Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities15LecturesRecension croisée de Urban Modern...

Lectures

Recension croisée de Urban Modernity in the Contemporary Gulf: Obsolescence and Opportunities et Building Sharjah

Roman Stadnicki
Référence(s) :

Oxon/New York, Routledge, 280p.2021

Basel, Birkhauser, 437p.

Texte intégral

  • 1 A quelques exceptions près : Alexandre Kazerouni, 2017, « Révolution et politique de la culture à S (...)

1Parus à quelques mois d’intervalle, ces deux ouvrages devraient faire date pour toutes celles et ceux qui s’intéressent à l’urbanisme et à l’architecture modernes (1950-1980) dans le Golfe. Disons d’emblée l’originalité de chacun d’entre eux : faire partir la réflexion de la condition urbaine contemporaine et non de l’histoire pour Urban Modernity in the Contemporary Gulf et consacrer plus de 400 pages à une ville que l’on connait très peu faute de travaux disponibles, notamment en français1, pour Building Sharjah.

2Dans le Golfe, la période couverte par ces deux ouvrages est particulièrement cruciale et dépasse le seul cadre du modernisme architectural. Ce sont à la fois des années de grand bouleversement économique engendré par l’exploitation des hydrocarbures et celles des indépendances nationales. Le développement urbain sert donc ces intérêts économiques et politiques, en tant qu’instrument de modernisation d’un côté et de construction du récit national de l’autre.

3Urban Modernity in the Contemporary Gulf est un ouvrage collectif composé de 13 articles qui pose un regard actuel et à l’échelle de tout le Golfe arabe sur la place des éléments de l’urbanisme moderne dans le « patchwork urbain » des agglomérations contemporaines. Il interroge autant l’obsolescence de ces éléments, parfois délaissés, que les nouvelles opportunités qu’ils représentent en fonction de la réappropriation de certains d’entre eux à l’heure d’un nouvel engouement collectif, quoiqu’encore timide, pour ce patrimoine urbain récent.

  • 2 Pascal Menoret, 2014, The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture 1968–1992, Abu Dhabi, FIND ; Todd Re (...)
  • 3 La reproduction d’un article présentant Sharjah dans un journal, Al Arabi, considéré comme le premi (...)
  • 4 Auteur de Temporary People, Schuster, 2017.

4Building Sharjah traite de la troisième ville des Émirats arabes unis (EAU). Le mérite est grand non seulement parce que le bi-pôle urbain Abu Dhabi/Dubaï a tendance à capter toute l’attention des observateurs de ce pays, mais aussi parce que, dans le Golfe en général, les villes secondaires constituent des angles morts de la recherche urbaine. Abu Dhabi, Dubaï ou Koweït ont ainsi déjà fait l’objet de livres importants sur l’urbanisme moderne2. Souvent présentée comme la dernière des « boom cities », l’exploitation pétrolière n’y ayant débuté qu’en 1974, Sharjah s’est construite et renouvelée encore plus rapidement que ses voisines. Les vestiges de ce boom sont donc rares et c’est à un admirable travail de reconstitution du paysage urbain des années 1970 et 1980 auquel se sont livrés Sultan Sooud Al-Qassemi et Todd Reisz. La forme de ce livre est en outre tout à fait originale. Des textes analytiques se mêlent aux descriptions architecturales, entrecoupées d’archives de presse3 et augmentées d’une abondante iconographie. Pour couronner le tout, le récit autobiographique de l’écrivain indien Deepak Unnikrishnan4 sur sa jeunesse à Sharjah ainsi que l’entretien réalisé avec le propriétaire, féru d’architecture, de l’un des premiers studios photos de la ville, rendent la lecture de l’ensemble très agréable.

