Navigation – Plan du site
2012
596

La maîtrise des populations de grands ongulés dans les espaces naturels protégés : comment gérer la spatialité animale par des territoires humains ?

The control of the populations of tall ongulated within protected natural spaces: a territorial issue for men or for animals?
Yves Poinsot et François Saldaqui

Résumés

Les espaces naturels protégés, préservant espèces et milieux menacés abritent de fortes populations de grands ongulés. Ces effectifs mettent en péril des espèces rares et multiplient les dégâts agricoles et pastoraux en périphérie. Le phénomène impose au parc national des Cévennes la pratique de tirs de régulation en zone centrale. Dans le parc espagnol d’Aigues Tortes, l’enneigement hivernal des hautes altitudes fait descendre les animaux hors du parc où une régulation cynégétique banale intervient. L’élimination de sangliers au cœur du parc national des Pyrénées occidentales aurait permis de mieux préserver les ours en réduisant les battues dans l’immédiate périphérie. La régulation en zone centrale, nécessaire, pose la question des acteurs de ce processus. Les fonctionnaires trop rares pourraient être épaulés par des chasseurs titulaires d’un permis spécifique dont ils encadreraient lieux, dates et conditions d’intervention. La présence du loup peut constituer une alternative. Ses comportements trophiques et territoriaux le rendent efficace pour les espèces de capture aisée (mouflons, voire cervidés). Il n’exerce toutefois une pression suffisante sur les sangliers qu’à des niveaux de densité lupine élevés. Dans ce cas, la pression sur les ongulés domestiques fréquentant les ENP devient considérable et impose en périphérie des conditions d’élevage peu supportables. À l’opposition binaire entre sanctuaires et milieux non protégés pourrait succéder un dégradé de statuts plus élaborés. Il pose la question de nos représentations, mentales et cartographiques, des espaces labellisés.

Haut de page

Texte intégral

1La création d’espaces naturels protégés (ENP) relève de motivations multiples. Certains sont destinés à protéger des monuments naturels, alter ego naturels du monument historique. D’autres doivent assurer la préservation des principaux écosystèmes d’un pays, en Amérique du Nord notamment, afin de conserver intacte la « wilderness » du territoire colonisé (Héritier, 2009). Une grande majorité des ENP doit son existence à la raréfaction d’espèces animales ou végétales que l’on souhaite préserver. C’est parfois un arrêté préfectoral de protection de biotope pour les végétaux, ce peut-être une Réserve (nationale) de Chasse et de Faune Sauvage pour des espèces montagnardes chassables (l’isard dans celle d’Orlu, le mouflon au Caroux) ou l’avifaune migratrice (pour Arjuzanx dans les Landes ou du Hâble de Ault dans la Somme), c’est bien souvent un ensemble d’espèces, notamment endémiques, par le biais des parcs nationaux.

  • 1 En 2007, 54 % des arrêtés de protection de biotopes concernaient des superficies inférieures à 50 h (...)
  • 2 Rappelons pour fixer les ordres de grandeur que celui de la Vanoise atteint 535 km2, celui de Yello (...)

2Si le motif de la protection peut-être unique pour les espaces les plus restreints (quelques hectares pour un arrêté de protection de biotope concernant telle orchidée1), lorsque les superficies augmentent, la combinaison de motifs constitue la norme : un parc national de plusieurs centaines de km2 abrite à la fois des espèces menacées, les milieux dans lesquels elles s’inscrivent et des paysages dont la valeur esthétique légitime la préservation2.

3Si les justifications en sont variées, l’image des ENP les plus attractifs n’en demeure pas moins liée pour le grand public à la présence d’espèces emblématiques de la grande faune. On associe ainsi largement la Vanoise au bouquetin (Mauz, 2005), le Mercantour au loup (Espuno, 2004 ; Mounet, 2007), les Pyrénées occidentales au gypaète et à l’ours, voire les Cévennes aux vautours ou la Camargue au flamant rose. Ailleurs en Europe ou dans le monde, ce peut-être l’élan pour les parcs scandinaves, le grizzli pour des parcs américains ou le lion ou l’éléphant pour des parcs africains (Serengueti ou Krüger par exemple). Si les monuments naturels s’y trouvent parfois inclus, ils existent aussi largement hors des parcs : le Mont-Blanc n’est inclus dans aucun parc notoire, tandis que le Mont-Perdu se voit protégé par son inscription au patrimoine mondial de l’UNESCO au même titre que le centre-ville de Quito.

4Cette association fréquente entre les ENP et la faune peut relever d’un lien causal direct : la réserve du Caroux-Espinouse fut créée pour protéger une population de mouflons corses menacée dans leur habitat d’origine (Massol, 1991). Elle peut n’être qu’une conséquence indirecte du fait que ce sont des milieux originaux qu’on protège (et dans ce cas la faune est incluse dans ceux-ci) : c’est plutôt le modèle nord-américain. En Europe, plus densément peuplée, c’est souvent par une filiation historique que les ENP et la grande faune se trouvent associés : nombre de parcs nationaux ont été créés à partir de réserves de chasse couvrant des écosystèmes préservés parce que dépeuplés, donc des milieux favorables aux espèces menacées. Le Parc National du Grand Paradis italien est ainsi le successeur d’une réserve de chasse des ducs de Savoie (Privat, 2005), celui du Mercantour, d’une réserve royale instituée en 1859 (Laslaz, 2009) ou encore celui des « Picos de Europa », un des plus ancien d’Europe, prolonge une réserve de chasse royale (Bajo Cuadrado, 2006).

  • 3 A. Selmi (2009) souligne le poids de l’expérimentation coloniale dans la conception de réserves int (...)
  • 4 Le phénomène est tel qu’I. Mauz (2009) en vient à qualifier les Alpes de « parc animalier ».
  • 5 Très installé en France, dans les principes de création des parcs nationaux notamment, mais aussi, (...)

5Dans les représentations du grand public, mais aussi de la plupart des scientifiques3, espaces et espèces se trouvent ainsi associés, le premier terme protégeant le second qui, par sa présence, justifie l’existence du premier. Cette association prend naissance en France dans les années 1960 et ne va cesser de se renforcer depuis, la sauvegarde des espèces, voire l’extension de leur aire de présence, étant largement imputée à l’instauration des parcs (La Vanoise pour le bouquetin, les Pyrénées occidentales pour l’isard). La réapparition du loup en France par le parc du Mercantour conforte largement cette association. Pourtant, les années passant, les effectifs animaux s’envolent (Poinsot, 2008a) et les dispositifs de protection se trouvent confrontés à des difficultés initialement peu envisagées qui vont jusqu’à mettre en question la pertinence du concept de parc national sanctuarisé prévalant en France. Elles tiennent à la multiplication d’espèces « secondaires »4 (d’intérêt écologique moindre) à l’abri du « parapluie » que constitue le sanctuaire. Leur densité s’élevant, elles peuvent constituer une menace pour la reproduction d’espèces protégées, comme le sanglier sur les nichées de grand tétras (Saniga, 2002), ou le cerf sur la reproduction de biotopes forestiers. Par leurs débordements, elles multiplient aussi les dommages agricoles en périphérie. Depuis longtemps identifié pour le loup au Canada (Pihet, 2009), le phénomène prend une acuité considérable en France avec le sanglier ou parfois le cerf. C’est le modèle de protection des espèces par le biais de sanctuaires où tout acte de chasse est prohibé, qui se trouve ainsi mis en cause5.

6Une telle situation ne va pas sans difficultés majeures, la demande d’une protection totale des espèces dans quelques hauts lieux sanctuarisés constituant à la fois le produit du message a-géographique que les citadins reçoivent d’autres continents par la télévision et le fondement de l’attractivité touristique des « produits-phares » que constituent les parcs nationaux pour les massifs montagneux. Alors qu’une demande sociale de poursuite de la gestion par le sanctuaire se poursuit (puisque le principe est appliqué ailleurs avec succès, on doit pouvoir faire la même chose en Europe), les gestionnaires de la faune protégée par les parcs et ceux de la faune banale du pourtour que sont les chasseurs, se trouvent mis en relation par les animaux qui transgressent les limites de territoires voulues par les hommes.

