Navigation – Plan du site
2012
583

Hexagones sans centre, centres sans hexagone

Géographes de langue allemande et système christallérien, 1933-2010
Hexagons without center, centers without hexagon. German speaking geographers and Christallerian system, 1933-2010
Anne Radeff

Résumés

Le système triangulo-hexagonal de Walter Christaller (Die zentralen Orte, 1933) a fait l’objet de vifs débats parmi les géographes de langue allemande depuis 1933 jusqu’à nos jours. Malgré le fait que plusieurs dénoncent les erreurs mathématiques de Walter Christaller, ses hypothèses irréalistes, la non-adéquation de son modèle à la réalité ou son lourd passé totalitaire, on voit apparaître, disparaître, puis réapparaître des hexagones, idée fixe ou image idéale qui hante la pensée des géographes et des aménageurs. Même lorsque cette figure disparaît, les idées fondamentales du système christallérien subsistent, toutes fondées sur la notion de « centre ». Pourquoi donc tant d’auteurs, venant d’horizons différents sur le plan scientifique (géographes ou aménageurs), politique (partisans de régimes totalitaires ou démocrates) ou national (Estonie, Allemagne, Autriche, Suisse), ont-ils perduré dans la défense d’un système condamné dès les débuts ?
Certains parmi ces géographes appellent cependant à un changement de paradigme dès la fin du 20e siècle. On voit aussi apparaître, parfois même chez des auteurs encore fascinés par l’hexagone, des notions qui contredisent partiellement ou totalement le système christallérien : « décentralisation concentrée », « concentration décentrale », « déconcentration » ou « structure polycentrique » du système urbain. Toutes ces notions peinent cependant à se distancer de celle de centralité. En réalité, tous les lieux sont à la fois centraux et décentraux, les deux étant indissociablement liés.

Haut de page

Texte intégral

Note préliminaire

  • 1 Par manque de place, le texte original de la plupart des expressions allemandes, traduites ici en f (...)
  • 2 Les commentateurs de Christaller utilisant son texte en allemand ou sa traduction en anglais ont d’ (...)

1En 1933, le géographe allemand Walter Christaller proposait une organisation spatiale idéale sous la forme de triangles générant des hexagones emboîtés. La présence des triangles est évidente dans Die zentralen Orte in Süddeutschland, qu’il s’agisse de la partie “théorique” (Christaller, 1933a, p. 69) ou de celle dite “régionale” (Christaller, 1933a, p. 167)1. Elle est implicite ou simplement esquissée sur les figures dans lesquelles les sommets sont représentés sans que les côtés soient tracés (Christaller, 1933a, pp. 66, 69, 71, 78, 80, 83, 84). Sur le schéma théorique de la carte 4, l’hexagone et le triangle équilatéral sont identifiables, mais ne sont pas dessinés par Walter Christaller pour ne pas surcharger la figure et la rendre illisible étant donné sa taille. En 1966, Christaller précise d’ailleurs qu’il commence à raisonner spatialement avec la ligne droite (distance la plus courte), pour passer au triangle, puis au cercle et enfin à l’hexagone (Christaller, 1966, p. 36)2.

2Walter Christaller utilise le terme de “système” (Christaller, 1933a ; en particulier figures pp. 66-84) pour désigner l’organisation spatiale triangulo-hexagonale qu’il considère comme l’expression des principes de sa “théorie” des lieux centraux. Le terme “modèle” n’apparaît que tardivement dans ses écrits (Christaller, 1965, 1966). Pour ne pas commettre d’anachronisme, j’utilise donc le mot “système” sauf lorsque je cite des auteurs privilégiant d’autres termes comme “modèle”. Ce système, présenté par son auteur au congrès international d’Amsterdam en 1938 (Christaller, 1938), suscite un débat international (colloque de Lund : Norborg, 1962) qui est répercuté par des auteurs de langue anglaise (Ullman, 1941 ; Dickinson, 1947, 1953, 1976 ; Berry, 1956, 1967) et de langue française (Biermann, 1938 ; Claval, 1966).

Introduction : élargir le débat

  • 3 Traitant de Lösch et Christaller, Dickinson écrit d’ailleurs que “these writers made a negligible i (...)
  • 4 Première main : travail fondé sur le texte de Walter Christaller en allemand ; 2e main : travail fo (...)
  • 5 Sur Berry, cf. Nicolas, 2009. Dawson, lorsqu’il cite en allemand, accumule les erreurs sur les noms (...)

3Pour comprendre, appliquer et discuter les idées de Walter Christaller, la majorité des auteurs de langue française utilisent une traduction lacunaire du texte initial de Walter Christaller en anglais (Baskin, 1966 ; cf. Nicolas, 2009, point 3.4)3. La traduction en italien (Malutta et Pagnini, 1980) n’est pratiquement pas utilisée en France. En français, on ne dispose que d’extraits (Adam, 1992) et seules 22 pages sur 331 ont fait l’objet d’une traduction suivie (Covindassamy, Christaller et Djament, 2005 ; cf. Nicolas, 2005). Pour discuter du système christallérien, la majorité des auteurs de langue française fait appel à des travaux de troisième main4 (Berry, 1956, 1967 ; Dawson, 1969 ; Woldenberg, 19685 et al.). Ils ignorent largement la dimension allemande du débat : tout se passe comme si les seuls auteurs de langue allemande pris en considération étaient ceux qui ont publié en anglais ou travaillé avec des géographes, sociologues, économistes… de langue anglaise !

  • 6 Ce texte se concentre sur les géographes de langue allemande afin de les rendre accessibles pour me (...)

4Cet article offre donc un accès de première main aux locuteurs de langue française qui ne lisent pas les textes allemands6. Il complète des travaux en français se concentrant sur les géographes de langue française, avec une bibliographie exclusivement en français et en anglais (Pumain et Saint-Julien, 1976 ; Pumain, Saint-Julien et Vigouroux, 1983). Il a été réalisé en guise d’introduction à un débat international (allemand, français, italien, espagnol, anglais, etc.) sur les divers aspects du système christallérien : forme hexagonale, notions d’ordre, de hiérarchie et surtout de centre (Nicolas et Radeff, 2004).

  • 7 On peut multiplier les références de textes de la fin du 20e siècle en plusieurs langues et dans pl (...)

5L’image triangulo-hexagonale, sur laquelle ce texte met l’accent, a traversé les siècles en dépit des tentatives pour essayer de la ridiculiser (Swift, 1995, figure 3, reproduite dans Baudelle, 2005, p. 16 ; Blotevogel, 2004, figure p. 1), devenant ce que certains appellent la “folie de l’hexagone” et que je considère plutôt comme une “idée fixe”. Cette idée s’est propagée en dépit du fait que de multiples travaux ont démontré que le système christallérien est géométriquement faux et contradictoire et qu’il n’a pas de validité générale (Böventer, 1962b, p. 79, 87-88, 91, 97-99 ; Böventer, 1968, p. 110 ; Berry, 1971 ; Beavon, 1977, pp. 22-27 ; Michalakis et Nicolas, 1986 ; Adam, 1992 ; Béguin, 1992 ; Sugiura, 1997 ; Kegler, 2010, pp. 122-123). Nulle part, ce système n’a jamais été observé empiriquement dans son intégralité (il manque toujours des sommets, des centres et les polygones observés ne sont jamais des hexagones réguliers) (Adam et Nicolas, 1990 ; Radeff, 2000). Cette idée continue à sévir au 21e siècle, dans les pays de langue anglaise (Krugman, 1995, pp. 63-64, 103-106 ou Masahisa, Krugman et Venables, 2001, pp. 26-27) comme en France (Woessner, 2008, p. 42 ; Fache, 2008 p. 485, Pumain, Paquot et Kleinschmager, 2006, pp. 275-277 ; Géneau et Staszak, 2000, pp. 402-407 ; Sanders, 2001, p. 163 ; Bavoux, 2005, p. 104)7. Dans ce dernier pays, elle a d’ailleurs pris une forme collective, puisque “hexagone” est devenu le synonyme de “France” – en annexant la Suisse romande – alors que cette réduction géométrique serait d’origine allemande, son usage pédagogique ayant été ensuite prôné par un géographe américain d’origine suisse aux États-Unis (Smith, 1969 ; Robic, 1989 et 1991 ; Schumann, 2004).

  • 8 Il est bien entendu impossible de citer tous les géographes de langue allemande ayant traité du sys (...)
  • 9 Je ne traiterai pas ici des précurseurs de Christaller (cf. Istel, 2002 ou Ben-Joseph et Gordon, 20 (...)

6Ce texte montre dans quelle mesure cette idée a sévi et sévit encore chez les géographes de langue allemande8. Après une présentation des approfondissements et des éléments nouveaux qu’amène la lecture de textes en allemand sur les origines du système christallérien et sur son utilisation dans le contexte des années 1930 (point 1), je montrerai comment les auteurs de langue allemande l’ont considéré de 19339 à nos jours : à l’époque du nazisme (point 2), dans les années 1970 (point 3) et enfin depuis une trentaine d’années (point 4). Un bilan (point 5) aboutit à la nécessité de changer de paradigme (point 6), ce qui est une préoccupation chez beaucoup de géographes allemands actuels.

Le contexte du système christallérien

7De récents travaux en allemand élargissent ou renouvellent les connaissances sur le contexte de l’élaboration du système christallérien et sur son application dans les années 1930.

  • 10 Claval, 1972, p. 539. Claval, 1966, p. 21 était plus nuancé, tout en se contentant de renvoyer aux (...)
  • 11 Istel (1937-2006) est décédé alors qu’il prévoyait un second volume intitulé Post Christaller.

8D’abord, en ce qui concerne son originalité : des chercheurs de langue anglaise et française (Dawson, 1969 ; Robic, 1982) ont trouvé des précurseurs à Walter Christaller, qui n’est pas un pionnier, contrairement à ce qui est parfois affirmé10. En 2002, Wolfgang Istel, qui analyse des dizaines de travaux en allemand, en français et en anglais, approfondit la question (Istel, 200211) et montre que, dès le 19e siècle, des recherches lient approche empirique et théorique d’une part, géographie et économie de l’autre pour mettre en évidence un rapport fonctionnel entre structure hiérarchique de l’habitat, relations de trafic et accessibilité des centres. Certains auteurs ont théorisé ce rapport et construit des modèles spatiaux fondés sur une structure géométrique : cercles, triangles ou hexagones (Istel, 2002, en particulier pp. 3, 5, 138). Walter Christaller ne cite que très exceptionnellement ces précurseurs, soit qu’il ignore leur existence, soit qu’il souhaite faire croire que son système n’est pas influencé par des auteurs extérieurs mais a été sans conteste sa création scientifique personnelle come il l’affirme en 1968 (Istel, 2002, p. 2, citant Christaller, 1968).

  • 12 Karl R. Kegler m’a aimablement communiqué des données tirées de textes inédits de Walter Christalle (...)

9Ensuite, on en sait plus grâce à des travaux récents en langue allemande, sur l’évolution politique de Walter Christaller, membre du Parti social démocrate (SPD) en 1922 ou 1923, du Parti nazi dès juillet 1940, du Parti communiste après la guerre et jusqu’en 1953, enfin à nouveau du SPD en 1959 (Kegler, 200812 ; Hottes, 1981). Nombre d’auteurs du 20e siècle font de lui un scientifique manipulé par les politiques. En 1972, pour Peter Schöller, “les plans de Christaller pour l’utilisation de son système des lieux centraux sont certes intègres sur le plan scientifique mais méconnaissent les conséquences politiques” (Schöller, 1972, p. X). D’autres passent du scientifique manipulé au marginal : comme Emil Meynen en 1979 (Meynen, 1979, p. VII), l’historien allemand de la pensée géographique Hans-Dietrich Schultz, professeur de géographie à l’Université Humboldt de Berlin, décrit Walter Christaller comme un “outsider de la géographie” (Schultz, 1980, p. 226), image qui va passer de l’allemand au français (Robic, 2001, p. 153) puis à l’anglais. Lorsqu’en 2006 David Blackbourn, spécialiste de l’histoire allemande contemporaine et professeur d’histoire à l’Université de Harvard (USA), étudie la “fabrication” de l’Allemagne moderne, il traite Christaller, en se référant à Schultz, de “something of an outsider in his discipline” et le présente comme le contradicteur du géographe nazi de Danzig Martin Bürgener (Blackbourn, 2006, p. 248) ! Or, les travaux allemands les plus récents montrent que l’engagement politique fluctuant de Walter Christaller repose sur des choix opportunistes, dans le but de faire triompher des idées qu’il juge applicables partout, avec cependant plus d’efficacité sous un régime totalitaire (Kegler, 2008, 2010). Des auteurs de langue anglaise ou française viennent conforter ces dires (Sugiura, 1997 ; Aly et Heim, 2002, pp. 120-125 ; Ingrao, 2010, pp. 229-230).

  • 13 Professeur émérite de géographie à l’Université de Bonn. Fehn a utilisé dans les années 1970 le sys (...)

10Enfin, on connaît mieux les conditions de l’utilisation du système christallérien au service du nazisme. Certes, des auteurs continuent à l’ignorer (par exemple Blotevogel, 2004). D’autres minimisent sa portée, comme Klaus Fehn (1937-)13, qui écrit que Christaller n’a pas contribué à l’aménagement spatial national socialiste en formulant la “théorie” des lieux centraux car il se préoccupait d’élaborer un concept général d’ordre spatial. Il n’aurait été ni nazi ni raciste, mais partisan de régimes autoritaires en ce qui concerne sa conception de l’ordre dans tous les domaines de la vie. Il aurait certes volontiers suivi la proposition de Konrad Meyer de développer ses vues de manière systématique et de les appliquer aux Ostgebiete conquises mais il n’aurait pas fait un plan général pour ces régions et ne serait pas responsable du Generalplan Ost. Il serait ainsi un bon exemple.des idéalistes ou technocrates fournissant des bases scientifiques aux nazis (Fehn, 2008, pp. 227-228). D’autres travaux montrent pourtant que les idées de Walter Christaller ont été utilisées avec son accord voire sa collaboration active par l’Allemagne nazie (Rössler, 1990), en Europe orientale (Rössler, 1989 ; Esch, 1992 ; Rössler et Schleiermacher, 1993 ; Haar, 2005 ; Heinemann et Wagner, 2006) ou en Hollande (Derks, 1986, p. 178 ; Bosma, 1993 ; Derks, 2001, pp. 169-178).

  • 14 En 1944, Walter Christaller fait deux rapports pour la RKF (Reichskommissar für die Festigung deuts (...)

11Lorsqu’il décrit le système L de Stuttgart, Walter Christaller rédige un passage – censuré par Baskin – qui montre comment il considère les “distorsions” de la réalité par rapport à son système : “Ce qui est avant tout remarquable et qui détermine fortement la structure du système L de Stuttgart est le fait que sont ici contigus non pas 6 systèmes L, comme cela est normal [sic, c’est-à-dire normalement prévu par la théorie], mais seulement 5” (Christaller, 1933a, p. 201). On retrouve à plusieurs reprises cette utilisation de la normalité (par exemple Christaller, 1933a, pp. 181, 199, 216, 234). La même année 1933, dans un article publié dans la Geographische Wochenschrift, Walter Christaller propose d’utiliser son modèle pour “une nouvelle partition du Reich et […] et la création d’une structure administrative spatiale et organique […] sous la conduite du chancelier Adolf Hitler” (Christaller, 1933b cité par Kegler, 2010, p. 124). En 1944, il inclut dans le futur grand Reich la Suisse allemande, avec Bâle comme capitale14. Les planificateurs nazis du Commissariat du Reich pour le renforcement de la nation allemande, dont il faisait partie, utilisent son système pour imposer leurs idées contre celles de concurrents régionaux et institutionnels. De plus, malgré ses incohérences, il permet de donner une référence commune au refus de l’économie et de la société dites “libérales”. Enfin, il est particulièrement bien adapté à l’idéologie nazie du “Lebensraum” impliquant, pour germaniser les pays conquis, le déplacement de plus de 12,2 millions d’Allemands de souche. Mais il a ses limites : la concurrence est forte entre géographes nazis et plusieurs contestent le système christallérien (Esch 1992 ; Leendertz, 2008b, pp. 167-177). Les planificateurs du RKF le trouvent trop rigide et irréaliste et Himmler ne l’a pas approuvé (Kegler, 2009 et 2010).

Géographes ayant vécu l’époque nazie : de 1933 à la fin des années 1960

  • 15 Professeur de géographie économique et sociale à l’Université Gerhard-Mercator de Duisburg de 1983 (...)

12Pour Hans H. Blotevogel (1943-)15, la “théorie géniale” de Walter Christaller est surgie à un “faux moment” de l’histoire et a été peu comprise par les géographes allemands à l’époque. Certes, plusieurs comptes-rendus de sa thèse sont publiés et Walter Christaller est bien connu dans le monde académique des années 1930 et 1940, mais il se heurte à une large incompréhension car il est en opposition avec la manière de faire de la géographie à l’époque. Sa théorie aurait tout simplement mis entre parenthèses tout ce qui comptait alors : le relief, le sol, les États, la population [sic], le développement de l’habitat [sic] etc. Il y a une rupture avec le “mainstream de la géographie de l’époque (Blotevogel, 1996, pp. 617-619). Ce ne serait que par le détour de l’espace scandinave et anglo-américain que le système christallérien est devenu dans les années 1960 et 1970 le concept clé de la “nouvelle géographie quantitative et théorique.

Convergences de problématiques et de méthodes

13Blotevogel passe sous silence le fait que de nombreux autres chercheurs se posent bien avant 1933 des questions proches de celles de Walter Christaller et proposent des solutions comparables, y compris dans le choix de figures triangulo-hexagonales (Istel, 2002). Cette convergence est encore plus nette dans les années 1920-1930, lorsque plusieurs géographes de langue allemande travaillent sur les mêmes problématiques que Christaller, mais sans proposer un système géométrique comparable et souvent sans tenir compte de ses travaux.

  • 16 Comme souvent, il faut se méfier des biographies hagiographiques comme Thom, 1957 ou Scheu, 1966.

14C’est en particulier le cas d’Erwin Scheu (1886-1981), professeur de géographie économique à la Haute École de commerce de Königsberg de 1929 à 1945 et recteur en 1940. Plus âgé que Christaller et mieux installé dans le système universitaire, Scheu est plutôt son rival que son “émule, comme on l’écrit parfois erronément. Tous deux ont la volonté de réorganiser spatialement le système administratif allemand (Preston, 1992, p. 529) et ont cherché à la réaliser en collaborant à la colonisation nazie des régions conquises en Pologne (Rössler 1990 pp. 55, 81, 107, 145, 273 ; Leendertz, 2008a, p. 52416). Erwin Scheu formule une loi dite “mathématique” sur la distribution des marchandises (Scheu, 1924 cité dans Scheu, 1966, p. 10) et propose une classification des lieux à partir des villages (Scheu, 1936). Il utilise des termes communs avec Christaller : centre, Hinterland, portée (Bereich) (Scheu, 1936), comme ses étudiants (Achtelstetter, 1936), sans pour autant citer ses travaux. En 1966, il l’attaquera – toujours sans le citer – en écrivant que “la géographie économique n’est pas concevable sans la géographie physique (Scheu, 1966, p. 12).

15Comme Erwin Scheu, l’architecte et aménageur allemand Karl Neupert (1910-1991) a proposé des plans pour la colonisation des régions conquises par le Reich en Europe orientale, en concurrence avec ceux de Walter Christaller (Rössler, 1990, p. 194). En 1941, Neupert publie un schéma de “l’habitat allemand” dans lequel les lieux sont entourés de cercles de trois tailles différentes (Neupert, 1941 reproduit dans Rössler, 1990, p. 198). Les lieux du niveau inférieur (villages) sont au centre des cercles, ceux du niveau supérieur (villes) le sont presque. En revanche, au niveau moyen (bourgs de marché), la majorité des lieux ne sont pas au centre. Les cercles essaient de couvrir toute la surface de façon jointive et très peu sont en intersection ; le nombre de petits cercles dans les cercles moyens est de sept environ et leurs “centres forment des polygones irréguliers. Il y a donc une hiérarchie, mais pas de modèle géométrique régulier hiérarchisé.

