Navigation – Plan du site
Education in the Arabian Peninsula during the first half of the Twentieth Century

Introduction

Juliette Honvault et Talal Al-Rashoud
Traduction(s) :
Introduction

Texte intégral

  • 1 Verdeil, 2017 p. 9‑40.

1Si l’histoire contemporaine de la péninsule Arabique, longtemps restée le parent pauvre des travaux de synthèse portant sur le Moyen‑Orient, connait depuis quelques années un nouvel engouement, cela n’a pas été le cas pour l’histoire de l’éducation. La récente parution du numéro de la revue française Histoire de l’Éducation consacré au Moyen‑Orient de la fin du xixe siècle à nos jours1 n’y a pas même fait exception, offrant essentiellement une lecture renouvelée, autour de nouveaux objets, de l’enseignement en Égypte et au Liban, centres majeurs de l’éducation moderne arabe entre la fin du xixe siècle et la fin des années 1970. La prise en compte de deux espaces administrés par les Britanniques au xxsiècle, le Soudan et la région des Mandats remis par la SDN à la Grande‑Bretagne (Palestine Transjordanie, Irak), a bien permis d’élargir géographiquement cette histoire régionale, mais force est de constater que les pays de la péninsule Arabique ont encore résisté à l’analyse de ce vaste espace moyen‑oriental.

  • 2 Sur une inspiration de ‘Alī pacha Mubārak, la loi scolaire promulguée en 1868 visait à placer tout (...)
  • 3 Les travaux d’Ulrike Freitag, notamment, ont permis de prendre la mesure des réseaux de savants et (...)

2La péninsule Arabique n’a pas pour autant été un désert scolaire fermé au monde que l’apport financier tiré de l’exploitation du pétrole dans les années 1950 et 1960 serait venu sauver. Certes, il ne saurait être question de tenter une comparaison avec le système éducatif égyptien, né à la suite d’un mouvement de réforme commencé dès 1867, et qui se déploie autour de l’université égyptienne créée en 1908 sous le patronage du roi Fu’ād Ier (et devenue publique en 1925), la généralisation de la gratuité scolaire en 1949, et sa nature obligatoire en 19512. Durant la première moitié du xxsiècle, le système éducatif islamique de la péninsule, organisé autour des écoles coraniques (madrasa‑s, kuttāb‑s, ribā‑s, lieux d’apprentissage de la lecture et de l’écriture en vue de mémoriser le Coran) et des centres de haute culture religieuse comme la Mecque ou Zabīd au Yémen, constitue l’essentiel du monde éducatif, parfois touché par les débats sur le réformisme musulman qui agitent les milieux savants en Asie du Sud‑est ou au Caire3.

  • 4 Verdeil, 2017.
  • 5 C’est en 1869 qu’est promulguée la première Loi de l’Instruction publique, Maarif Umumiye Nizamnam (...)
  • 6 Voir la page du site de la mission danoise consacrée à Aden : https://danmission.dk/photoarchive/a (...)
  • 7 Voir Ismā‘īl, 2010, p. 229‑235.
  • 8 Al‑Hajri, 2011, p. 121‑131. Sur les missions chrétiennes dans la péninsule, voir Vander Werff, 197 (...)

3Moins visée que les régions arabes du pourtour méditerranéen par les missions religieuses européennes du xixe siècle qui ont fait de l’enseignement un outil majeur de leur intégration dans les sociétés locales4, ou par le développement du système éducatif ottoman5, la péninsule n’en n’a pas totalement été exclue. À Aden, où la première école missionnaire a été créée en 1856, on compte une vingtaine d’écoles primaires et secondaires en 1921, gérées par le gouvernement britannique, des missions chrétiennes (dont une toute récente école de filles, dirigée par la mission danoise6) ou des organisations communautaires (iraniennes, indiennes, somaliennes…)7. Dans le golfe Persique, les entreprises missionnaires sont peu nombreuses à la même période, mais tout de même présentes, l’Église réformée américaine ayant ouvert des écoles à Bahreïn, en Oman et à Koweït dès 1890, 1896 et 1912 respectivement8. Au Hedjaz et au Yémen, le modèle scolaire moderne le plus connu est certainement ottoman, tandis que plus loin, l’Inde britannique, l’Université Américaine de Beyrouth et même les prestigieuses écoles londoniennes ont attiré à elles des fils de marchands et quelques élites dirigeantes, comme le Sultan d’Oman.

  • 9 La péninsule Arabique se distingue peu par rapport à l’ensemble du monde arabe, malgré quelques ra (...)
  • 10 En ce qui concerne la péninsule Arabique, voir notamment le travail de Michael Farquhar sur l’Univ (...)
  • 11 Le mouvement est général, comme le souligne Verdeil, 2017, p. 19. Voir la liste, non exhaustive, e (...)

