Navigation – Plan du site

AccueilArabian Humanities16Oman au fil du temps. Une nation ...La recherche archéologique et le ...

Oman au fil du temps. Une nation de la Nahda à l'Oman Vision 2040

La recherche archéologique et le patrimoine au Sultanat d’Oman comme facteurs de modernisation du pays

Sterenn Le Maguer

Résumés

Cet article vise à montrer le rôle de la recherche archéologique et de la mise en valeur du patrimoine dans le développement politique, social et économique du Sultanat d’Oman.

Si les recherches archéologiques dans le Sultanat d’Oman débutent bien avant l’accession au pouvoir du Sultan Qaboos bin Said Al Said, celles-ci deviennent sous son règne un véritable enjeu politique et social. Les fouilles archéologiques sont d’abord confiées aux chercheurs occidentaux (rattachés pour la plupart à des institutions localisées aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, en Italie ou en Allemagne), contribuant ainsi à faire émerger le pays sur la scène internationale. Le Sultanat est aujourd’hui doté de son propre service archéologique et forme des archéologues omanais. Ces recherches archéologiques vont non seulement éclairer la préhistoire et l’histoire de ce territoire, elles vont également définir un patrimoine qui va marquer l’identité du Sultanat d’Oman.

Le patrimoine omanais est mis en valeur par l’inscription de cinq sites sur la liste du Patrimoine mondial de l’Unesco entre 1987 et 2018. Cette patrimonialisation, unique dans la région du Golfe, répond au choix d’un développement touristique haut de gamme afin de diversifier l’économie du pays. Le Sultanat d’Oman construit ainsi l’image d’un pays ouvert et culturellement riche à laquelle l’UNESCO, institution internationalement reconnue, apporte une caution de choix. Parallèlement à cela, des formations universitaires dans les domaines de la culture et du patrimoine sont proposées afin d’inciter les jeunes omanais à travailler dans le secteur touristique. Le développement de ce secteur a également participé à la modernisation du pays et de ses infrastructures afin de relier les sites les plus importants à la capitale, Mascate, désenclavant ainsi des régions jusque-là isolées.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1La recherche archéologique dans ce qui est aujourd’hui le Sultanat d’Oman se développe timidement à la fin du XIXe siècle. Les explorateurs archéologues, nourris des textes de l’Antiquité gréco-romaine, s’intéressent particulièrement à la province méridionale, le Dhofar, où croissent les arbres à encens (Boswellia sacra Flück.) décrits notamment par Pline l’Ancien (m. 79). Ce n’est qu’à partir des années 1970 que des programmes de recherches internationaux se mettent en place. Après 1979 et la Révolution islamique et, surtout, durant la guerre Iran-Irak, l’Iran ferme les missions internationales. De nombreux archéologues qui travaillaient dans ce pays se tournent alors vers la rive arabe du Golfe, dont le Sultanat d’Oman. Les missions internationales se multiplient dans les années 1980, s’intéressant à toutes les périodes, de la préhistoire à la période islamique. À partir de la fin des années 1980, le gouvernement omanais met en valeur son patrimoine archéologique en inscrivant plusieurs sites sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Parallèlement, le tourisme se développe, et le patrimoine archéologique est l’un des atouts du pays mis en avant pour attirer un tourisme haut de gamme. Dans le cadre de la mise en valeur du patrimoine, outre les infrastructures (routes, hôtels…), le Sultanat compte sur la formation de sa jeunesse pour développer le tourisme et diversifier l’économie.

2L’archéologie et le patrimoine sont aussi des éléments de cohésion nationale et de l’identité omanaise. Le Sultan Qaboos b. Said a insisté à plusieurs reprises sur le rôle central du patrimoine dans l’affirmation d’un sentiment national, et le projet Vision Oman 2040 réaffirme ce rôle.

  • 1 The archaeological heritage of Oman, p. 5.

3En quoi l’archéologie et le patrimoine constituent-ils des éléments importants dans le développement du Sultanat d’Oman ? La première partie revient sur les recherches archéologiques menées dans le Sultanat d’Oman. Le but n’est pas d’offrir une liste exhaustive des chantiers archéologiques, car plus d’une centaine de chantiers ont été ouverts depuis les années 19701, mais plutôt de montrer les principales périodes et problématiques développées. Dans une seconde partie, cet article présentera les acteurs de l’archéologie et du patrimoine en Oman et, dans une dernière partie, j’aborderai la mise en valeur du patrimoine et son rôle dans le développement du pays.

I. Historique des recherches archéologiques

  • 2 Bent 1900, p. 245.

4Avant les archéologues, les explorateurs érudits sont attirés par le sud de l’Arabie. James Theodore et Mabel Bent, explorateurs et archéologues anglais, se sont intéressés à cette région, à son histoire et plus particulièrement au commerce de l’encens. Ils se rendirent une première fois dans le Dhofar (sud du Sultanat d’Oman) et au Ḥaḍramawt (Yémen) en 1893-1894, puis menèrent une expédition dans le sud de l’Arabie et sur l’île de Socotra en 1896-1897. Lors de ces expéditions, les Bent purent observer des arbres à encens dans le Ḥaḍramawt puis dans le Dhofar, et décrire les sites archéologiques prospectés2. Les premières fouilles archéologiques étrangères en Oman seront notamment effectuées dans les années 1950 dans le Dhofar, mais elles font alors exception.

