Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities14LecturesPaul Bonnenfant, Djedda, patrimoi...

Lectures

Paul Bonnenfant, Djedda, patrimoine mondial. Archives françaises commentées

Paris, Geuthner/CEFAS, 2019, 469 pages
Michel Tuchscherer
Référence(s) :

Djedda, patrimoine mondial : archives françaises commentées/ Paul Bonnenfant.- Paris : Geuthner/CEFAS, 2019.- 469 p., ill.

Texte intégral

1En 1953 fut formulée pour la première fois l’expression « style de la mer Rouge » pour rendre compte d’un certain nombre de singularités propres à l’architecture des villes côtières de cet espace maritime. Si, depuis les années 1940, un certain nombre d’études y ont été menées, elles restent dans l’ensemble extrêmement disparates et souvent très incomplètes, d’autant plus qu’entre temps des bouleversements économiques et sociaux majeurs ont fait disparaître l’essentiel du bâti des noyaux anciens de ces villes. Djedda notamment, centre urbain majeur dans la région riche d’un patrimoine exceptionnel, n’a pas fait l’objet d’études très approfondies. L’ouvrage de Paul Bonnenfant vient opportunément combler cette lacune, tout en relançant le débat autour du concept de « style de la mer Rouge ».

2Entre 1974 et 1985 P.B. avait effectué de multiples missions de terrain en Arabie saoudite et ailleurs dans la péninsule. Il profita de ses passages par Djedda pour explorer le patrimoine architectural de la ville et en prendre de nombreuses photos, à un moment où la bourgeoisie locale avait déjà abandonné ses anciennes demeures et où la vieille ville était entrée en phase de dégradation rapide. Il a eu l’excellente idée de compléter son corpus iconographique par les remarquables clichés réalisés à la fin de la première guerre mondiale par des missions françaises au Hedjaz, celle de Raphaël Savignac en mai 1917, puis celle de Paul Castelnau un an plus tard. L’ouvrage de Sultan Mahmud Khan, paru en 1981, a fourni à P.B. les relevés de maisons qui lui faisaient défaut. De même la thèse de Sameer Lyaly, soutenue en 1991, a nourri ses réflexions sur l’adaptation des maisons de Djedda aux conditions climatiques locales.

3L’ouvrage repose donc pour l’essentiel sur un corpus de 845 photos, souvent de qualité exceptionnelle. Elles constituent deux ensembles, réalisés à une soixantaine d’années d’intervalle, finement exploités par P.B. dans une perspective historique. L’objectif essentiel de l’ouvrage est de fournir au lecteur et à la communauté scientifique un répertoire commenté des éléments architecturaux et des décors pour Djedda, ville située à l’intersection d’influences multiples, celles régionales venues du Hedjaz et du Yémen et celles plus lointaines en provenance de la Méditerranée et de l’océan Indien.

4L’ouvrage est basé sur d’innombrables illustrations dont la mise en page est particulièrement soignée et réussie. Le rajout de repères numériques et alphabétiques, de même la présence de cartes très claires, rendent la lecture à la fois très aisée et très attrayante. Elle est en outre stimulée par la démarche très didactique adoptée par l’auteur tout au long de l’ouvrage. Elle consiste à partir systématiquement des photos, des vues générales suivies de détails en gros plans, pour arriver aux figures, dessins et schémas, puis de les accompagner de légendes et de commentaires rédigés dans une langue très rigoureuse, parfois méticuleuse à l’excès. Ainsi, on ne voit pas l’utilité de donner systématiquement toutes les dates selon les deux calendriers grégorien et hégirien, ni de géolocaliser les villes.

5L’ouvrage est organisé en 9 chapitres. Dans le premier, P.B. nous invite à découvrir le noyau historique et l’espace urbain de Djedda. La visite débute à la fois par une superbe double-page de vues du ciel récentes, et par des photos du port et du débarcadère des pèlerins à la fin de la première guerre mondiale. Elle se poursuit avec les édifices religieux, les souks, les cafés et les légations étrangères. Les portes de la ville une fois franchies, le lecteur est invité par des photos remarquables à un arrêt auprès du fameux tombeau d’Ève. Puis sur six doubles-pages, une série de clichés extraordinaires lui fait découvrir des groupes de populations africaines qui en 1918 étaient doublement relégués, hors des remparts à l’extérieur de la ville dans un village de huttes et au bas de la société par l’exercice de métiers décriés. La déambulation à travers l’espace et le temps s’achève par un bref exposé sur le développement urbain actuel.

6Le chapitre 2 « L’inconnue des archives. L’organisation de l’espace intérieur » est le moins développé de tous les chapitres. C’est faute de matière dans un corpus constitué de vues pour la plupart prises depuis la rue. Les photographes, à la fin de la première guerre mondiale, n’avaient pas eu accès aux espaces privés, P.B. non plus. En effet dans les années 1970 les maisons de Djedda, déjà abandonnées par leurs anciens propriétaires, étaient souvent squattées par des immigrés, dont des Africains. Les passages de P.B. à Djedda étaient trop brefs pour lui permettre de mener de véritables enquêtes de terrain. C’est donc en s’appuyant principalement sur les relevés d’une étude réalisée en 1983 par la municipalité de Djedda qu’il nous brosse à grands traits l’organisation des maisons. Si celle-ci s’inscrit surtout dans la lignée des maisons-tours de l’Arabie du Sud, certaines révèlent cependant des agencements spatiaux très différents. Ils rappellent tantôt l’organisation autour d’une durqāʿa et d’iwān selon la tradition égyptienne mamelouke et ottomane, tantôt des plans dits de « style turc » ou de « style égyptien ». P.B. ne manque pas de souligner à juste titre que ces typologies restent fort approximatives. Seules des études plus poussées permettraient de trancher. Cependant ce chapitre aurait gagné à être étoffé par certains des développements du chapitre 7, consacrés aux maisons des notables, notamment les relevés, ou encore par les remarques sur les maisons-tours inutilement réitérées dans le chapitre 9.