4Ce monde éducatif multiple a peu intéressé les historiens, notamment en ce qui concerne l’enseignement islamique9, à peine évoqué dans quelques récits autobiographiques, en général très critiques vis‑à‑vis d’un enseignement considéré comme un outil de pérennisation des anciens régimes, et quelques développements concédés par des chercheurs travaillant sur les dimensions transnationales de l’enseignement religieux contemporain10. L’enseignement dit « moderne » a, bien sûr, laissé des traces dans l’historiographie contemporaine, dans des travaux portant sur la formation des États modernes, des monographies descriptives, ou des expertises destinées à répondre aux besoins des politiques de planification, voire, dans le cas plus spécifique du Yémen, de l’aide internationale au développement11. Mais il n’apparait bien souvent que comme un phénomène marginal, trop exceptionnel pour être considéré comme dynamique avant le mouvement de généralisation de l’enseignement des années 1960–1970.

5Un mouvement de renouvèlement des études historiques sur l’éducation dans la péninsule semble poindre cependant. Elles visent à mieux connaitre les institutions scolaires privées et leurs acteurs, leur fonctionnement, leurs orientations, leurs publics, les enjeux de leur développement ou leur rôle dans la construction des revendications et des solidarités politiques, communautaires et militantes. Dans le même mouvement, les acteurs des institutions étatiques font aussi l’objet d’attentions plus resserrées, de même que leur place et rôle dans les réorientations politiques et organisationnelles qui affinent la formation des jeunes États de la péninsule. Le présent numéro d’Arabian Humanities rend largement compte de ces nouveaux travaux. Invités à faire valoir de nouvelles sources dans un contexte où l’accès aux archives nationales est compliqué ou peu rentable, ses auteurs ont ouvert de nouveaux cartons d’archives en dehors de la péninsule, en Angleterre, en Égypte ou en Iran. Ils ont aussi exploré des fonds d’archives privées et ceux de la presse régionale, et pris le temps de mener des entretiens, confirmant le caractère indispensable de l’approche biographique et des itinéraires individuels pour comprendre en finesse la façon dont l’éducation moderne se met en place dans la région, avant que les États ne prennent véritablement en charge — et plus massivement — ce secteur après les années 1960.

6Les six articles ici retenus offrent une cohérence géographique et temporelle propice à la comparaison à l’échelle de la péninsule — à laquelle, malheureusement, échappe le Qatar, pour lequel aucune proposition d’article n’a été présentée aux éditeurs. Se tenant éloignés de toute tentative d’analyse quantitative, ils donnent à voir les dynamiques qui anticipent sur la mise en place de systèmes éducatifs, et qui sont, à chaque fois, les produits de processus historiques spécifiques.

7La quasi‑totalité des pays de la région sont pris ici dans un même regard, embrassant des situations politiques diverses. Il inclue deux États dont l’indépendance a largement précédé la reconnaissance internationale : le Yémen imamite après le retrait ottoman de 1918–1920 et l’État d’Ibn Sa‘ūd, déjà quasiment formé dans sa configuration géopolitique définitive en 1925, après la conquête du Hedjaz. Ailleurs, sur la quasi‑totalité des côtes de la péninsule, les autorités britanniques dominent les petits émirats et sultanats, mais les accords de protection qui régissent leurs relations avec les autorités locales ne recouvrent pas partout les mêmes réalités politiques. Relativement inconsistante à Koweït, l’influence britannique est plus marquée à Bahreïn, dans les États de la Trêve (futurs Émirats arabes unis) et en Oman, tandis qu’Aden, initialement gérée par les autorités anglo‑indiennes de Bombay, devient une colonie de la couronne d’Angleterre en 1937. Pour autant, les autorités britanniques sont partout peu directives en matière d’enseignement. Si elles limitent leurs propres initiatives (intégrées au système éducatif impérial) aux besoins de leur administration et de leur commerce (comme à Aden), l’enseignement « indigène » est peu réglementé, et sa gestion est cédée aux autorités locales.

Les enjeux de l’éducation dans la formation des États de la péninsule

  • 12 La création de la Direction de l’Instruction est suivie en 1927 du Majlis al‑Ma‘ārif (Conseil de l (...)
  • 13 Le Comité peut être considéré comme « proto‑gouvernemental », car il a été initialement financé pa (...)
  • 14 Le Conseil était élu parmi les marchands et présidé par un membre de la famille régnante, et finan (...)

8Partout, le secteur éducatif s’affirme à partir des années 1920 comme une des juridictions les plus évidentes des États en formation. Des administrations dédiées sont créées : en 1926 en Arabie saoudite avec la Mudīrīyyat al‑Ma‛ārif al‑‛Umūmīyya (Direction Générale de l’Instruction)12, et dès les années 1930 au Yémen (Dā’irat al‑Ma‘ārif, Service de l’Instruction). Il en est de même dans les territoires sous Protectorat, comme à Bahreïn en 1919–1920 (Lajnat al‑Ma‘ārif, Comité de l’Instruction)13, et à Koweït en 1936 (Majlis al‑Ma‘ārif, Conseil de l’Instruction)14.

