Navigation – Plan du site
2012
598

Modéliser un choix politique : où fait-on des « quartiers de démocratie locale » dans l’agglomération parisienne ?

Modeling a political choice. The case of neighborhood clustering and local democracy in the Paris area.
Anne-Lise Humain-Lamoure

Résumés

La loi de démocratie de proximité, adoptée en février 2002, encourage la création de quartiers de « démocratie locale », subdivisions institutionnalisées du territoire communal. Elle l’impose aux communes de plus de 80 000 habitants. Le quartier devient un territoire politique à produire. Nous avons cherché, dans le contexte hétérogène et complexe de l’agglomération parisienne, quelles sont les municipalités qui, libres de créer ces quartiers, ont fait ce choix et quels sont les facteurs de ce choix en 2007 et 2011.

Haut de page

Texte intégral

L’homme public, puisqu’il se mêle de gouverner les autres, ne peut se plaindre d’être jugé sur ses actes dont les autres portent la peine, ni sur l’image souvent inexacte qu’ils donnent de lui. [...] Gouverner, comme on dit, c’est prévoir, et le politique ne peut s’excuser sur l’imprévu. Or il y a de l’imprévisible. Voilà la tragédie.
Merleau-Ponty, Phénoménologie de la perception, 1945.

  • 1 Cette expression ambiguë est utilisée par la loi et de nombreux acteurs. Elle recouvre de fait des (...)

1La loi de démocratie de proximité, adoptée en février 2002, encourage fortement ou impose, dans les communes de plus de 80 000 habitants en France, la création de quartiers de « démocratie locale1 » (QDL dans la suite de cet article). Ce sont des subdivisions institutionnalisées du territoire communal, à la fois support et cadre de conseils réunissant le plus souvent des associatifs, des habitants et des élus. Ces conseils sont appelés à se prononcer notamment sur les aménagements locaux ; ils sont éventuellement habilités à proposer des projets. La loi laisse les communes de moins de 80 000 habitants libres de créer ou non de tels QDL. Nous avons cherché, dans le contexte hétérogène et complexe de l’agglomération parisienne, quelles sont les municipalités qui ont fait ce choix.

  • 2 En partie réalisée par Laure Gourbaud, Master 1 Aménagement et urbanisme, Université Paris 1.

2Il s’agit donc de repérer les communes qui ont créé des QDL, puis de chercher des facteurs de présence ou d’absence de ces structures dans les communes d’Île-de-France au terme de la première mandature municipale suivant la loi (2001-2008), au moyen d’une régression logistique, enfin d’analyser les écarts au modèle sur la base d’entretiens approfondis avec les acteurs municipaux. Sur cette base, l’actualisation des données2 permet de prolonger l’analyse pour de la mandature 2008-2014.

Quelles données pour quelles hypothèses ?

  • 3 A défaut, pour trois communes, par entretiens téléphoniques.

3Cet article s’appuie sur un relevé exhaustif, à partir des sites Internet officiels des municipalités3, des dispositifs territorialisés de démocratie locale au niveau du quartier, dans 168 communes au cœur de l’agglomération parisienne en mars 2007 et en juin 2011. L’enquête permet de déceler les communes qui disposent de QDL territorialisés pour une participation des habitants, les communes qui n’en disposent pas, et enfin, les communes dites « hésitantes » qui ont mis en place des dispositifs de participation qui incluent la notion de quartier, sans pour autant avoir créé des quartiers pérennes selon le principe de la loi de 2002.

  • 4 C’est-à-dire des données que les municipalités peuvent facilement obtenir et qui sont antérieures, (...)

4A ce relevé ont été adjoint différents types de données pour tenter de cerner des facteurs de ce choix politique. Les possibilités à tester sont innombrables (population, superficie, densité, distance au centre, majorité politique, composition démographique et/ou sociale de la commune, densité du tissu associatif, etc.). Nous avons décidé de tester avant tout les arguments avancés durant les débats parlementaires autour de la loi de 2002 (de nombreux parlementaires sont aussi conseillers municipaux ou maires en Île-de-France). Ces débats ont été âpres (plus de 1 500 amendements examinés) et particulièrement longs (plus de dix mois). Le projet de loi, d’initiative socialiste, a rencontré une double opposition : à droite, on craint une « balkanisation de la commune » ou une « soviétisation de la vie de quartier » ; à gauche (communistes, verts et radicaux), on juge le projet trop timoré et restrictif. Le seuil de population au-dessus duquel les conseils de quartier deviennent obligatoires, a été une question particulièrement débattue. La répartition des QDL librement créés dans l’agglomération devrait donc dépendre à la fois de l’appartenance politique et de la taille démographique de la commune. On peut également supposer que cette innovation politique suit des schémas classiques de diffusion hiérarchique et/ou spatiaux, notamment selon un effet de proximité ou de « contagion ». Nous avons donc retenu, outre la présence de QDL, l’appartenance politique de la majorité municipale ainsi que des données de cadrage issues des recensements de 1999 et 20074 ou calculées sous SIG (population, superficie, distance au centre de l’agglomération). L’appartenance à des structures intercommunales, des données socio-démographiques (catégories d’âges en cinq classes, catégories socioprofessionnelles en six classes, statut d’occupation) sont aussi utilisées, mais seulement dans l’interprétation de cas particuliers dans l’agglomération. Des entretiens approfondis avec des acteurs municipaux permettent également de cerner les choix de ces municipalités.

5Les 168 communes recensées sont principalement en première couronne de l’agglomération : les vingt arrondissements de Paris, l’ensemble des communes des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis, du Val de Marne. En plus, 24 communes de Seine-et-Marne, densément peuplées, situées dans le périmètre de la ville nouvelle de Marne-la-Vallée (qui s’étend en partie sur la Seine-Saint Denis) ont été adjointes. Il s’agissait de pouvoir estimer l’impact de ce dispositif dans une ville nouvelle et dans des communes plus éloignées du centre de Paris. Il s’est révélé difficile d’étendre le périmètre d’étude. En effet, une grande part des communes de grande couronne ne dispose pas de site Internet en 2007 ou en 2011 ou seulement d’une page très succincte. De plus, dans ces communes en général moins peuplées (moins de 3 500 habitants), la municipalité est élue avec un système de « panachage électoral » qui rend l’identification de la majorité politique souvent ardue, voire impossible.

Quelles communes ont des quartiers de démocratie locale en 2007 ?

  • 5 La loi ne précise pas si ce seuil est estimé en population avec ou sans double compte. Nous avons c (...)

