les rythmes) et il assistait aux réunions poétiques (ǧalasāt), de sa mère et jouait avec les instruments (?), ce qui avait le don d’énerver sa mère et ses amies tandis qu'elles chantaient. Alors, elle le chassait. Il essayait d'imiter sa mère lorsqu'il était tout seul. Un mètre (wazn) particulier, la mélodie (lan) d’un ancien hazag pour enfants, propre au 10 de Ḏū‑l‑qaʿda lui servit de modèle :

« Allāh, bi aǧǧ‑o wa tamdīna, ne‑zūr en‑nabi*** we ne‑zūr kaʿba muammad wa āl bayt en‑nabi »
« Dieu ! Partons pour le pèlerinage et vers Médine, rendre visite au Prophète et à la Kaʿba de Muḥammad et des membres de sa famille. »

42Il compose le vers sur le même air :

« ayūn fel‑bīr sōda ʿyun‑ha we baġat Razayqi we ʿAbd Allāh ye‑zeffun‑ha. »
« Un chat dans le puits aux yeux noirs désire que Razayqi et ʿAbdAllāh l’escortent dans la procession du mariage (zaffa). »

43Ces deux personages passent pour être des serviteurs du père d’al‑Miḥḍār et Sālim se demande si ce chat ne représenterait pas déjà la muse.

  • 41 Ṯaʿlab, 1410 h, p. 17

44Le poète, très précoce, puisqu’il compose vers l’âge de quatorze ans, et de manière remarquable, court les lieux où se déroulent les réunions poétiques et musicales. À vingt-deux ans il entre dans l’arène des compétitions et joutes poétiques : musāǧalāt, ḥarāwāt et zawāmel41

45Il se frotte à de grands poètes comme Saʿīd Zaḥfān et ʿUmar Bū Mahdī .

46On n’insistera jamais assez sur le rôle formateur de cette poésie populaire véritablement orale par sa composition, et qui exige une capacité d’improvisation et conséquemment un énorme travail de préparation.

47À côté de cette poésie populaire très codifiée, al‑Miḥḍār cultive une poésie plus moderne où il excelle dans les thèmes amoureux de la séparation, de l’oubli, de la nostalgie des aimés et des lieux, de l’amitié, à la fois thèmes anciens mais aussi universels, rappelant Verlaine et Apollinaire.

48Les tourments de l’amour qui y sont décrits avec une grande délicatesse.

  • 42 Dumūʿ, p. 17

« J’ai étudié la passion/amour et eu connaissance de ses formes et son nom
et compagnons, ses guerres et sa paix m’ont paru égales
Tout y est souffrance du début à la fin.42  »

49Il danse et chante aussi et, dans ses poèmes, il incite souvent à en faire autant :

  • 43 Voir infra la traduction de ce poème.

« Ô oiseau qui au-dessus des branches virevolte, fais comme moi, chante et mets-toi à danser !
Tu ne compteras que quelques instants et la lumière de l’espoir poindra. »43

Techniques de composition

50Le court texte de Sālim al‑Bakrī cité plus haut est très intéressant pour comprendre la manière de composer qui a comme point de départ une ‘mélodie’ rythmée, ‘un air’: lan ou awt –Elle illustre une technique de composition de la poésie orale.

  • 44 Sur l’inspiration cf. Caton, 1990, p. 37‑39.
  • 45 Voir le témoignage de cette pratique dont le poète al‑Dindān a tiré son nom. Onomatopée du verbe « (...)

51On sait malheureusement fort peu de choses d’al‑Miḥḍār sur cette question. Selon une anecdote, lorsqu’arrivait sa muse, son inspiration, (hāges44), en quel lieu fût‑il, il s’emparait d’une boite d’allumettes qu’il agitait entre ses doigts pour marquer le rythme des vers qu’il allait prononcer en « marmonnant » (yedanden), et « chantonnant », technique pratiquée par de nombreux poètes oraux (mais d’autres aussi sans doute), pour trouver le rythme et ajuster ses mots à une métrique « chantonnée ».45

  • 46 Ce témoignage nous paraît très utile pour mieux comprendre les techniques de composition de la poé (...)

52Il commençait à chercher le lan en chantonnant. On voit ici le geste se joindre à un marmonnement lié à la création poétique qui consiste à « dire en chantonnant ». Car on « dit » de la poésie. C’est le verbe dire qui est employé pour exprimer que quelqu’un compose, crée de la poésie. Dire et non écrire46. Al‑Miḥḍār partait donc du rythme ou/ et d’une mélodie sans doute elle‑même indissociable d’un mètre (bahr) : le lahn ou sawt comme Fatima al‑Zawya m’en a fait la démonstration.

53Il ne faudrait donc pas s’imaginer le poète partant d’un mètre (bar) envisagé théoriquement, crayon à la main pour amorcer sa composition, mais bien d’un rythme et d’une mélodie, d’un awt, un « air » ajusté à un mètre.

54Il existe — on le sait — en ce qui concerne la poésie ancienne des « airs » liés aux divers mètres et qui aident, non seulement à les mémoriser, mais aussi à les scander de manière spontanée et probablement à s’en imprégner lorsque l’on cherche à composer.

