Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities14LecturesNoha Sadek, Custodians of the Hol...

Lectures

Noha Sadek, Custodians of the Holy Sanctuaries: Rasulid‑Mamluk Rivalry in Mecca

Berlin, EBVerlag (Ulrich Haarmann Memorial Series volume 20), 2019, 36 pages.
Zacharie Mochtari de Pierrepont
Référence(s) :

Custodians of the Holy Sanctuaries: Rasulid‑Mamluk Rivalry in Mecca / Noha Sadek.‑ Berlin : EBVerlag (Ulrich Haarmann Memorial Series volume 20), 2019.- 36 p.

Texte intégral

  • 1 Vallet, 2019.
  • 2 Vallet, 2017.
  • 3 Meloy, 2010, 171‑204 ; ʻAbd al‑Majīd, 2010.

1Depuis deux décennies, les relations entre le sultanat du Caire (648‑923/1250‑1517), le sultanat rasūlide du Yémen (626‑858/1229‑1454) et les émirs du Ḥijāz ont été l’objet d’une plus grande attention des spécialistes du Proche‑Orient médiéval, contribuant à un réexamen critique des rapports entre les puissances bordant la mer Rouge. Il est en effet désormais admis que le sultanat rasūlide ne fut jamais un territoire vassal de l’Égypte1 et qu’à La Mecque, enjeu des luttes d’influence entre les deux grandes puissances régionales2, les chérifs ḥasanides jouissaient en réalité d’une large autonomie, d’où ne furent pas absentes les revendications à la souveraineté politique sur le Ḥijāz3. La publication de Noha Sadek, qui fait suite à une conférence donnée en juillet 2017 au Annemarie Schimmel Kolleg de Bonn, s’inscrit dans le prolongement de ce réexamen critique. Elle se propose d’analyser l’investissement matériel et symbolique de la dynastie rasūlide dans le Ḥijāz — en réalité surtout à La Mecque —, pour mieux saisir comment furent exploitées la mise en scène de la puissance sultanienne et ses revendications à la souveraineté dans les villes saintes d’Arabie (minbar, kiswa, maḥmal, titulatures, khuṭba, madrasa‑s). Cette étude vient donc clarifier l’influence et les prétentions rasūlides sur le Ḥijāz, dans le cadre mouvant des dynamiques politiques et économiques régionales et des relations entre les sultanats d’Égypte et du Yémen.

  • 4 Mortel, 1994 ; Vallet, 2010, 456‑463.

2L’influence rasūlide sur La Mecque est actée à partir du pèlerinage du premier sultan rasūlide al‑Manṣūr ʻUmar (r. 626‑647/1229‑1250) en 631/1234, facilitée par les difficultés internes des Banū Ayyūb après la mort du sultan Nāṣir al‑Dīn al‑Kāmil (m. 635/1238). L’année 639/1242 voit l’établissement du premier gouverneur de La Mecque nommé par les Rasūlides, et l’abolition de plusieurs taxes décidées sur l’autorité d’al‑Manṣūr ʻUmar. L’activité de frappe monétaire dans la ville sainte (p. 8‑11), sous le règne d’al‑Muẓaffar Yūsuf (r. 647‑694/1250‑1295), confirme que dans les années 650/1250 les émirs de La Mecque reconnaissaient explicitement la position dominante de la dynastie rasūlide sur le Ḥijāz. Cette primauté se lit notamment dans l’entretien des lieux saints, les processions du pèlerinage à La Mecque et l’envoi de la kiswa — l’étoffe recouvrant la Kaʻba — par les souverains du Yémen, en particulier au cours de la seconde moitié du viie/xiiie siècle. Ces activités s’inscrivirent ensuite dans un contexte de rivalité renouvelée avec les souverains d’Égypte, à partir de 658/1260 et de l’avènement au Caire d’al‑Ẓāhir Baybars (r. 658‑676/1260‑1277), rivalité qui permit aux émirs de La Mecque et de Médine de jouer sur les oppositions des deux grandes puissances régionales4.

  • 5 Sadek, 1990, 2011.
  • 6 Vallet, 2006 ; Mahoney, 2018.