7L’objectif de cet article est donc d’examiner la manière dont les gestionnaires prennent en compte le problème de manière apparemment différenciée dans l’espace et au-delà, par une réflexion sur la géographie des densités d’espèces animales en interaction, de questionner la conception d’une nature protégée par des parcs. Dans ce cadre, on choisit d’examiner dans un premier temps la manière dont les gestionnaires s’attachent à traiter le problème. Les uns privilégient la mise en place d’une régulation cynégétique interne au sanctuaire, qui cesse alors d’en être un. Les autres paraissent maîtriser le problème au dedans, au prix de relations peu ou mal formulées avec ceux du dehors. Dans un second temps, c’est le contenu même du sanctuaire qu’on s’attache à décrypter, soulignant que la mobilité des espèces animales rend leur protection parfois plus vitale hors du parc qu’au-dedans, ou encore, lorsque l’aire protégée est trop restreinte, que l’action sur les biotopes importe plus que celle sur les espèces, plus protégées par leur statut réglementaire que par un territoire. Pour finir, constatant que les étendues trop restreintes des parcs européens hypothèquent l’efficacité du modèle sanctuarisé, c’est aux conditions de rééquilibrage des populations surnuméraires que l’on s’attache, envisageant les conditions d’une régulation cynégétique, puis celle d’un contrôle par les loups.

  • 6 Ce texte constitue l’une des synthèses d’un programme de recherche financé par le Conseil Régional (...)

8Deux hypothèses fortes guident le choix des terrains examinés et la méthode de l’examen. La première considère que ce phénomène de multiplication des espèces banales, parfois générateur de dommages aux milieux protégés, et fréquemment de dégâts accrus au pourtour, est d’autant plus sensible que l’altitude des milieux en question est basse. Quantité des nutriments disponibles et vitesse de reproduction des espèces sont en effet d’autant plus importants que les facteurs limitants – froid et neige pour l’essentiel - se réduisent. On choisit donc, dans le cadre d’une recherche portant sur des aires protégées du Sud de la France et du Nord de l’Espagne, d’examiner le problème dans un parc de faible altitude, celui des Cévennes, puis en s’élevant, dans celui d’Aigues Tortes, dans les Pyrénées catalanes, et enfin dans ceux des Pyrénées françaises, occidentales puis catalanes (Carte 1)6.

Carte 1 : Localisation des quatre aires protégées principalement examinées dans l’étude

Carte 1 : Localisation des quatre aires protégées principalement examinées dans l’étude
  • 7 Vu la problématique de la recherche, gestionnaires de la réserve et chasseurs de la périphérie ont (...)

9Pour chacun d’eux, on considère - c’est la deuxième hypothèse forte du travail - que la compréhension du problème et son éventuelle résolution passe par une prise en compte centrale de la question des densités animales. Puisqu’on a vu que c’est de leur accroissement qu’était né le problème, c’est a priori par une action sur ce facteur qu’on peut le résoudre ; mais de quelle manière, vu que les vases que l’on voudrait vider communiquent avec ceux que l’on doit préserver ? Puisque c’est d’un jeu des animaux sur les limites qu’ont créés les hommes que naît le problème, on a procédé à des entretiens approfondis avec ceux du dedans, gardiens de parc ou des milieux – forestiers - pour la plupart, et ceux du dehors, responsables cynégétiques pour l’essentiel7. Discutant la distance séparant l’image que renvoient les ENP des pratiques qui s’y déroulent, la conclusion reviendra sur ce qui différencie les ENP de la nature banale. Elle soulignera qu’un ménagement général de celle-ci paraît plus réaliste qu’une protection par des sanctuaires, où la fonction symbolique, destinée à l’attraction et la canalisation des flux touristiques, s’écarte de manière sans cesse plus nette du traitement réel que l’on réserve aux animaux.

Lorsque changer d’altitude modifie la représentation du problème : des Cévennes aux Pyrénées centrales

10Le Parc National des Cévennes a constitué dès sa création en 1970 un « cas » au sein des parcs nationaux français : c’est le seul qui soit chassable dans une partie de la zone centrale. Cette particularité tient à l’importance de la population résidante (600 personnes en zone centrale) et à la culture cynégétique de ses habitants. C’est donc à l’origine un « prix à payer » pour l’instauration d’un ENP de 912 km2 dans un Massif Central où l’altitude insuffisante prive ses promoteurs d’espaces dépeuplés suffisamment vastes pour sanctuariser totalement l’aire protégée. Pour justifier le statut de Parc National, cette pratique cynégétique se trouve doublement encadrée (Carte 2). Dans la partie chassable (les ZOC : zones autorisées à la chasse), une association cynégétique du Parc National est constituée, aux statuts très voisins d’une association communale de chasse agréée (ACCA) mais d’une extension considérable : 1 600 adhérents, 67 500 ha, 51 communes. Dans un certain nombre de hauts lieux (par l’altitude et/ou la nature des espèces qu’on y trouve), des Zones Interdites à la Chasse (les ZIC) sont instaurées. Elles couvrent 16 % de la superficie du Parc, en majorité dans des forêts domaniales, rattachant ainsi le parc aux vrais sanctuaires que constituent alors la Vanoise ou le Parc National des Pyrénées Occidentales (PNPO).

Carte 2 : Les statuts cynégétiques différenciés de la zone « cœur » du PNC

Carte 2 : Les statuts cynégétiques différenciés de la zone « cœur » du PNC

11Si, pendant une vingtaine d’années, le statut de sanctuaire y a été tenu, l’abroutissement considérable des pousses de régénération dans des parcelles plantées un siècle plus tôt conduisit dès les années 1980 l’ONF à demander que des tirs de régulation soient institués. Bien que le Parc s’y soit refusé pendant une dizaine d’années, la décision a été prise en 1993-1994 de pratiquer des tirs sur les grands cervidés et les sangliers. Le nombre de tireurs potentiels, gardes du Parc national ou de l’ONF, s’est vite révélé insuffisant et le temps consacré à cette mission trop important. L’appel à des chasseurs locaux s’avéra dans un premier temps infructueux car ils voyaient dans ces ZIC des zones de quiétude où se reproduisait en paix le gibier tiré en ZOC. Il fallut donc faire appel à des chasseurs extérieurs au territoire du Parc pour intervenir sous le contrôle des agents ONF ou du Parc. L’arrivée de ces concurrents venant prélever dans leurs réserves décida les chasseurs locaux à contribuer aussi à ces régulations. Aujourd’hui, un arrêté ministériel fixe chaque année les conditions de mise en œuvre des tirs d’élimination dans ces ZIC. En 2007-2008, le plan de chasse concernait ainsi 154 biches et cerfs, 78 chevreuils et plusieurs centaines de sangliers. Mis en œuvre suivant les lieux et les dates par des tirs à l’approche ou à l’affût sans chiens (pour limiter les dérangements) mais aussi par des battues silencieuses (sans chiens) ou non, il mobilise trois catégories de participants en proportions sensiblement égales. Des chasseurs étrangers (souvent accompagnés de guide de chasse ONF qu’ils rémunèrent) pratiquent majoritairement des tirs à l’approche ou à l’affût. Des chasseurs locaux réalisent surtout les battues de fin de saison sous contrôle des agents du Parc, dérangeantes mais indispensables vu leur efficacité. Des agents ONF ou du Parc réalisent enfin les tirs plus techniques, notamment destinés à rééquilibrer la prédation par catégories d’âge et de sexe lorsque battues et tirs à l’approche n’ont pu les respecter.

