Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities14LecturesJean‑François Breton et François ...

Lectures

Jean‑François Breton et François Villeneuve, préface Mounir Arbach. La guerre en Arabie antique. Actes des XXIIe Rencontres Sabéennes

Paris, Geuthner, 2019, 260 pages
Mehdi Berriah
Référence(s) :

La guerre en Arabie antique : actes des 22e Rencontres sabéennes, Paris 21-23 juin 2018 / sous la direction de Jean‑François Breton et François Villeneuve, préface de Mounir Arbach.- Paris : Geuthner, 2019.- 260 p., ill.

Texte intégral

1Cet ouvrage est la publication des actes des 22e Rencontres Sabéennes, consacrées au thème de la guerre en Arabie antique, qui se sont tenues au Musée d’Archéologie Nationale de Saint‑Germain‑en‑Laye le 23 juin 2018. Comme les éditeurs du livre le rappellent, cette publication intervient dans le contexte de la guerre au Yémen et constitue une marque d’attache à ce pays et à son héritage culturel, et de solidarité avec son peuple qui souffre depuis plusieurs années. En outre, ces 22e Rencontres sabéennes coïncident avec le 70e anniversaire des deux spécialistes reconnus du Yémen antique que sont Jean‑François Breton et Christian Darles. Un hommage leur est donc rendu dans l’ouvrage (p. 11‑20).

2Le livre est structuré en quatre parties : « Histoire », « Archéologie : Yémen, Arabie Séoudite et Oman », « Mer Rouge » et « Patrimoine », pour un total de treize contributions.

3La première partie « Histoire » (p. 21‑83), avec ses quatre contributions, s’ouvre avec celle de Mounir Arbach « Les mots de la guerre en Arabie du Sud au 1er millénaire avant l’ère chrétienne » (p. 21‑41). L’auteur étudie le lexique lié à la guerre à partir de différentes inscriptions décrivant les opérations militaires menées par le royaume de Saba’, contre d’autres voisins au cours des VIIIe–VIe siècles av. J.‑C. pour des raisons hégémoniques mais aussi commerciales (p. 25‑26). L’analyse de ces inscriptions met en lumière la richesse du lexique de la guerre que l’auteur a bien voulu intégrer à son article (p. 30). Si les données sont abondantes, il faut savoir les prendre avec précaution. En effet, les chiffres des combattants, des tués et prisonniers semblent être exagérés pour l’époque (p. 27, 31‑32) ; les évènements qui sont relatés donnent, en réalité, la seule lecture sabéenne, celle du vainqueur (p. 24). Une illustration et deux cartes sont en annexes de l’article (p. 39‑41).

4L’article suivant « Guerre et conquête dans le Yémen préislamique » de François Bron (p. 43‑49) se propose d’analyser l’évolution de la conception de la guerre dans la civilisation sudarabique préislamique à partir d’une documentation s’étalant sur quatorze siècles. Pour l’auteur, plusieurs évolutions peuvent être observées : les récits de campagnes sont de plus en plus détaillés au fil du temps, et plus facilement situables dans l’espace ; l’espace dans lequel se déroulent les campagnes, et qui se limitait d’abord à la région des hauts plateaux yéménites, s’élargit et s’étend à une grande partie de la péninsule Arabique ; sur le plan idéologique, si ces guerres sont d’abord menées au nom du Dieu de l’État sabéen, elle le sont par la suite pour une série de divinités (p. 45, 48).

5Nous restons toujours au Yémen avec la contribution de Serge Frantsouzoff « Le Ḥaḍramawt et Qatabān à la fin du 1er millénaire av. J.‑C. : entre l’alliance et la confrontation » (p. 51‑57). L’auteur réfute l’interprétation de A. Avanzini, qui voit l’inscription Arbach‑Say’ūn 1 comme la preuve d’une alliance entre les souverains des royaumes de Qatabān et Ḥaḍramawt. Pour Serge Frantsouzoff, l’analyse de l’inscription établit, au contraire, un contexte de confrontation (p. 53‑54). L’existence de l’alliance entre les deux États est antérieure à l’inscription Arbach‑Say’ūn 1, alliance que corrobore la découverte d’une nouvelle stèle sur le site d’al‑ʿĀdī (p. 54).

