Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities15Oman au fil du temps. Une nation ...Des vallées du pays ibadite aux l...

Oman au fil du temps. Une nation de la Nahda à l’Oman Vision 2040

Des vallées du pays ibadite aux littoraux du sultanat : une histoire patrimoniale des manuscrits ibadites omanais

Enki Baptiste

Résumés

Cet article se penche sur l’histoire de la conservation des manuscrits ibadites à Oman. Nous montrerons que la nahḍa des années 1970 a été un moment de renouveau dans l’édition de sources et dans la promotion de l’histoire d’Oman. Avec la fondation du Ministère du Patrimoine, le sultanat s’est doté d’une institution de référence pour la mise en valeur de son héritage ibadite. Autour du Ministère gravitent d’autres institutions ou fondations pieuses investies dans cette politique de promotion des manuscrits. En revenant sur les différentes nahḍa ibadites, notre texte montre que cette politique d’ouverture promue par le sultanat s’inscrit dans une longue tradition lettrée ibadite dans laquelle des familles ont joué un rôle fondamental. Notre article note en conclusion que cette sultanisation des activités d’édition et de conservation des manuscrits a été rendue possible par une intégration des familles ibadites dans les institutions intellectuelles engagées dans ces politiques de préservation des documents.

Haut de page

Texte intégral

Cet article n’aurait pu voir le jour sans l’aide dont a bénéficié l’auteur de ces lignes. Toute ma gratitude va à Adam Gaiser à l’Université de Floride, à Soufien Mestaoui de l’association Ibadica, ainsi qu’à Abdulrahman al-Salimi, à Oman, pour avoir accepté de partager avec moi un pan de l’histoire de sa famille et pour la générosité de son soutien. Que les relecteurs anonymes de ce travail soient également remerciés pour les conseils précieux qu’ils m’ont adressés et qui m’ont aidé à faire de cet article ce qu’il est aujourd’hui.

Introduction

  • 1 Crone & Zimmermann, 2001, p. 302.

1Dans leur célèbre édition, traduction et commentaire de la Sîra de Sâlim b. Dhakwân parue en 2001, Patricia Crone et Fritz Zimmermann notaient que, malgré l’important effort de collation et de mise à disposition des manuscrits ibadites par le Ministère du patrimoine et du Tourisme (anciennement Wizârat al-turâth wa-l-thaqâfa, désormais Wizârat al-turâth wa-l-siyâḥa, abrégé ci-après WTwS), nombre de ces manuscrits restaient inaccessibles1.

2Depuis deux décennies, la situation ne cesse de s’améliorer. Les efforts entrepris par le sultanat pour rendre accessible le patrimoine textuel omanais conjugués à la volonté d’ouverture du pays vers l’étranger ont fait d’Oman un haut-lieu de la recherche académique sur une société héritière d’une histoire religieuse, culturelle et politique riche mais encore mal et peu connue.

3Cet article vise à montrer comment l’État omanais, produit de la renaissance (nahḍa) des années 1970 consécutive à l’arrivée au pouvoir du sultan Qâbûs b. Saʿîd, a développé un programme de mise en valeur de la tradition lettrée ibadite, dont le processus s’est accompagné d’une littoralisation des activités savantes et d’un relatif abandon du pays ibadite traditionnel.

4Une telle enquête aurait nécessité un travail de terrain, malheureusement rendu impossible par la crise sanitaire du coronavirus. Nous avons dû nous résoudre à mener quelques entretiens à distance et à collecter les données sur les sites internet des différentes institutions dont il est question dans cet article. Cet état des lieux est donc une entrée en matière qui demandera à être approfondie à l’avenir, notamment grâce à un travail d’enquête plus précis qu’il conviendrait de mener dans les petites bibliothèques privées de l’arrière-pays ibadite.

5Au-delà d’un simple état de l’art, cet article se veut être une réflexion autour des acteurs de ces politiques patrimoniales. Nous verrons ainsi que passé la nahḍa du xixe siècle, qui touche surtout les communautés ibadites maghrébines et zanzibarites, Oman s’est affirmé comme un haut-lieu de conservation de la mémoire communautaire après l’arrivée du pouvoir du sultan Qâbûs b. Saʿîd. Se donnant les moyens de mettre en place une véritable politique de patrimonialisation, le sultanat a fondé plusieurs institutions ou associations qui sont aujourd’hui au cœur de ce processus de mise en valeur du patrimoine écrit. Nous verrons que si ce sont les institutions étatiques qui dominent le paysage culturel, plusieurs bibliothèques privées subsistent dans l’arrière-pays, témoignant de la résilience d’acteurs privés. Cet article se terminera par une étude plus descriptive des fonds des principales bibliothèques et par une réflexion sur l’intégration des oulémas au sein du sultanat, après la chute de l’imamat.

I. De la nahḍa du xixe siècle à la nahḍa des années 1970 : la permanence d’une culture ibadite de l’écrit

6Ces quelques lignes introductives visent à donner une perspective historique au phénomène d’ouverture du sultanat depuis les années 70 et à montrer que la nahḍa de la fin du siècle dernier s’inscrit dans la continuité d’une tradition ibadite de l’écrit et de la promotion du savoir.

  • 2 Hoffman, 2012, p. 24.
  • 3 Ghazal, 2010, p. 21 ; Wilkinson, 1987, p. 231-232.
  • 4 Wilkinson, 2018, p. 25-26.

7Au Maghreb, c’est habituellement la publication du monumental Kitâb al-Nîl wa shifâʾ al-ʿalîl, composée par ʿAbd al-ʿAzîz b. Ibrâhîm al-Thâminî (m. 1808) dans la vallée du Mzâb, qui est considérée comme le point de départ de la renaissance intellectuelle ibadite2. À Oman et à Zanzibar, c’est Abû Nabhân Jâʿid b. Khamîs al-Kharûṣî (m. 1822), un descendant de l’imam omanais al-Khalîl b. Shâdhân (r. 1017-425) qui incarne le mouvement réformiste3. Ce mouvement ne se développe pas ex nihilo, même s’il nous est impossible ici de revenir en détail sur l’époque yaʿruba. Rappelons néanmoins que les prodromes de la nahḍa ibadite sont datables du xviie siècle et de la rédaction du traité Manhaj al-ṭâlibîn par Khamîs b. Saʿîd al-Shaqṣî (xviie s.) qui témoigne déjà d’une volonté de sauvegarde du patrimoine juridique, théologique et épistolaire médiéval4.

8À partir du xviiie siècle, l’éclatement géographique des communautés ibadites ne semble pas avoir été un frein à la constitution de réseaux lettrés réformistes. Dans ce contexte, le Mzâb, Oman et Zanzibar s’affirmèrent comme les trois pôles de la renaissance ibadite, tandis que Le Caire joua le rôle de plateforme de diffusion d’ouvrages et de lieu de rencontre entre intellectuels réformistes. Dès lors, et sous la pression accrue des entreprises de colonisation européennes, l’ensemble des groupements ibadites fut touché par ce mouvement littéraire et politique de retour aux sources, qui se caractérisa par la fondation d’imprimeries et par l’édition et la publication de textes médiévaux et modernes.

  • 5 Custers, 2006, p. 56-57.
  • 6 Ghazal, 2010, p. 27 ; Hoffman, 2012, p. 25.
  • 7 Custers, 2010, p. 62-63.

9Après le déplacement de la capitale omanaise vers Zanzibar par Sayyid Saʿîd b. Sulṭân, en 1832, puis l’arrivée au pouvoir de Barghash b. Saʿîd al-Bûsaʿîdî (r. 1870-1888), la région est-africaine devient un haut lieu de la renaissance ibadite. En 1879-1880, la Maṭbaʿa al-Sulṭâniyya commença son activité d’impression5, avec l’édition des dix premiers volumes du Qâmûs al-sharîʿa, de Jumayyil b. Khamîs al-Saʿdî6, mais également de textes médiévaux, comme le Mukhtaṣar al-khiṣâl de l’imam du Ḥaḍramawt Abû Isḥâq Ibrâhîm al-Ḥaḍramî (xie s.), et de journaux aux titres évocateurs (al-Nahḍa, Fatḥ al-Baṣâʾir ou al-Iṣlâḥ)7.

  • 8 Valeri, 2007, p. 31-32.
  • 9 Hoffman, 2012, p. 45-48.
  • 10 Ghazal, 2010, p. 79-83 et plus généralement p. 66-91 pour l’histoire de Nâṣir al-Ruwâḥî.

10Cette première phase de la nahḍa se caractérise par l’absence relative d’Oman comme lieu de publication et d’impression de textes réformistes. Il faut dire que le règne de Sayyid Saʿîd b. Sulṭân (r. 1804-1856), le petit-fils du fondateur de la dynastie al-Bûsaʿîdî, a été marqué par d’importantes vagues d’émigration en direction de Zanzibar8. Les principaux oulémas partent vers l’Afrique de l’Est, délaissant un temps Oman. Il en est ainsi du fils d’Abû Nabhân, Nâṣir b. Abî Nabhân (m. 1848), qui s’installe sur les côtes africaines avec Sayyid Saʿîd et devient le maître de Jumayyil b. Khalfân et de Saʿîd b. Khalfân al-Khalîlî (m. 1871). Dans la seconde moitié du xixe siècle, Nâṣir al-Ruwâḥî (aussi al-Rawâḥî) (m. 1920), plus connu sous le nom d’Abû Muslim al-Bahlânî, émigre à Zanzibar, y fonde un journal réformiste (1910) et rédige un abrégé de doctrine ibadite, al-ʿAqîda al-wahbiyya, qui a fait l’objet d’une traduction récente de Valerie Hoffman9. Partisan de la restauration de l’imamat à Oman, il entretient une correspondance avec l’imam Muḥammad b. ʿAbd Allâh al-Kharûṣî (r. 1913-1920), dans laquelle il insiste sur l’importance de se doter d’une presse pour diffuser les idées réformistes et anticoloniales10.

  • 11 Sur l’ibadisme au Maghreb à la fin du xixe et au début du xxe siècle, voir Jomier, 2020.
  • 12 Ghazal, 2010, p. 45-47.

11Le patronage des oulémas ibadites par Barghash ne se limite cependant pas à son cercle proche zanzibarite, puisque Muḥammad b. Yûsuf Aṭfayyish (m. 1914), le « Pôle des imams » (Quṭb al-aʾimma) au Maghreb11, dont les ouvrages sont imprimés dès 1880 à Zanzibar, bénéficie d’un patronage financier et matériel du sultan, qui sponsorise l’édition de son tafsîr en 14 volumes, le Hamayân al-zâd ilâ dâr al-maʿâd12 dans la Maṭbaʿa al-sulṭâniyya.

  • 13 Love, 2018, p. 140-142.
  • 14 Custers, 2006, p. 6 ; 2016, II, p. 99-101, 397-400.

12C’est également au Caire que les Ibadites nord-africains et Omanais se rencontrent13. Symbole du dynamisme de la nahḍa dans la vallée du Mzâb, ce sont les Maghrébins – et en particulier la famille al-Bârûnî – qui s’imposent comme les principaux imprimeurs ibadites de la ville, dès 1880. Une première presse, la Maṭbaʿa al-Bârûniyya, fonctionne de 1898 à 1903 et imprime près de 60 titres, dont deux dictionnaires biographiques, celui d’al-Barrâdî (m. seconde moitié du xive s.), le Kitâb jawâhir al-muntaqât, et celui d’al-Shammâkhî (m. 1522), le Kitâb al-siyar, tous deux conservatoires de la mémoire ibadite maghrébine14.

  • 15 Custers, 2006, p. 5-6.
  • 16 Mayeur-Jaouen, 2002.
  • 17 Custers, 2006, p. 23-24 ; Ghazal, 2010, p. 94-98.