  • 8 Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

12On trouve donc ici un modèle de régulation en zone protégée qui fonctionne, s’inspirant en partie des dispositifs auxquels ont recours les agents de l’ONCFS8 dans les réserves nationales de chasse et de faune sauvage, comme Arjuzanx dans les Landes, les militaires pour la régulation des sangliers dans les terrains fermés comme Biscarosse, ou encore les lieutenants de louveterie et/ou les gardes de l’ONCFS en zone périurbaine (Saldaqui, 2009). Bien qu’il s’agisse d’opérations qui relèvent plus d’une régulation que d’une chasse banale, de telles interventions ne vont pas sans choquer les visiteurs en recherche d’une nature protégée. C’est dans les Parcs Nationaux de haute montagne qu’ils pourront encore trouver de vrais sanctuaires. Celui d’Aigues Tortes, dans les Pyrénées catalanes, en constitue un des rares qui puisse encore revendiquer cette virginité.

13À l’examen par enquête (juin 2010), les gardes confirment et revendiquent la mise en œuvre de cette prohibition absolue de tout tir d’élimination dans le Parc, qui légitime à leurs yeux un savoir-gérer que ne posséderaient pas d’autres ENP. Face à des questions précises sur les espèces présentes et leur comportement à la fois trophique et démographique, ils confirment que sangliers, cerfs, chevreuils et bien entendu isards sont présents. En l’absence de loups ou d’ours, leur régulation serait liée aux conditions très dures de l’hiver à haute altitude. Sachant que la descente vers les zones basses moins enneigées constitue la réponse habituelle de ces ongulés au stress hivernal, on insiste sur les migrations saisonnières des populations, pour enfin s’entendre dire qu’avec les premiers froids, les animaux tendent à descendre, donc à sortir du Parc pour se réfugier plus bas, en zone périphérique. Insistant encore, on apprend enfin qu’un plan de chasse y prévaut, réalisé par les chasseurs du cru. Interrogés, ceux-ci confirment que cette sortie des animaux permet leur régulation, expliquant pourquoi le problème des surdensités est absent du Parc. Affirmant que le territoire est sanctuarisé, les gestionnaires du Parc, par un jeu quasi sémantique, omettent donc de dire que les animaux qu’on y observe en été sont les survivants des régulations cynégétiques qu’ils subissent hors du parc en hiver. Le territoire est donc protégé, mais pas les animaux qu’on y rencontre. Ce jeu sur le dedans et le dehors qui ne concerne ici que les grands ongulés intervient de manière décisive dans les Pyrénées occidentales autour de la protection de l’ours.

Lorsque les « frontières » d’ENP n’ont ni les effets attendus, ni les contenus qu’on prévoit

14Comme à Aigues Tortes, mais aussi dans les grands parcs alpins, l’aire protégée par le PNPO concerne pour l’essentiel des milieux d’altitude. C’est là que les espèces endémiques, animales comme végétales, sont les plus nombreuses. C’est aussi là, dans les négociations ayant présidé aux créations, que l’exploitation forestière qui nourrissait les budgets des communes de montagne, comme la chasse traditionnelle en forêt, du grand tétras par exemple, étaient les plus faibles. Le parc présente donc la forme d’un mince liseré d’altitude qui court tout au long de la frontière espagnole sur près de 60 km mais en une profondeur n’excédant que rarement la dizaine de km, parfois réduite à 1,5 km (Carte 3). Si sa superficie totale est donc voisine de ceux des cousins alpins (457 km2 pour 535 dans la Vanoise par exemple), la hêtraie sapinière de l’étage montagnard s’en trouve largement exclue. Or c’est elle que fréquentent préférentiellement le sanglier mais surtout l’ours, de telle sorte que ce dernier bénéficie d’un statut ambigu au sein du Parc. Ces agents le considère en effet plutôt comme extérieur à l’aire d’intervention du Parc (quoique les domaines vitaux soient tous compris dans la zone périphérique, aujourd’hui zone d’adhésion). Mais l’État lui a confié dans un premier temps la gestion des fonds d’indemnisation des prédations sur troupeaux, considérant que ceux-ci intervenaient pour l’essentiel durant l’été quand les attaques du plantigrade concernent des troupeaux estivants en zone centrale.

Carte 3 : La forme allongée du PNPO favorise pour la grande faune un jeu sur les limites

Carte 3 : La forme allongée du PNPO favorise pour la grande faune un jeu sur les limites

15Dans ce contexte, la protection de l’ours passait évidemment par l’interdiction de son tir (en place depuis 1957 - Privat, 2005), mais aussi et surtout par des mesures visant à limiter son dérangement. Il convenait donc de réduire autant que possible les pistes forestières ou pastorales dans les zones qu’il fréquentait et d’y interdire la chasse, notamment les battues au sanglier, très perturbatrices. C’était l’objectif poursuivi par les « réserves Lalonde » (du nom du ministre qui les a instaurées) dont le principe souleva un tel tollé qu’elles n’entrèrent jamais totalement en vigueur. Or l’abattage accidentel de la dernière femelle de souche pyrénéenne par un chasseur de sanglier intervint justement dans l’une d’elles, attestant que le maintien de battues dans ces zones à ours constituait une hérésie au plan de la protection du plantigrade.

16À cette analyse, les chasseurs rétorquaient, comme auraient pu le faire leurs homologues catalans des abords d’Aigues Tortes, que le parc constituant une réserve de chasse inviolable, les sangliers y proliféraient en toute quiétude. Or, par les circonvolutions de ses limites, le découpage de l’aire protégée multipliant les contiguïtés avec les prés de fauche des hautes vallées, le volume des dégâts aux prairies s’en trouvait bien accru, occasionnant une envolée du montant des indemnisations que les chasseurs devaient aux éleveurs et des tensions grandissantes entre ces deux catégories d’acteurs locaux. De ce point de vue, maintenir une forte pression cynégétique aux abords immédiats du sanctuaire apparaissait dès lors indispensable, les réserves Lalonde venant dans cette perspective contrarier cette indispensable régulation du sanglier, en pleine « zone à ours ».

  • 9 Telle qu’elle s’est pratiquée dans le Parc National des Écrins sur la commune de Villar d’Arêne jus (...)

17Vu dans ces perspectives, le conflit apparaît inéluctable, et son issue malheureusement évidente : ces battues répétées dans des secteurs indispensables à l’ours ne pouvaient qu’aboutir au recul de l’espèce. En se dégageant de la lecture idéologique et largement territorialisée des protagonistes de l’affaire, le cas cévenol devient un modèle. Réduire les surdensités de la grande faune banale pour préserver soit les milieux protégés, soit les « surdégâts » périphériques, y repose sur une régulation dans la zone sanctuarisée. Sa fonction de réserve à sangliers disparaissant de fait, les battues périphériques y sont bien moins nécessaires. Appliqué aux Pyrénées, ce dispositif aurait vraisemblablement amélioré la tranquillité de l’ours. Il aurait seulement fallu, et l’adverbe possède ici un poids considérable, que la conception sanctuarisée de la zone centrale fût revue. L’instauration de tirs d’élimination par les agents du Parc ou de l’ONF, mis en place depuis peu dans le PNPO (donc trop tard pour l’ours), aurait constitué une première solution du point de vue des surdensités de sangliers. Leur ouverture à des chasseurs locaux sous le contrôle d’agents du Parc, comme dans les ZIC cévenoles, aurait aussi ouvert la porte à une négociation plus globale, puisqu’associer les chasseurs locaux à la régulation en zone parc9 aurait rendu le retrait ou la modulation des battues en zones à ours extérieures au Parc bien plus recevable.

  • 10 En Équivalent Temps Plein d’après le bilan d’activités 2009 de la structure.

18Prolongeant la mise en question des rôles et des aires d’intervention des chasseurs et des gardiens du sanctuaire qu’impose ce cas pyrénéen de l’Ouest, la situation qui prévaut dans les Pyrénées catalanes va jusqu’à montrer que conservation et pratiques cynégétiques peuvent se combiner sur des bases complètement différentes de ce que les statuts pourraient laisser croire. Abritant des milieux différents de ceux couverts par le PNPO, le projet d’un second Parc National y fût envisagé à la fin des années 60. De forme assez massive, son extension aurait couvert les massifs du Madres, du Carlit et du Canigou mais aussi une partie des habitants du Capcir et de la Cerdagne, très réticents. Leur opposition conduisit à son abandon dans sa forme « Parc National », mais son acceptation dans une dizaine de communes reculées déboucha sur l’idée d’un réseau de réserves communales couvrant une partie importante des milieux les plus originaux du secteur (Carte 4). Le soutien de l’État comme du Conseil Général déboucha donc sur la création d’un organisme coordonnateur à visée de suivi scientifique et d’assistance aux communes : la Fédération des réserves naturelles catalanes. Elle emploie aujourd’hui 21 salariés10 et constitue ainsi un « ersatz » de Parc National soutenu par l’État.