  • 3 Cleuziou et Tosi 2007, p. 195-196.
  • 4 Karen Frifelt (1925-2012), archéologue danoise, a fouillé dans le Golfe dès 1959.
  • 5 Béatrice de Cardi (1914-2016) fut une des étudiantes, puis l’assistante, de Mortimer Wheeler. Elle (...)
  • 6 The archaeological heritage of Oman, p. 35.

5En effet, il faut le milieu des années 1970, soit environ cinq ans après la prise du pouvoir par le Sultan Qaboos b. Said, pour que des projets archéologiques internationaux voient le jour de manière pérenne. Ce sont d’abord les périodes protohistoriques (âge du Bronze et âge du Fer) qui vont, dans un premier, attirer les archéologues. En effet, les assyriologues connaissent la région de Magan, productrice de grandes quantités de cuivre exportées en Mésopotamie, par les tablettes portant des écritures en cunéiforme3. Les premières fouilles sont menées par deux femmes, Karen Frifelt, archéologue danoise déjà célèbre pour la découverte des tombes de l’âge du Bronze aux Émirats arabes unis4, et Beatrice de Cardi, archéologue britannique5. De 1972 à 1989, Karen Frifelt est en charge des fouilles archéologiques sur le site de Bat. Ce dernier comprend notamment huit tours et plus de 500 tombes6. Le site principal se trouve quant à lui dans une plaine alluviale. Le site est occupé aux périodes Hafit (ca. 3100-2700 av. J.-C.) et Umm an-Nar (ca. 2700-2000 av. J .-C.), soit les deux premières périodes de l’âge du Bronze en Oman. En parallèle, Béatrice de Cardi conduit des fouilles sur le site d’al-‘Ayn de 1974 et 1975, célèbre pour ses tours monumentales. Les deux sites sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 1988 (Fig. 1).

Fig. 1

Fig. 1

Carte des principaux sites mentionnés dans l’article.

Sterenn Le Maguer

  • 7 Avant de venir dans le Golfe, Serge Cleuziou (1945-2009) fouillait à Tureng Tepe, un site du néolit (...)
  • 8 Marcucci 2017, p. 5. Maurizio Tosi (1944-2017) dirigeait notamment les fouilles de Shahr-i Sokhta, (...)
  • 9 Marcucci 2017, p. 6.

6Le développement de l’archéologie dans le Sultanat d’Oman est étroitement lié à l’histoire géopolitique de la région. En Iran, la situation des chercheurs étrangers devient très compliquée à partir de 1979, année de la chute du Shah et de la mise en place de la République islamique d’Iran. Mais c’est surtout la guerre avec l’Irak, déclenchée en 1980, qui met un terme pour une décennie aux missions archéologiques étrangères en Iran. De nombreux archéologues vont alors développer leurs recherches dans le Golfe, région étroitement liée à la Mésopotamie depuis le Néolithique. C’est le cas de Serge Cleuziou, archéologue français spécialiste du Néolithique7. Il va notamment mettre en place un projet en partenariat avec Maurizio Tosi, archéologue italien qui dirige depuis 1975 les fouilles sur le site néolithique de Ra’s al-Hamra (Mascate, Fig. 1), occupé entre le VIe et le IIIe millénaire av. J.-C.8. Il s’agit du « Joint Hadd Project » mis en place en 1985. Ce projet a pour objectif de comprendre les débuts de la navigation dans l’océan Indien et d’étudier les villages de pêcheurs préhistoriques installés sur les rives d’Oman9. Ces recherches ont considérablement fait avancer les connaissances sur les débuts de l’âge du Bronze dans le Sultanat d’Oman.

  • 10 Albright 1955. Cependant, la principale problématique de ces recherches concernait la période préis (...)
  • 11 Costa 1979 et Zarins 2007.
  • 12 Pavan et al. 2018.

7Dans le même temps, des archéologues étudient les sites islamiques. C’est dans la province du Dhofar que les premières recherches sur un site islamique ont lieu dans le Sultanat. Il s’agit du port médiéval de Ẓafār (aujourd’hui al-Balīd, Fig. 1). Le site intéresse tout d’abord le Sultan Said b. Taymūr qui ordonne des fouilles archéologiques en 1932. Seul le fort fait l’objet d’un dégagement de surface. Il faut attendre les années 1950 pour que de véritables fouilles archéologiques soient mises en place sous la direction de A. F. Albright de l’American Foundation for the Study of Man (Washington)10. Les fouilles ont été poursuivies entre 1977 et le début des années 1980 sous la direction de Paolo Costa, entre 1995 et 2004 sous la direction de M. Jansen (Rheinisch-Westfälische Technische Hochschule, Aix-la-Chapelle), puis de 2006 à 2012 par Juris Zarins (Southwest Missouri State University, Springfield)11. Depuis 2016, les fouilles ont été reprises par Alexia Pavan pour le Bureau du conseiller de Sa Majesté le Sultan pour les affaires culturelles12. Le site portuaire fait partie de la « Terre de l’encens », inscrite en 2000 sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Cet ensemble comprend trois sites archéologiques (Khawr Rûrî, Al-Balîd et Shisr) et une réserve d’arbres à encens (Fig. 1). Cette inscription vient rééquilibrer la mise en valeur du patrimoine omanais, puisque les autres sites inscrits (Bahla et les tombes de Bât, al-Khutm et al-‘Ayn) se trouvent dans le nord du Sultanat.

  • 13 Cleveland 1960 ; Humphries 1974 ; Whitcomb 1975. P. Farries n’a pas publié les résultats de son son (...)

