Navigation – Plan du site

AccueilVie ScientifiqueRevue de livres2009Salomon Cavin Joëlle, 2005, La vi...

2009

Salomon Cavin Joëlle, 2005, La ville mal-aimée. Représentations anti-urbaines et aménagement du territoire en Suisse : analyse, comparaisons, évolution, Lausanne, Editions Presses polytechniques et universitaires romandes.

Roland Carrupt

Texte intégral

1Le livre de Joëlle Salomon Cavin vient compléter et enrichir une littérature peu nombreuse sur la question des représentations anti-urbaines et ses liens avec l’aménagement du territoire en Suisse. Pourtant, depuis quelques années la ville fait un retour marqué, tant au niveau des milieux politiques en Suisse que dans les sciences sociales. Enseignante à l’Université de Lausanne en aménagement du territoire et politiques territoriales, l’auteure s’inspire principalement, dans une démarche interdisciplinaire, des travaux du géographe Jean-Bernard Racine, des historiens François Walter et Pier Giorgio Gerosa et du sociologue Michel Bassand.

2L’ouvrage tiré de sa thèse décrit et analyse les représentations anti-urbaines. Il les situe ensuite dans le contexte historique de leurs expressions et détermine leur actualité dans l’aménagement du territoire suisse. L’argumentaire est construit à partir de trois hypothèses principales. Tout d’abord, l’aménagement du territoire en Suisse est historiquement marqué par les représentations anti-urbaines. Ces dernières, deuxième hypothèse, s’inscrivent dans le contexte idéologique ruralisant et hostile à la ville des années 1920-1930. La dernière hypothèse postule un retour des représentations urbanophiles à partir des années 1970. Enfin, deux postulats sous-tendent ces trois hypothèses fondamentales :

  • les représentations, les pratiques et les territoires interagissent.

  • L’opposition entre la ville et la campagne reste pertinente pour lire les changements spatiaux.

3Sept chapitres apportent les éléments de réponses attendus par le lecteur. Le premier présente les principaux concepts. Le second aborde les fondements anti-urbains en Suisse en décrivant les origines du mythe helvétique et la diabolisation de la ville dans les romans populaires et dans ceux des écrivains-voyageurs. Une typologie des fondements anti-urbains apparaît dans le troisième chapitre. Les quatre derniers sont principalement centrés sur la Suisse des années 1930 à nos jours : l’auteure la replace d’abord dans le contexte européen (chapitre 4) et aborde le cas de la ville de Lausanne et de sa région (chapitre 5). Les dimensions du retour de la ville font l’objet du chapitre suivant : les bouleversements de l’économie depuis les années 1960 et l’émergence des six aires métropolitaines autour de Zürich, Bâle, Berne, Genève, Lausanne et du Tessin y sont commentés avec précision. Enfin, le dernier chapitre discute des représentations actuelles de la Suisse urbaine.

4Les sciences sociales inspirent largement les méthodes utilisées. Pourtant, si les types-idéaux de Max Weber appuient fortement le raisonnement, ils ne figurent qu’en fin d’ouvrage sous le titre d’annexe méthodologique. Ils ne sont pas présentés et intégrés dans les pages consacrées à l’analyse. Joëlle Salomon Cavin analyse une littérature abondante et variée qu’elle a sélectionné en raison de son contenu critique vis-à-vis de la ville. Ainsi, les documents retenus ne concernent pas uniquement l’aménagement du territoire. Cependant, cette sélection n’est pas immédiatement compréhensible pour le lecteur et seule une investigation très poussée de la bibliographie laisse entrevoir des éléments de réponses.

5La représentation sociale, définie comme "une forme de connaissance socialement élaborée et partagée, ayant une visée pratique, et concourant à la construction d’une réalité commune à un ensemble social" (p. 15), constitue le concept-clé de l’étude. Le contenu de l’ouvrage permet de mieux cerner ce concept en s’appuyant sur des exemples concrets très instructifs. L’auteure expose dans un premier temps les représentations anti-urbaines et prend l’exemple du Village Suisse construit pour l’Exposition nationale suisse de Genève de 1896. En s’appuyant sur l’ethnologue Bernard Crettaz et l’historienne Anne-Marie Thiesse, elle démontre que cette démarche s’inscrit dans le contexte de la fabrication des identités nationales et qu'en ce sens la Suisse ne constitue pas un cas à part. Les implications de ces représentations constituent elles aussi un phénomène européen. Ainsi, les discours fondamentaux sur l’aménagement du territoire se conjuguent en Europe aux idées réactionnaires et à l’hostilité à la grande ville. Dans cette comparaison à l’échelle européenne, la France occupe une place de choix par les analyses des apports de Jean-François Gravier, des aspects ruralistes du régime de Vichy et par plusieurs rappels de ce que pensait Rousseau de Paris : "un gouffre pour l’espèce humaine".

6Joëlle Salomon Cavin analyse d’autre part le retour en grâce de la ville, depuis près d’une trentaine d’années, à la fois dans les représentations et dans les discours. Elle montre comment la ville est mieux prise en compte dans la Constitution fédérale et figure en bonne place dans les derniers rapports officiels du gouvernement. Cependant, la ville se heurte encore à deux handicaps sérieux. Premièrement, les cantons perçoivent son besoin de reconnaissance institutionnelle comme une concurrence. Il s’agit là d’un défi majeur pour le fédéralisme helvétique. Deuxièmement, le village imprègne davantage que la ville l’imaginaire collectif. Cela est aussi renforcé par la difficulté à définir la ville et par la perception des gens. Par exemple, Schwyz possède tous les attributs d’un centre urbain, mais ses habitants en parlent plutôt comme d’un village. Sans parler de la morphologie du pays : peut-on parler de la mégalopole suisse, alors que le bâti ne représente que 7 % de la superficie totale ?

7Le lecteur chemine agréablement dans cette étude bien structurée qui comporte une abondante bibliographie, et qui devait intéresser toute personne curieuse des problèmes d'aménagement de la question de la ville en Suisse.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Roland Carrupt, « Salomon Cavin Joëlle, 2005, La ville mal-aimée. Représentations anti-urbaines et aménagement du territoire en Suisse : analyse, comparaisons, évolution, Lausanne, Editions Presses polytechniques et universitaires romandes. », Cybergeo: European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 avril 2009, consulté le 18 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/22147 ; DOI : https://doi.org/10.4000/cybergeo.22147

Haut de page

Auteur

Roland Carrupt

Étudiant M2 Carthagéo recherche à Paris VII; Enseignant de géographie au lycéeroland.carrupt@bluewin.ch

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search