13En 1906, la Maṭbaʿa al-Azhâr al-Bârûniyya15 prend le relais, fondée par Sulaymân al-Bârûnî (m. 1940), qu’Amal Ghazal décrit comme « a global figure », et dont la trajectoire illustre cette internationalisation des réseaux lettrés ibadites de la nahḍa. Né dans le Jabâl Nafûsa en 1870, Sulaymân étudie un temps aux côtés du Muḥammad b. Yûsuf Aṭfayyish avant de s’exiler au Caire, où il côtoie Muḥibb al-Dîn al-Khaṭîb, représentant du néo-salafisme16, et fonde le journal al-Asad al-islâmî. Dans les années 1910-1920, il voyage entre la Libye, Istanbul et le Caire, puis à Oman où il devient conseiller de l’imam puis de Sulṭân Saʿîd b. Taymûr en 193817.

  • 18 Ghazal, 2010, p. 35-36. Sur le traité, voir Valeri, 2007, p. 51-56.

14À Oman, la restauration de l’imamat à Tanûf (1913) et l’affirmation de ʿAbd Allâh b. Ḥumayd Nûr al-Dîn al-Sâlimî (1868-1914) à la tête des oulémas font entrer la région dans le xxe siècle, même si le traité de Seeb entérine la fin des ambitions politiques de restauration de l’imamat sur l’intégralité du territoire omanais18.

  • 19 Custers, 2006, p. 25.
  • 20 Ibid., p. 37.
  • 21 Ibid., p. 49.

15Si la production intellectuelle ibadite trouve un second souffle avec al-Sâlimî, faute d’imprimeries sur le territoire de l’imamat, les ouvrages de l’imam de la Sharqiyya sont publiés hors d’Oman. Les éditions sont réalisées essentiellement au Caire, dans la Maṭbaʿat al-Azhâr al-Bârûniyya19, mais également dans des presses non ibadites, comme la Maṭbaʿa al-ʿarabiyya20, ou la Maṭbaʿa al-salafiyya, à l’initiative néanmoins d’Abû Isḥâq Ibrâhîm Aṭfayyish21. Les ouvrages d’al-Sâlimî ont marqué en profondeur la pensée politique, théologique et juridique ibadite contemporaine. Leur circulation dès la fin du xixe siècle témoigne du dynamisme des réseaux lettrés ibadites et de l’échec du projet britannique d’isolement d’Oman. Les connexions intellectuelles et matérielles établies très tôt entre les oulémas ibadites maghrébins et orientaux à la croisée des chemins – Le Caire ou La Mecque notamment – ont permis aux oulémas d’être en contact avec les idées réformistes panislamiques et néo-salafistes.

16Il faudra l’arrivée au pouvoir de Sultan Qâbûs b. Saʿîd (r. 1970-2020) pour qu’Oman renoue avec la tradition de la nahḍa. Pour autant, si le sultan choisit de s’inscrire immédiatement dans la continuité de la tradition ibadite de diffusion du savoir, la fondation d’imprimeries et de lieux de diffusion de la connaissance historique et religieuse répond à un impératif bien différent : le passage d’un processus d’édition-production de textes juridico-religieux à un processus de cristallisation de la tradition, de patrimonialisation d’un héritage présenté comme le témoignage d’une époque passée, rendue caduque par la fondation de l’État moderne.

II. Les enjeux de la constitution du patrimoine national

  • 22 Mermier, 2002, p. 246.
  • 23 Lamy, 1993, p. 69-70.

17La production d’une mémoire ou d’un patrimoine national est une opération politique, dont l’objectif est d’arrimer la construction de la nation à une vision maîtrisée du passé22. Comme nous allons l’évoquer plus bas, nous sommes ici exactement dans un cadre similaire où la mise en patrimoine stabilise voire fige l’entité historique (traces archéologiques, manuscrits, pratiques folkloriques) et ce, pour en limiter les évolutions et en contrôler les transformations23.

  • 24 Valeri, 2007, p. 190.
  • 25 Mermier, 2002, p. 254.

18La fondation de l’État autour de Mascate a entraîné un déplacement des populations vers la côte24 et la littoralisation des institutions de gouvernement, entérinant l’abandon de Nizwâ, encore trop rattachée à la mémoire communautaire ibaḍite. C’est dans ce cadre que la dynastie des Âl Bûsaʿîd, dont l’origine remonte au milieu du xviiie siècle, s’est engagée dans une politique de promotion de la Nation présentée comme le résultat d’une combinaison entre une histoire plurimillénaire et une ère nouvelle d’ouverture et de tolérance25. Dans cette équation, l’héritage ibaḍite constitue un point complexe de la mémoire communautaire locale : s’il était impossible pour le nouvel État d’effacer la trace de cet islam, partie prenante de l’histoire omanaise, il était impératif de montrer que cette nouvelle nahḍa entérinait l’abandon de l’imamat comme modèle politique.

  • 26 Ibid., p. 247.
  • 27 Valeri, 2014, p. 166.
  • 28 Valeri, 2007, p. 195-198.

19Comme l’analyse Franck Mermier, la production d’une nouvelle mémoire historique imposait une tension dans un double objectif26. Il s’agissait d’abord d’englober, c’est-à-dire substituer aux identités tribales, ethniques et locales une identité nationale, de produire une omanité fondée sur des bases nouvelles ; en un mot, de standardiser les références collectives27. Cela s’est traduit par la promotion d’un islam générique, tolérant, ouvert sur le monde28, bien qu’institutionnellement dominé par des dignitaires ibadites. Mais il fallait également différencier, c’est-à-dire relever les singularités de cette nation pour la distinguer de ses voisins. En cela, l’héritage ibadite en tant que tradition islamique tolérante et démocratique offrait un cadre idéal au Sultan, en sus d’une politique de promotion et de défense de l’environnement et des folklores locaux. Si l’histoire récente de la partition du territoire entre l’imamat et le sultanat est tue, le temps long de la construction d’un territoire omanais (al-miṣr al-ʿumâniyya) recouvrant l’espace médiéval de l’imamat ayant tenu tête aux envahisseurs étrangers et ayant perpétué la tradition marine est un héritage régulièrement mis en avant.

  • 29 Mermier, 2002, p. 255.
  • 30 Eickelman, 2014, p. 153.

20Occultée et magnifiée en même temps29, la tradition ibadite entretient donc une relation complexe avec le sultanat. Depuis 1976, on observe en réalité un déplacement géographique des centres de gravité ibadites de l’intérieur du pays – Nizwâ, Izkî, Manḥ – vers la côte et une relocalisation/concentration des lieux de la production scientifique sur les questions historico-politico-religieuses dans le cadre de deux Ministères : le Ministère du Patrimoine et le Ministère des Affaires religieuses. Les études s’accordent par ailleurs pour souligner les efforts entrepris par le sultanat à partir de ces pôles dépositaires de la tradition lettrée, plateformes de diffusion du savoir, pour démocratiser l’écriture et promouvoir l’éducation30.

  • 31 Valeri, 2007, p. 198.

21Dès lors que l’on s’intéresse à l’histoire de la constitution d’un patrimoine textuel ibadite à Oman, ce processus de concentration du discours scientifique dans le cadre étatique est particulièrement intéressant car il témoigne de la résilience de la culture lettrée ibadite et de l’adaptabilité des principaux hommes de religion aux mutations politiques que le sultanat a connues depuis l’arrivée de Sultan Qâbûs. Ce dernier a su intégrer les héritiers de la tradition ibadite, pour en faire des acteurs stratégiques de la production littéraire et religieuse savante, les dépositaires d’une histoire millénaire et les promoteurs d’un islam tolérant, moderne et ouvert sur le monde31.

III. Les institutions

1. Le Ministère du Patrimoine

22Renommé à la fin du mois d’août 2020 Ministère du patrimoine et du tourisme (Wizârat al-turâth wa al-siyâḥa) et implanté au cœur du quartier des Ministères à Mascate, cette institution est au cœur de la politique culturelle du sultanat. Fondé en 1976 par décret sultanien (12/76), le WTwS a pour mission stratégique d’encadrer le processus d’élaboration d’un patrimoine national. Il se dote, en 1977, d’un département des manuscrits (Dâr al-makhṭûṭât) chargé de collecter les manuscrits disséminés dans le pays. Il fut dirigé jusqu’en 2002 par Fayṣal b. ʿAlî b. Fayṣal al-Saʿîd, puis, de 2002 à janvier 2020 par l’actuel Sultan, Haytham b. Ṭâriq. Lors de la réorganisation des Ministères d’août 2020, il est confié aux mains de Sâlim b. Muḥammad b. Saʿîd al-Maḥrûqî, un descendant de la tribu ibadite des Âl Maḥârîq.

23Eu égard aux enjeux de la formation d’une identité omanaise gravitant autour du concept d’un patrimoine (turâth) consensuel et partagé, on conçoit l’importance stratégique de ce Ministère.

A) La collecte des manuscrits : le cadre juridique

  • 32 Voir : [https://qanoon.om/p/1977/rd1977070/], consulté le 22 août 2020.

24Le cadre juridique de cette entreprise de drainage du patrimoine textuel (ibadite ou non) est fixé par le décret 70/7732 consacré à la protection des manuscrits. Le Sultan Qâbûs entérine la fondation du département des manuscrits, délimitant ses prérogatives fondamentales : le catalogage, la préservation et l’entretien des documents collectés (pt. 2).

25Les Omanais possédant des manuscrits sont invités à se signaler dans l’année qui suit l’émission du décret auprès du WTwS, qui est chargé de recenser les textes et qui détient un droit de préemption de deux mois pour acquérir le manuscrit (pt. 3.d.). Le Ministère se dote ainsi d’un cadre juridique contraignant lui permettant de disposer de n’importe quel manuscrit enregistré pour étude, restauration, catalogage ou numérisation. Dans le cas où le document appartenait à une personne privée – ce qui semble être le cas d’un grand nombre de manuscrits à Oman –, un comité constitué d’au minimum trois personnes compétentes dans le domaine et désignées par le ministre est chargé d’évaluer le montant de l’indemnisation à verser au détenteur du manuscrit qui le cède à l’État (pt. 4).

26Enfin, par ce décret, le Sultan autorise l’institution à confisquer tout manuscrit considéré comme en danger ou faisant l’objet de trafic (pt. 5, 6, 7).

B) Le fond du département des manuscrits

  • 33 Bakri Musa, 1993, p. 441.
  • 34 Smith, 1978, p. 161-162.
  • 35 al-WahÎbÎ, 1978.
  • 36 al-SaʿdÎ, 2015, p. 17 ; Valeri, 2007, p. 217.
  • 37 Voir : [https://www.mhc.gov.om/culture/literature/manuscripts/], consultée le 21 août 2020. Si la l (...)

27L’ensemble des articles écrits sur ce processus de collecte s’accorde sur un constat : sur les 30-35 000 manuscrits disséminés sur le territoire omanais, seule une minorité est remontée jusqu’au WTwS33. En 1978, lorsqu’il est invité à venir explorer l’ensemble des documents fraîchement rassemblés et encore dans les cartons, Gerald Smith dénombre plus de 2 000 manuscrits qu’il commence à répertorier34. C’est sous l’égide de Muḥammad al-Wahîbî, le premier directeur du département des manuscrits, que le catalogage et l’inventaire commencent35. Par ailleurs, le fond ne cesse de s’étoffer au fil des années. Au début des années 2000, le Ministère recense 4 300 manuscrits36. La liste mise aujourd’hui à disposition des intéressés par le Département des manuscrits fait état de 5 991 documents répertoriés37. Le processus de drainage vers la côte de ce patrimoine textuel essentiellement conservé par des particuliers dans l’intérieur des terres est donc toujours en cours.

C) De la collecte à l’édition : les presses du Ministère du Patrimoine

  • 38 al-SaʿdÎ, 2015, p. 23-25.
  • 39 Keene & Thomas, 1980, p. 10/§46.

28Il faut attendre la fin du xxe siècle pour constater une omanisation du travail de collecte, de recension et d’édition des manuscrits. Dans les années 70-80, la majorité des éditeurs sont des étrangers38. Suite à la politique d’ouverture et de modernisation du pays promue par le Sultan Qâbûs dès son arrivée à la tête de l’État, il a fallu, dans un premier temps, former des Omanais au travail d’archive et d’entretien des manuscrits, ce que préconisaient les experts de l’UNESCO venus considérer les moyens alloués par le jeune État à sa politique de préservation de son patrimoine textuel39.