8Sur le port médiéval de Sohar (Fig. 1), les premières fouilles archéologiques ont été menées par W. Phillips et R. L. Cleveland de l’AFSM, puis une prospection fut conduite par le Harvard Archaeological Survey en 1973, suivie d’une reconnaissance de surface par A. Williamson en 1975 et un sondage de P. Farries en 197513. Enfin, la mission archéologique française effectua une prospection extensive qui fut suivie des fouilles archéologiques menées de 1980 à 1986 par M. Kervran.

  • 14 Rougeulle 2016, p. 97-98.
  • 15 Une mission iranienne dirigée par M. Javeri collaborait originellement à ce projet.
  • 16 Rougeulle 2016, p. 99.
  • 17 Le World Monument Fund est une organisation à but non-lucratif spécialisée dans la restauration et (...)

9Le projet de mise en valeur archéologique du site de Qalhāt représente sans doute l’un des les plus ambitieux du genre. Le site est un port de commerce médiéval occupé à partir du XIe – XIIe siècle jusqu’au XVIe siècle14. Il couvre une superficie de 35 ha. Détruit par un tremblement de terre à la fin du XVe siècle, il est ensuite attaqué par les Portugais en 1508 puis abandonné tardivement. Les premières recherches archéologiques furent menées par l’Oman Maritime Heritage Project sous la direction de T. Vosmer en 1998 puis en 2003. Depuis 2008, les recherches archéologiques sont dirigées par A. Rougeulle et par le Ministère omanais du Patrimoine et de la Culture15. À partir de 2013, l’étude du site est complétée par un projet de création d’un parc archéologique16. Ce projet, le « Qalhât Development Project », est soutenu par le Ministère du Patrimoine et de la Culture. Ce projet comporte un volet restauration du bâti réalisé par le World Monument Fund17. En 2018, le site de Qalhāt est inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO (Fig. 1).

  • 18 Cleuziou et Tosi 2007, p. 19-20.
  • 19 Il s’agit du projet Central Oman Paleolithic Survey (Jagher et Pümpin 2010).

10Ce n’est qu’à partir de la fin des années 1990 que les premières recherches sur les débuts de l’humanité en Oman se développent. Les premiers vestiges remontant au Paléolithique sont ainsi découverts par une mission américano-italienne dirigée par L. Bondioli et R. Maccharielli à Sūr (province d’Ash-Sharqiyâ)18. Les outils mis au jour remontent au Pléistocène Moyen, soit entre 780 000 et 130 000 avant aujourd’hui. Depuis, des prospections menées par l’Institut pour la préhistoire et les sciences de l’archéologie de l’Université de Bâle (Suisse) entre 2007 et 2008 ont permis de documenter plusieurs centaines de sites avec du matériel remontant au Paléolithique19. Néanmoins, les recherches sur ces périodes restent encore peu développées.

  • 20 Cleuziou et Tosi 2007, p. 167.

11La recherche archéologique en Oman a permis de mettre au jour des vestiges allant du Paléolithique à la période islamique. Les résultats de ces travaux permettent d’intégrer la région à une histoire mondiale et connectée depuis la protohistoire, comme le montrent les objets importés en Oman à l’âge du Bronze depuis l’Indus, l’Iran ou la Mésopotamie grâce à la navigation dans l’océan Indien et le golfe Persique20.

12Si les principaux acteurs de l’archéologie en Oman sont étrangers, le sultanat a mis en place des dispositifs pour se réapproprier son patrimoine.

II. Les acteurs de la recherche archéologique : des missions étrangères à la création d’institutions omanaises

13Les archéologues étrangers sont, historiquement, les premiers acteurs de l’archéologie dans le Sultanat d’Oman. Cependant, le gouvernement a développé des structures aux échelles nationale et locale, et forme des archéologues qui co-dirigent des missions internationales.

14Le développement de la recherche archéologique est favorisé par la création du Département des Antiquités en 1973, chargé de fournir les autorisations de fouilles. Comme nous l’avons vu plus haut, les missions étrangères viennent du monde occidental : équipes américaines, britanniques, françaises, allemandes et italiennes en particulier. Les archéologues sont d’abord des spécialistes de la Mésopotamie ou de l’Iran, quelles que soient les périodes, qui vont ensuite se spécialiser sur la région par leur pratique du terrain.

  • 21 Il existe également un Département de Maintenance chargé de l’entretien du patrimoine bâti.
  • 22 The Royal Diwan 1980.
  • 23 Loi sur la protection du patrimoine national, art. VIII. Au début des années 2000, un système régul (...)

15Le Sultanat d’Oman intègre l’UNESCO en 1972. Le Ministère du Patrimoine et de la Culture est créé plus tard, en 1975, sous l’impulsion du Sultan Qaboos b. Said. Il comprend plusieurs départements, dont le Département des Antiquités, et le Département des Forts et Châteaux, chargé de la protection et de la mise en valeur du patrimoine bâti21. En 1980, le gouvernement omanais adopte la Loi sur la protection du patrimoine national22. Cette loi stipule notamment que le « Ministère du Patrimoine et de la Culture est la seule institution officielle responsable de l’inscription des sites culturels et est chargée de préparer et mettre à jour une liste d’autorité contenant une brève description de tous les monuments inscrits23 ». En 1981, l’Oman ratifie la Convention pour la protection du patrimoine mondial.