9Bien sûr, l’enseignement « moderne » restera réduit, partout, à un minimum d’institutions jusque dans les années 1950–1960. Les historiographies nationales ont bien souvent mis en exergue les raisons politiques de ces restrictions : il s’agit tantôt d’empêcher la formation d’une jeunesse politisée et critique vis‑à‑vis des régimes, comme au Yémen, en Oman ou à Aden avant 1937, tantôt de contenir l’hostilité des milieux locaux les plus conservateurs aux possibles ingérences étrangères (Arabie saoudite, mais aussi Bahreïn et Koweït dans une moindre mesure). Mais il faut prendre aussi en compte les limites de la demande, de larges segments de la société étant engagés dans des activités économiques (comme la pêche des perles ou le pastoralisme) qui n’offraient pas le mode de vie sédentaire nécessaire pour suivre une éducation « moderne ». Les arguments financiers et organisationnels ne peuvent pas non plus être ignorés. Lorsqu’Aden sort du statut de la Protection pour devenir une colonie britannique en 1937, la politique de valorisation par l’éducation qui est alors visée, et qui se concrétise par la création immédiate d’une école pour les fils de shaykh‑s tribaux, se heurte à l’insuffisance des ressources enseignantes disponibles dans l’empire. Il faudra attendre 1948 pour qu’une école de formation des maitres soit créée, puis 1956 pour que soit fondée une école secondaire, Aden College, puis un institut technique. En Arabie saoudite, où les ambitions du roi ‘Abd al‑‘Azīz b. Sa‘ūd sont orientées vers la création d’un État moderne, et où l’effort éducatif gouvernemental est le plus fourni (on compte 49 écoles en 1936), ce sont les ressources financières qui manquent jusqu’à la fin des années 1930, et plus nettement après la seconde guerre mondiale (W. Ochsenwald).

10Dans certains cas, il s’agira donc pour les dirigeants de renforcer les prérogatives des autorités sur l’enseignement islamique, que ce soit pour le mettre au service des besoins, assez limités, des administrations locales, ou plus simplement à des fins de contrôle. Ainsi au Yémen, Aḥmad Muḥammad Nu‘mān a dû fermer son école à cause des programmes qu’il avait choisi de mettre en place, comme le mentionne Ṣ. al‑Ṣafwānī. En Arabie saoudite, comme le montre N. Samin, les oulémas wahhabites ont acquis une grande influence sur l’éducation grâce aux activités missionnaires qu’ils ont développées pour soumettre les populations réticentes à accepter l’autorité de l’émir Sa‘ūd. En conséquence, à la veille du boom pétrolier, ils entrent en rivalité directe avec le ministère de l’éducation en raison du contrôle qu’ils exercent sur l’administration des collèges et des instituts religieux.

Retour sur les acteurs de l’éducation moderne : communautés marchandes et savants religieux

  • 15 Al‑Rashoud, 2016, p. 49‑56, et 64‑72.

11Au début du xxsiècle, les réseaux marchands et religieux se croisent d’autant plus facilement que les oulémas (les savants religieux) sont eux‑mêmes de grands voyageurs. Le rôle des milieux marchands dans la création des premières écoles modernes privées du Golfe persique a maintes fois été relevé dans la littérature historique, comme à Koweït avec l’école al‑Mubārakiyya, créée en 1911 par des commerçants principalement originaires du Najd, et ayant des liens avec Bombay et Bassora15, ou au Bahreïn avec la Madrasat al‑‘Ajam de Manama, fondée en 1913 à partir de cercles marchands liés à l’Iran. L’influence de marchands sur les dirigeants bahreïnis a également été déterminante dans la création de la première école moderne sur l’ile d’al‑Muḥarraq, la Madrasat al‑Hidāya al‑Khalīfīyya, en 1921 (L. Stephenson). Les mathématiques et dans certains cas la géographie sont enseignées comme des outils indispensables au monde commercial, tandis que l’anglais, malgré la domination britannique du Golfe et de l’océan Indien, est plus lentement introduit dans les programmes : en raison de la résistance des milieux conservateurs : l’école Mubārakīyya résiste à l’enseignement de l’anglais, poussant les oulémas modernistes à créer leur propre école en 1921, al‑Aḥmadīyya.

12L’exploitation de nouvelles sources — notamment la presse indienne de langue perse et les archives officielles iraniennes — a permis à L. Stephenson de revenir sur ces expériences scolaires jusque‑là sous‑documentées. Elle met notamment parfaitement en exergue la façon dont le mouvement de modernisation scolaire iranienne entamé dès le début du xxsiècle touche les marchands persanophones de Koweït et Bahreïn (les ‘Ajam‑s) et les incite à créer des écoles modernes. La dynamique qu’entrainent leurs réseaux avec les communautés sunnites d’Iran fonde la nature panislamique et interconfessionnelle de ces premières écoles, ouvertes sur les réalités de la demande sociale en matière d’éducation. Les liens de ces écoles avec l’Iran ne feront ensuite que se renforcer avec le mouvement national soutenu par Reza Shah, transformant leur identité première.