55L’ouvrage Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān de ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, apporte de précieux renseignements à ce propos. Comme, par exemple :

« Le chanteur a chanté sur l’air du dān : « Yā rabb sālak teḫalli serrenā maktūm »
« Seigneur je te demande de garder notre secret caché. »

Avec, signalé à la main, un changement apporté par al‑Miḥḍār.

  • 47 Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr p. 203. Autres exemples : ibid., p. 203 (...)

« ‘aḫer lēla qaḍaynāha maʿa‑l‑maḥbūb :
« La dernière nuit passée avec l’aimé. »47.

56Pour nombre de séances il précise sur quel ṣawt a lieu la performance des poèmes. Ceci prouve qu’il existait des mélodies ou des « airs » « préfabriqués », disponibles sur lesquels peuvent se couler de nouveaux poèmes, de nouvelles paroles. Il est bien évident que ce canevas de base est propre à évoquer également les contenus d’une infinité de poèmes et donc à fournir potentiellement un réservoir de formules et de motifs qui aident dans la création et avec lesquels participe l’auditeur à divers niveaux. Ce mode de composition permet de mieux comprendre en quoi consiste « l’improvisation » dans ces poèmes où il faut répondre à plusieurs poètes du tac au tac. L’écrit y est inutile, même si, spécifiquement pour le dān, il y a une mise par écrit des vers dits par le poète, mais une fois seulement qu’il les a prononcés.

  • 48 Ibid., p. 530 ligne 4.

57Le même ouvrage sur les musāǧalāt cite le témoignage d’un homme de 75 ans en 1981 sur la manière dont composait un célèbre poète qui dérivait (ištiqāq) ses mélodies de bases fixées (uūl ābita) et connues dans la région, aidé en cela par sa muse ǧes et les ǧinn. Le lieu de Hiṣn Ḥalfa qui contient les vestiges d’une vieille citadelle sur la route des caravanes se rendant à al‑Šiḥr abrita des rencontres entre poètes humains et poètes ǧinn, selon des croyances populaires répandues48. Ceci s’accorde bien avec le premier hazaǧ composé par l’enfant poète à partir d’une transposition ainsi que l’anecdote de la boîte d’allumettes citée plus haut.

  • 49 Vers une base de connaissances sonore du Yémen : lexique et grammaire des timbres (mélodies types) (...)

58Jean Lambert fait des remarques similaires49 :

« Il existe à Sanaa des mélodies‑types qui sont utilisées et reconnues comme telles par les musiciens, puisqu'ils y adaptent fréquemment de nouveaux textes. C'est le principe de la contrefacture que les musiciens traditionnels revendiquent explicitement comme une caractéristique fondamentale de leur musique. Chacune de ces mélodies peut donc être considérée comme une mélodie‑type ayant une existence objective, une certaine permanence dans la durée, au-delà de son adaptation à tel ou tel texte. »

59Ces témoignages, qu’ils viennent de Sanaa ou du Ḥaḍramawt, engagent à envisager la création poétique des périodes anciennes en fuṣḥā, au moins jusqu’à la période omeyyade, dans un esprit qui s’inspire des théories de l’oralité, d’autant que la poésie arabe ancienne en arabe classique a connu une tradition orale sur laquelle il convient d’insister.

La muse

60Les Yéménites que j’ai pu interroger croient, comme les Anciens, que chaque poète a son génie inspirateur, sa muse, leǧes. Ils reconnaissent celui‑ci/celle‑ci sous la forme d’un homme ou d’une femme. Al‑Miḥḍār dit d’ailleurs dans un poème non édité, communiqué par Fatima al‑Zawya :

  • 50 Cf. aussi Ibtisamāt p. 9 où il est question du hāges.
  • 51 (nūd) (Piamenta, 1990). 

« Ma muse50 est venue à moi déterminée, à l’endroit où je suis
« Elle a pensée et thèmes (maʿānī)
« Sur les dalles de pierre ses cheveux s’ébouriffent (yenūd) dans le vent.51
« Provenant d’une dame d’al‑Šiḥr dont nous tairons le nom. »

61Le vers suivant décrit les montagnes noires qui entourent le lieu ainsi que les parfums suaves du ī et du ʿūd qui désignent en même temps les habitants du lieu. Ces plantes sont utilisées dans diverses cérémonies de mariage notamment. Le ʿūd est une sorte d’encens et le ī est selon Piamenta, le Pandanus odorantissimus très parfumé et dont la fleur ressemble au lys. Son nom figure dans le poème.

  • 52 Cf. comment ʿAbd Allāh Ḥusayn al‑Bārr élude le problème dans Naẓarāt fī šiʿr al‑ġinā' al‑ḥaḍramī o (...)

62On aura noté aussi que, tant le poète que les éditeurs, parlent volontiers de l’existence d’une muse. Certains le font sans complexe en reconnaissant une sorte de puissance invisible au service des poètes. D’autres en rejettent l’idée et la travestissent52

Poète et musicien, mélodiste (mulaḥḥin)

  • 53 Interview radiodiffusé.
  • 54 Ṯaʿlab, 1410 h, p. 30 sqq et préface Dumūʿ, p. 5 sqq. qui décrit la décadence du chant haḍrami sou (...)