  • 24 Mermier 2002, p. 246.
  • 25 https://www.educouncil.gov.om/en/sultan_detail.php?scrollto=start&id=160
  • 26 https://www.squ.edu.om/art/Departments/Archaeology/Vision-Mission-and-Objectives

16Sous le règne du Sultan Qaboos, la gestion du patrimoine est soumise à l’autorité du souverain24. Dès 1977, lors d’un discours prononcé à l’occasion de ses sept ans de règne, il affirme que la jeunesse omanaise doit non seulement être instruite, elle doit aussi apprendre à apprécier et chérir le patrimoine national25. Il ajoute qu’à cette fin, les jeunes omanais doivent être éduqués selon les standards internationaux. La première université du pays, la Sultan Qaboos University, située à Mascate, est inaugurée en 1986. Le Collège des Arts et Sciences sociales de l’université comporte notamment un département d’archéologie. L’une des missions de cet enseignement est la protection du patrimoine national26.

  • 27 Al-Busaidi 2004, p. 42.
  • 28 Al-Busaidi 2004, p. 41.

17Les forts constituent l’une des fiertés du patrimoine omanais. Le fort de Bahla, remontant à la fin du XIIIe siècle, est le premier à être inscrit sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO en 198727. En 2001, le Ministère du Patrimoine et de la Culture ordonne la restauration du fort, en partenariat avec l’UNESCO. Une équipe marocaine et d’autres experts étrangers se voient confier le projet. L’une des principales difficultés rencontrées est le manque d’ouvriers locaux maîtrisant les méthodes de construction traditionnelles et le manque d’investissement de la population locale28. Cet exemple souligne le manque d’Omanais qualifiés dans le patrimoine et la restauration architecturale.

  • 29 Décret Royal 91/2020 daté du 28 Dhu Al-Hijja 1441/8 août 2020, https://www.mjla.gov.om/eng/legislat (...)
  • 30 https://dhow.com/organization-profile/38863296/ministry-of-heritage-and-tourism/

18Le Ministère du Patrimoine et de la Culture cesse officiellement ses activités en octobre 2020, et le Patrimoine et la Culture sont désormais sous la tutelle de deux ministères différents. D’un côté, le ministère de la Culture, du Sport et de la Jeunesse et, de l’autre, le ministère du Patrimoine et du Tourisme avec à sa tête Salim bin Mohammed bin Said Al Mahrouqi29. C’est de cette institution dont dépendent aujourd’hui le Musée national et la Direction des Antiquités. Ses objectifs sont la « promotion et la préservation du patrimoine omanais » et le « renforcement de l’attrait touristique du pays30 ». Cette nouvelle organisation atteste de la volonté du Sultanat de mettre l’archéologie et le patrimoine au service du développement touristique du pays.

19En effet, la mise en valeur du patrimoine, à l’instar de nombreux pays, sert des intérêts politiques et économiques.

III. La mise en valeur du patrimoine

1. Un outil politique d’unité nationale

  • 31 Il suffit de se rappeler de l’importance du mythe des « ancêtres » Gaulois en France et des Germain (...)
  • 32 G. R. Smith, « Ẓafār », EI2.
  • 33 La Cour Grandmaison 2000, p. 168-169.

20Depuis le XIXe siècle en Europe, l’archéologie, à travers la reconstitution historique d’une nation, est l’un des outils du sentiment national31. Les états du Golfe, et le Sultanat d’Oman en particulier, ne font pas exception. Si l’histoire d’Oman est ancienne, son existence en tant que nation ne se fait qu’avec l’accession au trône du Sultan Qaboos et l’unification de l’Oman. En effet, historiquement, « Oman » désigne la partie septentrionale de l’actuel sultanat, alors que la province du Dhofar, au sud, a longtemps représenté une entité culturelle et politique distincte. La région du Dhofar a formé, depuis l’âge du Fer, un ensemble culturel et politique commun avec l’Arabie du Sud. En effet, le royaume du Ḥaḍramawt (ca. VIIIe siècle av. J.-C. – Ve siècle ap. J.-C.) contrôle la récolte et le commerce de l’encens dans le Dhofar grâce à son emporium, Sumhuram (Khowr Rūrī) du IIIe siècle av. J.-C. au Ve siècle ap. J.-C. Il existe peu de sources sur le Dhofar médiéval mais, à partir du XIIIe siècle, la région est de nouveau contrôlée par une dynastie du Ḥaḍramawt, les Ḥabūḍides32. Le port de Ẓafār est ensuite pris en 1278 par les souverains rasūlides du Yémen, régnant depuis Aden (1229-1454). Les populations de l’arrière-pays de Salalah parlent un dialecte sudarabique distinct de l’arabe, le jibali. Dans les années 1960, une révolte communiste, soutenue par l’URSS, met en cause l’unité du Sultanat. Le Front de Libération du Dhofar naît en 1964 et a pour base arrière le Sud-Yémen qui fera sécession en 1967 pour devenir la République populaire yéménite jusqu’à la réunification en 1990. Les Britanniques jouent un rôle primordial dans la lutte contre le Front et ils contraignent le Sultan Said à abdiquer en faveur de son fils en 1970. Sultan Qaboos est particulièrement attaché à cette région du Dhofar où il a grandi et dont il est originaire par sa mère. Son premier acte en tant que souverain est la réalisation de l’unité de l’Oman grâce à l’ouverture de négociations avec le Front. Cette réussite assure au jeune souverain une grande popularité. Ainsi, l’unité nationale se fait d’abord à travers la personne même du sultan, qui incarne l’État et permet l’unification du nord et du sud grâce à sa double appartenance, puisqu’il est Dhofari par sa mère et de Mascate par son père33.