5Ces deux livres sont codirigés par un seul homme, Sultan Sooud Al-Qassemi, épaulé par Roberto Fabbri dans le premier et par Todd Reisz dans le second. Originaire de Sharjah et membre de la famille émirale, Al-Qassemi est un collectionneur d’art, créateur de la Barjeel Art Foundation (Sharjah) visant à promouvoir l’art arabe, qui s’est spécialisé sur la période moderne l’amenant donc à s’intéresser aux productions urbaines. L’influence et les réseaux d’Al-Qassemi ont permis de compenser la faible disponibilité des archives officielles (on apprend par exemple que le cabinet d’architecture Halcrow, qui a réalisé trois éditions du Master Plan de Sharjah entre 1963 et 1984, a détruit la plupart de ses documents). La publication d’un article sur Riyad par le maire de la ville dans le premier livre et la reproduction, dans celui sur Sharjah, de photographies inédites parfois glanées sur les réseaux sociaux où Al-Qassemi est omniprésent, sont par exemple à mettre au crédit de ce dernier. La lecture croisée de ces deux ouvrages présentant de nombreuses correspondances permet de dégager trois principaux points d’intérêt.

Du bâti à l’urbain

6Reconnaissons aux auteurs une qualité, pas toujours présente chez les architectes de formation (ce qu’ils sont pour la plupart), qui consiste à ne pas cantonner l’analyse à l’échelle du bâtiment. Lorsqu’elle est d’ailleurs investie, celle-ci l’est de façon plutôt innovante, à travers l’exercice « biographique » qui ne se limite pas à la morphologie de l’édifice mais en restitue tout le parcours depuis sa conception jusqu’à sa destruction le cas échéant, comme ce fut le cas pour la « Mosquée de l’aéroport » de Sharjah, qui n’a pas survécu au déménagement dudit aéroport.

7Mais c’est pour leur analyse par-delà des façades (Kevin Mitchell in Urban Modernity…) que ces textes sont les plus riches. C’est en effet à l’échelle du quartier qu’ils se consacrent pour la plupart : la corniche de Doha (Jumanah Abbas in Urban Modernity…) ou Jibla à Koweït (Roberto Fabbri in Urban Modernity…) sont les premiers quartiers vecteurs de la modernité urbaine. L’approche de ces lieux par les usages et l’appropriation de l’espace permet de ne pas fétichiser le patrimoine moderne et de ne pas juger les évolutions contemporaines. Ainsi, la transformation de Jibla en « Philipindia », en référence à la forte présence des immigrés provenant des Philippines et du sous-continent indien dans le quartier, offre à ce dernier une animation et une centralité fonctionnelle et symbolique exceptionnelles. De même, les appropriations « informelles » des ouvriers de la Zone Industrielle de Sharjah (Jason Carlow in Urban Modernity…), pourtant conçue dans les années 1980 comme un espace clôt dépourvu d’espaces publics, révèlent la grande inventivité des pratiques de la ville moderne. En filigrane, c’est la question du « droit à la ville » chère au philosophe Henri Lefebvre qui est abordée dans ces pages, alors que la réhabilitation urbaine peut parfois être synonyme d’exclusion, justifiant par exemple de faire déguerpir des populations sous prétexte de sauvegarde du patrimoine.

8Dans la lignée d’une approche non monumento-centrée, on appréciera les analyses portant sur les grands principes de planification urbaine. Faisal bin Ayyaf Al-Mogren (in Urban Modernity…) considère ainsi que le schéma directeur de Riyad conçu par le grec Doxiadis en 1972 structure encore très largement la croissance de l’agglomération et n’est pas, pour l’équipe municipale en place, un document caduc. Le destin de Sharjah par rapport à Dubaï s’explique quant à lui en analysant finement le plan Halcrow (Todd Reisz in Building Sharjah) dont les choix, en matière d’aménagement portuaire notamment, peuvent expliquer les rivalités entre les deux agglomérations voisines.

Une transnationalité marquée

  • 5 Voir notamment Molotch H., Ponzini D. (ed.), 2019, The New Arab Urban. Gulf Cities of Wealth, Ambit (...)