  • 40 Voir : [https://manuscripts.mhc.gov.om/ar/].

29Les efforts pour entreprendre des éditions systématiques et dotées d’un appareil critique ainsi que pour mettre en valeur le fond conservé au Ministère se sont intensifiés. La reproduction des manuscrits sur microfilms – qui était une autre recommandation du rapport de l’UNESCO – s’est développée, puis, plus récemment leur numérisation systématique. Aujourd’hui, le site du WTwS s’est doté d’une librairie électronique via laquelle les chercheurs étrangers peuvent louer ou acheter une version numérique des manuscrits de leur choix40.

30Les presses du WTwS sont certainement les plus actives dans l’édition de sources et la publication d’ouvrages scientifiques sur l’histoire politique, religieuse et sociale d’Oman depuis l’Antiquité. La liste des publications fait mention de près de 330 titres édités depuis 1979, dont de 79 sont des ouvrages de fiqh. Sans que nous soyons en mesure d’expliquer la répartition des tâches entre les presses du Ministère du Patrimoine et celui des Affaires religieuses, on retrouve dans cette liste quelques grands compendia de fiqh médiévaux. Ainsi, c’est le Ministère du Patrimoine qui s’est chargé de l’édition du Jâmiʿ d’Abû al-Ḥawârî et du Jâmiʿ d’Ibn Jaʿfar al-Izkawî, parue en 2018 en 9 volumes. On retrouve également 9 catalogues (fihrist, pl. fahâris) des manuscrits omanais, de précieux outils pour les chercheurs.

  • 41 Valeri, 2007, p. 257-258.

31La section Histoire est également bien fournie avec plus de 50 titres. Le WTwS n’a pas hésité à faire traduire plusieurs ouvrages orientalistes sur les tribus et l’ibadisme dans l’intérieur des territoires, composés au xixe et au xxe siècle. L’ouvrage classique de Samuel Barrett Miles, colonel britannique présent à Oman dans la seconde moitié du xixe siècle, The Countries and Tribes of the Persian Gulf, a ainsi été édité et publié en arabe en 2016. En outre, l’édition (et la réédition récente) des quelques chroniques historiques composées à Oman à l’époque moderne répond à l’impératif de donner de l’épaisseur à l’histoire de la nation41. Ces textes sont les seules et uniques sources d’information sur l’histoire politique de l’espace omanais depuis l’apparition de l’islam, dans la mesure où les ibadites n’ont jamais écrit leur histoire avant l’époque moderne. Qu’il s’agisse de textes narratifs, comme le Kashf al-ghumma d’Ibn Sirḥân al-Izkawî (m. xviie siècle), plus généalogiques et poétiques comme la Ṣaḥîfa al-qaḥṭâniyya ou le Shuʿâʾ al-shâʾiʿ d’Ibn Ruzayq (m. 1873), on y trouve des éléments sur les origines du peuplement omanais avec la geste héroïque de Mâlik b. Fahm contre les Sassanides, l’histoire des imamats et de la résistance aux invasions extérieures.

2. Le Ministère des biens de mainmorte et des Affaires religieuses

32Si le Ministère des Affaires religieuses (Wizârat al-awqâf wa al-shuʾûn al-dîniyya) ne s’est pas doté d’un département des manuscrits, il s’est engagé dans la promotion des études ibadites et dans la publication d’ouvrages ou dans l’édition de sources médiévales ibadites. Le Ministère s’investit également à travers plusieurs de ses hauts-fonctionnaires dans l’administration, le financement et le soutien de plusieurs bibliothèques privées qui conservent une part non-négligeable du patrimoine manuscrit.

33Le Ministre est, à ce jour et depuis 1997, cheikh ʿAbd Allâh b. Muḥammad b. ʿAbd Allâh al-Sâlimî. Le Mufti du sultanat depuis 1975, Aḥmad b. Ḥamad al-Khalîlî, appartient quant à lui à la grande famille ibadite des Âl Khalîlî.

  • 42 Voir : [https://css.edu.om/], consulté le 25 août 2020.
  • 43 al-SaʿdÎ, 2007, p. 31-37.

34Dans l’équation assimilation/différenciation proposée par Franck Mermier, le Ministère des Affaires religieuses se présente à la fois comme le porte-parole d’un islam omanais générique, mais également comme l’un des lieux où la mémoire ibadite reste vivace dans toute sa singularité et ses différences avec les autres groupes religieux. Adossée au Ministère, la Faculté des Sciences de la Sharia (Kuliyyat al-ʿulûm al-sharʿiyya)42 est un des hauts lieux des études ibadites. Dans son article « Wâqiʿ al-makhṭûṭ al-ʿumânî » paru en 2007, Muhannâ b. Râshid al-Saʿdî dresse une liste de 44 travaux de recension et d’étude critique menés par des étudiants sur des manuscrits ibadites essentiellement d’époque moderne et contemporaine43.

  • 44 Voir : [https://elibrary.mara.gov.om/fr/bibliotheque-mara/publications/archives-mara/#], consulté l (...)
  • 45 van Ess, p. 791-792 ; Wilkinson, 2010, p. 379.

35En outre, l’existence d’une maison d’édition au sein du Dâr al-Iftâʾ a permis l’édition des sources ibadites médiévales à caractère politico-religieux. Accessible en ligne44, le catalogue – incomplet – contient notamment les éditions récentes en 23 et 21 volumes du Kitâb al-ḍiyâʾ, attribué à Abû al-Mundhir al-ʿAwtabî (m. début xiie siècle) et du Muṣannaf d’Abû Bakr al-Kindî (m. 1162). Ces deux compendia de fiqh, édités sous la supervision de cheikh al-Sâlmî, sont des synthèses majeures de la pensée juridique ibadite45 et couvrent tous les champs de la jurisprudence, de l’imamat au mariage.

36Outre ces sources majeures de la mémoire communautaire ibadite, on trouve également un certain nombre d’études secondaires portant sur des textes médiévaux et modernes devenus des classiques. Il en va ainsi de la série al-Muṣṭalaḥât wa-ruʾûs al-masâʾil (« Terminologie et questions juridiques principales »), sorte de manuels explicatifs de textes tels la Mudawwana d’Ibn Ghânim al-Khurâsânî (m. ixe siècle), du Kitâb al-jâmiʿ d’Ibn Baraka (m. xe siècle) ou encore du Manhaj al-ṭâlibîn d’al-Shaqṣî.

3. Les bibliothèques privées

  • 46 Le lecteur trouvera en annexe une recension des bibliothèques privées et publiques jouant un rôle d (...)

37Mentionnons en introduction quelques noms de bibliothèques privées dont l’histoire récente mériterait d’être approfondie46.

  • 47 Échange personnel avec Abdulrahman al-Salimi, 13 août 2020.
  • 48 al-KindÎ, 2011, I, p. 97 ; Custers, 2016, I, p. 348.
  • 49 Voir : [https://www.omandaily.om/?p=580297], consulté le 27 août 2020.
  • 50 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 135.

38La Makt. Banî Lamk, dont le contenu semble avoir été absorbé aujourd’hui en grande partie par la bibliothèque al-Bûsaʿîdî47, était située à Rustâq, capitale tribale des Banû Lamk48. Cela dit, un article d’avril 2018 paru dans Oman Daily mentionne l’existence d’une bibliothèque dans la grande mosquée al-Bayâḍa de Rustâq qui contiendrait des ouvrages détenus en waqf par Râshid b. Saʿîd al-Lamkî49. La tribu des Banû Lamk, d’obédience ibadite, ralliée à la confédération ghâfirî et implantée à Zanzibar depuis la fin du xixe siècle, est connue grâce à l’héritage de Râshid b. Sayf b. Saʿîd al-Lamkî al-Rustâqî (1845-1914), qui fut qâḍî de Rustâq, auteur de plusieurs ouvrages de poésie et de jurisprudence, mais surtout l’un des précepteurs de ʿAbd Allâh b. Ḥumayd al-Sâlimî et de Muḥammad b. Shâmis al-Ruwâḥî50.

39La Makt. Banî Kharûṣ, dont la fondation est attribuée à Jâʿîd b. Khamîs al-Kharûṣî, était (est ?) implantée dans la ville d’al-ʿAwâbî, dans les contreforts orientaux du Jabal al-Akhḍar, à 120 kilomètres de la capitale. Si 117 manuscrits de cette bibliothèque ont été numérisés et mis en ligne sur le site du Ministère des Affaires religieuses, notre quête d’informations complémentaires sur l’histoire de l’institution s’est avérée vaine.

40En outre, complétons ce panorama synthétique en s’appuyant sur Martin Custers qui donne le nom de quatre bibliothèques privées, dont deux conservent des collections relativement importantes de manuscrits.

  • 51 Custers, 2016, III, p. 450.

41C’est le cas de la Makt. Aḥmad b. Muḥammad b. ʿÎsâ al-Ḥârithî (m. 2002), installée à al-Qâbil. La bibliothèque remonte au xixe siècle et à Ṣâliḥ b. ʿAlî b. Nâṣir al-Ḥârithî (m. 1896). Le fond contiendrait 100 manuscrits51.

  • 52 Ibid., III, p. 452.
  • 53 Wilkinson, 1987, p. 254.
  • 54 al-KindÎ, 2011, I, p. 242-243 ; al-Khu/saybÎ, 2006, III, p. 255.
  • 55 Wilkinson, 1987, p. 307.

42La Makt. al-Riqayshî, située à Izkî, fait également partie de ces bibliothèques privées dont le fond est conséquent. Il contenait, en mai 2015, quelques 185 documents, dont plus de 70 manuscrits52. Sa fondation est attribuée à Muḥammad b. Sâlim b. Zâhir al-Riqayshî (1884-1967-8). Ce dernier fut une figure majeure de la vie politique et religieuse de l’imamat au xxe siècle. Originaire d’Izkî, al-Riqayshî étudia auprès d’Abû Zayd ʿAbd Allâh b. Muḥammad (m. 1945) et de Nûr al-Dîn al-Sâlimî53. Sous les imams al-Kharûṣî et al-Khalîlî, il occupa le poste de qâḍî à Nakhl, à ʿIbrî et à Adam54, fut l’un des cinq électeurs de l’imam Ghâlib b. ʿAlî al-Hinâʾî, en 195455, puis se mit au service de Sultan Saʿîd b. Taymûr.

  • 56 Custers, 2016, III, p. 451.

43M. Custers mentionne également des bibliothèques plus modestes comme la Makt. Ḥamad b. Sayf b. ʿAbd al-ʿAzîz al-Ruwâḥî, dans le Wâdî al-Maʿâwil, fondée par le père de Ḥamad, Sayf al-Ruwâḥî (m. 1992) et contenant 36 manuscrits, ou celle de Ḥamûd b. Ḥumayd b. Ḥamad al-Ṣawwâfî, installée à Sinâw (al-Muḍaybî), dans laquelle sont conservés 27 manuscrits56.

A) Les bibliothèques de Nizwâ : de l’effervescence intellectuelle à l’abandon

  • 57 Les informations qui suivent sont tirées (sauf mention contraire) de l’interview donnée par ʿAbd Al (...)

44La ville de Nizwâ, située à 150 kilomètres de Mascate dans la région du Jawf, à l’abri des cimes du Jabal al-Akhḍar, est certainement le meilleur exemple pour illustrer ce progressif déplacement des centres de gravité de la production intellectuelle à Oman. Autrefois capitale de l’imamat, la ville est connue pour avoir été l’un des principaux centres lettrés du pays ibadite. Nizwâ a subi de plein fouet les conséquences de la centralisation des manuscrits par le WTwS, les destructions suite aux conflits de la fin de l’époque yaʿruba et la repolarisation politico-économique du territoire omanais inhérente à la fondation de l’État moderne57.