21Le rôle de l’archéologie et du patrimoine dans le développement d’un sentiment national se fait à plusieurs niveaux. Tout d’abord, par l’écriture d’une histoire commune basée non seulement sur des textes mais aussi sur les vestiges matériels mis au jour lors de fouilles archéologiques. Les vestiges allant de la préhistoire à la période moderne, qu’il s’agisse des tombes-tours de l’âge du Bronze ou des forts portugais du XVIe siècle, offrent à la nation un récit national et des emblèmes nationaux.

  • 34 « Le patrimoine archéologique d’Oman. Un ancien berceau de la civilisation arabe mis au premier pla (...)
  • 35 The Archaeological Heritage of Oman, p. 5.
  • 36 Ibid.

22L’un de ces emblèmes est Magan, civilisation de l’âge du Bronze connue grâce aux tablettes mésopotamiennes et dont le territoire est identifié avec l’Oman. Le 7 septembre 2012 dans les locaux de l’UNESCO à Paris s’est tenu un colloque intitulé « The Archaeological Heritage of Oman. An Early Cradle of Arabian Civilization brought to the forefront of Cultural Management »34 sous le patronage du ministère omanais du Patrimoine et de la Culture. L’introduction, prononcée par celui qui est alors ministre du Patrimoine et de la Culture, sayyid Haytham b. Tariq Al Said, commence par rappeler le rôle du Sultan Qaboos dans le développement du pays, présenté comme un « modèle de tranquillité »35. Puis il établit le lien avec la « civilisation de Magan » à qui l’Oman doit sa richesse à partir du IVe millénaire av. J.-C.36 Les recherches archéologiques sur Magan alimentent ainsi l’idée d’un pays qui a construit sa richesse et son pouvoir sur l’exploitation agricole dans les oasis et la navigation à longue distance. Cela offre également à la nation des origines très anciennes, à l’instar de la Mésopotamie par exemple, considérée comme le « berceau de la civilisation ». De la même manière, Magan est le berceau de la civilisation omanaise.

23Comme nous le verrons plus bas, le patrimoine apparaît également comme un socle de l’unité nationale dans le programme Oman Vision 2040.

2. Un facteur de développement

  • 37 Valeri 2007, p. 410.
  • 38 Mangenot 2019, p. 1.
  • 39 Valeri, p. 410.

24Le Sultanat d’Oman est un précurseur du développement touristique dans les pays du Golfe. En juin 2004, il est le premier État du Conseil de Coopération du Golfe (CCG) à créer un ministère du Tourisme37. Si les revenus tirés des hydrocarbures représentent toujours environ 30% de son PIB, le Sultanat d’Oman développe une politique de diversification économique. L’un des secteurs importants de cette diversification est le tourisme, et le Sultanat d’Oman a mis à profit son riche patrimoine pour développer un tourisme haut de gamme38. En 2019, le secteur du tourisme représente 2,9% du PIB, alors qu’il ne représentait que 1% en 200139. En 2018, le Sultanat accueillait 3,2 millions de touristes contre 1,4 millions en 2005. Si la crise sanitaire (2020-2021) a fortement ralenti l’activité touristique, celle-ci peut compter sur ses nombreuses infrastructures hôtelières pour rebondir.

  • 40 https://www.squ.edu.om/art/Departments/Tourism/Academic-Programs
  • 41 Müller 2019.
  • 42 http://www.otc.edu.om/portal/programs/#1577875527448-6ec96099-ffe4
  • 43 Mangenot 2019, p. 1.

25Comme de nombreux pays du CCG, le Sultanat d’Oman privilégie l’emploi des nationaux, ce que l’on nomme « omanisation », et cette omanisation de l’emploi concerne également le secteur touristique. Afin d’offrir des services hauts de gamme, le pays a développé des formations dans l’hôtellerie et le tourisme pour former une main d’œuvre qualifiée. Ainsi, l’université Sultan Qaboos propose une formation dans les métiers du tourisme au sein de son département. Au cours de la formation, outre les principes de l’hospitalité et la réglementation touristique, les étudiants étudient « les civilisations omanaises successives »40, autrement dit un cours sommaire d’archéologie. Il existe également une université entièrement dédiée à la formation dans le secteur touristique, le Oman Turism College basé à Mascate. En 2014, cette université accueillait 400 étudiants, contre 800 aujourd’hui41, témoignant ainsi de l’intérêt de la jeunesse pour ce secteur. On y enseigne l’hospitalité, la gestion d’événements, le marketing touristique et la gestion d’entreprise42. À terme, le Sultanat espère générer 322 000 emplois dans ce secteur, avec un taux d’omanisation de 70%, contre 35% aujourd’hui43.

  • 44 « Oman : les grandes ambitions touristiques du Sultanat à 20 ans », Le Quotidien du tourisme [en li (...)
  • 45 https://www.hospitalitynewsmag.com/marriott-international-to-open-courtyard-by-marriott-in-oman-in- (...)
  • 46 Voir par exemple Times of Oman, « Gvt move to protect Bahla Castle », 27/05/2019, en ligne https:// (...)