6Dans sa version finale, la loi n’impose la création de QDL qu’au-dessus de 80 000 habitants et laisse les communes libres de créer des conseils en deçà. Sur les 168 communes considérées, un tiers a créé un découpage en quartiers ; 10 communes hésitantes disposent de QDL mais dont la territorialisation n’est pas clairement définie ou durablement fixée. Au regard du recensement de 19995, seulement 7 communes étaient dans l’obligation de créer des QDL (Carte 1) : Paris (et donc tous les arrondissements quelle que soit leur population), Boulogne-Billancourt, Montreuil, Saint-Denis, Nanterre, Créteil et Aulnay-sous-Bois. Ce dispositif semble donc avoir rencontré un certain succès.

7Les 56 communes qui disposent d’un découpage en QDL en mars 2007 (Carte 1), qu’elles l’aient ou non effectué à l’occasion de la loi de 2002, présentent une répartition spatiale assez compacte. La plupart se trouve au centre de l’agglomération et avec une certaine continuité dans la première couronne. Les communes à QDL isolées sont assez rares (Bussy-Saint-Georges, Lagny-sur-Marne à l’Est, Clichy-sous-Bois au nord-est ou Tremblay-en-France). Ces cas isolés sont plutôt des communes de grande superficie ou plus densément peuplée que leurs voisines. Elles se situent souvent en grande couronne où, par ailleurs, les municipalités ne créent que rarement des QDL (une commune sur cinq dans notre échantillon).

8De même, les communes limitrophes de Paris sans QDL sont rares : Levallois-Perret, Neuilly-sur-Seine, Vincennes, Saint-Mandé ou Malakoff. Ce sont des communes petites par leur superficie et dont la majorité municipale est en général à droite. Cette première observation semble confirmer l’hypothèse d’un double effet de la taille et de l’orientation politique.

Carte 1 : Quelles communes ont créé des QDL en 2007 ?

Carte 1 : Quelles communes ont créé des QDL en 2007 ?

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007.

9En revanche, un secteur sud sud-est du Val-de-Marne autour des communes de Villejuif, Vitry-sur-Seine, Alfortville ne dispose pas de QDL et se distingue donc de l’ensemble voisin constitué par les communes de Créteil, Bonneuil, Limeil, Saint-Maur, Champigny et Nogent. Au-delà de la première couronne, les communes à QDL se situent surtout le long des grands axes de transport et donc dans les zones de plus fortes densités de l’agglomération.

10Plusieurs facteurs peuvent a priori influer sur la présence ou non de QDL : la population et la couleur politique des communes, mais aussi leur surface, leur densité et leur distance au centre de l’agglomération (ces deux derniers facteurs étant corrélés). Nous avons cherché à tester la significativité de ces facteurs (en ne prenant pas en compte les communes hésitantes). Nous avons d’abord testé au moyen d’une régression logistique la variable explicative la plus évidente a priori : la population. Puis, nous avons testé progressivement dans le cadre d’un modèle LOGIT, différentes variables structurelles pouvant jouer conjointement avec la population. Sans entrer dans le détail de la formalisation mathématique de ce modèle (Durand-Dastès, Sanders, 1991, p. 173), il s’agit de mesurer la probabilité de création de QDL pour chaque commune en fonction de variables quantitatives (superficie, densité ou distance au centre de l’agglomération) et d’une variable qualitative (partis politiques majoritaires au conseil municipal). Ce modèle permet à la fois de préciser la significativité de chaque variable, toutes choses égales quant aux autres, et de tenir compte des interrelations et des interactions entre variables : il rend compte de relations complexes. Un travail de terrain (enquêtes et entretiens auprès des acteurs) et d’analyse de texte (débats parlementaires, journaux municipaux) effectué par ailleurs, permet de contextualiser et d’interpréter ces relations et leurs résidus.

Une répartition suivant la structure de l’agglomération

11La présence de QDL dans une commune semble dépendre en partie de la population communale (Figure 1). La probabilité d’avoir des conseils ou des comités territorialisés varie de 15 % (pour les communes de moins de 5 000 habitants) à 100 % (pour les communes de plus de 80 000 habitants où la loi l’impose). Entre 20 000 habitants (seuil du projet de loi) et 80 000 habitants (seuil retenu dans le texte final), la probabilité augmente de manière quasi linéaire en fonction de la population. En dessous de 20 000 habitants, la probabilité est certes faible, mais non nulle.

Figure 1 : Probabilité de présence de QDL en fonction de la population

Figure 1 : Probabilité de présence de QDL en fonction de la population

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 ; INSEE, RGP 1999.

12Cependant, il faut prendre en compte l’effet d’une dizaine d’arrondissements parisiens qui ont été contraints de créer des conseils dans le cadre parisien, alors qu’ils se situent en dessous du seuil démographique. Nous excluons dans la suite de l’analyse l’ensemble des communes contraintes par la loi au regard du seul critère de leur population. Nous ne retenons plus que 132 communes et aucun arrondissement parisien ; le modèle rend alors compte d’un libre choix puisqu’il ne concerne que les communes qui ont la possibilité légale de créer, ou non, des QDL.

  • 6 La part de variance prise en compte par le modèle n’est que de 11 % sur ce seul critère.
  • 7 La distance au centre de l’agglomération des communes a été mesurée en distance euclidienne entre l (...)
  • 8 Nous n’avons donc pas introduit cette variable redondante dans le modèle final. De plus, au cours d (...)

13Mais la population seule n’est pas un facteur explicatif suffisant6.Nous avons donc introduit dans le modèle la surface des communes et la distance au centre7 (très liée à la densité de population8). La distance au centre est le critère le plus significatif et joue négativement sur la probabilité d’avoir des conseils de quartier. A population égale, les communes périphériques font moins de QDL que les communes situées en première couronne de l’agglomération. L’hypothèse d’un effet de densité/situation dans l’agglomération semble vérifiée. La surface joue également un rôle et constitue un facteur favorable, même s’il est peu significatif, au découpage en quartiers. On note un effet de seuil : toutes les communes de plus de 14 km2 ont créé des QDL, quelle que soit leur population et leur situation dans l’agglomération.

14Le découpage d’une commune en quartiers est donc lié à plusieurs effets structurels (poids démographique, situation dans l’agglomération et surface), mais ceux-ci n’expliquent au total qu’une partie des choix opérés (20 % de la variance). Il semble donc nécessaire à ce stade de tester l’hypothèse d’un effet politique sur le choix de faire des quartiers.