  • 58 Pour une liste des textes qui lui sont attribués, voir Custers, 2016, I, p. 327-329.
  • 59 Échange personnel avec Abdulrahman al-Salimi, 13 août 2020 ; voir également l’entretien d’al-Sayfî.

45La Makt. al-Sayfayn ou Makt. Ibn Rawḥ al-Kindî est la dernière survivante d’une longue liste de bibliothèques privées ibadites situées dans la ville. Les informations sur l’institution restent parcellaires. Fondée avec le statut de waqf (waqf Banî Sayf) la bibliothèque était, au départ, destinée à recueillir les manuscrits d’Abû ʿAbd Allâh Muḥammad b. Rawḥ al-Kindî al-Nizwî (m. au xe siècle), auteur de plusieurs sîra politico-juridiques sur la déposition controversée de l’imam al-Salṭ b. Mâlik, à la fin du ixe siècle58. Le fond s’est progressivement enrichi, sans que nous puissions donner de jalons chronologiques précis. Le programme d’acquisition semble s’être poursuivi jusqu’en 1925 au moins puis qu’al-Sayfî précise qu’un document porte la mention d’un achat au souk à cette date (1344 h.). Les livres et les manuscrits ont été achetés grâce aux revenus du falaj Dâris – l’un des falaj les plus connus d’Oman, désormais classé au patrimoine mondial de l’UNESCO – détenu en bien de mainmorte par les propriétaires de la bibliothèque59. Située dans le voisinage du fort, la bibliothèque s’est effondrée dans la seconde moitié du xxe siècle, certainement faute d’entretien. Quelques 150 manuscrits ont pu être récupérés, et sont désormais conservés par ʿAbd Allâh al-Sayfî, un ouléma historien, spécialiste de l’histoire de la ville.

46Les autres bibliothèques privées ont désormais disparu et les manuscrits ont généralement été dispersés via les réseaux familiaux ou récupérés par le Ministère du Patrimoine.

  • 60 al-KhuṣaybÎ, 2006, I, p. 85-94.

47ʿAbd Allâh al-Sayfî mentionne notamment deux exemples évocateurs pour saisir l’ampleur des collections privées à l’époque yaʿruba. La bibliothèque de Khalaf b. Sinân al-Ghâfirî (m. 1713-4)60, copiste et auteur d’ouvrages, contenait, si l’on en croit al-Sayfî, quelques 9 300 ouvrages et manuscrits, tandis que celle de Ḥabîb b. Sâlim b. Saʿîd Ambûsaʿîdî (m. 1780) en contenait plusieurs milliers, sans qu’une quantification plus précise soit possible.

48On notera d’ailleurs que la trajectoire de ces oulémas ibadites était souvent celle d’hommes de sciences mais également d’hommes politiques, proches des imams, perpétuant la tradition médiévale du conseil au prince à travers des échanges épistolaires (siyar). En effet, al-Ghâfirî fut membre du groupe des oulémas ayant accordé leur bayʿa à l’imam Sulṭân b. Sayf b. Sulṭân al-Yaʿrubî en 1711, tandis que quelques décennies plus tard, Ambûsaʿîdî fut de ceux qui donnèrent leur allégeance au fondateur de la dynastie al-Bûsaʿîd, Aḥmad b. Saʿîd (m. 1782).

  • 61 Custers, 2016, I, p. 350.
  • 62 al-SiyÂbÎ, 1965, p. 110.

49On sait enfin que d’autres grandes familles ibadites de la ville avaient rassemblé de grandes bibliothèques, qui ont désormais disparu. C’était le cas notamment des Banû Maddâd61 ou des ʿAbbâdiyyûn62.

50Retracer l’histoire de la ville à travers l’exemple de quelques hauts-lieux de la culture lettrée ibadite permet d’illustrer l’importance du récent mouvement de repolarisation du territoire omanais et la littoralisation des activités intellectuelles autour du Ministère du Patrimoine et du Ministère des Affaires religieuses.

51Cela dit, d’autres bibliothèques privées ont survécu et se sont même développées jusqu’à devenir des institutions de référence dans la conservation, la numérisation et la mise à disposition des manuscrits omanais.

B) La bibliothèque Muḥammad b. ʿAbd Allâh al-Sâlimî

52La bibliothèque privée al-Sâlimî, aujourd’hui installée à Bidiyya (wilâyat al-Sharqiyya), à 190 kilomètres de la capitale, est un haut-lieu de la culture lettrée manuscrite omanaise et notamment ibadite. Les manuscrits et les ouvrages qui y sont conservés sont en partie l’héritage de la collection de ʿAbd Allâh b. Ḥumayd Nûr al-Dîn al-Sâlimî.

  • 63 Wilkinson, 1987, p. 253-264 ; al-Khu/saybÎ, 2006, III, p. 9-25

53Né certainement en 1868 et originaire d’al-Ḥawqayn, près de Rustâq, Nûr al-Dîn al-Sâlimî est sûrement le savant omanais le plus connu de l’époque moderne pour son Tuḥfat al-aʿyân, une histoire d’Oman en deux volumes et pour son héritage politique. Dans les années 1890, al-Sâlimî accompagne le déplacement du centre de gravité de l’ibadisme de Rustâq vers la Sharqiyya, où il s’installe dans la ville d’al-Qâbil pour étudier auprès de Ṣâliḥ b. ʿAlî al-Ḥârithî (m. 1896), le tamîma de la confédération hinâwî. Malgré des relations tendues avec le fils d’al-Ḥârithî, ʿÎsâ b. Ṣâliḥ (m. 1946), al-Sâlimî parvient à rassembler les confédérations ghâfirî et hinâwî autour de Sâlim b. Râshid al-Kharûṣî et à restaurer l’imamat en mai 1913. Il meurt peu après en chutant de son âne63.

  • 64 Pour un référencement exhaustif, voir Custers, 2016, I, p. 509-531.

54Il nous est impossible ici de passer en revue de façon exhaustive l’intégralité de son œuvre64, qui d’ailleurs est encore en partie à l’état de manuscrits. Outre la Tuḥfa, Nûr al-Dîn al-Sâlimî est connu pour son Ḥâshiyat al-jâmiʿ al-ṣaḥîḥ, un commentaire du recueil de hadiths élaboré au viiie siècle à Baṣra par l’ibadite al-Rabîʿ b. Ḥabīb al-Farâhîdî (quoi que considéré comme apocryphe) et publié une première fois en 1907 par la Maṭbaʿa al-Bârûniyya du Caire à la demande du Sultan Fayṣal b. Turkî. Il est également l’auteur d’une épître intitulée al-Lumʿa al-marḍiyya min ashiʿat al-ibâḍiyya, éditée par Dhâkirat ʿUmân en 2014. Ce texte est particulièrement intéressant pour les historiens de l’ibadisme car il contient un abrégé de l’histoire du mouvement et de son expansion, mais également une liste des principaux ouvrages ibadites connus à l’époque et considérés comme les sources de la bonne conduite. Parmi ses œuvres monumentales, citons également son Maʿârij al-mâl ʿalâ madârij al-kamâl, compendium de fiqh ibadite en 18 volumes, et dont les manuscrits originaux se trouvent dans la bibliothèque al-Sâlimî, ses Mashâriq anwâr al-ʿuqûl, un précis de doctrine, et ses Jawâbât, éditées en 2010 par ʿAbd Allâh b. Muḥammad al-Sâlimî en 7 volumes.

55Si l’histoire politique et religieuse d’Oman se souvient essentiellement du nom de Nûr al-Dîn al-Sâlimî, la fondation de la bibliothèque éponyme doit beaucoup à son fils, Abû Bashîr Muḥammad Shayba b. ʿAbd Allâh b. Ḥumayd al-Sâlimî (1891-1985).

  • 65 al-KindÎ, 2011, I, p. 96.

56Abû Bashîr hérite de la collection d’ouvrages et de manuscrits que Nûr al-Dîn al-Sâlimî avait entrepris d’acquérir grâce à des dons alors qu’il était installé à al-Qâbil. Malgré son opposition aux pouvoirs étrangers et au Sultan de Mascate, Nûr al-Dîn al-Sâlimî aurait reçu une somme du Sultan Fayṣal al-Turkî (r. 1888-1913) avant d’entreprendre le ḥajj. Il aurait également bénéficié d’une bourse accordée par le Sultan de Zanzibar, Barghash b. Saʿîd65 dont on a vu qu’il fut un défenseur de la nahḍa ibadite.

  • 66 Wilkinson, 1987, p. 104-106.
  • 67 Eickelman, 2003, p. 240.

57Après sa mort, la bibliothèque est déplacée d’al-Qâbil vers al-Ẓāhir (Sharqiyya), dans la maison du frère d’Abû Bashîr, Abû Ḥumayd al-Sâlimî (m. 1966). Abû Bashîr entreprend alors un voyage à Zanzibar. À la mort d’Abû Ḥumayd, alors que son frère est toujours à l’étranger, les clés de la bibliothèque échoient à Sâlim b. Ḥamad al-Ḥârithî (1933-2006). Ce dernier, membre de la tribu des Banû Ḥirth (ou Ḥârith), était un ouléma ibadite, originaire de Muḍayrib, dans la Sharqiyya, et ayant étudié entre sa ville, Nizwâ et Samâʾil jusqu’à la fin de l’imamat. Au moment où Abû Bashîr quitte Oman, c’est-à-dire dans les années 1970, al-Ḥârithî est installé à al-Ẓâhir, où il fréquente entre autres dignitaires ibadites Sâlim b. Ḥamûd al-Siyâbî (m. 1993) ou Ibrâhîm b. Saʿîd al-ʿAbrî (m. 1975), qâḍî de la grande tribu des ʿAbriyîn66 puis premier mufti du sultanat67.

  • 68 Nizwâ, 1997, p. 113.
  • 69 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 327-335, notamment p. 328 ; al-SiyÂbÎ, 1965, p. 123-124.
  • 70 al-KindÎ, 2011, I, p. 99-100.

58Lorsqu’Abû Bashîr rentre à Oman, certainement autour de 197068, un conflit éclate avec al-Ḥârithî, qui refuse de rendre les ouvrages et les manuscrits qu’il avait récupérés dans la maison d’Abû Ḥumayd. Al-Sâlimî mobilise des intermédiaires pour essayer de convaincre Sâlim de rendre les livres. Aḥmad al-Ḥârithî, le fils de Sâlim, répond que les ouvrages étaient à l’origine rassemblés dans une fondation pieuse (waqf) de Hâshil b. Masʿûd al-Ḥajarî. Nous n’avons pas trouvé d’information sur cet homme. En revanche, les Banû Ḥajar était une tribu importante et ancienne dans l’échiquier tribal de la Sharqiyya, liée aux Ḥârithî69. De fait, toujours selon Aḥmad, la bibliothèque revenait de droit à son père70.

59Le conflit se prolonge jusque dans les années 80 sans qu’al-Kindî ne donne plus d’informations. La Makt. al-Sâlimî dans sa forme actuelle, installée près de la forteresse de Bidiyya, est fondée en 1983. Abû Bashîr complète le fond par les ouvrages ramenés de ses voyages à Zanzibar et au Moyen-Orient.

  • 71 Nous renvoyons ici au volume édité en 2018 chez Brill avec Wilferd Madelung, mais également au volu (...)

60Aujourd’hui, la bibliothèque est administrée par le petit-fils de Nûr al-Dîn al-Sâlimî, ʿAbd al-Raḥmân al-Sâlimî, haut-fonctionnaire au Ministère des Affaires religieuses, directeur de la revue al-Tafâhum (L’Entente), très actif dans l’organisation de conférences internationales sur l’ibadisme et dans l’édition des siyar omanais des viiie-xie siècles71. La famille continue à bénéficier de dons et de subventions de l’État pour entretenir le bâtiment et les documents qui y sont préservés. En partenariat avec le WTwS, 334 manuscrits ont pu être numérisés sur les 500 que la bibliothèque contiendrait.