63Al‑Miḥḍār a mis lui‑même beaucoup de ses poèmes en musique. Mais, comme il le dit lui‑même53, il ne jouait d’aucun instrument et n’en éprouvait d’ailleurs pas l’envie. Sauf à battre le rythme. Son rôle dans la revivification du chant du Ḥaḍramawt est souligné par tous les auteurs.54 Ses mélodies connaissent un immense succès dans tous les milieux : bédouins, citadins, agriculteurs et public de tous âges, sensibles aux chants d’amour pleins de délicatesse comme :

« Yā rasūli tawaǧǧah bi‑l‑salāma »
« Ô mon messager pars vers l’aimé en toute sécurité »

ou bien :

« Sallim wa law attā bi‑kaff al‑‘išāra »
« Salue ne serait‑ce que d’un signe de la paume »

ou encore :

Rodd qalbi fi makānu »
« Remets mon cœur à sa place. »

64La liste est très longue, les cassettes innombrables.

  • 55 Cf. ritā’ d’al‑Qabīlī, Bukā’iyyāt,p. 61‑63.
  • 56 Communication de F. Al‑Zawya.
  • 57 ʿUmar Aḥmad b. Ṯaʿlab, al‑Miḥḍār al‑'insān wa‑l‑fannān, p. 29. On lira avec grand intérêt les page (...)

65Al‑Miḥḍār était attiré par les chants et les danses et savait danser.55 Il passe pour avoir dansé avec Bousleeb, la femme qu’il admirait, parmi d’autres. Une danseuse qui tient son nom de la montre suisse, marquée de la croix suisse qu’elle portait.56 C’est un monde qui se révèle avec lui de la vie culturelle du Ḥaḍramawt populaire : visites (ziyarāt)57 aux tombeaux des saints, du prophète Šuʿayb, supprimés dès 2000 par les « religieux » ; fêtes diverses où dansent ensemble hommes et femmes, selon les types de danses et les nombreuses cérémonies, dont les mariages (arāwāt). Y foisonnent les poètes, les musiciens, les chanteurs. À en juger par ce que j’ai vu en 2004 (les choses ont forcément changé depuis), les assistants prenaient une part directe dans le chant et chantaient en chœur.

  • 58 Buka’iyyāt p. 41‑43. Cf. Buka’iyyāt p. 61 le riṭā’ de son ami le poète et chanteur al‑Qabīlī. Très (...)

66Al‑Miḥḍār a été précédé par de nombreux poètes et, dans un long poème, il en cite plusieurs et parle de sa muse qui, à l’étranger, n’est pas présente58. On peut ici citer plusieurs poètes célèbres :

  • 59 ʿUmar Aḥmad b. Ṯaʿlab p.18 ; Dan, p. 531sqq. Cf. aussi préface de Dumūʿ p. 16

67Saʿīd al‑Aʿwar, de son vrai nom : Saʿīd Murǧān qui était aveugle, ainsi qu’un grand poète šaʿbī du Sāḥil du Ḥaḍramawt côtier, Maḥfūẓ al Quṭayšī qui, selon les auteurs, a beaucoup influencé Al‑Miḥḍār.59 Al‑Gumandān al‑ʿAbdalī, Sultan de Laḥd, célèbre pour sa poésie lyrique qu’il met en musique. Influencé par l’Inde, il introduit le violon et les plantes des Indes. « Sa maison est aujourd’hui habitée par les poulets ! De ses archives on ne sait pas grand-chose », comme le dit Fatima al‑Zawya.

68Yahya ʿUmar de Yāfʿi a chanté des poèmes de al-Miḥdār et s’est fait connaître lui‑même par le chanteur Mohammad Murshid Naǧi de Aden qui a également chanté des poèmes de notre poète.

69Al‑Miḥḍār a composé deux chants sur le mode indien, et cela sur commande.

70Moḥammad Ğumʿa Ḫān, Abū ʿAlī (1903‑1963) fut élevé et a grandi et a pratiqué le chant à al‑Mukalla, et y a brillé et chanté des chants composés par al-Miḥḍār.

71Abū Bakr Sālim Balfaqīh reste le chanteur le plus célèbre qui a chanté presque tous les poèmes d’al-Miḥḍār et les a fait connaître hors du Ḥaḍramawt.