Les quartiers de démocratie locale, une politique de gauche pendant la mandature 2001-2008

15Pendant la mandature 2001-2008, plus de la moitié des communes socialistes et communistes ont instauré des QDL, contre moins d’un sixième des communes à majorité UMP (Tableau 1). Les communes à majorité UDF ont néanmoins tendance à créer un peu plus volontiers des QDL. Le clivage observé durant les débats parlementaires au sujet de la loi de démocratie de proximité se reproduit nettement à l’échelle des communes franciliennes, à la nuance près de l’UDF, opposée au projet, et du PC qui s’est abstenu mais dont les élus semblent plus volontaires sur le terrain.

  • 9 En gras, valeur significative au seuil de 10 % ou moins d’erreur - test d’indépendance (Khi2) entre (...)

Tableau 1 : Création de QDL et majorité municipale en 20079

  • 10 Ont été regroupées dans les catégories divers gauche et divers droite, des majorités municipales is (...)

Majorité municipale en 200110

Part des communes disposant de QDL territorialisés ( %)

Effectif

PS

58

25

PC

56

22

UDF

36

9

Divers gauche

33

24

Divers droite

23

14

UMP

16

38

Fréquence moyenne

36

132

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007.

16La présence d’écologistes dans les majorités municipales semble favoriser la création de QDL. Dans les communes où socialistes, verts et/ou communistes sont associés dans une majorité plurielle, il semble que la probabilité d’un découpage en quartiers soit plus élevée que dans les communes où les socialistes sont majoritaires seuls. Le faible nombre de communes où nous avons pu avoir dans le détail la composition exacte de la majorité municipale, ne permet cependant pas de vérifier cette hypothèse au niveau de l’agglomération.

17Nous avons donc ajouté au modèle intégrant les variables structurelles précédemment testées, l’appartenance politique de la majorité municipale élue en 2001, de façon à mesurer le poids des effets politiques toutes choses égales quant à la taille, la superficie et la situation dans l’agglomération (Tableau 2). L’appartenance politique semble un facteur déterminant qui supplante les effets de structure urbaine, excepté celui de la distance au centre, seul facteur structurel à rester significatif dans un modèle intégrant la variable politique.

  • 11 Modèle LOGIT établi selon le maximum de vraisemblance. R2 =0,3. Une faible significativité des coef (...)

Tableau 2 : Significativité des facteurs du découpage en QDL en 200711.

Variables du modèle

Significativité des coefficients

Population (milliers)

ns

Superficie

ns

Distance au centre

*

Majorité



UMP

référent

Divers droite

ns

UDF

ns

divers gauche

ns

socialiste

***

communiste

***

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 ; INSEE, RGP, 1999.

18Une majorité de gauche (socialiste et communiste) est significativement liée à une forte probabilité de présence de QDL. Les communes à majorité UDF ou plus hétéroclites (divers gauche, divers droite) semblent intermédiaires entre communes UMP et PC/PS, mais ne présentent pas de coefficients significativement interprétables. Les paramètres du modèle permettent alors de calculer la probabilité d’avoir des QDL dans une commune en fonction de sa situation dans l’agglomération et de son appartenance politique (Graphique 2).

Graphique 2 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle

Graphique 2 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007.

19Dans le cas d’une commune proche du profil moyen (30 000 habitants, 5 km2 de superficie), la probabilité d’avoir un découpage en quartiers augmente au fur et à mesure qu’on se rapproche du centre de l’agglomération, mais de manière différenciée selon les majorités municipales. A 40 km du centre, les écarts de probabilité d’avoir des QDL sont peu marqués (entre 1 et 13 % selon les appartenances). A 20 km du centre, une commune à majorité socialiste a une chance sur deux d’avoir des QDL, une commune communiste une chance sur trois, une commune à majorité UMP une chance sur dix. En proche banlieue (moins de 10 km du centre), les écarts se réduisent légèrement mais restent marqués : municipalités socialistes et communistes présentent des probabilités très élevées et assez proches (plus de 70 %), tandis que les communes à majorité UMP n’ont qu’une chance sur cinq à une chance sur deux d’avoir des QDL. Le choix d’un découpage en quartiers de démocratie participative est plus fréquent à gauche qu’à droite. Les écarts tendent à se réduire au centre de l’agglomération, lorsque la densité de population augmente, mais ils demeurent très nets.

20La présence de comités ou de conseils de quartier dépend donc de clivages droite-gauche indépendamment de la structure urbaine, même si les deux effets jouent simultanément et se combinent dans l’ensemble de l’agglomération. La diffusion de cette innovation politique est spatiale (de proche en proche) mais sélective selon l’appartenance politique. Cependant, ce modèle ne permet de prendre en compte qu’un tiers des variations de situations et les contextes locaux demeurent très variés. Il faut donc considérer plus précisément des communes qui s’écartent de ce modèle général.

Reuil-Malmaison contre Noisy-le-Grand

21Trois communes ont créé des QDL de manière très inattendue au regard du reste de l’agglomération (Carte 2) : Bussy-Saint-Georges et Lagny, communes de droite aux marges de l’agglomération et Nogent-sur-Marne commune de droite, en première couronne. D’autres communes, plus nombreuses, localisées en première couronne, ont également créé des QDL de manière inattendue : toute une frange dans les Hauts-de-Seine de petites municipalités, à majorité de droite, autour des « villages de Rueil-Malmaison » si souvent mis en exergue lors des débats à l’Assemblée ; des communes plus isolées en Val-de-Marne, en Seine-Saint-Denis (Rosny-sous-Bois, municipalité de droite) ou très lointaines et peu peuplées en Seine-et-Marne (Lognes, PS).

22Moins nombreuses sont les communes qui n’ont pas créé de conseils de quartier, alors que leur situation en petite couronne et leur appartenance politique (quasiment toutes à gauche) laissent attendre cette présence. Ces communes se trouvent concentrées dans trois pôles principaux : autour de Gennevilliers-Epinay-sur-Seine dans les Hauts-de-Seine, autour de Vitry-sur-Seine en Val de Marne, autour de Noisy-le-Grand en Seine-Saint-Denis.

23Ainsi, ces communes aux choix atypiques avec ou sans QDL se répartissent selon un effet de grappe de quelques communes, de même appartenance politique et de morphologie sociale assez proche, comme autour de Rueil-Malmaison ou de Vitry-sur-Seine. On peut donc supposer un effet de diffusion comparable à celui observé en géographie électorale (Bussi, 1991 ; Cox, 1969). A l’opposé, on trouve des pôles de communes sans quartier ; cette absence peut-être liée, par exemple, à des projets intercommunaux comme Seine Amont Développement (Alfortville, Choisy-le-Roi, Ivry-sur-Seine, Vitry-sur-Seine, Orly). Ces villes, qui cherchent une action coordonnée au niveau intercommunal pour la construction de grandes infrastructures n’ont guère intérêt à morceler leur territoire (seule Ivry, limitrophe de Paris, fait exception).