C) La bibliothèque al-Bûsaʿîdî

  • 72 Voir la page qui lui est consacrée : [https://sqhccs.gov.om/affiliates/page/21/79?scrollto=start?sc (...)
  • 73 Bakri Musa, 1991, p. 235 ; al-SaʿdÎ, 2007, p. 37-38.
  • 74 Voir : [http://alwatan.com/details/48698] ; Markaz al-Sulṭân Qâbûs, 29 août 2020, voir : [https://s (...)

61Créée dans les années 1970 et inaugurée en 1986, la Makt. al-Bûsaʿîdî de Seeb, dans la périphérie de Mascate, est administrée par Muḥammad b. Aḥmad al-Bûsaʿîdî, conseiller spécial du ministre des Affaires religieuses. Elle est certainement fondée avec un statut de bien de mainmorte. Administrativement, elle est également rattachée au Dîwân du Sultan pour la culture72. À la fin des années 2000, la bibliothèque compte déjà plus de 2 000 manuscrits73. Le fond semble s’être étoffé dans les années 2010 puisque plusieurs articles récents comptabilisent désormais entre 3 000 et 4 000 documents et plus de 7 000 ouvrages imprimés collectés par le propriétaire74.

62Cependant, nous ne pouvons donner beaucoup plus d’informations sur le contenu de la bibliothèque puisqu’aucun catalogue en ligne n’a été réalisé pour l’instant. Contentons-nous de signaler qu’on y trouve visiblement plusieurs versions de textes du patrimoine ibadite médiéval, notamment le Mukhtaṣar al-Bisyâwî, des copies du Bayân al-sharʿ, mais également des textes plus récents, comme le Qâmûs al-sharîʿa.

  • 75 al-SaʿdÎ, 2007, p. 40-46.
  • 76 Sur les différents membres de la famille, voir Custers, 2016, I, p. 121-125.

63En outre, la bibliothèque s’est engagée dans l’édition de textes et dans l’impression d’ouvrages scientifiques sur l’histoire, la littérature, la poésie et la théologie islamique omanaise. Jusqu’en 2008, M. al-Saʿdî recensait 70 publications75. C’est notamment au sein de la Makt. al-Bûsaʿîdî que furent imprimés plusieurs ouvrages de la famille al-Baṭṭâshî76. Les trois volumes du Itḥâf al-aʿyân fî târîkh baʿḍ ʿulamâʾ ʿUmân de Sayf b. Ḥamud b. Ḥamid al-Baṭṭâshî (m. 1999), encyclopédie biographique des principaux oulémas ibadites de l’époque médiévale et moderne, sont édités à l’initiative de la Makt. entre 1992 et 2004.

64Muḥammad b. Aḥmad al-Bûsaʿîdî a également rassemblé des archives plus récentes, notamment des documents attribués à l’imam ibadite Sâlim b. Râshid al-Kharûṣî. Le site du Dîwân nous dit également que la bibliothèque conserve des lettres d’imams à leurs gouverneurs, sans que nous ayons pu savoir avec plus de précisions s’il s’agit de documents récents ou d’échanges épistolaires plus anciens.

65Le passage en revue de ces institutions locales, souvent assez modestes, témoigne de la diversité des acteurs dans le domaine de la préservation des manuscrits. Les institutions du sultanat sont évidemment prédominantes et les fonds du WTwS ne cessent de s’étoffer. Du côté des actes privés, derrière quelques bibliothèques majeures, comme la Makt. al-Sâlimî ou la Makt. al-Bûsaʿîdî, plusieurs fondations de plus petites tailles concentrées dans le pays ibadite et dans la région de la Sharqiyya ont survécu. Souvent, ces bibliothèques regroupent moins de 100 manuscrits (voir l’annexe 2) et leur histoire est encore à écrire.

66Malgré le cadre juridique mis en place par le WTwS pour rassembler les manuscrits disséminés dans le pays, un certain nombre de documents demeurent encore entre les mains d’acteurs privés, pour certains réticents à céder ces manuscrits considérés comme un héritage important de la famille. On constate donc un véritable éclatement des collections, dont la carte rend compte.

67La fondation d’une association comme Dhâkirat ʿUmân avait justement pour finalité de poursuivre ce travail de collecte en collaboration avec ces familles de l’intérieur du pays.

4. Une institution complémentaire : l’exemple de Dhâkirat ʿUmân

  • 77 Échange personnel avec Ṣâliḥ al-Zuhaymî, l’un des fondateurs de l’association, le 20/09/2020. L’ens (...)

68Officiellement fondée en 2013, Dhâkirat ʿUmân est une association publique scientifique et culturelle à but non lucratif rattachée au WTwS et dirigée par Sulṭân b. Mubârak al-Shaybânî77. Selon le cahier des charges, l’association évolue autour de quatre axes principaux : 1) la collecte, 2) l’indexation, 3) la publication, 4) la diffusion du patrimoine manuscrit, mais également des archives, des photographies, des bâtiments, des billets de banque ou du patrimoine oral national.

  • 78 Des enquêtes ont été menées en Algérie, Tunisie, Libye, dans les pays de la côte est-africaine, en (...)

69Après une période consacrée au recensement des manuscrits omanais (2003-2014), durant laquelle les fondateurs ont enquêté à Oman auprès des bibliothèques privées mais également dans tous les pays dont l’histoire est peu ou prou liée à celle d’Oman78, l’association se consacre désormais à l’archivage des copies numérisées de ces manuscrits. Si Dhâkirat ʿUmân a rassemblé 400 manuscrits originaux, les ingénieurs s’attachent surtout à collecter des microfilms, plus faciles à stocker et à utiliser. Ce faisant, l’association a catalogué plus de 10 000 manuscrits qu’elle souhaite mettre à disposition des chercheurs via une plateforme électronique. En cela, les ingénieurs de Dhâkirat ʿUmân ont parfaitement saisi l’enjeu du numérique et ont couplé à cette base de données une encyclopédie en ligne (al-Dhâkira al-ʿumâniyya) rassemblant des informations sur les lieux emblématiques du pays, les grands oulémas, les époques historiques ou encore la terminologie savante locale.

70Enfin, l’association s’est également dotée d’une maison d’édition qui publie depuis 2015 des textes du patrimoine ibâdite, mais également des ouvrages scientifiques sur les manuscrits et l’histoire lettrée du pays.

IV. Des lettrés de l’imamat aux lettrés du sultanat

1. La récente diversification des lieux d’édition

71Si pendant plusieurs années l’édition des ouvrages historiques et des sources ibadites fut une mission confiée principalement aux maisons d’édition du Ministère du Patrimoine, du Ministère des Affaires religieuses et à leurs succursales, comme Dhâkirat ʿUmân, l’émergence de la Makt. al-Ḍâmirî li-l-nashr wa-l-tawzîʿ témoigne de l’essor de nouveaux lieux d’édition.

  • 79 al-BarÂshidÎ, 2006, p. 7, 27.

72Fondée en 1990 par Ṭâlib b. Khalfân al-Ḍâmirî, un intellectuel omanais ayant étudié à Oman et en Europe, l’imprimerie lance son activité éditoriale en 1991 par la publication de l’ouvrage d’Abû Nabhân Jâʿid b. Khamîs, al-Ḥajj wa lawâzimuhu et du Ṭabaqât al-mashâʾikh bi-l-Maghrib d’al-Darjînî79. En 2001, les branches de l’entreprise implantées dans le territoire omanais, à Nizwâ, Samâʾil ou Izkî ferment tandis que des filiales s’ouvrent à Beyrouth et au Caire. Al-Ḍâmirî ouvre également une autre maison d’édition dans ces deux dernières villes, appelée Dâr al-ʿumâniyya li-l-ṭibâʿa li-l-nashr wa-l-tawzîʿ.

73La Makt. a publié plus de 350 titres depuis sa création, dont al-Barâshidî donne un échantillon dans son dossier publié en 2006. On trouve, parmi les grands titres, de nombreuses études historiques sur l’ibadisme. Les auteurs ne sont d’ailleurs pas uniquement des Omanais. On remarque par exemple plusieurs contributions de ʿAlî Yaḥyâ Muʿammar (m. 1980), un ibadite du Djebel Nefusa, auteur de la gigantesque somme al-Ibâḍiyya fî mawkib al-târîkh en 4 volumes et d’un petit traité de défense du caractère modéré de l’ibadisme, comme son titre l’indique, al-Ibâḍiyya, madhhab islâmî muʿtadil. Plus récemment, la Makt. a édité un ouvrage intitulé Shakhṣiyyât ibâḍiyya, catalogue biographique synthétique de personnalités ibadites, supervisé par Farḥât al-Jaʿbîrî.

74Outre ces ouvrages, la maison d’édition a également publié des textes du mufti actuel, cheikh al-Khalîlî, comme son Kursî uṣûl al-dîn, un ouvrage de théologie.

  • 80 Valeri, 2007, p. 217.
  • 81 Voir : [https://ls.om/%d8%a7%d9%84%d8%a5%d9%86%d8%aa%d8%a7%d8%ac-%d8%a7%d9%84%d8%ab%d9%82%d8%a7%d9% (...)

75Il existe également d’autres lieux de la production scientifique sur l’ibadisme et l’histoire d’Oman. C’est le cas de la revue scientifique anglophone Journal of Oman Studies, lancée en 1975 et devenue une revue de référence pour l’histoire régionale. Actuellement dirigée par Nâṣir Saʿîd al-Jawharî, chercheur en archéologie à l’Université Sultan Qaboos, la revue est adossée à cette même Université. C’est aussi le cas du Cercle littéraire d’Oman, al-Muntadâ al-adabî, également au Ministère du Patrimoine80. Fondé en 1985, ce cercle jouit de prérogatives assez larges et a pour objectif général la promotion du patrimoine culturel omanais. Sur le plan éditorial, l’institution s’est engagée depuis 1993 dans une série d’ouvrages intitulée Qirâʾât fî fikr, et dont l’objectif est d’analyser la pensée d’un grand ouléma de l’histoire d’Oman. On trouve ainsi des ouvrages consacrés aux principaux acteurs ibadites de l’époque médiévale, tel Ibn Baraka, al-Kudamî ou al-ʿAwtabî81.

2. L’intégration des familles ibadites au projet patrimonial omanais

  • 82 Pour J. Wilkinson, cela s’explique par les liens nouveaux établis entre des familles de la Sharqiyy (...)

76L’histoire des bibliothèques privées et des institutions engagées dans la préservation et la mise en valeur du patrimoine textuel ibadite témoigne de ce processus de littoralisation et de sultanisation de la question de l’héritage omanais (voir annexe 2). La représentation cartographique des lieux de conservation de manuscrits témoigne également d’une part de l’éclatement des institutions privées, mais également de la restructuration du paysage politico-tribal à partir du xviiie siècle. Alors que la Sharqiyya était restée en marge du pays ibadite centré autour de Nizwâ, Rustâq et Manḥ, la guerre civile entre les factions hinâwî et ghâfirî entraine un déplacement des centres de gravité du Jawf vers la Sharqiyya et l’installation de plusieurs oulémas dans les villes de la région. C’est le cas par exemple de Nûr al-Dîn al-Sâlimî, qui s’installe dans l’oasis d’al-Qâbil avec son maître, Ṣâliḥ b. ʿAlî al-Ḥârithî82.

77Il paraît donc intéressant de s’intéresser désormais à l’intégration de quelques grandes familles ibadites au projet étatique porté par Sultan Qâbûs b. Saʿîd. Selon nous, cette intégration conditionnait la mise en place de cette politique de préservation de l’héritage ibadite. Parfois amenés à servir dans l’administration de Saʿîd b. Taymûr puis plus généralement dans celle de Sultan Qâbûs, de nombreux oulémas, héritiers de la culture lettrée ibadite et dont la famille était encore ancrée dans les territoires de l’intérieur du pays, sont devenus les dépositaires de la tradition ibadite au sein du nouvel État. Que ce soit au Ministère du Patrimoine, des Affaires religieuses ou au sein d’institutions comme Dhâkirat ʿUmân, ces membres de grandes familles ont été chargés de collecter les manuscrits, d’en faire l’édition, ou sont devenus des historiens de renom à Oman.