Traduction de deux poèmes

Qid‑ha maqale

« C’est bien connu !
Ô ma pauvre âme !
Lorsqu’elle se souvient de son pays, elle devient nostalgique, même en lieu d’abondance, comblée.
Et, lorsque, sur le point de boire aux sources, elle se trouble et ressent de l’amertume. C’est bien connu : boire des eaux troubles lasse l’homme.
Que faire lorsque s’obstine le destin, sans relâche et qu’il m’accable de ses tristesses ?
Tant pis, je m’arme de patience ! Car pour un croyant, se dissipent les vicissitudes.
C’est bien connu ! La patience vient de la force de la foi !
Les larmes coulent sans arrêt, tant sépare la distance. L’esprit s’égare et le cœur brûle de ses feux.
Le pas s’est alourdi dans la montagne, lui qui était si sûr et si agile.
C’est bien connu ! Personne ne demeure tel qu’il était !
Ô oiseau qui, au-dessus des branches virevolte, fais comme moi, chante et mets-toi à danser !
Tu ne compteras que quelques instants et l’espoir poindra, lumineux !
C’est bien connu ! Jamais ne s’interrompt la miséricorde du Miséricordieux ! »

ʿĀd al‑Hawā

  • 60 Ibtisamāt al‑ʿUššāq, p. 49

« Revenue est la passion !
Le premier amour est revenu !
Moi, pour quelqu’un, j’ai quitté le monde et suis resté seul,
J’ai aimé la solitude
Jamais je n’ai pensé à ce qui était advenu après moi
Je lui ai donné sans compter ce qui me restait
Un autre aurait accepté le surplus
Revenue est la passion !
Le premier amour est revenu !
Nous nous sommes rencontrés.
Il a promis et j’ai promis de nous revoir.
Nous avons échangé les promesses. Tope là !
Dieu nous était témoin et hormis Dieu, aucun humain
N’a assisté à cet échange.
La passion est de retour !
Le premier amour est revenu !60 »

72Al‑Miḥḍār apparaît comme un immense poète qui fédère un grand nombre de pays arabes dont les dialectes bien que différents, n’en goûtent pas moins les chants et les textes.

73Il illustre bien divers états de composition, ceux où la composition est purement orale comme les musaǧalāt et ceux où l’écrit peut rentrer en jeu.

74Son rôle dans la vie politique est aussi à souligner et représente bien le courant poétique progressiste qui a fleuri, à l’époque, dans les pays arabes.

75Il mériterait une étude approfondie.

Haut de page

Bibliographie

ŒUVRES D’AL‑MIḤḌAR

Recueils de Poésie

Dumūʿ al‑ʿuššāq, Dār Ǧābir, Bayrout, s.d., Préface de Muhammad ʿAbd al‑Qādir Bā Maṭraf datée de 1384/1965, 1éd. 1966 (Wikipédia).

Ibtisāmāt al‑ʿuššāq, Tibāʿa širka l‑maṭbaʿa‑l‑ ʿaṣriyya, al‑Kuwayt, s.d., avec une préface de Muḥammad ʿAbd al‑Qādir Bā Maṭraf datée de 1987. 1éd. 1978. Passe pour le second diwān de al-Miḥḍār, quinze ans après le premier

Dumūʿ, publié plusieurs fois. On doit les titres à al-Miḥḍār lui‑même.

’Ašǧān al‑ʿuššāq, Dār Ḥafiẓ lil‑našr wa‑l‑tawzīʿ, s.d., s.l. 1éd. 1999.

anīn al‑ʿuššāq, Dār Ḥafiẓ lil‑našr wa‑l‑tawzī, s.d., s.l. 1éd. 1999.

Bukā’iyyāt, édité par ʿAbd Allāh Faraǧ Bāzirqān, textes des biographies, organisation des poèmes par ʿAbd Allāh Ṣāliḥ Ḥaddād et Muḥammad Saqqāf al‑Haddār. 1éd. Ṣanaa, 2001.
C’est un ouvrage très utile car il dévoile les relations d’al‑Miḥḍār avec diverses personnalités du Ḥaḍramawt, tout particulièrement d’al‑Šiḥr : poètes, chanteurs, lettrés, hommes politiques de la région.
D’émouvants thrènes parfois célèbrent les compagnons de joute, ou rappellent les moments joyeux passés ensemble dans la poésie, le chant et la danse. La foi du poète y est toujours présente et vive et ne laisse jamais percer un instant de révolte.
« Wēn ‘ahlenā kollo‑hom rāu zumar baʿd el‑uūn e‑l‑manīʿa le‑l‑ofar »
« Où sont nos amis partis en groupes, après les hautes forteresses? ‑Dans un trou »… rappelle immanquablement « Que sont mes amies devenues » bien qu’il n’y soit jamais question du moindre ébat amoureux. « Depuis l’enfance j’ai cru en la resurrection. Comment l’oublierais‑je alors que qedna fi‑l‑kebar, j’ai un pied dans la vieillesse.  » (p. 31). Jamais un instant sa muse n’a declaré forfait lorsqu’il partait prendre part aux joutes avec ses concurrents.
« Lāken hagso mā yōm eʿtazar yorog wa yezammel maʿa‑l‑lī yezammelūn » dit‑il d’un poète toujours prompt à la riposte.