Carte 4 : Les réserves catalanes, des échantillons de nature sans restrictions cynégétiques

Carte 4 : Les réserves catalanes, des échantillons de nature sans restrictions cynégétiques
  • 11 La connaissance scientifique de leur organisation et de leur évolution est par contre bien meilleur (...)

19L’examen de la réglementation qui s’y applique révèle que les principales interdictions portent non pas sur les activités de chasse ou de pêche mais sur la divagation des chiens, ou la circulation sur certaines pistes, c’est-à-dire les conditions d’accès des visiteurs. La densité et la diversité de la faune n’y présentent donc pas de caractère significativement différent de ce que l’on observe dans les milieux écologiquement semblables mais non protégés du voisinage11.

  • 12 Ce rôle de précurseur de certains présidents de Fédérations de chasse dans la constitution de réser (...)

20En parallèle, les années 70 virent la fédération départementale des chasseurs des Pyrénées-Orientales, sous l’impulsion d’un président visionnaire, prendre la décision de « durcir » la réglementation des réserves de chasse dans le Capcir, figeant leur localisation pour plusieurs décennies afin d’y constituer de vastes étendues non chassables accompagnant les réintroductions de grands cervidés12. Aucun prélèvement cynégétique n’y fut donc conduit jusqu’en 2009, si bien qu’une très abondante population de cerfs et biches s’y développa, constituant un élément fort de l’attractivité touristique du secteur. L’opération favorisant comme ailleurs la multiplication des sangliers, des battues d’élimination y ont été décidées depuis 2009, mettant ainsi fin à trente années de sanctuarisation cynégétique pratiquée par les chasseurs eux-mêmes.

  • 13 Ce constat du décalage entre l’image que produisent les zonages et la réalité des milieux et des es (...)
  • 14 Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine Agricole.

21Dans ce contexte, une lecture de la protection des milieux dans les Pyrénées orientales « par les cartes » dévoilerait que des ENP financés comme les parcs nationaux par la Direction de la Nature et des Paysages du Ministère de l’Environnement couvrent une mosaïque de milieux rares dans les hauteurs des trois massifs, où la protection des espèces menacées tient à leur statut mais non à la sanctuarisation cynégétique, absente de ces aires protégées. Elle serait par contre muette sur les réserves de chasse ayant produit les cervidés que le visiteur découvre dans les forêts voisinant les Angles ou Font-Romeu. En termes d’image comme dans les faits, la grande faune se trouve ainsi protégée dans la « nature ordinaire » (Godet, 2010) tandis qu’elle est chassée dans les ENP13. Sur le plan de la valeur écologique, les milieux les plus riches se trouvent par contre labellisés, et à ce titre objets d’un suivi scientifique dense, mais le niveau de protection dont ils bénéficient touche plus aux restrictions d’urbanisme ou de pollution des eaux par les effluents d’élevage, comme dans n’importe quelle commune de montagne classée en zone vulnérable ou concernée par un programme de PMPOA14, que de restriction cynégétique.

22Derrière l’apparent problème d’une gestion des territoires animaux, c’est donc largement de ceux des hommes dont il s’agit. Remplaçant la gestion binaire qu’imposent les zonages protecteurs, les cas examinés indiquent qu’une régulation spatialement différenciée pourrait être instituée. Une telle pratique s’avérant indispensable presque partout, ce sont les conditions institutionnelles, sociales et territoriales de sa mise en œuvre qu’il faut discuter.

Qui peut réguler la faune sauvage dans les ENP ?

23L’acceptation sociale d’une telle régulation est rendue difficile par l’association qui est spontanément faite avec la chasse banale. Il existe pourtant au sein de cette sphère des porteurs de fusils une aussi grande diversité qu’au sein des pratiquants de la bicyclette. Du vainqueur du tour de France au grand-père qui l’enfourche pour aller chercher le pain, l’écart est semblable à celui qui sépare le chasseur du dimanche allant « se rembourser le permis » par la capture de faisans de tir lâchés la veille, du garde de l’ONCFS qui effectue un tir de prélèvement sur tel individu d’une espèce rare pour rééquilibrer une structure démographique inappropriée. Or la représentation populaire comme le dispositif réglementaire (un permis de chasse commun à tous) englobe cette diversité sous le vocable de « chasseur », déprécié chez le citadin en mal de nature.

24Existe pourtant parmi ces détenteurs du permis une diversité considérable. Elle concerne les types de gibier pourchassé (du gibier d’eau à celui de montagne en passant par les migrateurs, les lièvres et lapins ou les grands ongulés) ou le mode de chasse (de l’affût à l’approche en passant par la battue, voire le piégeage ou la chasse à l’arc). Mais les motivations diffèrent aussi de la chasse « ressource » (remplir le congélateur) à la « sportive » (ramener un trophée) en passant par celle de « défense » (éliminer des prédateurs ou déprédateurs - renards, corbeaux, sangliers…), ou encore la « technicienne » (agir sur les espèces en surnombre ou de structure démographique inappropriée). La perspective régulatrice ne préoccupe qu’une minorité des pratiquants, ne serait-ce qu’en raison du niveau d’expertise qu’elle réclame : réguler exige d’abord de connaître non une espèce mais des espèces, mais aussi les comportements trophiques et sociaux, tout cela dans un territoire donné. Cette connaissance des équilibres entre espèces animales, mais aussi de leur action sur les couverts végétaux, suppose une compétence à la fois difficile à obtenir mais aussi fondatrice d’une légitimité forte dans la sphère de la gestion cynégétique (Saldaqui, 2009). Le recensement des effectifs constitue en particulier un point crucial de l’expertise en raison du caractère approximatif des méthodes de comptage (Boussin, 2006) et de leur coût en main d’œuvre, alors qu’il commande de façon déterminante le niveau des prélèvements à effectuer (le plan de chasse).

  • 15 La justification écologique de leur action n’exclut d’ailleurs pas que les tirs d’élimination y att (...)
  • 16 De telles qualifications se dessinent déjà, comme un brevet « grand gibier » reconnaissant au chass (...)

25Cette somme d’exigences conduit a priori à laisser ces tâches de régulation à des spécialistes15. Ce peuvent être des professionnels, agents de l’ONCFS, des parcs nationaux voire de l’ONF, mais tous ne sont pas détenteurs du permis de chasse, loin s’en faut. Ce sont aussi parfois des amateurs, comme les lieutenants de louveterie, fonctionnaires bénévoles nommés par le préfet, voire dans le cadre particulier du piégeage, les détenteurs d’un brevet spécifique. Or, l’exemple cévenol mais aussi celui de nombreuses réserves, révèle que les effectifs de ces professionnels ou assimilés étant insuffisants, l’appel à des chasseurs lambda devient nécessaire et constitue un nœud du problème. Dans l’esprit des gardes comme de certains protecteurs des animaux, bien que la nécessité de ces régulations apparaisse incontestable, laisser des « viandards » venir faire des « cartons » dans un ENP constitue un viol symboliquement inacceptable à la fois pour l’espèce et pour le territoire. L’enjeu réside donc dans la qualification de l’amateur autorisé à intervenir. Envisager qu’à l’image de ce qui prévaut dans le monde du piégeage, ou pour le transport automobile qui exige un permis particulier - difficile à obtenir - lorsque plus de 9 personnes sont transportées, on instaure une qualification spécifique pour les chasseurs désireux de participer à ces opérations de régulation en zones protégées, n’est pas inconcevable16. La question de leur éventuelle rétribution n’est pas simple car elle recèle une forte valeur symbolique.