78La trajectoire historique de ces hommes de religion et de science est souvent similaire : après une jeunesse passée à étudier auprès des grands oulémas de leur époque, ces dignitaires ibadites deviennent rapidement titulaires d’un poste de juge, d’abord au sein de l’imamat, puis sur la côte, sous l’autorité du sultan. Dans la seconde moitié du xxe siècle, la chute de l’imamat et la réunification d’Oman entérine leur intégration au sein des principales institutions du nouvel État.

  • 83 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 51 ; Wilkinson, 1987, p. 266.
  • 84 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 75-76.

79Prenons, à titre d’exemple, le cas de la famille al-Siyâbî. Originaire de la Bâṭina, cette tribu ibadite, ralliée à la confédération ghâfirî, est connue à travers l’œuvre d’Abû Yaḥyâ Khalfân b. Jumayyil al-Siyâbî (1890-1971) et de Sâlim b. Ḥamûd al-Siyâbî (1908-1993). Dans la première moitié du xxe siècle, le premier nommé, originaire de Saymâ, près d’Izkî, fut qâḍî à Rustâq pour l’imam al-Khalîlî, à Muṭraḥ pour le sultan puis à Ṣûr, à la demande de Saʿîd b. Taymûr83. Sâlim b. Ḥamûd, est certainement encore plus célèbre à Oman pour son immense œuvre d’historien, de poète et de spécialiste de jurisprudence ibadite. D’abord juge à Bawshar, travaillant main dans la main avec le frère de l’imam al-Khalîlî, ʿAlî b. ʿAbd Allâh b. Saʿîd al-Khalîlî, alors gouverneur de la région, al-Siyâbî occupe ensuite un poste similaire dans le pays ibadite, à Nakhl. À partir de la chute de l’imamat de Ghâlib b. ʿAlî, il est en poste à la cour de justice (Maḥkama sharʿiyya) de Mascate puis entre au Ministère du Patrimoine84. Il est certainement le meilleur exemple d’ouléma devenu un historien prolifique. En 1965, il publie son Isʿâf al-aʿyân, qui s’inscrit dans la tradition des ouvrages de généalogie tribale. Il est également l’auteur d’une somme majeure sur l’histoire d’Oman, publiée en 4 volumes au Ministère du Patrimoine et intitulée ʿUmân ʿabra al-târîkh.

80La tradition lettrée semble s’être perpétuée au sein de la famille, puisque récemment Sulaymân b. Saʿîd al-Siyâbî a supervisé plusieurs éditions de textes majeurs du patrimoine ibadite, tel que le Dîwân al-sayf al-naqqâd de l’imam yéménite Abû Isḥâq b. Qays, le Jâmiʿ al-ṣaḥîḥ d’al-Rabîʿ b. Ḥabîb et le Daʿâʾim, recueil de poésie d’Ibn al-Naẓar (m. xiie siècle).

  • 85 al-SiyÂbÎ, 1965, p. 63-64.
  • 86 Pour une bibliographie de son œuvre, voir Custers, 2016, I, p. 353-358.

81Des trajectoires similaires caractérisent les familles Maḥrûqî ou Ḥârithî. Nous l’avons évoqué plus haut, l’actuel ministre du Patrimoine, Sâlim al-Maḥrûqî, est un descendant des Banû Maḥârîq85, une famille de lettrés ibadites, dont le plus fameux représentant est certainement Darwîsh b. Jumʿa al-Maḥrûqî (1611-1676), auteur et poète prolifique de l’époque yaʿruba86.

  • 87 al-KhuṣaybÎ, 2006, II, p. 7-8.

82Pour les Ḥârithî, il est impossible ici d’être exhaustif tant l’histoire de la famille à l’époque moderne est riche et touffue. Notons néanmoins que la trajectoire de Saʿîd b. Ḥamad b. Sulaymân b. Ḥamad al-Ḥârithî (1928-2009), premier directeur de la Faculté de sharia entre 1983 et 1985, est représentative de cette génération d’oulémas qui fut attirée à Mascate après les années 70 et qui s’investit dans le projet sultanien d’ouverture sur le monde et de promotion des études islamiques ibadites. Né dans la Sharqiyya, à Muḍayrib, il étudie au cœur du pays ibadite avant d’être nommé gouverneur de la Sharqiyya puis de Rustâq au début des années 70 pour le compte de Sultan Qâbûs87. Après avoir été responsable de la mission omanaise au ḥajj de 1979-1980, il prend la direction de la Faculté.

83On constate donc une certaine récurrence dans les histoires individuelles de ces oulémas devenus historiens, spécialistes de fiqh, de généalogie ou de poésie ancienne. En les intégrant dans le projet d’État qu’il portait en arrivant au pouvoir, le sultan Qâbûs b. Saʿîd a créé les conditions pour l’émergence d’un discours scientifique sur l’ibadisme qui soit le fait des héritiers directs de cette histoire, désormais pleinement insérés dans le cadre de l’État. En outre, la relocalisation des institutions de production de ce discours sur la côte a accompagné la progressive entrée des oulémas de l’imamat au service du sultanat sous Saʿîd b. Taymûr puis les mouvements de population de l’intérieur des terres vers Mascate qui ont caractérisé les années 70-80.

V. L’invention du patrimoine omanais

1. Destructions et préservations : la résilience du patrimoine omanais

  • 88 Mermier, 2002, p. 245.

84La fondation du WTwS répondait à un impératif : créer une identité autour de laquelle élaborer un discours maîtrisé sur le passé88. Les symboles de cette omanité s’imposèrent naturellement : les manuscrits, pour le patrimoine intellectuel, les canaux d’irrigation (aflâj) pour l’ingénierie agricole, et le dattier, pour la richesse environnementale.

  • 89 al-IzkawÎ, 2013, I, p. 161.

85Cela dit, l’appropriation de cette triade symbolique ne date pas des années 1980. Les chroniques historiques composées aux xviiie-xixe siècles se font souvent l’écho des destructions engendrées par les envahisseurs étrangers, considérés comme des tyrans (jabâbira). Ainsi, après avoir été défaits à la bataille de Sallūt par Mâlik b. Fahm, les Sassanides bénéficièrent d’un an pour quitter Oman. Au cours de cette année, ils auraient anéanti le réseau de canaux d’irrigation fondé, à une époque mythique, par le prophète Sulaymân b. Dâwûd89.

  • 90 Ibid., III, p. 135 ; al-MaʿwalÎ, 2014, p. 138 ; Ibn Ruzayq, 2016, p. 74.

86De même, suite à la guerre civile qui entérine la fin du premier imamat (793-886), des troupes abbassides venues du Bahreïn voisin et conduites par Muḥammad b. Nûr prennent le contrôle d’Oman. Ibn Nûr se serait alors rendu coupable d’abominations, parmi lesquelles des châtiments corporels, mais également des destructions systématiques de bibliothèques et d’aflâj90. Si l’on comprend aisément qu’il s’agit là d’un trope littéraire destiné à amplifier l’état de désolation prévalant à Oman après ces invasions étrangères, des indices laissent penser malgré tout que des épisodes guerriers ont profondément endommagé le patrimoine textuel omanais.

  • 91 al-BaṭṭÂshÎ, 1998, I, p. 325.
  • 92 Custers, 2016, I, p. 339.
  • 93 Wilkinson, 2018, p. 27.

87Le Kitâb al-kifâya, par exemple, attribué à Muḥammad b. Mûsâ al-Kindî, un ouléma du xiie siècle, aurait été intégralement détruit durant une flambée de violence entre les Omanais et les Persans91. Initialement constitué de 51 volumes, un seul subsiste, conservé à la Makt. Al-Bûsaʿîdî92. De même, Wilkinson affirme – sans toutefois citer de source – que pour rédiger son Minhaj al-ṭâlibîn, al-Shaqṣî aurait profité de la richesse de la bibliothèque du fort de Rustâq, qui contenait alors 9 370 manuscrits, dont les originaux du Bayân al-sharʿ et du Muṣannaf, deux monuments du fiqh ibadite médiéval, composés respectivement par Abû ʿAbd Allâh al-Kindî (m. 1115) et Abû Bakr al-Kindî (m. 1162). À la fin de la période yaʿruba, un incendie aurait ravagé cette bibliothèque93.

88Pour autant, un nombre considérable de textes d’époque médiévale nous sont parvenus, dont certains sont aujourd’hui considérés comme étant parmi les plus anciens que l’on possède pour le Moyen Âge islamique. Ce patrimoine textuel très ancien a été abondamment recopié à l’époque moderne, sous la dynastie yaʿruba.

2. La transmission des manuscrits : la période yaʿruba, un moment charnière pour la préservation du patrimoine textuel

  • 94 Il s’agit du Kitâb al-taqyîd d’Ibn Baraka (m. fin du xe s.), conservé à la Makt. al-Sâlimî sous la (...)

89C’est au xviie et dans la première moitié du xviiie siècle, c’est-à-dire sous la domination de la dynastie yaʿruba, qu’un nombre considérable de copies de textes juridiques et de siyar fut réalisé. Les historiens de l’ibadisme omanais médiéval sont donc dépendants de ces copies modernes, puisqu’aucun original antérieur à 963/1555 n’est connu dans la région94.

90Un examen du fond de la Makt. Al-Kharûṣî de ʿAwâbî où sont conservés plusieurs compendia de fiqh médiévaux – dont une copie du Jâmiʿ d’Ibn Jaʿfar al-Izkawî (m. ixe s.) et la plupart des copies du Bayân al-sharʿ et du Muṣannaf – montre que la majorité des manuscrits datent d’entre 1652 et 1737, à la toute fin de l’imamat yaʿruba.

  • 95 Les Nabhânides furent considérés comme des tyrans (jabâbira) par les oulémas ibadites, qui ordonnèr (...)

91Comment expliquer ce regain d’intérêt pour les sources du droit ibadite médiéval et pour l’histoire de la région sous les premiers imams ? La restauration de l’imamat à Rustâq en 1624, sous l’égide de Khamîs b. Saʿîd al-Shaqṣî, et la réaffirmation du pouvoir ibadite sur la côte et l’intérieur du pays omanais entraîne un regain économique important. Cette reprise économique se manifeste également par la remise en culture de pans entiers du territoire auparavant détenus par les Nabhânides et gelés par des fatwas émises à la fin du xve et au début du xvie siècle par les imams ʿUmar b. al-Khaṭṭâb al-Kharûṣî et Muḥammad b. Ismâʿîl95. Il est donc probable que cela a poussé les oulémas à se replonger dans les règles de gestion des territoires telles qu’elles avaient été élaborées entre le ixe et le xiie siècle. D’une manière générale, la réinstauration de l’institution ibadite a certainement été un facteur de renaissance intellectuelle dans les milieux où l’imamat restait vivace comme forme politique idéale.

3. Les manuscrits : analyse descriptive du corpus

92Pour clore cette enquête, il nous semble approprié de donner quelques détails descriptifs sur la nature des manuscrits conservés.

  • 96 Voir : [https://elibrary.mara.gov.om/].

93Pour cet article, limité par l’accessibilité des ressources, nous avons essentiellement examiné les fonds privés al-Sâlimî, al-Kharûṣî et al-Madḥânî, dont les manuscrits ont été numérisés et mis à disposition des chercheurs sur le site du Ministère des Affaires religieuses96. Nous avons également bénéficié de la mise en ligne de la liste des 5 991 manuscrits conservés au Dâr al-makhṭûṭât du Ministère du Patrimoine.

94Dans l’ensemble, un élément se dégage, qui avait déjà été noté par l’ensemble des études menées sur ces fonds préalablement : les ouvrages de jurisprudence dominent les collections de façon écrasante. Sur l’ensemble des 334 manuscrits numérisés par la Makt. Al-Sâlimî, près de 55% sont des textes juridiques. Pour le fond al-Kharûṣî, on constate également, au sein de la catégorie fiqh (80 manuscrits sur 229, soit 35%), la surreprésentation des copies du Bayân al-sharʿ (23) et du Muṣannaf (8) dont les doublons sont cependant fréquents. La seconde catégorie la plus représentée dans ces fonds privés est celle des textes regroupés sous l’ensemble Doctrine-Hadith-Morale (ʿaqîda, ḥadîth, akhlâq), qui constitue, pour la Makt. Al-Sâlimî, un peu plus de 20% du fond.