13On retrouve cette même diversité confessionnelle et culturelle en Oman, où une vingtaine d’écoles sont créées par des marchands de la communauté Lawātiyya dans la seule ville de Maṭraḥ entre 1945 et la fin des années 1960. N. al‑Saqrī montre bien, à travers l’exemple de quelques‑unes d’entre elles, que c’est la mixité sociale et confessionnelle importante de cette ville très commerçante qui leur permet de développer des activités éducatives indispensables au commerce du sultanat dans son entier. Maṭraḥ, parce qu’elle accueille des ouvriers et des travailleurs arabes, mais aussi étrangers (Indiens, Baloutches, Africains et Perses), ne représente pas le même danger politique pour le sultan que Mascate et ses élites sunnites et ibadites. C’est ce qui permet aux Lawātiyya, liés aux communautés chiites d’Inde, de développer des écoles modernes qui répondent aux besoins du commerce sans développer de discours politisé sur Oman, autre que celui de son identité islamique.

  • 16 Voir, aussi Pétriat, 2016, p. 318‑320.
  • 17 Cette opposition, mise en exergue par les historiographies nationales et développementalistes, est (...)

14Les savants religieux qui participent à ce frémissement de l’éducation moderne sont sensibilisés au réformisme musulman dont les promoteurs et les ouvrages circulent de part et d’autre de la péninsule, depuis Java ou Le Caire. Implantés dans les cités portuaires ou liés aux sociétés marchandes, ils entrainent des élites politiques locales à s’intéresser à l’éducation, parfois d’autant plus facilement qu’ils comptent en leur sein des personnalités à la généalogie prestigieuse, comme les oulémas hadramis dans le Hedjaz16. À Aden, comme le montre Ṣ. al‑Ṣafwānī, ils prennent leur place dans le débat local, à travers la presse et les clubs littéraires, pour affirmer la nécessité de développer l’enseignement auprès des musulmans locaux, à qui échappent les opportunités d’emploi malgré l’activité dynamique du port. C’est dans ce milieu qu’est créée, en 1931, la première école moderne privée d’Aden, qui sert ensuite de modèle à un jeune savant religieux du Yémen, de l’autre côté de la frontière, Aḥmad Muḥammad Nu‘mān, future figure centrale du mouvement national yéménite. Son école, qu’il crée en 1934 dans son village, s’appuie sur le réseau adéni, et lui permet, un temps, de promouvoir l’idée de réforme scolaire auprès d’une partie des élites dirigeantes de l’imamat, avant d’organiser, quasiment seul depuis l’université d’al‑Azhar au Caire, la première mission étudiante yéménite en Égypte entre 1939 et 1941. C’est donc de l’intérieur même du monde savant religieux, mais dans des contextes sociaux liés au monde marchand, que l’ouverture aux sciences profanes s’organise. À ce titre, la participation des « oulémas » à la sécularisation des enseignements, et même à la sensibilisation à des pédagogies modernes (par le sport, la discussion et le débat en classe par exemple), permet de remettre en cause l’idée selon laquelle les « forces du changement » auraient combattu les « forces de la tradition » au moment de l’expansion scolaire, à partir des années 196017.

Les dynamiques péninsulaires de la coopération arabe

15Le secteur scolaire et éducatif constitue un facteur essentiel de l’intégration de la péninsule au niveau régional. Les articles de ce numéro confirment évidemment le fait qu’il contribue de manière importante à valoriser l’importance intellectuelle et politique des grandes capitales de l’Orient arabe, le Caire et, dans une moindre mesure, Bagdad, Beyrouth et Jérusalem, d’où sont lancés les appels à l’union de la nation arabe et/ou des musulmans, et qui s’affirment à partir des années 1930 comme de grands centres de diffusion de l’enseignement. En 1936, le Conseil Musulman Supérieur de Palestine (Supreme Muslim Council) envoie ses premiers enseignants aider à la mise en place du système éducatif koweïtien. En Égypte, après l’indépendance formelle acquise la même année, des voix s’élèvent pour que le pays déploie son leadership régional par l’accueil d’étudiants arabes, et c’est le seul pays de la région, avec l’Irak et le Liban, qui s’engage à couvrir (partiellement ou entièrement) les frais des étudiants accueillis (Ṣ. al‑Ṣafwānī).

16Ces politiques de coopération sont très favorablement accueillies en Arabie saoudite, à Koweït et dans une moindre mesure à Bahreïn, appuyées notamment par les nombreux conseillers éducatifs syriens, irakiens ou égyptiens sollicités pour construire le pays (ils sont particulièrement influents en Arabie saoudite, comme le souligne W. Ochsenwald), même si elles se heurtent à des résistances locales (N. Samin).

