Navigation – Plan du site
2006-2004
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

L’eau convoitée de la Guyane vénézuélienne1

The covetous water of the Guayana – Venezuela
Anne Pene-Annette

Résumés

La Guyane vénézuélienne, région dont la planification est contrôlée par l’Etat, joue un rôle majeur dans le développement économique du pays. Le potentiel hydrologique du fleuve Caroni est convoité pour les usages hydroélectriques, industriels et urbains qui se concentrent dans le pôle d’industrie lourde de Ciudad Guayana. La planification dirigiste, qui se reflète aussi dans la gestion du « pétrole bleu », est en concurrence avec la politique de décentralisation.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte reprend des éléments d’un article « Concurrence sur les usages de l’eau dans les pôles d’industrie lourde de l’Est du Venezuela », Bulletin de l’Association de Géographes Français, décembre 2003 ainsi que ceux d’une thèse en cours Développement économique et développement urbain dans les villes industrielles de l’Oriente et de la Guayana vénézuéliennes, sous la direction du Pr. C. GIRAULT, I.H.E.A.L., Paris III.

Texte intégral

1La Guyane vénézuélienne représente une région stratégique à l’échelle nationale du point de vue des ressources naturelles et matières premières (eau, pétrole, gaz naturel, fer, bauxite). Le territoire de l’eau que nous étudions est, à l’échelle régionale, le Bas Orénoque. Bassin hydrographique le plus important à l’échelle nationale, l’Orénoque a été mis en valeur depuis les années 1960, dans sa partie en aval, pour les besoins du développement industriel et urbain, dans le cadre d’une planification régionale dirigiste ambitieuse.

2La production hydroélectrique se concentre sur le Caroni, affluent de rive droite de l’Orénoque, ayant un profil en long caractérisé par des ruptures de pente importantes, favorable à l’implantation de barrages. Le barrage le plus important est celui de Guri, le premier construit à une centaine de km en amont de la confluence de l’Orénoque et du l’industrie sidérurgique naissante dans la ville nouvelle de Ciudad Guayana, qui en était aussi à ses tout débuts. Cette politique de grands travaux, qu’ils soient hydrauliques, industriels et urbains, a été réalisée sous le contrôle d’un holding d’Etat, la Corporation Vénézuélienne de Guyane (CVG). La CVG, à travers ses différentes filiales, continue de nos jours à gérer la majorité des aménagements régionaux et urbains (1).

3A présent, le cours du Caroni est jalonné d’amont en aval par les barrages de Guri, Caruachi (2), Macagua I et Macagua II afin de répondre en priorité à la demande énergétique du pôle d’industrie lourde de Ciudad Guayana, qui en plus d’être sidérurgique, connaît une industrie de l’aluminium en croissance. La construction d’un autre barrage est prévue entre ceux de Guri et de Caruachi (3).

4Ainsi, à l’échelle régionale, l’eau est omniprésente et, plus qu’ailleurs par rapport au reste du Venezuela, constitue un enjeu stratégique et économique majeur. Elle est maîtrisée par des travaux hydrauliques d’envergure ainsi que par de vastes lacs de retenue qui façonnent le paysage du plateau guyanais. Ceux ci sont mis en avant dans les documents officiels de l’aménagement du territoire depuis les années 1960 et sont valorisés par la politique officielle de la République bolivarienne depuis 1999, qui se fonde en grande partie sur le concept de « développement endogène ».

5Malgré la politique de décentralisation institutionnalisée depuis 1989, l’Etat maintient une gestion très centralisée, en particulier dans le domaine de l’eau. Ceci peut paraître paradoxal en raison de l’affirmation de la délégation de compétences aux collectivités locales et de la gestion participative dans la Constitution bolivarienne (4) ainsi que dans la LOPSAPS, loi sur l’eau de 2001 (5).

6Dans le cas de Ciudad Guayana, le contrôle de l’Etat continue à s’exercer à travers l’organisme de gestion de l’eau CVG-GOSH (6) et CVG-EDELCA, qui contrôle le traitement des eaux usées. CVG-EDELCA a en effet pour priorité le contrôle de la qualité de l’eau qui est rejetée dans le Caroni car cette eau est utilisée pour l’alimentation des centrales hydroélectriques de Macagua I et de Macagua II, au sein de l’agglomération.

7A l’échelle locale, la ville nouvelle de Ciudad Guayana polarise donc les problèmes de gestion de l’eau (7) Le service de l’eau potable et de l’assainissement connaît un fonctionnement déficient, semblable à celui de la plupart des villes latino-américaines. Mais, cette déficience est accentuée par la spécificité industrielle qui est à l’origine d’une forte demande en eau. La production d’eau à usage industriel représente 25 % de la production totale d’eau potable à l’échelle de Ciudad Guayana (8).

8On assiste par conséquent à une concurrence sur les usages de l’eau, entre les espaces industriels fondés sur des activités économiques stratégiques et les espaces urbanisés. Pour les premiers, l’accès à l’eau est considéré comme prioritaire par CVG-GOSH. Pour les autres, l’approvisionnement en eau potable est à l’origine d’une ségrégation socio-spatiale en fonction de la qualité du service urbain de l’eau et de l’assainissement. Ainsi, en terme de couverture spatiale en réseaux d’eau potable, les quartiers centraux et/ou les plus favorisés du point de vue socio-économique ont un taux de couverture de presque 100% alors que dans les quartiers pauvres les plus récents, ce taux est de 70%. Les taux de couverture sont plus faibles pour les réseaux d’assainissement mais reflètent les mêmes inégalités d’accès.

9Il est prévu par la loi LOPSAPS le transfert de la compétence de gestion de l’eau aux municipalités pour 2006. Cette période de transition est une étape charnière qui est expliquée par des campagnes de sensibilisation destinées au grand public par l’entreprise nationale de gestion de l’eau HIDROVEN (9). Ce projet est en cours à Ciudad Guayana mais ne se fait pas sans difficultés, notamment en raison de la politique de la ville contrôlée par la CVG. Il est très probable que les candidats aux élections municipales, fin septembre 2004, prendront en compte ce projet de transfert de compétences pour revendiquer une plus grande autonomie dans la gestion municipale.

101. Par exemple, la filiale CVG-EDELCA (Electrification du Caroni) contrôle la gestion des barrages et des centrales hydroélectriques ainsi que l’usine de traitement des eaux usées de Ciudad Guayana.

112. La centrale hydroélectrique de Caruachi, en construction, est opérationnelle en 2006, selon les documentsofficiels de CVG-EDELCA. Une première tranche de turbines fonctionne depuis avril 2003.

123. La barrage de Tocoma et la centrale hydroélectrique associée seront opérationnels en 2013 selon les prévisions de CVG-EDELCA.

134. Constitution bolivarienne, Gaceta oficial 5 453, 24 mars 2000.

145. LOPSAPS : “Ley Orgánica para la Prestación de los Servicios de Agua Potable y de Saneamiento”, Gaceta oficial N° 5.568 Extraordinario del 31 de diciembre de 2001.

156. CVG-GOSH : Gerencia General de Obras Sanitarias e Hidraulicas

167. Ciudad Guayana est la métropole régionale la plus importante avec 712 710 habitants en 2003. La deuxième ville de l’état Bolivar est Ciudad Bolivar, capitale administrative, avec 330 930 habitants.

178. En 2004, à Ciudad Guayana, la production d’eau à usage industriel est de 108 000 m³/j alors qu’elle est de 311 040 m³/j pour la production d’eau potable à usage domestique. (données de CVG-GOSH, 2004)

189. HIDROVEN est l’entreprise publique nationale de gestion de l’eau potable. Elle a des filiales par région. Le statut de la CVG-GOSH est particulier puisqu’elle dépend de la CVG.

Figure n°1 : Le foyer énergétique et industriel de l'Est du Venezuela

d'après Didier Ramousse Cartographie: conception, Anne Péné-Annette -réalisation, Violette Brustlein

19----

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Pene-Annette, « L’eau convoitée de la Guyane vénézuélienne1  », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 16 décembre 2004, consulté le 18 août 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/1435 ; DOI : 10.4000/cybergeo.1435

Haut de page

Auteur

Anne Pene-Annette

Département de géographie, université de Cergy-Pontoise, France

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page