Carte 2 : Des communes aux choix atypiques en 2007

Carte 2 : Des communes aux choix atypiques en 2007

Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 ; INSEE, RGP, 1999.

24Les communes qui ont créé de manière inattendue des QDL, ne présentent pas un profil socio-démographique homogène. En revanche, les communes qui, de manière surprenante, n’ont pas créé de QDL, semblent avoir un profil assez spécifique. A l’exception de Levallois-Perret, elles présentent toutes une proportion de locataires en parc social nettement plus importante que la moyenne des communes prises en compte, une surreprésentation des ouvriers, des employés et des jeunes (moins de 29 ans). Ces populations n’adhérent généralement que peu ou pas à ce type de dispositif participatif (Humain-Lamoure, 2009 ; Rullier, 2004). Les municipalités concernées ont peut-être eu le sentiment que ce dispositif ne serait pas investi par ces habitants. Cependant, d’autres communes, de même profil, ont fait des QDL en 2007. L’argument n’est sans doute pas suffisant.

25Des entretiens auprès d’élus de ces communes ont permis de cerner des facteurs supplémentaires pour expliquer en partie ces choix apparemment atypiques. Le cas de Noisy-le-Grand est remarquable : c’est une commune à majorité socialiste, de plus de 13 km2, dont la population est proche de 60 000 habitants ; conformément au modèle, elle devrait avoir créé des QDL (avec une probabilité de plus de 80 %). Le premier adjoint au maire, explique l’absence de QDL par une volonté politique forte de ne pas découper une ville déjà très morcelée par sa morphologie urbaine :

Une des problématiques de notre ville, c’est d’avoir [déjà] un fort découpage de quartiers, par le fait qu’on a des quartiers très différents les uns des autres en fonction de leur positionnement dans la ville : ce qui se trouvent au Sud ou au Nord de l’autoroute, par exemple, ceux qui font partie de la Ville Nouvelle, ceux qui font partie de la ville ancienne, ceux qui font partie des quartiers plus historiques, plus anciens de la ville et ceux qui se sont développés dans les années 1950/1960. A chaque fois, tout s’est développé comme ça, par quartier, si bien qu’on a une notion de quartier qui est très très forte. […]
On a des découpages… comment dire, naturels ? Ils ne sont pas vraiment naturels… on a des découpages avec l’autoroute qui nous traverse d’Est en Ouest. On a des découpages avec la ligne du RER qui nous traverse d’Est en Ouest. Ça fait à chaque fois autant de découpages parce qu’à chaque fois, les liens ne se font que par des ponts et qui sont une contrainte pour passer d’un quartier à un autre. […] On est arrivé à la municipalité en 1995 et on savait déjà depuis longtemps (on travaillait avec le tissu associatif de cette ville) qu’un des défauts majeurs de cette ville, c’était une vie trop repliée sur chacun des quartiers. En fait, pour illustrer, les habitants habitaient aux Richardets, habitaient au Pavé Neuf, habitaient au Champy, mais personne n’habitait Noisy-le-Grand. Donc avec d’énormes problèmes de lien entre ces quartiers, d’acceptations de ces quartiers les uns par rapport aux autres. […] On a décidé qu’on allait complètement reprendre la notion de ville et de retrouver une identité à la ville de Noisy-le-Grand en gommant la notion de quartier. S’il y a une chose aujourd’hui qu’on ne veut absolument pas, c’est créer des entités administratives par quartier. […] On essaye de gommer la notion de quartier, gommer parce qu’on ne va pas la supprimer, la gommer pour retrouver une identité de ville.
Entretien avec un élu de Noisy-le-Grand, décembre 2003.

26Le premier argument est donc un trop grand morcellement en quartiers nettement distingués dans la morphologie urbaine qui semble remettre en cause l’unité et l’identité de la ville. Par ailleurs, cet élu souligne la situation géographique et administrative de Noisy-le-Grand, marginale en Seine-Saint-Denis et de fortes coopérations avec Marne-la-Vallée ou la Seine-et-Marne. La commune espère notamment jouer un rôle de premier plan dans l’Association des Collectivités Territoriales de l’Est Parisien. Rajouter des QDL risquerait de « prendre en étau la commune » comme de nombreux parlementaires l’ont craint durant les débats autour de la loi de 2002. Plus tournée vers l’échelon supérieur, la municipalité refuse de créer des quartiers qui existent de toute façon, dans la vie associative et dans les Maisons pour tous implantées dans chaque quartier.

27Cependant, certaines communes font le choix de renforcer une structuration socio-spatiale en quartiers déjà acquise. C’est le cas de Nogent-sur-Marne, certes proche de Paris, mais très petite (moins de 3 km2), moyennement peuplée (moins de 30 000 habitants) et à majorité UMP (la probabilité que ce type de commune crée des QDL est d’à peine 14 %). Un entretien avec un adjoint au maire de Nogent-sur-Marne, montre que la volonté politique est ici de renforcer une structuration sociologique et morphologique de la commune :

28On a des découpages qui sont plutôt géographiques. On est sur un coteau, alors on fait par exemple le bas, c’est logique, parce que c’est là où les gens vivent ensemble. […] En fait, dans ces villes où finalement les gens viennent dormir, […] il n’y pas de culture commune. […] Il y a quand même des quartiers où il y a plus de logements collectifs, donc la culture n’est pas la même que dans des quartiers où il n’y a que des pavillons… […] c’est un découpage qui est ce qu’il est… Il correspond à quelque chose, c’est-à-dire que les gens vivent [dans le quartier Le Bois-Porte de Nogent], un petit peu en autarcie, [aux Viselets], vers Fontenay, [à Nogent-Village]. Il y a des gens, vous savez, […] qui restent dans une partie, c’est marrant ça. […]

Quand vous regardez les choses telles qu’on les a faites, vous avez [Le Bois-Porte de Nogent et Beauté-Baltard] qui n’ont rien à voir sociologiquement l’un avec l’autre, séparés par une grande avenue qui va au bois de Vincennes. C’est déjà clair. [Nogent village], c’est le centre en gros. Mais [Plaisance], vous avez une partie où il y a beaucoup d’immeubles collectifs, donc si vous voulez, les gens… il faut qu’il y ait une homogénéité dans les questions. Il y en a qui s’emmerdent étant donné que les questions ne les regardent pas, etc. … Et donc, on a essayé de créer une homogénéité. Et là, [Le Port-sous la Lune], c’est pareil, il y a le port et la [rue Agnès Sorel] qui séparent deux quartiers. Les gens n’ont rien à voir les uns avec les autres. Ils ne travaillent pas en transversal. Ils fonctionnent comme ça [geste, mouvement Nord-Sud], c’est-à-dire qu’ils remontent de [Beauté-Baltard et du Port-Sous la Lune] en transport en commun pour aller attraper le RER A [à la station Nogent-sur-Marne] ou [à la station Nogent-Le-Perreux]. On est sur un coteau, donc les gens montent pour trouver les commerces et ils ne font pas tellement [de trajets Est-Ouest entre Beauté et Le Port]. Et ce n’est pas seulement ça, leurs préoccupations ici, c’est par exemple, les glissements de terrain, l’eau qui ravine, l’eau qui descend à fond la caisse parce qu’il y a un orage, les inondations qui refluent, etc. Et ça, ce ne sont pas des questions qu’on trouve [aux Viselets, à Plaisance].
Entretien réalisé sur la base d’une carte des QDL avec un élu de Nogent-sur-Marne en charge de la démocratie locale, décembre 2003.