16Un autre exemple de cette convergence de problématiques et de méthodes est celui du géographe allemand Hanns Kelletat (1908-1942). Ses rapports avec Christaller sont très différents de ceux de Scheu : plus jeune et mort à Stalingrad à 34 ans, Kelletat n’est pas un rival et ignore les travaux de Walter Christaller lorsqu’il publie sa thèse sur le réseau urbain de Prusse orientale (Kelletat, 1934). Traitant de centres, de hiérarchie, de portée, de régularité spatiale idéale, il représente la portée des villes à l’aide de cercles sécants de rayons variables. Autour de Königsberg (devenu Kaliningrad), le plus grand cercle inclut tous les autres et déborde largement sur la mer. A la différence de Walter Christaller, Hanns Kelletat n’utilise pas l’hexagone et privilégie les résultats empiriques. Il envoie un exemplaire de sa thèse à Walter Christaller, qui accuse réception en lui reprochant l’absence d’une théorie économique dans une lettre (26.06.1936) se terminant par le salut allemand “Heil Hitler” (Istel, 2002, pp. 279-293).

  • 17 August Lösch n’a pas été membre du parti nazi mais des travaux récents montrent que ceux qui l’ont (...)

17Cet article étant consacré aux géographes, je ne traiterai donc que brièvement de l’économiste August Lösch (1906–1945)17. C’est lui – et non Christaller – qui est l’auteur de la hiérarchie des “k. Ses schémas (Lösch, 1944, p. 80 ss.) sont souvent erronément présentés comme étant ceux de Walter Christaller et son système de rotations d’hexagones a fait croire que la figure fondamentale de Walter Christaller est aussi un hexagone, à l’exclusion du triangle. Surtout, August Lösch n’a pas “généralisé” Christaller – comme on l’affirme faussement – mais l’a sévèrement critiqué. Il montre en particulier qu’on ne peut pas déduire du système k = 4, axiomatique selon lui, le système qu’il nomme k = 3 de Christaller. Pour lui, la répartition régionale des lieux centraux n’a pas la régularité pyramidale uniforme que lui attribue Walter Christaller ; il invalide également l’équirépartition des régions complémentaires autour des lieux centraux (Nicolas, 2009).

Influence précoce en Estonie

  • 18 Buttimer, 1987 : Professeur associé de géographie économique à l’université de Tartu dès 1934, prof (...)

18Un autre auteur de langue allemande utilise le système christallérien en connaissance de cause dès les années 1930. Il s’agit du géographe estonien Edgar Kant (1902-1978), proche des milieux nazis allemands de 1941 à 194418, qui publie en 1935 un ouvrage traitant des rapports entre la population estonienne et son Lebensraum (Kant, 1935). La même année, il propose au ministère estonien de l’intérieur un projet de rationalisation des unités administratives du pays, tout en appelant de ses vœux un Lebensraum beaucoup plus large, celui de la Balto-Scandinavie regroupant les pays riverains de la Baltique. Après une présentation physique et agricole de l’Estonie (géographie régionale), Edgar Kant rédige un chapitre sur la population urbaine (pp. 169-268). A la différence de Walter Christaller, il ne parle pas de lieux centraux (zentrale Orte) mais d’habitats centraux (zentrale Siedlungen) pour désigner les villes et les bourgs (p. 169). Il remplace “lieux centraux auxiliaires” (“hilfszentrale Orte”) par “habitats auxiliaires” (“hilfszentrale Siedlungen”, p. 181). En revanche, on retrouve le terme christallérien de Hinterland (p. 174) et l’utilisation des lignes téléphoniques pour classer les villes (p. 176). Edgar Kant oppose ses résultats de classement par nombre d’habitants à ceux de Walter Christaller : la courbe estonienne est régulière, il n’y a pas de seuils (p. 185). Le système triangulo-hexagonal n’est pas utilisé au profit d’une approche par cercles concentriques : un ordre circulaire (p. 195). Les “centrogrammes” théoriques sont adaptés à la répartition des lieux qui n’est pas régulière et pas totalement centralisée. De surcroît, l’espace n’est pas isotrope (p. 196). Une carte (XI) représente cinq catégories d’habitats centraux et auxiliaires (villes à part entière ; petites villes ; villes rurales ; grands bourgs ou villes naines ; petits bourgs) et entourées par quatre sortes d’anneaux (villes à part entière ; couronnes extérieure et moyenne des habitats auxiliaires ; couronne interne des habitats auxiliaires). Les deux plus grands anneaux se recoupent autour de Tallinn et de Tartu, formant deux systèmes différents (pp. 201-268). Les observations empiriques d’Edgard Kant sont donc en contradiction avec le système christallérien (comme le relèvent Raagma et Kroon, 2005, p. 207). Malgré cela, il estime (pp. 198-199) que le système des zentrale Siedlungen d’Estonie est relativement régulier, que les anneaux se suivent de manière concentrique et qu’ils sont d’autant plus nombreux que les villes sont plus importantes, cette dernière affirmation étant la seule à se vérifier (carte XI) ! Edgar Kant (conclusion p. 268) estime que ni l’ordre par niveaux, ni les cercles, ni les frontières des régions complémentaires, ne sont réguliers. Entre l’idéologie de l’ordre et celle du combat pour l’espace vital, le Lebensraum, Kant choisit la seconde.

Géographes suisses à Zurich

  • 19 Siegrist ne traite que des géographes suisses de langue allemande.
  • 20 Steffen Gerber, 2003 et Brunner, 2000, pp. 55-65 ne mentionnent pas la collaboration de Bösch aux N (...)
  • 21 Siegrist (1989) ne traite pas du cas de Hans Carol.

19Les idées de Christaller ont été introduites après la deuxième guerre mondiale en Suisse dans un milieu de géographes ayant vécu pendant l’époque nazie. Certes, un seul géographe enseignant dans les universités suisses alémaniques, Fritz Jaeger, a été démis de ses fonctions après la guerre, en 1947, à cause de ses sympathies nazies et la plupart des autres géographes ont défendu l’indépendance de la Suisse. Cependant, aucun d’entre eux ne s’est ouvertement opposé au nazisme en tant qu’idéologie (Siegrist, 1989, p. 292)19. Plusieurs en furent même relativement proches. Le patron de thèse de Hans Carol (le premier géographe qui diffuse les thèses de Christaller en Suisse), Hans Boesch, collabora au journal suisse frontiste Nationale Hefte (Cahiers nationaux) (Siegrist, 1989, pp. 302-304)20. L’une des missions de Hans Carol en Afrique – dont Fritz Jaeger a étudié les bienfaits de la colonisation (Siegrist, 1989, pp. 311-312) – a été d’examiner “le problème noir-blanc” (Brunner, 2000, p. 83)21. Le géographe Ernst Winkler (1907-1987), membre du groupe de travail pour l’aménagement créé en 1944 autour de Hans Carol, a publié de nombreux articles dans les revues de géographie nazies pendant la guerre. Ernst Winkler estimait que, comme l’Etat slovaque créé par les nazis, la Suisse était sous l’influence de la culture allemande, non seulement en pays alémanique mais aussi en Romandie, considérée comme l’espace tribal des Burgondes (Siegrist, 1989, p. 304-307). Le vocabulaire utilisé par les membres de ce groupe est contaminé par le nazisme : pour eux, l’organisation spatiale optimale est un “ordre sain” (“eine gesunde Ordnung”) (Carol et Werner, 1949, pp. 83, 118).

  • 22 Brunner, 2000, pp. 82-90 : Hans Carol est d’abord premier assistant (Oberassistant) à l’institut de (...)
  • 23 Cette carte, réalisée par Hans Carol au 1 :250.000, a été publiée au 1 :300.000 : Carol, 1946c ; Ca (...)
  • 24 Carol cite Christaller (1933a) et un texte en français présenté au Congrès international de géograp (...)

20En 1943, sous la direction de Hans Boesch (1911-1978) professeur à l’Institut géographique de l’Université de Zurich de 1941 à 1978 (Steffen Gerber, 2003 et Brunner, 2000, pp. 55-65), Hans Carol (1915-1971)22 réalise une carte de géographie économique de la Suisse au 1 :250.00023. Il publie sa thèse (Dissertation) en 1946 (Carol, 1946a et 1946b). Hans Carol qui connaissait personnellement Walter Christaller cite deux de ces textes (Carol, 1946a, p. 236 ; Carol, 1946b, pp. 253, 262, 272-273 et 278)24. Hans Carol prône l’utilisation globale du système christallérien : à l’intérieur de la ville de Zurich, dans le canton et en Suisse. Il hiérarchise les lieux en fonction de leurs “services centraux” et étudie particulièrement les lieux centraux de troisième ordre, lieux de marché (“M-Orte ou Marktorte”) dans les cantons de Zurich et de Schaffhouse (Carol, 1946b, p. 272). Il ne se réfère pas au système hexagonal et ne reproduit pas de figure hexagonale. S’inspirant de von Thünen, il publie des figures représentant une puis plusieurs économies familiales isolées (“isolierte Familienwirtschaften) dans un espace homogène puis non homogène (Carol, 1946b, pp. 257-259). Il représente ensuite sur deux figures un état urbain isolé (“ein isolierter Stadtstaat) dans un espace homogène (Carol, 1946b, p. 260). Quatre villages entourés d’un cercle sont reliés à un “centre” urbain sis au milieu. Les cercles ont tous le même rayon mais sont en intersection, ce qui génère une organisation géométrique régulière comme chez Christaller, mais carrée et pas triangulo-hexagonale. Le centre joue un rôle fondamental : pour Hans Carol, “la ville est le centre du tout, qui détermine les fonctionnalités d’ordre inférieur”. Là où le relief, le sol, le climat etc. ne sont pas homogènes, la structure est, selon Hans Carol, “déformée” (Carol, 1946b, p. 260) ! On retrouve ici la vision christallérienne du monde, où la réalité est une déformation !

  • 25 Carte des lieux de marché autour de Zurich, p. 22.

21En 1949, Hans Carol édite avec Max Werner un livre (Carol et Werner, 1949) présentant en de courts chapitres des exposés faits dans le cadre d’un groupe de travail pour l’aménagement (Arbeitsgruppe für Landesplanung) créé à Zurich en 1944 et réunissant des architectes, des ingénieurs, des juristes, un pasteur, un psychothérapeute, des étudiants et deux géographes : Hans Carol et Ernst Winkler. Ce groupe étudie à partir de l’exemple zurichois de nouvelles possibilités d’aménagement du “paysage culturel”. L’ouvrage se réfère à la thèse de Walter Christaller (Carol et Werner, 1949, pp. 20, 121) : les notions empruntées sont celles de lieu central et de région complémentaire (“zentrale Orte, Ergänzungsgebiet”). Les fonctions sont classées en ordres (Ordnungen) déterminant quatre types de lieux : les villages, les lieux de marché, les villes et les métropoles (p. 21)25. La région de Zurich sert de “modèle” (“Modell”) (p. 34 ss.) : en utilisant du papier quadrillé, les participants fabriquent une région indépendante des conditions naturelles, pour ensuite comparer cette représentation “abstraite” à un plan directeur “théorique” (“theoretischer Richtplan”) d’une part, .à l’état actuel d’autre part (pp. 90-93). Ils présentent un “modèle théorique” de localisation optimale des lieux en fonction des voies de circulation afin de limiter la croissance exagérée de Zurich et de Winterthur en y empêchant le développement de nouvelles industries. Un tableau préconise une croissance très modérée de la population de ces deux villes au profit d’autres “centres” urbains ou ruraux (pp. 101, 107). Les membres du groupe se considèrent comme des humanistes. Ils proposent une organisation spatiale fondée sur la personne intégrée dans une communauté, qu’ils opposent à un mode de vie individualiste ou collectiviste. Bien qu’il ne soit pas un système hexagonal régulier, leur représentation de l’espace ressemble fortement à un schéma christallérien (pp. 83, 118).

22En 1956, Hans Carol publie un projet de développement de Zurich et de sa région (Carol, 1956). Les idées de Walter Christaller lui servent à hiérarchiser sept catégories de lieux centraux (p. 414) permettant un développement fondé sur un principe de “décentralisation” qui serait fonctionnelle (“Prinzip der funktionalen Dezentralisation”, pp. 421-428) ou raisonnée (p. 422). Hans Carol se pose en conseiller de l’aménagement spatial et publie une carte du canton (entre pp. 422 et 423) dans laquelle cependant aucune référence n’est faite au système triangulo-hexagonal.

***

23Il faut donc nuancer les propos de Hans H. Blotevogel lorsqu’il affirme que le système christallérien aurait surgi à un “faux moment” historique (Blotevogel, 1996, p. 617). Le besoin de réorganisation spatiale est en effet fondamental pour les nazis souhaitant élargir leur Lebensraum. Il préoccupe nombre de chercheurs allemands qui peuvent cependant occulter les travaux de Walter Christaller (cas d’Erwin Scheu) ou ne pas en avoir connaissance (cas de Hanns Kelletat). Il est cependant exact que le détour se fait ensuite par des pays voisins : l’Estonie (Edgar Kant), citée par Blotevogel, précédant la Suisse, qu’il oublie (Hans Carol).

Les années 1970 : bilans et passage de la géographie à l’histoire

24Pour Blotevogel, qui limite cependant son analyse aux travaux en allemand et en anglais, on observe ensuite une phase de croissance (années 1950 à 1960) suivie d’une phase de maturité (1960-1975). C’est alors que deux géographes allemands publient des bilans sur les recherches sur la centralité faites depuis 1933. Le premier, Peter Schöller, ne traite guère de la figure hexagonale alors qu’elle est minutieusement étudiée par le second, Günter Heinritz. Le système passe de la géographie à l’histoire sous l’influence du géographe Emil Meynen, qui publie une introduction à une dizaine d’articles d’histoire médiévale traitant de la centralité.

Peter Schöller

  • 26 Un hexagone figure p. 222, mais les auteurs proposent plusieurs autres types de situation des lieux
  • 27 Johannes Gerard Lambooy, né en Indonésie en 1937, est un géographe hollandais, professeur à l’Unive (...)

25Le géographe allemand Peter Schöller (1923-1988) collabora dans les années 1950 avec les deux médiévistes allemands et anciens nazis Hermann Aubin et Franz Petri, avant de vivement critiquer les conceptions scientifiques du second (Derks, 2001, pp. 63, 215, 230, 234). Nommé professeur de géographie culturelle et des lieux habités à l’Université de Bochum en 1964, ses intérêts scientifiques se partagent entre l’histoire de la géographie et le Japon (Flüchter, 2000). En 1969, il publie dans un ouvrage de géographie urbaine des textes rédigés entre 1927 et 1965 : six contributions en allemand (dont une traduction du français) et neuf en anglais (Schöller, 1969). On y trouve un seul hexagone, dans un texte datant de 1945 (Harris et Ullman, 1969)26. Puis, en 1972, Peter Schöller publie un nouveau recueil d’une vingtaine de textes traitant de la centralité et parus entre 1933 et 1972, en allemand et en anglais. Une abondante bibliographie clôture le livre : 279 titres en allemand et en anglais, quelques-uns en français (Schöller, 1972). Alors que Schöller publie en introduction deux extraits de Christaller et de Lösch avec de nombreuses reproductions du schéma hexagonal, la figure de l’hexagone n’apparaît qu’une seule fois dans les vingt autres textes édités (Lambooy, 1969, p. 134)27.

  • 28 La courte synthèse en anglais de Schöller (1973) sur la géographie urbaine allemande ne contient au (...)

26Dans son introduction, Schöller parle longuement de centralité sans que le terme d’hexagone apparaisse. Seuls deux des auteurs de langue allemande traitent de cette figure dans le texte, mais de manière très critique28.

271) Ernst Neef (1908-1984), géographe et géomorphologue de la République démocratique allemande (Allemagne de l’Est), l’un des fondateurs de l’écologie des paysages (Landschaftsökologie), participe à la planification spatiale de Dresde après 1945 puis, dès 1949, est professeur dans les universités de Leipzig puis de Dresde29. Walter Christaller, membre éphémère du parti communiste ouest-allemand, fait l’objet de vives critiques. Ernst Neef écrit en effet, dans un texte datant de 1950, que :

28En Saxe, il n’y a pas une ordonnance claire des lieux centraux en fonction de leur répartition ; on ne trouve pas non plus un ordre hexagonal quelconque. Les lieux centraux obéissent manifestement à des principes de répartition totalement différents de ceux utilisés par Christaller et décrits par lui comme économiques. Il en ressort que, soit le fondement théorique [de Christaller] est faux, soit la forme déduite par lui n’est pas en accord avec la réalité.” (Neef, 1950, p. 197).

  • 30 Citation p. 168. Cette constatation est reprise et élargie dans Bobek et Fesl, 1978, p. 274.

292) Les critiques de Neef, géographe d’un pays communiste, sont parallèles à celles du géographe autrichien Hans Bobek (1903-1990), qui servit dans l’unité de renseignement géographique du commandement supérieur de l’armée allemande de 1940 à 1943 puis en 1944 dans les unités de recherches militaires en Russie, en Italie du nord et à Prague (Lichtenberger, 1995). Le haut commandement de l’armée allemande administre le Bureau chargé de la réinstallation des aryens, après déportation et extermination des non-aryens (cf. le projet pilote de Zamość en Pologne : Aly et Heim, 2002, pp. 313-317 et 400). Hans Bobek est nommé en 1946 professeur dans les universités de Fribourg-en-Brisgau puis de Vienne dès 1951. Ses intérêts scientifiques concernent l’Autriche mais aussi l’Iran, où il organisa six expéditions scientifiques de 1934 à 1978 (Rössler, 1990, p. 267). Hans Bobek estime qu’il a énoncé dès 1927 plusieurs des idées fondamentales reprises par Christaller en affirmant que certaines activités (commerce, finances, professions politiques et culturelles) sont appelés à une concentration en certains points au milieu de la région desservie (Bobek, 1978, p. 9). Dans un texte publié en 1972 par Peter Schöller et datant de 1969, Hans Bobek réfute catégoriquement l’existence d’un schéma hexagonal qui aurait valeur de loi. Bobek démontre que, en Autriche, les lieux centraux de rang supérieur ont une plus grande portée – mesurée en nombre de clients – que les lieux centraux de rang inférieur. Il en résulte que le schéma hexagonal, qui postule des portées de même importance quel que soit le rang du lieu concerné, est empiriquement réfuté (Bobek, 1969, pp. 165-177)30.

30La troisième partie du livre publié par Peter Schöller recense cinq textes, tous en allemand, consacrés à l’influence du système des lieux centraux sur la planification et l’ordre spatial. Ils ont été publiés pour la première fois entre 1956 et 1968. Aucun des auteurs ne parle d’hexagones.

Günter Heinritz

  • 31 Il a été professeur à Munich (Technische Universität München puis Ludwig-Maximilians-Universität) d (...)
  • 32 Radeff 1996 et Cavaciocchi 2001 sur le colportage et sur l’organisation spatiale du commerce périod (...)
  • 33 Heinritz cite Berry en biographie (Berry et Pred, 1961) mais les travaux critiques analysés ici son (...)
  • 34 Contradiction dénoncée dans Michalakis et Nicolas, 1986, p. 38.

31Le second bilan, plus tardif (1979), émane d’un géographe plus jeune que Peter Schöller. Günter Heinritz, né en 194031. Après un premier livre sur les colporteurs d’épices bavarois (Heinritz, 1971)32, il publie en 1979 un manuel d’introduction à la centralité et aux lieux centraux (Heinritz, 1979). Quelque 350 titres allemands et anglais sont cités dans une longue bibliographie qui n’est pourtant qu’indicative comme le précise l’auteur : il ne cite pas, par exemple, les travaux d’Edgar Kant. Au début de l’ouvrage, plusieurs figures et équations illustrent le raisonnement christallérien (Heinritz, 1979, pp. 27-31). Cette approche géométrique et statistique approfondie contraste avec le manque d’esprit critique de Günter Heinritz quant aux contradictions et aux erreurs de Christaller. Certes, il commente certains travaux, parfois très critiques à l’égard de Walter Christaller : des auteurs allemands33 ont démontré que, comme la portée (Reichweite) d’une même marchandise varie suivant les lieux, la région complémentaire (Einzugsgebiet) d’un lieu central n’est pas symétrique (Heinritz, 1979, pp. 96-104). Cela ne conduit cependant pas Günter Heinritz à contester Walter Christaller. Or, pour que le schéma triangulo-hexagonal fonctionne, il est impératif que la portée d’une marchandise soit la même dans toutes directions et dans tous les lieux centraux, quel que soit leur niveau34.

Emil Meynen

  • 35 Il faut se méfier des nombreuses biographies hagiographiques qui occultent le passé nazi de ce géog (...)