9Ces publications, à la suite de précédentes5, rappellent à quel point les villes du Golfe sont le produit de circulations et d’assemblages et donc de logiques transnationales à l’œuvre à toutes les époques. Comme l’écrivent Fabbri et Al-Qassemi dans leur introduction, « Whether considering the response to colonialism or nation-building, adopting corporate capitalism or a rhetoric of Third World development, or participating in the discourse on religious revival­ism, architecture in the Gulf has never been created in isolation » (p. 3). À rebours d’une analyse qui survaloriserait les seuls apports occidentaux sous prétexte que certains édifices et schémas directeurs portent des noms américains et européens (Michael Kubo in Urban Modernity…), ces travaux révèlent l’intensité des influences régionales (arabes, surtout) sur les pratiques urbaines. Sharjah semble en être un édifiant laboratoire. Nombreuses sont par exemple les marques de l’influence koweïtienne dans le paysage urbain local : banques, écoles, logements, etc. Cela s’explique politiquement, par la coopération interarabe voulue par l’émir de Sharjah qui s’est tourné vers son homologue koweïtien dès les années 1960, pour administrer – véritable pied-de-nez à l’occupant anglais – le système éducatif (Talal Al-Rashoud in Building Sharjah). C’est également la Kuwait Tower de Sharjah, financée par un homme d’affaires koweïtien en 1976, qui abrita des réfugiés koweïtiens de l’invasion irakienne en 1990. D’autres hommes d’affaire, l’un yéménite, l’autre libanais cette fois, vont également investir la ville de Sharjah, le premier pour protéger ses capitaux après le départ des Anglais d’Aden en 1963 et le deuxième pour fuir la guerre civile en 1975. Tous deux firent construire des monuments tout à fait centraux à Sharjah, le Sheba Hotel (démoli en 1999) et le Mothercat Building (démoli en 2000). Enfin, c’est suite au retour d’Égypte de l’émir Sultan bin Muhammad Al-Qasimi, que le Seef Palace de Sharjah fut construit, en 1979, telle une fidèle réplique du palais Haramlik situé à Alexandrie.

La modernité au-delà du modernisme

  • 6 George Saba Shiber, 1964, The Kuwait Urbanization, Kuwait, Governmental Press.

10Ces deux livres nous invitent à repenser la modernité au sens large dans les villes du Golfe, au-delà des styles architecturaux bien sûr et à l’encontre d’un phénomène qui irait, de manière unidirectionnelle, du Nord vers le Sud. Le déficit d’historiographie a longtemps masqué les expériences multiples de la modernité khaleeji. Ainsi, comme l’écrit Mohamed Elshahed (in Urban Modernity…), « Modernist architecture did not develop in a hermetically sealed Europe but in an inter­connected and networked world where the peripheries of empire were often laboratories of innovation and experimentation, with long forgotten local partners » (p. 30). Avant de chercher à réhabiliter le patrimoine, il faudrait sans doute réhabiliter certains acteurs de la modernité urbaine, notamment ceux qui jouèrent un rôle habile de médiateur entre les grands bureaux d’étude internationaux à prétention universelle et les commanditaires locaux soucieux de faire la part belle aux spécificités locales. Parmi ces « oubliés » de la modernité, citons simplement l’architecte égyptien Sayed Karim, très productif dans les années 1950 et 1960 mais dont seul le cinéma d’Ahmadi (Koweït) a résisté au passage du temps dans le Golfe, l’urbaniste libanais George Saba Shiber, directeur du bureau de la planification au Koweït et auteur d’une très belle monographie de la ville6, Abderrahman Makhlouf, nommé conseiller spécial de Cheikh Zayed aux EAU dans les années 1970 en remplacement d’un expert japonais. Autant d’acteurs à réintégrer dans les discours sur l’architecture moderne dans le Golfe « as a paradigm of the relationship between East and West, between historical patterns, indigenous narratives, and cosmopolitan aspi­rations » (Roberto Fabbri et Sultan Sooud Al-Qassemi in Urban modernity…, p. 12).

11La modernité est enfin ce qui invente et assoit la tradition. Ainsi, le patrimoine de l’époque moderne fait-il actuellement l’objet d’un certain engouement de la part des acteurs publics et privés, si l’on en juge notamment par la création d’institutions ad hoc comme la Modern Heritage Initiative à Dubaï en 2018, l’ouverture de musées et de galeries dédiées à l’art moderne (Asseel Al-Ragam in Urban modernity… ), l’inclinaison des étudiantes en architecture pour l’« adaptative reuse » (Marco Sosa et Lina Ahmad in Urban modernity…), ou encore la multiplication des actions militantes. Ces dernières demeurent toutefois balbutiantes, n’étant par exemple pas parvenues à s’opposer à la destruction toute récente du complexe Sawaber à Koweït, symbole de l’architecture résidentielle collective des années 1970 en décrépitude. Cet engouement n’atteint toutefois pas encore celui pour les héritages prémodernes, dits vernaculaires, qui sont à ce jour les seuls à faire l’objet de projets urbains de très grande ampleur, à l’instar du souk Waqif entièrement reconstitué à Doha au début des années 2010 à partir d’images d’archives.