  • 97 Smith, 1978, p. 163.

95Dans son étude précoce des documents accumulés dès 1976 par le Ministère du Patrimoine, G. Smith avait renoncé à quantifier les manuscrits juridiques tant leur nombre était important97. Bénéficiant d’outils informatiques que G. Smith n’avait pas à disposition, nous avons pu tirer quelques conclusions de l’étude de la liste mise à jour. Sur l’ensemble du fond manuscrit, 3 621 documents sont identifiés comme des textes de jurisprudence, soit plus de 60% des textes. Au sein de cette catégorie des manuscrits juridiques, nous avons dénombré 831 copies du Bâyan al-sharʿ (23%) et 277 du Muṣannaf (8%). Les autres auteurs majeurs de l’époque médiévale sont loin derrière : on ne compte que 52 copies du Jâmiʿ d’Ibn Jaʿfar, un des premiers compendia de fiqh rédigé à la toute fin du ixe siècle, 33 copies du Jâmiʿ d’al-Bisyâwî (xe siècle). La Mudawwana d’Abû Ghânim al-Khurâsânî (m. ixe siècle), un recueil de jurisprudence composé en Asie centrale, semble, à croire le très faible nombre de copies (7 au Ministère, une seule dans le fond al-Sâlimî), avoir été un texte peu influent à Oman à l’époque moderne.

96Nous reconnaissons sans mal le caractère approximatif de ces données dans la mesure où près de 1 660 manuscrits n’ont pas d’auteur attribué et que la liste demanderait à être encore perfectionnée. Ce rapide passage en revue laisse toutefois apparaître une tendance générale. Les textes de jurisprudence de l’époque médiévale constituent près de 40% de l’ensemble fiqh, témoignage de l’effort de transmission du patrimoine manuscrit à l’époque yaʿruba. Nous l’avons vu, cela doit néanmoins être nuancé par l’écrasante domination des deux al-Kindî, dont les ouvrages ont sans aucun doute été considérés comme des références exhaustives de la tradition normative ibadite lors des périodes successives de recopiage.

Conclusion

97Cette enquête sur l’histoire des fonds manuscrits à Oman révèle les efforts entrepris par le sultanat pour préserver un pan singulier de son histoire intellectuelle. Grâce à ses deux ministères en charge du patrimoine et des affaires religieuses, le pouvoir omanais s’est emparé de la question, conscient de la richesse des fonds documentaires qui sommeillaient dans des archives privées, disséminées entre les principales villes de l’arrière-pays ibadite. Pour réaliser cette vaste entreprise de collecte lancée dans les deux dernières décennies du xxe siècle, le sultanat s’est appuyé sur un large faisceau d’acteurs privés et publics, mais aussi sur les services d’organisations internationales comme l’UNESCO.

98Avec l’arrivée au pouvoir du sultan Qâbûs b. Saʿîd, plusieurs oulémas appartenant à des familles ibadites importantes sont entrés au service de l’État, apportant leur contribution et leur expertise à la collecte des textes anciens, à leur édition et à leur préservation. Cette tradition d’ouverture se perpétue aujourd’hui grâce à la modernisation du pays, à l’adoption des technologies de numérisation des manuscrits, à l’implication de plusieurs savants dans des programmes de recherche internationaux et au financement de conférences annuelles sur l’histoire de cette école juridique trop longtemps considérée comme marginale et hétérodoxe.

99L’héritage ibadite constitue une part majeure de ce patrimoine textuel désormais plus facilement accessible, rappelant l’histoire d’un groupe religieux imbu de culture lettrée et attentif à la transmission d’une tradition scolastique née dans les premiers siècles de l’islam.

Annexes

Annexe 1

Catégorie

Nombre de manuscrits

Pourcentage

Fiqh

3621

60,4%

Littérature

452

7,5%

Langue arabe

439

7,3%

Sciences dures

368

6,1%

Histoire

337

5,6%

Coran

232

3,8%

Philosophie et théologie

221

3,6%

Tafsîr

187

3,1%

Hadith

79

1,3%

Science de l’irrigation

15

0,25%

Savoirs généraux

9

0,15%

Catalogues de manuscrits

6

0,1%

Non identifiables

25

0,4%

100Contenu du fond du Ministère du Patrimoine

Annexe 2

Nom de la bibliothèque

Estimation du nombre de manuscrits

Localisation

Région (muḥâfaẓa)

Dâr al-makhṭûṭât

WTwS

Plus de 2 000

Mascate

Mascate

Makt. Sayyid Muḥammad b. Aḥmad al-Bûsaʿîdî

Plus de 2 000

Seeb

Mascate

Makt. al-Sâlimî

Entre 1 000 et 2 000

Bidiyya

Sharqiyya

Makt. Sâlim b. Ḥamad al-Ḥârithî

Entre 1 000 et 2 000

Al-Muḍayrib

Sharqiyya

Makt. Aḥmad al-Khalîlî

Moins de 1 000

Mascate

Mascate

Makt. Muḥammad b. Sâlim b. Zâhir al-Ruqayshî

Moins de 1 000

Izkî

Al-Dâkhiliyya

Makt. Sâlim b. Ḥumûd al-Siyâbî

Quelques centaines

Samâʾil & Mascate

Al-Dâkhiliyya & Mascate

Makt. Nâṣir b. Râshid al-Kharûṣî

Quelques centaines

Al-ʿAwâbî

Bâtịna

Makt. Saʿîd b. Khalaf al-Kharûṣî

Quelques centaines

Mascate

Mascate

Makt. ʿAlî b. Sâlim al-Ḥajarî

Quelques centaines

Bidiyya

Sharqiyya

Makt. Ḥamad b. ʿAbd Allâh al-Bûsaʿîdî

Quelques centaines

Samad al-Shan

Sharqiyya

Makt. Ḥumûd b. ʿAbd Allâh al-Râshidî

Quelques centaines

Muḍaybî

Sharqiyya

Makt. Ḥasan b. Maḥfûẓ al-Khazrajî

Quelques centaines

Khaṣab

Musandam

Makt. al-Sayyid Sharaf al-ʿArab al-Mûsawî

Quelques centaines

Mascate

Mascate

Makt. Ḥumûd b. Ḥumayd al-Ṣawwâfî

Quelques centaines

Sinâw

Sharqiyya

Makt. Waqf al-Ḥamrâʾ

Quelques centaines

Al-Ḥamrâʾ

Al-Dâkhiliyya

Makt. Waqf Banî Sayf

Quelques centaines

Nizwâ

Al-Dâkhiliyya

Makt. Mâlik b. Muḥammad al-ʿAbrî

Quelques centaines

Mascate

Mascate

Makt. ʿAlî b. Ibrâhîm Kûtâw (?)

Quelques centaines

Ṣuḥâr

Bâṭina

Makt. Ḥamad b. Saʿûd al-Khanjarî

Quelques centaines

Muṭraḥ

Mascate

Makt. Muḥammad b. Sâlim al-Madḥânî

Quelques centaines

Madḥâʾ

Enclave des Émirats Arabes Unis

Makt. Sâlim b. Muḥammad al-Rawwâḥî

Quelques centaines

Mascate

Mascate

Makt. Saʿîd b. ʿAlî al-Mughîrî

Quelques centaines

Mascate

Mascate

101Recension des principales bibliothèques d’Oman d’après la liste fournie par Dhâkirat ʿUmân

Haut de page

Bibliographie

Anonyme, « Maktabat al-Sâlimî. al-ʿIqd al-thamîn fî rawḍ al-bayân », Nizwâ, 10, 1997, p. 113-116.

Bakri Musa Abdul Karim, « Oman », in Geoffrey Roper (éd.), World Survey of Islamic Manuscripts, Londres, al-Furqan Islamic Heritage Foundation, 1993, vol. 2, p. 439-449.

Bakri Musa Abdul Karim, « The Emergence of Libraries in the Sultanate of Oman », International Library Review, 23, 1991, p. 229-236.

al-BarÂshidÎ Ṣâliḥ b. Khalfân b. Muḥammad, Dirâsa ḥawla manshûrât maktabat al-Ḍâmirî li-l-nashr wa al-tawzîʿ, Seeb, Maktabat al-Ḍâmirî li-l-nashr wa al-tawzîʿ, 2007.

Crone Patricia & Zimmermann Fritz, The Epistle of Sâlim b. Dhakwân, New York, Oxford University Press, 2001.

al-BaṭṭÂshÎ Sayf b. Ḥamûd b. Ḥâmid, Itḥâf al-aʿyân fî târîkh baʿʿulamâʾ ʿUmân, Mascate, Maktabat al-mustashâr al-khaṣṣ li-jalâlat al-Sulṭân li-l-shuʾûn al-dîniyya wa-l-târîkhiyya, 2004, 3 vols.

Custers Martin H., Ibâḍî Publishing Activities in the East and in the West c. 1880-1960s. An Attempt to an Inventory, with References to Related Recent Publications, Maastricht, M. H. Custers, 2006.

Custers, Martin H., Al-Ibâḍiyya. A Bibliography, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2016, 3 vols.

Eickelman Dale F., « Savoir religieux et éducation dans l’Oman intérieur d’hier à aujourd’hui », in Marc Lavergne & Brigitte Dumortier, L’Oman contemporain. État, territoire, identité, Paris, Karthala, 2003, p. 231-245.

Eickelman Dale F., « The Modern Face of Ibadism in Oman », in Angeliki Ziaka (éd.), On Ibadism, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2014, p. 151-165.

Ghazal Amal, Islamic Reform and Arab Nationalism. Expanding the Crescent from the Mediterranean to the Indian Ocean (1880s-1930s), New York, Routledge, 2010.

Hoffman Valerie J., The Essential of Ibâḍî Islam, New York, Syracuse University Press, 2012.

Ibn Ruzayq, al-Shuʿâʿ l-shâʾiʿ bi-l-lumʿân fī dhikr aʾimmat ʿUmân wa mâ lahum fî l-ʿadl wa l-shaʾn, éd. ʿAbd al-Munʿim ʿÂmir, Mascate, Wizârat al-turâth al-qawmî wa al-thaqâfa, 2016.

al-IzkawÎ Sirḥân b. Saʿîd b. Sirḥân al-ʿUmânî, Kashf al-ghumma al-jâmiʿ li akhbâr al-Umma, éd. Ḥasan Ḥabîb Ṣâliḥ & Maḥmûd b. Mubârak al-Sulaymî, Mascate, Wizârat al-turâth al-qawmî wa al-thaqâfa, 2013, 3 vols.

Jomier Augustin, Islam, réforme et colonisation. Une histoire de l’ibadisme en Algérie (1882-1931), Paris, Éditions de la Sorbonne, 2020.

Keene James A., Conservation of Ancient Manuscripts. Sultanat of Oman, Rapport de l’UNESCO, Paris, 1980.

al-KhuṣaybÎ Muḥammad b. Râshid b. ʿUzayyiz, Shaqâʾiq al-nuʿmân ʿalâ sumûṭ al-jumân fî asmâʾ shuʿarâʾ ʿUmân, 4ème éd., s.l., s.e., 2006, 3 vols.

al-KindÎ, Muḥsin b. Ḥamûd, Al-Shayba Abû Bashîr Muḥammad b. ʿAbd Allâh al-Sâlimî (1314/1896-1405/1985). Riḥla ḥayâ wa musîra wâqiʿ, Beyrouth, Riyâḍ al-Rayyis li-l-kutub wa al-nashr, 2011, 4 vols.

Lamy Yvon, « Du monument au patrimoine : matériaux pour l’histoire politique d’une protection », Genèses, 11, 1993, p. 50-81.