32La même année 1979 paraissent dix contributions inédites de médiévistes de langue allemande traitant de la centralité comme “problème” de la recherche urbaine (Meynen, 1979). Elles sont publiées par le géographe allemand Emil Meynen (1902-1994), qui a collaboré avec les nazis de 1934 à 1945 en tant que directeur des sociétés de recherche sur le peuple allemand (“Geschäftsstelle der Volksdeutschen Forschungsgemeinschaften). En 1938 il a contribué à l’annexion de l’Autriche. Pendant la deuxième guerre mondiale il a établi des cartes des populations et des races en Union soviétique qui ont servi aux Einsatzgruppen. Emprisonné en 1946 et 1947, il est utilisé par Américains qui tirent parti de ses connaissances sur l’URSS et le mettent en 1947 à la tête d’un département de Landeskunde où il accueille de nombreux anciens collègues (Rössler, 1990, pp. 67-69, 113-116, 123-125, 272 ; Wardenga 1995-1996 ; Fahlbusch 2008)35. Emil Meynen est un défenseur de Christaller qu’il connaît bien : il fonde avec lui en 1950 l’association allemande de géographie appliquée (Deutscher Verband für Angewandte Geographie : DVAG).

33Emil Meynen parle des hexagones dans sa courte introduction émaillée d’approximations et d’erreurs. Il présente Walter Christaller comme un “outsider” de la géographie et, erronément (Istel, 2002), comme le premier à utiliser la notion de centralité. La description du système triangulo-hexagonal est simplifiée et erronée : Meynen ne décrit que la seule utilisation des sommets de l’hexagone régulier (en omettant l’utilisation par le milieu des côtés et par la surface interne) pour définir les trois principes de Walter Christaller. Aucun schéma n’est reproduit. Enfin, Pour Meynen, “la forme hexagonale construite en théorie ne correspond pas à la réalité géographique mais c’est, comme l’a écrit Christaller lui-même, une image idéale qui doit être vérifiée dans la réalité” (Meynen, 1979, pp. VII et VIII).

34Les contributions qui suivent cette introduction ne contiennent cependant pas de figures triangulo-hexagonale ! Les dix médiévistes (dont neuf enseignant dans des universités allemandes et un en Suisse, à Bâle) s’intéressent en effet plutôt aux fonctions “centrales” permettant de hiérarchiser les villes et de décrire leurs rapports avec leur région proche (“Umland”) qu’à la recherche de la répartition spatiale (Radeff, 2000).

*
**

  • 36 Böventer n’est pas cité par Schöller (1973) et celui-ci a renoncé à le publier en 1972 : Schöller, (...)
  • 37 D’autres économistes sont plus prolixes en ce qui concerne l’hexagone, par exemple Staack, 1995, p. (...)

35Ainsi, la figure triangulo-hexagonale de Walter Christaller est présentée de deux manières différentes : comme un idéal d’une part, comme une vision contestable d’autre part. L’approche est plutôt empirique, les tentatives de développement de la théorie ayant plutôt lieu dans l’espace anglo-américain (Isard, Berry, Garrison, Davies et d’autres cités par Blotevogel, 1996, p. 619). Les aspects théoriques ont cependant été approfondis par Erwin von Böventer (1931-1994), quelque peu négligé par Schöller comme par Blotevogel36, peut-être car il n’est pas géographe mais économiste. Professeur à l’Université de Munich, ce spécialiste d’économie régionale a aussi enseigné dans l’université américaine d’Ann Arbor (Michigan) et beaucoup publié non seulement en allemand mais aussi en anglais ; il a même été traduit en français (Böventer, 1966). Böventer a – abusivement – associé Walter Christaller, August Lösch et Johann Heinrich von Thünen dans une “théorie de la centralité” unifiée (Böventer, 1962a ; cf. Nicolas, 2009). Il ajoute de nombreuses figures, tableaux et graphiques à ses travaux mais ne représente que très exceptionnellement le système triangulo-hexagonal, auquel il reproche ses incohérences (Böventer, 1962b, p. 86 ; Böventer, 1979, p. 23037).

Les trente dernières années : du 20e au 21e siècle

36Pour Hans Blotevogel, les années 1975-1995 seraient pour les aménageurs une période de déclin dans l’utilisation du système christallérien, suivie d’une renaissance dans les années 1990, à la suite de la réunification de l’Allemagne d’une part, de la construction hiérarchique du système urbain de l’Union européenne d’autre part. Le déclin serait plus net chez les géographes : le nombre de leurs publications diminue – bien qu’il reste abondant – et leurs champs d’intérêt sont plus spécialisés. Le système christallérien reste cependant bien présent chez les auteurs évoqués dans le paragraphe qui suit. Il continue, de nos jours encore, à être enseigné: in the United States rank-size and central place are taught to geography students at the university level, and not as obsolete theories (Nicholas, 2003). Surtout, l’idée de l’hexagone n’a aucunement disparu.

En Suisse : décentralisation et polycentralité

  • 38 Enseigne depuis 1971 à l’Université de Zurich où il est nommé professeur de géographie économique e (...)
  • 39 Elsasser reprend une figure publiée par Hofmeister, 1969, p. 61.

37Hans Elsasser (1943-)38, dans un texte paru en 1975 et traitant très sommairement des “modèles” (“Leitbilder”) géographiques susceptibles d’être utilisés dans l’aménagement spatial en Suisse, cite Christaller et reproduit plusieurs schémas hexagonaux réinterprétés, sans se référer au texte original de 1933 (Elsasser, 1975, p. 25)39. Hans Elsasser reprend donc un schéma abandonné par les géographes qui le précédaient à l’Université de Zurich, en particulier par Hans Carol mais le critique. Ce schéma a, écrit-il, été utilisé en planification spatiale en Suisse comme en Allemagne, non sans susciter des oppositions portant surtout sur les méthodes de recensement de la centralité et le manque de prise en considération du changement historique. La conférence fédérale suisse promeut une décentralisation concentrée de l’habitat (konzentrierte Dezentralisation der Besiedlung). Les schémas non- hexagonaux de Hans Carol utilisés dans le but de décentraliser l’habitat, de favoriser des points forts régionaux et suprarégionaux et de maîtriser ainsi le développement des grandes villes (loi fédérale d’aménagement spatial de 1974), sont également reproduits par Elsasser (p. 26).

38Lorsqu’en 1999 plus d’une cinquantaine d’auteurs publient un ouvrage sur la ville suisse dans la planification spatiale, plus aucun schéma hexagonal n’apparaît (Koch et Schmid, 1999). Dans un bref survol historique, il est certes fait référence à Hans Carol et au fait que la “vision christallérienne de l’espace suisse a dominé la réflexion et les pratiques sur l’aménagement du territoire jusqu’à la fin des années 1970 ” (Walter et König, 1999, pp. 19-24 ; citation p. 21). Mais Hans Elsasser remplace la notion de réseau urbain (Städtenetz) par celle de réseau de lieux habités (Siedlungsnetz) afin de mettre les villes en relation avec les non-villes (Elsasser, 1999, pp. 189-190). Délaissant le vocabulaire christallérien – sans dire pour quelles raisons ! – Elsasser adopte celui de la théorie des graphes et parle de nœuds et d’arêtes (Knoten et Kanten).

  • 40 La notion de “centre rural” (définie dans le Glossaire du Groupe tripartite “Projet de territoire S (...)
  • 41 Les termes sont extraits des versions du texte en allemand et en français ; il y a aussi une versio (...)

39En 2005, des chercheurs de l’Office fédéral suisse de la statistique hiérarchisent les villes suisses en “centres” (Zentren) à quatre niveaux : grands, moyens, petits et de régions périphériques. Les mots “lieu centraux” (“zentrale Orte”) n’apparaissent plus, aucun hexagone ne figure dans le volume (ni sous forme de figure ni dans le texte) bien que les villes soit considérées comme des centres et hiérarchisées (Schuler et al., 2005). En 2008, dans le “Projet de territoire Suisse” (“Raumkonzept Schweiz), l’Office fédéral suisse du développement territorial ne parle plus d’hexagones ni de lieux centraux mais de “structure polycentrique” (“polyzentrische Struktur”). La notion de hiérarchie subsiste ainsi que celle de “centre” – qui peut être rural40 : le projet s’appuie en effet sur le “réseau hiérarchisé de centres – métropoles, autres agglomérations, villes, centres ruraux – en privilégiant le développement de l’urbanisation dans ces centres”. Le terme de “pôle” est utilisé en français (“pôles de développement métropolitain”) alors que les germanophones lui préfèrent “points forts” (“Schwerpunkte”), expression erronément traduite en français par “centres de gravité” (ARE 2008)41.

En Europe médiane et orientale : abandon et reprise de la figure hexagonale

  • 42 Prof. Dr. sc. (ce n’est pas Sergueï Viktorovitch Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe, (...)

40En 1986, Fritz Hönsch professeur à l’Université de Leipzig, Sergej B[orisovic] Lavrov42 et Galina V. Sdasjuk de l’Académie des Sciences de l’Union soviétique publient un manuel exposant les principales idées en matière d’aménagement spatial et le justifient auprès des autorités communistes en critiquant le système capitaliste (Hönsch et al., 1986). D’après eux, dans les pays capitalistes, l’octroi d’avantages de localisation aux investisseurs privés n’a pas permis un développement régional. Pour changer cette situation, il faudrait changer la politique économique et sociale et instituer un monopole d’Etat (p. 7). Les idées de Walter Christaller sont résumées, plusieurs figures triangulaires et hexagonales sont reproduites (Hönsch et al., 1986, pp. 83-84) et les auteurs approuvent les aspects positifs du “modèle” des lieux centraux. Ils saluent sa longévité (entre guillemets en allemand : “Langlebigkeit”) mais ne le considèrent ni comme idéal ni comme universel. Ils lui reprochent de se limiter à la consommation, à la reproduction de la société et d’étudier principalement des régions faiblement industrialisées. Les erreurs géométriques du système triangulo-hexagonal ne sont pas détectées. Pour ces trois géographes des pays communistes, l’échec de l’application de la “théorie” de Walter Christaller ne réside pas dans cette théorie mais dans les limites du système bourgeois et capitaliste (Hönsch et al., 1986, p. 88).

  • 43 Professeur de géographie culturelle à l’Université d’Erlangen-Nuremberg dès 1995 : http://www.geogr (...)
  • 44 Cet indice n’est pas un indice de corrélation mais un indice synthétique ad hoc.
  • 45 En fin de volume (1933a), Christaller publie une carte de la population (carte 1), une carte du nom (...)

41En 1993, le géographe allemand Werner Bätzing (1949-)43 publie dans une analyse de l’évolution socio-économique de l’espace alpin au 20e siècle une carte des “Villes et lieux centraux des Alpes” avec une légende double pour chaque lieu : nombre d’habitants d’une part, “signification centrale” (“zentralörtliche Bedeutung” : centre inférieur, moyen, élevé de rang I et II) d’autre part. Or, cette signification centrale est indépendante du nombre d’habitants (Bätzing, 1993, p. 65). Ceci est en contradiction avec les travaux de Walter Christaller qui combine le chiffre de population avec le nombre de téléphones pour calculer son indice de centralité44 (Christaller, 1933a, pp. 146, 155)45. En 1944, ses propositions sur la répartition de la population dans les lieux centraux ont tout particulièrement intéressé les organismes chargés de la nouvelle répartition de la population du Reich et de son contrôle par le parti nazi (NSDAP : Kegler, 2010, p. 134). C’est ce que montrent les dernières recherches de Preston, qui révèle que, pour chaque type de lieu central dans la hiérarchie, Walter Christaller a calculé le nombre de responsables du NSDAP chargés d’encadrer la population (Preston, 2009).

  • 46 Enseignant dans diverses universités d’Europe centrale et orientale : Klagenfurt et Vienne en Autri (...)

42Dans les années 1990, deux cartes publiées parmi des dizaines d’autres dans un vaste Atlas d’Europe orientale (Jordan, 1989 ss.) paru depuis les années 1980 traitent de la centralité. Cet atlas est publié en Allemagne par l’Institut autrichien d’études sur l’Europe de l’est et du sud-est entre 1989 et 2006 puis, depuis 2007, par l’Institut autrichien de recherche urbaine et régionale sous la direction du géographe autrichien Peter Jordan (1949-)46. La première carte concerne l’équipement en “installations centrales” (“central facilities”) de la Transylvanie rurale (Sauberer et al., 1990). Les auteurs sont un géographe roumain (Vasile Surd, lecteur à l’Université de Cluj-Napoca) et deux géographes rattachés à l’OSI : Michael Sauberer, professeur à l’Institut de géographie et de recherche régionale de l’Université de Klagenfurt et Elisabeth Tomasi. Christaller est cité dès les premières lignes (p. 10: A concentration of central facilities is found in central places which, ideally, are distributed in a regular pattern, according to W. Christaller’s theory, and which fits into a hierarchy that ranges from the central places at the lowest level to regional and national centres several levels higher and, finally, to international metropolises at the apex). La régularité “idéale” de la distribution spatiale ne préoccupe pas les auteurs et ni le texte ni la carte ne mentionnent des hexagones. A partir de données réunies entre 1961 et 1992, les auteurs classent les lieux en fonction du nombre d’habitants et de divers critères de centralité “classiques” comme les hôpitaux, les crèches, les écoles etc. La légende énumère sept catégories de lieux sur deux colonnes : cinq types de centres administratifs de commune (administrative centre of the commune) et six types d’autres lieux (other settlement), quatre de ces types étant communs aux deux catégories. Les auteurs insistent sur le déficit en fonctions centrales de la Transylvanie rurale (p. 11 : considerable gaps in the availability of central facilities) et la carte mentionne plusieurs lieux without central facilities, dans une optique surprenante par rapport au système christallérien. Christaller (Grundgerüst de 1950) est cependant cité (p. 10) comme ayant diagnostiqué des déséquilibres ou “functional gaps” en Europe.

  • 47 Frank-Dieter Grimm (1936-2003) a été professeur à l’Université de Leipzig. Spécialiste de l’Europe (...)

43Dans la même collection, Frank-Dieter Grimm et deux autres géographes rattachés à l’Institut de géographie régionale de Leipzig (Institut für Länderkunde, qui étudie entre autres les transformations en cours en Europe de l’est)47, publient en 1997 une carte des “systèmes centraux” en Europe médiane et orientale (une douzaine de pays plus des parties de la Russie et de l’Ukraine) (Grimm et al., 1997). Le but de la recherche, qui porte sur plusieurs pays, est de hiérarchiser les “centres” en cinq classes (dont une, la supérieure, divisée en deux : capitales internationales et capitales nationales ; carte et p. 12) afin d’établir des priorités dans l’organisation des systèmes urbains (p. 4) ; ces classes ne sont pas les mêmes que celles utilisées par les auteurs de l’atlas de la Transylvanie rurale. Les travaux de Walter Christaller (1933a) et de Bobek (1978) sont cités dans l’abondante bibliographie. Mais les auteurs insistent sur le fait que leur travail n’est pas une déduction systématique sur des bases théoriques et méthodologiques et que le recours à des modèles explicatifs s’est avéré particulièrement problématique (p. 6). De surcroît, ils n’ont pas pu fabriquer une typologie comparable à celle de Christaller en Allemagne du sud à cause de la très forte hétérogénéité des données recueillies (p. 7). Enfin, comme pour l’Atlas de Transylvanie, ce n’est pas la régularité spatiale qui est recherchée ; en particulier, il n’est pas fait mention d’hexagones.

44Il ne subsiste ainsi des idées de Christaller que celle de hiérarchie en fonction de fonctions dites “centrales” et l’hexagone a disparu depuis une trentaine d’années des préoccupations directes de ces géographes de langue allemande qui privilégient la notion de hiérarchie. Cela ne signifie pas pour autant que cette figure mythique de l’hexagone ait été réfutée ni même dépassée. Elle ressurgit en effet au 21e siècle dans les publications concernant l’aménagement régional en Autriche, malgré que Hans Bobek ait invalidé le schéma hexagonal dès les années 1960 (Bobek et Fesl, 1978, p. XIV).

  • 48 L’image (sept cercles en intersection) n’est pas la figure originale de Christaller mais est repris (...)

45Le géographe autrichien Peter Weichhart (1947-), professeur de géographie humaine à l’Université de Vienne dès 2000, est détenteur du prix Walter Christaller en 1996. On ne retrouve aucune figure hexagonale dans un premier livre sur le système des lieux centraux autour de Salzbourg (Weichhart 1996). Les lieux centraux y sont classés en dix catégories, sans pour autant que Peter Weichhart cherche à dégager des régularités spatiales. En 2005 cependant, dans un ouvrage concernant cette fois l’ensemble du territoire autrichien, la figure hexagonale réapparaît (Weichhart et al., 2005, p. 26)48. Le livre s’inscrit dans le cadre du projet de recherche autrichien ZORE (Zentrale Orte und Raumentwicklung) réalisé par un groupe de réflexion mixte (universités, gouvernement fédéral, gouvernements régionaux et villes) afin de réviser la zentrale-Orte-Theorie. Le but est de réfléchir au thème de la centralité dans le cadre socio-économique actuel et de trouver ainsi des explications aux changements contemporains, d’identifier les acteurs principaux et d’esquisser les prémisses d’une nouvelle “politique de la centralité” (p. 3). Certes, la “théorie” des lieux centraux a été fortement critiquée et les membres du groupe de travail se demandent en introduction si elle est encore crédible et si son utilisation dans l’aménagement spatial a encore un sens. Ils se prononcent en faveur d’un renouvellement en transposant le “concept” de centralité dans la praxis de l’aménagement spatial autrichien et de ses politiques (p. III-de).

46Pour les auteurs, les lieux centraux sont une réalité non aléatoire résultant d’une longue évolution économique et commerciale ; ils ne sont pas une invention de l’aménagement spatial ou de la science (p. I-de). Les lieux centraux sont des “centres [littéralement : des lieux habités points du milieu : Mittelpunktsiedlungen] naturels” et ont acquis un statut de “pertinence spatiale” à la suite d’innombrables décisions d’emplacements d’achats prises sur le long terme par les ménages et par les entreprises privées et publiques (p. I-de). La figure hexagonale trouve ainsi (tout naturellement, pourrait-on dire en plagiant les auteurs) sa place dans ce type de raisonnement éloigné de la réalité. Elle est en effet justifiée par un texte surprenant affirmant qu’un entrepreneur qui veut vendre une marchandise ou un service va chercher à s’installer là où n’existe aucune concurrence : les auteurs n’ont manifestement jamais fréquenté les “zones commerciales” qui entourent les villes, où les commerces de même types (par exemple les vendeurs de voiture) s’installent les uns à côté des autres ! Et de conclure, en reprenant ce qui est dit sur les lieux centraux en introduction, que la hiérarchie des lieux centraux n’est pas le résultat d’un développement planifié mais celui d’un processus “naturel” de marché “durable” (pp. 25-26).

  • 49 Y compris pour le “géomarketing”, cf. Fittkau, 2004 ou le nouveau paradigme d’une géographie économ (...)

47Cette volonté de moderniser un concept pourtant fondamentalement remis en question par nombre de géographes et d’aménageurs49 reflète le devenir du “cadavre exquis” du système des lieux centraux (Nicolas, 2009). En 2008, elle suscite une forte réaction du géographe allemand Jürgen Deiters qui fait remarquer que l’utilisation de théories du changement économique et social pour expliquer le changement de portée des fonctions centrales ne contribue en rien à améliorer les hypothèses erronées du système des lieux centraux. Il trouve les mêmes défauts dans la volonté de lier le concept de centralité à des théories ou à des concepts de développement spatial dans le but de construire un cadre d’explication et d’action pour le développement urbain et régional. Lorsque les auteurs autrichiens affirment que la question n’est pas de savoir si nous avons besoin de lieux centraux mais qu’ils existent, qu’on le veuille ou non, Deiters rétorque qu’il s’agit d’un malentendu. Les lieux centraux, écrit-il, ne sont pas une entité [ou une donnée “naturelle” selon l’adjectif utilisé par les géographes autrichiens] mais une construction théorique dont la pertinence n’est disponible que pour la recherche empirique et pour l’aménagement (Deiters, 2008) !