26Dans le but d’accueillir toujours plus de touristes, de nombreux chantiers hôteliers ont été ouverts. En 2019, le pays compte 21 000 chambres, et l’objectif est d’atteindre les 80 000 chambres en 204044. Par exemple, à Nizwa, un complexe hôtelier d’une capacité de 200 lits, comprenant 30 chalets, doit ainsi voir le jour en 202445. Dans le même temps, le ministère en charge du patrimoine s’efforce de protéger les lieux inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Par exemple, en 2019, le ministère réaffirme son autorité dans l’attribution des permis de construire à proximité du fort de Bahla, ce dont la presse fait écho46.

  • 47 Mangenot 2019, p. 2.

27La politique d’accélération de la diversification du Sultanat, mise en œuvre dans le cadre du programme Tanfeedh depuis 2016, se traduit aussi par la privatisation de la gestion de son patrimoine47. Ainsi, pour le fort de Nizwa, l’État a établi un contrat avec une structure anglaise qui prend en charge la gestion du lieu, et l’entrée est désormais payante (6 riyals omanais). Généralement, les lieux patrimoniaux et les principaux musées sont gratuits et gérés par l’État, comme le Musée national à Mascate. Ainsi, la population se trouve dépossédée de son patrimoine.

3. La place du patrimoine dans le programme « Oman Vision 2040 »

  • 48 Mangenot 2019, p. 1.

28Le terme « patrimoine » apparaît huit fois dans le programme « Oman Vision 2040 », sur les 54 pages que compte le document. Si ce terme n’est pas très récurrent, il est néanmoins associé à des principes fondamentaux de la Vision Oman 2040 tels que l’éducation et la recherche scientifique (p. 20) et, surtout, il fait partie des priorités nationales dans la catégorie « Citoyenneté, identité nationale, patrimoine et culture » (p. 24). Selon le programme Vision Oman 2040, l’étude et la mise en valeur du patrimoine répondent à deux objectifs : la cohésion sociale grâce à un socle identitaire commun, et la contribution au développement économique du pays par des investissements durables dans le patrimoine. L’objectif est que le secteur touristique représente 6 à 10% du PIB d’ici 2040 et d’attirer 6 millions de touristes48.

29Autrement dit, le patrimoine est perçu comme un outil essentiel dans le développement futur du pays. L’inscription du port médiéval de Qalhāt (gouvernorat d’Ash-Sharqiya) en est un exemple récent. Inscrit en 2018, le site fait l’objet d’un programme de développement qui consiste à restaurer un certain nombre de bâtiments et de permettre aux touristes de visiter le site. La construction de l’autoroute 17, ou Sharqiya coastal highway, en 2008, a déjà contribué à désenclaver la région du sud-est, autrefois difficile d’accès, en reliant Mascate à Sūr via Qurayyat. L’ouverture du site aux visiteurs permettrait de redynamiser la région de Sūr, ville autrefois florissante grâce à la construction navale. La région bénéficie d’autres attractions touristiques comme Ra’s al-Hadd et Ra’s al-Jins. La première est une plage célèbre pour accueillir chaque année des milliers de tortues qui viennent y pondre leurs œufs, un phénomène qu’il est désormais possible de découvrir en compagnie de guides touristiques. Le site possède également un centre de recherche dont les touristes peuvent visiter la partie musée. Le site est inscrit sur la liste indicative du patrimoine mondial de l’UNESCO. Quant à Ra’s al-Jins, il s’agit d’autre plage autour de laquelle se trouvent les vestiges d’un site archéologique de l’âge du Bronze, mais elle est moins fréquentée par les touristes.

  • 49 Müller 2019.

30Dans le cadre de la Vision Oman 2040, le gouvernement a lancé d’ambitieux projets de développement touristiques près de sites déjà mis en valeur par leur inscription sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. C’est le cas de Nizwa et de Salalah. Le premier est célèbre pour son fort, et de nouveaux hôtels de luxe sont en construction pour attirer des touristes régionaux et internationaux. Salalah attire déjà de très nombreux touristes régionaux chaque année entre juin et septembre, période de la mousson annuelle (kharīf) qui offre un climat doux et un paysage verdoyant à des visiteurs originaires des régions plus chaudes et sèches de la péninsule Arabique. En 2018, entre 800 000 et 1 millions de touristes sont venus profiter du climat agréable de la région49. Des vols charters relient également Salalah à l’Europe. Cet afflux touristique suscite l’avidité de promoteurs immobiliers qui n’hésitent pas à détruire d’anciennes maisons de pêcheurs pour ériger des complexes hôteliers, ce qui ne va pas sans susciter une certaine opposition des habitants.

Conclusion

  • 50 Ce colloque s’est tenu le 22 mars 2022. https://look-travels.com/lambassade-organisera-la-quatrieme (...)

31Le Sultanat d’Oman suscite l’intérêt des archéologues depuis la fin du XIXe siècle, et les recherches se sont intensifiées à partir des années 1970 sous l’impulsion du Sultan Qaboos b. Said Al Said. Si les recherches archéologiques ont d’abord essentiellement porté sur le Néolithique et l’âge du Bronze, aujourd’hui toutes les périodes sont représentées. Un récent colloque organisé au Musée national d’Oman, conjointement par le ministère omanais du Patrimoine et du Tourisme et le CEFREPA, s’intitulait « Oman : Un paradis archéologique » 50. Le Sultanat est en effet riche de son patrimoine archéologique, qu’il a su très tôt mettre en valeur et mettre à profit dans le cadre du développement d’un sentiment national.

32Le développement de l’archéologie en Oman est contemporain de la naissance du Sultanat en tant que nation, et lui est indissociable.