29Au-delà de l’argument topographique, c’est surtout ici la morphologie socio-spatiale et les pratiques des résidents qui justifient le découpage en QDL. Les problèmes spécifiques à certains secteurs – voire à certaines populations qui y résident - semblent légitimer la création de comités de quartier homogènes socialement de sorte que les problèmes discutés le soient aussi. L’opposition entre parc privé et parc social, déjà évoquée, joue peu à Nogent, en revanche l’opposition entre pavillons et habitat collectif est manifeste. Cette pratique de découpage peut apparaître comme une forme de ségrégation territoriale, redoublant une ségrégation spatiale existant déjà dans les représentations des élus au moins. Ces comités de quartier pourraient être destinés à pratiquer une gestion différenciée de la commune, à rebours du principe républicain d’équité territoriale. Ce type de découpage pour la gestion territoriale est plus souple qu’un classement en zone urbaine sensible, par exemple, et peut s’appliquer aussi bien à des espaces en difficulté qu’à des secteurs plus aisés. Une gestion plus ségréguée, voire séparatiste pourrait être dans certains cas un argument avancé par les élus en faveur des QDL. C’est aussi, semble-t-il, le cas de Bussy-Saint-Georges, dans une autre configuration morphologique. Une conseillère municipale, déléguée à l’accueil des nouveaux habitants et aux comités de quartiers (entretien en novembre 2003) affirme que les QDL créés suivent parfaitement les zones d’aménagement concertées (ZAC), successives et assez récentes de la commune. A plus de 30 km du centre de l’agglomération, aux marges du front d’urbanisation, cette municipalité de majorité UDF assume clairement une gestion en quartiers qui permet d’encadrer les vagues de nouveaux résidents.

30Lognes apparaît également comme une commune atypique : dans une situation géographique et administrative proche de Bussy-Saint-Georges (Secteur II de la Ville Nouvelle), cette commune fait pourtant le choix d’instituer des QDL. Un responsable du cabinet du maire socialiste de Lognes présente le découpage en micro-quartiers comme une manière de contrer la logique des ZAC, à l’inverse des pratiques de Bussy-Saint-Georges, pour casser une logique d’entre-soi ou de repli en fonction de difficultés propres à certains quartiers comme le Segrais. Par ailleurs, ce découpage en quartier a pour but de relancer une dynamique associative déclinante :

On a la difficulté d’une ville nouvelle… […] On est dans le cycle clairement où ceux qui ont fait la ville nouvelle, les pionniers de la ville nouvelle, qui étaient des gens jeunes avec de jeunes enfants qui venaient ici parce qu’il y avait de l’espace et peut-être aussi une vie sociale plus riche… Ils se sont beaucoup investis dans une vie associative, ont participé à la construction de la ville […] Ils se sont aussi souvent retrouvés élus. Évidemment ce dynamisme, il a toujours tendance à s’émousser puisque souvent on s’investit fortement pendant dix quinze ans mais après on s’essouffle un peu, c’est normal… Et c’est vrai qu’on est dans cette phase là. On est dans une phase d’essoufflement de toute une génération qui a été les pionniers de la ville nouvelle et il n’y a pas encore forcément une autre génération qui a pris le relais…
Entretien avec un responsable politique à Lognes, septembre 2003.

31Il reconnaît néanmoins que ce découpage en quartiers, calqué « faute de mieux » sur les bureaux électoraux, est « artificiel », qu’il procède plus d’un « affichage politique » pour informer que d’une démarche participative, « la notion de quartier n’ayant pas à Lognes réellement de sens ». Cette politique est identifiée comme « une mode parisienne de bobos » qui n’est pas nécessaire à Lognes. Ici le modèle politique parisien socialiste mais aussi d’un certain mode de vie semble influer sur la création de conseils de quartier.

32Il semblerait donc que pour les communes les plus atypiques, le choix de découpage ou non en quartiers soit directement lié à des particularités morphologiques de la commune (ou en tout cas, ce qui est perçu comme tel par les acteurs municipaux) : effets de barrières, effets topographiques, effets d’homogénéité de certains secteurs, effets de modes de construction de l’habitat… Cependant, dans des cas proches, Noisy/Nogent ou Bussy/Lognes, les choix sont opposés et dépendent alors de la majorité municipale. Les municipalités de droite auraient tendance à entériner par un découpage institutionnel des quartiers préexistants dans la morphologie urbaine, tandis que les municipalités de gauche auraient tendance à vouloir les gommer quitte à ne pas faire de quartiers. Les élus municipaux disposent d’une grande marge de liberté dans le choix de créer ou non des QDL et dans les modalités du découpage. Des choix atypiques au regard du reste de l’agglomération, semblaient parfaitement conscients et assumés durant la mandature municipale 2001-2008. Le sont-ils toujours en 2011 ?

Un dispositif « durable » en 2008-2014 ?

33En 2007, 56 communes avaient créé des quartiers ; en 2011, elles sont 62. Les municipalités soumises à l’obligation légale de créer des QDL (au-delà de 80 000 habitants) sont passées de 7 à 11, mais parmi celles-ci, seule Vitry-sur-Seine ne disposait pas de QDL lors de la précédente mandature. Le dispositif semble donc en légère progression. La répartition globale des communes à QDL dans l’agglomération (Carte 3) change assez peu par rapport à la précédente mandature : on retrouve toujours une répartition compacte plutôt en première couronne où la progression est la plus importante, tandis que quelques communes de grande couronne ont décidé de faire disparaître leurs QDL (au moins dans l’affichage qui en est fait sur leur site officiel – ce qui traduit généralement un fort désengagement de la municipalité et donc le plus souvent une disparition du dispositif).

Carte 3 : Quelles communes ont créé des QDL en juin 2011 ?