6Dans son article « The Sacrifice of Isaac and its South Arabian Parallel, The Ritual Hunt » (p. 59‑83) qui clôture la première partie, Werner Daum mène une analyse comparative entre le récit biblique du sacrifice d’Isaac et le rituel de la chasse à l’ibex au Yémen. Pour l’auteur, ces deux rites sont structurellement identiques et le parallèle est évident : le résultat est, d’un côté, une importante progéniture, de l’autre, la fertilité avec l’eau. La circoncision symbolise la mort du dieu de la pluie dans le rituel de la chasse à l’ibex et est vue comme un combat et une précondition pour le mariage (p. 73). Pour Werner Daum, le récit biblique et le rituel yéménite de la chasse à l’ibex sont tous les deux l’expression d’un ancien mythe de Syrie du dieu du climat et de la tempête, lui aussi devant être tué pour que les humains obtiennent prospérité à la fois par la fertilité de la terre et une abondante progéniture.

7La deuxième partie, avec cinq contributions, est consacrée à l’archéologie et débute avec l’article de Jean‑François Breton « Le sac de Shabwa par les Sabéens vers 225–230 » (p. 85‑110) qui a pour objet la poliorcétique de l’armée sabéenne au IIIe siècle av. J.‑C. Par la confrontation des données épigraphiques et archéologiques, l’auteur met en lumière une « illustration remarquable » de la poliorcétique sabéenne du IIIe siècle av. J.‑C. L’auteur analyse les cinq phases de la prise du palais de Shabwa (p. 89‑100) à partir du texte dit « Ir 13 » et d’éléments archéologiques dont il intègre les illustrations. Le rempart semble ne pas avoir joué un rôle défensif majeur contrairement au palais royal qui constituait le dispositif stratégique central de Shabwa. On appréciera en fin d’article l’intégration de la restitution du palais de Shabwa par Christian Darles ainsi que la reproduction de la traduction anglaise du texte de l’inscription « Ir 13 » tirée de l’ouvrage d’A. F. L. Beeston, Warfare in Ancient South Arabia (2nd–3rd Centuries A. D.), 1976 (p. 107‑108).

8Si les fortifications ont de toute évidence comme première utilité la défense contre tout agresseur potentiel, elles symbolisent aussi le pouvoir politique de son propriétaire. C’est sur ce point que porte la contribution de Christian Darles « Les fortifications du royaume de Ḥaḍramawt » (p. 111‑132). L’auteur propose une description et une analyse de certains sites fortifiés du royaume de Ḥaḍramawt et des systèmes défensifs (enceintes, pitons fortifiés, boucliers renforcés, enclos, fortifications) avec cartes et photographies à l’appui.

9À partir de la découverte de céramiques de style assyrien sur le site de Dūmat al‑Jandal datant des VIIIe–VIIe siècles (av. J.‑C.), Romolo Loreto met en lumière dans son article « The Assyrians in Arabia – The Archaeological Evidence » (p. 133‑144) les relations entre l’Empire assyrien et le Nord de la péninsule Arabique. Bien qu’il soit nécessaire de poursuivre les recherches afin de récolter d’autres données permettant de corroborer l’hypothèse, le matériel céramique découvert pourrait être un indicateur de l’existence d’anciennes relations commerciales entre la péninsule Arabique et les régions plus orientales.

10En dépit d’une documentation très limitée sur le sujet, Christian Robin étudie l’armement des armées ḥimyarites du VIe siècle ap. J.‑C. L’auteur propose un focus sur trois gravures rupestres (al‑Kawkab, Ma’sal et Ḥimà) sur lesquelles un guerrier appelé Tamīm est représenté dans les dessins commémorant des expéditions militaires de rois ḥimyarites, ainsi que celles de cavaliers de l’armée d’Abraha, le tout donnant « une image inattendue de l’armée ḥimyarite » (p. 149). Le guerrier Tamīm est vêtu de ce qui s’apparente à un pagne (fūṭa), d’une longue lance dont le fer est tourné vers le bas. Les gravures rupestres des puits de Murayghān représentent des cavaliers de l’armée d’Arbaha équipés d’un armement qui n’est pas celui attendu d’ordinaire. En effet, on ne relève aucun indice de ce qui pourrait s’apparenter à un arc ; une seule gravure comporte un dessin qui peut laisser penser à la représentation d’un glaive ; la lance n’est pas plus identifiable. Les cavaliers sont souvent représentés avec ce que Christian Robin désigne, hypothétiquement, comme une fronde dont l’usage habituel est celle des fantassins et non des cavaliers (p. 170). Cependant, la mention de cavaliers frondeurs arabes par Strabon dans sa Géographie corrobore un peu plus cette hypothèse (p. 171). L’auteur intègre neuf des trente‑huit photographies de ces gravures prises lors de deux missions archéologiques franco‑saoudiennes. La dernière contribution de cette seconde partie est l’œuvre de Paul A. Yule « Defence During the Samad‑Period – Notes » (p. 175‑190) qui étudie la démographie ainsi que l’organisation militaire défensive en Oman durant l’âge du fer tardif de Samad (LIA).

