Navigation – Plan du site
2007
402

La Russie et l’Europe : une intégration économique encore à venir ?

Russia and Europe: the economic integration is still to come?
Yann Richard et Christine Tobelem Zanin

Résumés

La tendance à la régionalisation de l’économie mondiale se traduit par une croissance du commerce international à l’intérieur de grands ensembles économiques. La proximité géographique des pays reste un facteur déterminant des échanges. Quels sont les indicateurs les plus pertinents pour parvenir à une représentation spatiale convaincante de ce phénomène?

C’est la question que pose cet article à travers l’exemple de la Russie et de l’Union européenne. La Russie participe-t-elle à ce processus de régionalisation  économique ? Peut-on considérer qu’elle s’insère dans la grande région économique aujourd’hui polarisée par l’Union européenne ? Après avoir discuté et nuancé l’idée qu’il existe un processus de régionalisation qui impliquerait la Russie, en se basant sur l’évolution des échanges en valeur, l’article propose une analyse de l’intensité réelle des échanges commerciaux de biens en effaçant le biais causé par la taille économique des partenaires. Le birapport d’intensité bilatérale des échanges, mis au point en 1998 par plusieurs économistes (Gaulier, 1998), donne une vision plus nuancée de la régionalisation économique européenne. Il permet une analyse systématique de l’évolution de l’intensité des échanges entre la Russie et ses partenaires commerciaux depuis 1994. Enfin, nous interprétons les conclusions tirées de l’analyse du birapport d’intensité bilatérale des échanges au moyen d’un modèle de régression linéaire multiple. La mise en œuvre de ce modèle permet de mieux cerner les facteurs explicatifs de l’intensité des échanges. Celle-ci est davantage déterminée par des faits d’appartenance que par la distance euclidienne entre les Etats. Il semble que, malgré des évolutions certaines, la géoéconomie héritée de la guerre froide ne soit pas encore effacée.

Haut de page

Texte intégral

1Cela fait 15 ans que l’URSS et le Conseil d’Assistance économique mutuelle n’existent plus. Les barrières qui divisaient l’espace politique et économique européen ont laissé place à un contexte plus libéral, avec des frontières théoriquement plus ouvertes aux échanges de biens et aux flux financiers. L’élargissement de l’Union européenne y a beaucoup contribué, en stimulant les échanges avec tous les Pays de l’Europe centrale et orientale. Les anciennes républiques soviétiques ont participé à ces changements en restructurant leur économie, à des degrés variés cependant, et en s’insérant davantage dans le commerce mondial. La Russie, par exemple, a obtenu le statut d’économie de marché et est en passe d’entrer dans l’OMC, ce qui signifie qu’elle s’engage dans l’abaissement des ses barrières douanières. La Commission européenne l’a poussée dans ce sens en signant avec Moscou, dès la fin des années 1990, des accords dont l’objectif est la libéralisation des échanges (Accord de Partenariat et de Coopération en 1997 et Espaces communs en 2003).

2Parallèlement, on constate depuis plusieurs décennies une tendance à la régionalisation de l’économie mondiale. Ce processus, concomitant de la mondialisation, se traduit par une croissance rapide du commerce international à l’intérieur de grands ensembles géographiques constitués par des Etats contigus. Ce processus a déjà donné lieu à de nombreuses études appliquées (Beckouche & Richard, 2006, Gaulier, 1998, Grasland, 2006, Taillard, 2004) et théoriques (Balassa, 1961, Siroën, 2000, Viner, 1950). Beaucoup d’études confirment que, malgré la croissance du commerce international à l’échelle globale, la proximité géographique reste un facteur déterminant de l’échange des biens, et certainement des services. Pourtant, bien qu’il y ait consensus aujourd’hui parmi les spécialistes pour reconnaître l’existence du processus de régionalisation, celui-ci continue de susciter des interrogations. Par exemple, les limites des grands ensembles géographiques dessinés par la géographie des échanges commerciaux restent difficiles à établir. Quels sont les indicateurs les plus pertinents pour parvenir à une représentation spatiale convaincante de ce phénomène ?

3C’est précisément la question que pose cet article à travers l’exemple de la Russie et de l’Union européenne. L’UE et les Etats situés directement à proximité tendent à former un de ces grands ensembles géographiques susmentionnés. Pour la plupart des pays voisins, l’UE est de loin le plus important partenaire commercial mais aussi la première source d’aide au développement, le premier investisseur, le premier bailleur de fonds au titre de l’aide au développement et la première destination migratoire. L’UE et son voisinage forment donc un ensemble de plus en plus intégré. La Russie participe-t-elle à ce processus de régionalisation  économique ? Peut-on considérer qu’elle s’insère dans la grande région économique aujourd’hui polarisée par l’Union européenne ?

4Partant des acquis d’un premier travail à paraître (Richard, 2007), cet article s’appuie sur l’analyse de plusieurs indicateurs afin de saisir le degré d’intégration de la Russie dans la région économique européenne. La première partie propose un rappel rapide de l’évolution récente de la valeur des échanges de biens entre la Russie et ses partenaires de l’ex-URSS, de l’Europe centrale et orientale et de l’Europe de l’Ouest. Après avoir discuté et nuancé l’idée qu’il existe un processus de régionalisation qui impliquerait la Russie et le reste de l’Europe, l’article propose une analyse de l’intensité réelle des échanges commerciaux de biens en effaçant le biais causé par la taille économique des partenaires. Le birapport d’intensité bilatérale des échanges, mis au point en 1998 par plusieurs économistes (Gaulier, 1998), permet d’avoir une vision plus nuancée de la régionalisation économique européenne. Le présent article se différencie des études qui existent déjà sur ce thème en proposant une analyse systématique de l’évolution de l’intensité des échanges entre la Russie et ses partenaires commerciaux depuis 1994. La période prise en compte s’arrête en 2004, à la veille de l’élargissement européen. Il s’appuie sur un espace géographique plus restreint que dans les autres études déjà existantes, à savoir l’ensemble constitué par l’Union européenne à 15, l’ensemble des pays d’Europe centrale et orientale (PECO), Chypre, Malte et l’ensemble des pays membres de la CEI. Enfin, il interprète les conclusions tirées de l’analyse du birapport d’intensité bilatérale des échanges au moyen d’un modèle de régression linéaire multiple, en mettant en œuvre des paramètres (variables explicatives) qui ne sont pas utilisés dans les autres études. Cette démarche permettra de savoir si la disparition l’Union soviétique et du CAEM a rendu l’espace économique européen plus ouvert aux flux d’échanges commerciaux et si la géoéconomie héritée de la période soviétique et socialiste a disparu.

Ce que disent les chiffres : la Russie est-elle impliquée dans le processus de régionalisation européen ?

De quelle régionalisation du commerce parle-t-on ?

  • 1  Il est difficile de s’appuyer, pour cette étude, sur les échanges de services car ces derniers son (...)

5Les économistes ont largement décrit le processus de régionalisation concomitant de la mondialisation au sein de trois grands ensembles macrorégionaux : Amériques, Eurafrique, Asie. Ce processus repose sur l’accroissement rapide du commerce entre les Etats qui font partie d’une même région. On peut distinguer plusieurs cas de figure : soit le commerce intrarégional représente la majorité absolue du commerce international des Etats concernés ; soit il représente une majorité relative ; soit on constate une croissance plus rapide du commerce intrarégional que du commerce extrarégional. A l’intérieur de l’Eurafrique, certains ensembles d’Etats (l’Union européenne, voire l’Europe par exemple) ont atteint des niveaux de régionalisation très élevés. On peut admettre qu’il existe une région économique européenne dont les contours peuvent être dessinés à partir des flux d’échanges commerciaux de biens1 (carte 1). Néanmoins, l’analyse de la ventilation du commerce international de la Russie et de l’Union européenne à 15 (jusqu’en 2004) montre que le processus de régionalisation, c’est-à-dire l’insertion de la Russie dans la région économique européenne, est moins clair qu’il n’y paraît.

Carte 1 : Valeur des exports et des imports de la Russie avec l’ensemble des pays du monde.