12En conclusion, la publication de Urban Modernity in the Contemporary Gulf et de Building Sharjah apporte une somme de connaissances sans précédent sur la modernité urbaine dans toutes ses composantes dans le Golfe et ses expressions dans le cas particulier de Sharjah. Mais ces livres portent aussi en eux un enjeu mémoriel. En effet, la rareté des archives disponibles sur une période pourtant relativement récente de l’histoire contemporaine et l’ampleur des destructions infligées aux édifices des années 1950 à 1980 par des gouvernements soucieux de demeurer à l’avant-garde urbanistique obligent à documenter minutieusement toutes les étapes du développement urbain afin de combler un lourd déficit historiographique.

  • 7 Nonneman, Gabriel, and Marc Valeri. “The ‘Heritage’ Boom in the Gulf: Critical and Interdisciplinar (...)

13Ceci étant dit, la création d’un sentiment d’attachement au patrimoine moderne ne suffira pas. À l’heure d’un « heritage boom » dans le Golfe7 qui justifierait toutes les actions urbanistiques, y compris les plus autoritaires de destruction d’immeubles et de déplacement des populations, le risque que la sauvegarde du patrimoine se fasse au détriment de ceux qui l’habitent existe. L’action gouvernementale devrait ainsi se porter prioritairement sur l’amélioration des conditions de vie des populations étrangères les plus précaires qui retardent, par leur présence, l’abandon de certains édifices. Sans cela, les conditions du dialogue entre l’élite gouvernementale et intellectuelle concernée par le patrimoine et la société dans son ensemble, soit, pour caricaturer un peu, entre les studios d’architecture et les habitants de « Philipindia » par exemple, ne seront pas réunies. Cette fameuse « réutilisation adaptée » (adaptative reuse), revendiquée par tous les auteurs de ces livres, demeurerait alors un vœu pieu : comme le reconnait l’un d’entre eux, il ne sera pas possible d’ouvrir un centre culturel dans chaque bâtiment abandonné !

Haut de page

Notes

1 A quelques exceptions près : Alexandre Kazerouni, 2017, « Révolution et politique de la culture à Sharjah, 1979-2009 », Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée, vol. 142 ; Marc Lavergne, 2020, « Sharjah, la discrète (ou l’austérité au service du progrès) », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], vol. 33.

2 Pascal Menoret, 2014, The Abu Dhabi Guide: Modern Architecture 1968–1992, Abu Dhabi, FIND ; Todd Reisz, 2020, Showpiece City: How Architecture Made Dubai, Stanford University Press, 2020 ; Roberto Fabbri, Sara Saragoça, Ricardo Camacho, 2016, Modern Architecture Kuwait 1949–89, Zurich, Niggli Verlag, 2016.

3 La reproduction d’un article présentant Sharjah dans un journal, Al Arabi, considéré comme le premier titre panarabe édité dans le Golfe (au Koweït), l’année de l’indépendance des EAU (1971), est savoureuse.

4 Auteur de Temporary People, Schuster, 2017.

5 Voir notamment Molotch H., Ponzini D. (ed.), 2019, The New Arab Urban. Gulf Cities of Wealth, Ambition,

and Distress, New York, New York University Press.

6 George Saba Shiber, 1964, The Kuwait Urbanization, Kuwait, Governmental Press.

7 Nonneman, Gabriel, and Marc Valeri. “The ‘Heritage’ Boom in the Gulf: Critical and Interdisciplinary Perspectives.” Journal of Arabian Studies 7.2 (2017): 155–156.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roman Stadnicki, « Recension croisée de Urban Modernity in the Contemporary Gulf: Obsolescence and Opportunities et Building Sharjah », Arabian Humanities [En ligne], 15 | 2022, mis en ligne le 01 janvier 2022, consulté le 20 mai 2022. URL : http://journals.openedition.org/cy/7291 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.7291

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search