26La situation actuelle voit coexister des modes de contribution très variables. En matière de participation financière du régulateur occasionnel, les pratiques vont du paiement d’un droit de chasse (dans le GIEC du Caroux-Espinouse, dans le parc des Cévennes) d’un montant d’autant plus faible que le trophée est dénué d’intérêt (un jeune mâle, une femelle) à une gratuité totale (la participation à une battue au sanglier dans une réserve ONCFS ou un camp militaire est assimilée à un service rendu que compense le droit d’emporter la viande des animaux abattus). La question de la balance coûts/avantages que représente cette participation aux régulations revêt un caractère symbolique fort. Ainsi, alors qu’en périphérie du Parc des Cévennes, l’ONF facture ses chasses guidées en proportion du trophée qu’emporte le tireur, le même organisme se voit refuser cette pratique lorsqu’il s’agit d’un tir d’élimination sur un animal identique survenant dans une ZIC. Dans un cas, un loisir payant, dans l’autre une participation à une œuvre de rééquilibrage écosystèmique.

27Une large plage de négociations quant aux droits et devoirs de ces participants occasionnels aux tirs de régulations se dessine. On devine que les équilibres résulteront à la fois de valeurs symboliques (quant aux espèces et aux espaces concernés - un sanglier en camp militaire n’a pas sur ce plan la même valeur qu’un cerf dans un parc national) mais aussi d’un marché : les exigences éthiques pourront demeurer d’autant plus fortes que la demande des tireurs sera abondante, notamment nourrie par un l’élargissement du vivier à des étrangers, du pays, de l’Europe, du reste du monde (la distinction est courante dans la tarification du droit de chasse des ENP espagnols). Quoiqu’il advienne, envisager l’instauration d’une qualification particulière, non payante mais validant une compétence nettement supérieure au simple permis de chasse, faciliterait sans doute à la fois le processus de sélection parmi les volontaires mais aussi l’acceptation par le grand public de cette participation de « chasseurs » à des régulations dans les aires protégées.

  • 17 Pour des informations actualisées sur le phénomène : http://www.oncfs.gouv.fr/Le-Bulletin-du-reseau (...)

28Si de tels enjeux concernent la plupart des espaces naturels protégés d’Europe, certains voient la donne se modifier à mesure que progressent les recolonisations par le lynx puis le loup17. Imaginer que l’installation du carnivore puisse réguler les populations d’ongulés surnuméraires devient réaliste. On sait en effet par les acquis de l’expérience menée à Yellowstone (Ripple, Larsen, 2000 ; Ripple, Beschta, 2003 ; 2004), que l’arrivée des loups y a engendré un profond rééquilibrage des biocénoses. Les fondements écologiques de cette analyse étant indiscutables, ce sont les conditions territoriales de cette régulation naturelle émergente qu’il faut envisager.

Le rôle des grands carnivores dans la régulation des ongulés en surnombre

29L’arrivée du loup dans le Mercantour, puis sa conquête rapide des autres ENP de l’arc alpin, a modifié de façon significative la répartition des ongulés en leur sein. Les théories du régime alimentaire optimal (Stephen, Krebs, 1986) indiquent que la stratégie optimale pour un prédateur est de parvenir au meilleur compromis entre gains énergétiques et coûts d’acquisition de la nourriture, en sélectionnant les proies les plus profitables. Or la nature de celles-ci évolue au fil du temps, à la fois saisonnier mais aussi interannuel. N. Espuno (2004) indique ainsi que la proportion de mouflons consommés, très élevée lors de la première phase de colonisation, se réduit lorsque les survivants deviennent plus vigilants. La consommation se reporte alors sur des espèces de capture plus délicate mais aux effectifs abondants, le cerf notamment (Figure 1).

Figure 1 : Contributions relatives estimées des ongulés au régime alimentaire annuel du loup

Figure 1 : Contributions relatives estimées des ongulés au régime alimentaire annuel du loup

La méthode d’estimation du régime alimentaire est détaillée dans la thèse - annexe 5. Les contributions relatives pour les années 1995 et 1996 ont été estimées à partir de l’ensemble des fèces récoltées, du fait du petit nombre de fèces identifiées génétiquement disponibles pour ces années. Les contributions relatives du chevreuil et du sanglier, inférieures à 0,1, n’ont pas été représentées pour simplifier le graphe.

(d’après Espuno, 2004, résultats originaux produits dans la thèse).

30Les surdensités de cette dernière espèce, et par conséquent ses atteintes aux couverts forestiers, peuvent donc être significativement réduites par la présence du loup. Pour le sanglier, l’efficacité régulatrice du carnivore est plus discutée. N. Espuno dans la figure ci-dessus ou C. Nores et al. (2008) indiquent que l’espèce ne constitue qu’une proie marginale. À l’inverse, I. Barja (2009) décrit une prédation soutenue à son égard. L’étude de W. Jedrzejewski et al. (2000) explique cette apparente contradiction en liant la pression sur le sanglier à l’abondance des autres espèces. Lorsque le cerf rouge, proie préférée du loup dans la forêt primaire de Bialowieza (Pologne), est abondant, le sanglier n’est qu’assez peu consommé. Par contre lorsque celle des cerfs décline, le sanglier devient une proie courante. C’est l’illustration du caractère opportuniste du carnivore qui modifie ses préférences alimentaires lorsque le spectre des proies disponibles évolue.

  • 18 On a calculé (Poinsot, 2009 sur la base de CERPAM, 2007) que le coût de cette protection représenta (...)

31Le débat doit alors être étendu aux espèces domestiques. Laisser le loup réguler les grands ongulés sauvages dans les ENP et leurs abords peut apparaître séduisant tant que les densités sont fortes. Si, la population de loups augmentant, elles viennent à décliner, leur capture devient plus difficile. Les ongulés domestiques font alors office de proies attirantes, à moins que des mesures de protection ad hoc (parcs de nuits, aides-bergers et chiens de protection notamment) les rendent eux aussi d’accès difficile. Leur généralisation dans le Mercantour a ainsi permis de contenir la part des animaux d’élevage à des niveaux modérés (Tableau 1) mais au prix d’un coût économique considérable pour les deniers publics18.

Tableau 1 : Contributions relatives estimées des ongulés au régime alimentaire du loup dans le massif du Mercantour en été et en hiver pour la période 1997-2001

Saison

Nombre de fèces

Mouflon

Chamois

Chevreuil

Cerf

Sanglier

Bouquetin

Ongulés sauvages non identifiés

Ovins et caprins domestiques

 

1997

35

0,106

0,402

0,026

0,000

0,010

0,037

0,029

0,337

 

1998

63

0,089

0,310

0,000

0,139

0,000

0,097

0,000

0,352

Été

1999

27

0,121

0,133

0,127

0,070

0,000

0,275

0,000

0,193

 

2000

24

0,095

0,132

0,031

0,208

0,000

0,227

0,107

0,198

 

2001

22

0,000

0,144

0,034

0,217

0,000

0,343

0,115

0,117

 

97-98

52

0,091

0,292

0,008

0,134

0,000

0,304

0,000

0,164

Hiver

98-99

32

0,025

0,503

0,000

0,165

0,033

0,180

0,028

0,066

 

99-00

49

0,157

0,242

0,035

0,077

0,000

0,224

0,041

0,171

 

00-01

22

0,072

0,267

0,072

0,158

0,000

0,208

0,041

0,181

La contribution relative d’une espèce proie représente la proportion de cette espèce dans la biomasse totale de proie consommée par la population de loups.

(d’après Espuno, 2004, résultats originaux produits dans la thèse).

  • 19 Dans le territoire étudié par W. Jedrzejwski et al. (2000) où, en présence de cerfs rouges abondamm (...)