En Allemagne : fervents partisans et sévères critiques

Obsolescence et renouvellement

48Le concept des lieux centraux joue un rôle fondamental dans la loi allemande d’aménagement spatial (Raumordnungsgesetz) de 1965. En 1968, la conférence ministérielle sur l’aménagement (MKRO) définit une hiérarchie de quatre types de centres. Dans les années 1970, alors qu’on s’intéressait avant plutôt aux centres ruraux, on passe aux centres moyens et supérieurs et le “concept”, d’abord utilisé uniquement pour l’approvisionnement, s’élargit à d’autres domaines (artisanat, industrie). Entre 1967 et 1975, il sert de modèle au nouveau découpage communal et le programme fédéral d’aménagement de 1975 se fonde sur le concept de “centres de développement” (des centres moyens et supérieurs, points forts du développement artisanal et du marché du travail). La loi d’aménagement de 1997 précise que “l’habitat doit se concentrer spatialement et s’ajuster à un système de lieux centraux capable de satisfaire à la demande” (ROG, 1997, §2, article 2 ; Blotevogel 1996, pp. 622-625 ; Leendertz, 2008b, pp. 323-324). La formule n’est que légèrement tempérée dans la version de 2008 : “l’habitat doit se concentrer spatialement et s’ajuster prioritairement à un système de lieux centraux et aux lieux déjà existants et dotés d’une infrastructure suffisante (ROG, 2008, §2, article 2).

49La durabilité du concept ne signifie pas une acceptation de toutes les idées de Walter Christaller. Hans E. Blotevogel estime que la “théorie” des lieux centraux – comprise comme une théorie économique spatiale de la recherche fondamentale (géographie économique, économie régionale) - est devenue obsolète en tant que théorie d’une part, en tant que prétention à être supérieure à la réalité d’autre part (Blotevogel, 2002, p. 22 ; Blotevogel, 1996, note 2 p. 627). Cependant, il reste partisan du “concept” de lieu central comme instrument ou moyen d’organisation de la politique d’aménagement dans un ouvrage publié sous l’égide de l’Académie de recherche spatiale et de planification nationale de Hanovre. Créé en 1998, ce cercle de travail réunit des scientifiques et de praticiens chargés de clarifier les fondements scientifiques d’une utilisation actuelle du concept des lieux centraux et de modifier la classification hiérarchique des lieux centraux définie en Allemagne au niveau fédéral en 1968, 1970, 1972 et 1983 par la Ministerkonferenz für Raumordnung (MKRO) : Ministerial Conference on Spatial Planning (Blotevogel 2002 ; Nicolas, 2009). Cependant, bien que l’éditeur des conclusions du groupe de travail reste persuadé qu’il existe un modèle spatial déductif de la centralité formulé par Walter Christaller et généralisé par August Lösch, pratiquement la représentation triangulo-hexagonale n’est pas utilisée car, d’après les membres du groupe, le modèle n’est plus en adéquation avec les réalités géographiques actuelles (Blotevogel, 2002, p. 19). La planification spatiale doit donc se fonder sur un concept rénové de lieu central (Zentrale-Orte-Konzept [ZOK], Central-Place-Concept [CPC]), distinct de la théorie de la centralité et de l’observation empirique des systèmes de lieux pour réaliser une nouvelle hiérarchie des lieux centraux dans l’Allemagne réunifiée.

  • 50 La courte bibliographie ne cite pas les travaux de Bathelt et Glückler ni aucun texte postérieur à (...)

50La figure triangulo-hexagonale, absente du livre publié en 2002, va pourtant ressurgir en 2004, lorsque Hans Blotevogel revoit son article sur Les lieux centraux pour une réédition d’un manuel d’abord édité en 1994 (Blotevogel, 200450). Cependant, alors que la première édition ne contenait aucune figure, celle de 2004, que nous avons consultée sur Internet, représente plusieurs hexagones : ceux de Walter Christaller, d’August Lösch et de Walter Isard. Comme d’autres géographes trop pressés, en particulier ses contradicteurs Bathelt et Glückler, Blotevogel confond Christaller et Lösch en attribuant erronément la hiérarchie des k à Christaller. Comme d’autres également, il affirme que Lösch a reformulé la théorie de Christaller sans préciser qu’il l’a aussi contredite. Pour Blotevogel les critiques internes contre la théorie des lieux centraux reprochent avant tout au système son caractère statique et le fait qu’elle ne prenne pas en considération les effets d’agglomération. Elles ont conduit à de nombreuses tentatives de développement de la théorie dans les années 1950 à 1970. Quant aux critiques externes, elles s’attaquent aux prémisses restrictives et au modèle spatial qui en résulte, éloigné de la réalité. De nos jours on discute aussi la pertinence de l’ensemble des théories d’économie spatiale visant à trouver des solutions d’équilibre optimal de la structure spatiale. Blotevogel rappelle également que la théorie est normative, en négligeant cependant de signaler l’appartenance de Walter Christaller au parti nazi puis au pari communiste. Comme en 2002, Blotevogel défend le système des lieux centraux en distinguant la théorie du concept. Ce dernier s’est non seulement conservé pendant des décennies dans la praxis de l’aménagement en Allemagne, mais il est aussi l’un des rares concepts d’aménagement à disposer d’un fondement théorique “respectable”. Cette affirmation est selon lui valable malgré les nombreuses critiques selon lesquelles le concept des lieux centraux serait caractéristique d’une approche dépassée de l’aménagement avec ses anciennes et vastes prétentions de contrôle. Comme l’a montré, écrit-il, la discussion des dernières années, le concept de lieu central conserve son importance pour une politique d’aménagement durable à condition de le développer sur le plan conceptuel et instrumental. Les champs d’action les plus importants sont dans l’aménagement des infrastructures, dans le développement de systèmes de centres à l’intérieur des villes ainsi que dans les systèmes de lieux habités (villes ou non-villes) régionaux et nationaux. Le concept de lieu central a, estime-t-il une importance particulière pour l’aménagement dans le tiers monde avec ses gigantesques métropoles en forte croissance, où il permettrait, grâce à une déconcentration du système urbain, d’adoucir les disparités régionales qui vont en s’aggravant (Blotevogel, 2004).

  • 51 Aimables informations de Hans-Dieter von Frieling (institut de géographie de la Georg-August-Univer (...)
  • 52 Des passages de ce livre (en particulier les tableaux des pages 46 et 62) sont tirés de la thèse de (...)

51Jörg Güßefeldt (1941-2004) est à la fois un fervent partisan de Christaller et un pourfendeur de la géographie relationnelle de Bathelt et Glückler. Professeur de géographie économique à l’Université de Göttingen de 1991 à 2004 et détenteur du prix August Lösch en 1983-198451, il a rédigé un ouvrage paru en 2005, dans lequel figurent de nombreuses figures hexagonales (Güβefeldt, 2005)52. Ce livre défend les “théories” spatiales de Christaller et de Lösch face aux attaques menées d’une part par des géographes allemands (en particulier Bathelt et Glückler et leur “géographie relationnelle”), d’autre part par les partisans américains de la New Economic Geography. Jörg Güßefeldt est particulièrement irrité par l’économiste Paul Krugman, qui a traité le système christallérien de Germanic geometry ne tenant pas compte du comportement spatial réel des acteurs économiques (Krugman, 1995, p. 38). Jörg Güβefeldt estime que, contrairement à ce qu’ils affirment, les partisans de la “nouvelle géographie économique” s’inscrivent dans la tradition économique néoclassique (Güβefeldt, 2003).

52Jörg Güßefeldt connaît extrêmement bien la thèse de Christaller de 1933 (mais ne cite jamais ses œuvres de collaboration avec le nazisme !) et la confronte à celle de Lösch (qu’il ne cite jamais dans l’édition augmentée de 1944 qui tient compte des conquêts du IIIe Reich mais dans celle de 1940). Par exemple, Jörg Güßefeldt a remarqué que les coefficients k ont été introduits par Lösch et pas par Christaller (Güβefeldt, 2005, p. 69). Comme Heinritz cependant, Jörg Güßefeldt défend fermement Walter Christaller, mais aussi Johann Heinrich von Thünen et August Lösch, leurs trois “théories” étant selon lui les “conséquences déductives des régularités et des prémisses générales” (Güβefeldt, 2005, p. 113). Christaller est d’ailleurs pour Jörg Güßefeldt un géographe utilisant l’ironie pour se venger de la phraséologie mathématique, qu’il maîtriserait selon lui à la perfection (Güβefeldt, 1997, p. 329) ! Le système des lieux centraux est pour Jörg Güβefeldt un concept susceptible de servir à l’aménagement futur. Souvent méprisant envers ses contradicteurs, Güβefeldt pose la question suivante : doit-on renoncer dans le futur à un tel concept et instrument d’aménagement, uniquement pour participer, dans le but d’être à la mode, à un débat largement dépourvu de théorie (Güβefeldt, 1997, p. 335) ?

  • 53 Cite Lösch, 1940, p. 86. Le texte est le même que dans Lösch, 1944, p. 92.

53Dirk Fittkau (1971-), doctorant de Güβefeldt défend avec une même ardeur tant Walter Christaller que August Lösch. Mais il a renoncé à utiliser le modèle hexagonal dans sa thèse (Dissertation) soutenue en 2004 et étudiant l’influence du trafic sur le commerce en Hesse (autoroute entre Kassel et Giessen) (Fittkau, 2004, p. 35). La raison de cet abandon est double : d’une part, les hexagones sont sans intérêt pour les études dynamiques, car les évènements ne peuvent pas être représentés en utilisant des réseaux de marché ; d’autre part, leur signification pour les théories a été surestimée. Dirk Fittkau cite Edwin von Böventer (Böventer, 1979) pour confirmer ses dires, selon qui “on devait en première ligne attribuer une valeur illustrative [au système de réseau de marché]” (Fittkau, 2004, pp. 35-36). Dirk Fittkau trouve même deux passages de Walter Christaller et d’August Lösch confirmant sa position. Il s’agit cependant de citations tronquées et discutables. En ce qui concerne August Lösch, Dirk Fittkau cite l’édition de 1940 plutôt que celle de 1944, pourtant revue et améliorée par August Lösch lui-même. Selon Fittkau, Lösch affirmerait que l’on doit “renoncer aux avantages de la représentation générale géométrique” (Fittkau, 2004, p. 52)53. La phrase de Lösch a été tronquée par Fittkau ; Lösch ne s’attaque en effet pas à la géométrisation mais à Christaller, dont la construction ne représente qu’une géométrisation partielle. Lösch écrit exactement que : “Celui qui veut prendre en compte [la manière dont Walter Christaller construit géométriquement les principes k = 3 et k = 4] doit, soit les intégrer dans les équations générales de localisation, soit se contenter d’une représentation géométrique partielle. Il doit en tout cas renoncer aux avantages de la représentation géométrique générale.” (Lösch, 1944, p. 92 ou Lösch, 1940, p. 86). Lösch ne réfute pas l’utilisation des hexagones : pour lui en effet, “les régions d’écoulement des différentes classes de marchandises dessinent des réseaux d’hexagones, à mailles étroites ou larges” (Lösch, 1944, p. 86).

  • 54 Cite Christaller, 1933a, p. 86.

54En ce qui concerne Christaller, Dirk Fittkau cite quelques mots d’une longue phrase qu’il complète de manière erronée. Christaller aurait écrit, selon Fittkau, que les figures hexagonales ne forment que le point de départ de “la partie plus réelle de la réflexion théorique” (Fittkau, 2004, p. 52)54. En réalité, Christaller ne parle pas des hexagones dans ce paragraphe ! Il y explique laborieusement la nature des évènements (Vorgänge) utilisés dans le cadre de la théorie dynamique. “Pour traiter des rapports interactifs d’éléments en évolution nous parlons cependant plutôt d’évènements – qui ne sont cependant pas des évènements historiques et concrets mais des évènements typiques, généraux, abstraits du cours concert et individuel, où le temps intervient en tant qu’abstraction. Ces évènements sont plus proches de la réalité que les relations purement statiques, ils forment la partie plus réelle de la réflexion théorique, cette partie peut être résumée en tant que théorie dynamique” (Christaller, 1933a, p. 86).

55Ainsi, Dirk Fittkau, comme son directeur de thèse, cite les textes de Walter Christaller et d’August Lösch de manière simplifiée et parfois erronée. Comme son maître également, il est et reste un fervent partisan du système des lieux centraux. Mais il renonce à chercher des structures triangulo-hexagonales. Certes, l’hydre christallérienne ne cesse de ressusciter, mais l’un de ses éléments fondamentaux, l’image idéale de l’hexagone, est cette fois explicitement abandonnée.

Des critiques fondamentales

  • 55 D’autres auteurs le confirment, en particulier Bathelt et Glückler 2003 pp. 48-50, 116-117.

56Des géographes plus aguerris que Dirk Fittkau vont plus loin dans la critique du système christallérien. C’est le cas de Jürgen Deiters (1938-), qui a enseigné la géographie économique à l’Université d’Osnabrück de 1980 à 2004. En 1978, dans sa thèse il reproduit des schémas hexagonaux de Christaller originaux ou réinterprétés (Deiters, 1978, pp. 13-17). Sa recherche est fondée sur un recensement des lieux de travail du Westerwald, sur la rive droite du Rhin. D’une part, l’hypothèse christallérienne de la constance d’un ordre spatial de préférence de la demande de biens par le consommateur doit être abandonnée au profit d’une approche comportementale, ce qui implique l’abandon de l’affirmation qu’il existe une régularité des structures spatiales du système (pp. 158-159, 164-165). D’autre part, la concentration spatiale de centres de même rang n’est pas observée, ce qui élimine la symétrie de l’ordonnance des lieux centraux supposée par Walter Christaller (pp. 162, 169). Les critiques de Jürgen Deiters à l’encontre du système hexagonal se généralisent et se radicalisent dans les trois décennies qui suivent. En 1982, il rédige l’article “Lieux centraux” pour un manuel destiné à l’enseignement de la géographie dans les écoles secondaires et les universités en Allemagne (Deiters, 1982). Il précise que les recherches comportementales et de géographie sociale ont montré que les consommateurs ne cherchent pas seulement à minimiser leur distance de déplacement et que la notion de portée propre à chaque marchandise centrale ne peut être conservée. Ces deux éléments rendent illusoire la recherche de figures hexagonales régulières. En 1996, Jürgen Deiters estime que la conception des lieux centraux a en grande partie perdu sa capacité à gérer l’aménagement spatial (Deiters, 1996, p. 631). En 2006 enfin (Deiters, 2006, pp. 316-317), Jürgen Deiters dénonce le système figé de Christaller et la fascination “pour l’idée d’un système de villes régulier et hiérarchiquement organisé ainsi que pour un système fondé sur la figure dépassée de l’homo oeconomicus”. Christaller a eu tort de donner à la distance cartographique euclidienne un rôle explicatif55 (ce qui invalide la construction des hexagones réguliers, mais Deiters ne le dit pas). Jürgen Deiters estime qu’il est temps d’abandonner la théorie des lieux centraux et de changer de paradigme.

57D’autres géographes allemands dénoncent les effets dévastateurs du système des lieux centraux dans l’aménagement spatial en Allemagne. Gerhard Henkel (1943-) et Gerhard Stiens56 dénoncent l’ordre central idéal dans les sciences spatiales et dans la politique. Les villages allemands, considérés comme des “non-centres” (“Nichtzentrum”), ont été dépouillés de leurs infrastructures et de leurs possibilités de travail, ce qui les a transformés en cités-dortoirs (Henkel, 1990, en particulier Stiens, 1990 ; Henkel, 2004, pp. 283-286 ; Leendertz, 2008b, p. 324). Il faut donc changer de paradigme et remplacer le “concept” de lieux centraux par des modèles de planification plus décentraux et plus flexibles (Henkel, 1990, p. 138).

  • 57 Professeur de géographie à l’Université de Toronto (Canada) depuis 2006, après avoir enseigné dans (...)
  • 58 Professeur de géographie à l’université catholique de Eichstätt-Ingolstadt (2006-2008) puis à l’uni (...)

58Dans un ouvrage de 2003 (Bathelt et Glückler, 2003), la figure hexagonale fait l’objet de critiques fondamentales de la part de Harald Bathelt (1960-)57 et de Johannes Glückler (1973-)58. La critique est lacunaire sur le plan mathématique et la méconnaissance des textes de Christaller et Lösch a été dénoncée par d’autres chercheurs (Güβefeldt, 2005). Les divergences entre Christaller et Lösch sont certes mises en évidence à l’aide de schémas montrant les dissimilitudes de hiérarchies. Mais Bathelt et Glückler confondent les deux théoriciens en attribuant à Christaller l’utilisation de la lettre “k” pour désigner les logiques centrales alors qu’elle a été inventée par Lösch (Bathelt et Glückler, 2003, pp. 113-115). Ils ignorent également que le système géométrique hexagonal de Christaller est mathématiquement faux (Michalakis et Nicolas, 1986). Ils reproduisent la figure non hexagonale d’un polder hollandais pendant la deuxième guerre mondiale sans la commenter (p. 117).

59Ces deux géographes allemands ont cependant compris que les contraintes nécessaires au fonctionnement du système des lieux centraux sont irréalistes. En particulier la régularité qui est à la base du système hexagonal : structures spatiales et infrastructure de trafic homogène, équirépartition de la population. Ils critiquent aussi le principe de la minimisation des distances. Les clients ne se rendent plus nécessairement dans le centre le plus proche car ils combinent leurs déplacements et il n’est plus nécessaire de concentrer l’approvisionnement dans les centres-villes qui ne sont plus un emplacement optimal (pp. 116-117). Pourtant, “Les opinions émises dans la politique régionale et l’aménagement [littéralement : l’ordre spatial] donnent l’impression que l’on tient fermement à la hiérarchie des lieux centraux comme à une image de type idéal, qui s’est si profondément imprégnée que l’on tient ses fondements comme indestructibles. Malgré le consensus large sur les problèmes posés par les fondements théoriques [du système des lieux centraux], par ses implications dans l’aménagement spatial, par la transformation des conceptions comme par son utilisation politique, les planificateurs et les scientifiques tiennent fermement au concept des lieux centraux. Blotevogel (Blotevogel, 2000) défend par exemple la conception que le concept des lieux centraux peut aussi être à l’avenir l’un des instruments pour l’aménagement [littéralement : la conduite de développement] des lieux habités en tant que modèle de la concentration décentrée. Face à cette évaluation inconsistante dans l’aménagement se pose la question de savoir s’il ne manque pas ici la disposition intérieure pour abandonner un chemin qui a atteint ses limites et pour changer de paradigme.” (Bathelt et Glückler, 2003, p. 116). Harald Bathelt et Johannes Glückler ont compris, après d’autres comme Jürgen Deiters, que les conditions nécessaires au fonctionnement du système des lieux centraux sont irréalistes et qu’il est devenu nécessaire de chercher un nouveau paradigme. Ils ont également mis en évidence l’attachement irrationnel de nombreux géographes et aménagistes allemands au système christallérien, alors que celui-ci craque de toutes parts.

  • 59 Les auteurs ne différencient pas “théorie” et “modèle”.

60Quel est donc ce nouveau paradigme qui permettrait une “reconceptualisation” de la géographie économique en changeant de perspective et de méthode ? Il faut, selon les auteurs, adopter les cadres de pensée d’une géographie économique relationnelle reliant l’économique au social dans une perspective spécifiquement spatiale (Bathelt et Glückler, 2003, p. 11). Les quatre éléments de base de cette nouvelle approche, baptisés les “ions” de la géographie économique, sont : l’organisation, l’évolution, l’interaction et l’innovation. L’organisation est analysée à l’aide du concept de réseaux (clusters et graphes) et de la perspective de l’intégration (embeddedness) selon laquelle l’économie (action, revenus, institutions) est affectée par les relations personnelles entre les acteurs et par la structure du réseau général de relations. Ce concept, créé par le sociologue américain Mark Granovetter, est adapté par les géographes : les relations entre acteurs sont soumises au principe d’un ancrage local (embeddedness = Einbettung : Bathelt et Glückler, 2003, p. 161). La notion d’évolution consiste à considérer le développement des entreprises et les relations de production non pas comme prédéterminés mais dans une perspective historique, ce qui selon les auteurs renverserait la vision spatiale traditionnelle : on s’intéresse moins à l’influence des propriétés spatiales sur les choix de localisation et plus à la manière dont les entrepreneurs changent leur environnement local et régional par leur activité productrice (Bathelt et Glückler, 2003, p. 194). Les concepts d’interaction et d’innovation répondent à la question : pourquoi et par quels processus survient la nouveauté et comment se répand-elle dans le monde ? Pour y répondre, les géographes proposent d’utiliser des “théories” du changement technologique et sociétal, qu’ils opposent au “modèle” linéaire et déterministe du changement (Bathelt et Glückler, 2003, p. 227 ss.)59. Ces théories sont à nouveau empruntées à des non-géographes, en particulier à l’économiste irlandais enseignant en Amérique W. Brian Arthur, qui a utilisé la notion de “sentiers de dépendance” (“path dependence”) pour montrer que les décisions actuelles sont influencées par celles prises précédemment.