3L’investissement rasūlide dans les villes saintes est particulièrement visible dans l’envoi régulier à La Mecque des huiles nécessaires à l’entretien du Ḥaram et des fondations pieuses rasūlides (huile, cires, lampes etc.), pratique encadrée par les « coutumes du noble sanctuaire » (ʻādāt al‑ḥaram al‑sharīf) documentées dans le Nūr al‑maʻārif, recueil d’archives administratives et fiscales du sultanat rasūlide. L’envoi de la kiswa (p. 13‑16) était le plus important des dons et signalait la prééminence des Rasūlides sur les villes saintes : étoffe de soie fabriquée à Zabīd et Aden, elle portait la titulature du souverain yéménite. Elle était certainement d’une couleur différente de la kiswa envoyée par le Caire, peut‑être rouge, à l’image d’autres symboles de la souveraineté rasūlide (bannière accompagnant le maḥmal de la caravane du ḥajj, rosette rouge de l’héraldique dynastique) sur lesquels Noha Sadek s’est déjà penchée dans plusieurs travaux5. Cette couleur rappelait peut‑être le rattachement a posteriori des Banū Rasūl à une généalogie sudarabique et aux anciens rois Ghassanides, qui participa aux efforts de légitimation de la dynastie sultanienne6. L’invocation du nom du sultan lors de la khuṭba, la présence de la kiswa et de la bannière rasūlide dans les villes saintes, signalèrent dans la seconde moitié du viie/xiiie siècle la prééminence de la dynastie dans le Ḥijāz. Mais la lutte d’influence qui se jouait avec les sultans du Caire et les chérifs de La Mecque fut ponctuée d’incidents, notamment sous al‑Ẓāhir Baybars et al‑Manṣūr Qalāwūn (r. 678‑689/1279‑1290) : à partir de la fin du viie/xiiie siècle et dans la première moitié du viiie/xivsiècle, le retrait de l’influence rasūlide des villes saintes est très net, malgré les tentatives du sultan al‑Mujāhid ʻAlī (r. 721‑764/1321‑1362) pour y rétablir la prééminence de la dynastie. En 752/1351–52, il est lui‑même fait prisonnier au cours du pèlerinage et emmené au Caire. Ce n’est que sous al‑Ashraf Ismāʻīl, à la suite de son rapprochement avec le sultan al‑Ẓāhir Barqūq (r. 784‑791/1382‑1389, puis 792‑801/1390‑1399), que le maḥmal rasūlide réapparaît à La Mecque après vingt ans d’absence, en 800/1398. Deux ans plus tard, en 802/1400, le maḥmal est mentionné pour la dernière fois de l’histoire rasūlide (p. 19).

  • 7 Sourdel‑Thomine, 1971.
  • 8 Mochtari de Pierrepont, 2014.

4Les titulatures adoptées par les souverains et leur investissement dans le bâti monumental de la ville sainte rendent compte assez clairement des prétentions rasūlides : les inscriptions inclues dans les travaux de restauration et d’embellissement du Ḥaram et des portes de la Kaʻba font explicitement référence au sultan rasūlide al‑Muẓaffar Yūsuf, de même que les inscriptions gravées sur les clés de bronze de la porte du sanctuaire, attribuées initialement à l’éphémère sultan d’Égypte al‑Muẓaffar Ḥajjī7. Le « sultan des deux sanctuaires » (sulṭān al‑ḥaramayn), selon la titulature officielle d’al‑Muẓaffar Yūsuf, aurait aussi été le second souverain musulman à avoir son nom inscrit à l’intérieur de la Kaʻba (p. 22), comme l’attestent les inscriptions d’un panneau du revêtement de marbre restauré sur ordre du sultan, dont la photographie est insérée dans l’article. La construction et l’entretien par les Rasūlides de plusieurs fondations pieuses à La Mecque — trois madrasa‑s possédant chacune un puits et un ribāṭ —, richement dotées en biens waqf‑s et dont la gestion était confiée à un intendant (nāẓir), constituèrent aussi un instrument d’influence dans la ville sainte. La présence de ces « marqueurs spatiaux » (p. 29) les distinguait des sultans du Caire — qui n’investirent jamais dans le bâti monumental de la ville sainte — et s’inscrivait dans une politique de prestige qui renforça leur attrait auprès des élites lettrées de la région, y compris au Yémen8.

  • 9 Meloy, 2010, 81‑112.

5L’intérêt persistant des Rasūlides pour le Ḥijāz, visible dans le patronage de l’enseignement religieux, l’entretien et la restauration des lieux saints, l’insistance à envoyer la kiswa, est à restituer dans un cadre certes religieux mais aussi politique. Si, comme les sultans du Caire, les Banū Rasūl profitèrent du prestige que leur conférèrent leurs investissements matériels et symboliques à La Mecque et à Médine, ces derniers participèrent aussi à réaffirmer leur indépendance auprès des souverains d’Égypte et de Syrie, en assurant dans l’espace une présence qui ne se voulait pas seulement saisonnière, à l’inverse des sultans du Caire9. En cela, l’influence rasūlide dans le Ḥijāz est à replacer dans le contexte plus large de l’effort continu de légitimation de la dynastie rasūlide, face aux prétentions des imams zaydites au Yémen, descendants du Prophète, et à la puissance économique et militaire des sultans du Caire, qu’ils ne pouvaient espérer égaler.

  • 10 Vallet, 2017.