32Ceci conduit à discuter le comportement spatial du loup lorsque les proies de capture aisée se raréfient. N. Espuno (2004) indique ainsi que toute pénurie alimentaire agit sur la taille du territoire (elle augmente) et sur le taux de dispersion (il s’accroît). Le suivi de la colonisation de l’arc alpin français qu’opère l’ONCFS confirme que si l’arrivée du carnivore dans une région nouvelle modifie brutalement la répartition des proies, dès que les plus faciles à capturer se raréfient, le prédateur colonise hors des ENP, où abondent les espèces d’accès facile, notamment les ongulés domestiques non protégés. Compte tenu des oppositions violentes à cette diffusion, et du coût de cette protection, on comprend que lorsque la population de loups dans l’Hexagone, atteignant puis dépassant les 100 individus, est devenue officiellement viable, des tirs d’élimination aient été autorisés lorsque les attaques sur troupeaux devenaient trop nombreuses. S’y ajoute une régulation grise (Poinsot, 2012) qui fait que, comme en Italie, en Espagne ou même en Scandinavie, la population de loups semble devoir s’installer durablement en France mais dans des conditions géographiques déterminées. Les régions a priori concernées sont celles où l’espèce est socialement acceptable (hors des zones où l’abondance de l’élevage lui offrant des proies d’accès trop facile, sa régulation officielle ou non l’éliminera de fait). Elle y présentera des niveaux de densité suffisamment bas pour que son impact sur les espèces sauvages, sensible pour les plus exposées (mouflons notamment), reste modéré sur le cerf et faible sur le sanglier19.

  • 20 S’y reproduit sans fléchissement une population minimale de 2000 loups depuis plusieurs décennies. (...)

33Conjuguer une forte population de loups dans un ENP avec son absence au-dehors ne semble apparemment possible que dans les modèles de gestion à base cynégétique. Utilisés dans les régions d’Espagne20 où l’espèce présente les plus fortes densités (en Castille et Léon, 42 loups étaient inscrits au plan de chasse 2009 pour les seuls terrains de gestion publique - Consejeria del medio ambiente de la Junta de Castilla y Léon), il ne paraît pas transposable en France pour des raisons psychosociologiques mais aussi de taille des populations. L’espèce s’y trouve chassée pour un prix du trophée compris entre 10 000 et 20 000 € dont une large part revient au propriétaire des terrains. Ceci permet dans la réserve régionale de chasse de la sierra de la Culebra (673 km2), aux densités animales records, que 5 loups soient inscrits au plan de chasse 2009 (pour 20 cerfs ou biches et 6 chevreuils). La ressource que constitue cette chasse pour les communes et les organisations cynégétiques engendre un niveau de braconnage très bas, tandis que la menace que constituent les tirs rend l’animal craintif. Il s’aventure donc peu hors de la réserve, permettant que les densités fortes y perdurent et engendre ainsi une prédation forte sur les jeunes sangliers.

34Hors de ce modèle, l’évolution globale des milieux au sein des ENP classiques va donc résulter de l’attitude des troupeaux transhumants, tiraillés entre l’attrait alimentaire des estives et la pression trophique des loups que devront contrarier les mesures de protection. Si le coût de celles-ci se trouve compensé par des aides renforcées, un pastoralisme doublement protégé se perpétuera vraisemblablement. Si la pression lupine devient insupportable, la déprise pastorale posera le problème d’une reconquête par les ligneux, inéluctable dans son principe (Poinsot, 2008b) mais inégale dans sa progression selon l’altitude (Poinsot, Michel, 2009). Dans ce cas, c’est la validité patrimoniale de l’ENP qui s’en trouvera mise en cause, les milieux protégés perdant la valeur écologique qui justifiait le classement initial à mesure que le boisement gagnera. La question de l’adéquation des limites des aires protégées (voire de leur répartition) aux dynamiques des couverts végétaux, initialement rendue peu visible par le choix de milieux d’altitude aux transformations lentes, se trouvera ainsi posée.

Conclusion : protéger la nature européenne ou la gérer ?

  • 21 On peut aussi voir dans le programme Natura 2000 une autre manifestation de cette approche, introdu (...)

35À la vision d’une protection de la grande faune par des espaces aux réglementations d’autant plus intransigeantes et intangibles qu’elles s’effacent dès que la limite est franchie, on observe ici la possible existence d’une conception du zonage moins confortable symboliquement mais plus efficace sur le plan pratique. Comme celle des parcs nationaux en son temps, elle a pénétré la France depuis l’extérieur, notamment par les suites du programme de recherche « Man and Biosphere » (MAB) qu’a conduit l’UNESCO dès les années 197021. Il a notamment donné naissance au statut de « réserve de biosphère » qui cherche à faire cohabiter espèces protégées et activités économiques (agro-pastorales ou forestières pour l’essentiel), au prix d’une régulation sélective des espèces chassables en surnombre et d’une protection exigeante des espèces menacées. Le Parc National des Cévennes put bénéficier du label dès 1985 (il reste le seul en France métropolitaine) alors qu’hors de France, nombre de réserves naturelles chassables à l’efficacité avérée s’en réclament (dans les Asturies notamment - Poinsot, 2009). On pourrait donc penser qu’une évolution des modes de gestion est en cours, qui verra s’affaiblir le modèle du sanctuaire au bénéfice d’une gestion moins binaire des espaces.

  • 22 Ces évolutions sont aujourd’hui largement étudiées par les géographes sous l’angle de l’insertion t (...)

36Pourtant, bien que le statut des parcs nationaux français ait été modifié par une loi récente (2006), le caractère sanctuarisé du cœur n’est pas remis en cause. C’est donc que des facteurs poussant à son maintien perdurent22. On peut certainement interpréter cette résistance sur des bases psychosociologiques, la demande de citadins avides d’une nature construite par l’image télévisuelle s’opposant à celle de praticiens de la montagne, confrontés à la démographie et à la territorialité animale (Mauz, 2005). Les premiers étant les plus nombreux, la satisfaction de leurs attentes prend le dessus, la démocratie l’impose, et se manifeste sur le terrain par l’affrontement de « gardiens du sanctuaire » à des autochtones dont la vision du milieu comme « ressource » devient trop minoritaire pour être recevable.

37Les éléments d’interprétation qu’apporte cette recherche soulignent qu’on peut faire évoluer les représentations du problème à partir d’une approche géographique fondée sur une lecture des densités. Elle consiste à souligner que la conquête des Amériques s’est largement fondée sur les surdensités humaines prévalant alors en Europe, que le peuplement moindre du continent américain a permis de réduire par déversement migratoire. Dans cette Amérique aux déserts étendus, la constitution de sanctuaires de « wilderness » a fait naître un modèle de protection fondé sur des espaces suffisamment vastes pour inclure les domaines vitaux de toutes les espèces menacées. Dans une Europe peuplée, donc à la nature rare et menacée, l’application de ce modèle aux réserves cynégétiques montagnardes, italiennes et espagnoles, a pu intervenir par un simple changement de statut, sans que les contradictions actuelles ne s’y manifestent. Caractérisée par un accroissement de l’efficacité cynégétique (diffusion du fusil) et par une raréfaction des biotopes (bouleversement des milieux agricoles), la première moitié du XXe siècle fut en effet celle du recul des populations d’animaux. À l’inverse, déprise agricole montagnarde et instauration des plans de chasse ont nourri le regain démographique de la fin du XXe siècle, et le début des surpeuplements problématiques. Leur survenance dans les cadres territoriaux conçus en période de basses densités révèle seulement maintenant combien la taille des sanctuaires européens est inapte à la protection des grands animaux, et donc que le modèle issu du Nouveau Monde ne convient pas à l’Ancien. La réponse de ses défenseurs réside dans le recours au loup, prédateur pouvant rééquilibrer les biocénoses comme on l’a vu faire à Yellowstone. Là encore, ce n’est qu’en l’inscrivant dans une réflexion par les densités, de proies et de prédateurs répartis dans un espace tantôt protégé, tantôt banal, que l’on mesure les limites du modèle. Expliquer aux visiteurs que les européens sont trop nombreux pour pouvoir gérer leur grande faune comme Outre-Atlantique n’est pas facile. Les géographes peuvent s’y employer, pour peu qu’ils réussissent eux-mêmes à faire le deuil d’une représentation de la nature qui nous poursuit : la virginité naturelle n’est pas concevable dans notre vieux continent faute du respect par celle-ci des limites que s’inventent les hommes. Ils s’y trouvent donc condamnés à gérer les équilibres d’un sauvage qui ne sera jamais plus totalement naturel.