  • 60 Docteur (Dr. Phil.) en 2011, Kegler a obtenu un diplôme d’ingénieur en 1997 après des études d’arch (...)

61Enfin, les recherches de Karl R. Kegler (1968-)60 traitent de l’utilisation de la “théorie” des lieux centraux dans l’aménagement spatial allemand entre 1930 et 1969. Sa thèse (Kegler à paraître) donnera de nombreux exemples de l’image idéale des hexagones, bien antérieure à l’apparition du système des lieux centraux. Karl R. Kegler s’attaque aux hypothèses de départ de Walter Christaller, à son raisonnement prétendument déductif, à sa prétention de formuler une loi générale et aux liens entre cette ambition et ses activités au service du national-socialisme. Pour lui, le paradoxe du prétendu “modèle christallérien” est que, bien qu’il soit théoriquement réfuté et géométriquement faux, il ait été transmis comme un modèle exact en Allemagne, en passant de la période nazie à la période démocratique où il est inscrit dès 1965 dans la loi d’aménagement du territoire (Raumordnungsgesetz). L’explication de cette permanence paradoxale ne peut donc pas être scientifique mais est liée à des conditions historiques singulières qui sont celles de l’Allemagne nazie puis en reconstruction. Le succès d’un modèle faux est cependant beaucoup plus difficile à expliquer que celui d’un modèle exact !

*
**

62On ne peut donc pas dire que, de nos jours, le système christallérien dans son ensemble est devenu obsolète. Au tournant du 20e et du 21e siècle, il continue à susciter des discussions dans l’aménagement spatial comme en géographie et l’hexagone disparaît, puis réapparaît. Certains défendent ardemment Christaller, d’autres jugent sa “théorie de la centralité” obsolète mais soutiennent le “concept de lieu central” ; d’autres enfin souhaitent la naissance d’un nouveau paradigme.

De 1935 à nos jours, l’hexagone image pseudo-scientifique

  • 61 Un hexagone n’a qu’un centre : on ne peut donc pas écrire qu’un point situé ailleurs dans un hexago (...)

63Le tableau 1 (en annexe) résume les positions des principaux auteurs étudiés dans ce texte face à l’utilisation du système triangulo-hexagonal de Walter Christaller de 1935 à nos jours. Les Suisses sont les premiers à abandonner l’hexagone. Certains diront que cette figure est trop contraire à la structure fédéraliste du pays – mais l’Allemagne est tout aussi fédéraliste – et à son environnement physique – mais les Alpes s’étendent aussi en Allemagne et en Autriche ! Or, dans ces deux pays, la figure hexagonale perdure bien que ses fidèles renoncent d’une part à en chercher les traces dans les structures spatiales existantes et d’autre part à rêver de l’imposer dans un aménagement idéal. Partout cependant, lorsque les géographes abandonnent l’hexagone, ils gardent le centre. Ayant trouvé des hexagones sans centre61, ils cherchent des centres sans hexagone.

64Sur le plan chronologique, dès 1935 en Estonie, Edgar Kant ne cherche pas d’hexagones mais défend les idées, fondamentales chez Christaller, d’ordre, de régularité spatiale et de centralité. En 1946, les notions christallériennes de hiérarchie des lieux en fonction de leurs “services centraux” sont introduites en Suisse par Hans Carol, qui renonce également à une représentation du système hexagonal. Des géographes de pays communistes (Ernst Neef en République démocratique allemande : 1950) et capitalistes (Hans Bobek en Autriche : 1969) réfutent l’adéquation du système hexagonal avec la réalité et sa prétention à avoir valeur de loi. Dans les années 1970 cependant, la représentation d’hexagones ressurgit chez plusieurs géographes allemands. Peter Schöller (1972) reproduit les schémas originaux de Walter Christaller, telle une image idéale, mais sans y revenir dans ses textes. En revanche, pour Günter Heinritz (1979), qui reproche aux critiques de n’avoir pas lu assez attentivement Die zentralen Orte, elle reste un modèle à défendre. Jürgen Deiters reproduit également des hexagones en 1978, mais en contestant les principales hypothèses christallériennes (régularités spatiales et symétrie). En 1975, le géographe suisse Hans Elsasser reprend le schéma hexagonal mais lui préfère la notion de décentralisation concentrée de l’habitat. L’hexagone disparaît ensuite des principaux travaux de géographes et d’aménageurs suisses.

65En Allemagne de l’Est pourtant, des géographes des pays communistes dont Fritz Hönsch publient en 1986 un manuel d’aménagement spatial reproduisant plusieurs figures triangulo-hexagonales. Certes, les auteurs ne considèrent ce système ni comme idéal ni comme universel mais, selon eux, l’échec de son application n’est pas dû au modèle mais aux limites du système bourgeois et capitaliste. En Autriche, les auteurs d’atlas traitant de l’Europe orientale hiérarchisent les lieux et cartographient des systèmes centraux (1990 et 1997) sans mentionner le système hexagonal. En Allemagne, la critique s’accentue : Jürgen Deiters (1982) dénonce le système hexagonal qui repose sur des hypothèses erronées (minimisation des distances de déplacement et portée propre à chaque marchandise centrale) et propose, avec d’autres, un changement de paradigme (2006). Lorsque les deux géographes allemands Harald Bathelt et Johannes Glückler reproduisent la figure hexagonale (2002), c’est pour contester les hypothèses irréalistes qui sont à la base de sa construction et pour dénoncer l’imprégnation dans les esprits de cette image idéale. A la même époque cependant, d’autres géographes allemands restent attachés au schéma christallérien. Hans E. Blotevogel (2002) accepte d’abandonner en aménagement spatial la “théorie” mais pas le “concept” de lieu central ; les hexagones ressurgissent en 2004 comme représentation d’un fondement théorique “respectable”. Au même moment, le géographe allemand Jörg Güßefeldt compare en les vantant les figures hexagonales de Walter Christaller, d’August Lösch et de Johann Heinrich von Thünen (2005) alors que son doctorant Dirk Fittkau renonce explicitement à utiliser le système hexagonal (2004). En Autriche, le système hexagonal ressurgit sous la plume d’aménageurs, lorsque Peter Weichhart (2005) propose de moderniser la théorie des lieux centraux pour esquisser les prémisses d’une nouvelle “politique de la centralité”.

*
**

66Le système triangulo-hexagonal de Walter Christaller a donc fait l’objet de vifs débats parmi les géographes de langue allemande depuis 1933 jusqu’à nos jours, comme le montre cet article (supra). A de rares exceptions près (Ullman, 1941 et Robic, 2001), ces débats sont minorés dans des travaux en français ou en anglais qui traitent de la centralité en général y compris chez les géographes allemands (Claval, 1966 [2005, pp. 25-26] ; Dickinson, 1976, p. 140 ; Beavon, 1977, p. 18 ; Lichtenberger, 1984, p. 169). Cependant, bien que plusieurs auteurs dénoncent les erreurs mathématiques de Walter Christaller, ses hypothèses irréalistes, la non-adéquation de son modèle à la réalité ou son lourd passé totalitaire, on voit apparaître, disparaître, puis réapparaître des hexagones, folie, idée fixe ou image idéale qui hante la pensée des géographes et des aménageurs. Souvent, même lorsque la figure triangulo-hexagonale disparaît, les idées fondamentales du système christallérien subsistent, toutes fondées sur la notion de centre : centralité, ordre, régularités spatiales (Nicolas, 2009). Certains auteurs démontrent les erreurs fondamentales des hypothèses du modèle christallérien sans pour autant réfuter le système triangulo-hexagonal. D’autres, en véritables défenseurs du temple, font quasiment de Die zentralen Orte une œuvre sacrée et reprochent à ceux qui la contestent de ne pas l’avoir comprise, ce qui est d’autant plus facile que Walter Christaller se contredit fréquemment !

  • 62 Voir les références données à la fin du point 0 de cet article.
  • 63 Par exemple, l’archéologue Jürgen Kunow précise que ce sont “avant tout des érudits allemands” qui (...)
  • 64 C’est entre autres la position de l’historien Jürgen Schneider (Schneider, 1996).
  • 65 Mosaïques hexagonales du Musée romain de Vallon à Fribourg (Suisse). Etoile à six branches de la cr (...)

67Pourquoi donc tant d’auteurs, venant d’horizons différents sur le plan scientifique (géographes ou aménageurs), politique (partisans de régimes totalitaires ou démocrates) ou national (Estonie, Allemagne, Autriche, Suisse), ont-ils perduré dans la défense d’un système géométriquement faux, contradictoire et sans validité générale62 ? La réponse est difficile car il faut extrapoler à partir de textes implicites sur ce plan. Le contexte allemand et international (cf. point 1 ci-dessus) a joué un rôle essentiel. Dans le monde universitaire, en Allemagne comme ailleurs, les considérations carriéristes génèrent la crainte d’admettre ses erreurs : les reconnaître peut compromettre ou ruiner une carrière. Elles peuvent tenir à la fierté nationale : Walter Christaller apparaît aux yeux de nombreux auteurs – qui ne le disent cependant que rarement – comme un représentant illustre de la pensée allemande63, dont le succès viendrait racheter la honte éprouvée au souvenir de l’époque nationale-socialiste. Les raisons peuvent aussi être d’ordre politique : avant le 20e siècle, ceux qui rêvaient d’ordre étaient souvent au service d’un régime autoritaire, qui peut être royal, jacobin ou impérial en France (Anne-Robert-Jacques Turgot, Jean Ernest Reynaud, Léon Lalanne : Nicolas et Radeff, 2004). Au 20e siècle, l’ordre christallérien plaît aux sociétés totalitaires et plusieurs de ceux qui l’ont défendu à ses débuts ont eu des liens plus ou moins forts avec le national-socialisme. Cet ordre peut cependant aussi plaire aux démocrates pour qui il serait la représentation spatiale d’une forme de justice sociale, avec un équilibre entre les “centres” préférable à une centralisation outrancière64. Les raisons du succès du système christallérien peuvent enfin être d’ordre esthétique voire mystique : la figure de l’hexagone régulier est présente dans la mystique hindoue, dans l’art de la Rome antique, islamique et chrétien ou encore dans la Kabbale (arbre de la connaissance ou arbre de vie)65.

Des hexagones aux polygones : la centralité-décentralité

68Il est temps, comme le réclament plusieurs géographes de langue allemande, de sortir de l’idée de l’hexagone liée au seul mécanisme spatial de la centralité. Des termes différents existent depuis plusieurs décennies, parfois chez des auteurs encore fascinés par l’hexagone. Walter Christaller lui-même évoque en quelques lignes la notion de lieu central “excentrique” (sic : Christaller, 1933a, p. 37). La décentralisation est ardemment souhaitée par plusieurs aménageurs allemands pendant et après la période nazie (Kegler, 2010). Au milieu des années 1970, le système des lieux centraux, sur lequel se fonde en Allemagne le “concept” de décentralisation, est contesté par des aménageurs qui souhaitent le remplacer par celui de concentration à l’échelle régionale (Leendertz, 2008b, pp. 383-386). Si la loi allemande d’aménagement spatial repose jusqu’à nos jours sur le concept des lieux centraux, les notions de centre et de concentration sont concomitantes à celles de décentralisation, voire de décentralité : “il faut conserver”, écrit la loi, la structure spatiale décentrale de l’habitat avec sa pluralité de centres productifs et de régions urbaines” (ROG, 1997, §2, article 2). S’il y a beaucoup de lieux centraux donc, mais sans sommet unique commun à toute la hiérarchie, la loi conçoit l’ensemble comme décentral (dezentral). Le mot disparaît cependant en 2008 et la phrase est remplacée par “la pluralité marquée de la totalité de l’espace et de ses parties doit être assurée” (ROG 2008, §2, article 2) : Berlin a acquis plus d’importance depuis 1997, avec le transfert du gouvernement et du chancelier en 1999.

69En Suisse, la constitution fédérale de 1999 prône une occupation “décentrale” du pays et les aménageurs et les géographes mettent l’accent sur la “concentration décentrale” de l’habitat, la “centralisation décentrale”, le “réseau” ou la “structure polycentrique” du système urbain suisse (Salomon Cavin, 2004 ; Schmid, 2006, pp. 186-192). Ces notions sont cependant beaucoup plus novatrices dans les textes allemands que dans les traductions proposées aux Romands : influencés par l’hypercentralisation française, les traducteurs confondent la décentralité, structure spatiale générale, et la décentralisation, idéologie et pratique prônée depuis la capitale (tableau 2 en annexe).

70Toutes ces notions peinent cependant à se distancer de celle de centralité. Le “peuplement décentral” désigne dans les régions rurales des lieux d’habitation et de travail situées à une distance considérable de lieux plus importants qui sont “non décentraux : nicht dezentrale Siedlungen (Rieder et al., 2004). Lorsque le géographe Christian Schmid (1958-), devenu professeur à l’École polytechnique de Zurich en 2009, propose, en collaboration avec des architectes, de repenser l’aménagement urbain suisse en le diversifiant en fonction de régions différentes – ce qui contredit la vision unitaire christallérienne, que Christian Schmid estime dépassée – il considère les lieux comme des “centres” de nature différente : grands centres, centres régionaux des régions périphériques ou encore centres de décongestionnement (Schmid, 2006, p. 187 et p. 190).

*
**

  • 66 Böventer (1962b, p. 99) propose aussi un grand nombre de répartitions spatiales optimales.

71On passe ainsi de l’idée de l’hexagone à celle de l’omniprésence du centre et du principe christallérien de l’ordre central. Or, on peut sortir de ce cercle vicieux en montrant qu’en cherchant à sortir d’une “centralité” exclusive il ne s’agit pas d’introduire le désordre ou l’anarchie mais de prendre en considération des comportements sociaux, économiques et politiques antagonistes des pratiques “centrales”, que l’on peut désigner par le néologisme de “décentraux” (Nicolas et Radeff, 2002, p. 21). On peut alors comprendre les relations entre les lieux en combinant leur degré de centralité-décentralité et leur portée. Ces relations génèrent à la fois des réseaux et des hiérarchies diverses et pas seulement un seul type de hiérarchie comme dans les relations entre lieux centraux. Le système triangulo-hexagonal, erroné, est remplacé par un modèle où le fonctionnement des lieux centraux-décentraux ne dépend pas de leur localisation dans une figure géométrique a priori et où leur nombre n’est pas non plus a priori optimal. Il ne s’agit donc plus d’un idéal spatial. Des polygones irréguliers à 3, 4, 5 ou 6 côtés génèrent une multitude de figures possibles66 et géométriquement justes et permettent de travailler sur la localisation réelle des fonctions dans un espace géographique hétérogène : tous les lieux sont centraux-décentraux à un degré variable. La “décentralité” n’est pas seulement une négation logique complémentaire de la centralité mais aussi et surtout l’expression de la résistance d’un lieu décentral aux contraintes de la hiérarchie centrale. La centralité-décentralité est dialectique : l’affirmation de décentralité d’un lieu le pousse en effet à renforcer sa centralité locale et aboutit à diminuer la centralité du lieu qui tend à le dominer (Nicolas et Radeff, 2004).

Haut de page

Bibliographie

Textes cités (References)

NB Il ne s’agit pas d’une bibliographie exhaustive mais d’une liste des travaux cités, privilégiant ceux de langue allemande où apparaît la figure triangulo-hexagonale.

Les liens vers toutes les mentions (en ligne) sont donnés à la fin de cette bibliographie

Achtelstetter H., 1936 “Zur Wirtschaftsgeographie der unteren Lahn, in Scheu E. (ed.), Wirtschaftsgeographische Probefahrten, Breslau, Hirt, 25-46 (Wirtschaftsgeographische Arbeiten H. 1).

Adam S., 1992, La trame urbaine. Hexagone et analyse théorique des semis urbains, Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Thèses, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Adam, S., Nicolas G., avec la collaboration de Dubuis P. et Radeff A., 1990, La théorie de la centralité de Walter Christaller explique-t-elle la formation du réseau de bourgs de Suisse occidentale au Moyen Age ? (texte revu en 2006), Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Aigner E. J., 2003, Zum Stand der „Zentrale-Orte-Theorie“ in der heutigen wissenschaftlichen und raumplanerischen Praxis mit Überlegungen zu einem pragmatischen Arbeitsansatz zur Festlegung von Kleinzentren in Oberösterreich, Diplomarbeit zur Erlangung des Magistergrades an der Naturwissenschaftlichen Fakultät der Universität Salzburg Institut für Geographie und Angewandte Geoinformatik, Salzburg, Dezember 2003 (en ligne).

Aly G., Heim S., 2002, Les architectes de l’extermination. Auschwitz et la logique de l’anéantissement, Paris, Calmann-Levy/Mémorial de la Shoah.

Ammann H., 1954, “Über das waadtländische Städtewesen im Mittelalter und über landschaftliches Städtewesen im allgemeinen”, Revue suisse d‘histoire, 1-87.

ARE = Office fédéral du développement territorial, 2005, Rapport 2005 sur le développement territorial, texte entier et résumé (en ligne).

ARE, 2008, Structures territoriales pour une Suisse dynamique et solidaire (en ligne).

ARE, 2009, Monitoring de l’espace urbain suisse, analyses des villes et agglomérations (en ligne).

Barnes T. J., 1996, Logics of dislocation. Models, metaphors, and meanings of economic space, New York, London, the Guilford press.

Baskin C. W., 1966, Central places in southern Germany, Traduction de Christaller, Walter, 1933, Englewood Cliffs, New-Jersey, Prentice-Hall.

Bathelt H., Glückler J., 2003, Wirtschaftsgeographie. Ökonomische Beziehungen in räumlicher Perspektive, Stuttgart, Eugen Ulmer Stuttgart (2e édition remaniée).

Bätzing W., 1993, Der sozio-ökonomische Strukturwandel des Alpenraumes im 20. Jahrhundert. Eine Analyse von Entwicklungstypen” auf Gemeinde-Ebene im Kontext der europäischen Tertiarisierung, Bern, Geographisches Institut der Universität Bern.

Baudelle G., 2005, “Figures d’Europe : une question d’image(s), Norois, 194 (en ligne).

Bavoux J., Beaucire F., Chapelon L., Zembri P., 2005, Géographie des transports, Paris, Armand-Colin (Coll. U).

Beavon K. S. O., 1977, Central place theory: a reinterpretation, London, New York, Longman.

Béguin H., 1992, “Christaller’s central place postulates. A commentary, The annals of regional science, vol. 26, 209-229.

Ben-Joseph E., Gordon D., 2000, “Hexagonal planning in theory and practice”, Journal of Urban Design, vol. 5, No. 3, 237-265.

Berry B. J. L., Pred A. R., 1961, Central place studies. A bibliography of theory and applications, Philadelphia, Pennsylvania, Regional Science Research Institute.

Berry B. J. L., 1956, Geographic aspects of the size and arrangement of urban centers: an examination of central place theory with an empirical test of the hypothesis of classes of central places, M. A. Thesis, University of Washington.

Berry B. J. L., 1967, Geography of market centers and retail distribution, Englewood Cliffs N.J., Prentice-Hall. Traduit en français sous le titre de Géographie des marchés et du commerce de détail, Paris, Armand Colin, 1971.

Berry B. J. L., 1971, “The passing of central place theory”, Research Institute Lectures on Geography, US Army topographic Laboratories, Fort Belvoir, IV-135, 113-118.

Biermann C., 1938, Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes, in Comptes rendus du Congrès international de géographie d’Amsterdam, 1938, II, Travaux des sections. Section IIIa, Géographie humaine. Des extraits sont publiés dans Djament et Covindassamy 2005 (en ligne).

Blackbourn D., 2006, The Conquest of Nature. Water, Landscape, and the Making of Modern Germany, New York, London, Norton.

Blotevogel H. H. (ed.), 2002, Fortentwicklung des Zentrale-Orte-Konzepts, Hannover, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (ARL).

Blotevogel H. H., 1996, “Zentrale Orte : Zur Karriere und Krise eines Konzeptes in der Regionalforschung und Raumordnungspraxis”, Informationen zur Raumentwicklung, vol. 11, 617-629.

Blotevogel H. H., 2000, Zentrale Orte in der Diskussion – ein Problemaufriss”, in Akademie für Raumforschung und Landesplanung. Kommunalverband Großraum Hannover (éd.), Zentrale Orte in der Raumplanung – Konzept von gestern oder Instrumente mit Zukunft ? Materialen zur regionalen Entwicklung – Heft 7, Hannover, Kommunalverband Großraum Hannover, 9-21.