  • 18 Ce sont les « célèbres quarante » premiers étudiants envoyés à l’étranger. Voir Rosser, 1998 et Bu (...)

17Ailleurs, leur rejet ou leur accueil très limité ont des traductions dramatiques pour les jeunes « en quête de science » (ṭullāb‑s). C’est patent à Oman, où le Sultan Sa‘īd b. Taymūr refuse le retour au pays des jeunes partis étudier à l’étranger, ou au Yémen, où l’Imam Yaḥyā n’acceptera en tout et pour tout que deux missions étudiantes (à l’école militaire de Bagdad en 1935, et une mission au Liban puis en Égypte en 194718). Les candidats au départ à titre individuel sont rares (N. al‑Saqrī), et sont confrontés à des difficultés administratives inattendues. La nécessité du passeport, à un moment où les frontières des États s’affirment, constitue un obstacle difficilement surmontable, notamment au Yémen où sa délivrance relève de l’exception (Ṣ. al‑Safwānī). Il en est de même pour le diplôme du baccalauréat et pour la maitrise d’une langue européenne, indispensables pour accéder aux institutions modernes et standardisées de l’enseignement supérieur. Les papiers officiels font l’objet de contournements et de faux, mais c’est plus difficile pour l’anglais. Sa maitrise est indispensable par exemple pour entrer à l’Université Américaine de Beyrouth, principale institution libanaise à accueillir les étudiants arabes et musulmans jusqu’aux années 1950. Il en est de même pour entrer à l’Université égyptienne, qui sélectionne les étudiants sur ce critère, et qui pénalise d’entrée de jeu les Yéménites, obligés de se réorienter vers le secondaire ou l’université islamique d’al‑Azhar.

18Ces obstacles à la mobilité des jeunes sont des facteurs d’émigration prolongée, voire sans retour, et alimentent, localement, des dynamiques plus orientées vers les revendications politiques, singulièrement anticoloniales et nationalistes arabes. C’est le cas à Aden, notamment, où le « professeur » Aḥmad Nu‘mān est à l’initiative de la création, en 1961, de la première école offrant aux musulmans arabes de la colonie britannique — ainsi qu’aux jeunes yéménites traversant la frontière de l’imamat — un enseignement moderne jusqu’au baccalauréat (Ṣ al‑Ṣafwānī).

19Koweït, de son côté, devient dès les années 1950 un haut lieu de l’activisme politique et anticolonial. T. Al‑Rashoud montre combien ce contexte particulier, nourri par la présence de militants algériens, omanais, syriens ou encore adénis, provoque une dynamique éducative inédite dans l’émirat à la veille de l’indépendance en 1961. La coopération arabe s’y renverse, Koweït accueillant à son tour, et à ses frais, des étudiants du Maghreb, de Somalie et d’Arabie du Sud.

Conclusion

20La situation géographique et géopolitique de la péninsule, à l’articulation des zones méditerranéennes et des espaces de l’océan Indien, au centre du monde musulman comme au milieu de l’Empire britannique, contribue à en faire un espace de circulations et d’échanges particulièrement riches, que l’histoire scolaire à laquelle ce numéro contribue modestement permet de mettre au jour. Les articles ici rassemblés mettent particulièrement en évidence le rôle d’acteurs transnationaux, dont des étrangers arabes et non‑arabes, dans la diffusion de modèles éducatifs modernes, essentiellement inspirés des expériences égyptienne, irakienne et britannique, en faisant valoir la dynamique de leur intégration au niveau local. La capacité des autorités locales à s’ouvrir à leurs propositions dans le domaine éducatif, au point parfois, comme à Koweït, de se donner les moyens de renverser le sens de l’offre, confère à la région son originalité propre.

  • 19 Cf. Bonal & Rambla, 1996.

21Entre les années 1930 et la fin des années 1950, la gestion du secteur éducatif par les autorités au pouvoir en réponse à la demande croissante pour une éducation « moderne » a contribué à la consolidation de leur pouvoir politique. Ces pays se rapprochent ainsi du modèle des États « semi‑périphériques » identifiés par le sociologue du droit Boaventura de Sousa Santos (1990) à propos du Portugal ou de l’Espagne des années 197019.