7Le cœur de l’ouvrage, ce sont les chapitres 3 à 6. Ils ont été réalisés avec la participation de Guillemette Outrebon-Bonnenfant, à l’exception du sixième. Ce sont des études très détaillées de divers éléments architecturaux et de leurs décors. L’art des portes est abordé dans le chapitre 3, celui des arcs de porches et de portes dans le chapitre suivant. Le chapitre 5 est réservé aux moucharabiehs (rawāšin), trait le plus marquant et le plus emblématique des maisons de Djedda. À travers un exposé construit très méthodiquement et une présentation esthétiquement très réussie, P.B. analyse successivement la structure des moucharabiehs, les techniques des décors et les différentes parties du rawšan. À chaque fois, il ne manque pas de souligner les évolutions qui ont marqué ces éléments jusqu’aux années 1980, de même les multiples influences qui se sont croisées dans l’art du bois à Djedda et qui l’ont porté à un niveau remarquable de perfection. Dans le chapitre 6 P.B. reprend l’ensemble des éléments décrits précédemment en les abordant à travers leur agencement sur les façades. Les combinaisons multiples de divers types de moucharabiehs, les aménagements spécifiques des maisons à plan en U, les galeries en bois et les variations innombrables dans les couronnements des façades, tout cela montre que la maison est à considérer comme un ensemble vivant qui se transforme en permanence pour s’adapter non seulement aux besoins de ses habitants mais aussi aux modes du moment.  

8Le chapitre 7, consacré à l’étude de quelques maisons de notables, est le moins convaincant. Les divers éléments architecturaux et leurs décors sont repris ici, alors qu’ils ont déjà été développés dans les chapitres précédents. Ce chapitre s’achève par une curieuse conclusion sur les critères sociaux et économiques de la notabilité à Djedda entre 1850 et 1950, alors que rien n’est dit sur d’éventuelles spécificités des maisons de notables sur les plans de l’architecture et des décors.

9Le chapitre 8 propose une escapade dans la ville montagnarde de Ṭā’if, géographiquement peu éloignée de Djeddah. Ses maisons anciennes partagent de multiples traits avec celles de Djedda, ce qui justifie amplement que leurs décors soient abordés dans cet ouvrage, d’autant plus que cette ville n’a pas fait l’objet de beaucoup d’études jusqu’à présent.

10Le chapitre 9 vient clore ce bel ouvrage par de brefs focus sur d’autres villes, moins importantes, de la côte saoudienne de la mer Rouge. Le développement sur Yanbūʿ, qui s’appuie à la fois sur des photos de Savignac de 1917 et sur d’autres réalisées par P.B. en 1983, est particulièrement bienvenu. À la fois très dense et menée avec la même rigueur que les chapitres antérieurs, cette brève étude sur Yanbūʿ est d’autant plus précieuse que la ville n’a guère retenu l’attention des chercheurs jusqu’à présent, malgré un patrimoine architectural très conséquent. Les propos sur Qunfudha et Jizan sont beaucoup plus succincts, faute de documents. Ces villes n’ont pas été visitées par les missions françaises à la fin de la première guerre mondiale, mais il est probable que les archives turques et italiennes disposent de photos de ces villes, dans la mesure où cette partie de la Tihama était alors disputée entre les Ottomans et les Italiens. Par ailleurs, dès la fin des années 1970, les maisons anciennes avaient été abandonnées et détruites, de sorte que P.B. n’a pu recueillir que des données succinctes sur des bâtiments en ruine.

  • 1 Guillemette et Paul Bonnenfant, L’art du bois à Sanaa. Aix-en-Provence, Edisud, 1987 ; Paul Bonnenf (...)
  • 2 Philippe Pétriat, Le négoce des Lieux saints. Négociants hadramis de Djedda. Paris, Publications de (...)

11P.B. a déjà produit des ouvrages qui font aujourd’hui autorité dans les domaines de l’architecture et de la décoration1. Il en sera certainement de même pour celui-ci, non seulement à propos de la ville de Djedda, entre temps classée au patrimoine mondial de l’Unesco, mais aussi pour Yanbūʿ et les autres villes secondaires de la côte saoudienne de la mer Rouge. Par cette contribution, P.B. relance aussi le débat sur « le style de la mer Rouge » qu’il conviendrait d’élargir aux domaines économiques, sociaux et culturels en privilégiant une approche par les réseaux. L’architecture domestique avait atteint son apogée durant une période qui va de 1850 à 1950, ce qui correspond aussi à un moment de forte résilience des réseaux commerciaux locaux et régionaux, comme l’a montré l’étude récente de Philippe Pétriat2.

Haut de page

Notes

1 Guillemette et Paul Bonnenfant, L’art du bois à Sanaa. Aix-en-Provence, Edisud, 1987 ; Paul Bonnenfant, Les maisons de Zabid. Éclat et douceur de la décoration. Paris, Maisonneuve et Larose, 2008.

2 Philippe Pétriat, Le négoce des Lieux saints. Négociants hadramis de Djedda. Paris, Publications de la Sorbonne, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Tuchscherer, « Paul Bonnenfant, Djedda, patrimoine mondial. Archives françaises commentées », Arabian Humanities [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 26 septembre 2020, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cy/6252 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.6252

Haut de page

Auteur

Michel Tuchscherer

Aix-Marseille Université, CNRS, IREMAM, Aix-en-Provence

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search