Blotevogel H. H., 2004, “Zentrale Orte : Theorie, Empirie und Planung, in Handwörterbuch der Raumordnung, Hannover, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (ARL) (2e éd. revue) (en ligne).

Bobek H., F. M., 1978, Das System der zentralen Orte Österreichs : eine empirische Untersuchung, Wien, H. Böhlhau.

Bobek H., 1927, “Grundfragen der Stadtgeographie”, Geographischer Anzeiger, 213-224. Republié in Schöller P. (ed.), 1969, Allgemeine Stadtgeographie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 195-219.

Bobek H., 1969, “Die Theorie der zentralen Orte im Industriezeitalter”, in Deutscher Geographentag Bad Godesberg. 2. bis 5. Oktober 1967. Tagungsbericht und wissenschaftliche Abhandlungen, Wiesbaden, Steiner, 199-213 (Verhandlungen des Deutschen Geographentages, 36).

Bosma K., 1993, „Verbindungen zwischen Ost- und Westkolonisation“, Rössler, Mechtild et Schleiermacher, Sabine (eds.), Der « Generalplan Ost. Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin, Akademie Verlag, 190-113

Böventer E. von, 1962a, “Towards a unified theory of spatial economic structure, Papers of the Regional science association, vol. 10, 163-187.

Böventer E. von, 1962b, “Die Struktur der Landschaft. Versuch einer Synthese und Weiterentwicklung der Modelle J. H. von Thünens, W. Christallers und A. Löschs”, in Schneider E. (ed.), Optimales Wachstum und optimale Standortverteilung,. Berlin, Verlag von Duncker § Humblot, 77-133

Böventer E. von, 1964, “Raumwirtschaftstheorie, in Beckerath E. von et al. (éds), Handwörterbuch der Sozialwissenschaften, vol. 8, Stuttgart, G. Fischer [etc.], 704-728.

Böventer E. von, 1966, Théorie de l’équilibre en économie spatiale. Traduit de l’allemand (1962) par Jean-Pierre Daloz, Paris, Gauthier-Villars.

Böventer E. von, 1968, „Walter Christallers zentrale Orte und periphere Gebiete. Rückblick nach 35 Jahren – anlässlich des 75. Geburtstag von Walter Christaller“, Geographische Zeitschrift, vol. 56, 102-111.

Böventer E. von, 1979, Standortentscheidung und Raumstruktur, Hannover, Schroedel (Veröffentlichungen der Akademie für Raumforschung und Landesplanung : Abhandlungen ; 76).

Böventer E. von, 1979, Standortentscheidung und Raumstruktur, Hannover, Schroedel.

Brunner B., 2000, Zur Geschichte des geographischen Institutes der Universität Zürich, Zürich, Univ. Zürich - Irchel Geographisches Institut.

Bundesverfassung, 1999 : Bundesverfassung der Schweizerischen Eidgenossenschaft/Constitution fédérale de la Confédération suisse (en ligne).

Bunge W., 1966, Theoretical geography, Lund, The Royal Univ. of Lund Sweden Department of Geography; C.W.K. Gleerup (Lund studies in geography: Ser. C, general and mathematical geography No 1).

Buttimer A., 1987, “Edgar Kant (1902-1978)”, Geographers: biobibliographical studies, vol. 11, 71-82.

Capel H. Urteaga L., 1982, Las nuevas geografías, Barcelone, Salvat (Salvat. Temas clave 70).

Carol H. et al., 1946 c, Wirtschaftsgeographische Karte der Schweiz/Carte géographique économique de la Suisse, 1 :300’000, Berne, Kümmerly & Frey.

Carol H., Werner M., 1949, Städte wie wir sie wünschen : ein Vorschlag zur Gestaltung schweizerischer Großstadt-Gebiete, dargestellt am Beispiel von Stadt und Kanton Zürich, Zurich, Regio-Verlag.

Carol H., 1946 b, “Die Wirtschaftslandschaft und ihre kartographische Darstellung”, Geographica Helvetica, vol. 1, No. 3, 246-279.

Carol H., 1946a, “Begleittext zur wirtschaftsgeographischen Karte der Schweiz : die Wirtschaftslandschaft und ihre kartographische Darstellung”, Geographica Helvetica, vol. 1, No. 3, 185-245.

Carol H., 1956, “Sozialräumliche Gliederung und planerische Gestaltung des Grossstadtbereiches. Dargestellt am Beispiel Zürich” (1ère éd. : Raumforschung und Raumordnung, 14, 1956, 80-92), republié in Schöller P. (ed.), 1972, Zentralitätsforschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Wege der Forschung, CCCI), 401-428.

Cavaciocchi S. (ed.), 2001, Fiere e mercati nella integrazione delle economie europee secc. XIII-XVIII, Florence, Le Monnier.

Champeaux G. de, Sterckx dom S., 1980, Introduction au monde des symboles, La Pierre-qui-vire, Zodiaque (3e édition) (Introductions à la nuit des temps 3).

Christaller, Walter, 1933a, Die zentralen Orte in Süddeutschland. Eine ökonomisch-geographische Untersuchung über die Gesetzmäßigkeit der Verbreitung und Entwicklung der Siedlungen mit städtischen Funktionen, Jena, Fischer (édition utilisée : Darmstadt, Wissenschaftliche Buchbibliothek, 1980 qui reprend le texte de 1933a).

Christaller W., 1933b, “Grundsätzliches zu einer Neugliederung des Deutschen Reiches und seiner Verwaltungsbezirke”, Geographische Wochenschrift, vol. 1, 913-919.

Christaller W., 1938, “Rapports fonctionnels entre les agglomérations urbaines et les campagnes”, in Comptes rendus du Congrès international de géographie, Amsterdam, 1938, Leiden, E.J. Brill, vol. 2, 123-138.

Christaller W., 1965, “The advantages of a space-economical theory for the practice of regional planning”, Eckistics, vol. 20, No. 119, 223-227

Christaller W., 1966, “Angewandte Geographie - Raumwirtschaftliche Modelle, in Weigt E. (éd.), Angewandte Geographie. Festschrift für Erwin Scheu zur Vollendung des 80. Lebensjahres, Nürnberg, Friedrich-Alexander Universität, Wirtschafts- und Sozialgeographisches Institut, 35-38 (Nürnberger wirtschafts- und sozialgeographische Arbeiten, 5).

Christaller W., 1968, “Wie ich zu der Theorie der zentralen Orte gekommen bin. Ein Bericht, wie eine Theorie entstehen kann, und in meinem Fall entstanden ist, Geographische Zeitschrift, vol. 56, 88-101 (traduction française : Christaller, Covindassamy et Djament 2005).

Christaller W., Covindassamy M., Djament G., 2005, “Comment je suis parvenu à la théorie des lieux centraux. Comment une théorie peut naître et comment elle est née dans mon cas : compte-rendu”, Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, http://cybergeo.revues.org (en ligne).

Claval P., 1966 (2005), “Chroniques de géographie économique numéro 1 : la théorie des lieux centraux”, Revue géographique de l’Est, vol. 6, 131-152. Consulté dans l’édition et la pagination de 2005 : Claval P., Chroniques de géographie économique, Paris, L’Harmattan.

Claval P., 1972, “La grande ville allemande”, Annales de Géographie, vol. 81, 538-554.

Covindassamy M., Christaller W., Djament G., 2005, “Les lieux centraux en Allemagne du Sud. Une recherche économico-géographique sur la régularité de la diffusion et du développement de l’habitat urbain (1933)”, Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, http://cybergeo.revues.org (en ligne).

Dawson J. A., 1969, “Some early theories of settlement location and size”, Journal of the town planning Institute 55, 444-448.

Deiters J., 1978, Zur empirischen Überprüfbarkeit der Theorie der zentralen Orte. Fallstudie Westerwald, Bonn, Ferd. Dümmlers Verlag.(Arbeiten zur Rheinischen Landeskunde, 44).

Deiters J. , 1982, “Zentrale Orte, in Metzler Handbuch für den Geographieunterricht, Stuttgart, Metzler, 570-586.

Deiters J. , 1996, “Die Zentrale-Orte-Konzeption auf dem Prüfstand. Wiederbelebung eines klassischen Raumordnungsinstruments ?”, Informationen zur Raumentwicklung, vol. 10, 631-646.

Deiters J. , 2006, “Von der Zentralitätsforschung zur geographischen Handelsforschung - Neuorientierung oder Paradigmenwechsel in der Wirtschafts- und Sozialgeographie ?”, Die Erde, No. 4, „Beiträge zur Humangeographie“, 293-317.

Deiters J. , 2008, “Compte rendu de Peter Weichhart, Heinz Fassmann und Wolfgang Hesina : Zentralität und Raumentwicklung, Wien, Verlag der österreichischen Raumordnungskonferenz 2005”, Die Erde, Nos 1-2, 123-124.

Denzel M. A., 1994, “ La practica della cambiatura ”. Europäischer Zahlungsverkehr vom 14. bis zum 17. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner Verlag (Beiträge zur Wirtschafts- und Sozialgeschichte 58).

Derks H., 1986, Stad en Land, Markt en Oikos (I), Diss., Un. van Amsterdam.

Derks H., 2001, Deutsche Westforschung. Ideologie und Praxis im 20. Jahrhundert, Leipzig, AVA-Akademische Verlagsanstalt.

Dickinson R. E., 1947, City Region and Regionalism. A Geographical Contribution to Human Ecology, Londres, Kegan Paul.

Dickinson R. E., 1953, Germany. A general and regional geography, Londres, Methuen.

Dickinson R. E., 1976, Regional concept. The Anglo-American Leaders, London, Boston, Routledge & K. Paul.

Dieckmann C., 1992, “Wirtschaftsforschung für den Großraum”, in Kahrs H. u.a. (éds), Modelle für ein deutsches Europa. Ökonomie und Herrschaft im Großwirtschaftsraum, Berlin, Rothbuch, 146-198.

Djament G., Covindassamy M., 2005, “Traduire Christaller en français. Textes seuils, réception, récit de découverte”, Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, http://cybergeo.revues.org (en ligne).

Elsasser H., 1975, “Landesplanerische Leitbilder der Schweiz und ihre geographische Aspekte”, in DISP (Dokumente und Informationen zur schweizerischen Orts-, regional- und Landesplanung) vol. 37, 25-29.

Elsasser H., 1999, “Vom Städtenetz zum Siedlungsnetz”, in Koch M., Schmid W. A. (éds), 1999, Die Stadt in der Schweizer Raumplanung. Ein Lesebuch – Martin Lendi gewidmet, Zürich, vdf Hochschulverl. an der ETH (ORL-Schriften 49) , 189-190.

Esch M. G., 1992, ““Ohne Rücksicht auf historisch Gewordenes“. Raumplanung und Raumordnung im besetzten Polen 1939-1944”, in Kahrs H. u.a. (eds), Modelle für ein deutsches Europa. Ökonomie und Herrschaft im Großwirtschaftsraum, Berlin, Rothbuch, 77-123.

Fache J., 2008, “Quand l’entreprise recompose l’espace acentral, Géographie, Economie, Société, vol. 10, 469-492.

Fahlbusch M., Haar I. (eds), 2008, Völkische Wissenschaften und Politikberatung im 20. Jahrhundert. Expertise und „Neuordnung“ Europas, Paderborn,München,Wien,Zürich, Schöningh.

Fahlbusch M., 2008, “Emil Meynen”, in Haar I., Fahlbusch M. (eds), Handbuch der völkischen Wissenschaften. Personen – Institutionen – Forschungsprogramme – Stiftungen, Munich, K. G. Saur, 422-428.

Fehn K., 1970, Die zentralörtlichen Funktionen früher Zentren in Altbayern ; raumbindende Umlandbeziehungen im bayerisch-österreichischen Altsiedelland von der Spätlatènezeit bis zum Ende des Hochmittelalters, Wiesbaden, F. Steiner.

Fehn K., 2008, “Walter Christaller und die Raumplanung der NS-Zeit”, Siedlungsforschung. Archäologie - Geschichte - Geographiei, vol. 26, 215-234.

Fittkau D., 2004, Beeinflussung von regionalen Kaufkraftströmen durch den Autobahnschluß der A 49 Kassel-Gießen. Thesen der `New Economic Geography´ auf dem Prüfstand, Dissertation zur Erlangung des Doktorgrades der Mathematisch-Naturwissenschaftlichen Fakultäten der Georg-August-Universität zu Göttingen, Göttingen (en ligne).

Flüchter W., 2000, German Geographical Research on Japan, Duisburg working papers on East Asian studies/Duisburger Arbeitspapiere Ostasienwissenschaften, No. 33 (en ligne).

Frey D., 2008, „Dezentrale Besiedlung“ – Raumplanerische Leitvorstellung oder politisches Wunschbild ?, Diplomarbeit am Geographischen Institut der Universität Zürich (en ligne).

Géneau de Lamarlière I., Staszak J.-F., 2000, Principes de géographie économique, Paris, Bréal.

Grimm F.-D., Friedlein G., Müller E., 1997, Zentrensystemen in Mittel- und Osteuropa = Central place systems in Central and Eastern Europe, Berlin, Stuttgart, Borntraeger (Atlas Ost- und Südosteuropa Nr. 5, 3 = MO1, Mittel- und Osteuropa).

Groupe tripartite “Projet de territoire Suisse”, 2011, Glossaire du Projet de territoire Suisse (en ligne).

Güβefeldt J., 1997, “Zentrale Orte – ein Zukunftskonzept für die Raumplanung !”, Raumforschung und Raumordnung, vol. 55, 327-336.

Güβefeldt J., 2003, “Empirische Aspekte einiger Modelle der „New Economic Geography“ im Kontext jüngerer Entwicklungen des Einzelhandels”, Die Erde, vol. 134, No. 1, 81-110.

Güβefeldt J., 2005, Die Raumwirtschaftstheorien von Christaller und Lösch aus der Sicht von Wirtschaftsgeographie und  »New Economy Geography« , Göttingen, Erich Goltze.

Haar I., Fahlbusch M. (eds), 2005, German scholars and ethnic cleansing, 1919-1945, New York, Oxford, Berghahn books.

Haggett P., 1983, Geography: a modern synthesis, New York, Cambridge etc., Harper & Row (Harper and Row series in geography), 3e édition revue.

Haggett P., 1990, The geographer’s art, Cambridge, Basil Blackwell.

Harris C. D., Ullman E. D., 1969, “The nature of cities”, in Schöller P. (ed.), 1969, Allgemeine Stadtgeographie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft, 220-237 (1ère édition : The Annals of the American academy of political and social science, vol. 242, 1945, 7-17).

Heinemann I., Wagner P. (eds), 2006, Wissenschaft – Planung – Vertreibung. Neuordnungskonzepte und Umsiedlungspolitik im 20. Jahrhundert, Stuttgart, Franz Steiner.

Heinritz G., 1971, Die  »Baiersdorfer«  Krenhausierer. Eine sozialgeographische Untersuchung, Erlangen, Fränkische Geographische Gesellschaft (Erlanger Geographische Arbeiten, 29).

Heinritz G., 1979, Zentralität und zentrale Orte. Eine Einführung, Stuttgart, Teubner Verlag.

Henkel G. (ed.), 1990, Schadet die Wissenschaft dem Dorf ? Vorträge und Ergebnisse des 7. Dorfsymposiums in Bleiwäsche vom 7. - 8. Mai 1990, Paderborn, Verlag Schöningh (Essener Geographische Arbeiten, 22).

Henkel G., 2004, Der ländliche Raum - Gegenwart und Wandlungsprozesse seit dem 19. Jahrhundert in Deutschland, Berlin, Stuttgart, Borntraeger (Studienbücher der Geographie ) (4e édition revue et complétée ; 1ère éd. 1993).

Heuwinkel D., 2002, “Niedersachsen”, in Blotevogel H. H. (éd.), 2002, Fortentwicklung des Zentrale-Orte-Konzepts, Hannover, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (ARL), 151-167.

Hofmeister B., 1969, Stadtgeographie, Braunschweig, Georg Westermann Verlag.

Hönsch F., Lavrov S. B., Sdasjuk G. V., 1986, Bürgerliche Konzeptionen der regionalen Entwicklung, Gotha, H. Haack (Geographisch-kartographische Anstalt Gotha).

Hottes K., Schöller P., 1968, Werk und Wirkung Walter Christallers, Geographische Zeitschrift, vol. 56, 81-84.

Hottes K., Hottes R., Schöller P., 1983, “Walter Christaller 1893-1969”, Geographers, Biobliographical Studies, vol. 7, 11-16.

Hottes R., 1981,“Walter Christaller. Ein Überblick über Leben und Werk“, Geographisches Taschenbuch und Jahrweiser für Landeskunde, 1981-1982, 59-70.

Ingrao C., 2010, Croire et détruire. Les intellectuels dans la machine de guerre SS, Paris, Fayard.

Istel W., 2002, Zentrale Orte und ihre Einzugsbereiche. Theorien, empirische Untersuchungen, raumordnerische Anwendungen bis 1945. Ein Lese- und Lehrbuch in zwei Teilen. Tl.1. Prae Christaller. Zentrale-Orte-Theorien und empirische Zentralitätsuntersuchungen zwischen 1809 und 1933/34. Entmytholosierung einer Theorie, München, Fachgebiet Raumforschung, Raumordnung u. Landesplanung, Techn. Univ. München.

Jordan P. (ed.), 1989 ss., Atlas Ost- und Südosteuropa - Atlas of Eastern and Southeastern Europe, Berlin, Stuttgart, Borntraeger.

Kant E., 1935, Bevölkerung und Lebensraum Estlands. Ein anthropo-ökologischer Beitrag zur Kunde Baltoskandias, Tartu, Akadeem. Koop.

Kegler K. R., 2008, “Walter Christaller”, in Handbuch der völkischen Wissenschaften. Personen – Institutionen – Forschungsprogramme – Stiftungen, Munich, K. G. Saur, 89-93.

Kegler K. R., 2009, ‘Der neue Begriff der Ordnung‘. Zwischen NS-Staat und Bundesrepublik : Das Modell der zentralen Orte als Idealbild der Raumordnung, in Mäding H., Strubelt W. (eds), Vom Dritten Reich zur Bundesrepublik. Beiträge einer Tagung zur Geschichte der Raumforschung und Raumplanung, Hannover, Akademie für Raumforschung und Landesplanung, 188-209.

Kegler K. R., 2010, “Ordnung aus dem Geist der Krise. Raumordnung als „Völkische Planwirtschaft“ nach 1933, in Fahlbusch M., Haar I. (eds), Völkische Wissenschaften und Politikberatung im 20. Jahrhundert. Expertise und „Neuordnung“ Europas, Paderborn, München, Wien, Zürich, Ferdinand Schöningh, 119-136.

Kegler K. R., à paraître, Zentrale Orte. Geschichte einer „Theorie“ zwischen NS-Staat und Bundesrepublik, 1930-1969, thèse soutenue en 2011, Université d’Aix-la-Chapelle, 588 p. (en particulier le chapitre “Christallers Zentrale-Orte-Theorie – eine überfällige Neubewertung”)

Kelletat H., 1934, Die Städte Ostpreußens in ihrer geographischen Lage und deren Auswirkungen : ein Beitrag zur Heimatkunde, Königsberg, Gräfe und Unzer.

Kirsten E., 1956, Die griechische Polis als historisch-geographisches Problem des Mittelmeerraumes, Bonne, F Dümmler (Colloquium Geographicum, 5).

Koch M., Schmid W. A. (éds), 1999, Die Stadt in der Schweizer Raumplanung. Ein Lesebuch – Martin Lendi gewidmet, Zürich, vdf Hochschulverl. an der ETH (ORL-Schriften 49).

Kohl J. G., 1841, Der Verkehr und die Ansiedlungen der Menschen in ihrer Abhängigkeit von der Gestaltung der Erdoberfläche, Dresden, Leipzig, Arnoldische Buchhandlung.

Krugman P., 1995, Development, Geography, and Economic Theory, Cambridge MA et Londres, The MIT Press.

Kunow J., 1989, “Strukturen im Raum : geographische Gesetzmäßigkeiten und archäologische Befunde aus Niedergermanien”, Archäologisches Korrespondenzblatt, vol. 19, 377-390.

Lalanne L., 1863, “Essay d’une théorie des réseaux de chemin de fer, fondée sur l’observation des faits et sur les lois primordiales qui président au groupement des populations”, in Comptes rendus hebdomadaires des séances de l’Académie des Sciences, juillet-décembre 1863, tome 57, Paris, 206-210. Republié avec une introduction de G. Ribeill : Lalanne L., Ribeill G., “Théorie des réseaux de chemins de fer”, Flux, 1989, 45-56.