22Si des initiatives gouvernementales visant à étendre les systèmes éducatifs locaux ont existé dans divers États de la région depuis la première moitié du xxsiècle, ces États (à l’exception partielle de l’Arabie saoudite) n’ont pas réussi à mettre en œuvre efficacement des systèmes d’éducation de masse « par le haut » avant les années 1960. En revanche, ils ont, pour pallier cette lacune, laissé la possibilité à diverses initiatives non gouvernementales et étrangères de créer des écoles, permettant même à certaines d’entre elles de se développer pour répondre aux demandes et aux attentes sociales. Dans certains cas, l’attention portée à leur existence, et parfois le contrôle de leur nombre, de leur emplacement, du recrutement des enseignants et des programmes (ce fut notamment le cas au Yémen vis‑à‑vis des institutions islamiques), ont constitué des formes de réglementation à partir desquelles ils ont construit une partie de leur autorité. Selon le modèle proposé par Santos, ce type de régulation du secteur privé, en augmentant l’hétérogénéité des domaines d’action de l’État, contribue fortement à mettre en péril sa légitimité même, surtout quand les ressources financières viennent à manquer. Les faibles ressources du Yémen imamite ont rendu son régime le plus vulnérable de tous lorsque la révolution républicaine est engagée en 1962, exposant brutalement son système éducatif islamique à la modernisation massive apportée par la coopération égyptienne. Ailleurs dans la péninsule, les apports pétroliers ont permis le maintien des régimes et la consolidation des systèmes éducatifs nationaux, de même que leur originalité. De fait, ce numéro invite à réexaminer les héritages de cette histoire éducative multiforme, en particulier dans le Golfe, où une certaine ouverture culturelle et sociale a persisté au sein des systèmes éducatifs.

Haut de page

Bibliographie

Fawzīyya Yūsuf al‑ʿAbd al‑Ghafur, Taawwur al‑taʿlīm fī ‑l‑Kuwayt 19121972, Koweït, Maktabat al‑Falaḥ, 1983.

Frédéric Abécassis, « L’enseignement étranger en Égypte (1930-1960) », Aujourd’hui l’Égypte, 1995, p .99–104. halshs-00159189.

Frédéric Abécassis, « Approche d’un champ : l’enseignement étranger en Égypte, d’après la statistique scolaire de l’Égypte, 1921–1951 », Égypte/Monde arabe, Première série, 18-19 | 1994, online 8 July 2008, URL : http://journals.openedition.org.lama.univ-amu.fr/ema/101.

‘Alī Salāḥ Muḥammad al‑Arī, Tārīkh al‑ta‘līm fī ‘Adan (1839‑1967), Al‑Shārqa, ‘Adan, Dār al‑Thaqāfa al‑‘Arabīyya li‑l‑Nashr, Jāmi‘at ‘Adan, 2001.

Khaled Albateni, “The Arabian Mission’s Effect on Kuwaiti Society, 1910–1967,” PhD diss., Indiana University, 2014.

Xavier Bonal, Xavier Rambla, “Is there a Semiperiphal Type of Schooling? State, Social Movements and Education in Spain, 1970–1944”, Mediterranean Journal of Education Studies, 1996, Vol. 1.

Laurent Bonnefoy, Salafism in Yemen: Transnationalism and Religious Identity, London, Hurst & Company, 2011.

Robert D. Burrowes, ‟ The Famous Forty and their companions: North Yemen's first‑generation modernists and educational emigrants”, Middle East Journal, 59, Winter 2005, p. 81‑97.

Gilbert Delanoue, Moralistes et politiques musulmans dans l’Égypte du XIXe siècle, t. 2, Le Caire, IFAO, 1982

Nicolas de Lavergne, « Le kuttâb, une institution singulière dans le système éducatif égyptien », Journal des anthropologues [En ligne], 100-101 | 2005, online 18 november 2010, URL : http://journals.openedition.org/jda/1574.

Michael Farquhar, Circuits of Faith: Migration, Education, and the Wahhabi mission, Stanford University Press, 2017.

Benjamin C. Fortna, Imperial Classroom. Islam, Education and the State in Late Ottoman Empire, Oxford, Oxford University Press, 2002.

Ulrike Freitag, “The Falah School in Jeddah: Civic engagement for future generations?”, Jadaliyya, 06/05/2015. URL : https://www.jadaliyya.com/Details/32004.

Ulrike Freitag, Indian Ocean Migrants and State Formation in Hadhramaut. Reforming the Homeland, Brill, 2003.

Ulrike Freitag and W. G. Clarence-Smith, Hadhrami Traders, Scholars and Statesmen in the Indian Ocean, 1750s–1960s, Brill, 1997.

Nelida Fuccaro, Histories of City and State in the Persian Gulf: Manama since 1800, Cambridge University Press, 2009.

Nelida Fuccaro, “Mapping the transnational community: Persians and the Space of the city in Bahrain, c. 1869–1937”, in Madawi Al‑Rasheed (Ed.), Transnational Connections and the Arab Gulf, London and New York, Routledge, 2005.

Nicole Grandin-Blanc and Marc Gaborieau, Madrasa : la transmission du savoir dans le monde musulman, Paris, CNRS, 1987.

Hilal al-Hajri, “Through evangelizing eyes: American missionaries to Oman”, Proceedings of the Seminar for Arabian Studies Vol. 41, Papers from the forty-fourth meeting of the Seminar for Arabian Studies held at the British Museum, London, 22 to 24 July 2010, Archaeopress, Oxford, 2011, p. 121–131.