11La troisième partie « Mer rouge » compte deux contributions. De tout temps, les îles ont revêtu une importance stratégique, que ce soit pour des objectifs militaires ou des raisons commerciales. C’est à ce sujet qu’est consacré l’article de Solène Marion De Procé « What evidence for the 6th century conflict in the Farasān Islands? » (p. 191‑207). L’auteur s’intéresse particulièrement au rôle stratégique des îles Farasān situées dans le sud de la mer Rouge lors des différents conflits du VIe siècle ap. J.‑C., notamment celui qui a opposé les royaumes d’Aksum et de Ḥimyar situés de part et d’autre de la mer Rouge. L’analyse de nouvelles données archéologiques tirées de ces îles, en particulier de cimetières (p. 197‑200) et de céramiques (p. 203‑204), met en lumière l’existence d’une communauté chrétienne farasānī (p. 196, 202, 205) et son hypothétique existence jusqu’aux environs des IXe–Xe siècles.

12Malgré un nombre de travaux en constante augmentation depuis vingt ans, la guerre reste un des objets les moins étudiés dans le domaine de l’histoire et de l’archéologie. Ce constat concerne notamment les études sur l’Éthiopie antique comme le remarque Michela Gaudiello en préambule de son article « The Ethiopian in South Arabia. What Information do we have on Ethiopia? The archaeological drama » (p. 209‑246). L’analyse d’inscriptions découvertes dans le sud de la péninsule Arabique, notamment celle nommée « RIE 191 », ainsi que de la documentation hagiographique et narrative offrent de nouvelles informations sur l’histoire du royaume aksoumite. Cette étude est une preuve supplémentaire de l’importance de l’interdisciplinarité laquelle permet ici de mieux connaître et comprendre le développement et les transformations du royaume aksoumite.

13Les deux contributions suivantes portent sur le « Patrimoine », titre de la dernière partie, en particulier yéménite. Ronald Ruzicka dans « Saving the heritage of South Arabia: The Glaser Collection online » (p. 247‑258) présente le projet de numérisation de la riche documentation de l’archéologue‑arabisant autrichien Eduard Glaser (m. 1908) et de son analyse par le logiciel KALAM. Ce projet se déploie en deux volets : le premier concerne la numérisation des photos, de notes et de cinq carnets inédits ; le second analyse, avec le logiciel KALAM, le contenu des textes qu’a relevé Eduard Glaser au cours de ses divers travaux et explorations. La finalité du projet est de pouvoir réaliser une carte de l’ensemble des données analysées. Enfin, Mohanad al‑Siyani, tristement disparu du Covid‑19 en août 2020, dans son article « Yemen national Heritage in danger » (p. 259‑264) alerte sur les effets destructeurs de la guerre actuelle au Yémen sur le patrimoine culturel du pays. Les photos d’institutions de conservation et de sites détruits par les combats et bombardements, celles de manuscrits et d’objets pillés et vendus illicitement sur le marché d’objet d’art international montrent à quel point cette guerre touche le Yémen dans son histoire.

14Par la thématique traitée, cet ouvrage contribue grandement à la nouvelle dynamique des études françaises sur le fait guerrier dans le monde oriental, lancée notamment par les travaux d’Abbès Zouache sur le Proche‑Orient médiéval. Les articles du volume intègrent pour la plupart un riche panel d’illustrations, de photographies de sites, d’inscriptions, de céramiques, de monnaies et de cartes qui permettent au lecteur de mieux se repérer dans l’espace‑temps et d’avoir une idée plus concrète des objets étudiés. Novateur, le livre regroupe archéologues, historiens, sémitologues, numismates, céramologues et conservateurs de divers pays européens et du Yémen ; aussi, l’interdisciplinarité dans l’approche de la guerre fait la grande force de l’ouvrage. En mettant en lumière la richesse considérable et bien connue de l’Arabie, notamment du Sud, l’ouvrage nous fait mieux prendre conscience des conséquences de la guerre que vit encore le Yémen pour son peuple et pour son patrimoine culturel menacé. Original par la thématique traitée, important par son apport scientifique indéniable, cet ouvrage est aussi un signe de solidarité et un plaidoyer pour le peuple yéménite ainsi que pour son patrimoine menacé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mehdi Berriah, « Jean‑François Breton et François Villeneuve, préface Mounir Arbach. La guerre en Arabie antique. Actes des XXIIe Rencontres Sabéennes », Arabian Humanities [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 25 septembre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cy/6246 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.6246

Haut de page

Auteur

Mehdi Berriah

Faculty of Religion and Theology, Centre for Islamic Theology ‑ Vrije Univeristeit Amsterdam
Editor for the SHARIAsource at the Program in Islamic Law ‑ Harvard Law School

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search