Lalanne L., 1875, “Note sur les faits d’alignements naturels dans leurs relations avec les lois qui président à la répartition des centres de population à la surface du globe”, in Comptes-rendus des séances du Congrès géographique international de Paris, Paris, 45-55. Publié in Pinchemel P., Robic M.-C., Tissier J.-L., 1984, Deux siècles de géographie française : choix de textes, Paris, CTHS (Mémoires de la section de géographie, Comité des travaux historiques et scientifiques, 13), 57-63.

Lambooy J. G., 1969, “City and city region in the perspective of hierarchy and complementarity”, republié in Schöller P. (ed.), 1972, Zentralitätsforschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Wege der Forschung, CCCI), 132-164.

Lang B., 2002, Die Untergliederung der Bundesrepublik Deutschland in strukturierte Wirtschaftsregionen : eine empirische Untersuchung auf der Grundlage der Raumstrukturtheorien von von Thünen, Christaller und Lösch, Frankfurt a.M., Berne etc., P. Lang (Europäische Hochschulschriften. Reihe 5, Volks- und Betriebswirtschaft, Bd. 2843).

Leendertz A., 2008a, “Reichsarbeitsgemeinschaft für Raumforschung”, in Haar I., Fahlbusch M. (eds), 2008, Handbuch der völkischen Wissenschaften. Personen – Institutionen – Forschungsprogramme – Stiftungen, Munich, K. G. Saur,, 520-527.

Leendertz A., 2008b, Ordnung schaffen. Deutsche Raumplanung im 20. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein Verlag (Beiträge zur Geschichte des 20. Jahrhunderts, 7).

Lepetit B., 1988, Les villes dans la France moderne (1740-1840), Paris, Albin Michel.

Lichtenberger E., 1984, “The German-speaking Countries”, in Johnston R. J., Claval P. (eds), Geography since the Second World War. An international survey, London, Sydney, Croom Helm, Totowa N.J., Barnes and Noble, 156-184.

Lichtenberger E., 1995, “Hans Bobek (1903-1990)”, Geographers Biobibliographical Studies, vol. 16, 12–22.

Lösch A., 1940, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft. Eine Untersuchung über Standort, Wirtschaftsgebiete und internationalen Handel, Jena, Gustav Fischer (édition utilisée : Düsseldorf, Verlag Wirtschaft und Finanzen, 2001).

Lösch A., 1944, Die räumliche Ordnung der Wirtschaft, Jena, Gustav Fischer (édition utilisée : Stuttgart, G. Fischer Verlag, 1962 qui reprend le texte de 1944). Ce texte n’est pas identique à la première version de 1940 (Lösch 1940).

Malutta E., Pagnini P., 1980, Le località centrali della Germania meridionale : un’indagine economico-geografica sulla regolarità della distribuzione e dello sviluppo degli insediamenti con funzioni urbane, Traduction de Christaller, Walter, 1933a, Milano, F. Angeli (Geografia umana 31).

Marchand B. Salomon Cavin J., 2007, “Anti-urban ideologies and planning in France and Switzerland : Jean-François Gravier and Armin Meili”, Planning Perspectives, vol. 22, 29-53.

Masahisa F., Krugman P., Venables A. J., 2001, The Spatial Economy: Cities, Regions, and International Trade, Cambridge Mass. [etc.], MIT Press (1ère édition : 1999).

Meynen E., 1979, Zentralität als Problem der mittelalterlichen Stadtgeschichtsforschung, Cologne, Vienne, Böhlau (Städteforschung Reihe A, vol. 9).

Michalakis M., Nicolas G., 1986, “Le cadavre exquis de la centralité”, Eratosthène-Sphragide 1, 15-87 ; Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, Travaux et mémoires, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Miosga M., 2002, “Region München”, in Blotevogel H. H. (ed.), 2002, Fortentwicklung des Zentrale-Orte-Konzepts, Hannover, Akademie für Raumforschung und Landesplanung (ARL).

, 143-150.

Neef E., 1950, “Das Problem der zentralen Orte”, republié in Schöller P. (éd.), 1972, Zentralitätsforschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Wege der Forschung, CCCI),

193-230.

Neef E., 1962, “Die Veränderlichkeit der zentralen Orte niederes Ranges”, in Norborg K. (ed.), 1962, Proceedings of the IGU Symposium in Urban Geography, Lund 1960, Lund, The Royal University of Lund (Lund studies in geography, Ser. B, no 24, Lund, C.W.K. Gleerup), 227- 233.

Neupert K., 1941, Das deutsche Siedlungsbild im Osten, Siedlungsgestaltung aus Volk, Raum, Landschaft, vol. 5, Berlin.

Nicholas D., 2003, “Author’s response to Review”, réponse au compte-rendu de son ouvrage : Nicholas, David, Urban Europe 1100-1700, Basingstoke, Palgrave, 2003 (en ligne)

Nicolas G., Radeff A., 2004, Décentralité/centralité : ordre ou désordre ?, in Gömmel R., Denzel M. A. (eds), Weltwirtschaft und Wirtschaftsordnung. Festschrift für Jürgen Schneider zum 65. Geburtstag, Stuttgart, Franz Steiner Verlag ; 265-286 ; Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, e-Eratosthène, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Nicolas G., 2005, “Traduire Christaller en français : du politiquement correct au scientifiquement correct”, Cyberato : Alter-perspectives disputables, Publications, e-Eratosthène, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Nicolas G., 2009, “Walter Christaller From “exquisite corpse” to “corpse resuscitated””, S.A.P.I.EN.S, 2.2, http://sapiens.revues.org/ (en ligne).

Norborg K. (ed.), 1962, Proceedings of the IGU Symposium in Urban Geography, Lund 1960, Lund, The Royal University of Lund (Lund studies in geography, Ser. B, no 24, Lund, C.W.K. Gleerup).

Ohji T., 1986, Normative approach to the study of periodic markets in south India, Jimbu-Chiri (The human geography), vol. 38, No. 4, 1-27.

Pinchemel P., Pinchemel G., 1988, La face de la terre, Eléments de géographie, Paris, A. Colin.

Pinchemel P., Robic M.-C., Tissier J.-L., 1984, Deux siècles de géographie française : choix de textes. Paris, CTHS (Mémoires de la section de géographie, Comité des travaux historiques et scientifiques, 13).

Platon, 1975, Œuvres complètes, tome XI, Les lois, livre V (-370, -348), Paris, Belles Lettres.

Preston R. E., 1992, Christaller’s research on the geography of administrative areas, Progress in Human Geography, vol. 16, 523-539.

Preston R. E., 2009, “Walter Christaller’s Research on Regional and Rural Development Planning During World War II, Manuskripte zur empirischen, theoretischen und angewandten Regionalforschung (METAR) - Papers in Metropolitan Studies, vol. 52, 1-34.

Pumain D., Saint-Julien T., 1976, “Fonctions et hiérarchie des villes françaises. Etude du contenu des classifications réalisées en France entre I960 et 1974”, Annales de Géographie, vol. 76, 385-440.

Pumain D., 1982, La dynamique des villes, Paris, Economica (Géographie économique).

Pumain D., Paquot T., Kleinschmager R., 2006, Dictionnaire de la ville et de l’urbain, Paris, Economica (Villes).

Pumain D., Saint-Julien T., Vigouroux M., 1983, “Jouer de l’ordinateur sur un air urbain”, Annales de Géographie, vol. 511, 331-346.

Raagma G., Kroon K., 2005, “The future of collective farms’built social infrastructure: choosing between central place and network theories”, Geografiska Annaler: Series B, Human Geography, vol. 87, No. 3, 205-224.

Radeff A., 1996, Du café dans le chaudron. Economie globale d’Ancien Régime (Suisse occidentale, Franche-Comté et Savoie), Lausanne, Mémoires et documents publiés par la Société d’histoire de la Suisse romande.

Radeff A., 2000, “Historiens et modèles géographiques : des lieux centraux aux décentralités”, in Nicolas G., Sériot P. (dir.), Géoponts 2000. Actes du colloque UNIL-IUKB, Sion, 97-110 ; Cyberato : Alter-perspectives disputables, Colloques, Géoponts 2000, http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/ (en ligne).

Reymond H., 1996, “Défense et illustration d’une géographie didactique universitaire. A propos du livre de Jacques Scheibling Qu’est-ce que la géographie ?, L’Espace Géographique, vol. 25, No. 1, 3-21.

Reynaud J. E., 1841, “Villes”, in Leroux P.-H., Reynaud J. E. (dir.), Encyclopédie nouvelle ou dictionnaire philosophique, scientifique, littéraire et industriel offrant le tableau des connaissances humaines au XIXe siècle, par une société de savants et de littérateurs, Paris, Ch. Gosselin, 670-687. Un extrait de ce texte a été publié in Pinchemel P., Robic M.-C., Tissier J.-L., 1984, Deux siècles de géographie française : choix de textes,. Paris, CTHS (Mémoires de la section de géographie, Comité des travaux historiques et scientifiques, 13), 29-34, suivi d’une biographie de Reynaud par Marie-Claire Robic (ibidem, 34-35).

Rieder P., Buchli S., Kopainsky B., 2004, Erfüllung des Verfassungsauftrages durch die Landwirtschaft unter besonderer Berücksichtigung ihres Betrags zur dezentralen Besiedlung, Zürich, ETH.

Robic M.-C., 1982, “Cent ans avant Christaller… une théorie des lieux centraux”, L’Espace géographique, vol. XI, No. 1, 5-12.

Robic M.-C., 1989, Sur les formes de l’hexagone, Mappemonde, No. 4, 18-23.

Robic M.-C., 1991, Variations sur la forme : l’exercice cartographique à l’école (1868-1889), Mappemonde, No. 2, 38-44 ; No. 3, 34-40.

Robic M.-C., 2001, “Walter Christaller et la théorie des “lieux centraux” : Die zentralen Orte in Süddeutschland (1933)”, in Lepetit B., Topalov C., La ville des sciences sociales, Paris, Belin, 151-189 (texte) et 364-373 (notes).

ROG 1997 : Raumordnungsgesetz (ROG) vom 18. August 1997 (en ligne).

ROG 2008 : Raumordnungsgesetz vom 22. Dezember 2008 (en ligne).

Rössler M., 1988, “Géographie et national-socialisme. Remarques sur le processus de reconstruction d’une relation problématique”, L’espace géographique, vol. XVII, 5-14.

Rössler M., 1989, “Applied geography and area research in Nazi society: central place theory and planning, 1933 to 1945, Environment and Planning D: Society and Space 7(4), 419-431.

Rössler M., 1990,  »Wissenschaft und Lebensraum". Geographische Ostforschung im Nationalsozialismus. Ein Beitrag zur Disziplingeschichte der Geographie, Berlin, Hamburg, Dietrich Reimer Verlag.

Rössler M., Schleiermacher S. (eds), 1993, Der “Generalplan Ost. Hauptlinien der nationalsozialistischen Planungs- und Vernichtungspolitik, Berlin, Akademie Verlag.

Salomon Cavin J., 2004, “La Suisse urbaine : entre ubiquité et absence”, EspacesTemps.net, Textuel, http://www.espacestemps.net/index.html (en ligne).

Sanders L. (dir.), 2001, Modèles en analyse spatiale, Paris, Hermès sciences (Information géographique et aménagement du territoire).

Sauberer M., Surd V., Tomasi E., 1990, Ausstattung der ländlichen Siedlungen in Siebenbürgen mit zentralen Einrichtungen = Availability of central facilities in rural settlements of Transylvania, Berlin, Stuttgart, Borntraeger (Atlas Ost- und Südosteuropa, No. 5.2 – R2).

Scheu E., 1924, Deutschlands wirtschaftsgeographische Harmonie, Breslau, Ferd. Hirt.

Scheu E., 1936, Ostpreußen. Eine wirtschaftsgeographische Landeskunde, Königsberg, Pädagog. Verl.-Gemeinschaft, Sturm-Verl. Hirt.

Scheu E., 1966, „Angewandte Geographie - aus meinem Leben“ in Weigt E. (ed.), Angewandte Geographie. Festschrift für Erwin Scheu zur Vollendung des 80. Lebensjahres, Nürnberg, Friedrich-Alexander Universität, Wirtschafts- und Sozialgeographisches Institut, 7-13 (Nürnberger wirtschafts- und sozialgeographische Arbeiten, 5).

Schmid C., 2006, “Theorie”, in Diener R., Herzog J., Meili M., Meuron P. de, Schmid C., ETH Studio Basel - Institut Stadt der Gegenwart, Die Schweiz : ein städtebauliches Porträt/La Suisse. Portrait urbain, Bâle etc., Birkhäuser - Ed. d’architecture, 163-223.

Schneider J., 1996, “Zum Forschungsansatz des Denkens in Ordnungen”, in Schneider J., Harbrecht W. (eds), Wirtschaftsordnung und Wirtschaftspolitik in Deutschland (1933-1993), Stuttgart, Franz Steiner Verlag, 3 ss.

Schöller P. (ed.), 1969, Allgemeine Stadtgeographie, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft.

Schöller P. (ed.), 1972, Zentralitätsforschung, Darmstadt, Wissenschaftliche Buchgesellschaft (Wege der Forschung, CCCI).

Schöller P., 1973, “Trends in urban geography in the German Language Areas”, in Schöller P. (ed.), Trends in urban geography: reports on research in major language areas, Paderborn, F. Schoeningh, 31-41 (Bochumer geographische Arbeiten Heft 16).

Schott C., 1973, “Emil Meynen. Leben und Leistung”, in Im Dienste der Geographie und Kartographie. Symposium Karl Meynen, Köln, Geographisches Institut der Universität Köln, 1-10.

Schuler M., Dessemontet P., Joye D., 2005, Die Raumgliederungen der Schweiz/Les niveaux géographiques de la Suisse, Neuchâtel, Bundesamt für Statistik (Volkszählung 2000 : Strukturerhebung der Schweiz. [Rote Reihe] 5 ; Statistik der Schweiz. 0, Statistische Grundlagen und Übersichten).

Schultz H.-D., 1980, Die deutschsprachige Geographie von 1800 bis 1970. Ein Beitrag zur Geschichte ihrer Methodologie, Berlin, Geographisches Institut der freien Universität Berlin (Abhandlungen des Geographischen Instituts – Anthropogeographie, 29).

Schumann A., Kollektive Mythen im Französischunterricht, in Festabend zum 50-jährigen Geburtstag des Carolus-Magnus-Kreises. „Wertvorstellungen und Perspektiven – Erwachsenwerden und interkulturelles Lernen als Thema in Forschung und Fremdsprachenunterricht“, 26. Austauschlehrtagung des Carolus-Magnus-Kreises vom 12. – 16. November 2004 in Sarrelouis, 2004, 41-53 (en ligne).

Short J. R., 1996, The urban order. An introduction to cities, culture, and power, Malden, Oxford, Blackwell.

Siegrist D., 1989, “Heimat – Landschaft – Nation. Ein Beitrag zur Geschichte der Schweizer Geographie während des deutschen Faschismus”, in Fahlbusch M., Rössler M., Siegrist D., Geographie und Nationalsozialismus : 3 Fallstudien zur Institution Geographie im deutschen Reich und der Schweiz, Kassel, Kassler Schriften zur Geographie und Planung, 302-423.

Smerling F.-B., 2008, Der Einfluss von E-Commerce auf die aktuelle und zukünftige Entwicklung des zentralörtlichen Systems im ländlichen Raum, Kassel, Kassel University Press.

Smith N. B., 1969, The idea of the French hexagon, French Historical Studies, vol. 6, No. 2, 139-155.

Staack J., 1995, Die Klassifikation deutscher Städte nach ihrer regionalen Zentralität, Frankfurt a.M., Berlin, Berne etc., P. Lang (Europäische Hochschulschriften. Reihe 5, Volks- und Betriebswirtschaft, ISSN 0531-7339 ; Bd. 1751).

Steffen Gerber T., 2003, “Bösch, Hans”, in Dictionnaire historique de la Suisse (abrégé : DHS), Hauterive, Attinger, vol. 2, http://www.dhs.ch/ (en ligne).

Stiens G., 1990, “Zur Notwendigkeit der Abkehr vom herkömmlichen Zentral-Orte-Konzept in der Raum- und Infrastrukturplanung, in Henkel G. (ed.), 1990, Schadet die Wissenschaft dem Dorf ? Vorträge und Ergebnisse des 7. Dorfsymposiums in Bleiwäsche vom 7. – 8. Mai 1990, Paderborn, Verlag Schöningh (Essener Geographische Arbeiten, 22), 89-108.

Stolper W. F., 1944, “August Lösch in Memoriam”, in Woglom W. H., The economics of location, New Haven, London, Yale university press; traduction du texte de Lösch, 1944, VII-XI.

Sugiura Y., 1997, “On Theory and Verification in Christaller: Analysis and Speculation”, Geographical Reports of Tokyo Metropolitan University, vol. 32, 87-102.

Swift J. Junior, 1995, “Une géopolitique française, Géographes Associés, vol. 17, No. 2, 19-23.

Thom R., 1957, “Werdegang und Würdigung Erwin Scheu, in Weigt E. (ed.), Wirtschaftsgeographischer Wandel in Deutschland : Professor Dr. Erwin Scheu zum 70. Geburtstag, im Namen von Freunden und Schülern zusammengestellt von Ernst Weigt, Nürnberg, Wirtschaftsgeographisches Institut der Hochschule für Wirtschafts- und Sozialwissenschaften, 1-8.

Ullman E., 1941, A theory of location for cities, American journal of sociology, vol. 56, 835-864; republié dans Ullman E., Readings of urban geography, Chicago, The university of Chicago press, 1959, 202-209.

Walter F., König M., 1999, “Vers un système urbain réticulaire en Suisse”, in Koch M., Schmid W. A. (eds.), 1999, Die Stadt in der Schweizer Raumplanung. Ein Lesebuch – Martin Lendi gewidmet, Zürich, vdf Hochschulverl. an der ETH (ORL-Schriften 49),19-24.

Wardenga U., 1995-1996, Emil Meynen. Annäherung an ein Leben, Geographisches Taschenbuch, vol. 23, 18-43.

Weichhart P., 1996, Das System der zentralen Orte in Salzburg und angrenzenden Gebieten Oberösterreichs und Bayerns : Grundlagenstudie für das Sachprogramm „Versorgungsinfrastruktur“, Salzburg, Salzburger Institut für Raumordnung und Wohnen.

Weichhart P., Fassmann H., Hesina W. (eds), 2005, Zentralität und Raumentwicklung, Wien, Geschäftsstelle der Österreichischen Raumordnungskonferenz (Österreichische Raumordnungskonferenz (ÖROK), 167).

Woessner R., 2008, La métropole Rhin Rhône : vers l’émergence d’un territoire ?, Colmar, J. Do Bentziger.

Wohler A., 2002, “Ammann, Hektor”, in Dictionnaire historique de la Suisse (abrégé : DHS), Hauterive, Attinger, vol. 1, http://www.dhs.ch/ (en ligne).

Woldenberg M. J., 1968, “Energy flow and spatial order, with special reference to mixed hexagonal central place hierarchies”, Cambridge Mass, Laboratory for Computer Graphics and Spatial Analysis Graduate School of Design Harvard University.

Liens vers les textes en ligne (établis le 11 décembre 2011) :

Adam, 1992 : http://www.cyberato.org/?q=publications/theses/trame-urbaine-hexagone-analyse-theorique-semis-urbains

Adam et Nicolas, 1990 : http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/theorie-centralite-walter-christaller-explique-t-elle-formation-reseau

Aigner, 2003 : http://www.salzburg.gv.at/pdf-da_aigner.pdf

ARE, 2005: http://www.are.admin.ch/themen/raumplanung/00228/00275/index.html?lang=fr

ARE, 2008: http://www.are.admin.ch/dokumentation/00121/00224/index.html?lang=fr&msg-id=20772).