Poésie traditionnelle

Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, éditeur et auteur d’une des préfaces, 3e éd., Dār ǧāmiʿat ʿAdan li‑l ṭibāʿa wa‑l‑našr, Aden, 2002.
En fait, il existe trois éditions des Musāǧalāt al‑Dān par ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr. Sur cet amateur de dān originaire du village de Ḏu Ṣubḥ, et chef de chant, on trouvera quelques informations p. 519‑520. Nous n’avons pu consulter que l’édition de 2002.
Ce volume, distribué gratuitement est dû à l’effort de plusieurs lettrés pour éditer soixante dix‑huit séances de joutes auxquelles a pris part notre poète avec un grand nombre d’autres (p. 9). Pour chaque séance, la date, les circonstances, le lieu de la rencontre, le nom des poètes et du chanteur sont indiqués ainsi que ‘l’air’, le awt sur lequel est chantée, dite, improvisée la joute. (Cf. plus haut p. 522 sqq. et p. 525 qui précise que le lan précède la parole). Ces informations sont de la plus haute importance.
La troisième publication (?) de ce recueil a eu lieu lors de la tenue de la commémoration de la mort du poète : Mahraǧān al‑Miḥḍār li‑l‑ṯaqāfa wa‑l‑funūn, qui se tient annuellement le 5 février. date anniversaire de la mort du poète (p.10). C’est l’occasion de présenter non seulement les œuvres d’al‑Miḥḍār mais aussi celles d’autres poètes yéménites et hadramis qui ont contribué à la chanson, la poésie, aux joutes. Suit une liste impressionnante de noms (p. 10) ainsi qu’une exhortation aux pouvoirs publics de perpétuer ce festival. Cette préface date de janvier 2002. Elle est signée de ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar ʿAbd al‑Raḥmān al‑Baḥr. Une préface de ʿAbd Allāh Ḥusayn al‑Bār suit, sur les divers types de dān (p. 12 à 27).
Le volume s’achève par quatre études intitulées taqrī ou éloge du poète, dont les auteurs sont des lettrés et qui comportent souvent de précieuses informations.

Rawdat el‑ʿoššāq, mūled composé en Ḏūl‑Qaʿda 1377/1956. Le texte figure dans Buka’iyyāt, p.109 à 126.

Pièces de théâtre / opérettes en vers
Nous ne disposons que de quelques-unes d’entre elles sous une forme manuscrite ou tapée à la machine photocopiée dont on ne connaît pas la main et dont nous ignorons si elles ont été éditées. Dans la négative nous pensons en proposer une édition. Une liste ne signale pas moins de dix‑huit titres.
Ces pièces témoignent de l’esprit de réformes qui s’était emparé du Ḥaḍramawt, comme le montre l’ouvrage déjà cité d’Ulrike Freitag, et qui continua d’occuper le poète.
Les titres de certaines sont significatifs à cet égard :

Opérette Al‑aiyya, La victime, qui met en scène un cousin qui prétend imposer le mariage à sa cousine.

Opérette Al‑šuhadā’ as‑sabʿa, représentée en 1977 en souvenir des sept martyrs tombés en défense de leur ville, al‑Šiḥr sous les coups des Portuguais (929h/1523).

Opérette Al‑ʿadāt wa‑l‑taqalīd al‑zawǧiyya bi‑l‑Šir, Coutumes de mariage à al‑Šir, représentée en 1397/1977.

Opérette ʿAdāt wa-taqalīd al‑wilāda wa‑l‑xitān : Us et coutumes autour de la naissance et de la circoncision. Représentée en 1398/ 1978.

ʿĀdāt al‑arīf, Coutumes d’Automne.

Ma’āir min aramawt, tableau artistique sur le patrimoine qui exprime l’évolution du chant au Ḥaḍramawt (jusqu’à l’utilisation des instruments de musique*). Présenté au premier festival du chant du Ḥaḍramawt. Dernière œuvre du poète avant sa mort. Spectacle mêlé de danses.

Bent al‑qabā’il, Paroles et musique d’al‑Miḥḍār, 1975. Il en existe des extraits sur YouTube. La pièce met en scène le monde agricole et bédouin. Pièce résolument féministe qui donne à la femme le droit de se choisir un mari.

Al‑ʿImāra, La demeure, paroles et musique d’al‑Miḥḍār, 1976.

Sketche Li‑l‑hawā taḫḍaʿ al‑ru’ūs, paroles et musique d’al‑Miḥḍār, 1985; sur le refus des jeunes d’épouser des femmes instruites et fonctionnaires, et le fait qu’ils préfèrent des étrangères. Pièce de commande à être intégrée dans une pièce de théâtre sur ce sujet.

Un court sketche à la gloire de la mère, 1975.

Un sketche intitulé Al‑tālib al‑muʿākis, L’étudiant récalcitrant qui s’oppose à ses parents, 1979.

Courte pièce Al‑naāfa, La propreté, 1975.

Un poème sur la pêche ? Al‑tanār ou Al‑tannūr, Le four ( ?) daté de 1980, mis en musique par le chanteur Maḥfūẓ b. Burēk

Une liste de titres dont les textes n’ont pas été fournis

Al‑ar, La terre

Al‑muqaddam

Tagārib musāfir, Expériences d’un voyageur (comédie).

Al‑difāʿ al‑šaʿbī, La défense populaire (?)

Al‑huwiyya‑l‑šaḫṣiyya, La pièce d’identité.