Carte 3 : Quelles communes ont créé des QDL en juin 2011 ?

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011.

34Si l’on excepte les municipalités légalement contraintes de faire des QDL en 2011, l’évolution est plus complexe qu’une simple progression (tableau 3). Parmi les 138 communes libres de leur choix, 111 ont maintenu leur position entre les deux mandatures (70 ne font toujours pas de QDL, 38 conservent ce dispositif et 3 sont encore hésitantes), mais 27 (soit près de 20 %) ont modifié leur choix. Certaines ont décidé de faire disparaître ce dispositif (7 municipalités), d’autres, hésitantes en 2007, n’ont finalement pas créé de QDL lors de la mandature suivante.

Tableau 3 : Évolution des communes libres de leur choix.

 

 

En 2011, communes…

Somme

 

 

sans QDL

avec QDL

hésitantes

En 2007, communes…

sans QDL

70

11

1

82

avec QDL

7

38

1

46

hésitantes

5

2

3

10

Somme

82

51

5

138

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquêtes réalisées en mars 2007 et juin 2011.

35Les 14 communes qui étaient hésitantes ou sans dispositif en 2007 et qui ont créé en 2011 des quartiers ou commencent à le faire (Carte 4) se situent plutôt à l’Est de l’agglomération et sont généralement isolées. Toutefois, un groupe de trois communes (Villepinte, Tremblay et Vaujours) se distingue au Nord Est, sans qu’il n’y ait a priori de facteur évident, si ce n’est peut-être une volonté de peser sur l’aménagement des couloirs aériens par exemple. Il est d’ailleurs à noter que la commune d’Orly s’est également dotée de conseils de quartiers. En dehors de Pontault-Combault en Seine-et-Marne, ces municipalités sont toutes situées en première couronne, proches de Paris (Vincennes, Malakoff, Bourg-la-Reine, La Garenne-Colombes) ou plus éloignées (Noisy-le-Grand, Le Blanc-Mesnil, Orly, Villecresnes, Sucy-en-Brie). Elles ne présentent pas de profil politique unique particulier, mais on note néanmoins la présence importante de communes à majorité Nouveau Centre.

36Les communes qui ont eu tendance à supprimer leurs QDL sont moins nombreuses. Elles se situent, soit en grande couronne (Bussy-Saint-Georges, Chelles, Courtry), soit, de manière plus étonnante, aux portes de Paris (Bagnolet, Romainville, Les Lilas, Charenton-le-Pont, Joinville-le-Pont, Saint-Ouen). Ces dernières étant plutôt à majorité de gauche, sans alternance majeure en 2008. On note la présence importante de municipalités à majorité communiste. Le dispositif semble au final moins exclusivement relever d’une politique de gauche en 2011 qu’il ne l’était en 2007.

Carte 4 : Création et recul du dispositif entre 2007 et 2011.

Carte 4 : Création et recul du dispositif entre 2007 et 2011.

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 et juin 2011.

37Deux tiers des communes socialistes ont désormais des QDL, contre moins d’un cinquième des communes à majorité UMP (Tableau 4). Ces dernières, plus nombreuses en 2008 qu’en 2001, adhèrent en plus forte proportion à ce dispositif, mais l’écart avec la gauche socialiste s’accroît. La tendance observée en 2007 s’accentue au cours de la mandature suivante.

  • 12 On été réunis dans ce groupe centriste l’ensemble des municipalités se présentant sous l’étiquette (...)
  • 13 Les communistes s’étaient montrés réservés sur un projet socialiste ; les centristes, très intéress (...)

38Les évolutions sont plus marquées pour d’autres appartenances : les municipalités communistes font moins de QDL qu’auparavant (la moitié seulement alors que leur effectif augmente). Les municipalités à majorité divers gauche, parmi lesquelles les quelques municipalités Europe Ecologie ou de coalition (Union de la gauche), sont en proportion un peu plus nombreuses à faire des QDL. La présence d’écologistes dans les majorités municipales semble toujours favoriser la création de quartiers, même si l’une des trois communes à majorité Europe Ecologie a fait le choix de dissoudre les QDL mis en place par la majorité communiste précédente. En fait, ce sont surtout les municipalités centristes12 qui semblent accentuer la création de QDL, selon un trait déjà relevé pour la mandature précédente, mais il était alors moins net. En effet, les communes Nouveau Centre, succédant le plus souvent à des majorités UDF, ont conservé les quartiers précédemment faits ou ont eu tendance à en créer. Six des neuf communes centristes ont des QDL. Le clivage observé durant les débats parlementaires au sujet de la loi de démocratie de proximité13 se reproduit à l’échelle de ces communes franciliennes, en 2011 encore plus nettement qu’en 2007.

  • 14 En gras, valeur significative au seuil de 10 % ou moins d’erreur - test d’indépendance (Khi2) entre (...)

Tableau 4 : Création de QDL et majorité municipale en 200814

Majorité municipale
en 2008

Part des communes disposant de QDL en 2011 ( %)

Effectif

PS

64

25

PC

50

25

Centriste (nouveau centre et modem)

67

9

Divers gauche

39

13

Divers droite

24

17

UMP

19

47

Fréquence moyenne

38

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011.

39Cette évolution 2007-2011 reste au final assez limitée, mais elle permet de consolider plusieurs hypothèses quant aux facteurs de répartition du dispositif. La relative croissance des communes à QDL en proche banlieue et leur recul en grande couronne laissent penser que la distance au centre de l’agglomération est encore plus significativement liée à la présence du dispositif. Par ailleurs, la création ou le maintien de QDL sont désormais moins le fait des municipalités de gauche, notamment communistes.

Une politique toujours de gauche ?

  • 15 Modèle LOGIT établi selon le maximum de vraisemblance. R2 =0,33.

40Nous avons repris le modèle précédant qui exprime la probabilité de présence de QDL en 2011 dans chaque commune, en fonction de sa population municipale en 2007, de sa superficie et sa distance au centre, de sa majorité municipale élue en 200815.

41On retrouve une plus forte probabilité de présence de QDL avec la proximité du centre, sa significativité s’est même accrue par rapport à 2007, alors que la population et la superficie restent non significatives. En revanche, le rôle des majorités politiques évolue sensiblement. Certes, les majorités socialistes et UMP restent significativement liées, respectivement, à une plus grande et à une moindre présence probable de QDL. Mais une majorité communiste n’est plus liée à la présence de QDL, tandis que les majorités divers gauche et centristes deviennent significatives en 2011.