6Si on se place du point de vue de l’Union européenne, on peut considérer que le processus de régionalisation est en marche (cf. tableaux 1 et 1 bis). Les échanges extérieurs de l’UE ont fortement augmenté depuis le début des années 1990 avec les économies de l’Europe centrale et orientale et avec certaines économies de la CEI. Dans cette période, les échanges ont beaucoup moins progressé en valeur avec les pays riverains de la Méditerranée, dont les économies sont déjà fortement liées à celle de l’Union. La Russie est impliquée dans ce processus. Ses exportations vers l’UE 15 ont fortement progressé, ce qui est largement dû à l’augmentation du prix des hydrocarbures. Néanmoins, ce biais énergétique n’explique pas tout. On constate dans le tableau 1 bis que les exportations russes vers l’UE 15 avaient recommencé à augmenter dès la fin des années 1990. Par ailleurs, le tableau 1 montre que la croissance des échanges a eu lieu aussi dans l’autre sens avant 1998, date de la crise financière qui a touché la Russie et un grand nombre de pays asiatiques. Dès 1999, on constate un rapide processus de rattrapage. En 2003, la Russie était déjà le deuxième partenaire commercial de l’UE en Europe (derrière l’ensemble formé par les PECO).

Tableau 1 : Evolution de la part des pays voisins dans les exportations de l'UE 15.

Tableau 1 : Evolution de la part des pays voisins dans les exportations de l'UE 15.

Tableau 1bis : Evolution de la part des voisins dans les importations de l'UE 15.

7Les graphiques 1, réalisés à partir de la base de données du FMI, confirment les informations apportées par les tableaux (réalisés à partir des données d’Eurostat) : il y a bien un processus de régionalisation, depuis la fin des années 1990, qui implique non seulement la Russie mais l’ensemble de l’Europe au sens large. Cette dernière a une part de plus en plus élevée dans le commerce extérieur de l’UE 15 (moins de 8 % en 1999, environ 11 % en 2004). La Russie représentait 2,8 % des exportations et 3,9 % des importations de l’UE 15 en 1995. Les chiffres étaient montés à 3,4 % et 5,3 % en 2003. Dans le même temps, le commerce international interne à l’UE 15 a significativement baissé depuis le début des années 1990. Cela signifie que la région économique européenne est en train d’élargir son assise territoriale en impliquant un nombre croissant de pays. Mais cet élargissement s’est fait principalement en direction de l’Est. La part du Moyen Orient et des pays Méditerranéens dans le commerce extérieur de l’UE a stagné, comme celle du continent américain. L’Asie orientale, notamment la Chine, suit quant à elle une évolution atypique parmi les partenaires commerciaux éloignés de l’Union européenne. Sa part dans le commerce extérieur de l’UE progresse et elle dépasse depuis quelques années celle de l’Amérique.

Source : FMI, calculs des auteurs, 2005

Graphique 1 :Ventilation géographique du commerce extérieur de l’UE 15.

8En ce qui concerne les échanges UE 15 – Russie, l’existence du processus de régionalisation est confirmée par le fait que la valeur de leur commerce bilatéral représente une part croissante dans la valeur du commerce mondial total, passant de 0,99 % en 1994 à 1,09 % en 2004 (tableau 2).

Source : FMI, Department of Trade Statistics, calculs des auteurs, 2005

Tableau 2 : Le commerce bilatéral Russie/Europe de l'Ouest en pourcentage du commerce mondial.

Peut-on parler de régionalisation du point de vue de la Russie ?

9Du point de vue de la Russie, les choses ne sont pas aussi claires et l’évolution n’est pas tout à fait la même. La part de l’Europe de l’Ouest (UE 15 et AELE) dans le commerce extérieur de la Russie est traditionnellement élevée, mais elle a stagné entre 1994 et 2004, après avoir même baissé entre 1994 et 2000. Par ailleurs, la part de l’Europe centrale et orientale (item « Europe » du tableau 3) a baissé sensiblement dans le commerce extérieur russe. Une ligne de fracture géoéconomique s’est installée rapidement entre les anciennes démocraties populaires et la Russie. Les économies des PECO ont réorienté l’essentiel de leurs exportations vers l’Europe de l’Ouest. Dans le même temps, la part de l’Asie dans le commerce extérieur russe a augmenté régulièrement.

Source : FMI, calculs des auteurs

Tableau 3 : Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total.

Tableau 3 : Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total.

Graphique 2 : Evolution de la part de plusieurs ensembles régionaux dans le commerce extérieur de la Russie

Source : FMI, DOTS 2005, calcul des auteurs

10Les graphiques 3a et 3b confirment que le processus de régionalisation n’est pas si évident qu’on aurait pu le penser du point de vue russe. Ils présentent le taux de croissance annuel des échanges commerciaux de biens de la Russie avec la CEI, l’UE 15 et l’ensemble du monde. La croissance annuelle des exportations en direction de l’UE 15 n’est pas systématiquement supérieure à la croissance des exportations russes totales. Elle est plus forte en 1997, 1999, 2000 et 2004. Pour les autres années, ce sont les exportations totales qui ont augmenté plus vite. En moyenne sur la totalité de la période, les différences sont significatives : les exportations russes vers l’ensemble du monde (courbe verte) ont augmenté de 14,7 % par an, contre seulement 13,3 % vers l’UE 15 (courbe rouge) et 6 % vers la CEI (courbe bleue). La tendance est légèrement différente pour les importations russes. Celles en provenance de l’UE 15 n’ont pas systématiquement augmenté plus vite que les importations russes totales, mais leur évolution a été légèrement plus rapide en moyenne annuelle sur l’ensemble de la période (+ 11,2 %) que celles en provenance du monde entier (+ 11  %) et de la CEI (+ 5,1 %).

Source : FMI, calculs des auteurs

Graphiques 3a et 3b : Taux d’évolution annuel du commerce extérieur de la Russie.

  • 2  Ensemble géographique composé par les pays suivants : Afghanistan, Bangladesh, Cambodge, Chine, In (...)

11Le rapprochement commercial de la Russie avec l’UE 15 est moins net qu’on aurait pu le penser. Le graphique 3 montre que le commerce extérieur de la Russie augmente moins vite avec l’UE 15 qu’avec le reste du Monde depuis 2002. Certes, le poids de l’Union européenne dans le commerce extérieur russe est élevé : la Russie fait plus de 40 % de son commerce avec l’UE 15 et plus de 50 % avec l’UE 27. Mais cela ne doit pas masquer le fait que la part de l’UE 15 et de l’UE 27 stagne depuis les années 1990. Par ailleurs, l’importance du commerce de la Russie avec la CEI n’a pas cessé de reculer sur la même période (23,4 % en 1994 et 17,9 % en 2003). Ces tendances signifient que la Russie mondialise son commerce plus qu’elle ne l’européanise depuis quelques années. Elle accroît sensiblement ses échanges avec d’autres régions du monde (cf. graphique 2) que l’Europe et l’ex-URSS. Par exemple, la part de l’Asie de l’est et du sud2 est passée de 7,9 % en 1994 à 12,5 % en 2004. Celle du Proche et Moyen Orient est passée de 1,6 % à 2,6 % et celle de l’Afrique de 0,3 % à 0,8 %. Ces chiffres sont très inférieurs à ceux du commerce réalisé avec l’Union européenne, qui demeure le partenaire principal. Il est par exemple trop tôt pour dire si la Russie est durablement en voie d’intégration dans la région économique qui se forme en Asie orientale. Pour autant, ces évolutions indiquent peut-être le début d’une tendance qui pourrait se confirmer lorsque la Russie commencera à exporter des hydrocarbures par conduites vers la Chine et le Japon.

12Enfin, d’une façon générale, les exportations de gaz et de pétrole de la Russie, dont le prix augmente beaucoup depuis 1999, jouent un rôle dans les tendances décrites ci-dessus. Grâce à la base de données du CHELEM, on peut calculer la part des hydrocarbures (gaz naturel et pétrole brut) dans la valeur des exportations de la Russie vers divers ensembles régionaux, en l’occurrence la CEI, les PECO et l’UE 15 :

Source : FMI, calculs des auteurs

Graphique 4 : Ventilation du commerce extérieur de la Russie.