Al‑ʿarūsa wa‑l‑ʿarīs, La mariée et le marié.

Al‑iḥḥa, La santé.

Naīa li‑l‑‘afāl, Conseils aux enfants.

Al‑šumūʿ al‑ʿašr, Les dix chandelles.

Taʿlīm al‑fatāt, L’éducation de la jeune fille.

Études sur al‑Miḥḍār

Al‑Bārr, ʿAbd Allāh Husayn, Naarāt fī šiʿr al‑ġinā' al‑aramī, Markaz ʿUbādī lil‑dirasāt wa‑l‑našr, Sanʿā', 1427/2006.

Bā Šarāīl, Riyāḍ ʿAwaḍ, Al‑Miḥḍār mir’āt ʿari‑hi, Dirasa fi‑l‑šiʿr al‑siyāsi wa‑l‑igtimāʿi, Dār Ḥaḍramawt lil‑dirāsāt wa‑l‑našr première édition 2012.

aʿlab, ʿUmar Aḥmad b., Al‑Miḥḍār al‑'insān wa‑l‑fannān, Maktaba al‑šaʿb wa Maktaba Ǧadda, 1410 h.

Balfaqīh, Ḥaddād Abū Bakr, usayn Abū Bakr al‑Miḥḍār anīn wa ‘anīn, Maktaba Tarīm al‑Hadīta, 2000/1421.

Matériel Audio‑visuel

Vidéos provenant de la télévision dAden.

Vidéos provenant de la télévision de Sanaa.

Cassettes. 

YouTube.

Travaux généraux

Camelin, S., Shihr, une grandissime cité : quartiers et organisation dans une ville du Hadramout (Sud‑Yémen), Thèse d’ethnologie, Université de Nanterre, Novembre 2000. Partiellement publiée sous le titre de Pêcheurs du Yémen, Maisonneuve et Larose, SERVEDIT Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Collection Orient‑Méditerranée, 2006.

Caton, St. C., « Peaks of Yemen I summon: Poetry as cultural practice in a North Yemeni tribe », University of California Press, Berkeley Los Angeles/Oxford, 1990.

Chelhod, J. et al, L’Arabie du Sud, histoire et civilisation, tome II : la société yéménite de l’Hégire aux idéologies modernes, Maisonneuve et Larose, Paris, 1984, p. 242‑248.

Freitag, U., Indian Ocean Migrants and State Formation in Hadhramaut: Reforming the Homeland, Brill, Leiden/Boston, 2003.

Kurpershoek, M., Oral Poetry and Narratives from Central Arabia, vol. I: The Poetry of ad‑Dindān, A Bedouin Bard in Southern Najd., E.J. Brill, Leiden/New York, Köln, 1994;

lambert, J., Vers une base de connaissances sonore du Yémen : lexique et grammaire des timbres (mélodies types) du chant de Sanaʿa. (Notes dactylographiées que m’a aimablement transmises l’auteur).

Al‑Miḥḍār, Ḥāmid b. Abī Bakr, Tarjamat al‑Zaʿim al‑sayyid al‑abīb usayn b. āmid al‑Miḥḍār wa‑l‑salana al‑quʿayiyya, Ğadda , ʿĀlam al‑Maʿrifa, 1983. (Nous n’avons pu consulter cet ouvrage ni nous le procurer).

Piamenta, M., Dictionary of post‑Classical Yemeni Arabic, E.J. Brill, Leiden/New York/Copenhague/Cologne, 1990.

Wadāʿan Abā Miḥḍār, [Adieu Abū Miḥḍār] (brochure éditée par Muntadā al‑Asʿā’/al‑Asʿā al‑ṭaqāfī al‑iǧtimāʿī à al‑Šiḥr, mars 2000, contenant les thrènes composés pour le poète par diverses personnalités. Al‑Asʿā’ /al‑Asʿā est le nom préislamique de la cité qui s’appellera plus tard al‑Šiḥr).

Tuchscherer, M., « La littérature contemporaine en Arabie du Sud et ses aspects sociaux », dans J. Chelhod et al, L’Arabie du Sud, histoire et civilisation, tome III : culture et institutions du Yémen, 1985.

Haut de page

Notes

1 Dumūʿ, p. 176 ; man menna maʿṣūm ? Cf. note 7.

2 Avec l’accord de Fatima Al‑Zawya, nous mettons à la disposition des chercheurs les enregistrements et autres documents qui ont servi à la documentation de cet article. Ils seront déposés à la MMSH, avec l’accord de Madame V. Ginouvès. Le film qui accompagne cet article a été réalisé par Fatima al‑Zawya. Un lien sera disponible pour sa consultation.

3 Si l’on excepte de nombreux passages de la thèse de Sylvie Camelin (Camelin, 2000) dont je n’ai pu prendre connaissance que récemment. Je remercie chaleureusement l’auteur qui a bien connu le poète, de m’avoir apporté un exemplaire de sa thèse et d’avoir partagé avec moi, pendant un trop court moment, ses souvenirs de l’homme et du poète.