Haut de page

Bibliographie

Aubertin C., Rodary E., 2008, Aires protégées et développement durable, Paris, Editions de l’IRD.

Bajo Cuadrado F., 2006, La caza en Asturias, analisis geografico del aprovechamiento de un recurso natural, Thèse de doctorat en géographie (Dir. F. Fernandez Garcia), Université d’Oviedo, 840 p.

Boussin L., 2006, Société et animal : contrôler la grande faune sauvage. L’exemple du chevreuil dans le département de la Haute-Vienne, Thèse de doctorat en géographie (dir : B. Valadas), Université de Limoges. 435 p.

CERPAM -Institut de l’Elevage- SIME/SUAMME (Ed), 2007, Loup/Elevage, s’ouvrir à la complexité, Actes du séminaire technique des 15 et 16 Juin 2006 à Aix en Provence, 248 p.

Comolet-Tirman J., Grech G., Siblet J-Ph., Trouvilliez J., 2008, Le patrimoine naturel protégé grâce aux Arrêtés préfectoraux de Protection de Biotope (APB) : milieux naturels, faune et flore. Un bilan après trente années d’existence d’un outil de protection souvent méconnu et sous-estimé, Rapport SPN 2008/2, MNHN-DEGB-SPN, 80 p.

Couderchet L., Amelot X., « Faut-il brûler les Znieff ? », Cybergeo : European Journal of Geography, Espace, Société, Territoire, article 498, mis en ligne le 05 mai 2010, modifié le 05 mai 2010. URL : http://cybergeo.revues.org/index23052.html. Consulté le 29 juillet 2010

Depraz S., 2008, Géographie des espaces naturels protégés : genèse, principes et enjeux territorriaux, Paris, Armand Colin, 320 p.

Espuno N., 2004, Impact du loup sur les ongulés sauvages et domestiques dans le massif du Mercantour, Thèse de doctorat en Biologie des populations et Ecologie (dir : J. D. Lebreton), Université de Montpellier II.

Godet L., 2010, « La nature ordinaire dans le monde occidental », L’Espace géographique, t. 39, No. 4, 295-308

Héritier S., Laslaz L., 2008, Les parcs nationaux dans le monde : protection, gestion et développement durable, Paris, Ellipses, 312 p.

Héritier S., 2009, « La gestion des espaces protégés montagnards : Essai d’approche comparative des parcs nationaux en France et au Canada », in Héritier S. (Coord.), Nature et patrimoine au service de la gestion durable des territoires, Meudon, Mission Ressources et Compétences technologiques CNRS, 222 p.

Jedrzejewski W., Jedrzejewska B., Okarma H., Schmidt K., Zub K., Musiani M., 2000, « Prey selection and predation by wolves in Bialowieza primeval forest, Poland », Journal of Mammalogy, No. 81, vol. 1, 197-212

Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (Coord.), 2009, Histoire des parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature ?, Paris, Quae, 236 p.

Laslaz L., 2009, « Pratiques et conflits cynégétiques dans les parcs nationaux alpins français », Enquêtes rurales, No. 12, 179-200

Massol G., 1991, La Réserve Nationale de Faune Sauvage du Caroux Espinouse, Ouvrage à compte d’auteur achevé d’imprimer sur les presses de l’Imprimerie Maraval à St Pons le 3 juin 1991, Dépôt légal 2e trimestre 1991, p. 203

Mauz I., 2005, Gens, cornes et crocs, Paris, Quae, 255 p.

Mauz I., 2009, « Les Alpes, de la société de la vache au parc animalier » in Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (Coord.), 2009, Histoire des parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature?, Paris, Quae, 236 p. (187-204)

Nores C., Llaneza,L., Alvarez M. A., 2008, « Wild boar Sus scrofa mortality by hunting and wolf Canis lupus predation: an exemple in northern Spain”, Wildlife Biology, No. 14, 44-51

Parkes J. P., Ramsey D.S. L., Macdonald N., Walker K., McKnight S., Cohen B. S., Morrison S. A., 2010, »Rapid eradication of feral pigs (Sus scrofa) from Santa Cruz Island, California« . Biological Conservation, No. 143, 634-641

Pihet C., 2009, »Loups de France et du Canada. représentations, usages et gestion d’un prédateur en milieu montagnard« , in Héritier S. (Coord.), Nature et patrimoine au service de la gestion durable des territoires, Meudon, Mission Ressources et Compétences technologiques CNRS, 222 p. (165-177)

Poinsot Y., 2008a, »Les enjeux géographiques d’une gestion durable de la faune sauvage en France« , Annales de géographie, No. 663, 26-47

Poinsot Y., 2008b, »La renaturalisation des systèmes agricoles à la lumière de l’opposition continu/discontinu des processus et des formes« in Alexandre F., Génin A., (Ed. Sc.), Continu et discontinu dans l’espace géographique, Tours, Presses Universitaires François Rabelais, 442 p. (263-277).

Poinsot Y., 2009, « Protection de la grande faune et territoires : deux modèles de gestion dans la cordillère Cantabrique », L’Espace Géographique, No. 4, 289-302.

Poinsot Y., 2012, »Quels facteurs géographiques prendre en compte pour mieux gérer la grande faune« , Natures Sciences Sociétés, vol 20, No. 2,

Privat C., 2005, La chasse et la protection des espaces naturels : Eléments pour une évolution juridique des rapports chasse-nature, Thèse de droit public (Dir. S. Charbonneau), Université Montesquieu-Bordeaux IV, 520 p.

Ripple W. J., Beschta R. L., 2003, »Wolf reintroduction, predation risk, and cottonwood recovery in Yellowstone National park« , Forest Ecology and Management, No. 184, 299-313

Ripple W. J., Beschta R. L., 2004, »Wolves and the Ecology of Fear: Can Predation TRisk Structure Ecosystems?« , Bioscience, vol. 54, No. 8, 755-766

Ripple W. J., Larsen E. J., 2000, »Historic aspen recruitment, elk, and wolves in northern Yellowstone National Park, USA« , Biological Conservation, No. 95, 361-370

Saldaqui, F., 2009, « Le rôle de l’expertise locale dans la gestion concertée de la faune sauvage : l’exemple des guides de chasse de l’Office National des Forêts dans leur voisinage, » in Colloque SFER »Chasse, Territoires et Développement durable : outils d’analyse, enjeux et perspectives« , Clermont-Ferrand, ENITAC, 25-26 mars 2009. À paraître. http://www.sfer.asso.fr/download/87/B2-SALDAQUI.pdf

Saniga M., 2002, “Nest loss and chick mortality in capercaillie (Tetrao urogallus) and hazel grouse (Bonasa bonasia) in West Carpathians”, Folia Zool., vol 51, No. 3, 205-214

Schnitzler A., Génot J. C., Wintz M., 2008, »Espaces protégés : de la gestion conservatoire vers la non-intervention« , Courrier de l’environnement de l’INRA, No. 56, 29-44

Selmi A., 2009, »L’émergence de l’idée de parc national en France. de la protection des paysages à l’expérimentation coloniale", in Larrère R., Lizet B., Berlan-Darqué M. (Coord.), Histoire des parcs nationaux. Comment prendre soin de la nature ?, Paris, Quae, 236 p. (43-58)

Haut de page

Notes

1 En 2007, 54 % des arrêtés de protection de biotopes concernaient des superficies inférieures à 50 hectares (Comolet-Tirman et al., 2008).

2 Rappelons pour fixer les ordres de grandeur que celui de la Vanoise atteint 535 km2, celui de Yellowstone, 9000, et les plus grands parcs canadiens (Wood Buffalow par exemple), 40 000, soit à peu près la superficie de la Suisse.