13- leur part a fortement augmenté dans les exportations vers l’UE 15 (33,3 % en 1994 et 52,4 % en 2004), surtout à partir de 1999, c’est-à-dire au moment où les cours mondiaux des hydrocarbures ont commencé leur montée vers les tarifs actuels. Cela explique en partie l’augmentation rapide de la valeur totale des exportations russes vers l’Union depuis 1999. Cela indique aussi peut-être que les exportations russes sont de moins en moins diversifiées en types de produits.

14- leur part est stable dans les exportations vers les PECO (73,5 % à 72,2 %). Cela explique pourquoi la valeur des importations de ces pays en provenance de Russie n’a pas significativement baissé depuis les années 1990. Alors que dans le même temps, leurs exportations vers la Russie ont fortement chuté, avant de se reprendre quelque peu à partir de 2005.

15- leur part est restée stable dans la valeur des exportations vers la CEI (34,2 % à 34,8 %). Cette stabilité vient du fait que la Russie a longtemps maintenu des tarifs préférentiels relativement bas pour ses livraisons d’hydrocarbures aux pays de son « étranger proche » (Géorgie, Arménie, Moldavie, Ukraine, Belarus), avant de s’engager dans une politique tarifaire différente plus agressive à partir de 2005.

Comment évolue l’intensité réelle des échanges entre la Russie et ses partenaires

16La valeur des échanges commerciaux de biens est insuffisante pour rendre compte du processus de régionalisation économique dans l’espace. Afin d’en donner une représentation à la fois plus précise et plus nuancée, certains économistes (Gaulier, G., Freudenberg, M., Ünal-Kensenci, D., 1998 et Gaulier, G., Jean, S., Ünal-Kesenci, D., 2004) utilisent un autre indicateur qui calcule l’intensité des échanges bilatéraux par couples de pays. Il s’agit du birapport d’intensité bilatérale d’échanges, qui efface le biais constitué par le poids économique des partenaires. On peut concevoir par exemple que la Russie échange davantage en valeur avec des pays comme l’Allemagne ou la France qu’avec l’Estonie ou la Moldavie. Ces derniers sont plus petits économiquement et démographiquement. Néanmoins, ils peuvent avoir une intensité d’échanges plus grande avec la Russie que la France ou l’Allemagne car la Russie occupe une part plus grande de leur commerce international et inversement.

17L’intensité des échanges est un birapport qui se calcule de la manière suivante :

18Vij désigne le commerce bilatéral en valeur des deux pays partenaires choisis ;
Vi, le commerce extérieur total du pays sur lequel porte en l’occurrence l’analyse (la Russie) ;
Vj, le commerce extérieur total de son partenaire commercial ;
V.., le commerce mondial total (les exportations totales).

19Ce birapport permet de rapporter le commerce bilatéral de deux pays à ce que représentent leurs commerces extérieurs respectifs dans le commerce mondial total. Un birapport supérieur à 1 montre que deux pays ont une intensité d’échanges bilatéraux supérieure à ce qu’elle devrait être compte tenu de ce que représente leur commerce international total dans le commerce mondial ; un birapport inférieur à 1 indique au contraire que le commerce bilatéral des deux partenaires est inférieur à ce qu’il « devrait » être (Gaulier et alii, 1998).

Quelle est l’intensité réelle des échanges de la Russie avec ses partenaires européens en 2004 ?

20Le birapport d’intensité bilatérale d’échanges a été calculé entre la Russie et tous ses partenaires commerciaux européens (de l’ex-URSS à l’Europe de l’Ouest) en se basant sur les flux d’échanges de marchandises en 1994, 1996, 1998, 2000, 2002 et 2004. Ces pays ont ensuite été répartis dans trois ensembles régionaux :

  • 3  Il s’agit uniquement de la partie sud de l’île. Le FMI ne possède pas de données sur le commerce d (...)

21- l’Europe de l’Ouest : il s’agit de l’UE 15, plus la Norvège et la Suisse. Nous avons inclus également la Turquie dans cet ensemble car elle fait partie d’une union douanière avec l’UE 15 depuis 1997. Malte et Chypre3, qui n’ont pas fait partie du système économique socialiste, sont aussi dans ce groupe.

22- les PECO : ce sont les anciens pays de l’Est, hors ex-URSS. Les pays baltes sont d’anciennes républiques soviétiques, mais ils ont été intégrés dans ce groupe car ils ne sont pas membres de la CEI. En outre, comme les autres PECO, ils se sont rapidement approchés de l’Union européenne dans les années 1990.

23- la CEI, composée de 12 républiques pendant la période considérée (11 aujourd’hui), ne pose pas de problème de définition.

24Ces trois ensembles régionaux ont été définis à partir de plusieurs critères : la contiguïté dans l’espace et la situation géopolitique des pays qui les composaient avant la disparition de l’URSS et du CAEM et, surtout, la distribution par classe des birapports d’intensité d’échanges. Cette distribution rappelait à peu de chose près l’existence des trois ensembles susmentionnés. En outre, la répartition dans ces trois ensembles permet d’analyser l’évolution des échanges entre la Russie et ce qui constituait autrefois sa zone d’influence : l’ex-URSS et l’Europe centrale.

25Le graphique 5 et la carte 2 montrent que c’est avec les anciennes républiques soviétiques que le birapport d’intensité des échanges est le plus élevé en moyenne (moy. CEI = 8). Dans le détail, il est même parfois beaucoup plus élevé que la moyenne avec certains pays de la CEI : plus de 19 avec le Belarus, presque 13 avec le Tadjikistan, 9,5 avec l’Ukraine. La Moldavie et les autres républiques de l’Asie centrale ont un birapport situé entre 6 et 8. Seules les républiques du Caucase (Arménie, Azerbaïdjan, Géorgie) ont un birapport relativement faible (entre 3 et 4).

Source : FMI, calculs des auteurs

Graphique 5 : Evolution de l’intensité bilatérale des échanges de la Russie

Graphique 5 : Evolution de l’intensité bilatérale des échanges de la Russie

Source : FMI, calculs des auteurs

Carte 2 : Intensité bilatérale des échanges de la Russie avec ses partenaires européens. 2004.

26La Russie a une intensité d’échange plus basse avec les autres ensembles régionaux : 1,6 en moyenne avec les pays d’Europe centrale et orientale (Moy. PECO) et 1,1 avec l’Europe de l’Ouest (Moy. EEE ou Moy. Eur. Ouest). Ces moyennes montrent qu’il existe un gradient entre l’Europe de l’Ouest, l’ancienne Europe socialiste et l’ex-URSS. Les intensités d’échange bilatéral entre la Russie et ces deux ensembles régionaux ne sont pas encore alignées. L’écart entre les deux serait même plus fort si on n’incluait pas Chypre dans l’ensemble « Europe de l’Ouest », car ce pays présente un birapport anormalement élevé avec la Russie (presque 11 en 2004). Les autres pays de l’Europe de l’Ouest ont un birapport inférieur à 1, ce qui indique une intensité bilatérale d’échange inférieure à ce qu’elle devrait être, compte tenu de leur importance dans le commerce mondial. Les seules exceptions sont la Grèce et la Finlande. Le birapport relativement élevé de la Finlande est un fait traditionnel qui ne repose pas uniquement sur les livraisons russes de gaz et de pétrole : la Russie assure la totalité de l’approvisionnement énergétique de ce pays mais, dans l’autre sens, elle fait aussi partie des premiers clients de la Finlande.