4 Par Ḥasan al‑ʿĀmirī, qu’il en soit vivement remercié.

5 Mission et Lettre d’introduction du CEFAS.

6 Ce fait est largement confirmé par Sylvaine Camelin tout au long de sa thèse (Camelin, 2000).

7 Camelin, 2000, p. 268

8 Selon certains, ce poème a été attribué à al-Miḥḍār mais n’est pas de lui. Il est pourtant bel et bien édité dans Dumūʿal‑ʿuššāq et s’accorde parfaitement avec ses idées.

9 Nous adressons nos plus vifs remerciements à ceux qui nous ont permis d’accéder à de précieuses informations notamment : Télé Sanaa : al‑Sayyid Luṭf al‑Kustubān et Télé Aden : ʿAlī ʿAbd al-Rahmān.

10 Nous remercions vivement Michel Mouton, alors Directeur du CEFAS, pour l’aide qu’il nous a apportée pour ce voyage.

11 Les éléments biographiques proviennent de diverses sources : des ouvrages et des entretiens télévisés ou radiophoniques comme : 1) Un entretien provenant de Radio Aden, et quelques séances concernant le poète et provenant de YouTube. 2) Un ouvrage utile : al‑Miḥḍār: al‑'insān wa‑l‑fannān de ʿUmar Aḥmad b. Ṯaʿlab, Maktaba al‑šaʿb wa Maktaba Ǧadda (Ṯaʿlab, 1410 h). 3) Des renseignements glanés lors de conversations, et, bien sûr, des informations fournies par Fatima Al‑Zawya.

12 Comme les bédouins arabes anciens, notamment, en ont connu.

13 Freitag, 2003. Voir aussi Camelin, 2000, p. 39 et chapitre 5, p. 264 sqq., où elle souligne l’influence du poète due à son prestige et le respect qu’il inspire, tout en ne recherchant pas à se mêler de politique ou à y être mêlé.

14 Bukā’iyyāt, p.59‑60.

15 Al‑Miḥḍār, 1983. Nous n’avons pu consulter cet ouvrage. Le poète fait l’éloge de son frère aîné, Ḥāmid al‑Miḥḍār, poète et historien ainsi que ministre du Sultan Ṣālih al‑Quʿayṭī. Il mourut à Djeddah en janvier 1991, d’après Buka’iyyāt, p. 59

16 Bukā’iyyāt, p. 15

17 Voir aussi Camelin, 2000, p. 53 sqq., 58 sqq.

18 Centre religieux situé à l’Est de Tarīm. Cf. Freitag, 2003. p. 162.

19 Freitag, 2003, p. 479‑480.

20 Voir infra bibliographie.

21 Bukā’iyyāt, respectivement, p. 81 et p. 83.

22 Freitag, 2003, p. 162 note 107 et 163‑165 sur le rôle de la famille al‑Miḥḍār et ses relations étroites avec la dynastie Quʿayṭi ainsi que sur les exemptions de taxes dont elle bénéficie de la part du Sultan ʿAwaḍ b. ʿUmar en 1900.

23 Freitag, 2003, p. 296 et note 97.

24 Freitag, 2003, p. 278 « Par ribāṭ, les savants du xxsiècle désignent une institution supérieure d’enseignement. ». Sur les critiques de l’enseignement dispensé dans les ribāṭ et des superstitions (ḫurafāt) le débat continue jusqu’à nos jours voir p. 288. Sur la forte tradition de soufisme dans le Ḥaḍramawt, voir particulièrement p. 283 et chapitre 6 sur le rôle du soufisme, des célébrations du mawlid du Prophète (p. 279‑280) avec musique et chants qui se répandent vers les années 1880, ce qui soulèvera des oppositions de certains. (p. 282).

25 Camelin, 2000, p. 265.

26 Camelin, 2000, p. 265. On consultera le chapitre en entier qui s’intitule: « Le retour du poète».

27 Layālī Raqmān, Dumūʿ, p. 20.

28 Camelin, 2000, p. 265 et Wadāʿan, sur les adieux dédiés au poète.

29 Camelin, 2000, p. 43‑ 44

30 Camelin, 2000, p. 51

31 Camelin, 2000, p. 43 citant Serjeant 1981, p. 125.

32 Camelin, 2000, p. 274. Sur les tensions entre sayyid et mašāyeḫ et entre quartiers, cf. p. 277 sqq.

33 :Cf. Camelin, 2000, p. 39 où elle cite des vers sur Suʿād, ainsi que le chapitre 6, p. 319.

34 Dumūʿ al‑ʿuššāq p. 146.

35 Dumūʿ al‑ʿuššāq p. 146 et dans Ṯaʿlab, 1410 h, p.101. Par exemple au vers 7 du poème dans Dumūʿ al‑ʿuššāq on peut lire : Yōm kolle mōg zāhid loh naṣīb où il est possible de reconnaître la bonne leçon : Yōm kolle mogtahed loh naṣīb. Une autre coquille se produit cette fois, chez ʿUmar Ahmad b. Ṯaʿlab (Ṯaʿlab, 1410 h) : iḫtibār el‑bukā’ al‑homr ? à laquelle il faut préférer iḫtibār al‑bikār al‑ḥomr qui paraît mieux s’accorder avec la suite du texte. Ces leçons sont sans doute dues à des prises de notes à partir d’enregistrements de chanteurs, non vérifiées et surprendraient moins s’agissant de littérature orale — si on ne prétendait les éditer.