42La probabilité d’avoir un découpage en quartiers (graphique 3) pour une commune proche du profil moyen (30 000 habitants, 5 km2 de superficie) augmente en 2011 comme en 2007 au fur et à mesure qu’on se rapproche du centre de l’agglomération. Mais ce gradient est plus accentué : toute majorité municipale confondue, la probabilité de présence de QDL décroît plus rapidement qu’auparavant, de 10 à 25 km du centre de l’agglomération. Au-delà, la probabilité de trouver des communes à QDL est très faible. La diffusion spatiale du dispositif semble donc se ralentir en grande périphérie, au profit d’une relative densification en première couronne.

Graphique 3 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle

Graphique 3 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011.

43Mais cette diffusion reste très différenciée selon les majorités municipales. A 30 km du centre, les écarts de probabilité d’avoir des QDL sont peu marqués. A 20 km du centre, une commune à majorité socialiste a moins d’une chance sur deux d’avoir des QDL, une commune centriste une chance sur trois, une commune à majorité UMP une chance sur dix. En proche banlieue (moins de 10 km du centre), les écarts se réduisent légèrement mais restent marqués entre, d’une part, les municipalités UMP, d’autre part, les municipalités socialistes, divers gauche et centristes. Ces dernières présentent des probabilités assez proches les unes des autres quelle que soit la distance au centre de l’agglomération. Dans le modèle, les municipalités socialistes semblent les plus enclines à faire des QDL, alors que les centristes s’intercalent entre les socialistes et les divers gauche. Le choix d’un découpage en quartiers de démocratie participative semble donc toujours plus fréquent à gauche qu’à droite, même si le centre droit, héritier en grande partie de l’UDF, a été très dynamique en la matière pour la mandature 2008-2014. La présence de comités ou de conseils de quartier dépend donc désormais moins clairement de clivages droite-gauche qu’en 2007. Elle semble davantage liée à la structure urbaine. Mais ces deux effets se combinent dans l’ensemble de l’agglomération. La diffusion de cette innovation politique semble de moins en moins sélective selon des appartenances politiques qui vont du centre droit de tradition libérale à la gauche de gouvernement (socialiste pour l’essentiel).

44Cependant, ce modèle ne rend compte que partiellement de la situation et les contextes locaux restent variés en 2011. Il faut donc approfondir le cas des communes qui s’écartent de ce modèle général (Carte 5). La distance au centre de l’agglomération et l’appartenance socialiste restant prégnantes dans l’analyse, on retrouve en 2011 une grande part des communes dont le choix s’écartait déjà du modèle en 2007, comme Lagny-sur-Marne, en grande couronne, Sucy-en-Brie et Villecresnes, à majorité de droite, qui maintiennent néanmoins leurs QDL. On retrouve également des communes assez loin du centre qui créent des QDL de manière inattendue (Clichy, Villepinte, Orly, Lognes, Chevilly-Larue) sans doute selon un effet d’appartenance avant tout politique, ancré à gauche. Des communes plus proches du centre mais à majorité de droite, comme Rosny-sous-Bois et Nogent-sur-Marne, Puteaux, Saint-Cloud et Sèvres, maintiennent leur choix atypique d’instituer des QDL, sans doute pour les mêmes raisons qu’en 2007 (cf. entretien avec un élu de Nogent-sur-Marne, ci-dessus).

Carte 5 : Des communes aux choix atypiques en 2011.

Carte 5 : Des communes aux choix atypiques en 2011.

Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011 ; INSEE, Recensement 2008.

45Les municipalités qui n’ont pas créé de QDL alors qu’on pourrait l’attendre, notamment au regard de leur proximité à Paris et de leur appartenance politique, n’apparaissent pas selon un effet de grappe comme en 2007. Hormis Neuilly-sur-Seine et Levallois-Perret (UMP), Meudon (Nouveau Centre) et Chelles, à gauche mais en grande couronne, ces municipalités ont en commun une majorité de gauche (souvent communiste) et une surreprésentation d’employés ou d’ouvriers au regard de l’agglomération étudiée. Beaucoup d’entre elles avaient des QDL lors de la précédente mandature et les ont apparemment dissous en 2008, comme Saint-Ouen, Romainville ou Sevran. Sur la base de blogs évoquant la disparition des QDL dans ces communes et d’une enquête approfondie sur Bobigny en mai 2011 (commune au profil semblable mais qui maintient assez artificiellement ces quartiers), on peut penser que ces municipalités ont rencontré des difficultés pour maintenir dans le temps un taux de participation minimal. Cela confirmerait l’hypothèse d’une plus faible participation des classes populaires à ce type de dispositif, en dépit de la bonne volonté des municipalités. A contrario, Neuilly-sur-Seine, Levallois-Perret ou Meudon qui ne font pas de QDL, présentent une surreprésentation de cadres et se situent parmi les communes les plus aisées de la région parisienne (François & al, 2003).

Conclusion

46A l’échelon de l’agglomération, le choix municipal de faire des QDL dépend de la situation de la commune dans l’agglomération et surtout de la majorité politique. Ce choix apparaît en 2007 comme une politique de gauche (PC, PS, Vert, MDC). Certains auteurs ont souligné comme conséquence paradoxale des premières lois de décentralisation (1982-1986) une sorte de « dépolitisation des politiques locales » (Mabileau, 1997), voire un « désencastrement idéologique de la politique locale » au profit d’un credo de l’élu local contemporain, en forme de « pragmatisme gestionnaire » (Desage & Godard, 2005, p. 637-638). Il semble que la politique de découpage en quartiers de démocratie locale, qui s’insère dans une deuxième vague de décentralisation, soit, au contraire, un révélateur de clivages politiques forts, au moins dans un premier temps. Ces clivages s’affinent et se décantent au cours du temps. Dès la 2e mandature municipale suivant la loi de 2002, il semble que ce dispositif de démocratie participative soit avant tout un choix des communes de la gauche socialiste ou de coalition écologiste-socialiste, et qu’il soit plus difficile à porter dans les communes populaires, généralement communistes. A cela s’ajoute le rôle croissant des municipalités centristes, dont le profil sociologique est souvent plus aisé, sans pour autant faire partie des plus riches de l’agglomération. La démocratie participative apparaît de plus en plus l’apanage de contextes spatiaux, sociaux et politiques spécifiques : au centre de l’agglomération ou en proche banlieue, socialiste ou de centre droit (Nouveau Centre et Modem), majoritairement peuplés de classes moyennes, au niveau de formation généralement élevé, souvent propriétaires de leur logement. Un responsable politique de Lognes décrivait cette politique comme « une mode parisienne de bobos » (entretien de mars 2003). Les évolutions récentes à l’échelle des municipalités dans une partie de l’agglomération parisienne semblent donner raison à cette caricature. Cette représentation reste néanmoins à tester précisément au sein des communes. L’enjeu est de taille : ces nouvelles pratiques démocratiques, parfois justifiées par un faible accès, par exemple, des classes populaires au système politique classique, pourraient être monopolisées voire confisquées par les classes moyennes, au service de leurs propres intérêts, notamment dans une logique de protection de leur investissement foncier.