Love Paul, Ibadi Muslims of North Africa. Manuscripts, Mobilization, and the Making of a Written Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 2018.

al-MaʿwālÎ Abû Sulaymân Muḥammad b. ʿĀmir b. Râshid, Qiṣaṣ wa akhbâr jarat fî ʿUmân, éd. Saʿîd b. Muḥammad b. Saʿîd al-Hâshimî, Mascate, Wizârat al-turâth al-qawmî wa-l-thaqâfa, 2014.

Mayeur-Jaouen Catherine, « Les débuts d’une revue néo-salafiste : Muhibb al-Dîn al-Khatîb et Al-Fath de 1926 à 1928 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, 95-98, 2002, p. 227-255.

Mermier Franck, « De l’invention du patrimoine omanais », in Marc Lavergne & Brigitte Dumortier, L’Oman contemporain. État, territoire, identité, Paris, Éditions Karthala, 2003, p. 245-261.

al-SaʿdÎ Muhannâ b. Râshid b. Ḥamad, « Wâqiʿ al-makhṭûṭ al-ʿumânî bayna al-taḥqîq wa al-ihmâl », al-Minhâj, 4, 2015, p. 5-68.

al-Sālimī Abdulrahman, « The Political Organization of Oman from the Second Imamate period to the Yaʿrūba : Rereading Omani Internal Sources », in Cyrille Aillet (éd.), L’ibadisme dans les sociétés de l’Islam médiéval. Modèles et interactions, Berlin/Boston, De Gruyter, 2018, p. 113-127.

al-SiyÂbÎ Sâlim b. Ḥamûd, Isʿâf al-aʿyân fî ansâb ahl ʿUmân, Beyrouth, Maktab al-islâmî li-l-ṭibâʿa wa-l-nashr, 1965.

Smith Gerald R., « The Omani Manuscripts Collection at Muscat. Part I: A General Description of the MSS », Arabian Studies, 4, 1978, p. 161-190.

Valeri Marc, Le sultanat d’Oman. Une révolution en trompe-l’œil, Paris, Éditions Kharthala, 2007.

Valeri Marc, « Ibadism and Omani Nation-Building since 1970 », in Angeliki Ziaka (éd.), On Ibadism, Hildesheim, Georg Olms Verlag, 2014, p. 165-177.

van Ess Josef, « Untersuchungen zu einigen ibâḍitischen Handschriften », in Hinrich Biesterfeldt (éd.), Kleine Schriftens, Leyde-Boston, Brill, 2018, vol. 2, p. 763-809.

al-WahÎbÎ Muḥammad b. Saʿîd Nâṣir, « Al-Makhṭûṭât al-ʿarabiya fi salṭanat ʿUmân », Majallat Maʿhad al-Makhṭûṭât al-ʿarabiyya, 24, 1978, p. 3-24.

Wilkinson John C., « The Omani Manuscripts Collection at Muscat. Part II: The Early Ibâḍî Fiqh Works », Arabian Studies, 4, 1978, p. 191-208.

Wilkinson John C., The Imamate Tradition of Oman, New York, Cambridge University Press, 1987.

Wilkinson John C., Ibâḍism. Origins and Early Development in Oman, Oxford, Oxford University Press, 2010.

Wilkinson John C., « A Historic Perspective on the Nahḍa », in Abdulrahman Al Salimi & Reinhard Eisener (éd.), Oman, Ibadism and Modernity, Hildesheim/Zürich/New York, Georg Olms Verlag, 2018, p. 25-35.

Haut de page

Notes

1 Crone & Zimmermann, 2001, p. 302.

2 Hoffman, 2012, p. 24.

3 Ghazal, 2010, p. 21 ; Wilkinson, 1987, p. 231-232.

4 Wilkinson, 2018, p. 25-26.

5 Custers, 2006, p. 56-57.

6 Ghazal, 2010, p. 27 ; Hoffman, 2012, p. 25.

7 Custers, 2010, p. 62-63.

8 Valeri, 2007, p. 31-32.

9 Hoffman, 2012, p. 45-48.

10 Ghazal, 2010, p. 79-83 et plus généralement p. 66-91 pour l’histoire de Nâṣir al-Ruwâḥî.

11 Sur l’ibadisme au Maghreb à la fin du xixe et au début du xxe siècle, voir Jomier, 2020.

12 Ghazal, 2010, p. 45-47.

13 Love, 2018, p. 140-142.

14 Custers, 2006, p. 6 ; 2016, II, p. 99-101, 397-400.

15 Custers, 2006, p. 5-6.

16 Mayeur-Jaouen, 2002.

17 Custers, 2006, p. 23-24 ; Ghazal, 2010, p. 94-98.

18 Ghazal, 2010, p. 35-36. Sur le traité, voir Valeri, 2007, p. 51-56.

19 Custers, 2006, p. 25.

20 Ibid., p. 37.

21 Ibid., p. 49.

22 Mermier, 2002, p. 246.

23 Lamy, 1993, p. 69-70.

24 Valeri, 2007, p. 190.

25 Mermier, 2002, p. 254.

26 Ibid., p. 247.

27 Valeri, 2014, p. 166.

28 Valeri, 2007, p. 195-198.

29 Mermier, 2002, p. 255.

30 Eickelman, 2014, p. 153.

31 Valeri, 2007, p. 198.

32 Voir : [https://qanoon.om/p/1977/rd1977070/], consulté le 22 août 2020.

33 Bakri Musa, 1993, p. 441.

34 Smith, 1978, p. 161-162.

35 al-WahÎbÎ, 1978.

36 al-SaʿdÎ, 2015, p. 17 ; Valeri, 2007, p. 217.

37 Voir : [https://www.mhc.gov.om/culture/literature/manuscripts/], consultée le 21 août 2020. Si la liste téléchargeable semble exhaustive, il est toutefois impossible de savoir à quelle date elle a été actualisée.

38 al-SaʿdÎ, 2015, p. 23-25.

39 Keene & Thomas, 1980, p. 10/§46.

40 Voir : [https://manuscripts.mhc.gov.om/ar/].

41 Valeri, 2007, p. 257-258.

42 Voir : [https://css.edu.om/], consulté le 25 août 2020.

43 al-SaʿdÎ, 2007, p. 31-37.

44 Voir : [https://elibrary.mara.gov.om/fr/bibliotheque-mara/publications/archives-mara/#], consulté le 25 août 2020.

45 van Ess, p. 791-792 ; Wilkinson, 2010, p. 379.

46 Le lecteur trouvera en annexe une recension des bibliothèques privées et publiques jouant un rôle dans la conservation des manuscrits.

47 Échange personnel avec Abdulrahman al-Salimi, 13 août 2020.

48 al-KindÎ, 2011, I, p. 97 ; Custers, 2016, I, p. 348.

49 Voir : [https://www.omandaily.om/?p=580297], consulté le 27 août 2020.

50 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 135.

51 Custers, 2016, III, p. 450.

52 Ibid., III, p. 452.

53 Wilkinson, 1987, p. 254.

54 al-KindÎ, 2011, I, p. 242-243 ; al-Khu/saybÎ, 2006, III, p. 255.

55 Wilkinson, 1987, p. 307.

56 Custers, 2016, III, p. 451.

57 Les informations qui suivent sont tirées (sauf mention contraire) de l’interview donnée par ʿAbd Allâh b. Saʿîd b. Nâṣir al-Sayfî au journal Sharq Gharb. Voir : [https://sharqgharb.net/mktbat-nzwa-alqdemtt-ma-aurf-anha-wma-b/], consulté le 27 août 2020.

58 Pour une liste des textes qui lui sont attribués, voir Custers, 2016, I, p. 327-329.

59 Échange personnel avec Abdulrahman al-Salimi, 13 août 2020 ; voir également l’entretien d’al-Sayfî.

60 al-KhuṣaybÎ, 2006, I, p. 85-94.

61 Custers, 2016, I, p. 350.

62 al-SiyÂbÎ, 1965, p. 110.

63 Wilkinson, 1987, p. 253-264 ; al-Khu/saybÎ, 2006, III, p. 9-25

64 Pour un référencement exhaustif, voir Custers, 2016, I, p. 509-531.

65 al-KindÎ, 2011, I, p. 96.

66 Wilkinson, 1987, p. 104-106.

67 Eickelman, 2003, p. 240.

68 Nizwâ, 1997, p. 113.

69 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 327-335, notamment p. 328 ; al-SiyÂbÎ, 1965, p. 123-124.

70 al-KindÎ, 2011, I, p. 99-100.

71 Nous renvoyons ici au volume édité en 2018 chez Brill avec Wilferd Madelung, mais également au volume consacré à l’œuvre philosophique d’al-Fazârî (m. deuxième moitié du viiie siècle).

72 Voir la page qui lui est consacrée : [https://sqhccs.gov.om/affiliates/page/21/79?scrollto=start?scrollto=start], consultée le 30 août 2020.

73 Bakri Musa, 1991, p. 235 ; al-SaʿdÎ, 2007, p. 37-38.

74 Voir : [http://alwatan.com/details/48698] ; Markaz al-Sulṭân Qâbûs, 29 août 2020, voir : [https://sqhccs.gov.om/affiliates/page/21/79?scrollto=start?scrollto=start].

75 al-SaʿdÎ, 2007, p. 40-46.

76 Sur les différents membres de la famille, voir Custers, 2016, I, p. 121-125.

77 Échange personnel avec Ṣâliḥ al-Zuhaymî, l’un des fondateurs de l’association, le 20/09/2020. L’ensemble des informations qui suivent viennent d’un document de neuf pages que nous a adressé S. al-Zuhaymî synthétisant les grands axes de Dhâkirat ʿUmân.

78 Des enquêtes ont été menées en Algérie, Tunisie, Libye, dans les pays de la côte est-africaine, en Égypte et en Grande-Bretagne.

79 al-BarÂshidÎ, 2006, p. 7, 27.

80 Valeri, 2007, p. 217.

81 Voir : [https://ls.om/%d8%a7%d9%84%d8%a5%d9%86%d8%aa%d8%a7%d8%ac-%d8%a7%d9%84%d8%ab%d9%82%d8%a7%d9%81%d9%8a/%d8%b3%d9%8a%d8%b1-%d8%a7%d9%84%d8%b9%d9%84%d9%85%d8%a7%d8%a1/], consulté le 30 août 2020.

82 Pour J. Wilkinson, cela s’explique par les liens nouveaux établis entre des familles de la Sharqiyya et la côte est-africaine à moment où le commerce prospère. Wilkinson, 1987, p. 264-265.

83 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 51 ; Wilkinson, 1987, p. 266.

84 al-KhuṣaybÎ, 2006, III, p. 75-76.

85 al-SiyÂbÎ, 1965, p. 63-64.

86 Pour une bibliographie de son œuvre, voir Custers, 2016, I, p. 353-358.

87 al-KhuṣaybÎ, 2006, II, p. 7-8.

88 Mermier, 2002, p. 245.

89 al-IzkawÎ, 2013, I, p. 161.

90 Ibid., III, p. 135 ; al-MaʿwalÎ, 2014, p. 138 ; Ibn Ruzayq, 2016, p. 74.

91 al-BaṭṭÂshÎ, 1998, I, p. 325.

92 Custers, 2016, I, p. 339.

93 Wilkinson, 2018, p. 27.

94 Il s’agit du Kitâb al-taqyîd d’Ibn Baraka (m. fin du xe s.), conservé à la Makt. al-Sâlimî sous la cote AS : 250.

95 Les Nabhânides furent considérés comme des tyrans (jabâbira) par les oulémas ibadites, qui ordonnèrent que leurs terres soient saisies car elles avaient été appropriées illégalement par les souverains déchus. al-Sālimī, 2018, p. 123-124 ; Wilkinson, 1987, p. 220.

96 Voir : [https://elibrary.mara.gov.om/].

97 Smith, 1978, p. 163.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Enki Baptiste, « Des vallées du pays ibadite aux littoraux du sultanat : une histoire patrimoniale des manuscrits ibadites omanais », Arabian Humanities [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cy/6933 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.6933

Haut de page

Auteur

Enki Baptiste

Université Lumière Lyon 2 - CIHAM UMR 5648

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search