27Avec les PECO, la moyenne est plus élevée mais les situations sont plus contrastées, avec des birapports compris entre 0,23 (Macédoine) et 5,02 (Lituanie). Il est intéressant de remarquer que l’intensité des échanges entre la Russie et les trois pays baltes, qui sont les seules anciennes républiques soviétiques parmi les PECO, est la plus élevée au sein de cet ensemble régional : Estonie, 3,24 ; Lettonie, 3,42 ; Lituanie, 5,02. En d’autre terme, leurs échanges avec la Russie sont 3 à 5 fois plus élevés que ce qu’ils devraient être. En dehors des Balkans occidentaux qui offrent une intensité d’échanges faible, les autres PECO ont presque tous un birapport supérieur à 1, alors qu’il est inférieur à 1 pour les pays de l’Europe de l’Ouest.

28Outre la situation en 2004, le graphique 4 montre l’évolution du birapport d’intensité d’échanges avec la Russie depuis 1994. Trois remarques peuvent être faites après analyse de ces documents :

29- l’intensité des échanges entre la Russie et les anciennes républiques soviétiques a beaucoup baissé depuis la disparition de l’URSS. Cela montre que l’ex-URSS est engagée dans un processus de dérégionalisation économique. Mais l’intensité bilatérale reste plus forte qu’avec n’importe quelle autre région du monde. Par ailleurs, la baisse semble se ralentir depuis 2002. Le caractère encore élevé de l’intensité montre en tout cas que l’espace économique mis en place pendant la période soviétique, au gré de la planification, n’est pas encore mort, malgré 15 années de restructurations économiques post soviétiques.

30- l’intensité des échanges avec les PECO a connu aussi une baisse sensible, mais moindre car elle partait de moins haut (5,6 en 1994). Cette baisse est due en grande partie au fait que les PECO ont fortement réorienté leurs exportations vers l’Europe de l’Ouest mais aussi vers eux-mêmes. On a assisté en effet, depuis le milieu des années 1990, à une croissance rapide du commerce international interne aux PECO. Néanmoins, la Russie est restée généralement un partenaire économique important, ne serait-ce que pour l’approvisionnement énergétique de ces pays, qu’elle assure à plus de 90 % dans certains cas.

31Les cartes 2 et 3 offrent une représentation nuancée de toutes ces évolutions. Deux espaces se distinguent en Europe :

32- l’un, composé des pays avec lesquels le birapport a connu une augmentation, généralement faible dans l’absolu, entre 1994 et 2004 : une partie de l’Europe centrale, l’Europe du Sud, la France et la Norvège.

33- l’autre, composé de pays dont l’intensité des échanges avec la Russie a baissé, parfois dans des proportions importantes. Néanmoins, sur la carte de 2004, les deux ensembles géographiques qui correspondent à l’ex-URSS et aux pays de l’Est restent bien visibles, de même que le gradient Est-Ouest des birapports.

34Malgré ces évolutions, les ensembles géographiques qui étaient visibles en 1994, formant des auréoles autour de la Russie, restent tout aussi visibles en 2004.

Source : FMI, calculs des auteurs

Carte 3 : Intensité bilatérale des échanges de la Russie avec ses partenaires européens. 1994.

35On peut d’ores et déjà tirer quelques conclusions nuancées de cette analyse :

36- la baisse du birapport au sein de l’ex-URSS confirme des analyses déjà proposées par de nombreux spécialistes sur les dysfonctionnements internes de la CEI (Broadman, 2005, Light, 2006). Il existe par exemple une charte censée servir de base au libre-échange entre les pays membres de ce grand ensemble. Mais la situation qui prévaut depuis les années 1990 est très différente : de nombreuses entraves (barrières douanières tarifaires ou non tarifaires) au commerce ont été érigées entre les anciennes républiques soviétiques. Beaucoup de ces entorses au principe de libre-échange sont d’ailleurs le fait de la Russie elle-même qui n’a toujours pas signé la charte.

  • 4  Créée en 2000, elle se compose des pays suivants : Belarus, Kazakhstan, Kirghizie, Russie, Tadjiki (...)
  • 5  Créée en 1996, pour aboutir à l’Union de la Russie et du Belarus.
  • 6  Dans les exportations russes vers les pays non-membres de la CEI, on constate par exemple une surr (...)

37- la baisse de l’intensité des échanges a tendance à ralentir depuis 2002. Les raisons sont multiples. Cela peut s’expliquer par les efforts de Vladimir Poutine pour resserrer les rangs autour de la Russie et pour promouvoir des groupes d’Etats qui avancent vers une plus grande intégration économique et commerciale, en particulier la Communauté économique eurasiatique4 et la Communauté des Républiques souveraines5. Par ailleurs, la structure du commerce international interne à la CEI n’est pas la même qu’entre la Russie et les pays de l’Europe centrale (PECO) et de l’Europe de l’Ouest (Gianella, 2006, Radvanyi, 2004).6 Cela confirme que le système économique hérité de l’URSS, fondé sur une certaine division internationale du travail et sur des filières productives transnationales distribuées sur les territoires des 15 républiques soviétiques, n’est pas encore totalement mort. Le fait que les IDE russes en direction des pays de la CEI soient sur une tendance croissante (WIR, 2006) incite à penser que cette situation pourrait perdurer en stimulant les échanges intra firmes à l’intérieur de l’ancien espace soviétique. Outre cela, la Russie reste souvent le premier partenaire économique de la plupart des pays de la CEI. Enfin, l’augmentation du prix des hydrocarbures joue certainement un rôle dans le maintien d’une forte intensité bilatérale d’échanges, surtout avec les pays qui ne possèdent pas de ressources énergétiques (Arménie, Belarus, Ukraine, etc.).

38- la césure géoéconomique entre la Russie et les pays de son ancien glacis centre européen (les anciennes démocraties populaires) est confirmée par la baisse sensible de l’intensité réelle des échanges depuis 1994. Bien que l’intensité du commerce des biens soit plus forte entre la Russie et les PECO qu’entre la Russie et l’Europe de l’Ouest (carte 1), la valeur des échanges est beaucoup plus élevée entre la Russie et l’Europe de l’Ouest qu’entre la Russie et les PECO. Cela signifie que la Russie est un partenaire commercial encore important pour les PECO tandis qu’elle représente une part encore relativement faible du commerce extérieur total (en valeur) des pays de l’Europe de l’Ouest. Sans doute, à l’instar de ce qu’on a constaté dans l’ex-URSS, les économies d’Europe centrale n’ont-elles pas achevé leur restructuration. Elles conservent certaines spécialisations complémentaires de celles de la Russie. Une analyse détaillée de la structure du commerce international des PECO, qui dépasse le cadre de cet article, permettrait de le vérifier.

Source : FMI, calculs des auteurs

Carte 4 : Evolution de l’intensité des échanges de la Russie avec ses partenaires européens.

39Ces conclusions permettent de formuler l’hypothèse suivante : la géographie des échanges commerciaux, en intensité réelle, est toujours déterminée par des barrières qui traversent l’espace européen. En d’autres termes, outre la distance qui sépare les partenaires économiques, il existe des barrières qui ne sont pas infranchissables mais qui constituent un frein aux échanges entre l’ancienne URSS, l’ancienne Europe de l’Est et l’ancienne Europe occidentale. C’est cette hypothèse que l’on tente de vérifier dans la troisième partie de cet article au moyen d’une régression linéaire multiple.

Distance, frontières ou appartenance économique : interpréter l’évolution de l’intensité bilatérale des échanges

40F. Durand-Dastès, C. Grataloup et A. Levallois (1992) décrivent précisément le rôle des échanges dans l’organisation des ensembles spatiaux : « Les flux de marchandises et les flux invisibles sont un facteur majeur du fonctionnement des ensembles spatiaux. […] Ce rôle des flux ne peut être pensé qu’en termes d’interaction. En effet, d’une part, la différenciation de l’espace, du point de vue du peuplement et des productions, engendre des flux entre des espaces complémentaires, et d’autre part, l’apparition et/ou le renforcement des flux facilite la spécialisation des espaces, donc leur différenciation ».

41Les études des interactions spatiales dans l’explication des systèmes spatiaux peuvent ainsi se retrouver dans de nombreuses études économiques afin d’expliquer l’organisation d’un système. L’interaction spatiale est une notion liée au phénomène de décroissance des flux avec la distance (Ravenstein, 1885) qui démontre que le volume des échanges entre deux lieux est en règle générale : (1) d’autant plus fort que leurs capacités de production de l’échange, ou tout au moins d’émission et de réception des échanges, sont élevées mais aussi (2) d’autant plus faible que ces lieux sont éloignés. Il a été démontré (Grasland, Robert, 2000) que cette seule définition est insuffisante pour permettre de saisir toute la complexité des systèmes spatiaux.

42En définitive, ce qui apparaît comme la meilleure description de l’interaction spatiale est de la considérer « comme une tentative d’explication de l’organisation des espaces considérant les multiples aspects des relations entre les lieux et/ou entre les territoires à travers l’analyse de l’organisation de leurs échanges ». Au-delà de la simple distance physique entre les lieux, comme paramètre d’influence des interactions, il faut également considérer d’autres formes d’éloignement. Il est nécessaire de prendre en compte les caractéristiques fonctionnelles associées au mode de franchissement de la distance comme les caractéristiques du réseau qui les influencent nettement en terme de coût ou de temps. D’autres caractéristiques comme les rapprochements culturels ou monétaires peuvent également influencer les niveaux d’interaction.

Présentation des paramètres retenus comme variables explicatives

43Une des premières pistes possibles d’analyse des interactions spatiales peut donc se trouver dans une analyse de régression linéaire multiple qui tente d’étudier comment l’intensité des échanges entre la Russie et les pays de la zone Europe (variable à expliquer, dépendante) varie en fonction, non seulement de la distance euclidienne, mais également des effets de l’appartenance de chaque pays à une zone économique particulière ainsi que des effets de frontière (variables explicatives ou indépendantes) et si cette relation a un sens.

44La distance retenue est la distance euclidienne simple calculée en fonction des latitudes et longitudes des villes et/ou agglomérations les plus importantes des pays (en termes de population). Dans le modèle cette distance a été transformée en logarithme afin de rendre linéaire l’influence de la distance dans le modèle. En effet l’intensité des échanges entre deux lieux  diminue avec la distance selon une fonction puissance. La même transformation a donc été faite sur le bi-rapport.

45La distance euclidienne joue un rôle très modeste. Le coefficient de détermination qui juge de la qualité de l'ajustement des points par la droite de régression tend à reculer sur la période considérée (0,192 en 1994, 0,132 en 2004). Cette baisse ne signifie pas nécessairement que les échanges en valeur diminuent. Cela montre simplement que l’espace économique européen ne progresse pas vers une plus grande fluidité. Pourtant l’ouverture est un des objectifs que se sont fixés l’Union européenne et la Russie en signant un Accord de Partenariat et Coopération (signé en 1994 et mis en œuvre en 1997) et en décidant la mise en œuvre d’un espace économique commun en 2003 (sommet de Saint-Pétersbourg). L’objectif commun est de progresser sur la voie du libre-échange en abaissant les barrières douanières. Dans un espace économique réellement ouvert, on devrait constater une plus forte corrélation entre distances et intensité des échanges.

  • 7  L’éloignement est défini sur la base d’un découpage géopolitique : 1 pour l’Espace Economique Uniq (...)

46Le paramètre « appartenance » désigne la présence d’un des Etats dans l’un des trois ensembles régionaux précédemment définis : chacun des Etats partenaires de la Russie appartient soit à la CEI, soit à l’Europe centrale et orientale (PECO) soit à l’Europe de l’Ouest (UE 15 + AELE + Turquie…). Le codage qualitatif de ce paramètre est effectué en attribuant à chaque ensemble régional géo-économique une valeur croissante en fonction de l’éloignement à la Russie7. Ce paramètre est beaucoup plus déterminant que la distance. Il présente une plus forte corrélation (même si en baisse) avec l’intensité bilatérale des échanges (0,811 pour 1994 et 0,730 pour 2004). Cela montre que les ensembles géopolitiques hérités de la guerre froide ne sont pas encore morts. Les limites entre les anciens blocs continuent de fonctionner non comme des barrières mais comme des freins aux échanges, pour des raisons qui seront étudiées plus bas.

47Le dernier paramètre retenu est le nombre de frontières qui sépare la Russie de ses partenaires. Les passages de frontières peuvent être faits de multiples façons. Nous avons choisi le nombre minimum de passages entre la Russie et chacun des pays européens retenus. Dans certains cas, lorsqu’il existe une forte probabilité que les marchandises échangées passent par la mer, nous n’avons compté qu’un passage de frontière. Dans la plupart des cas nous sommes partis de l’hypothèse que les échanges se font par voie terrestre (route ou voie ferrée). Nous avons pris en compte l’itinéraire le plus court entre le pays de départ et le pays d’arrivée.  Le modèle montre que les passages de frontières, même lorsqu’ils sont nombreux, jouent un rôle qui n’est pas négligeable (corrélation négative entre les deux variables –0,612 pour 1994 et –0,721 pour 2004). Il semble que la relation entre le passage de frontière et les échanges se renforce.

L’articulation des trois paramètres

48L’observation du coefficient de détermination (R²) nous donne une idée de la variabilité de la variable à modéliser, expliquée par les variables explicatives. Le coefficient de détermination est élevé : cela signifie que l’appartenance à une région déterminée, la distance euclidienne et le nombre des passages de frontières continuent de jouer un rôle dans la géoéconomie du continent européen.

49Le coefficient est stable, comme si la situation qui prévalait jusque dans les années 1980 restait valable. La chute du coefficient en 1998 est liée à la baisse des prix des hydrocarbures (dès 1997) et à la crise russe, suivie par un effondrement ponctuel du commerce extérieur de la Russie. La chute de la valeur du rouble a contribué à cette baisse brutale car les importations de la Russie furent fortement renchéries.

50Dans notre cas, en 1994,  78 % de la variabilité des échanges est expliquée par la distance, l’appartenance à une zone économique et les effets de frontières. Pour 2004, cette variabilité passe à 76%, ce qui ne marque pas un changement significatif du modèle. Le reste de la variabilité est dû à des effets (autres variables explicatives) qui ne sont pas pris en compte par ces 3 variables.

51Un autre résultat doit être analysé de façon attentive afin de valider le modèle et de s’assurer que les variables explicatives choisies (distance, appartenance économique et effet de frontière) apportent une quantité d’information significative au modèle ou non. En d’autres termes, on teste si la moyenne de la variable à expliquer (ou modéliser) (l’intensité des échanges entre la Russie et ses partenaires européens) suffirait à décrire les résultats obtenus ou non.

52Le test F de Fisher est utilisé. Etant donné que la probabilité associée au F est dans ce cas  inférieure à 0.0001, cela signifie que l’on prend un risque de se tromper de moins de 0,01% en concluant que les variables explicatives apportent une quantité d’information significative au modèle. Le modèle que nous proposons est donc suffisamment solide pour que nous allions plus loin dans la démarche.

53Le tableau suivant fournit les détails sur le modèle. Nous voyons que la p-value associée au test de Student est inférieur à 0.01 pour l’appartenance économique et l’effet de frontière et reste inférieur à 0.05 pour la distance. L’intervalle de confiance à 95 % associé reste acceptable.

54L’équation du modèle de 1994 (log1994 = -0.668logdist + 1.322app – 0.229front + 4.117) indique que dans les limites de l’intervalle de variation des variables explicatives données par les observations, à chaque fois que le logdist augmente d’1 km, l’intensité bilatérale baisse de 0.7, à chaque fois que l’appartenance économique s’éloigne d’une zone, l’intensité bilatérale augmente de 1.3 et à chaque fois que l’effet de frontière est plus prononcé l’intensité bilatérale baisse de 0.2.

55L’équation de 2004 (log2004 = -0.017logdist + 0.876app – 0.374front + 0.0515) indique qu’à chaque fois que le logdist augmente d’1 km, l’intensité bilatérale baisse de 0.017, à chaque fois que l’appartenance économique s’éloigne d’une zone, l’intensité bilatérale augmente de 0.9 et à chaque fois que l’effet de frontière est plus prononcé l’intensité bilatérale baisse de 0.37.

56Enfin nous pouvons analyser les résidus et en particulier les résidus centrés réduits qui, étant données les hypothèses liées à la régression linéaire, doivent être distribués suivant une loi normale N(0,1). Les résidus centrés réduits obtenus pour les deux années de 1994 et 2004 montrent que cette condition est bien respectée.

57Toutes les conditions de l’analyse de régression sont respectées. Il est donc intéressant de mettre en lumière les pays où l’intensité des échanges avec la Russie reste conformes au modèle proposé et ceux où cette intensité serait sous estimée ou surestimée. En effet, l’analyse de ces résidus nous permet de repérer les pays qui ont des liens préférentiels avec la Russie (résidus positifs) et ceux qui sont au contraire séparés par des barrières plus fortes (résidus négatifs). Les cartes 5 permettent de faire ce constat pour les deux dates.

58Les deux cartes ci-dessous apportent plusieurs informations. D’une part, la plupart des pays ont une intensité réelle d’échanges, empiriquement observée, qui est conforme à ce que prédit le modèle, avec un résidu centré réduit toujours compris entre 1 et –1. En d’autres termes, le modèle a une grande valeur prédictive. D’autre part, le nombre des pays correctement ajustés en 2004 est quasiment identique à celui de 1994.

Source : FMI, calculs des auteurs

Carte 5 : L’intensité bilatérale des échanges avec la Russie influencée par la distance, l’appartenance économique et les frontières en 1994 et 2004.

59Cela confirme une des conclusions de la deuxième partie, c’est-à-dire la stabilité de la géoéconomie de l’espace européen, malgré la fin de la guerre froide et la disparition du système socialiste et soviétique. Plus de quinze années de réformes post socialistes et post soviétiques et de mutations géopolitiques n’ont pas encore effacé un fait tout simple : l’appartenance des économies à des ensembles géographiques, dont les contours sont calés sur ceux des anciens blocs de la guerre froide (ex-URSS, ex-Europe de l’Est, ex-Europe occidentale), reste un facteur très déterminant de l’intensité des échanges. Les limites entre ces ensembles n’empêchent certes pas les échanges bilatéraux, mais elles continuent de les freiner.

Analyse détaillée des écarts au modèle

60Sur les cartes, certains pays (en rouge) présentent une intensité d’échanges avec la Russie qui est supérieure à ce que prédit le modèle. Mais ils ne suivent pas tous les mêmes trajectoires. L’Irlande présente un résidu positif en 1994, mais elle est ajustée au modèle en 2004. Le birapport d’intensité des échanges entre ce pays et la Russie est d’ailleurs systématiquement compris entre 1 et 0 depuis 1998. Parallèlement, le cas de Chypre est exceptionnel. Ce pays présente une intensité d’échanges avec la Russie toujours très supérieure à la prédiction du modèle. Cette situation est ancienne car Chypre et la Russie ont signé dès 1970 un accord de commerce. Par ailleurs, Chypre est aujourd’hui le deuxième investisseur étranger en Russie, ce qui s’explique en majorité par un transit de capitaux russes qui quittent la Russie et reviennent s’y investir après avoir obtenu l’estampille chypriote. Cette démarche permet aux propriétaires des capitaux d’obtenir de meilleures conditions fiscales. Enfin, la communauté russe est très nombreuse à Chypre. Elle bénéficie, entre autres, de formalités consulaires légères (visas gratuits pour accéder au territoire chypriote). La présence de nombreuses entreprises russes à Chypre, grâce à l’accumulation de capitaux venus de Russie, explique l’intensité des échanges entre les deux pays. Le cas de la Suisse enfin est plus difficile à expliquer. Toutefois, le fait que ce pays ne fasse pas partie de l’espace économique européen (UE 15 avant 2004 + Liechtenstein + Islande + Norvège), qui est doté d’un tarif extérieur commun, facilite peut-être le commerce avec la Russie.

61Le Belarus et le Tadjikistan présentaient des intensités d’échanges ajustées au modèle en 1994, mais un résidu positif en 2004. C’est le signe d’un renforcement de l’intégration économique de ces pays avec la Russie. Une telle évolution s’explique par le travail patient de l’administration russe depuis quelques années pour promouvoir certaines associations économiques dont l’objectif est de progresser sur la voie du libre échange. Prenant acte de l’inefficacité de la CEI en ce domaine, Moscou fait avancer la construction d’associations commerciales plus restreintes mais aussi peut-être plus efficaces : le Belarus fait partie avec la Russie de la Communauté économique eurasiatique, de l’Espace économique unique et est engagé depuis 1996 dans un processus d’unification. Ce dernier patine quelque peu sur le plan politique et monétaire mais il progresse sur le volet économique (notamment pour l’établissement d’une union douanière avec la Russie et le Kazakhstan). Le Tadjikistan fait partie de la CEI, de la Communauté économique eurasiatique et l’Organisation de Coopération de Shanghai. Il est lui aussi en train de se rapprocher de la Russie, à l’image des autres républiques d’Asie centrale, à l’exception notable du Turkménistan qui s’est retiré récemment de la CEI. Son intensité bilatérale d’échanges avec la Russie est très instable et est soumise à de brutales évolutions dans les deux sens depuis une quinzaine d’années.

62Il convient de ne pas accorder trop d’importance au fait que la Bosnie (1994) et la Croatie 2004)  apparaissent en rouge sur les cartes. Leur intensité bilatérale d’échange avec la Russie est très instable d’une année sur l’autre, passant d’un résidu positif à un résidu négatif sans montrer de réelle tendance dans un sens ou dans l’autre, ni de tendance à l’ajustement d’ailleurs.

63Certains Etats, qui apparaissent en bleu sur les cartes, montrent un résidu négatif. A l’instar de ce qui est dit plus haut pour la Croatie et la Bosnie, il convient de rester prudent dans l’interprétation de l’évolution du résidu pour le Turkménistan : l’écart au modèle est très négatif en 1994 et ajusté en 2004. En réalité, l’écart est très fluctuant pour ce pays, dans un sens et dans l’autre. Quoi qu’il en soit, on peut souligner que le résidu a été depuis 1994 plus souvent négatif, voire fortement négatif, que positif. Les raisons sont assez claires. Le Turkménistan est un des partenaires les moins « fiables » de la Russie dans la CEI. Il s’est d’ailleurs retiré en 2005 de cet ensemble. En outre, il ne fait partie d’aucune des associations économiques qui sont promues par le Kremlin depuis la fin des années 1990.

64L’évolution de la Géorgie et de l’Azerbaïdjan est très intéressante. Ces deux pays semblent décrocher vis-à-vis de la Russie, avec une intensité bilatérale d’échanges observée très inférieure à ce que prédit le modèle. Une des raisons principales est le recul de la dépendance de ces deux pays vis-à-vis des matières premières énergétiques russes grâce au pétrole de la Caspienne. Par ailleurs, l’Azerbaïdjan est désormais capable d’exporter son pétrole sans passer par le territoire russe, ce qui limite d’autant les échanges avec ce pays. La comparaison avec l’Arménie est très parlante. Ce petit pays demeure très dépendant de la Russie pour son approvisionnement énergétique. Aussi, l’intensité des échanges observés entre les deux pays est bien ajustée au modèle proposé.

65D’une façon générale, on constate que la géoéconomie interne à la CEI est en cours de recomposition. Les liens avec l’Asie centrale, hors Turkménistan, semblent se renforcer depuis le tournant des années 1990 et 2000. Dans le même temps, les pays du Caucase, à l’exception de l’Arménie, montrent une nette tendance à sortir de l’orbite géoéconmique russe en se tournant vers d’autres horizons.

66En Europe de l’Ouest, on constate enfin une tendance à l’ajustement pour la Suède, l’Espagne et le Portugal. Mais les causes de ce processus sont difficiles à identifier. Ce phénomène est à mettre en relation avec la spécialisation économique de ces pays et avec la ventilation de leur commerce extérieur par types de produits. Cette hypothèse est malheureusement difficile à vérifier dans les limites de cet article.

Conclusion

67D’autres variables auraient pu être prises en considération dans le modèle proposé. Mais l’accumulation des variables explicatives aurait fait courir le risque d’aboutir à la construction d’un modèle ad hoc. L’une d’elles est le nombre des Russes qui résident dans les anciennes républiques soviétiques. On peut penser que plus leur nombre est élevé, plus le pays dans lequel ils résident a de chance de faire du commerce avec la Russie. Pour séduisante qu’elle soit, cette idée résiste difficilement devant certains faits : les Russes sont par exemple peu nombreux en proportion dans la population de la Lituanie ; pourtant l’intensité bilatérale d’échanges de ce pays avec la Russie est plus élevée que celle de la Lettonie et de l’Estonie où les Russes représentent une part beaucoup plus élevée de la population totale. Le résidu fortement positif de la Lituanie s’explique sans doute par sa situation géographique : les marchandises qui vont vers Kaliningrad ou qui en viennent doivent transiter par le territoire lituanien (et par le territoire du Belarus), ce qui n’est pas le cas des autres pays baltes.

68Un autre paramètre intéressant est la ventilation géographique des investissements étrangers. Où vont les IDE russes dans le monde ? Inversement, d’où viennent les IDE qui sont accumulés en Russie ? La géographie des IDE montre comment les firmes transnationales se positionnent dans le monde et éclaire la géographie des échanges commerciaux car 40 % du commerce mondial est un commerce interne aux firmes. Or, en ce qui concerne la Russie, deux problèmes se posent. D’une part, les statistiques relatives aux IDE sont insuffisantes, tant au Comité d’Etat russe des statistiques qu’à la CNUCED. Il est donc impossible de connaître précisément leur ventilation géographique. D’autre part, la Russie reste une économie relativement fermée qui accueille peu d’IDE (moins de 20 % de la formation brute de capital fixe en 2005) et qui en émet peu également.

69Un dernier paramètre aurait pu être pris en considération, l’importance de la Russie dans les importations de gaz et de pétrole de ses partenaires. Cette idée n’est pas dénuée de pertinence, mais elle demeure difficile à vérifier. On a vu à la fin de la première partie qu’il y avait un lien entre l’importance relative des hydrocarbures dans les flux commerciaux et l’évolution de la valeur totale des exportations de la Russie vers ses partenaires. Mais l’hypothèse d’une corrélation avec l’intensité des échanges bilatéraux est infirmée par de nombreux exemples. La Russie conserve par exemple une forte intensité d’échanges avec le Kazakhstan et l’Ouzbékistan. Or ces deux pays n’ont pas besoin du pétrole et du gaz russe. Cela est-il dû au fait que leurs exportations de matières premières énergétiques traversent le territoire de la Russie ? Cela signifierait que la Russie comptabilise dans son commerce international des marchandises qui ne font que transiter sur son territoire. Inversement, la Finlande dépend de la Russie pour la totalité de sa consommation énergétique finale et ses échanges sont moins intenses avec la Russie qu’entre cette dernière et l’ancienne Asie centrale soviétique. Ces exemples ne signifient pas nécessairement que le commerce des hydrocarbures ne joue aucun rôle dans l’intensité des échanges de la Russie avec les pays européens, mais cela reste difficile à évaluer. Débrouiller ce problème demanderait une analyse détaillée qui n’est pas l’objet de cet article.

70Cet article se fonde sur l’utilisation de l’annuaire des statistiques du commerce du FMI. Celui-ci présente l’intérêt de renseigner sur la ventilation du commerce international d’environ 170 pays, dans le sens des exportations et dans celui des importations. Cette base de données est de bonne qualité, mais elle présente des insuffisances. D’une part, les années qui précèdent 1994 sont souvent mal renseignées pour le commerce extérieur de la Russie, en particulier avec les anciennes républiques soviétiques. Or il aurait été intéressant de remonter au moins jusqu’à 1989 ou 1990 pour pouvoir commencer notre analyse pendant la période soviétique. Cela aurait permis de saisir l’ampleur de la rupture entre l’avant et l’après 1990-1991 (fin de l’URSS et du CAEM). D’autre part, on sait que l’économie grise, qui n’est pas prise en compte par le FMI, représente une part importante du PIB dans la plupart des anciennes républiques soviétiques (25% du PIB en Russie, 30 à 50 % en Ukraine) et, vraisemblablement, dans certains PECO. Enfin, beaucoup d’échanges commerciaux entre républiques de la CEI se font sous la forme de troc ou de commerce de valise. Ce type d’échanges n’est pas totalement, voire pas du tout, comptabilisé par la base de données du FMI non plus. Néanmoins, si les échanges « gris » ou le troc étaient pris en considération, il est plus que probable que l’intensité des échanges bilatéraux entre anciennes républiques soviétiques serait augmentée d’autant.

71Malgré ces réserves et interrogations, cet article nous a permis de confirmer ou de montrer certains faits. Premièrement, il n’est pas possible de saisir dans l’espace le processus de régionalisation de l’économie en se bornant à une analyse des échanges en valeur. L’indicateur d’intensité bilatérale des échanges permet de donner une représentation plus nuancée de ce processus, dont l’existence est aujourd’hui largement acceptée. Deuxièmement, l’intensité des échanges bilatéraux n’est pas une simple fonction de la distance qui sépare les Etats, exprimée en kilomètres. Troisièmement, c’est l’appartenance à des ensembles géoéconomiques et géopolitiques, pourtant disparus depuis la fin de la guerre froide, qui présente la plus forte corrélation avec l’intensité des échanges bilatéraux. L’URSS et l’Europe de l’Ouest n’existent plus sur un plan politique depuis la disparition du CAEM, du Pacte de Varsovie et de l’Union soviétique. Pourtant, la géographie de l’intensité des échanges bilatéraux rappelle encore les contours de ces ensembles disparus. Cela s’explique sans doute par la persistance de relations économiques privilégiées, appuyées sur des spécialisations économiques héritées de la planification.

72Quatrièmement, il serait erroné d’affirmer que la géoéconomie du continent européen est totalement stable. Il vaut mieux parler d’effet d’inertie que d’immobilité car les évolutions constatées se font en bon ordre et de façon synchronique. L’intensité des échanges reste très forte au sein de l’ex-URSS, mais elle a tendance à reculer. Et elle recule aussi avec les PECO. Cinquièmement, l’évolution de l’intensité des échanges confirme qu’un processus de dérégionalisation économique est en cours au sein de l’ex-URSS. Les pays membres de la CEI peinent à progresser vers le libre-échange (Broadman, 2005, Light, 2006). De même, l’intensité des échanges a fortement baissé entre la Russie et les anciennes démocraties populaires. Seules les relations entre la Russie et l’Europe de l’Ouest n’évoluent pas. Elles augmentent en valeur dans les deux sens, mais elles restent faibles, voire très faibles, en intensité, à quelques exceptions près.

73Sixièmement, l’intégration de la Russie dans la région économique européenne est toute relative, même si l’Europe de l’ouest est de loin son premier partenaire commercial. La Russie reste une économie relativement fermée. Cela se vérifie d’ailleurs dans le taux d’ouverture de l’économie russe, exprimé par la valeur du commerce extérieur de biens et de services rapportée au PIB. Les exportations de biens et services russes ne représentaient que 34,5 % du PIB en 2004, contre plus de 50 % en Lituanie, plus de 60 % en Slovénie et Hongrie, plus de 70 % en République tchèque, en Estonie et en Slovaquie. De ce point de vue, la Russie est typique d’un phénomène répandu : les pays qui possèdent un grand marché de consommation sont généralement moins extravertis que les petites économies. L’approfondissement des relations avec l’Union européenne, par la mise en œuvre d’un espace économique commun, et l’entrée de la Russie dans l’OMC apporteront peut-être une intensification des échanges bilatéraux entre la Russie et les autres économies européennes, mais rien n’est moins sûr. Une telle évolution n’est envisageable que si la Russie s’ouvre davantage aux investisseurs extérieurs pour stimuler les échanges commerciaux intrafirmes. Des efforts ont été faits depuis 2000 par l’administration russe pour clarifier la législation fiscale, faciliter les mouvements de capitaux et permettre la convertibilité du rouble. Mais il reste fort à faire.

74Il n’est pas possible à ce jour d’affirmer que la Russie jouerait en même temps la carte d’une intégration dans l’espace économique européen et d’une insertion dans la région économique de l’Asie orientale. Ses échanges commerciaux avec cette dernière sont en voie d’augmentation régulière depuis plusieurs années, mais leur valeur reste largement inférieure à celle des échanges russo–européens. De plus, il est encore trop tôt pour affirmer que cette augmentation est le signe d’une réelle tendance. Les données disponibles nous invitent à la prudence.

Haut de page

Bibliographie

Balassa, B., 1961, The Theory of Economic Integration, Homewood, Illinois, 1961.

Beckouche, P., Richard, Y., 2006, Atlas d’une nouvelle Europe, Paris, Autrement, 2e édition revue et augmentée.

Benaroya, F., 2006, L’économie de la Russie, Paris, La Découverte.

Broadman, H., 2005, From Desintegration to Reintegration. Eastern Europe and the Former Soviet Union in the International Trade, World Bank.

Doklad ob ekonomike Rossii, Vsemirnij Bank, 2006, rapport de la Banque Mondiale sur l’état économique de la Russie, avril 2006, www.worldbank.org.ru

Durand-Dastès, F., Grataloup, C., Levallois, A., 1992, « Le rôle des flux dans l’organisation des ensembles spatiaux », L’information géographique, n°1, pages 35-42.

GEMDEV, 1994, L’intégration régionale dans le monde : innovations et ruptures, Paris, Karthala.

Grasland, Cl. (dir.), 2006, Europe in the World, ESPON Program, project 3.4.1, Rapport destiné à la Commission des Communautés européennes, DG Regio, www.espon.eu

Gaulier, G., Freudenberg, M., Ünal-Kensenci, D., 1998, La régionalisation du commerce international : une évaluation par les intensités relatives bilatérales, CEPII, Working Papers, n° 98-05.

Gaulier, G., Jean, S., Ünal-Kesenci, D., 2004, Regionalism and the Regionalisation of International Trade, CEPII, Working Papers, n° 2004 – 16,novembre.

Gaulier, G., Lemoine, F., Ünal-Kesenci, D., 2006, China’s Emergence and the Reorganisation of Trade Flows in Asia, CEPII, Working Papers, n° 2006 – 05, mars.

Gianella, C., Tompson, W., 2006, OECD Economic Surveys. Russian Federation, Paris, OCDE.

Gomart, Th., 2006, « Quelle influence russe dans l’espace post-soviétique ? », dans Courrier des Pays de l’Est, n° 1055, pp. 4-13.

Grasland, C., 2006, Europe in the World. The World in Europe, Espon Project 3.4.1, rapport remis à la Commission des Communautés européennes en 2006, disponible sur le site internet du programme ORATE, www.espon.eu

International Trade Statistics Yearbook, FMI, 2000 et 2005.

Light, M., 2006, « La galaxie CEI, 1991-2006 », dans Courrier des Pays de l’Est, n°1055, pp 14-25.

Mundell, R., 1961, « A theory of optimum currency areas », American Economic Review, n° 51.

Nicolas, F., 2003, « A l’heure de la mondialisation. Mondialisation et intégration régionale, des dynamiques complémentaires », dans Cahiers français, n°317, pp 59-63.

Radvanyi, J., 2003, Les Etats postsoviétiques, Paris, Armand Colin. 

Radvanyi, J., 2004, Nouvelle Russie, Paris, Armand Colin.

Ravenstein, E., 1885 et 1889, « The Laws of Migration », Journal of Royal Statistics Society, London.

Richard, Y., 2007, « Evolution des relations commerciales entre l’Union européenne et les Etats de la CEI occidentale. Une tendance à l’intégration régionale ?", L'Espace politique, n°2, pp. 55-81.

Sachwald, F. (dir.), 1997, Mondialisation et dynamiques régionales, Paris, Institut des Relations internationales.

Siroën, J.M., 2000, La régionalisation de l’économie mondiale, Paris, La Découverte.

Statistitcheskij Ejegodnik, 2005, Goskomstat Rossii.

Taillard, C., dir., 2004, Intégrations régionales en Asie orientale, Paris, NORAO, Les Indes savantes.

Viner, J., 1950, The Customs Union Issue, Carnegie Foundation for International Peace.

World Investment Report 2005, TNCs and the Internationalization of R&D, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York, 2005.

World Investment Report 2003, FDI Policies for Development and International Perspectives, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York, 2003.

World Investment Report 2006. FDI from Developing and Transition Economies: Implications for Development, Conférence des Nations unies pour la Coopération et le Développement, New York, 2006.

Haut de page

Notes

1  Il est difficile de s’appuyer, pour cette étude, sur les échanges de services car ces derniers sont beaucoup plus mal connus. Il n’existe pas à ce jour de matrice de flux complète. En outre, selon la CNUCED, les échanges de services ne représentent que 20 % du commerce mondial exprimé en valeur, contre 80 % pour les biens et les marchandises.   

2  Ensemble géographique composé par les pays suivants : Afghanistan, Bangladesh, Cambodge, Chine, Inde, Indonésie, Corée, Laos, Malaisie, Mongolie, Myanmar, Népal, Pakistan, Papouasie Nouvelle Guinée, Philippines, Singapour, Sri Lanka, Thaïlande, Vanuatu, Vietnam, Japon.

3  Il s’agit uniquement de la partie sud de l’île. Le FMI ne possède pas de données sur le commerce de la partie nord.  

4  Créée en 2000, elle se compose des pays suivants : Belarus, Kazakhstan, Kirghizie, Russie, Tadjikistan, Ouzbékistan.

5  Créée en 1996, pour aboutir à l’Union de la Russie et du Belarus.

6  Dans les exportations russes vers les pays non-membres de la CEI, on constate par exemple une surreprésentation des produits miniers ; mais une surreprésentation des produits chimiques, des constructions mécaniques, des produits agricoles, etc. en direction des pays membres de la CEI. De telles différences existent aussi pour les importations russes.

7  L’éloignement est défini sur la base d’un découpage géopolitique : 1 pour l’Espace Economique Unique, 2 pour la CEI, 3 pour les PECO et 4 pour l’Europe de l’ouest.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-2.png
Fichier image/png, 7,6k
Titre Tableau 1 : Evolution de la part des pays voisins dans les exportations de l'UE 15.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-3.png
Fichier image/png, 7,3k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs, 2005
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-4.png
Fichier image/png, 13k
Crédits Source : FMI, Department of Trade Statistics, calculs des auteurs, 2005
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-5.png
Fichier image/png, 2,5k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-6.png
Fichier image/png, 5,5k
Titre Tableau 3 : Ventilation du commerce extérieur de la Russie en pourcentage de son commerce extérieur total.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-7.png
Fichier image/png, 9,3k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-8.png
Fichier image/png, 51k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-9.png
Fichier image/png, 31k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-10.png
Fichier image/png, 3,4k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-11.png
Fichier image/png, 11k
Titre Graphique 5 : Evolution de l’intensité bilatérale des échanges de la Russie
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-12.png
Fichier image/png, 179k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-13.png
Fichier image/png, 182k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-14.png
Fichier image/png, 97k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-15.png
Fichier image/png, 4,8k
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-16.png
Fichier image/png, 5,4k
Crédits Source : FMI, calculs des auteurs
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/11113/img-17.png
Fichier image/png, 109k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Richard et Christine Tobelem Zanin, « La Russie et l’Europe : une intégration économique encore à venir ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 402, mis en ligne le 02 octobre 2007, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/11113 ; DOI : 10.4000/cybergeo.11113

Haut de page

Auteurs

Yann Richard

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, UMR LADYSS 7533yrichard@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Christine Tobelem Zanin

Université Paris 7 Diderot, UMR Géographie-Cités 8504christine.zanin@univ-paris-diderot.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page