6L’examen par Noha Sadek des symboles et des signes physiques des Rasūlides dans les villes saintes lui permet de proposer une analyse fine de l’investissement rasūlide dans le Ḥijāz, à partir de matériaux jusqu’à présent quelque peu délaissés par les historiens de la région. L’auteure réaffirme ainsi la place centrale du Yémen rasūlide dans l’histoire de la région et propose une périodisation plus nuancée des luttes d’influence entre Le Caire et Taez. Sans doute aurait‑il été intéressant d’intégrer plus largement dans cette étude la production historiographique yéménite ou syro‑égyptienne du ixe/xvsiècle, puisqu’à l’exception des œuvres d’al‑Fāsī (m. 832/1429) et d’al‑Maqrīzī (m. 845/1442), cette documentation est peu mise à contribution. Cela aurait peut‑être permis de mieux saisir le retrait progressif de l’influence rasūlide dans le Ḥijāz, l’article rendant surtout compte des développements de la seconde moitié du viie/xiiisiècle et de la première moitié du viiie/xivsiècle. Néanmoins, celui‑ci complète fort à propos la publication d’Éric Vallet sur la politique des sultans rasūlides à La Mecque10 et participe activement au renouvellement critique des études sur l’histoire politique et culturelle de la péninsule Arabique. En ce sens, cette recherche contribue à un désenclavement bienvenu de l’histoire de l’Arabie occidentale et ouvre la voie à plusieurs questions encore en suspens, comme l’analyse des relations entre les sultans du Yémen et les savants mecquois ou les avantages effectifs, relationnels, matériels et commerciaux, que les Rasūlides retirèrent de leur influence sur les villes saintes.

Haut de page

Bibliographie

ʻAbd al‑Majīd Layla, Al‑tanẓīmāt al‑idāriyya wa‑l‑māliyya fī Makka fī al‑ʻaṣr al‑mamlūkī 667‑923/1268‑1517, Londres, Mu’assasat al‑furqān al‑islāmiyya, 2010.

Mahoney Daniel, “Writing the Ethnic Origins of the Rasulids in Late Medieval South Arabia”, The Medieval History Journal, n°21, 2, 2018, p. 380­399.

Meloy John, Imperial Power and Maritime Trade: Mecca and Cairo in the Later Middle Ages, Chicago, MEDOC, 2010.

Mochtari de Pierrepont Zacharie, “Migrations et pouvoirs : le Yémen rasūlide au croisement des routes du savoir”, Hypothèses, n°17, 2013‑2014, p. 77‑85.

Mortel Richard T., “The Ḥusaynid Amirate of Madina during the Mamluk Period”, Studia Islamica 80, 1994, p. 97­123.

Sadek Noha, Patronage and Architecture in Rasulid Yemen (626‑850/1229‑1454), Université de Toronto, 1990, thèse de doctorat inédite,1990

Sadek Noha, “Red Rosettes: Colors of Power and Piety in Rasulid Yemen”, dans S. Blair, J. Bloom (éd.), And Diverse Are Their Hues: Color in Islamic Art and Culture, New Haven & London, Yale University Press, 2011, p. 222‑243.

Sourdel‑Thomine Janine, “Clefs et Serrures de la Kaʻba: Notes d’Épigraphie Arabe”, Revue des études islamiques, hors‑série 3, Paris, Paul Geuthner, 1971.

Vallet Éric, “L’Historiographie rasūlide (Yémen, viieixe/xiiiexve siècle) ”, Studia Islamica 102/103, (2006), p. 35­69.

Vallet Éric, L’Arabie Marchande : État et Commerce sous les Sultans Rasūlides du Yémen (626­858/1229–1454), Paris, Publications de la Sorbonne, 2010.

Vallet Éric, “Les Sultans du Yémen Protecteurs de La Mecque (xiiiexive siècles)”, Les Comptes rendus de l’Académie des Inscriptions et Belles‑Lettres I, 2017, p. 207­228

Vallet Éric, “Diplomatic Networks of Rasulid Yemen in Egypt (Seventh/Thirteenth to Early Ninth/Fifteenth Centuries)”, dans F. Bauden, M. Dekkiche (éd.), Mamluk Cairo, a Crossroads for Embassies, Leiden, Brill, 2019, p. 581‑603.

Haut de page

Notes

1 Vallet, 2019.

2 Vallet, 2017.

3 Meloy, 2010, 171‑204 ; ʻAbd al‑Majīd, 2010.

4 Mortel, 1994 ; Vallet, 2010, 456‑463.

5 Sadek, 1990, 2011.

6 Vallet, 2006 ; Mahoney, 2018.

7 Sourdel‑Thomine, 1971.

8 Mochtari de Pierrepont, 2014.

9 Meloy, 2010, 81‑112.

10 Vallet, 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Zacharie Mochtari de Pierrepont, « Noha Sadek, Custodians of the Holy Sanctuaries: Rasulid‑Mamluk Rivalry in Mecca », Arabian Humanities [En ligne], 14 | 2020, mis en ligne le 16 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/cy/6833 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.6833

Haut de page

Auteur

Zacharie Mochtari de Pierrepont

Université de Gand, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search