36 Ibtisāmāt p. 19 et p. 37.

37 ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, p. 517‑537. Al‑Miḥḍār participera, dès l’âge de vingt ans, à ces joutes et une partie des poèmes a été éditée dans ce volume, extrêmement utile pour se rendre compte de la grande richesse de la vie culturelle au Ḥaḍramawt. (Cf. bibliographie). 

38 Freitag, 2003, Chapitre 7 et particulièrement p. 385 et sur le rôle de Ḥāmid al‑Miḥḍār qui est à interpréter avec précaution.

39 ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr, Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, p.534‑35.

40 Confirmé par préface Dumūʿ p. 15.

41 Ṯaʿlab, 1410 h, p. 17

42 Dumūʿ, p. 17

43 Voir infra la traduction de ce poème.

44 Sur l’inspiration cf. Caton, 1990, p. 37‑39.

45 Voir le témoignage de cette pratique dont le poète al‑Dindān a tiré son nom. Onomatopée du verbe « dandan » (dialecte du Najd) qui veut dire tinter : tinkle, murmurer, marmotter un air pour produire spontanément un vers », « to hum a tune, to break into spontaneous verse » comme le dit si bien P. M. Kurpershoek du poète qu’il étudie p. 3 ; voir aussi p. 41 sqq., les pages fondamentales où le poète lui‑même décrit le processus de création : poème n° 31, vers 1 : « ašāʿir ad‑Dindān ġanna w‑iftikar / Bētinʿala l‑maʿna yruddih bi‑l‑fiṣāḥ ».
The poet ad‑Dindān set his thoughts to a tune, moulding each verse so as to express its meaning with eloquence.” (Le poète al‑Dindān a adapté ses pensées à un air, modelant chaque vers de façon à exprimer avec éloquence son sens — c’est nous qui traduisons). (Kurpershoek, 1994).

46 Ce témoignage nous paraît très utile pour mieux comprendre les techniques de composition de la poésie orale archaïque.

47 Al‑Miḥḍar fī musāǧalāt al‑Dān, ʿAbd al‑Raḥmān ʿUmar al‑Baḥr p. 203. Autres exemples : ibid., p. 203, 218, 242‑43, p. 267 où un changement de ṣawt est indiqué etc.

48 Ibid., p. 530 ligne 4.

49 Vers une base de connaissances sonore du Yémen : lexique et grammaire des timbres (mélodies types) du chant de Sanaa. Texte dactylographié communiqué par l’auteur.

50 Cf. aussi Ibtisamāt p. 9 où il est question du hāges.

51 (nūd) (Piamenta, 1990). 

52 Cf. comment ʿAbd Allāh Ḥusayn al‑Bārr élude le problème dans Naẓarāt fī šiʿr al‑ġinā' al‑ḥaḍramī où il fait du hāges un thème (al‑Bārr, 2006, p. 80).

53 Interview radiodiffusé.

54 Ṯaʿlab, 1410 h, p. 30 sqq et préface Dumūʿ, p. 5 sqq. qui décrit la décadence du chant haḍrami soumis à de multiples influences étrangères, indiennes, turques et autres.

55 Cf. ritā’ d’al‑Qabīlī, Bukā’iyyāt,p. 61‑63.

56 Communication de F. Al‑Zawya.

57 ʿUmar Aḥmad b. Ṯaʿlab, al‑Miḥḍār al‑'insān wa‑l‑fannān, p. 29. On lira avec grand intérêt les pages de Sylvaine Camelin, notamment, le chapitre 9 où elle suit les déplacements du pèlerinage du quartier de ‘Aqal Bā Waʿīn, résidence des Miḥḍār, et se poursuit vers al‑Wāsiṭ, demeure chère au cœur de notre poète, qui les y reçoit pour la ziyāra setta (Camelin, 2000).

58 Buka’iyyāt p. 41‑43. Cf. Buka’iyyāt p. 61 le riṭā’ de son ami le poète et chanteur al‑Qabīlī. Très beau poème où apparaît le tempérament de al-Miḥḍār.

59 ʿUmar Aḥmad b. Ṯaʿlab p.18 ; Dan, p. 531sqq. Cf. aussi préface de Dumūʿ p. 16

60 Ibtisamāt al‑ʿUššāq, p. 49

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Audebert et Fatima Al-Zawya, « El-Ḫelfe, la fenêtre
ou al-Miḥḍār, grand poète du Ḥaḍramawt », Arabian Humanities [En ligne], 11 | 2019, mis en ligne le 25 septembre 2019, consulté le 13 décembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cy/4589 ; DOI : 10.4000/cy.4589

Haut de page

Auteurs

Claude Audebert

IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Fatima Al-Zawya

IREMAM, Aix-en-Provence

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals