Navigation – Plan du site
2011
548

Comment mesurer la ségrégation urbaine ? Une contribution économique

Measuring Urban Segregation : an Economic Contribution
Élisabeth Tovar

Résumés

Dans cet article, on présente ce que serait le contrepoint économique à l'analyse « classique » de la ségrégation en termes de catégories socio-professionnelles. En s'appuyant sur les Théories de la Justice, on décrit le fondement normatif d'une mesure économique de la distance sociale inter-individuelle comme écarts de bien-être entre individus. Dans cette optique, la ségrégation urbaine peut être perçue comme le cumul de cette distance économique et de l'éloignement géographique des individus dans la ville. En utilisant les données du Recensement Général de la Population de 2006 ainsi que des données INSEE sur les revenus fiscaux, on applique ensuite les deux approches à l'Île-de-France afin de mettre en lumière les différences et les complémentarités des approches économique et standard de la ségrégation. Si on n'observe pas de divergence majeure, l'approche économique permet non seulement de généraliser certains résultats établis avec l'approche par les catégories socio-professionnelles, mais aussi d'apporter des éléments d'analyse originaux.

Haut de page

Texte intégral

1Au cours des âges et sur tous les continents, les quartiers des villes se différencient selon des paramètres ethniques, religieux ou, plus souvent, fonctionnels (Bourdeau-Lepage et Huriot, 2005). Ce phénomène touche aussi bien les villes médiévales européennes (comme la Marseille du XIVème siècle ; Smail, 2000) ou asiatiques (comme la Chang'an du temps des Sui et des Tang ; Xiong, 2000) que les villes contemporaines (Musterd, Murie et Kesteloot, 2006).

2La différenciation sociale des espaces urbains apparaît comme une constante universelle (Smith, 2010), bien qu'elle relève de logiques cumulatives très différentes.

3On peut opposer les mécanismes descendants (« top down ») aux mécanismes ascendants (« bottom up »). D'un côté, en écho à la figure tutélaire d'Hippodamos de Milet (Gruet, 2008), les autorités publiques et administratives peuvent mener une politique délibérée de différenciation des quartiers (Marcuse et van Kempen, 2002). Pour les pouvoirs publics, partitionner l'espace urbain, le scinder en espaces nettement différenciés, c'est donner une existence matérielle aux composantes organiques du corps social : c'est organiser la société. Dans cette optique, la ségrégation entre les activités économiques ou entre les groupes sociaux peut être voulue afin de faire coïncider la réalité de la ville à une vision utopique de la cité (donc de la société) idéale.

4Les mécanismes ascendants résultent quant à eux de la confrontation décentralisée des comportements individuels. Au sein de ces derniers, on peut distinguer avec E. Préteceille (2005) deux types de processus ségrégatifs. Ceux fondés sur l'intentionnalité des individus peuvent prendre la forme d'une discrimination opérée à l'encontre des membres de certains groupes (les Noirs, les étrangers, les pauvres...). Ce premier type de processus peut aussi découler de la recherche active de l'entre-soi par certaines catégories de la population : pour les plus riches, il s'agit d'ajouter une distance physique à la mise à distance sociale qu'ils maintiennent avec le reste de la population. Pour les migrants, étrangers ou provinciaux, il s'agit de faciliter l'intégration dans la ville d'arrivée (Simon et Palomares, 2006). Par opposition, les processus ségrégatifs décentralisés qui caractérisent le deuxième type de processus ségrégatif ne font que refléter les effets collatéraux des interactions socio-économiques, sur le marché foncier et sur le marché du travail, d'individus dotés de ressources différentes.

5Quels que soient les mécanismes à l’œuvre, subis ou choisis, planifiés ou décentralisés, ils engendrent une différenciation sociale de l'espace urbain par groupes ethniques, catégories socio-professionnelles, classes d'âge ou de revenu.

6Ainsi, mesurer la ségrégation dans la ville, c'est proposer des outils permettant de rendre compte de l'inégale répartition des groupes sociaux dans l'espace urbain.

7Cela implique tout d'abord de préciser la nature des groupes en question. Dès l'origine avec l'école de sociologie de Chicago (Park et Burgess, 1925), les travaux portant sur le contexte américain ont plutôt adopté une grille de lecture ethnique (voir par exemple D. Cutler et al., 2008, pour un exemple récent). En Europe, cet angle ethnique est présent dans les travaux de géographes comme C. Peach (1999) ou, plus récemment, G. Bolt et al. (2008) et, France, dans certains articles du sociologue E. Préteceille (2006) ou de la géographe C. Rhein (2007). Cependant, sur le « vieux continent » l'accent est plutôt mis sur la ségrégation des classes sociales. Ainsi, par exemple S. Musterd et M. de Winter (1998) estiment que la ségrégation résidentielle est une affaire de classe et non d'ethnie. Un tel point de vue fait écho à la notion de classe socio-spatiale telle que définie par A. Reynaud, c'est-à-dire « tout groupe social défini par une appartenance spatiale » (Reynaud, 1981), à ceci près que Reynaud ancre son analyse dans une conception marxiste de la domination.

8Le deuxième aspect de la mesure de la ségrégation concerne le choix des indicateurs pertinents pour apprécier les différents aspects de l'inégale répartition des groupes sociaux dans la ville, quelle que soit la façon dont on définit ces groupes. Depuis les travaux fondateurs de O.-D. Duncan et B. Duncan (1955), une vaste littérature a permis l'émergence d'un riche panel d'indicateurs qui explorent chacun une facette de l’hétérogénéité de la répartition de différents groupes sociaux dans l'espace urbain (cf. Massey et Denton, 1988, 1989, Apparicio, 2000 et Anselin, Syabri et Kho, 2006, pour une présentation détaillée). Ces indices renvoient à une conception de la ségrégation urbaine définie comme l'absence de mixité sociale. Dans le contexte français, cette approche fait écho à l'idéal républicain universaliste et unificateur d'une société nouvelle régie par un contrat social qui substitue des citoyens égaux en droit à des individus socialement inégaux. Ainsi, la République se nourrit-elle « d'une représentation homogène et rationnelle de l'humanité » (Rouland, 1994). Transposé à l'organisation sociale de l'espace urbain, ce principe fondamental se traduit par un idéal d'homogénéité sociale des territoires, ou, à défaut, par celui de leur neutralité sociale. S'il est impossible de gommer, sinon la réalité, du moins la visibilité des différences de condition dans l'espace public, tout au moins peut-on s'efforcer de garantir la mixité sociale des territoires, la proximité physique prenant le relais de la proximité sociale. Cet idéal de mixité a servi d'horizon à l'action publique de la ville, jusqu'à devenir un « principe structurant des politiques urbaines depuis l’après-guerre [et incarner] l'idéal d'une ville où se croisent les groupes sociaux et ethniques sans territoires réservés, sans assignations à résidence et dans une égalité d’accès (...) aux opportunités que procure la vie urbaine » (Bacqué et Simon, 2001).

9Dans cet article, l'objet est de confronter cette approche « classique » à un point de vue économique sur la ségrégation fondé notamment sur les Théories de la Justice : en comparant leurs partis pris théoriques et leurs résultats empiriques, il s'agit de voir si la superposition de ces deux approches permet ou non d'enrichir la connaissance sur la ségrégation urbaine. Dans un premier temps, on propose de définir une lecture « économique » de la ségrégation (partie II), avant de comparer les résultats empiriques des deux approches sur un même terrain d'études, les communes franciliennes en 2006 (partie III).

Une définition normative de la distance sociale : un point de vue économique

Du groupe social à l'individu

  • 1 On aurait également pu, par exemple, s'intéresser au rapport au travail en s'appuyant sur le degré (...)

10Dans l'approche « classique » de la ségrégation, on postule la division de la société en groupes sociaux clairement différenciés et on qualifie de ségrégés ceux qui seraient victimes d'une « fracture spatiale », d'une mise à l'écart significative par rapport au reste des groupes qui font société. Dans ce cadre, la ségrégation est donc le propre d'un groupe social (minoritaire) et s'apprécie par opposition à la situation du reste de la population urbaine. Dans cet article, on choisit d'illustrer cette tradition en définissant les groupes sociaux à l'aune des catégories socio-professionnelles (CSP)1. Remarquons que cette partition du corps social, bien que très utilisée dans la littérature, est loin de faire l'unanimité. De nombreux travaux récents cherchent à dépasser les CSP afin de s'intéresser plutôt à la ségrégation des couches sociales (cf. Tabard, 1993a et b, Préteceille, 2003, Rhein, 2000, 2007). Ces approches mobilisent le plus souvent une pluralité d'indicateurs et construisent des typologies sociales complexes des territoires à l'aide d'analyses factorielles discriminantes ou des classifications hiérarchiques. Certaines études mettent l'accent sur le rapport au travail et étudient par exemple l'inscription spatiale de la précarité (Ribardière, 2007) ou de l'insertion sur le marché du travail (cf. par exemple Wenglenski, 2007, ou Tovar, 2010).

11Par contraste, l'entrée par les groupes sociaux n'est pas familière à l'économiste. Avec l'hypothèse de rareté, l'individualisme méthodologique constitue en effet l'une des bases fondamentales de la science économique (cf. Heath, 2009 pour une présentation de cette notion). Dans ce cadre, la ségrégation ne peut plus être un état relatif à l'inégale répartition des groupes sociaux dans la ville, mais doit s'appliquer désormais à l'inégale répartition d'individus différents dans l'espace urbain. Par rapport à l'approche précédente, un problème nouveau se pose alors à l'économiste. Dans l'approche traditionnelle, les groupes sociaux (groupes ethniques, catégories socio-professionnelles...) sont établis a priori, et renvoient à des identités dont les sciences sociales (sociologie, l'anthropologie, l'ethnologie...) ont tracé des frontières légitimes, bien que poreuses et mouvantes (cf. Héran, 1984 et Desrosières, 1984). Rien de tel si l'on se place à l'échelle des individus et que l'on adopte le point de vue de l'économiste. Il ne s'agit plus de comparer la proportion relative des catégories sociales présentes sur chaque territoire ni l'intensité des contacts entre ces catégories prises deux à deux, mais de se concentrer sur la distribution dans l'espace d'individus socialement distants du reste de la société, qu'ils appartiennent à la frange la plus défavorisée ou à la frange la plus favorisée de la population. Ainsi, au lieu de mesurer la ségrégation du point de vue des caractéristiques de la distribution des classes sociales dans les quartiers d'une ville, on estime qu'un individu ségrégé est un individu (i) particulièrement défavorisé (ou favorisé) relativement au reste de la population et (ii) qui vit dans un quartier lui-même particulièrement privilégié (au favorisé) par rapport à l'ensemble des quartiers d'une ville donnée. D'un point de vue économique, on apprécie donc la ségrégation à l'aune de la distribution différenciée dans la ville d'individus socialement différents, et non d'un point de vue social à l'aune de la répartition relative des classes sociales dans l'espace urbain. Cela signifie qu'avant d'étudier la ségrégation à proprement parler, il faut d'abord se mettre d'accord sur la définition d'une mesure « économiquement fondée » de la distance sociale entre individus. Comment ? Une réponse peut être de mobiliser les Théories de la Justice afin de s'appuyer sur un fondement normatif – par contraste avec l'approche fondée sur les CSP.

Théories de la Justice et fondement normatif de la mesure de la distance sociale

12A cheval entre économie et philosophie, les Théories de la Justice traitent des critères normatifs pertinents pour juger du caractère éthique, juste, des états sociaux. Elles combinent deux éléments :

  • 2 On préfère utiliser le néologisme de capabilité plutôt que le mot pré-existant de capacité pour tra (...)

13une base d'information, qui renvoie à l'étalon de mesure retenu pour évaluer les états sociaux. Parmi ceux-ci, citons le niveau de bonheur subjectif des individus (utilitarisme classique), la satisfaction de leurs préférences ordonnées (utilitarisme parétien), leur ensemble de capabilités2 (Amartya Sen), leur ensemble de biens premiers (John Rawls), ou encore leur liberté (Robert Nozick) ;

14un critère d'équité, qui renvoie au critère qui mesure le degré de justice de la distribution de la base d'information dans la société. On peut mentionner la maximisation de la somme (utilitarisme classique), l'égalité (Amartya Sen, John Roemer), le consensus (utilitarisme parétien)...

15Chaque Théorie de la Justice se caractérise par la combinaison particulière d'une base d'information et d'un critère d'équité. Par exemple, l'utilitarisme classique dira que l'état social le plus juste est celui où la somme des bonheurs individuels (utilités subjectives) est la plus élevée, alors que chez Sen on sélectionnera celui où l'inégalité des capabilités est la plus faible.

16Parmi toutes les Théories de la Justice, on choisit ici de mettre l'accent sur l'approche utilitariste qui constitue une version particulière du conséquentialisme. Issu de la pensée des Lumières, rompant avec les conceptions pré-humanistes de la justice sociale, le conséquentialisme plaide pour une justice sociale qui ne soit appréciée qu'au regard des conséquences des états sociaux sur le seul bien-être des individus, ceux-ci étant par ailleurs valorisés de manière rigoureusement identique. Le « juste » (social) est ainsi confondu avec le « bon » (individuel), indépendamment du respect des principes fondamentaux gouvernant l'organisation de la société comme dans les approches déontologiques de la Justice (religion, « ordre naturel », impératif catégorique kantien, droits de l'Homme, démocratie, libertés publiques...).

17L'utilitarisme sur lequel nous avons choisi de mettre l'accent ici et qui constitue l'approche normative encore dominante en économie, s'inscrit dans cette tradition et adopte une démarche à la fois conséquentialiste, individualiste et égalitariste.

18Avec Jérémie Bentham, penseur des Lumières anglaises, l'utilitarisme se fonde sur une conception philosophique profondément hédoniste du bien-être individuel. Le niveau d'utilité, base d'information de ce bien-être, résulte en effet d'un « felicific calculus » (calcul de félicité), qui fait le solde de 14 plaisirs (des sens, de la richesse, de l'adresse, de l'amitié, d'une bonne réputation, du pouvoir, de la piété, de la bienveillance, de la malveillance, de la mémoire, de l'imagination, de l'espérance, d'association, du soulagement des peines) et de 12 peines (de privation des plaisirs, des sens, de la maladresse, de l'inimitié, d'une mauvaise réputation, de la piété, de la bienveillance, de la malveillance, de la mémoire, de l'imagination, de la crainte). Chez Bentham, tout ce qui compte d'un point de vue moral c'est le bonheur subjectif individuel, c'est-à-dire l'utilité. Cette première version de l'utilitarisme est appelée utilitarisme cardinal car il est possible de quantifier le niveau de bonheur ressenti par les individus, d'opérer des comparaisons interpersonnelles et aussi de calculer la somme du bonheur total d'une société. Il s'agit d'une conception égalitariste du bien-être, proprement révolutionnaire pour l'époque, car dans ce cadre le bonheur social se définit comme la somme des bonheurs individuels, chacun comptant rigoureusement pour un et aucun ne comptant pour plus d'un.

19Dès l'origine, cette conception de l'utilité a suscité des critiques. Aveugle à la différenciation qualitative du bien-être, elle a pu être réduite à une philosophie de pourceaux (« a doctrine worthy only of swine »). On peut également s'interroger sur les comparaisons interpersonnelles d'utilité : à partir de quel point de vue dire que le bonheur de l'un est supérieur à celui d'un autre ? Avec John Stuart Mill (1863), l'utilité évolue et devient ordinale : on ne cherche plus à comptabiliser des niveaux de bonheur quantitatifs mais on s'intéresse à la satisfaction des préférences là aussi définies de manière subjective et que les individus sont capables d'ordonner (R. Brandt précisera en 1979 qu'il s'agit également de préférences rationnelles et informées, ou plutôt « informed desires that do not disappear after therapy »). Dans la version parétienne de l'utilitarisme qui s'appuie sur une telle refondation de l'utilité, le critère qui apprécie la justice de la distribution de l'utilité dans la société n'est plus la maximisation de la somme des bonheurs individuels mais devient le critère unanimiste de l'optimum de Pareto. Selon ce critère, un état social est Pareto-optimal s'il n'est pas possible de le quitter sans dégrader la situation d'au moins un agent ; une fois atteint, il n'est pas possible d'en préférer unanimement un autre.

20Cette version parétienne « moderne » de l'utilitarisme est aujourd'hui dominante en économie. Bien sûr, cela peut être dû à l'adhésion aux principes philosophiques de l'utilitarisme pour eux-mêmes. Au-delà, il faut avoir à l'esprit que, dans les années 1950, le premier Théorème fondamental de l'Économie du Bien-être a explicitement établi que, sous certaines conditions, une économie en situation de concurrence pure et parfaite atteint nécessairement un équilibre Pareto-Optimal (Lerner, 1934 ; Lange, 1942 ; Arrow, 1951) . Une implication immédiate est que, dans un même cadre de pensée et d'analyse, les économistes « parétiens » peuvent à la fois construire les modèles décrivant l'équilibre général des marchés et produire un jugement éthique sur le résultat de cet équilibre. Efficacité économique et équité sociale devenant indissociables, et atteindre l'efficacité économique permet du même coup de se trouver dans l'état social le plus juste possible. Cette unification formelle de l'économie positive et de l'économie normative engendre certes de profonds débats méthodologiques parmi les économistes (cf. Mongin, 1999) mais peut aussi expliquer leur adhésion collective presque « unanime et par défaut » au point de vue normatif particulier qu'est l'utilitarisme. Dans cet article, on propose d'exprimer un point de vue économique et normatif sur la mesure du bien-être à l'aune de cette approche « historique ».

21Une fois ce choix posé, il ne s'agit pas pour autant de défendre ici l'idée selon laquelle cette approche serait la seule légitime, en économie ou ailleurs. L'utilitarisme peut être contesté sur de nombreux fronts : sa nature conséquentialiste (comme chez J. Rawls, 1971), le caractère subjectif de sa base d'information du bien-être (par R. Nozick, 1974 ou par A. Sen, 1985a, 1985b, 1992), l'indifférence de cette base d'information à la liberté dès lors que celle-ci n'affecte pas directement l'utilité des individus (voir exemple Rawls, 1971, ou Sen, 1984), son critère d'évaluation de la distribution de l'utilité – que l'on considère la maximisation de la somme (dénoncée entres autres par D. Parfit, 1984) ou le critère de Pareto (cf. notamment Sen, 1982). On pourrait même dire que la charge virulente de John Rawls contre l'utilitarisme et sa proposition d'un paradigme alternatif (Rawls, 1971) ont marqué et la naissance et la raison d'être des Théories modernes de la Justice distributive en tant que champ de réflexion philosophique. Dresser un panorama de ce domaine passionnant et fourmillant sort très largement du cadre de cet article ; pour une discussion détaillée, voir entre autres Fleurbaey (1996), Maguain, (2002), Kymlicka (2003), Arnsperger et van Parijs (2003) ou encore Lamont et Favor (2008).

22Dans le cadre d'analyse qui nous intéresse ici, celui de l'inscription de la justice sociale dans la ville (pour paraphraser le titre de l'ouvrage fondateur de David Harvey, Social Justice and the City, 1973), il serait illusoire de prétendre que l'utilitarisme constitue le seul recours normatif disponible pour fonder une définition spatialisée de la justice sociale. D. Harvey (pp. 96 et suiv.) propose d'ailleurs précisément de s'affranchir du règne de l'optimum de Pareto pour poser les fondements d'un véritable questionnement géographique sur la justice urbaine à partir d'un point de vue néomarxiste. Si Harvey n'ancre pas directement sa réflexion sur les Théories de la Justice elles-mêmes, de nombreux autres auteurs ont travaillé dans sa lignée à la transposition au contexte urbain de ces paradigmes normatifs initialement conceptualisés comme « en suspension » au-dessus de l'espace (cf. à ce sujet Soja, 2010, p. 76). Les travaux s'articulant autour de la question de la Justice spatiale constituent un champ très dynamique auquel il est, là encore, impossible de rendre pleinement justice dans le cadre de cet article. Par exemple, Bernard Bret ancre une définition contemporaine de la justice spatiale dans l'approche déontologique de Rawls (Bret, 2009). Edward Soja (2009, 2010), quant à lui, redessine les contours d'un concept de justice spatiale issu de la relecture du « Droit à la ville » d'Henri Lefebvre (1968). Pour donner une idée de l'audience de ces réflexions ne serait-ce qu'en France, il suffit de citer la création toute récente de la revue Justice Spatiale – Spatial Justice (JSSJ) en octobre 2009 ou encore, toujours en 2009, le double numéro spécial d'Annales de Géographie consacré à la Justice Spatiale.

23Si l'on considère maintenant l'application des réflexions sur la Justice spatiale à la question particulière de la ségrégation urbaine, on peut invoquer des travaux récents d'inspiration rawlsienne (Lehman-Frisch en géographie, 2009) ou reposant sur l'approche par les capabilités (Tovar en économie, 2008a, 2009). Parallèlement à ces contributions, il semble intéressant de participer à la diversité du débat entre les paradigmes normatifs en présentant ce que l'ancien paradigme utilitariste pourrait, encore aujourd'hui, apporter à la fondation normative d'une mesure de la ségrégation et cela, sur le point très précis de la confrontation avec les méthodes les plus couramment utilisées dans la pratique pour mesurer ce phénomène (indices de ségrégation appliqués aux catégories socio-professionnelles).

24Si l'on accepte de se placer dans ce cadre, comment alors mesurer concrètement une telle conception utilitariste du bien-être ? Les économistes ont traditionnellement recours au niveau de revenu comme indicateur du degré de satisfaction des préférences (ou de la somme des bonheurs et des peines). Il faut s'entendre sur le fait qu'il ne s'agit bien sûr que d'une proxy – ce qu'atteste d'ailleurs la vigueur des débats contemporains en Économie du Bonheur (cf. Easterlin, 1974, 2003 pour les articles fondateurs et Graham, 2008 pour une revue de la littérature récente dans cette branche de l'économie en plein essor). Cela étant, le parti-pris du revenu n'est pas aussi simpliste qu'il n'y paraît au premier abord, si l'on se rappelle que la première fonction historiquement assignée à la monnaie en économie est celle d'étalon de mesure de la valeur accordée aux biens et services marchands. Or, en situation de rareté, les prix (et parmi eux les salaires) résultent de la confrontation des préférences des offreurs et des demandeurs de choses rares (biens et services, travail, capital). Utiliser les niveaux de revenus pour approximer le bonheur des individus, c'est utiliser la métrique à travers laquelle se fait précisément la synthèse de l'agrégation des préférences individuelles dans une société donnée à un moment donné. Fonder la mesure de l'utilité sur le revenu n'est donc pas, du point de vue de l'économiste, une simple commodité, mais renvoie aux fondamentaux de la discipline. Sur une autre ligne d'argumentation, on pourrait aussi dire que la production de données sur le revenu par les appareils statistiques nationaux est un construit historique reflétant un certain consensus sur l'importance déterminante accordée à cette variable dans l'appréciation des écarts sociaux.

25Au total, on choisit ici de fonder une mesure « économique » de la ségrégation sur l'approche utilitariste et, très classiquement, de mesurer la distance inter-individuelle à l'aune du revenu, proxy de l'utilité. Il y a alors ségrégation si ceux qui sont heureux (ou satisfaits) et ceux qui sont malheureux (ou insatisfaits) ne se côtoient pas dans l'espace de la ville, et que la distance mesurée avec la métrique du bonheur subjectif s'accompagne d'une distance objective et géographique. Pour apprécier ce phénomène d'une façon qui permette la comparaison avec l'approche par les CSP, on peut mesurer l'inégalité de la répartition des classes de revenu dans l'espace urbain.

Mesurer les ségrégations en Île-de-France en 2006

26On a présenté jusqu’à présent les conceptions standard et économique de la différenciation sociale de l'espace urbain, en insistant sur leurs différences de nature et de philosophie. Dans cette partie, nous proposons d'illustrer ces approches en mesurant les différents visages de la ségrégation sociale en Île-de-France en 2006. Il ne s'agit pas de mener, à chaque fois, une analyse exhaustive de la ségrégation telle que chaque approche la perçoit, mais plutôt de tenter d'en faire émerger les différences et d'en souligner les éventuelles complémentarités.

La ségrégation des groupes sociaux marquée par les catégories supérieures

27Les données utilisées proviennent du Recensement Général de la Population 2006 (INSEE, RGP 2006) et renvoient à la proportion de membres de chaque catégorie socio-professionnelle qui composent la population active résidant dans chacune des 1 300 communes franciliennes. On regroupe les CSP en 6 classes : agriculteurs exploitants (Agri), artisans, commerçants et chefs d'entreprise (ArtiCom), cadres et professions intellectuelles supérieures (CadresSup), professions intermédiaires (Interm), employés (Empl) et ouvriers (Ouv).

28Les indicateurs de ségrégation renvoient à cinq dimensions différentes de la ségrégation : égalité, exposition, concentration, centralisation et agrégation géographique des groupes sociaux (pour la description formelle de ces indicateurs ainsi que pour une représentation graphique très parlante , voir notamment Apparicio, 2000). Lorsqu'un groupe social est ségrégé dans ces cinq dimensions, on considère qu'il est hyper-ségrégé (cf. Massey et Denton, 1988, 1989).

29Pour chaque dimension, on dispose d'indicateurs uni-groupes (qui mesurent les caractéristiques de chaque groupe social au regard de ces 5 dimensions en le comparant à l'ensemble de la population d'un espace urbain donné) et d'indicateurs inter-groupes (qui comparent la situation des groupes sociaux pris deux à deux).

30Un groupe social est ségrégé dans la dimension égalité si sa répartition dans l'espace urbain est très inégale selon les unités spatiales. Pour un groupe donné, l'égalité est maximale ( = indicateur de ségrégation égal à 0) si sa proportion dans chacune des unités spatiales qui composent l'espace urbain est identique à sa proportion dans l'espace urbain pris dans son ensemble.

31La dimension exposition (ou d'isolement) de la ségrégation renvoie à la probabilité d'un membre d'un groupe social donné d'entrer en contact avec un membre de son propre groupe social au sein de son unité spatiale de résidence. L'isolement d'un groupe est maximal ( = indicateur de ségrégation égal à 1) si sa probabilité de rencontrer d'autres groupes sociaux que le sien dans son unité spatiale de résidence est nulle. L'intérêt de cette dimension de la ségrégation est de tenter de reproduire le point de vue des individus eux-mêmes, en mesurant leurs interactions potentielles avec les membres de leur propre groupe (indice uni-groupe) ou des autres groupes sociaux (indice inter-groupe) dans leur unité spatiale de résidence.

32La dimension agrégation de la ségrégation se réfère au degré de proximité géographique des unités spatiales habitées par groupes sociaux. L'agrégation d'un groupe social donné est maximale ( = indice de ségrégation égal à 1) s'il peuple des unités spatiales contiguës qui font enclave dans l'espace urbain.

33Un groupe social est ségrégé dans la dimension centralisation s'il est localisé loin du centre de l'espace urbain considéré (ici, les 20 arrondissements de Paris intra muros). La centralisation d'un groupe social est maximale ( = indicateur de ségrégation égal à 0) s'il vit exclusivement en centre-ville.

34Enfin, la dimension concentration de la ségrégation renvoie à la taille des unités spatiales peuplées par les groupes sociaux. La ségrégation d'un groupe social sera maximale ( = indicateur de ségrégation égal à 1) s'il peuple des unités spatiales qui occupent une très petite portion de l'espace urbain.

35Dans un premier temps, on utilise les indicateurs de ségrégation uni-groupes (cf. figure 1) pour comparer la ségrégation des populations des communes franciliennes dans les 5 dimensions de la ségrégation.

Figure 1 : Ségrégation uni-groupe des CSP en Île-de-France en 2006

Figure 1 : Ségrégation uni-groupe des CSP en Île-de-France en 2006

Source : données INSEE, RGP 2006, calculs de l'auteur

36Un premier constat s'impose : ce sont les « Cadres supérieurs et Professions intellectuelles supérieures » (en jaune) qui constituent de très loin la catégorie la plus ségrégée. Ils sont notamment les plus exposés aux membres de leur propre CSP (indice d'exposition) et occupent la plus faible portion du territoire francilien (indice de concentration). Seules deux catégories socio-professionnelles enregistrent, dans certains indicateurs, des taux de ségrégation plus élevés : les agriculteurs (en gris) sont les plus inégalement distribués dans l'espace francilien (indice d'égalité) (mais les cadres arrivent en second pour cet indicateur) et les employés (en rose) enregistrent un indice d'agrégation supérieur aux cadres (mais de peu). On retrouve le résultat bien connu d'une ségrégation marquée en haut de l'échelle sociale (cf. Préteceille, 2006, pour une présentation de résultats similaires sur des données issues du recensement précédent) [résultat 1].

37Par contraste, à l'autre bout de l'échelle sociale, même s'ils ont tendance à se localiser loin du cœur économique et culturel de la région Île-de-France (indice de centralisation), les ouvriers (en rouge) se caractérisent par des taux de ségrégation plutôt faibles par rapport aux autres catégories socio-professionnelles et notamment les cadres et les professions intermédiaires (en bleu). On remarque également une nette différente entre les taux de ségrégation des ouvriers (faibles) et des employés (élevés), même si ces deux CSP sont proches dans la hiérarchie des catégories socio-professionnelles. Il n'y a donc pas de ségrégation systématiquement élevée chez les CSP situées dans la partie inférieure de l'échelle sociale [résultat 2].

38Au-delà de la comparaison des CSP au regard de la ségrégation, on peut s'interroger sur les modalités de leurs interactions au sein des unités spatiales. Pour appréhender la cohabitation des CSP et savoir quels groupes ont la plus grande probabilité d'interagir au sein des mêmes unités spatiales, il faut mobiliser les indicateurs de ségrégation inter-groupes qui comparent la répartition spatiale des groupes sociaux deux à deux. En particulier, on s'intéresse à l'indice d'exposition entre CSP qui mesure la probabilité qu'un membre d’une CSP partage son unité spatiale avec un membre d'une autre CSP (cf. figure 2).

Figure 2 : Indices d'exposition inter-groupe des CSP en Île-de-France en 2006

Figure 2 : Indices d'exposition inter-groupe des CSP en Île-de-France en 2006

Source : données INSEE, RGP 2006, calculs de l'auteur

Lecture : pour un cadre (histogramme à droite), la probabilité d'interaction avec un ouvrier est de 12,4 % (colonne rouge)

39Pour la plupart des CSP, la probabilité qu'un membre d'une autre CSP les côtoie dans leur commune de résidence ou de travail est à peu près identique. Ainsi, la probabilité d'interaction avec un agriculteur est très faible quelle que soit la CSP, ce qui reflète leur faible effectif ainsi que leur diffusion dans les unités spatiales de la périphérie, peu peuplées. De même, l'exposition aux artisans, commerçants et chefs d'entreprise reste faible pour toutes les CSP. A l'inverse, la probabilité d'interagir avec des employés ou des professions intermédiaires est uniformément élevée pour tous : les probabilités qu'un ouvrier, qu'un employé et qu'un cadre partagent une commune avec un membre des professions intermédiaires sont proches (respectivement, 26,4 %, 26,4 % et 26,2 %).

40Par contraste, la probabilité d'interaction avec les membres des groupes situés aux extrêmes de la hiérarchie des CSP, les cadres et les ouvriers, varie fortement avec la catégorie socio-professionnelle. Ainsi, la probabilité d'interaction avec un cadre est de 30,6 % pour un autre cadre, mais seulement de 26,2 % pour un membre des professions intermédiaires et de 21,2 % pour un ouvrier. Symétriquement, la probabilité d'interaction avec un ouvrier dans son unité spatiale de résidence ou de travail est de 18,5 % pour un ouvrier, 15,2 % pour un artisan, commerçant ou chef d'entreprise et de 12,4 % pour un cadre. Tout se passe comme si un certain « tri » social concernait spécifiquement les deux extrêmes de l'échelle des catégories socio-professionnelles, de sorte que seules les CSP qui leur sont proches dans la hiérarchie sociale ont une probabilité élevée de partager leur espace de résidence ou de travail avec elles [résultat 3].

41Il en découle que l'éloignement maximal correspond au couple cadres/ouvriers. Sans surprise, ces deux catégories enregistrent les probabilités d'exposition mutuelle les plus faibles [résultat 4]. Par ailleurs, la nette dissymétrie dans leurs sous-expositions mutuelles est frappante. En effet, la probabilité qu'un cadre partage son unité spatiale avec un ouvrier n'est que de 12,4 % : les communes « cossues », où les cadres vivent en majorité, accueillent très peu d'ouvriers. A l'inverse, la probabilité qu'un ouvrier partage son unité spatiale de résidence avec un cadre est de 18,5 %, ce qui signifie que de nombreux cadres vivent dans les communes « populaires » (ceux où les ouvriers sont les plus nombreux). Contrairement à une idée reçue sur la constitution de « ghettos » où se concentreraient les catégories les plus défavorisée, coupées de tout contact avec les catégories sociales « supérieures », cela signifie que le tissu social des unités spatiales où les ouvriers vivent de façon majoritaire reste diversifié et accueille une proportion non négligeable de cadres, et que ce sont plutôt les unités spatiales où les cadres sont les plus représentés qui accueillent peu d'ouvriers [résultat 5] (cf. Préteceille, 2006, pour une discussion éclairante de ce phénomène sur les données du recensement précédent).

42Au total, l’analyse des données du dernier recensement appliquée aux groupes sociaux confirme le résultat bien connu d'une ségrégation plus marquée en haut qu'en bas de l'échelle sociale. Par contre, la situation des catégories socio-professionnelles situées à l'autre extrême (ouvriers, employés) n'est pas uniforme au regard de la ségrégation, avec des résultats contrastés selon que l'on compare les dimensions de la ségrégation des différents groupes socio-professionnels (indices uni-groupes) ou que l'on s'intéresse à l'exposition mutuelle des CSP (indice d'exposition inter-groupe).

43Comment ce tableau de la ségrégation des populations franciliennes évolue-t-il si l'on se place non pas du point de vue standard des CSP, mais du point de vue « économique » des classes de revenu ? C'est ce que l'on examine dans la partie suivante.

Le tri socio-spatial des classes de revenu

  • 3 Ces données ne sont pas, pour des raisons de confidentialité, disponibles à l'échelle individuelle, (...)

44Dans cette partie, on adopte la conception économique standard – utilitariste – de la ségrégation où la métrique du bien-être utilisée est le revenu mesuré à l'aide des revenus fiscaux moyens des communes franciliennes en 2006 (données INSEE-DGI)3. Cette démarche fait écho aux travaux d’E. Préteceille (1996) sur le caractère cumulatif des inégalités fiscales et des inégalités sociales et d'accès aux équipements et aux services.

  • 4 Le premier décile renvoie aux 10 % de municipalités possédant les revenus les plus faibles. Le 10èm (...)

45Classiquement, on commence par comparer la ségrégation des déciles4 de revenu dans les cinq dimensions de la ségrégation à l'aide des indices de ségrégation uni-groupes (cf. figure 3 ci-dessous).

46Tout comme dans l'analyse précédente, on constate que ce sont les individus situés le plus haut dans l'échelle sociale qui sont les plus concernés par la ségrégation. Ainsi, dans la dimension « égalité », plus de 65 % des foyers fiscaux les plus riches devraient déménager afin d'être distribués de façon parfaitement égalitaire dans les communes franciliennes, contre moins de 30 % pour les déciles les plus pauvres et 10 % environ pour les déciles médians. Dans la dimension « exposition », la probabilité que les déciles les plus riches partagent leur commune de résidence avec des membres de leur même décile atteint presque 20 %, alors qu'elle ne dépasse pas 6 % pour les neuf déciles inférieurs. Ces résultats confirment le caractère aigu de la ségrégation des groupes les plus favorisés (ici, les plus riches) [cf. résultat 1].

47Si l'on s'intéresse à l'autre extrême de l'échelle sociale, on remarque que, dans toutes les dimensions, les 20 % les plus pauvres sont toujours dotés de niveaux de ségrégation bien plus élevés que la moyenne. Ce résultat contraste avec l'approche par les CSP, où il n'était pas possible de dire que les catégories situées dans le bas de l'échelle sociale (ouvriers, employés) étaient toutes systématiquement affectées par les différentes dimensions de la ségrégation.

48Au total, la ségrégation des déciles de revenu adopte la forme d'une courbe en J : elle diminue systématiquement avec l'augmentation du revenu entre les déciles les plus pauvres et les déciles médians pour croître à nouveau entre ces derniers et les déciles les plus riches. Les déciles les plus ségrégés sont ainsi toujours ceux qui composent les extrémités de l'échelle des revenus, alors que les catégories moyennes sont très peu ségrégées -[résultat 1 bis]. Ces éléments conduisent donc à formuler l'hypothèse d'un « tri » des niveaux de ségrégation selon la place occupée dans l'échelle sociale appréciée à l'aune du revenu.

Figure 3 : Ségrégation uni-groupe des déciles de revenu en Île-de-France en 2006

Figure 3 : Ségrégation uni-groupe des déciles de revenu en Île-de-France en 2006

Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2006, calculs de l'auteur

49Pour autant, ils ne suffisent pas à valider l'hypothèse d'une ségrégation « économique » car selon ce point de vue, il y a ségrégation si la distance sociale, mesurée par le revenu, se double d'une distance géographique, de sorte que riches et pauvres ne cohabitent pas au sein des mêmes unités spatiales. Pour le savoir, on peut commencer par cartographier la distribution des revenus fiscaux moyens (cf. carte 1 ci-dessous).

Carte 1 : Distribution des revenus fiscaux moyens en Île-de-France (2006)

Carte 1 : Distribution des revenus fiscaux moyens en Île-de-France (2006)
  • 5 Calculs réalisés sur le logiciel GeoDa (Anselin, Syabri et Kho, 2006). Le coefficient I de Moran pe (...)

50On sait déjà que la région Île-de-France se caractérise par des contrastes sociaux importants. Du point de vue de la distribution spatiale des niveaux de revenu, on retrouve le résultat bien connu de la tendance des communes les plus riches et des communes les plus pauvres à se regrouper, à l'ouest de la zone pour les communes les plus favorisées et au Nord-Est pour les communes les plus défavorisées (Martinez, 2003). On confirme sur données récentes le résultat bien connu de la nette différenciation socio-spatiale de l'espace francilien (cf. entre autres Rhein, 2000, 2007, Sagot, 2001, 2007, Préteceille, 2003, 2006, François et al., 2007, Castellan, 2003...). Cette première impression est confirmée par le coefficient d'auto-corrélation spatiale des niveaux de revenu (I de Moran). Cet indicateur mesure la corrélation entre la distance géographique entre unités spatiales (distance en km entre leurs centroïdes) et leur distance sociale (appréciée par leur revenu fiscal moyen). Ici, le coefficient de Moran, égal à 0,48, est positif et significativement différent de 05, ce qui signifie que l’éloignement socio-économique des communes riches et pauvres se double bien de leur éloignement géographique. Les communes géographiquement proches ont tendance à posséder des revenus fiscaux médians similaires alors que les communes géographiquement éloignées ont tendance à être dotées de revenus différents [résultat 6].

51Cependant, ce premier résultat ne dit rien sur la cohabitation des riches et des pauvres au sein des unités spatiales. Pour appréhender cette dernière, on utilise de nouveau l'indicateur d'exposition, appliqué cette fois aux déciles de revenu (cf. figure 4 ci-dessous).

Figure 4 : Indices d'exposition inter-groupes des déciles de revenu en Île-de-France en 2006

Figure 4 : Indices d'exposition inter-groupes des déciles de revenu en Île-de-France en 2006

Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2006, calculs de l'auteur

52On constate tout d'abord que pour les 40 % les plus pauvres, l'exposition est maximale avec le décile le plus pauvre et diminue ensuite le long de l'échelle des revenus (cf. les quatre premières séries d'histogrammes sur la figure 4). Pour les plus pauvres, la probabilité de cohabiter avec un plus riche que soi diminue au fur et à mesure que la distance sociale (mesurée ici en tant qu'écarts de revenus) se creuse.

53Pour les déciles « moyens » (du cinquième au huitième décile), au contraire, l'exposition est maximale avec son propre décile et diminue ensuite avec la distance sociale et ce, que l'on progresse vers le haut ou vers le bas de l'échelle des revenus.

54Enfin, les 20 % les plus favorisés (neuvième et dixième déciles) ont d'autant plus de chances d'interagir avec les autres déciles que ceux-ci sont placés haut dans l'échelle des revenus, et leur probabilité d'interaction devient maximale avec les plus riches.

55Ainsi, l'approche par les revenus permet de généraliser le résultat établi dans l'approche par les CSP pour les catégories extrêmes (cf. résultat 3) : ici, quel que soit le décile de revenu, la probabilité de cohabiter avec d'autres déciles a tendance à diminuer au fur et à mesure que la distance sociale se creuse entre eux [résultat 3bis].

56En se concentrant sur les déciles dont l'éloignement est maximal on retrouve la forte sous-exposition mutuelle des groupes situés aux deux extrêmes de l'échelle sociale (cf. résultat 4). Ainsi, un individu appartenant au décile le plus riche a 7,9 % de chances de rencontrer un individu appartenant au premier décile dans sa commune de résidence ou de travail (contre 25,9 % pour un membre de son propre décile). Symétriquement, un pauvre du premier décile a une probabilité de 5,6 % de rencontrer un riche du 10ème décile dans sa commune de résidence ou de travail (contre 15,9 % pour un membre de son propre décile).

57Cependant, l'approche par les revenus nuance fortement le résultat de la dissymétrie de la sous-exposition mutuelle des groupes favorisés et défavorisés établi dans l'approche par les CSP (cf. résultat 5). En effet, l'écart entre les taux d'exposition mutuels des plus riches et des plus pauvres n'est plus que de 2 points (7,9 %-5,6 %), contre 8,8 points entre les ouvriers et les cadres (21,2 %-12,4 %). Tout comme dans l'approche précédente, on constate l'existence de « zones favorisées » très exclusives et ségrégées où la probabilité de rencontrer les groupes les plus défavorisés est réduite au maximum. Il est frappant de constater que, symétriquement, les plus pauvres ne partagent pas non plus leurs espaces de travail et de résidence avec les plus favorisés : les plus riches restent à l'écart des communes où les plus pauvres sont présents dans les plus fortes proportions. Ce résultat [résultat 5bis] contraste fortement avec le résultat obtenu dans l'approche par les CSP, où les cadres étaient largement présents dans les quartiers où les ouvriers étaient fortement représentés.

58Enfin, on peut remarquer que la situation du deuxième décile est plus défavorable que celle du premier décile : la sous-exposition des autres déciles aux membres du deuxième décile est en effet systématiquement inférieure à celle de leur exposition aux 10 % les plus pauvres [résultat 7]. Une explication à ce résultat a priori paradoxal pourrait être liée à la présence de logements sociaux, dont l'attribution se fait sur critères de revenu. Ainsi, les membres du premier décile auraient accès aux quartiers favorisés par le biais du logement social contrairement aux membres du deuxième décile, dont les revenus sont juste suffisants pour les exclure de l'attribution de logements sociaux.

59Au total, parce que la distance économique entre riches et pauvres se double bien de leur distance géographique telle qu'appréciée par le coefficient de Moran et l'indicateur d'exposition inter-groupe, l'Île-de-France peut bien être qualifiée de ségrégée en 2006.

Conclusion et perspectives

60Sur le plan théorique, l'approche par les groupes sociaux (ensuite appréciée empiriquement à l'aune des CSP) et l'approche économique (ensuite appréciée empiriquement à l'aune des classes de revenu) de la ségrégation se distinguent par des fondements très différents. L'une s'enracine sur une conception globale de la société où il s'agit de percevoir comment des groupes sociaux se partagent et coexistent sur l'espace urbain. L'autre part d'une conception normative particulière du bien-être individuel et s'interroge sur l'éventuel cumul de la distance sociale et de la distance géographique entre individus dotés de niveaux de bien-être inégaux.

61Sur un plan empirique, lorsque l'on applique les deux approches au même terrain d'étude (ici, les populations des communes franciliennes en 2006), si certaines conclusions se recoupent partiellement, on constate que des différences notables apparaissent (cf. tableau 1).

Tableau 1 : La ségrégation des communes franciliennes en 2006 : résumé de la comparaison catégories socio-professionnelles / revenu

  

CSP

Revenu

Résultat 1

Ségrégation très marquée en haut de l'échelle sociale

Ségrégation « en J »

- élevée aux deux extrêmes

- plus élevée chez les plus riches

Résultat 2

Ségrégation nuancée au bas de l'échelle sociale

Résultat 3

L'exposition aux groupes sociaux « extrêmes » (ouvriers et cadres) est d'autant plus faible que la distance sociale est élevée

Sous-exposition mutuelle généralisée entre les déciles augmentant avec la distance sociale

Résultat 4

Sous-exposition mutuelle la plus forte entre les groupes « extrêmes »

Sous-exposition mutuelle extrême entre les groupes extrêmes

Résultat 5

Dissymétrie marquée dans la sous-exposition mutuelle des groupes « extrêmes »

Atténuation de la dissymétrie dans la sous-exposition mutuelle des groupes extrêmes

Résultat 6

  

Auto-corrélation spatiale positive des revenus fiscaux moyens

Résultat 7

  

La situation du deuxième décile est plus défavorable que celle du premier décile (logement social ?)

62Un résultat fort que partagent les deux approches est que la ségrégation urbaine caractérise les plus favorisés (les plus riches dans l'approche économique, les cadres et professions intellectuelles supérieures dans l'approche standard).

63Par contre, pour l'autre extrême de la hiérarchie sociale, la double analyse apporte nuance et contradiction à l'approche par les seules CSP. Cela est dû au fait que la superposition n'est pas parfaite entre les CSP situées au plus bas de l'échelle sociale (« Ouvriers » et « Employés ») et les déciles de revenu les plus pauvres (cf. figure 5). En particulier, la CSP « Ouvriers » renvoie à des revenus salariaux très hétérogènes, puisque le revenu salarial moyen d'un « Ouvrier qualifié » correspond à peu près à la borne du 4ème décile et dépasse le revenu salarial moyen des « Employés » franciliens. S'appuyer sur les CSP ne permet donc qu'imparfaitement de prendre en compte l'éloignement social des groupes les plus défavorisés – ceux dont il semble pourtant particulièrement légitime d'étudier la ségrégation : « La mesure des distances résidentielles est un préalable nécessaire mais qui ne suffit pas. Des catégories qui présenteraient à peu près les mêmes indices de ségrégation ne sauraient pour autant être placées sur le même plan si elles occupent par ailleurs des positions très différentes sur l'échelle des statuts et dans la dynamique des rapports socio-économiques » (Grafmeyer, 1996). Cette imparfaite concordance entre revenu communal et catégorie socio-professionnelle renvoie aux travaux de J.-C. François et al. (2007) qui montrent « qu'il serait vain de vouloir aborder géographiquement la question des discriminations spatiales liées aux niveaux de vie des ménages par le biais des seules répartitions des catégories sociales » (p.126).

64En tout état de cause, ici, utiliser une métrique fondée sur le revenu permet d'être plus précis sur le degré de ségrégation des groupes les moins favorisés. A l'image d'une ségrégation très marquée en haut mais plus nuancée en bas de l'échelle des CSP, l'approche par les revenus substitue l'image d'une ségrégation « en J », où les plus pauvres sont sans équivoque plus ségrégés que la moyenne – tout en subissant des niveaux de ségrégation inférieurs à ceux des plus riches. Dans le même ordre d'idées l'étalon de mesure fondé sur le revenu pourrait aussi capturer les effets de politiques publiques comme par exemple celle du logement social. Par ailleurs, le résultat « standard » du caractère dissymétrique de la sous-exposition mutuelle des plus favorisés (cadres, riches) et des plus défavorisés (ouvriers, pauvres) se trouve très fortement minoré si l'on se place dans le cadre d'une mesure économique de la ségrégation : les plus pauvres ont aussi peu de chances de rencontrer les plus riches dans les espaces où ils vivent ou travaillent que l'inverse.

Figure 5 : Bornes des déciles de revenu fiscaux mensuels par unité de consommation et revenus salariaux mensuels moyens nets de prélèvements par CSP en île de France en 2008

Figure 5 : Bornes des déciles de revenu fiscaux mensuels par unité de consommation et revenus salariaux mensuels moyens nets de prélèvements par CSP en île de France en 2008

Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2008

65Du fait de leurs différences théoriques et empiriques, l'approche économique et l'approche par les CSP nous apparaissent donc complémentaires ; leur utilisation combinée permettrait de nuancer et d'améliorer la perception de ce phénomène. Sur cette base, il pourrait être intéressant de reconduire cette confrontation à l'échelle non plus des communes mais à l'IRIS. Dans la lignée des travaux de J.-C. François et al. (2007) et L. Bouzouina et D. Mignot (2008), changer d'échelle d'analyse permettrait certainement de nuancer les résultats apportés ici.

66Sur un autre plan, la double approche présentée ici appelle elle-même à être dépassée, ce que l'on pourrait envisager de faire de deux façons différentes.

67Une première piste serait de remettre en question la mesure de la ségrégation urbaine sous l'angle de la mixité sociale. Que l'on définisse les groupes sociaux à l'aide des CSP ou des déciles de revenu comme ici, l'analyse met l'accent sur la diversité de la composition sociale des communes franciliennes ainsi que sur la possibilité pour les différents groupes sociaux de se rencontrer dans leur vie quotidienne. A l'heure actuelle, cette approche, tout en conservant sa place centrale dans l'appréciation de la ségrégation, est discutée (cf. Selod, 2004). Plusieurs chercheurs questionnent le bien-fondé de l'idéal de mixité sociale lui-même et le présupposé selon lequel la proximité sociale permettrait une meilleure intégration des moins bien lotis dans la société. Sur quel fondement appuyer la promotion du mode de vie des classes moyennes, et espérer la disparition de celui des moins favorisés ? Pour M.-H. Bacqué et P. Simon (2001) « derrière cet enjeu de mixité, c'est la place des populations pauvres et immigrées dans l'espace et, au-delà, dans la société qui pose problème ». Un tel horizon normatif ne va pas de soi. De plus, il n'est pas sûr que la cohabitation des groupes sociaux (horizon incontesté des politiques publiques de la ville) garantisse de réelles interactions – ni que celles-ci correspondent aux aspirations de la population elle-même. Depuis le célèbre article de J .-C., Chamboredon et M. Lemaire (1970), on sait que l'hétérogénéité socio-spatiale « organisée » peut attiser les comportements de différenciation sociale de la part des classes moyennes qui tentent de marquer leur distinction par rapport aux groupes plus défavorisés qu'elles côtoient. Si l'on adopte l'optique économique/utilitariste, apprécier la ségrégation à l'échelle de la ville par la non-mixité des niveaux de bonheur implique que l'on considère que la ville idéale est celle où il n'y a aucun tri socio-spatial des individus par leur niveau de satisfaction des préférences, ici approximé par les niveaux de revenu. Pourtant, il n'est pas sûr qu'une cohabitation maximale des satisfaits et des insatisfaits conduise au maximum de bonheur collectif possible. Il est fort probable que la félicité des premiers pâtisse d'une exposition prolongée avec les seconds ; à l'inverse, le spectacle de la satisfaction des premiers risque d'affecter la satisfaction, déjà précaire, des seconds. Ce type d'effets de rétroaction entre le bonheur des individus et celui de leur entourage (« keeping up with the Joneses » et « staying ahead of the Smiths ») est d'ailleurs au cœur des travaux menés en Économie du Bonheur (cf. Easterlin, 1974, 2003 et Graham, 2008). Par ailleurs, le fait même que la mixité sociale favoriserait, in fine, les plus défavorisés (ce qui la rendrait souhaitable d'un point de vue rawlsien) est discuté dans la littérature : D. Cutler et al. (2008) montrent que la concentration – transitoire – de minorités dans un quartier peut parfois faciliter leur intégration. Enfin, les effets des politiques publiques de promotion de la mixité urbaine peuvent être discutés : de nombreux chercheurs en critiquent les imperfections et en dénoncent les effets pervers (voir par exemple Lelévrier, 2004 et Bacqué et Simon, 2001).

68La conséquence de ces critiques est le basculement d'intérêt qui s’opère actuellement de la notion de mixité sociale vers la notion d'accessibilité (Béhar, 1997, et Soja, 2009, 2010, mobilisent la notion de « droit à la ville » dans la lignée de Lefebvre, 1974). Dans cette perspective, l'important n'est plus le contexte social de la localisation des individus, mais la possibilité d'accéder à l'ensemble des ressources (fonctions et aménités urbaines) que propose la ville. De nombreux travaux récents développent des indicateurs empiriques de l'accessibilité, qui reflètent la quantité relative d'opportunités (consommation de biens et services, accès à l'emploi et aux aménités urbaines) accessibles à une distance donnée (ou en un temps donné compte tenu du mode de transport) à partir de la localisation résidentielle d'un individu (sans possibilité d'exhaustivité, citons Wachs et Kumagai, 1973, Handy et Niemeier, 1997, Wenglenski et Orfeuil, 2004).

69Dans une seconde ligne de critique, on peut s'interroger sur la construction d'une meilleure base d'information pour appréhender une distance non seulement sociale mais socio-spatiale. En effet, que ce soit dans l'approche par les CSP ou dans l'approche utilitariste, le rôle de l'espace se cantonne à figurer le plan physique sur lequel les groupes sociaux se projettent de manière non uniforme. Il n'est pas pensé comme une source potentielle de production de la distance sociale. E. Soja (2010) décrit ce phénomène comme une dialectique socio-spatiale où l'espace structure le social autant que le social structure le spatial. Travaillant précisément sur le contexte francilien, Mariette Sagot (2001) étudie le rôle respectif de caractéristiques individuelles (CSP, diplôme, type de ménage...) et de variables liées au logement (confort...) et au statut socio-spatial du lieu de résidence (mesuré selon la typologie de Nicole Tabard, 1991, 1993 a et b) sur la variance des niveaux de vie. Elle montre « [qu']au-delà des spécificités individuelles, l'espace, à travers le type de logements offerts ou le statut socio-spatial des quartiers reste un facteur discriminant. Le type de logement occupé et dans une moindre mesure le type de quartier de résidence est une source de différenciation entre des ménages de même catégorie socioprofessionnelle ». Ignorer le rôle de l'espace urbain comme source de différentiation sociale, c'est méconnaître que les individus sont des êtres situés – Soja (2010) préfère parler de « spatialité ontologique de l'être » et se reconnaît une filiation avec les réflexions lefebvriennes sur la production de l'espace (Lefebvre, 1974).

  • 6 En particulier, pour rebondir sur la notion de mixité, on peut faire remarquer que vivre dans un en (...)

70Dans la lignée de la démarche proposée dans cet article, une piste de travail pourrait être de mobiliser les Théories de la Justice pour fournir un support théorique alternatif à une base d'information pertinente pour apprécier le bien-être de tels « homo geographicus » au sens de R. Sack (1997). On pourrait se fonder pour ce faire sur l'approche par les capabilités d’A. Sen (Sen, 1985a, 1985b, 1992, 1999), ce qu'explorent par exemple E. Tovar (2008a, 2009, 2010) et L. Bourdeau-Lepage et E. Tovar (2011). L'approche par les capabilités se démarque de l'utilitarisme à deux niveaux, tout en conservant sa démarche conséquentialiste, individualiste et égalitariste. En premier lieu, la nature subjective de l'utilité peut conduire à surestimer le bonheur des moins biens lotis par rapport à leur situation réelle. Parce qu'ils obéissent à un principe de réalité, les individus adaptent leurs préférences à ce qu'ils pensent pouvoir obtenir. Dans ces conditions, l'utilité de ceux qui vivent dans les environnements les plus défavorisés (par exemple parce qu'ils vivent dans un environnement ségrégé) peut être surestimée car ces individus peuvent être moins exigeants en termes de préférences et d'objectifs à atteindre ; utiliser une définition au moins partiellement objective du bien-être semble plus pertinent. En second lieu, alors que l'approche utilitariste est une approche unidimensionnelle où seul le bonheur individuel compte, Sen plaide pour un étalon de mesure multidimensionnel du bien-être où la liberté d'accomplir pourrait aussi être valorisée. Utiliser une telle approche permettrait donc de tenir compte, dans la métrique du bien-être elle-même, des contraintes que la localisation résidentielle fait peser sur l'étendue, la diversité et la richesse de l'ensemble des accomplissements potentiellement réalisables par les individus6 – ce qui renvoie précisément au concept de ségrégation.

71Indépendamment de l'approche par les capabilités, utiliser les Théories de la Justice afin de se doter d'un cadre conceptuel et normatif permettant de mieux définir et apprécier la palette des manifestations de la ségrégation urbaine semble être une piste de réflexion fructueuse (cf. Lehman-Frisch, 2009).

Haut de page

Bibliographie

Anselin L., Syabri I., Kho Y., 2006, « Geoda: an introduction to spatial data analysis », Geographical Analysis, vol. 38, 5-22.

Apparicio P., 2000, « Les indices de ségrégation résidentielle : un outil intégré dans un système d’information géographique », Cybergéo - Revue Européenne de Géographie, article 134, mis en ligne le 16 juin 2000, modifié le 05 novembre 2007.

URL : http://cybergeo.revues.org/12063

Arnsperger P., van Parijs P., 2003, Éthique économique et sociale, Paris, La Découverte.

Arrow K., 1951, « An extension of the basic theorems of classical welfare economies », in Neyman J. (ed.), Proceedings of the Second Berkeley Symposium on Mathematical Statistics and Probability, Berkeley, University of California Press, 507-531.

Aubry P., 2000, Le Traitement des variables régionalisées en écologie. Apports de la géomatique et de la géostatistique, Thèse de Doctorat, Université Claude Bernard Lyon 1.

Bacqué M.-H., Simon P., 2001, « De la mixité comme idéal et comme politique. A la recherche du dosage social optimal dans la ville », Mouvements, No.13, 22-24

Béhar D., 1997, « De la modélisation à la mobilisation : la mixité dans les politiques urbaines » in Obadia A., (ed.) La ville. Nouvelles temporalités, nouveaux services, Paris, Éditions de l'Aube.

Bentham J., 1789, An Introduction to the Principles of Morals and Legislation – vol. 1, Londres, printed for W. Pickering.

Bolt G., Van Kempen R., Van Ham M., 2008, « Minority Ethnic Groups in the Dutch Housing Market: Spatial Segregation, Relocation Dynamics and Housing Policy », Urban Studies, vol. 45, No.7, 1359–1384.

Bourdeau-Lepage L., Huriot J.-M., 2005, « The metropolis in retrospect. From the trading metropolis to the global Metropolis », Recherches économiques de Louvain, vol. 71, No.3, 257-284.

Bourdeau-Lepage L., Huriot J.-M., 2009, Économie des Villes Contemporaines, Economica, Paris.

Bourdeau-Lepage L., Tovar E., 2011, « Well-being Disparities Within the Paris Region. A Capabilist Spatialized Outlook », Document de travail d'EconomiX, No.17, 29 p.

Bouzouina L., Mignot D., 2008, « La ségrégation spatiale à différentes échelles », in Gaschet F., Lacour C. (dirs.), Métropolisation et ségrégation, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, Chapitre 3, 67-81.

Brandt R., 1979, A Theory of the Good and the Right, New York, Oxford University Press.

Bret B., 2009, « Interpréter les inégalités socio-spatiales à la lumière de la Théorie de la Justice de John Rawls », Annales de Géographie, No.665-666, 16-34.

Castellan M., 2003, « La connaissance de la pauvreté et de la précarité en Île-de-France », in Regards sur… les disparités sociales et territoires, Paris, INSEE Île-de-France, 5-9.

Chamboredon J.-C., Lemaire M., 1970, « Proximité sociale et distance spatiale. Les grands ensembles et leur peuplement », Revue Française de Sociologie, vol. 11, No.1, 3-33.

Cutler D., Glaeser E., Vigdor J., 2008, « When are ghettos bad? Lessons from immigrant segregation in the United States », Journal of Urban Economics, vol. 63, No.3, 759-774.

Desrosières A., 1984, « Des individus aux ménages : l'étude des milieux sociaux par les catégories socio-professionnelles », Données Sociales, Paris, INSEE.

Dos Santos M., L'Horty Y., Tovar E., 2010, « Ségrégation urbaine et accès à l’emploi, une introduction », in Dos Santos M., L'Horty Y., Tovar E. (eds), Ségrégation urbaine et accès à l’emploi, numéro spécial de la Revue d'Économie Régionale et Urbaine, No.1, mars, 1-22.

Duncan O.-D., Duncan B., 1955, « A Methodological Analysis of Segregation Indexes », American Sociological Review, vol. 20, No.2, 210-217.

Easterlin R., 1974, « Does economic growth improve the human lot? Some empirical evidence », in David P. A., Reder M. (eds.), Nations and Households in Economic Growth, New York: Academic Press.

Easterlin R., 2003, « Explaining Happiness », Proceedings of the National Academy of Sciences, vol. 100, No.19, 11176-11183.

Fleurbaey, M., 1996, Théories Économiques de la Justice, Paris, Economica.

François J.-C., Mathian H., Ribardière A., Saint-Julien T., 2007, « Riches et pauvres en Île-de-France. Formes et sens des voisinages », in Saint-Julien Th., Le Goix R. (dirs.), La Métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, Chapitre 5, 111-137.

Grafmeyer Y., 1966, « La ségrégation spatiale », in Paugam S. (dir.), L'Exclusion, l'état des savoirs, Paris, La Découverte.

Graham C., 2008, « The Economics of Happiness », in Durlauf S., Blume L. (eds.), The New Palgrave Dictionary of Economics (2ème édition), Palgrave Macmillan.

Gruet B., 2008, « Retour sur Hippodamos de Milet. À propos d’un mythe moderne », Histoire urbaine 2008/1, No.21, 87-110.

Handy E., Niemeier L., 1997, « Measuring accessibility: an exploration of issues and alternatives », Environment and planning A, vol. 29, No.7, 595-613.

Harvey D., 2009, Social Justice and the City (revised edition), Athens (Georgia), University of Georgia Press, 354 p (réédition de D. Harvey, Social Justice and the City, 1973, John Hopkins University Press)

Heath J., 2009, « Methodological Individualism », in Zalta E.N. (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy (édition de l'été 2009)

URL = <http://plato.stanford.edu/archives/ sum2009/entries/methodological-individualism/>.

Héran F., 1984, « L’assise statistique de la sociologie », Économie et Statistique, No.168, 23-35.

Kymlicka W., 2003, Les Théories de la justice. Une introduction, Paris, La Découverte.

Lamont J., Favor C., 2008, « Distributive Justice », in Zalta E.N. (ed.), The Stanford Encyclopedia of Philosophy (édition de l'autome 2008),

URL = <http://plato.stanford.edu/archives/fall2008/entries/justice-distributive/>.

Lange O., 1942, « The foundations of welfare economics », Econometrica, vol. 10, 215-228.

Lefebvre H.,1968, Le Droit à la ville, Paris, Anthropos, coll. Villes.

Lefebvre H.,1974, La production de l'espace, Paris, Anthropos, coll. Villes.

Lehman-Frisch S., 2009, « La ségrégation : une injustice spatiale ? Questions de recherche », Annales de Géographie, No.665-666, 94-115.

Lelévrier C., 2004, « Que reste-t-il du projet social de la politique de la ville ? », Esprit, No.303, 65-77.

Lerner P., 1934, « The concept of monopoly and the measurement of monopoly power », Review of Monopoly Studies, vol. 1, No.3, 157-175.

Maguain D., 2002, « Les théories de la justice distributive post-rawlsiennes. Une revue de la littérature », Revue Économique, vol. 53, No.2, 165-199.

Marcuse P., van Kempen R., (eds.), 2002, Of States and Cities: The Partitioning of Urban Space, Oxford, Oxford University Press.

Martinez C., 2003, « Les revenus fiscaux partagent fortement l'espace francilien », in Regards sur… les disparités sociales et territoires, Paris, INSEE Île-de-France, 11-15.

Massey D., Denton N., 1988, « The Dimensions of Residential Segregation », Social Forces, vol. 67, No.2, 28010–315.

Massey D., Denton N., 1989, « Hypersegregation in U.S. Metropolitan Areas: Black and Hispanic Segregation along five dimensions », Demography, vol. 26, No.3, 373-391.

Mill J.S., 1863, Utilitarianism, Londres, Parker, Son, and Bourn, (version électronique téléchargeable à l'adresse http://openlibrary.org/works/OL1068228W/Utilitarianism)

Mongin P., 1999, « Normes et jugements de valeur en économie normative », Information sur les Sciences Sociales, vol. 4, No.521, 521-553.

Musterd S., De Winter M., 1998, « Conditions for Spatial Segregation: Some European Perspectives », International Journal of Urban and Regional Research, vol. 22, No.4, 665-673.

Musterd S., Murie A., Kesteloot C. (eds.), 2006, Neighborhoods of Poverty, Urban Social Exclusion and Integration in Europe, Palgrave Macmillan, Houndmills.

Nozick R., 1974, Anarchy, State and Utopia, New York, Basic Books.

Parfit D., 1984, Reasons and Persons, Oxford, Clarendon Press.

Park R.E., Burgess E.W., McKenzie R.D, 1925, The City, Suggestions for the Study of Human Nature in the Urban Environment, Chicago, University of Chicago Press.

Peach C., 1999, « London and New York: Contrasts in British and American Models of Segregation », International Journal of Population Geography, vol. 5, 319-351.

Préteceille E. 1996, « Inégalités fiscales et divisions sociales en Île-de-France », in Pumain D., Godard F. (dirs.), Données Urbaines – vol 1, Paris, Economica, coll. Anthropos, 31-43.

Préteceille E., 2003, La division sociale de l'espace francilien, typologie socioprofessionnelle 1999 et transformation de l'espace résidentiel 1999-1999, Paris, Observatoire Social du Changement-CNRS.

Préteceille E., 2005, « Définir et analyser la ségrégation sociale », in Buffet F.-N. et al (dir.), Les mécanismes fonciers de la ségrégation, Paris, ADEP.

Préteceille E., 2006, « La ségrégation contre la cohésion sociale : la métropole parisienne », in Lagrange Y. (ed.), L’épreuve des inégalités, Paris, PUF, 195-245.

Rawls J., 1971, A Theory of Justice, Harvard (Massachussets), Harvard University Press.

Reynaud A., 1984, Société, espace et justice, Paris, Presses Universitaires de France.

Rhein C., 2000, « Structures sociales en Île-de-France », in Pumain D., Mattei M.-F. (dirs.), Données Urbaines – volume 3, Paris, Economica, coll. Anthropos, 211-224.

Rhein C., 2007, « Changements sociaux et transformations de l'espace », in Saint-Julien Th., Le Goix R. (eds.), La Métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, Chapitre 6, 139-163.

Ribardière A., 2007, « Les contextes locaux de la précarité sociale », in Saint-Julien Th., Le Goix R. (eds.), La Métropole parisienne. Centralités, inégalités, proximités, Paris, Belin, Chapitre 7, 163-183.

Rouland N., 1994, « La tradition juridique française et la diversité culturelle », Droit et Société, No.27, 380-418.

Sack R.D., 1997, Homo geographicus, Baltimore, John Hopkins University Press.

Sagot M., 2001, Géographie sociale et pauvreté 2 – L'évolution des disparités sociales entre les communes de l'Île-de-France, Paris, IAURIF.

Sagot M., 2007, « Les espaces à bas revenus en Île-de-France », in Pumain D., Mattéi M.-F. (dirs.), Données Urbaines – volume 5, Paris, Economica, coll. Anthropos, 149-161.

Selod H., 2004, « La mixité économique et sociale », in Thisse J.-F., Maurel F., Puig J.-P., Renard V. (dirs.), Ville et Economie, Paris, La Documentation Française, chapitre 5, 129-156.

Sen A.K., 1982, Choice, Welfare and Measurement, Oxford, Basil Blackwell.

Sen A.K., 1985a, « Commodities and Capabilities », Professor Dr. Hennipman Lectures in Economics, vol. 7, North-Holland, Amsterdam.

Sen A.K., 1985b, « Well-being, agency and freedom – the Dewey lectures 1984 », Journal of Philosophy, vol. 82, 169-221.

Sen, A. K., 1992, Inequality Re-examined, Oxford, Clarendon Press.

Sen, A.K., 1999, Development as Freedom, Oxford, Oxford University Press.

Simon P., Palomares E., 2006, « Neighbourhood Identity as a Resource for the Urban Poor », in Musterd S., Murie A., Kesteloot C. (eds.), Neighbourhoods of poverty. Urban social exclusion and integration in Europe, New York, Basingstocke.

Smail D.L., 2000, Imaginary Cartographies: Possession and Identity in Late Medieval Marseille, Ithaca, Cornell University Press.

Smith M.E., 2010, « The archaeological study of neighborhoods and districts in ancient cities », Journal of Anthropological Archaeology, sous presse.

Soja E., 2009, « The city and spatial justice », Justice Spatiale – Spatial Justice, No.1.

URL : < http://www.jssj.org/archives/01/>

Soja E., 2010, Seeking Spatial Justice, Minneapolis, University of Minesota Press.

Tabard N., 1991, « Quantifications économiques de l'espace, Région Île-de-France », Document de travail INSEE, No.F/9101.

Tabard N., 1993a, « Des quartiers pauvres aux banlieues aisées : une représentation sociale du territoire », Économie et Statistique, No.270, 5-22.

Tabard N., 1993b, Représentation socio-économique du territoire. Typologie des quartiers et communes selon la profession et l'activité économique de leurs habitants – France métropolitaine, recensement de 1990« , Document de travail INSEE, No. F/9304.

Tovar E., 2008a, La ségrégation urbaine : représentation économique et évaluation éthique, avec une application à l'Île-de-France des années 1990, Thèse de doctorat, EHESS.

Tovar E., 2008b, »Quel périmètre pour la différenciation sociale de l’espace urbain ?« , Document de recherche du Centre d'Études des Politiques Économiques de l'Université d'Évry, No.08-17.

URL : http://leda.univ-evry.fr/PagesHtml/laboratoires/Epee/EPEE/documents/wp/08-17.pdf

Tovar E., 2009, »Mesurer la pauvreté et la ségrégation en Île-de-France : une approche capabiliste« , Document de travail du Centre d'Études de l'Emploi, No.116.

Tovar E., 2010, »Ségrégation et accès à l’emploi à Paris« , Revue d'Économie Régionale et Urbaine, No.1, 111-134.

Wachs M., Kumagai G. T., 1973, »Physical Accessibility as a Social Indicator« , Socio-Economic Planning Science, vol. 7, 437-456.

Wenglenski S., 2007, »Catégorie sociale et accessibilité de l'emploi en Île-de-France« , in Pumain D., Mattéi M.-F. (dirs.), Données Urbaines – volume 5, Paris, Economica, coll. Anthropos, 171-183.

Wenglenski S., Orfeuil J.-P., 2004, »Differences in Accessibility to the Job Market according to Social Status and Place of Residence in the Paris Area", Built Environment, vol. 30, No.2, 116-126.

Xiong V.C., 2000, Sui-Tang Chang'an: A Study in the Urban History of Medieval China, Center for Chinese Studies, Ann Arbor, University of Michigan.

Haut de page

Notes

1 On aurait également pu, par exemple, s'intéresser au rapport au travail en s'appuyant sur le degré de précarité de l'insertion des individus sur le marché du travail (cf. par exemple Tovar, 2010).

2 On préfère utiliser le néologisme de capabilité plutôt que le mot pré-existant de capacité pour traduire le terme anglais de capability. Plusieurs raisons expliquent ce choix. Premièrement, en anglais capability et capacity coexistent, et Sen a volontairement choisi d'utiliser le premier terme. Ensuite, le terme de « capacity » a une connotation quantitative et matérielle – or l'approche de Sen consiste précisément à proposer une mesure du bien-être multidimensionnelle où l'accent est mis sur la valorisation d'éléments non matériels comme la liberté d'opportunité. Par contraste, capability peut être défini comme « le pouvoir de faire quelque chose » (« the power to do something »). Capability au sens du pouvoir d'agir semble bien mieux correspondre à l'esprit de la philosophie de Sen. Au prix d'un néologisme, il semble intéressant de conserver la nuance présente en langue anglaise. Par ailleurs, d'un point de vue pratique il est beaucoup plus commode de dériver un adjectif du substantif capabilité que de capacité : on préfère écrire « une base d'information capabiliste » plutôt que « une base d'information fondée sur l'approche par les capacités ».

3 Ces données ne sont pas, pour des raisons de confidentialité, disponibles à l'échelle individuelle, et de nombreuses communes sont de trop petite taille pour que la décomposition des niveaux de revenu par décile soit communiquée. Par ailleurs, la décomposition des foyers fiscaux par déciles de revenu n'est informée dans les statistiques de l'INSEE que pour les unités spatiales de plus de 2 000 foyers fiscaux. On reconstitue les déciles de revenus selon une méthode décrite dans Dos Santos et al. (2010).

4 Le premier décile renvoie aux 10 % de municipalités possédant les revenus les plus faibles. Le 10ème décile renvoie aux 10 % de municipalités possédant les revenus les plus élevés.

5 Calculs réalisés sur le logiciel GeoDa (Anselin, Syabri et Kho, 2006). Le coefficient I de Moran peut être interprété comme le rapport de la covariance entre observations contiguës à la variance totale observée de l'échantillon (cf. Aubry, 2000). Son interprétation repose sur sa comparaison, à l'aide d'un test statistique, avec sa valeur attendue E en situation de distribution parfaitement homogène sur le territoire (ici, -0,0008). Lorsque I >> E (resp. I << E), les valeurs prises par les niveaux de pauvreté des unités spatiales ne sont pas disposées au hasard dans l’espace des zones étudiées, mais sont proches pour deux unités spatiales voisines (resp. éloignées). Les unités spatiales géographiquement proches sont aussi statistiquement proches (resp. éloignées), et on conclut à la présence d’une auto-corrélation spatiale positive (resp. négative). Lorsque I est proche de E, on conclut à l’absence d’auto-corrélation spatiale : aucun lien significatif ne peut être établi entre la proximité statistique et la proximité géographique des unités spatiales.

6 En particulier, pour rebondir sur la notion de mixité, on peut faire remarquer que vivre dans un environnement socialement diversifié peut avoir des effets positifs sur les opportunités des individus en ce sens que côtoyer des individus ayant des trajectoires très diversifiées ne peut qu'avoir un effet positif sur l'ensemble des possibles considérés. par chacun (cf. Bourdeau-Lepage et Tovar, 2011).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Ségrégation uni-groupe des CSP en Île-de-France en 2006
Crédits Source : données INSEE, RGP 2006, calculs de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-1.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 2 : Indices d'exposition inter-groupe des CSP en Île-de-France en 2006
Crédits Source : données INSEE, RGP 2006, calculs de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-2.png
Fichier image/png, 64k
Titre Figure 3 : Ségrégation uni-groupe des déciles de revenu en Île-de-France en 2006
Crédits Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2006, calculs de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-3.png
Fichier image/png, 70k
Titre Carte 1 : Distribution des revenus fiscaux moyens en Île-de-France (2006)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-4.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 4 : Indices d'exposition inter-groupes des déciles de revenu en Île-de-France en 2006
Crédits Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2006, calculs de l'auteur
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-5.png
Fichier image/png, 41k
Titre Figure 5 : Bornes des déciles de revenu fiscaux mensuels par unité de consommation et revenus salariaux mensuels moyens nets de prélèvements par CSP en île de France en 2008
Crédits Source : données INSEE-DGI, revenus fiscaux 2008
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/24197/img-6.png
Fichier image/png, 20k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Élisabeth Tovar, « Comment mesurer la ségrégation urbaine ? Une contribution économique », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 548, mis en ligne le 16 octobre 2011, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/24197 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24197

Haut de page

Auteur

Élisabeth Tovar

MCF, Économie
Université Paris Ouest, EconomiX (UMR 7235) et Centre d'Études de l'Emploi-Céleste
200, avenue de la République, 92001 Nanterre Cedex
etovar@u-paris10.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page