Abdul‑Malik Yousuf Al‑Hamer, Development of Education in Bahrain 19401965, Bahrain, Oriental Press, 1969.

‘Abd al-Raḥmān Sayf Ismâ‘īl, Mūjaz tā’rīkh al-ta‘līm fī al-Yaman, Maṭābi‘ al-Tawjiyya, 2010.

Munā Sālim Jaʿbūb, Qiyādat al‑mujtamaʿ nahw al‑taghyīr: al‑tajrība al‑tarbawīyya li‑thawrat ufār (19691992), Bayrūt, Markaz Dirāsat al‑Waḥda al‑ʿArabīyya, 2010.

Abdulla Juma al‑Kobaisi, The Development of Education in Qatar, 19501977, With an Analysis of Some Educational Problems, PhD diss., University of Durham, 1979.

Z. H. Kour, The History of Aden, 18391872, London, Frank Cass, 1981.

‘Abd al‑Ḥamīd al‑Maādīn, Al‑khurūj min al‑ʿatama, Bayrūt, al‑Muʾassasa al‑ʿArabīyya li‑l‑Dirāsāt wa‑l‑Nashr, 2003.

André Elias Mazawi, “Educational Expansion and the Mediation of Discontent: the cultural politics of schooling in the Arab states”, Discourse: studies in the cultural politics of education, Vol. 23, No. 1, 2002, p. 59–74.

Sheikha Abdalla al‑Misnad, The Development of Modern Education in Bahrain, Kuwait and Qatar with Special Reference to the Education of Women and their Position in Modern Gulf Society, PhD diss., University of Durham, 1984.

Saeed Abdul Khair al‑Noban, “Education for Nation‑building: The experience of the People’s Democratic Republic of the Yemen,” in B. R. Pridham (Ed.), Contemporary Yemen: Politics and Historical Background, London and Sydney, Croom Helm and University of Exeter, 1984.

‘Abdallah al‑Nūrī, Qiṣṣat al‑taʿlīm fī al‑Kuwayt fī nif qarn: Min sanat 1300 ilā sanat 1360 ijrīyya, Kūwayt, Dhāt al‑Salāsil, [n.d.].

Philippe Pétriat, Le négoce des Lieux Saints : négociants hadramis de Djedda, Paris, Publications de la Sorbonne, 2016.

Talal Al-Rashoud, “Modern Education and Arab Nationalism in Kuwait, 1911–1961,” PhD diss., School of Oriental and African Studies, 2016.

Kevin Rosser, Education, Revolt, and Reform in Yemen: The Famous Forty Mission of 1947, M. Phil diss., St. Antony’s College, Oxford, 1998.

Lewis R. Scudder, The Arabian Mission’s Story: In Search of Abraham’s Other Son, Grand Rapids: Wm. B. Eerdmans Publishing, 1998.

‘Ārif al‑Shaykh, Tārīkh al‑taʿlīm fī Dubay 19121972, [n.p.], 2004.

Ṣālīḥ al‑Shihāb, Tārīkh al‑taʿlīm fī al‑Kuwayt wa‑l‑Khalīj ayyām zaman, Vol. 1, Kuwayt, Maṭbaʿat Ḥukūmat al‑Kuwayt, 1984.

May Al‑Arrayed Shirawi, Education in Bahrain, 19191986: An Analytical Study of Problems and Progress, PhD diss., University of Durham, 1987.

Muḥammad ʻAbd al-Raḥmān Shāmikh, al-Ta‘līm fī Makka wa–l-Madīna ākhar al-‘ahd al-‘uthmānī, 1973

Aksin Somel, The Modernization of Public Education in the Ottoman Empire (1839–1908), Islamization, Autocraty and Discipline, Leyde, Brill, 2001.

Mahdi Abdalla Al-Tajir, Bahrain 1920–1945: Britain, the Shaikh and the Administration, London, New York, Sydney: Croom Helm, 1987.

Gerasimos Tsourapas, “Nasser’s educators and agitators across al‑Watan al‑‘Arabi: Tracing the foreign policy importance of Egyptian regional migration, 1952–1967,” British Journal of Middle Eastern Studies 43, No. 3 (2016).

Lyle L. Vander Werff, Christian Mission to Muslims: The Record: Anglican and Reformed Approaches in India and the Near East, 1800–1938, William Carey Library, Pasadena, 1977.

Chantal Verdeil, « Histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient (XIXe–XXe siècle). Essai de synthèse historiographique », in Chantal Verdeil (ed.), « Histoire contemporaine de l’éducation au Moyen-Orient (XIXe–XXe siècle) », Histoire de l’éducation, 2017/2 (n° 148), p. 9–40. http://journals.openedition.org/histoire-education/3353.