ARE, 2009: http://www.are.admin.ch/themen/agglomeration/00641/index.html?lang=fr

Baudelle, 2005 : http://norois.revues.org/604

Blotevogel, 2004 : http://www.uni-due.de/geographie/vvz_duisburg/WS2003_2004/Blotevogel/Handel-Dienstleistungsgeographie/02Zentrale-Orte.pdf

Bundesverfassung, 1999 : http://www.admin.ch/ch/d/sr/1/101.de.pdf

Christaller, Covindassamy et Djament, 2005 : http://cybergeo.revues.org/3153

Covindassamy, Christaller et Djament, 2005 : http://cybergeo.revues.org/3198

Djament et Covindassamy, 2005 : http://cybergeo.revues.org/3144

Fittkau, 2004 : http://webdoc.sub.gwdg.de/diss/2004/fittkau/fittkau.pdf

Flüchter, 2000 : http://duepublico.uni-duisburg-essen.de/servlets/DerivateServlet/Derivate-5306/dao3300.pdf

Frey, 2008: http://www.wsl.ch/fe/wisoz/students/Frey2008.pdf

Groupe tripartite, 2011 : http://www.are.admin.ch/index.html?lang=fr

Michalakis et Nicolas, 1986 : http://www.cyberato.org/?q=publications/travaux-memoires/cadavre-exquis-centralite

Mosaïques du Musée romain de Vallon à Fribourg : http://www.museevallon.ch/sgcms/cms/page.php

Nicholas 2003 : http://www.history.ac.uk/reviews/review/390/response

Nicolas et Radeff, 2004 : http://www.cyberato.org/?q=publications/e-eratosthene/decentralitecentralite-ordre-ou-desordre

Nicolas, 2005 : http://cyberato.pu-pm.univ-fcomte.fr/?q=publications/e-eratosthene/traduire-christaller-en-francais-politiquement-correct-au-scientifiquemen

Nicolas, 2009 : http://sapiens.revues.org/index843.html

Radeff, 2000 : http://www.cyberato.org/sites/default/files/cyberato/colloques/geopont_2000/10_geoponts_radeff.pdf

ROG, 1997 : http://193.25.34.143/professoren/hlange/Seiten/Download-einschlaegiger-Gesetze-Dateien/Download-Dateien-Gesetze/ROG-1997-Juris-Version-Stand-09.12.2006.pdf

ROG, 2008 : http://bundesrecht.juris.de/bundesrecht/rog_2008/gesamt.pdf

Salomon Cavin, 2004: http://www.espacestemps.net/document708.html

Schumann, 2004 : http://www.carolus-magnus-kreis.de/media/dokumente/atl_saarlouis_2004.pdf

Steffen Gerber, 2003 : http://www.hls-dhs-dss.ch/index.php?lg=f

Wohler, 2002 : http://www.hls-dhs-dss.ch/index.php?lg=f

Haut de page

Annexe

  

Tableau 1 : utilisation des représentations d’hexagones dans les textes de géographes de langue allemande depuis 1935

Représentation d’hexagones, peu de critiques contre Christaller

Sans représentation d’hexagones mais reprennent plusieurs notions christallériennes

Fortes critiques contre Christaller, parfois avec représentation d’hexagones

1935 Kant (Estonie)

1946 Carol (Suisse)

1950 Neef (Allemagne de l’Est)

1969 Bobek (Autriche)

1972 Schöller (Allemagne de l’Ouest)

1975 Elsasser (Suisse)

1978 Deiters (Allemagne de l’Ouest)

1979 Heinritz (Allemagne de l’Ouest)

1979 Meynen (Allemagne de l’ouest)

1982 Deiters (Allemagne de l’Ouest)

1986 Hönsch (Allemagne de l’Est)

1990 et 1997 Atlas autrichiens (Autriche)

2002 Bathelt et Glückler (Allemagne)

2003 Aigner et Dollinger (Autriche)

2005 Weichhart (Autriche)

2004 Blotevogel (Allemagne)

2004 Fittkau (Allemagne)

2005 Güßefeldt (Allemagne)

2005 Weichhart (Autriche)

2006 Deiters (Allemagne)

(Entre parenthèses) : pays d’origine des auteurs

Tableau 2 : Suisse : difficultés de fidélité aux idées originales lors des transpositions de concepts dans les traductions de l’allemand au français

Termes allemands originaux

Signification exacte en français67

Traduction romande influencée par l’idéologie centralisatrice française

1. dezentrale Besiedlung des Landes

1. occupation décentrale du pays

1. peuplement décentralisé

2. dezentrale Konzentration

2. concentration décentrale

2. décentralisation concentrée

3. Zentralisierung, […] aber dezentral

3. centralisation décentrale

3. concentration décentralisée 

Sources :
- 1. Constitution fédérale suisse 1999 / Bundesverfassung 1999, article 104
- 2 et 3. Schmid, 2006, p. 188

  

Haut de page

Notes

1 Par manque de place, le texte original de la plupart des expressions allemandes, traduites ici en français, a été abandonné.

2 Les commentateurs de Christaller utilisant son texte en allemand ou sa traduction en anglais ont d’ailleurs mis l’accent sur le caractère déterminant du triangle dans le système des lieux centraux : Bunge, 1966, p. 135, Dawson 1969 figure p. 447 ; Heinritz, 1979, pp. 27-31 ; Böventer, 1979, p. 229 ; Preston, 1992, p. 532 ; Reymond, 1996, p. 11 ; Lang, 2002, p. 36 ss. ; Preston, 2009, pp. 12, 13, 22 ss. et al.

3 Traitant de Lösch et Christaller, Dickinson écrit d’ailleurs que “these writers made a negligible impact in Britain, presumably because they were not read in German” (Dickinson, 1976, p. 140).

4 Première main : travail fondé sur le texte de Walter Christaller en allemand ; 2e main : travail fondé sur la traduction en anglais du texte de Walter Christaller ; 3e main : travail fondé sur des auteurs utilisant la traduction en anglais sans revenir à l’original en allemand ou à la traduction en anglais.

5 Sur Berry, cf. Nicolas, 2009. Dawson, lorsqu’il cite en allemand, accumule les erreurs sur les noms d’auteurs et les titres (par exemple “Adam Heinrich Müller von Nittersdorf” cité comme “Müller von Netterdorf”). Toutes ses références à la thèse de Christaller utilisent la traduction lacunaire de Baskin, comme chez Woldenberg. Quant aux relations épistolaires entre Woldenberg et Christaller, elles ne sont connues que par une mention de quatre lignes en anglais faite par Woldenberg lui-même. Il s’agirait d’une lettre personnelle que lui aurait adressée Christaller mais dont l’original est inaccessible (Woldenberg, 1968, p. 16 ; Reymond, 1996, p. 14). Sur Woldenberg et l’idée d’entropie, cf. Pumain, 1982, p. 50 ; sur William Warntz, son mentor, cf. Barnes, 1996, pp. 126-130.

6 Ce texte se concentre sur les géographes de langue allemande afin de les rendre accessibles pour mener les recherches globales en français sur le “modèle christallérien” et sur la “centralité”.

7 On peut multiplier les références de textes de la fin du 20e siècle en plusieurs langues et dans plusieurs disciplines, comme l’histoire (Kunow, 1988, pp. 55-58 ; Lepetit, 1988, pp. 175 ; Denzel, 1994, p. 20), l’économie (Staack, 1995, p. 52) et bien sûr la géographie (Vagaggini et Dematteis, 1976, pp. 28-33 ; Capel et Urteaga, 1982, p. 32 ; Haggett, 1983, pp. 370-371 ; Ohji, 1986, p. 21 ; Pinchemel, 1988, p. 85 ; Short, 1996, p. 55).

8 Il est bien entendu impossible de citer tous les géographes de langue allemande ayant traité du système triangulo-hexagonal depuis près de 80 ans. Ce texte s’efforce cependant de présenter les principaux, en mettant en relations la manière dont ils considèrent le système christallérien et leur position dans le milieu scientifique. Il s’agit en effet souvent de personnages influents qui ont pu imposer leur vision pendant des décennies.

9 Je ne traiterai pas ici des précurseurs de Christaller (cf. Istel, 2002 ou Ben-Joseph et Gordon, 2000).

10 Claval, 1972, p. 539. Claval, 1966, p. 21 était plus nuancé, tout en se contentant de renvoyer aux prédécesseurs du début du 20e siècle, ignorant donc les travaux français (Reynaud, 1841 et Lalanne, 1863 et 1875) et allemands (Kohl, 1841) du XIXe siècle.

11 Istel (1937-2006) est décédé alors qu’il prévoyait un second volume intitulé Post Christaller.

12 Karl R. Kegler m’a aimablement communiqué des données tirées de textes inédits de Walter Christaller datant de 1934 (demande des crédits pour ses recherches) et 1946 (pour la commission de dénazification). Dans ce second texte, il affirme avoir eu des activités communistes en 1919, ce qu’aucune autre source ne confirme.

13 Professeur émérite de géographie à l’Université de Bonn. Fehn a utilisé dans les années 1970 le système christallérien pour des recherches historiques (Fehn, 1970).

14 En 1944, Walter Christaller fait deux rapports pour la RKF (Reichskommissar für die Festigung deutschen Volkstums ; source : documents d’archives, BArch) sur une nouvelle partition du Reich fondée sur le modèle des lieux centraux et une nouvelle répartition de la population. Il inclut dans ce plan de colonisation la Suisse allemande avec Bâle comme capitale du district (Gau) alémanique du sud-ouest (Kegler, 2010, p. 134).

15 Professeur de géographie économique et sociale à l’Université Gerhard-Mercator de Duisburg de 1983 à 2004, professeur d’aménagement et de planification nationale (Raumordnung und Landesplanung) à la faculté d’aménagement de la même université et depuis 2007 vice-président de l’académie de recherche spatiale et de planification nationale (Akademie für Raumforschung und Landesplanung) de Hanovre : http://www.raumplanung.uni-dortmund.de/rlp/Personal/Blotevogel/blotevogel.php

16 Comme souvent, il faut se méfier des biographies hagiographiques comme Thom, 1957 ou Scheu, 1966.

17 August Lösch n’a pas été membre du parti nazi mais des travaux récents montrent que ceux qui l’ont présenté comme un homme intègre refusant toute compromission (par exemple Stolper, 1954) négligent le fait que ses idées et son vocabulaire sont fortement influencés par l’idéologie nazie (Derks, 1986, notes 76 ss. ; Dieckmann, 1992, pp. 165-167), que Lösch mentionne en 1944 ses contacts avec le service nazi du Reich chargé de l’aménagement (Lösch, 1944, p. V), enfin que l’Institut d’économie mondiale de Kiel, qu’il dirigeait, était au service de la politique économique nazie (Dieckmann, 1992).

18 Buttimer, 1987 : Professeur associé de géographie économique à l’université de Tartu dès 1934, professeur ordinaire en 1936 puis pro-recteur en 1938, Edgar Kant est déchu de ses fonctions en 1940, lorsque les soviétiques russes occupent la ville et devient recteur en 1941, lorsque les nazis remplacent les soviétiques. Il conserve cette charge jusqu’en 1944 jusqu’au retour des soviétiques. Il fuit alors en Suède, enseigne à l’université de Lund où un doctorat honoris causa sera attribué à Walter Christaller en 1968.

19 Siegrist ne traite que des géographes suisses de langue allemande.

20 Steffen Gerber, 2003 et Brunner, 2000, pp. 55-65 ne mentionnent pas la collaboration de Bösch aux Nationale Hefte.

21 Siegrist (1989) ne traite pas du cas de Hans Carol.

22 Brunner, 2000, pp. 82-90 : Hans Carol est d’abord premier assistant (Oberassistant) à l’institut de géographie de l’Université de Zurich, qui l’envoie en Afrique du sud (1948-1949) puis orientale (1953) dans le cadre de la préparation de son habilitation soutenue en 1951. Carol quitte la Suisse en 1958 pour les USA puis le Canada. Il devient professeur au département de géographie de l’Université de York (Canada) de 1962 à 1971, date de son décès prématuré.

23 Cette carte, réalisée par Hans Carol au 1 :250.000, a été publiée au 1 :300.000 : Carol, 1946c ; Carol 1946a, pp. 185-186.

24 Carol cite Christaller (1933a) et un texte en français présenté au Congrès international de géographie d’Amsterdam en 1938 (Christaller, 1938). Christaller est donc utilisé en Suisse dès 1943 et non à la fin des années 1940 comme l’écrivent erronément Marchand et Salomon Cavin, 2007, p. 46.

25 Carte des lieux de marché autour de Zurich, p. 22.

26 Un hexagone figure p. 222, mais les auteurs proposent plusieurs autres types de situation des lieux.

27 Johannes Gerard Lambooy, né en Indonésie en 1937, est un géographe hollandais, professeur à l’Université d’Utrecht et d’Amsterdam (géographie économique et régionale, 1972-2002).

28 La courte synthèse en anglais de Schöller (1973) sur la géographie urbaine allemande ne contient aucune figure ; lorsqu’il aborde Christaller, Schöller ne traite pas du système triangulo-hexagonal mais se concentre sur la notion de centralité.

29 http://www.uni-leipzig.de/unigeschichte/professorenkatalog/leipzig/Neef_654. Claval (1966, pp. 25-26) cite Neef, 1962 en estropiant son nom : Neff (la note de Claval contient plus d’une demi-douzaine d’erreurs sur les textes allemands cités) ! Surtout, Claval oublie de citer Neef, 1950, beaucoup plus critique sur Christaller que Neef ,1962.

30 Citation p. 168. Cette constatation est reprise et élargie dans Bobek et Fesl, 1978, p. 274.

31 Il a été professeur à Munich (Technische Universität München puis Ludwig-Maximilians-Universität) de 1975 à 2006 : http://acre.socsci.uva.nl/whoiswho/GunterHeinritz.html

32 Radeff 1996 et Cavaciocchi 2001 sur le colportage et sur l’organisation spatiale du commerce périodique, qui n’obéissent pourtant pas à une logique de centralité !

33 Heinritz cite Berry en biographie (Berry et Pred, 1961) mais les travaux critiques analysés ici sont ceux d’auteurs de langue allemande.

34 Contradiction dénoncée dans Michalakis et Nicolas, 1986, p. 38.

35 Il faut se méfier des nombreuses biographies hagiographiques qui occultent le passé nazi de ce géographe (Schott, 1973).

36 Böventer n’est pas cité par Schöller (1973) et celui-ci a renoncé à le publier en 1972 : Schöller, 1972, p. XVIII. Blotevogel (1996) le cite dans son texte mais pas dans son tableau de synthèse p. 626.

37 D’autres économistes sont plus prolixes en ce qui concerne l’hexagone, par exemple Staack, 1995, p. 52 ; Lang, 2002, p. 36 ; Smerling, 2007, p. 59. Leurs travaux ne sont pas traités dans cet article consacré aux géographes.

38 Enseigne depuis 1971 à l’Université de Zurich où il est nommé professeur de géographie économique en 1987 (Brunner, 2000, p. 128 et diagramme à la fin).

39 Elsasser reprend une figure publiée par Hofmeister, 1969, p. 61.

40 La notion de “centre rural” (définie dans le Glossaire du Groupe tripartite “Projet de territoire Suisse”, 2011) n’a pas été inventée en Suisse. On la trouve aussi en France et elle est très utilisée en Afrique francophone. En Allemagne, l’historien de l’Antiquité Ernst Kirsten (membre du parti nazi en 1937) utilise la notion d’État rural (Dorfstaat) (Kirsten, 1956).

41 Les termes sont extraits des versions du texte en allemand et en français ; il y a aussi une version en italien et une en anglais.

42 Prof. Dr. sc. (ce n’est pas Sergueï Viktorovitch Lavrov, le ministre des affaires étrangères russe, né en 1950).

43 Professeur de géographie culturelle à l’Université d’Erlangen-Nuremberg dès 1995 : http://www.geographie.uni-erlangen.de/pers/wbaetzing/

44 Cet indice n’est pas un indice de corrélation mais un indice synthétique ad hoc.

45 En fin de volume (1933a), Christaller publie une carte de la population (carte 1), une carte du nombre de téléphones (carte 2) et une carte du système des lieux centraux (carte 4) dans laquelle il omet le lieu H de base de la hiérarchie. Or, les recherches récentes menées par des géographes américains et japonais montrent que, si l’on prend en considération toutes les distances géométriques entre les lieux, les idées de Walter Christaller sur la régularité des distances et sur leur hiérarchie ne se vérifient pas (Sugiura 1997).

46 Enseignant dans diverses universités d’Europe centrale et orientale : Klagenfurt et Vienne en Autriche, Cluj-Napoca en Roumanie, Rijeka en Croatie, Koper/Capodistria en Slovénie : http://www.oeaw.ac.at/isr/Personen/jordan_personal%20page.pdf

47 Frank-Dieter Grimm (1936-2003) a été professeur à l’Université de Leipzig. Spécialiste de l’Europe balkanique, il était aussi vice-directeur de l’Institut de géographie régionale de Leipzig de 1994 à 2000. http://www.ifl-leipzig.com/institut.0.html

48 L’image (sept cercles en intersection) n’est pas la figure originale de Christaller mais est reprise de la première édition de Bathelt et Glückler 2003 (2002).

49 Y compris pour le “géomarketing”, cf. Fittkau, 2004 ou le nouveau paradigme d’une géographie économique relationnelle proposé par Bathelt et Glückler, 2003, fondé sur les concepts de réseau et d’embeddedness.

50 La courte bibliographie ne cite pas les travaux de Bathelt et Glückler ni aucun texte postérieur à 2002.

51 Aimables informations de Hans-Dieter von Frieling (institut de géographie de la Georg-August-Universität à Göttingen).

52 Des passages de ce livre (en particulier les tableaux des pages 46 et 62) sont tirés de la thèse de l’un de ses doctorants, que Güβefeldt ne cite pourtant pas en bibliographie : Fittkau 2004. Certaines des thèses de Güβefeldt ont été discutées par Deiters 2006.

53 Cite Lösch, 1940, p. 86. Le texte est le même que dans Lösch, 1944, p. 92.

54 Cite Christaller, 1933a, p. 86.

55 D’autres auteurs le confirment, en particulier Bathelt et Glückler 2003 pp. 48-50, 116-117.

56 Henkel est un géographe allemand professeur à l’Université d’Essen depuis 1980 : http://www.biogeo.uni-due.de/geographie/henkel. Stiens est directeur scientifique de l’Office fédéral allemand de la construction et de l’ordre spatial jusqu’en 2004 et professeur honoraire de l’Université de Trèves : http://www.staedtebaufoerderung.info/nn_614828/BBSR/DE/Veroeffentlichungen/IzR/2008/11__12/autoren.html

57 Professeur de géographie à l’Université de Toronto (Canada) depuis 2006, après avoir enseigné dans les universités allemandes de Francfort (1998-2002) puis de Marburg (2002-2006) : http://www.harald-bathelt.com/html/cv.html

58 Professeur de géographie à l’université catholique de Eichstätt-Ingolstadt (2006-2008) puis à l’université de Heidelberg : http://www.ku-eichstaett.de/Fakultaeten/MGF/Geographie/wigeo/mitarbeiter_alt/glueckler

59 Les auteurs ne différencient pas “théorie” et “modèle”.

60 Docteur (Dr. Phil.) en 2011, Kegler a obtenu un diplôme d’ingénieur en 1997 après des études d’architecture urbaine, de philosophie et d’histoire dans les universités allemandes de Cologne et d’Aix-la-Chapelle : http://www.archimaera.de/archiv/author/kegler

61 Un hexagone n’a qu’un centre : on ne peut donc pas écrire qu’un point situé ailleurs dans un hexagone est un centre.

62 Voir les références données à la fin du point 0 de cet article.

63 Par exemple, l’archéologue Jürgen Kunow précise que ce sont “avant tout des érudits allemands” qui ont étudié les régularités spatiales (Kunow, 1989, p. 377), en oubliant entre autres tous les Français, souvent antérieurs (cf. Istel, 2002).

64 C’est entre autres la position de l’historien Jürgen Schneider (Schneider, 1996).

65 Mosaïques hexagonales du Musée romain de Vallon à Fribourg (Suisse). Etoile à six branches de la croix chrétienne (Champeaux et Sterckx, 1980, pp. 366-367). Platon rêve d’une cité formant une figure à 12 côtés (Platon éd. 1975, pp. 103-4).

66 Böventer (1962b, p. 99) propose aussi un grand nombre de répartitions spatiales optimales.

67 Le néologisme “décentral” se répand au 21e siècle, comme le montre par exemple une recherche sur Internet.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne Radeff, « Hexagones sans centre, centres sans hexagone », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 583, mis en ligne le 28 janvier 2012, consulté le 17 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/24958 ; DOI : 10.4000/cybergeo.24958

Haut de page

Auteur

Anne Radeff

Privat-docent à l’Université de Berne, expert scientifique au Dictionnaire historique de la Suisse et au Fonds national suisse de ma recherche scientifique, Switzerland
Professeur honoraire des Universités, France
http://monsite.orange.fr/anne.radeff/
anne.radeff@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page