33Depuis 1987, cinq biens ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO, contribuant à la visibilité internationale du pays. Ce patrimoine attire des touristes avisés, bien qu’encore peu nombreux. La politique du gouvernement omanais concernant son développement touristique est d’ailleurs peu claire. Si l’objectif est d’augmenter considérablement la part du tourisme dans le PIB, le gouvernement privilégie un tourisme élitiste. Cela se traduit par une maîtrise des aménagements touristiques, en particulier près des sites classés, et par le développement de complexe hôteliers luxueux.

34Les Omanais sont également partagés devant ce développement rapide qui, d’un côté, offre de nombreux emplois à la jeunesse, mais risque également de nuire à l’identité omanaise. En effet, le tourisme de masse ne s’accorde guère avec le respect des traditions vestimentaires ou alimentaires.

35La crise sanitaire a mis en arrêt l’industrie du tourisme, et la période post-COVID a redéfini les contours du tourisme international, alors que le tourisme régional s’intensifie. Cette industrie est également menacée à plus long terme par la crise énergétique. Néanmoins, missions archéologiques et touristes sont revenus en Oman en 2021 et surtout en 2022. Le pays aura sans doute à ajuster sa stratégie dans les prochaines années afin de rester un « paradis archéologique » qui puisse continuer à susciter aussi bien l’intérêt des scientifiques que des touristes respectueux du patrimoine omanais.

Haut de page

Bibliographie

Albright F. P., « Explorations in Dhofar, Oman », Antiquity, 39/113, 1955, p. 37-39.

Al-Busaidi Yaqoub S., « The protection and management of historic monuments in the Sultanate of Oman: the historic buildings of Oman », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 34, 2004, p. 35-44.

Cleuziou Serge et Tosi Maurizio, In the shadow of the Ancestors. The Prehistoric Foundations of the Early Arabian Civilization in Oman, Ministry of Heritage and Culture, 2007.

Cleveland (R. L.), 1960, « The 1960 American Archaeological Expedition to Dhofar », BASOR 159, p. 14-26.

Costa Paolo M., « The Study of the City of Ẓafār (al-Balīd) », Journal of Oman Studies, 5, 1979, p. 131-140.

Humphries (J. H.), 1974, « Harvard Archaeological Survey in Oman: II – Some later prehistoric sites », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 4, p. 49-76.

Jagher Reto et Pümpin Christine, « A new approach to central Omani prehistory », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 40, 2010, p. 185-200.

Kervran Monique, « Archaeological Research at Ṣuḥār 1980-1986 », Journal of Oman Studies, 13, 2004, p. 263-381.

Le Cour Grandmaison Bruno, Le sultanat d’Oman, Karthala, Paris, 2000.

Mangenot Louis, « Le secteur du tourisme en Oman », Publication du service économique de Mascate, 15/07/2019, en ligne : https://www.tresor.economie.gouv.fr/PagesInternationales/Pages/60643909-bff3-4b54-80b5-f411b806dbea/files/dba85771-c1e5-4ff6-a722-d6ce38329d5e, consulté le 31/08/2022.

Marcucci Lappo Gianni, « Maurizio Tosi (1944-2017) », Paléorient, 43/1, 2017, p. 5-7.

Mermier Frank, « De l’invention du patrimoine omanais », in M. Lavergne et Br. Dumortier (dir.), L’Oman contemporain. État, territoire, identité, Karthala, Paris, 2002.

Müller Quentin, « Oman. Le tourisme pour remplacer le pétrole », Orient XXI, 05/02/2019, en ligne : https://orientxxi.info/magazine/oman-le-tourisme-pour-remplacer-le-petrole,2895, consulté le 31/08/2022.

Pavan Alexia, Fusaro Agnese, Visconti Chiara, Ghidoni Alessandro & Annucci Arturo, « Archaeological works at the fortified site of al-Baleed (Husn al-Baleed), Southern Oman: Preliminary results from the fieldwork and the study of the material », Egitto e Vicino Oriente, 41, 2018, p. 211-234.

Rougeulle Axelle, « Le Projet Qalhât : étude archéologique et valorisation d’un site médiaval omanais », Routes de l’Orient, Hors-Série n°2, Actualité des recherches archéologiques en Arabie, 2016, p. 95-115.

The Archaeological Heritage of Oman. An Early Cradle of Arabian Civilization brought to the forefront of Cultural Resource Management, UNESCO, Paris, 2012.

Valeri Marc, Le sultanat d’Oman. Une révolution en trompe-l’œil, Karthala, Paris, 2007.

Whitcomb Donald, « The Archaeology of Oman: a preliminary discussion of the Islamic Periods », Journal of Oman Studies, 1975, 1, p. 123-157.

Zarins Juris, « Aspects of recent archaeological work at al-Balīd (Ẓafār), Sultanate of Oman », Proceedings of the Seminar for Arabian Studies, 37, 2007, p. 309-324.

Oman Vision 2040, [En ligne] https://www.2040.om/Oman2040-En.pdf

Haut de page

Notes

1 The archaeological heritage of Oman, p. 5.

2 Bent 1900, p. 245.

3 Cleuziou et Tosi 2007, p. 195-196.

4 Karen Frifelt (1925-2012), archéologue danoise, a fouillé dans le Golfe dès 1959.

5 Béatrice de Cardi (1914-2016) fut une des étudiantes, puis l’assistante, de Mortimer Wheeler. Elle a mis en place des prospections archéologiques aux Émirats arabes unis, au Qatar et au Bahreïn dès 1968.

6 The archaeological heritage of Oman, p. 35.

7 Avant de venir dans le Golfe, Serge Cleuziou (1945-2009) fouillait à Tureng Tepe, un site du néolithique localisé dans la plaine de Gorgan dans le nord-est de l’Iran.

8 Marcucci 2017, p. 5. Maurizio Tosi (1944-2017) dirigeait notamment les fouilles de Shahr-i Sokhta, en Iran, de 1967 à 1972.

9 Marcucci 2017, p. 6.

10 Albright 1955. Cependant, la principale problématique de ces recherches concernait la période préislamique et se concentrait sur le site de Ḫawr Rūrī, port de commerce sudarabique.

11 Costa 1979 et Zarins 2007.

12 Pavan et al. 2018.

13 Cleveland 1960 ; Humphries 1974 ; Whitcomb 1975. P. Farries n’a pas publié les résultats de son sondage. Ces premières fouilles restèrent très limitées du fait de la densité de la population à Sohar à cette époque. Kervran 2004, p. 264-270.

14 Rougeulle 2016, p. 97-98.

15 Une mission iranienne dirigée par M. Javeri collaborait originellement à ce projet.

16 Rougeulle 2016, p. 99.

17 Le World Monument Fund est une organisation à but non-lucratif spécialisée dans la restauration et la protection de monuments à travers le monde (https://www.wmf.org/who-we-are).

18 Cleuziou et Tosi 2007, p. 19-20.

19 Il s’agit du projet Central Oman Paleolithic Survey (Jagher et Pümpin 2010).

20 Cleuziou et Tosi 2007, p. 167.

21 Il existe également un Département de Maintenance chargé de l’entretien du patrimoine bâti.

22 The Royal Diwan 1980.

23 Loi sur la protection du patrimoine national, art. VIII. Au début des années 2000, un système régulier d’inscription des monuments et biens culturels n’était toujours pas mis en place sur une base régulière (al-Busaidi 2004, p. 36).

24 Mermier 2002, p. 246.

25 https://www.educouncil.gov.om/en/sultan_detail.php?scrollto=start&id=160

26 https://www.squ.edu.om/art/Departments/Archaeology/Vision-Mission-and-Objectives

27 Al-Busaidi 2004, p. 42.

28 Al-Busaidi 2004, p. 41.

29 Décret Royal 91/2020 daté du 28 Dhu Al-Hijja 1441/8 août 2020, https://www.mjla.gov.om/eng/legislation/decrees/details.aspx?Id=1241&type=L

30 https://dhow.com/organization-profile/38863296/ministry-of-heritage-and-tourism/

31 Il suffit de se rappeler de l’importance du mythe des « ancêtres » Gaulois en France et des Germains en Allemagne. Ces deux cas illustrent parfaitement comment les découvertes archéologiques de l’âge du Fer en Europe sont instrumentalisées par les jeunes États-nations à la fin du XIXe et au début du XXe siècle.

32 G. R. Smith, « Ẓafār », EI2.

33 La Cour Grandmaison 2000, p. 168-169.

34 « Le patrimoine archéologique d’Oman. Un ancien berceau de la civilisation arabe mis au premier plan de la gestion culturelle ».

35 The Archaeological Heritage of Oman, p. 5.

36 Ibid.

37 Valeri 2007, p. 410.

38 Mangenot 2019, p. 1.

39 Valeri, p. 410.

40 https://www.squ.edu.om/art/Departments/Tourism/Academic-Programs

41 Müller 2019.

42 http://www.otc.edu.om/portal/programs/#1577875527448-6ec96099-ffe4

43 Mangenot 2019, p. 1.

44 « Oman : les grandes ambitions touristiques du Sultanat à 20 ans », Le Quotidien du tourisme [en ligne], publié le 01/02/2019, https://www.quotidiendutourisme.com/actualite/destinations/oman-les-grandes-ambitions-touristiques-du-sultanat-a-20-ans-601228.php, consulté le 31/08/2022.

45 https://www.hospitalitynewsmag.com/marriott-international-to-open-courtyard-by-marriott-in-oman-in-2024/

46 Voir par exemple Times of Oman, « Gvt move to protect Bahla Castle », 27/05/2019, en ligne https://timesofoman.com/article/1361142/Oman/Govt-move-to-protect-Bahla-Castle, consulté le 31/08/2022.

47 Mangenot 2019, p. 2.

48 Mangenot 2019, p. 1.

49 Müller 2019.

50 Ce colloque s’est tenu le 22 mars 2022. https://look-travels.com/lambassade-organisera-la-quatrieme-semaine-francaise-a-oman-du-20-au-27-mars/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1
Légende Carte des principaux sites mentionnés dans l’article.
Crédits Sterenn Le Maguer
URL http://journals.openedition.org/cy/docannexe/image/8253/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sterenn Le Maguer, « La recherche archéologique et le patrimoine au Sultanat d’Oman comme facteurs de modernisation du pays », Arabian Humanities [En ligne], 16 | 2022, mis en ligne le 01 juin 2022, consulté le 02 octobre 2022. URL : http://journals.openedition.org/cy/8253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cy.8253

Haut de page

Auteur

Sterenn Le Maguer

Institut Catholique de Paris

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Ce document est mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Partage dans les Mêmes Conditions 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Centre français de recherche de la péninsule Arabique (CEFREPA)
  • Logo Institut de recherches et d'études sur le monde arabe et musulman
  • Logo Ministère des Affaires étrangères et européennes
  • Logo CNRS - Institut des sciences humaines et sociales
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search