3 A. Selmi (2009) souligne le poids de l’expérimentation coloniale dans la conception de réserves intégrales par certains naturalistes mais aussi forestiers français qui, « rapatriés » en métropole par la décolonisation, trouveront dans les années 1960 matière à appliquer dans les parcs métropolitains en création les conceptions développées depuis la fin des années 1920 en AOF, AEF et à Madagascar

4 Le phénomène est tel qu’I. Mauz (2009) en vient à qualifier les Alpes de « parc animalier ».

5 Très installé en France, dans les principes de création des parcs nationaux notamment, mais aussi, l’un nourrissant l’autre, dans les représentations de la nature des citoyens, ce modèle est issu d’une représentation « binaire » de l’espace, les portions de « nature » s’opposant à celles consacrées à la résidence et aux activités économiques. L’histoire en est sans doute partiellement responsable, la vague de création des parcs nationaux dans les années 60 correspondant aussi à celle du plan « Neige ». Dans la frénésie de zonages instaurés dans les années 60 pour aménager le territoire, sanctuariser vigoureusement quelques hauts lieux pour en préserver la naturalité contrebalançait l’industrialisation touristique massive de nombreux sites d’altitude.

6 Ce texte constitue l’une des synthèses d’un programme de recherche financé par le Conseil Régional d’Aquitaine : « Production, prédation, protection : une méthode géographique pour la gestion durable de la faune sauvage en Aquitaine » qui prévoyait d’enrichir l’analyse d’études de cas prises hors de l’aire principale de l’étude. Si, pour la commodité de l’exposé, on s’en tient à l’examen privilégié de quatre parcs, la recherche qui nourrit ce travail nous a conduit depuis 4 ans à étudier les méthodes de contrôle des surdensités de grands ongulés qu’engendre le sanctuaire dans une quinzaine d’ENP français et espagnols. En France, outre les trois cas présentés dans l’article, ce sont les réserves naturelles de Bruges, du Cousseau et d’Arjuzanx pour l’Aquitaine, puis les réserves d’Orlu (Ariège), du Caroux-Espinouse (Hérault), du Vercors (Drôme-Isère) et le Parc National du Mercantour, tandis qu’en Espagne, outre le Parc National d’Aigües-Tortes, c’est celui des Picos de Europa ainsi que les réserves naturelles de Somiedo (Asturies) et de la Culebra (Léon), et plusieurs réserves de taille plus restreinte (en Pays Basque, Cantabrie, Asturies et Léon), qui ont été parcourues.

7 Vu la problématique de la recherche, gestionnaires de la réserve et chasseurs de la périphérie ont chaque fois été interviewés par des entretiens semi-directifs de une à trois heures (voire des journées entières par nos participations à des opérations de comptage). Si, pour les plus petits des territoires, deux à trois échanges ont parfois suffi, pour les parcs nationaux et les grandes réserves, la collecte d’informations n’a jamais porté sur moins de 6 à 10 entretiens, voire a dépassé la vingtaine pour les parcs des Cévennes, des Pyrénées occidentales et du Mercantour. Au total, plus de 150 personnes ont été rencontrées.

8 Office National de la Chasse et de la Faune Sauvage

9 Telle qu’elle s’est pratiquée dans le Parc National des Écrins sur la commune de Villar d’Arêne jusqu’en 1998 (Laslaz, 2009)

10 En Équivalent Temps Plein d’après le bilan d’activités 2009 de la structure.

11 La connaissance scientifique de leur organisation et de leur évolution est par contre bien meilleure, la fonction de l’organisme portant plus sur l’étude des milieux et sa vulgarisation que sur la police.

12 Ce rôle de précurseur de certains présidents de Fédérations de chasse dans la constitution de réserves de grande ampleur les apparente à une élite éclairée que leur « base » ne suit qu’avec réticence. C’est par exemple le cas du docteur Liégeon, président de la Fédération Départementale des chasseurs de Savoie (1962-1994) qui soutient la création du parc de La Vanoise et siège au Conseil d’Administration dès 1963 (Laslaz, 2009).

13 Ce constat du décalage entre l’image que produisent les zonages et la réalité des milieux et des espèces qu’ils protègent rejoint le regard critique que L. Couderchet et X. Amelot (2010) portent sur la cartographie des ZNIEFF et sur leur rôle dans la délimitation des aires Natura 2000.

14 Programme de Maîtrise des Pollutions d’Origine Agricole.

15 La justification écologique de leur action n’exclut d’ailleurs pas que les tirs d’élimination y atteignent parfois les proportions de massacres. Dans l’île de Santa Cruz, en Californie, ce sont plus de 5000 sangliers qui furent abattus entre Mars 2005 et Mai 2006 pour éradiquer l’espèce (Parks et al., 2010).

16 De telles qualifications se dessinent déjà, comme un brevet « grand gibier » reconnaissant au chasseur des connaissances théoriques sur les espèces et la gestion des territoires, ou encore une école de chasse qu’a instituée l’ONCFS dans la réserve nationale de chasse et de faune sauvage des Bauges.

17 Pour des informations actualisées sur le phénomène : http://www.oncfs.gouv.fr/Le-Bulletin-du-reseau-loup-ru130/

18 On a calculé (Poinsot, 2009 sur la base de CERPAM, 2007) que le coût de cette protection représentait 30 000 à 45 000 €/loup chaque année. Même si, en les généralisant, leur montant pourrait diminuer, ceci explique qu’on ne puisse étendre ce dispositif très largement hors des ENP et que la régulation soit rapidement envisagée pour maîtriser les effectifs.

19 Dans le territoire étudié par W. Jedrzejwski et al. (2000) où, en présence de cerfs rouges abondamment consommés, coexiste une prédation du sanglier par les loups et par les chasseurs, les premiers sont responsables de 12,5 % de la mortalité de l’espèce tandis que la responsabilité des seconds est engagée pour 61 %.

20 S’y reproduit sans fléchissement une population minimale de 2000 loups depuis plusieurs décennies. Le statut de l’animal diffère largement de celui qu’il possède en France (Poinsot, 2012).

21 On peut aussi voir dans le programme Natura 2000 une autre manifestation de cette approche, introduite cette fois par l’UE.

22 Ces évolutions sont aujourd’hui largement étudiées par les géographes sous l’angle de l’insertion territoriale des ENP, différente de celle qui guide cette recherche. On renvoie le lecteur intéressé par ces perspectives aux travaux de C.Aubertin, et E. Rodary (2008), S. Depraz (2008), ou S. Héritier et L. Laslaz (2008).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Localisation des quatre aires protégées principalement examinées dans l’étude
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25226/img-1.png
Fichier image/png, 259k
Titre Carte 2 : Les statuts cynégétiques différenciés de la zone « cœur » du PNC
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25226/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Carte 3 : La forme allongée du PNPO favorise pour la grande faune un jeu sur les limites
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25226/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 4 : Les réserves catalanes, des échantillons de nature sans restrictions cynégétiques
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25226/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Figure 1 : Contributions relatives estimées des ongulés au régime alimentaire annuel du loup
Légende La méthode d’estimation du régime alimentaire est détaillée dans la thèse - annexe 5. Les contributions relatives pour les années 1995 et 1996 ont été estimées à partir de l’ensemble des fèces récoltées, du fait du petit nombre de fèces identifiées génétiquement disponibles pour ces années. Les contributions relatives du chevreuil et du sanglier, inférieures à 0,1, n’ont pas été représentées pour simplifier le graphe.
Crédits (d’après Espuno, 2004, résultats originaux produits dans la thèse).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25226/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Poinsot et François Saldaqui, « La maîtrise des populations de grands ongulés dans les espaces naturels protégés : comment gérer la spatialité animale par des territoires humains ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 596, mis en ligne le 31 mars 2012, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/25226 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25226

Haut de page

Auteurs

Yves Poinsot

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS-UPPA)
Professeur
yves.poinsot@univ-pau.fr
http://set.univ-pau.fr/

Articles du même auteur

François Saldaqui

Laboratoire SET (UMR 5603 CNRS-UPPA)
Doctorant
francois.saldaqui@gmail.com
http://set.univ-pau.fr/

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page