Haut de page

Notes

1 Verdeil, 2017 p. 9‑40.

2 Sur une inspiration de ‘Alī pacha Mubārak, la loi scolaire promulguée en 1868 visait à placer toutes les institutions éducatives (principalement les kuttāb‑s) sous la responsabilité de l’État. Elle ouvrit la voie, au début du xxsiècle, à l’application du principe de versement de subventions en échange d’inspections dans les écoles, tenues d’ajouter à leurs missions originelles l’enseignement de l’arithmétique. Voir Delanoue, 1982, p. 488‑558, et De Lavergne, 2007. Sur les développements du système éducatif égyptien au xixexxsiècle, voir Abécassis, 1994 et 1995, p. 99‑104.

3 Les travaux d’Ulrike Freitag, notamment, ont permis de prendre la mesure des réseaux de savants et d’étudiants de la communauté hadramie dans l’océan Indien au xixe siècle et au début du xxsiècle, et l’incidence de leurs circulations dans le développement d’un courant de réforme des institutions éducatives islamiques dans le Hadramaut. Cf. Freitag & Clarence-Smith, 1997 ; Freitag, 2003.

4 Verdeil, 2017.

5 C’est en 1869 qu’est promulguée la première Loi de l’Instruction publique, Maarif Umumiye Nizamnamesi, qui marque le début d’un effort de centralisation de l’enseignement, destiné sous le sultan Abdülhamīd II à créer un sentiment d’appartenance commune à l’Empire, selon Fortna, 2002, p. 198. Voir aussi Somel, 2001.

6 Voir la page du site de la mission danoise consacrée à Aden : https://danmission.dk/photoarchive/area/aden‑yemen/?lang=en.

7 Voir Ismā‘īl, 2010, p. 229‑235.

8 Al‑Hajri, 2011, p. 121‑131. Sur les missions chrétiennes dans la péninsule, voir Vander Werff, 1977, p. 170‑182; Scudder, 1998; Albateni, 2014.

9 La péninsule Arabique se distingue peu par rapport à l’ensemble du monde arabe, malgré quelques rares travaux qui, là encore, portent essentiellement sur l’Égypte. Voir de Lavergne, 2005, ainsi que Grandin‑Blanc & Gaborieau, 1987.

10 En ce qui concerne la péninsule Arabique, voir notamment le travail de Michael Farquhar sur l’Université Islamique de Médine, créée en 1961, et les conditions dans lesquelles elle participe à l’exportation de l’enseignement religieux saoudien dans le monde islamique : Farquhar, 2017. Voir aussi Bonnefoy, 2011.

11 Le mouvement est général, comme le souligne Verdeil, 2017, p. 19. Voir la liste, non exhaustive, en bibliographie.

12 La création de la Direction de l’Instruction est suivie en 1927 du Majlis al‑Ma‘ārif (Conseil de l’Instruction) puis en 1953 du Wizārat al‑Ma‘ārif (Ministère de l’Instruction), duquel se distingue en 1955 l’Administration des Collèges et des Instituts religieux (N. Samin)

13 Le Comité peut être considéré comme « proto‑gouvernemental », car il a été initialement financé par des commerçants mais dirigé par un membre de la famille régnante. Dans les années qui ont suivi sa création, le contrôle gouvernemental sur l'éducation s'est progressivement renforcé, jusqu'à la création de la Dā’irat al‑Ma‘ārif (Direction de l’éducation) en 1929. Voir Al‑Tajir, 1987, p. 135‑139.

14 Le Conseil était élu parmi les marchands et présidé par un membre de la famille régnante, et financé par les droits de douane. Un an plus tard, le Conseil a formé la Dā’irat al‑Ma‘ārif (Direction de l’Instruction). Voir Al‑Rashoud, 2016, p. 122‑123.

15 Al‑Rashoud, 2016, p. 49‑56, et 64‑72.

16 Voir, aussi Pétriat, 2016, p. 318‑320.

17 Cette opposition, mise en exergue par les historiographies nationales et développementalistes, est maintenant fortement critiquée par des auteurs qui font valoir, dans le contexte de l’expansion scolaire et à l’échelle locale où les concurrences politiques sont fortes, le rôle de l’école comme lieu de résistance aux pouvoirs politiques. Cf. Mazawi, 2002, p. 59‑74.

18 Ce sont les « célèbres quarante » premiers étudiants envoyés à l’étranger. Voir Rosser, 1998 et Burrow, 2005.

19 Cf. Bonal & Rambla, 1996.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Honvault et Talal Al-Rashoud, « Introduction », Arabian Humanities [En ligne], 12 | 2019, mis en ligne le 19 mars 2020, consulté le 27 mars 2020. URL : http://journals.openedition.org/cy/4882 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.4882

Haut de page

Auteurs

Juliette Honvault

CNRS-IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Talal Al-Rashoud

Assistant Professor of Modern Arab History at Kuwait University

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français d’Archéologie et de Sciences Sociales
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals