Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities15Oman au fil du temps. Une nation ...Oman au fil du temps

Oman au fil du temps. Une nation de la Nahda à l’Oman Vision 2040

Oman au fil du temps

Une nation de la Nahda à l’Oman Vision 2040
Maho Sebiane, Marion Breteau et Sterenn le Maguer-Gillon

Texte intégral

  • 1 Le terme nahḍa est un mot arabe traduisible en français par « éveil », « essor », ou encore « renai (...)

1L’ambition de ce dossier thématique est d’esquisser un état des lieux pluridisciplinaire de la période contemporaine du Sultanat d’Oman. Il a été envisagé comme une invitation à faire dialoguer des réflexions de recherche issues d’horizons divers portant sur l’histoire de ce pays, mais également sur les grandes mutations sociales et culturelles qui ont traversé sa société. L’appel à contribution a été lancé au début de l’année 2020 dans un contexte qui ne présageait pas de la crise du coronavirus (COVID-19) qui ébranla l’ensemble des sociétés de la planète, et le Sultanat ne fait pas exception. Ainsi, au travers des différentes contributions rédigées durant cette période et réunies dans un double numéro thématique d’Arabian Humanities, il s’agira de découvrir les différents points de vue développés par les auteurs pour des aspects observables aujourd’hui et qui participent à une meilleure compréhension de ce pays à travers le temps. Quelles ont été les grandes étapes de la construction nationale omanaise et de cette Nahda (renaissance) économique et culturelle au regard de l’histoire passée de ce pays1 ? De quelles manières s’articule l’aménagement du territoire géographique et humain omanais ? Comment la société omanaise, dans toute sa diversité, a-t-elle contribué à cette transformation contemporaine ? Et quel regard porte-t-elle sur son passé ? Avant de nous plonger dans cette série d’articles, nous proposons dans cette introduction quelques éléments de contextualisation, qui, nous l’espérons, apportent un éclairage à l’amorce de ce dialogue.

Émergence d’un État-nation bâtisseur

  • 2 « Sultanat de Mascate et d’Oman » est l’ancienne dénomination de 1856 à 1970 pour le territoire act (...)
  • 3 Pour cette période de l’histoire de l’Oman, voir Skeet, [1974]1985 ; Jones & Ridout, 2015, p. 23- 9 (...)

2Avant 1970, le « Sultanat de Mascate et d’Oman »2 a été pour ainsi dire coupé du reste du monde. Le Sultan Said bin Taimur Al Said (1910-1972) avait entrepris d’isoler son pays de toute influence extérieure à partir des années 19503. À la fin de son règne, la population locale était pratiquement illettrée. Il n’y avait aucun établissement scolaire à part les écoles coraniques. Il n’y avait pas d’hôpitaux ; le seul dispensaire se trouvait à Mascate. Il n’y avait pas de réseau routier interconnecté ; la principale voie carrossable reliait la capitale du pays, Mascate, à Sohâr, la capitale régionale de la Batinah au nord du pays. Une seconde voie reliait Nizwa, capitale de la région intérieure de la Dakhiliyah, à la ville de Sûr en bord de mer, capitale de la région de Sharqiyah.

Fig. 1

Fig. 1

Carte du Sultanat d’Oman.

Crédit : Maho Sebiane

  • 4 Pour une description des réactions de la société rurale face aux changements induits par la Nahda ( (...)
  • 5 Pour une présentation détaillée du territoire et de l’histoire du Sultanat d’Oman, se reporter aux (...)
  • 6 Sources : La Banque Mondiale, United Nations World Population Prospects, 2022 ; Objectif Oman, déce (...)

3À partir de 1970, date de l’accession au trône du Sultan Qaboos bin Said Al Said (1940-2020) et en l’espace de cinquante ans, le Sultanat d’Oman a développé une infrastructure routière interconnectée, des hôpitaux ont été construits dans les principales villes du pays et des dispensaires dans les grands villages isolés. Des écoles ont été bâties, ainsi que des universités, telles que celles de Mascate, de Sohâr, de Nizwa et de Salâlah4. La réserve pétrolière, largement inférieure à celles des pays voisins du Golfe, a tout de même permis de soutenir le développement économique et urbain à l’échelle de tout le pays, en dépit du fait qu’Oman est bien plus vaste que le Koweït, le Bahreïn, le Qatar et les Émirats arabes unis5. En 2020, le Sultanat d’Oman comptait un peu plus de 5,1 millions d’habitants, toutes nationalités comprises. La part de la population d’expatriés résidente et travaillant pour le compte des entreprises locales s’élevait à 39 % de la population totale, soit 1,7 million de personnes6.

  • 7 Barth, 1983, p. 37-97. Sebiane, 2015.
  • 8 Peterson, 2004a, p. 32-51; Peterson, 2004b, p. 254-269.
  • 9 Al-Rasheed, 2005, p. 96-113; Al-Ismaily, 2012; Kharusi, 2012, 2013.
  • 10 Sebiane, 2015.
  • 11 Lavergne, 2002, p. 7 ; Valeri, 2007, p. 189-190.

4La population omanaise réunit plusieurs ensembles d’individus culturellement différenciés. On trouve des Arabes de la péninsule Arabique, des Baloutches originaires du Pakistan, des Ajam originaires d’Iran. De langue arabe ou persane, ce dernier groupe est de confession musulmane chiite et proviendrait de la côte iranienne du Golfe d’Oman. On peut signaler également les Lawâti et Zadjâlî, originaires du Baloutchistan et du Sind pakistanais. Certains d’entre eux s’expriment en langue arabe et d’autres dans une langue très proche du Kutchi. Il y a aussi le groupe des Banyan qui correspond aux descendants des marchands hindous originaires du Sind et du Gujarat implantés dans la région. Parmi ces groupes on trouve des Noirs originaires d’Afrique de l’Est qui sont principalement associés aux groupes des Arabes et des Baloutches. Ces Noirs, dénommés Zunûj (sing. zinj), sont les descendants des esclaves qui ont appartenu à des membres de ces groupes respectifs7. L’esclavage n’existe plus au Sultanat d’Oman depuis plus d’un demi-siècle. L’abolition a été officialisée en 1970 et le Sultan Qaboos bin Said a octroyé la nationalité omanaise à tous ces affranchis noirs au même titre qu’aux Baloutches, aux Ajam, aux Lawâti, aux Zadjâlî et aux Banyan8. Enfin, il convient d’ajouter les Omanais d’Afrique, communément appelés Zanjibari. Ces citoyens sont les descendants des émigrés omanais partis en Afrique de l’Est, au XIXe et début du XXe siècles, en raison des conditions économiques défavorables que subissait le pays à l’époque. Ces derniers sont revenus à partir des années 1960 à la suite de l’indépendance de la Tanzanie et des troubles en Afrique équatoriale à la fin du XXe siècle9. Il y a une telle diversité, à la fois dans les modes de vie et les croyances en Oman, qu’il y est délicat de prétendre à une appartenance à une culture arabe comme dans les pays voisins du Golfe où la population de citoyens est presque exclusivement originaire de la péninsule Arabique10. Néanmoins, comme l’indique Marc Lavergne, cette diversité apparente n’est pas une juxtaposition de peuples et de cultures, il s’agirait plutôt d’un « agrégat » d’éléments complémentaires unifié par une rente pétrolière et un processus d’intégration à la nation - via la scolarisation à partir de 1970 - que Marc Valeri a qualifié de « nationalisation » de l’individu11.

Construction de la nation et d’un récit national

  • 12 Mermier, 2002, p. 254.
  • 13 Il convient de mentionner les travaux relatifs aux inégalités sociales et de genre en Oman en rappo (...)

5Dans ces conditions, les bases de la construction de l’identité nationale omanaise se fondent avant tout sur le concept de nation omanaise qui a pris corps en la personne du Sultan Qaboos bin Said. Une personnification qui a été inextricablement mêlée, dès son accession au trône, à l’histoire officielle de l’État-nation bâtisseur, et avec l’Oman tout entier12. Cette nation omanaise réunit des groupes différents, mais égaux devant la loi, et tous les citoyens peuvent prétendre aux mêmes droits. Pour ce qui concerne le fondement culturel de la nation, il existe toutefois un consensus. Il ne fait pas de doute que le Sultanat d’Oman est un pays arabe et islamique. La langue officielle est l’arabe et les valeurs sociales de la nation sont inspirées de l’islam et de la culture arabe de la Péninsule arabique13.

  • 14 Les premières exportations de pétrole datant de 1967.
  • 15 Wilkinson, 1987.
  • 16 Takriti, 2013, p. 160-261.
  • 17 Peterson, 2004c.
  • 18 Pour une description quantitative de la politique de développement, se reporter à Skeet, 1992, p. 1 (...)

6Avec le recul, on peut estimer que le Sultan Qaboos a consacré l’ensemble de son règne (1970-2020) à faire œuvre de construction de la nation. Dès son accession au trône et à la faveur de l’exploitation du pétrole14, il a judicieusement su utiliser cette manne pour poser les bases du développement économique du pays proposant ainsi d’unifier une population jusque-là divisée15. Tout en mettant fin à la guerre du Dhofar (1964-1976)16, Qaboos a procédé à la création de structures institutionnelles pour la conduite d’un État moderne. À partir de 1970 et en l’espace de deux ans, il met en place plusieurs ministères tels que celui de l’Information, celui des Affaires sociales et du Travail, celui de l’Éducation, et de la Santé. De manière générale et en termes de développement politique et économique, l’Oman a accompli autant, sinon plus, que les autres monarchies du Golfe, d’autant que ce pays a amorcé ce long processus bien plus tard que ses voisins, avec des revenus pétroliers moindres et avec une géographie bien plus accidentée et difficile à valoriser17. Sur la base de ce constat, le Sultanat d’aujourd’hui et l’action de son État sont largement perçus par sa population comme une création née de la volonté du Sultan et sous son impulsion exclusive18.

  • 19 Mayol, 2006.
  • 20 L’empire maritime du Sultanat de Mascate et d’Oman a été fondé par Said bin Sultan al Busaidi (1791 (...)
  • 21 La dénomination « Ibadite » provient du terme « ibadisme » correspondant à l’un des principaux cour (...)
  • 22 Cela est observable le long de la plaine littorale de la Batinah jusqu’à la frontière avec les Émir (...)

7Sur le plan culturel et la mise en valeur de l’histoire du pays, le Sultan Qaboos a, semble-t-il, privilégié la transformation progressive plutôt que la rupture. En effet, la construction de l’Oman d’aujourd’hui s’appuie sur une narration renouvelée du récit national, élément central dans la constitution de l’identité nationale19. Cette écriture de l’histoire repose sur l’idée d’un âge d’or remontant au XIXe siècle, période où l’empire commercial transocéanique omanais avait atteint son expansion maximale dans l’océan Indien et dont la capitale se situait à Zanzibar20. C’est sur la base de cette histoire, associant relations commerciales et rayonnement culturel sur l’Arabie et le pourtour de l’océan Indien, que l’Oman apparaît comme une terre d’immigration et d’émigration, et d’où découle l’origine des divers groupes culturels présents sur son territoire (cf. supra). C’est à partir de cette dynamique migratoire et la mixité de sa population, tant d’un point de vue culturel que linguistique, que le Sultanat d’aujourd’hui puise les principaux fondements de sa singularité parmi les monarchies pétrolières du Golfe arabo-persique. Enfin, le dernier pilier de cette particularité sur le plan régional se situe dans le champ du religieux comparativement au reste des États de la région. L’Oman se caractérise par l’importance de l’ibadisme21 comme pratique religieuse. Cette branche de l’islam représente aujourd’hui près de la moitié de la population. Elle est majoritaire dans l’intérieur du pays, alors que les autres régions, surtout côtières et plus cosmopolites, sont à peu de choses près sunnites22.

Fig. 2

Fig. 2

Mosquée Sultan Qaboos, Mascate, février 2017.

Crédit : Marion Breteau

  • 23 Mermier, 2002, p. 245-260 ; Valeri, 2007, p. 185-230.
  • 24 Von Richthofen & Nebel, 2016a.
  • 25 Wippel, 2013 ; Von Richthofen, 2016b, p. 137-158.
  • 26 Klinger, 2019.

8C’est à la faveur de ces dispositions historiques et culturelles spécifiques que l’aménagement du territoire apparaît comme l’instrument privilégié de la politique de développement sous la « renaissance ». Il a permis conjointement à la montée en puissance de la généralisation de l’enseignement, d’intégrer l’ensemble des composantes culturelles, sociales et religieuse du pays23. Dans cette perspective, le développement de l’économie et des infrastructures a été rigoureusement encadré par l’État central24. On peut prendre pour exemple la réglementation stricte encadrant l’architecture des bâtiments officiels, mais aussi privés, largement visible à Mascate comme dans les autres villes du pays, comme à Salâlah25. Cette orientation politique associée à une posture esthétique affirmée, si l’on peut dire, au travers des grands projets d’aménagement, se retrouve également dans le champ patrimonial avec le vaste programme de restauration des forts sur l’ensemble du territoire, dont le nouveau Musée national inauguré en 2016 se pose en vitrine officielle du récit national omanais26.

  • 27 Le maguer-gillon, 2015.
  • 28 Le Sultanat d’Oman a accueilli 3,5 millions de touristes en 2019 (+33,1% depuis 2015), principaleme (...)

9Ainsi, au regard de cette approche holistique, on comprend que l’histoire et le patrimoine jouent un rôle majeur dans l’expression du sentiment national. La politique patrimoniale, placée sous l’autorité du Ministère du Patrimoine et de la Culture créé en 1975, était en réalité orientée par le Sultan Qaboos. Dans ce domaine, le Sultanat se distingue de ses voisins, puisqu’il est le premier pays du Golfe à inscrire des sites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Le premier, en 1988, est le fort de Bahla, ancien centre de l’ibadisme en Oman, situé dans la province de la Dakhiliyah. En 1989, l’UNESCO inscrit un autre ensemble de sites localisés dans la Dakhiliyah : il s’agit des tombes monumentales datant de l’âge du Bronze de Bat, al-Khutum et al-Ayn. Le dernier site inscrit est la cité portuaire médiévale de Qalhât (dans la province de la Sharqiyah), réputée comme l’un des ports de commerce les plus importants de l’océan Indien aux XIIIe-XIVe siècles. En 2000, la province du Dhofar, région d’origine du Sultan Qaboos, est mise à l’honneur à travers l’inscription de la « Terre de l’encens », un ensemble de sites archéologiques et naturels célébrant l’encens oliban (lubān), résine qui a fait la richesse de la région aux périodes antiques et médiévales, et qui reste aujourd’hui une source de fierté27. Ces quelques exemples illustrent l’importance politique du patrimoine en Oman, et cela dès le début de la « renaissance » devenue aujourd’hui un enjeu primordial pour l’industrie touristique en ce début de XXIe siècle28 (cf. supra).

Fig. 3

Fig. 3

Fort de Bahla, février 2013.

Crédit : Sterenn Le Maguer-Gillon

  • 29 Christensen & El-Shawan Castelo-Branco, 2009.
  • 30 El-Mallah, 2002; Al-Kathiri, 2005; Al-Shidi, 2008.

10En ce qui concerne le patrimoine culturel immatériel (PCI), le Sultanat a, dès la fin des années 1970, mis en place des missions de collecte des pratiques musicales et dansées du pays. Ces campagnes ont englobé l’ensemble des expressions culturelles en activités sur son sol29. D’abord sous la responsabilité du Ministère de l’Information au travers du Centre Omanais des Musiques Traditionnelles (OCTM)30, puis du Ministère du Patrimoine et de la Culture à partir de 2005, suite à la ratification de la convention UNESCO pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel. Et de la même manière que pour le patrimoine archéologique, le Sultanat est le premier pays du Golfe à inscrire des musiques et des danses sur la liste du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Le premier élément est la danse « Al-Bar’ah » en 2010, auquel s’ajoute une poésie chantée, « Al ‘azi », en 2012. À ce jour, on peut dénombrer près de dix inscriptions sur la liste des PCI en faveur du Sultanat, dont une partie non négligeable résulte d’une coopération avec les pays voisins et du monde arabe.

11Au travers de ce processus de construction nationale menée par le haut, on peut y voir la volonté d’élaborer, sinon de proclamer l’envergure d’une expression culturelle spécifiquement omanaise. Une démarche à laquelle s’ajoute un certain nombre de réalisations architecturales qui en constituent l’expression matérielle la plus visible. On peut mentionner la série de mosquées monumentales construites dans toutes les régions du pays, à la suite de la Grande Mosquée du Sultan Qaboos (2001) et l’Opéra Royal de Mascate (2011). Ces réalisations et en particulier l’Opéra, à l’architecture de prestige, participent aujourd’hui à positionner le Sultanat comme un acteur culturel régional. La création d’un Ministère de la Jeunesse et des Sports en 2020, très actif dans la dynamisation d’une culture populaire et urbaine, constitue le dernier chapitre d’une volonté de développement qui tient compte de l’évolution récente, tant de la société omanaise que de l’émergence d’une industrie culturelle à l’échelle régionale.

Oman Vision 2040 ou les défis de la modernisation

  • 31 Said, 2016.
  • 32 Peterson, 2004c.
  • 33 Worrall, 2012; Valeri, 2013; Louër, 2015.
  • 34 K.C & Nilambari, 2010.
  • 35 SANAD: Self-Employment and National Autonomous Development.
  • 36 Valeri, 2007, p. 382-404.

12Malgré ces remarquables réalisations en matière de développement économique, social et culturel qui apparaissent équilibrées comparativement avec les pays voisins du Golfe, certains problèmes persistent31. Il est question notamment du sous-emploi des citoyens particulièrement des jeunes proportionnellement au volume que représentent les travailleurs immigrés provenant d’Asie principalement. Ce phénomène prend une dimension critique au regard de la croissance démographique de la population locale et de l’augmentation constante de jeunes diplômés sans emploi issus du système éducatif national32. Cette situation a été, sans doute, la raison première des manifestations dans certaines grandes villes du pays dans le contexte du « printemps arabe » (2010-2011)33. En réponse, le gouvernement a révisé ses approches pour apaiser le mécontentement des populations locales. Cette question de l'emploi avait été identifiée dès les années 1980-1990 par l’État omanais qui a entrepris dès cette époque une politique d’omanisation des emplois34. De nombreux décrets ont été promulgués pour favoriser l’embauche de citoyens omanais. Cette politique a connu une accélération à partir des années 2000 avec la mise en place du programme SANAD35. Ce programme encourage les initiatives entrepreneuriales en Oman par l’octroi de prêts aux jeunes Omanais qui souhaitent développer de petites entreprises36. Le but étant de faire correspondre l’offre de main-d’œuvre locale avec les exigences du marché et que les citoyens jouent un rôle de premier plan dans tous les domaines de l’emploi.

  • 37 « Développer la vision de l’avenir (Oman 2040) avec maîtrise et haute précision à la lumière d’un l (...)
  • 38 Ulrichsen, 2015, p. 85-129.
  • 39 À titre d’exemple, le Sultanat a lancé une campagne multicanal en France d’octobre 2012 à janvier 2 (...)
  • 40 Le développement de l’offre d’hébergement touristique en Oman s’est traduit par une forte progressi (...)
  • 41 Oman Vision 2040, Preliminary Document For discussion at the National Conference, 2018, p. 25.

13C’est sur la base de cette question sensible de l’intégration des citoyens omanais dans l’économie que la directive royale du Sultan Qaboos bin Said du 22 décembre 2013 apparaît comme la mention initiale pour l’élaboration du programme « Oman Vision 2040 »37. Mais elle n’en est pas le seul fondement. L’ensemble des pays du Golfe, dont l’Oman, ont conscience que l’économie pétrolière, qui jusqu’à présent a été le moteur de leur construction et de leur développement, est sur le déclin38. Le Sultanat, moins riche en pétrole et en gaz que ses voisins, a donc engagé une réorientation significative en direction d’une économie plus diversifiée, notamment en développant son infrastructure touristique. C’est dans ce sens que certaines dispositions de l’aménagement du territoire et de la valorisation du patrimoine entrepris sous la « renaissance » sont devenues les piliers d’une industrie touristique haut de gamme et d’une prise de position affirmé sur le plan régional et international au travers de vastes campagnes promotionnelles39. L’inscription de sites archéologiques sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO est donc un moyen de gagner en visibilité à l’international et d’attirer des touristes aisés et éduqués. Le tourisme apparaît de la sorte comme une solution parmi d’autres afin de résoudre la problématique de l’emploi des jeunes40. Le programme « Oman Vision 2040 » se présente donc comme une réponse aux défis du changement, mais aussi de la préservation de l’équilibre de la nation. Il propose une vision de l’avenir pour l’économie omanaise « qui embrasse la connaissance et l’innovation afin de produire des biens et des services » pour « développer l’économie et renforcer sa compétitivité dans la plupart des secteurs et activités tels que le tourisme, l’éducation, et l’industrie »41.

  • 42 L’Oman Vision 2040 résulte d’un travail de consultation au cours duquel près de 40 000 Omanais — je (...)
  • 43 Jones & Ridout, 2012, p. 1-9.

14La mise en œuvre de ce programme, sur le plan préparatoire, se concrétise de manière effective en mars 2017 avec le lancement des premiers ateliers réunissant la jeunesse omanaise à Mascate, pour se conclure avec l’Oman Vision 2040 National Conference en janvier 201942. Ce programme se revendique comme une étape charnière dans l’histoire récente du pays. Il découle de contributions individuelles, d’entreprises et de parties prenantes nationales représentant toutes les facettes de la société. Il est officiellement présenté comme une synthèse de l’état du pays tant sur le plan social qu’économique et des opportunités futures pour le Sultanat. « Oman Vision 2040 » vise donc à capitaliser sur les éléments constitutifs de la « renaissance » du Sultan Qaboos caractérisée, aux yeux des citoyens omanais, par un développement économique et social tangible et d’une infrastructure moderne sur l’ensemble du territoire national. Fondamentalement, ce programme ambitionne de tirer parti de l’attraction récente qu’exerce le Sultanat d’Oman moderne en tant que nation stable, héritée du patient travail diplomatique à l’international construit sous le règne de Qaboos. Une construction qui a permis au Sultanat de se forger des relations bilatérales solides et de s’intégrer à l’économie mondiale43.

  • 44 Allocution de Sayyid Haitham bin Tariq Al Said, Oman Vision 2040, 2019, p. 3-4.

15Finalement, tout en se situant dans l’idée d’une continuité historique, « Oman Vision 2040 » propose un substantiel changement de paradigme en refondant le pacte social initial par une responsabilisation des citoyens et en démultipliant les acteurs économiques et sociaux. Construit autour de 3 thèmes majeurs : 1. Une société d’individus créatifs, 2. Une économie compétitive, 3. Un État avec un appareil responsable, la vision 2040 se subdivise en treize priorités nationales à développer sur cinq ans et qui traversent l’ensemble du corps économique et social de la nation. Les discours officiels le définissent comme une « passerelle » pour surmonter les défis des changements mondiaux que doit affronter la jeune génération de citoyens du Sultanat, afin de stimuler la croissance et favoriser la compétitivité économique et le bien-être social44.

Fig. 4

Fig. 4

Les trois thèmes majeurs de Oman Vision 2040.

Crédit : Maho Sebiane

Vers de nouveaux enjeux ?

  • 45 Haitham bin Tariq est le quatrième fils de Tariq bin Taymur Al Said (1921 –1980) et de Sayyidah Sha (...)
  • 46 Al-Amri, Marey-Perez, 2020, p. 664-667.

16Le décès du Sultan Qaboos bin Said survenu le 10 janvier 2020 était redouté par la population omanaise. Il était de notoriété publique que ce dernier souffrait d’une grave maladie depuis plusieurs années. On peut considérer dès lors que le programme « Oman Vision 2040 » est en quelque sorte son ultime contribution dans son œuvre de construction de la nation, mais également une forme de transmission afin d’assurer une continuité pour la génération suivante. Ce programme est effectivement mis en œuvre par son successeur, en la personne de son cousin, Haitham bin Tariq Al Said45. C’est d’ailleurs ce dernier, alors ministre du Patrimoine et de la Culture, qui présida le « 2040 Main Committee » pour la conduite des travaux préparatoires de « Oman Vision 2040 » (cf. infra). La crise sanitaire du coronavirus (COVID-19), survenue au printemps de la même année, a accéléré la mise en application de ce programme, mais avec des difficultés nouvelles et inattendues. Le nouveau Sultan a dû faire des choix difficiles face aux répercussions locales de cette crise mondiale et cela dès son installation. Le Sultanat a été soudainement fragilisé économiquement et sa population désorientée face aux contraintes sanitaires. Cette crise a affecté le prix du pétrole, le taux de change, le transport de frets et aérien. Le gouvernorat de Mascate, par exemple, a été mis sous confinement. Des barrages routiers ont été érigés entre les grandes régions du pays pour contrôler la circulation des personnes, une situation qui a entraîné une réduction de l’activité commerciale. Les priorités ont été réorientées pour subvenir aux besoins immédiats de la population comme la nourriture et les soins médicaux. L’activité de l’industrie du pays a été, dans une certaine mesure, suspendue46. Face à ces enjeux conjoncturels nouveaux, le programme « Oman Vision 2040 » a dû par conséquent être adapté.

Fig. 5

Fig. 5

Emblème Oman Vision 2040 – Al-Mouj Mascate, janvier 2019.

Crédit : Maho Sebiane

17Les contributions réunies dans ces deux numéros d’Arabian Humanities, nous proposent, dans la circonstance, d’esquisser l’état de la société omanaise d’aujourd’hui, mais aussi de mettre en lumière les nombreux changements qu’elle traverse. L’idée sous-jacente est bien entendu de comprendre les enjeux et la progressive mise en œuvre des actions énoncées dans la liste des priorités nationales de « Oman Vision 2040 ». Les transformations sociales observées ces dernières années, si elles résultent d’un vaste et lent processus de construction économique, sont aussi le fruit d’une mutation profonde d’une population aujourd’hui urbaine et qui fut, il y a encore un demi-siècle, très largement rurale.

  • 47 Sources : Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la populatio (...)

18Le dynamisme économique, social et culturel tangible que l’on observe dans de nombreux secteurs s’illustre notamment dans celui de l’enseignement supérieur comme en témoigne la participation d’auteurs omanais dans ce dossier thématique. La généralisation de l’enseignement, initiée par le Sultan Qaboos bin Said durant la « renaissance », a permis de produire des générations de diplômés, hommes et femmes, qui participent activement à la nouvelle transformation du pays. Leur participation au savoir national, régional, mais aussi international est largement facilitée par un important travail de traduction des textes et des publications de langues européennes vers l’arabe. Cela inclut la traduction d’archives et de travaux universitaires, et leur circulation par le biais numérique désormais largement accessible. Cette révolution est d’autant plus possible que la population omanaise est jeune. L’âge médian en 2019 est estimé à trente et un ans pour une population totale de plus de cinq millions d’habitants, chiffre qui englobe également les résidents47. C’est dire le rôle décisif que joue la jeunesse dans les transformations sociales, économiques, politiques présentes et à venir.

19Ce double numéro thématique d’Arabian Humanities propose ainsi de rendre compte de l’intérêt grandissant que portent des chercheurs issus de disciplines variées pour proposer une meilleure compréhension de l’histoire et de la société omanaises de ces dernières années. Nous trouverons dans les divers articles réunis dans ce dossier autant de travaux sur l’histoire, l’archéologie, l’anthropologie, l’ethnomusicologie, la sociologie que la science politique. C’est un panorama de multiples réflexions stimulantes sur l’importance du Sultanat d’Oman, de sa riche histoire et du processus de construction de la nation au fil du temps.

20Dans le premier volume de ce dossier (Arabian Humanities 15), nous débutons ce panorama avec l'article d’Enki Baptiste. Ce dernier revient sur l’histoire de la conservation des manuscrits ibadites en Oman. Si la Nahda des années 1970 a renouvelé l’édition et la diffusion de ces sources, la politique promue par le Sultanat s’inscrit dans une longue tradition ibadite caractérisée par le rôle central des familles dans la conservation et la transmission de ces manuscrits. Cet article montre notamment comment ces familles et les institutions officielles ont travaillé de concert à la préservation de ce patrimoine, permettant ainsi le renouvellement des études ibadites au Sultanat d’Oman.

21Dejanirah Couto apporte, pour sa part, des éléments nouveaux sur l’histoire du port de Mascate grâce à la publication récente de fonds documentaires inédits portant sur les relations entre les villes côtières de l’Oman et les Portugais dans les premières décennies du XVIe siècle, Ainsi, l’article met en lumière l’importance de la présence portugaise dans le développement de ce port de commerce à l’époque moderne.

22A la suite de ce fil de l’histoire omanaise, l’un des autres héritages de la période moderne de ce pays s’illustre dans la composition culturellement différenciée de sa population. Deux articles abordent cet aspect par l’intermédiaire de la pratique musicale traditionnelle et moderne au sein du groupe culturel des Baloutches. L’article de George Mürer nous invite à prendre connaissance du caractère « translocal » de ce groupe et l’importance de sa contribution dans ce qui fait le Sultanat d’aujourd’hui. Pleinement intégré à la société omanaise, ce groupe maintient vivant un réseau de relations sociales et intellectuelles avec d’autres représentants de la culture baloutche repartis dans d’autres États du Golfe, mais aussi en Asie, en Afrique de l’Est en passant par l’Europe et l’Amérique du Nord. Ce phénomène est clairement observable au travers de l’activité musicale dont les poètes, chanteurs, instrumentistes et autres figures littéraires vont et viennent en Oman grâce au soutien de mécènes locaux.

23Dans une continuité thématique en lien avec les Baloutches d’Oman, Romain Mascagni quant à lui se concentre par la voie d’une étude ethnographique sur une pratique musicale qui a cours à Mascate : le damâl. Une cérémonie dont de nombreux aspects formels indiquent son origine asiatique au Baloutchistan (Pakistan). C’est en suivant le parcours d’un joueur de sorûd qu’il nous fait découvrir l’influence majeure de la fonction de musicien traditionnel dans sa sphère sociale immédiate, mais aussi de l’importance des ramifications culturelles et musicales de sa pratique à l’échelle régionale.

24Sur un tout autre plan, l’article de Mehdi Ayachi nous introduit dans l’histoire des activités intellectuelles et des publications littéraires omanaises. C’est à partir de celles-ci qu’il nous propose une réflexion sur la Renaissance arabe des années 1950-60. Rarement évoquées dans l’historiographie du panarabisme, celles-ci comprennent ce que l’auteur concentre autour de la « figure de l’intellectuel » omanais, et son rôle clé dans la construction d’une modernité pensée dès ces années-là. Avec pour base sources historiques et méthodes ethnographiques, l’auteur propose de suivre certains intellectuels connus et reconnus autant en Oman que dans les autres pays arabes au rôle fondateur dans la constitution de la Renaissance arabe.

25Enfin, Fransizka Fay s’intéresse quant à elle à la question de la jeunesse swahilie au Sultanat d’Oman au regard de la construction de l’identité nationale insufflée par « Oman Vision 2040 ». Elle y étudie le rôle de traits culturels dans la construction d’une identité « postdiasporique », concept que l’auteure théorise à l’appui d’exemples puisant dans les pratiques culinaires, musicales ou encore linguistiques. Cette identité est également particularisée par les usages du numérique comme outil permettant de véhiculer et vivifier l’appartenance swahilie, marquant par ailleurs l’importance de sa spécificité générationnelle. Son article permet ainsi d’offrir une compréhension cruciale du rôle d’une communauté majeure dans la composition de la société omanaise.

26Dans le second volume de ce dossier qui paraitra dans le numéro 16 d’Arabian Humanities, nous restons dans la thématique des liens historiques entre le Sultanat d’Oman et le monde swahili avec Beatrice Nicolini. Son article propose une réflexion stimulante sur l’histoire du rayonnement intellectuel de l’île de Zanzibar sur l’Afrique de l’Est et au-delà à la fin du XIXe siècle. Placée au centre d’un vaste réseau commercial transocéanique, notamment entre l’Oman et l’Afrique de l’Est, et abritant une importante communauté marchande, Zanzibar a fortement contribué à l’histoire culturelle de la région. Cette contribution se fonderait sur le rôle significatif des premières publications, en langue swahilie, de la presse ibadite que l’auteur qualifie de « processus d’osmose graduel ». Un phénomène qui aurait abouti à une interprétation sociale et politique du pouvoir omanais sur cette l’île d’Afrique de l’Est à l’époque, qui tient compte des échanges avec les régions continentales et la présence coloniale occidentale.

27En restant sur le plan de l’histoire et de sa mise en valeur, l’article de Sterenn Le Maguer revient sur l’histoire des fouilles archéologiques dans le Sultanat d’Oman. Dès le XIXe siècle, les archéologues s’intéressent au Dhofar, région productrice de l’encens. Mais c’est à partir des années 1950, avec les missions danoises, que l’archéologie va projeter l’Oman sur le devant de la scène scientifique avec la découverte des différentes cultures de l’âge du Bronze décrites dans les tablettes cunéiformes sumériennes. Dès les années 1970, et surtout après la fermeture de l’Iran en 1979, le Sultanat d’Oman fait l’objet de nombreuses recherches archéologiques sur des sites datant aussi de la Préhistoire que de l’époque islamique. Néanmoins, ces recherches archéologiques vont au-delà de l’apport scientifique : de la patrimonialisation à la mise en valeur touristique, l'archéologie a joué un rôle important dans le développement du Sultanat d’Oman, offrant ainsi des perspectives de diversification économique et des emplois pour les Omanais.

28Toujours sur le thème des institutions omanaises, cette fois par le prisme des mécanismes internes à l’État, Mohammed Al-Hajri revient sur la notion de « transition de gouvernement » au Sultanat d’Oman. En postulant que ce type de processus est une étape dans laquelle la stabilité du système politique et l’unité nationale sont mises à l’épreuve, il propose d’explorer cette question à travers l’histoire du pays et jusqu’à la période contemporaine. Il interroge de cette manière les critères qui déterminent la réussite ou non de tels changements en explorant leurs effets dans différents champs d’analyse comme la relation entre le peuple et l’État et l’unité nationale. Enfin, en s’appuyant sur la dernière passation de pouvoir au Sultanat le 11 janvier 2020, l’auteur indique comment cet exemple de processus lui apparaît comme probant.

29L’article de Nicolai Due-Gundersen & Francis Owtram se concentre quant à lui sur l’effet de transition marquée par plusieurs faits majeurs et désormais constitutifs de l’histoire contemporaine omanaise, à savoir le décès du Sultan Qaboos bin Said et son remplacement par Haitham bin Tariq ; le plan « Oman Vision 2040 » ; et la crise sanitaire du COVID-19. Les auteurs proposent d’analyser comment s’opère un changement de paradigme économique crucial, et plus particulièrement comment ces évènements peuvent être pris comme une amorce face à l’échéance annoncée des réserves pétrolières et au besoin de diversification économique. En revenant sur différents travaux tentant de théoriser la notion d’État-rentier depuis les années 1970 à la lumière des étapes et dilemmes qu’a pu représenter, entre autres, le printemps arabe en contexte omanais, cette réflexion permet d’interroger la notion même de modernité. Les auteurs arguent ainsi que ce projet de diversification économique, bien qu’initié par Qaboos, n’est plus tant à voir comme son œuvre mais bien plus comme un héritage légué à son successeur désormais à la charge de cette entreprise, qui se voit redessinée en fonction des objectifs espérés par le projet Vision 2040.

30Abordant quant à elle la période de la Nahda à nos jours, Corina Lozovan revient sur l’idéologie sous-jacente à la constitution de la nation omanaise par le prisme des discours. L’auteure jette un regard sur la conception d’une temporalité particulière unique, et montre la manière dont les discours institutionnels et ordinaires façonnent une « linéarité temporelle » de l’histoire omanaise depuis l'annonce de la Nahda, ainsi qu’une forme spécifique de citoyenneté. Celle-ci fait apparaître un ancrage fort dans l’histoire de l’ibadisme, et dans les principes qui le particularisent en contexte omanais. Plus qu’un lègue symbolique du passé, cette spécificité à la fois religieuse, politique et identitaire s’avère ainsi éminemment actuelle, ce que Corina Lozovan démontre en étudiant comment les jeunes, en particulier, mettent en mots l’appréhension de leur identité nationale.

31La question de la jeunesse intéresse également Marion Breteau et Ahmed al-Suleimani, qui proposent l’ethnographie de Youth Vision, une organisation œuvrant pour l’intégration des jeunes dans le monde du travail. Par le biais d’une approche anthropologique participative, ils analysent l’impact du COVID-19 et d’« Oman Vision 2040 » sur la problématique de l’accès à l’emploi afin de comprendre les ressorts de la jeunesse et son rôle dans les transformations de leur société. Les auteurs étudient ainsi comment, de la conception du projet Youth Vision à sa mise en place et l’évaluation de son effectivité par ses membres, cette organisation reflète la diversité de la jeunesse omanaise et la manière dont celle-ci prend lentement conscience de l’importance de son rôle dans la transition économique contemporaine et des difficultés que celle-ci représente.

32Ce double numéro thématique d’Arabian Humanities se conclut avec l’article de Laurent Bonnefoy et d’Ahmed al-Rabaani. Ces deux chercheurs proposent une analyse de la construction des récits décrivant le Sultanat d’Oman comme un pays épris de paix et les défis auxquels il est confronté. L’approche privilégiée, par les auteurs, se centre sur l’identification de la structuration de ce récit tant sur le plan historique, religieux et politico-diplomatique. Cette « incarnation de la paix » se fonde sur l’histoire du pays et de la société omanaise largement inscrite par sa localisation géographique et les tensions régionales qui l’incitent à une culture de la neutralité. Les auteurs soulignent notamment que cette narration, loin d’être figée, est un discours régulièrement renouvelé en constante interaction entre ce qui définit le Sultanat d’Oman d’aujourd’hui et les circonstances mouvantes du contexte international à l’exemple de la crise sanitaire du COVID-19.

Haut de page

Bibliographie

Al-Amri Tariq, Marey-Pérez Manuel, « Impact of COVID-19 on Oman’s Construction Industry », Technium Social Sciences Journal, Vol. 9, 2020, p. 661-670.

Al-Azri Khalid M., Social and Gender Inequality in Oman: The Power of Religious and Political Tradition, Londres, Routledge, 2012.

Al-Kathiri Musallam Bin Ahmad, Al-musîqa al-‘umaniyya, muqâraba ta’rifiyya wa tahlîliyya [La musique omanaise, une approche analytique], Mascate, Centre omanais des musique traditionnelles, Ministère de l’information, 2005.

Al-Ismaily Issa, Zinjibâr, al-takâlub al-issti'mârî wa tijârat al-raqiq. Dâr al-Ghurayre lil-tabâ'a wannashr, [Zanzibar : le partage colonial et la traite négrière], Dubaï, Maison al-Ghurayre édition, 2012.

Al-Rasheed Madawi, « Transnational Connections and National Identity: Zanzibari Omanis in Muscat », dans Paul Dresch & James Piscatori (dir.), Monarchies and Nations: Globalization and Identity in the Arab States of the Gulf, Londres, I. B. Tauris, 2005, p. 96-113.

Al-Shidi Jum’a bin khamîs, Anmât al-maathûr al-musiqa al-‘umaniyah, dirâsa thawthîqiyyah wasfiyya [Les genres musicaux omanais, étude documentaire et descriptive], Centre d’Oman pour la musique traditionnelle, Mascate, Ministère de l’Information, 2008.

Allen Jr Calvin H., Oman: The Modernization of the Sultanate, Londres, Westview and Croom Helm, 1987.

Allen Jr Calvin H. & Rigsbee, II, W. Lynn, Oman Under Qaboos: From Coup to Constitution, 1970-1996, Londres, Frank Cass Publisher, 2000.

Barth Fredrik, Sohar: Culture and Society in an Omani Town, Baltimore (Mass.), Londres, Johns Hopkins University Press, 1983.

Beaudevin Claire, Faqr al-dam, « l’indigence du sang », comme héritage : représentations et enjeux sociaux des hémoglobinopathies héréditaires au sultanat d’Oman, thèse de doctorat, Université Aix-Marseille III, 2010.

Beaugrand Claire, Le Renard Amélie, Stadnicki Roman, « Au-delà de la Skyline : des villes en transformation dans la péninsule Arabique », Arabian Humanities, No. 2, 2013, en ligne. URL : http://journals.openedition.org/cy/2636

Bierschenk Thomas, « Religion and Political Structure: Remarks on Ibadism in Oman and the Mzab (Algeria) », Studia Islamica, No. 68, 1988, p. 107-127.

Bonnenfant Pierre (dir.), La Péninsule Arabique d’aujourd'hui, vol. 1 & 2, Paris, Éditions du CNRS, 1982.

Breteau Marion, Amours à Mascate : espaces, rôles de genre et représentations intimes chez les jeunes (sultanat d'Oman), thèse de doctorat, Aix-Marseille Université, 2019.

Chatty Dawn, « Petroleum Exploitation and the Displacement of Pastoral Nomadic Households in the Sultanate of Oman », dans Shami Seteney (éd.), Population Displacement and Resettlement: Development and Conflict in the Middle East, New York, Center for Migration Studies, 1994, p. 89-106.

Chatty Dawn, « The Bedu and al-badiyah in Oman », PDO News, No. 1, 1991, p. 7-17.

Christensen Dieter & El-Shawan Castelo-Branco Salwa, Traditional Arts in Southern Arabia Music and Society in Sohar, Intercultural Music Studies, No. 14, Berlin, Verlag fur Wissenschaft und Bildung, 2009.

Das Kailash Chandra & Nilambari Gokhale, “Omanization Policy and International Migration in Oman”, Middle East Institute, February 2, 2010, en ligne. URL : https://www.mei.edu/publications/omanization-policy-and-international-migration-oman

El-Mallah Issam, « Oman Centre for Traditional Music: The Idea and the Realization », dans El-Mallah Issam (éd.), Omani traditional music and the Arab heritage, Vol. 6, Centre omanais des musiques traditionnelles, Ministère de l’information, 2002, p. 126-193.

Jones Jeremy & Ridout Nicholas, Oman, Culture and Diplomacy, Edinburg University Press, 2012.

Jones Jeremy & Ridout Nicholas, A History of Modern Oman, Cambridge University Press, 2015.

Kechichian Joseph A., Power and Succession in Arab Monarchies: A Reference Guide, Boulder, Lynne Rienner Publishers, 2008.

Kharusi Nafla S., « The Ethnic Label Zinjibari: Politics and Language Choice Implications among Swahili Speakers in Oman », Ethnicities 12 (3), 2021, p. 335-353.

Kharusi Nafla S., « Identity and Belonging among Ethnic Return Migrants of Oman », Nationalism and Ethnic Politics, 19, 4, 2013, p. 424-446.

Klinger Thibaut, « Le “branding” et l’aménagement du territoire à Oman », Arabian Humanities, No. 11, 2019, en ligne. URL : http://journals.openedition.org/cy/4241

Lavergne Marc, Dumortier Brigitte (dir.), L’Oman contemporain : État, territoire, identité, Paris, Karthala, 2002.

Le Cour Grandmaison Bruno, Le Sultanat d'Oman, Paris, Karthala, 2001.

Le Maguer-Gillon Sterenn, Le commerce de l’encens en péninsule Arabique de la chute des royaumes sudarabiques à l’arrivée des Portugais dans l’océan Indien (IVe – XVIe siècles) : une étude pluridisciplinaire, thèse de doctorat, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2015.

Limbert Mandana, In the Time of Oil. Piety, Memory and Social Life in an Omani Town, Stanford, Stanford University Press, 2010.

Louër Laurence,The Arab Spring Effect on Labor Politics in Bahrain and Oman”, Arabian Humanities, No. 4, 2015, en ligne. URL : http://journals.openedition.org/cy/2865

Mayol Clémence, « Où est le sultanat d’Oman ? » Outre-Terre 1 (14), 2006, p. 327-339.

Mermier Franck, « De l’invention du patrimoine omanais », dans Marc Lavergne & Brigitte

Dumortier (éds.), L’Oman contemporain : État, territoire, identité, Paris, Karthala, 2002, p. 245-260.

Ministry of Information, The Royal Speeches of His Majesty Sultan Qaboos bin Said, 1970-2005, Mascate, Ministère de l’Information du Sultanat d’Oman, 2005.

Oman Vision 2040, Preliminary Document for Discussion at the National Conference, 2018, en ligne. URL: https://www.national-day-of-oman.info/

Owtram Francis, A Modern History of Oman: Formation of the State Since 1920, Londres, I.B. Tauris, 2004.

Peterson John E., “Oman’s Diverse Society: Northern Oman,” Middle East Journal 51 (1), 2004a, p. 32-51.

Peterson John E., “Oman's Diverse Society: Southern Oman”, Middle East Journal 58 (2), 2004b p. 254-269.

Peterson John E., “Oman: Three and a Half Decades of Change and Development” Middle East Policy 11(2), 2004c, p. 125-137.

Pison Gilles, « Le nombre et la part des immigrés dans la population : comparaisons internationales », Paris, Bulletin d’information de l'INED 472, 2010.

Said Basma Mubarak, “The Future of Reform in Oman”, Contemporary Arab Affairs 9 (1), 2016, p. 49-67.

Sassine Georges (dir.), La femme omanaise sur le chemin de la parité, Collection : Regards croisés sur Oman, Paris, L'Harmattan, 2019.

Sebiane Maho, L’invisible : Esclavage, swahili et possession dans le complexe rituel leiwah d’Arabie orientale (Sultanat d’Oman – Emirats arabes unis), thèse de doctorat, Université Paris Ouest Nanterre, 2015.

Skeet Ian, Oman Before 1970: The End of an Era, Londres, Faber & Faber, [1974]1985.

Skeet Ian, Oman: Politics and Development, New York, Palgrave Publishers Ltd, 1992.

Takriti Abdel Razzaq, Monsoon Revolution: Republicans, Sultans, and Empires in Oman, 1965-1976, Oxford, Oxford University Press, 2013.

Townsend John, Oman: The Making of a Modern State, Londres, Croom Helm, 1977.

Ulrichsen Kristian Coates, Insecure Gulf: The End of Certainty and the Transition to the Post-oil Era, Oxford, Oxford University Press, 2015.

Valeri Marc, Le sultanat d’Oman, Une révolution en trompe-l’oeil, Paris, Karthala, 2007a.

Valeri Marc, « Nation-building and Communities in Oman since 1970: the Swahili Speaking Omani in Search of Identity », African Affairs, Vol. 106, No. 424, 2007b, p. 479-496.

Valeri Marc, « J’ai respiré l’air de la liberté. La légitimation autoritaire au Bahreïn et en Oman à l’épreuve du "printemps arabe" », Critique internationale, No. 61, 2013.

Von Richthofen Aurel & Nebel Sonja (éds.), Urban Oman: Trends and Perspectives of Urbanisation in Muscat Capital Area, ‎Münster, Lit Verlag Edition, 2016a.

Von Richthofen Aurel, « Visualizing Urban form as Mass Ornament in Muscat Capital Area », dans Mounajjed Nadia (éds.), Visual culture(s) in the Gulf: An Anthology, Cambridge, Gulf Research Centre Cambridge, 2016b, p. 137-158.

Wilkinson John C., The Imamate Tradition of Oman, New York, Cambridge University Press, 1987.

Wippel Steffen, « Développement et fragmentation d’une ville moyenne en cours de mondialisation : le cas de Salalah (Oman) », Arabian Humanities, No. 2, 2013, en ligne. URL : http://journals.openedition.org/cy/2599

Wikan Unni, Behind the Veil in Arabia: Women in Oman, Baltimore, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1982.

Worrall James, « Oman: The “Forgotten” Corner of the Arab Spring », Middle East Policy, Vol. 19, No. 3, 2012, p. 98-115.

Haut de page

Notes

1 Le terme nahḍa est un mot arabe traduisible en français par « éveil », « essor », ou encore « renaissance ». Il désigne un mouvement de modernisation du monde arabe parallèlement à la décomposition politique de l’Empire ottoman. Ce mouvement toucha les sphères culturelle, sociale, politique, religieuse et littéraire, entre le début du XIXe siècle et la seconde moitié du XXe siècle notamment en Égypte. Cette dénomination et les notions qu’il sous-tend ont été reprises par la Sultan Qaboos bin Said à l’occasion de son discours officiel pour la 4e fête nationale, le 18 novembre 1974. Il s’agissait de marquer une rupture avec la période précédant 1970 et de souligner le début d’un renouveau de la nation et pour « un futur brillant » Valeri, 2007, p. 204-206. Voir également: The Royal Speeches of His Majesty Sultan Qaboos bin Said, 1970–2005, Muscat, Ministry of Information of Sultanate of Oman, 2005, p. 23-24.

2 « Sultanat de Mascate et d’Oman » est l’ancienne dénomination de 1856 à 1970 pour le territoire actuel du « Sultanat d’Oman ». Le changement de nom eut lieu lors de l’accession au trône du Sultan Qaboos bin Said.

3 Pour cette période de l’histoire de l’Oman, voir Skeet, [1974]1985 ; Jones & Ridout, 2015, p. 23- 96.

4 Pour une description des réactions de la société rurale face aux changements induits par la Nahda (renaissance), voir Chatty, 1991 ; 1994 et Limbert, 2010, par exemple.

5 Pour une présentation détaillée du territoire et de l’histoire du Sultanat d’Oman, se reporter aux ouvrages de synthèse tel que : Townsend, 1977, Bonnenfant, 1982 ; Allen, 1987 ; Allen & Rigsbee, 2000, Le Cour Grandmaison, 2001 ; Lavergne & Dumortier, 2002, Owtram, 2004, et Valeri, 2007, par exemple.

6 Sources : La Banque Mondiale, United Nations World Population Prospects, 2022 ; Objectif Oman, décembre 2020, Ambassade de France en Oman - Service économique.

7 Barth, 1983, p. 37-97. Sebiane, 2015.

8 Peterson, 2004a, p. 32-51; Peterson, 2004b, p. 254-269.

9 Al-Rasheed, 2005, p. 96-113; Al-Ismaily, 2012; Kharusi, 2012, 2013.

10 Sebiane, 2015.

11 Lavergne, 2002, p. 7 ; Valeri, 2007, p. 189-190.

12 Mermier, 2002, p. 254.

13 Il convient de mentionner les travaux relatifs aux inégalités sociales et de genre en Oman en rapport avec les normes culturelles traditionnelles islamiques et tribales à l’exemple de Wikan, 1982 ; Beaudevin, 2010 ; Al-Azri, 2012 et Breteau, 2019.

14 Les premières exportations de pétrole datant de 1967.

15 Wilkinson, 1987.

16 Takriti, 2013, p. 160-261.

17 Peterson, 2004c.

18 Pour une description quantitative de la politique de développement, se reporter à Skeet, 1992, p. 100-135.

19 Mayol, 2006.

20 L’empire maritime du Sultanat de Mascate et d’Oman a été fondé par Said bin Sultan al Busaidi (1791 – 1856) dont la capitale fut Zanzibar de 1840 à 1856. Ce Sultanat avait sous son contrôle économique et politique un vaste territoire côtier s’étendant approximativement de l’actuel Royaume de Bahreïn au Hadramaout de l’actuelle République du Yémen pour la Péninsule arabique, du Hormozgân aux côtes sud de l’actuelle République islamique d’Iran à une partie du Baloutchistan de l’actuelle République islamique du Pakistan.

21 La dénomination « Ibadite » provient du terme « ibadisme » correspondant à l’un des principaux courants (madhab) du kharidjisme, l’une des principales branches de l’islam avec le sunnisme et le chiisme. L’Ibadisme tire son nom de son fondateur Abdallah bin ‘Ibad al-Murri al-Tamimi (VII siècle). Pour une introduction à l’ibadisme en Oman, voir Bierschenk, 1988, p. 107-127.

22 Cela est observable le long de la plaine littorale de la Batinah jusqu’à la frontière avec les Émirats arabes unis au Nord et la région du Dhofar au Sud.

23 Mermier, 2002, p. 245-260 ; Valeri, 2007, p. 185-230.

24 Von Richthofen & Nebel, 2016a.

25 Wippel, 2013 ; Von Richthofen, 2016b, p. 137-158.

26 Klinger, 2019.

27 Le maguer-gillon, 2015.

28 Le Sultanat d’Oman a accueilli 3,5 millions de touristes en 2019 (+33,1% depuis 2015), principalement originaires des pays voisins du CCG (40,3%), d’Asie (24,8%) et d’Europe (20,7%). Sources : Objectif Oman, septembre 2020, Ambassade de France en Oman - Service économique.

29 Christensen & El-Shawan Castelo-Branco, 2009.

30 El-Mallah, 2002; Al-Kathiri, 2005; Al-Shidi, 2008.

31 Said, 2016.

32 Peterson, 2004c.

33 Worrall, 2012; Valeri, 2013; Louër, 2015.

34 K.C & Nilambari, 2010.

35 SANAD: Self-Employment and National Autonomous Development.

36 Valeri, 2007, p. 382-404.

37 « Développer la vision de l’avenir (Oman 2040) avec maîtrise et haute précision à la lumière d’un large consensus sociétal et avec la participation de tous les segments de la société. La vision doit être adaptée au contexte socio‐économique et prévoir objectivement l’avenir, pour être reconnue comme un guide et une référence clé pour les activités de planification au cours des deux prochaines décennies », Sultan Qaboos bin Said, directive royale du 22 décembre 2013.

38 Ulrichsen, 2015, p. 85-129.

39 À titre d’exemple, le Sultanat a lancé une campagne multicanal en France d’octobre 2012 à janvier 2013 avec l’objectif de développer des contacts tout en donnant une dynamique nouvelle à la promotion de la destination.

40 Le développement de l’offre d’hébergement touristique en Oman s’est traduit par une forte progression de l’emploi hôtelier (+81%), qui occupe désormais plus de 20 000 personnes. L’objectif est de générer d’ici à 2040 300 000 emplois pour les Nationaux. Sources : Publications des services économiques, juillet 2019 ; septembre 2020, Ambassade de France en Oman.

41 Oman Vision 2040, Preliminary Document For discussion at the National Conference, 2018, p. 25.

42 L’Oman Vision 2040 résulte d’un travail de consultation au cours duquel près de 40 000 Omanais — jeunes et moins jeunes —, des entrepreneurs et des hommes d’affaires ont été contactés.

43 Jones & Ridout, 2012, p. 1-9.

44 Allocution de Sayyid Haitham bin Tariq Al Said, Oman Vision 2040, 2019, p. 3-4.

45 Haitham bin Tariq est le quatrième fils de Tariq bin Taymur Al Said (1921 –1980) et de Sayyidah Shawanah (Umm Qays), sa deuxième épouse. Il est né à Mascate le 13 octobre 1954. Il a été sous-secrétaire au ministère des Affaires étrangères à partir de 1986, puis secrétaire général de ce ministère en 1996. Il a été nommé ministre de patrimoine et de la culture en 2002, après la démission de Sayyid Faysal bin Ali Al Said pour des raisons de santé (Kechichian, 2008).

46 Al-Amri, Marey-Perez, 2020, p. 664-667.

47 Sources : Nations Unies, Département des affaires économiques et sociales, Division de la population. Perspectives de la population mondiale. Révision 2019.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte du Sultanat d’Oman.
Crédits Crédit : Maho Sebiane
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/7274/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Fig. 2
Légende Mosquée Sultan Qaboos, Mascate, février 2017.
Crédits Crédit : Marion Breteau
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/7274/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 363k
Titre Fig. 3
Légende Fort de Bahla, février 2013.
Crédits Crédit : Sterenn Le Maguer-Gillon
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/7274/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Titre Fig. 4
Légende Les trois thèmes majeurs de Oman Vision 2040.
Crédits Crédit : Maho Sebiane
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/7274/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Titre Fig. 5
Légende Emblème Oman Vision 2040 – Al-Mouj Mascate, janvier 2019.
Crédits Crédit : Maho Sebiane
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/7274/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 609k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maho Sebiane, Marion Breteau et Sterenn le Maguer-Gillon, « Oman au fil du temps », Arabian Humanities [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cy/7274 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.7274

Haut de page

Auteurs

Maho Sebiane

(CRAL-EHESS, CREM-LESC, CEFREPA)

Articles du même auteur

Marion Breteau

(American University of Kuwait, CEFREPA)

Articles du même auteur

Sterenn le Maguer-Gillon

(Institut catholique de Paris, CEFREPA)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search