Haut de page

Bibliographie

Bussi M., 1991, Effet spatial et comportement électoral : la France de l’Ouest sous la cinquième République, tome 1, Géographie, Université de Rouen, Thèse de doctorat.

Cox K., 1969, « The voting decision in a spatial context », Progress in Geography, II, 81-117.

Desage F., Godard J., 2005, « Désenchantement idéologique et réenchantement mythique des politiques locales », Revue française de science politique, 55, 4, 633-661.

Durand-Dastès F., Sanders L. (1991) « L’inégal succès au baccalauréat : une application du modèle LOGIT », L’Espace Géographique, 1991, 2, 169-185.

François J. C. et al., 2003, Les disparités des revenus des ménages franciliens en 1999 modèles multiscalaires de différenciation spatiale, Paris, Ministère de l’Equipement, DREIF, Géographie-cités (http://www.parisgeo.cnrs.fr/spip.php?article243&lang=fr).

Humain-Lamoure AL., 2008, Faire des territoires de démocratie locale. Géographie socio-politique des quartiers en Île-de-France, Géographie, Université Paris 1, Thèse de doctorat.

Humain-Lamoure AL., 2009, « Démocratie locale en quartiers à Paris : une ségrégation territoriale ? », L’espace politique, 2009-4, 10, disponible en ligne : http://espacepolitique.revues.org/index1532.html

Humain-Lamoure AL., 2010, Faire une démocratie de quartiers ?, Paris, Bordeaux, Editions Le Bord de l’Eau, coll. Clair et Net.

Mabileau A., 1997, « Les génies invisibles du local. Faux semblants et dynamiques de la décentralisation », Revue française de science politique, 47, 3-4, 340-376.

Rullier B., 2004, « La démocratie à la parisienne », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, 110, 19-33.

Haut de page

Notes

1 Cette expression ambiguë est utilisée par la loi et de nombreux acteurs. Elle recouvre de fait des pratiques très différentes, allant de la simple consultation à de véritables pratiques de participation. Pour plus de précisions sur ce point, cf. Humain-Lamoure, 2008, pp. 235-238.

2 En partie réalisée par Laure Gourbaud, Master 1 Aménagement et urbanisme, Université Paris 1.

3 A défaut, pour trois communes, par entretiens téléphoniques.

4 C’est-à-dire des données que les municipalités peuvent facilement obtenir et qui sont antérieures, d’une part à la création des quartiers dans la plupart des communes durant la mandature 2001-2008, d’autres part à la 2e vague de 2011.

5 La loi ne précise pas si ce seuil est estimé en population avec ou sans double compte. Nous avons choisi de travailler à partir de la population sans double compte du RGP 1999 (INSEE). Pour les données de 2007, nous avons travaillé avec la population municipale. Certes cette dernière a une définition plus large que la population sans double compte de 1999 et n’est pas tout à fait comparable. Mais c’est souvent le seul chiffre dont disposent les municipalités.

6 La part de variance prise en compte par le modèle n’est que de 11 % sur ce seul critère.

7 La distance au centre de l’agglomération des communes a été mesurée en distance euclidienne entre le centre géométrique des mailles communales et celui du 1er arrondissement de Paris.

8 Nous n’avons donc pas introduit cette variable redondante dans le modèle final. De plus, au cours de tests préalables, la distance au centre est apparue nettement plus significative que la densité.

9 En gras, valeur significative au seuil de 10 % ou moins d’erreur - test d’indépendance (Khi2) entre la présence ou non de quartiers et les modalités d’appartenance politique.

10 Ont été regroupées dans les catégories divers gauche et divers droite, des majorités municipales issues de partis trop peu représentés dans les communes d’étude pour être significatives seules, ainsi que les communes où la majorité est très hétérogène, mais néanmoins marqué respectivement à gauche ou à droite.

11 Modèle LOGIT établi selon le maximum de vraisemblance. R2 =0,3. Une faible significativité des coefficients est notée « * », une forte significativité « *** », les coefficients non significatifs sont notés « ns ».

12 On été réunis dans ce groupe centriste l’ensemble des municipalités se présentant sous l’étiquette Nouveau centre et la seule commune se présentant à majorité Modem.

13 Les communistes s’étaient montrés réservés sur un projet socialiste ; les centristes, très intéressés, bien qu’appartenant au groupe d’opposition majoritairement à droite.

14 En gras, valeur significative au seuil de 10 % ou moins d’erreur - test d’indépendance (Khi2) entre la présence ou non de quartiers et les modalités d’appartenance politique.

15 Modèle LOGIT établi selon le maximum de vraisemblance. R2 =0,33.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Quelles communes ont créé des QDL en 2007 ?
Crédits Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-1.png
Fichier image/png, 48k
Titre Figure 1 : Probabilité de présence de QDL en fonction de la population
Crédits Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 ; INSEE, RGP 1999.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-2.png
Fichier image/png, 33k
Titre Graphique 2 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle
Crédits Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-3.png
Fichier image/png, 12k
Titre Carte 2 : Des communes aux choix atypiques en 2007
Crédits Source : Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 ; INSEE, RGP, 1999.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-4.png
Fichier image/png, 365k
Titre Carte 3 : Quelles communes ont créé des QDL en juin 2011 ?
Crédits Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-5.png
Fichier image/png, 108k
Titre Carte 4 : Création et recul du dispositif entre 2007 et 2011.
Crédits Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en mars 2007 et juin 2011.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-6.png
Fichier image/png, 286k
Titre Graphique 3 : Des QDL au centre de l’agglomération et à gauche, selon le modèle
Crédits Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-7.png
Fichier image/png, 13k
Titre Carte 5 : Des communes aux choix atypiques en 2011.
Crédits Source : Gourbaud L., Humain-Lamoure AL., enquête réalisée en juin 2011 ; INSEE, Recensement 2008.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/25248/img-8.png
Fichier image/png, 68k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Lise Humain-Lamoure, « Modéliser un choix politique : où fait-on des « quartiers de démocratie locale » dans l’agglomération parisienne ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Systèmes, Modélisation, Géostatistiques, document 598, mis en ligne le 09 avril 2012, consulté le 17 novembre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/25248 ; DOI : 10.4000/cybergeo.25248

Haut de page

Auteur

Anne-Lise Humain-Lamoure

Université Paris Est Créteil,
Lab’Urba, France
Maître de conférences,
al.humain@u-pec.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page