Navigation – Plan du site

Pour une “aventure” des noms des places d’Oran (Algérie)

The “adventure” of the names of Oran’s squares (Algeria)
Fadila Kettaf

Résumés

Cet article examine les places d’Oran à travers leurs noms. Le champ toponymique représente une approche importante de l’analyse du processus de formation des espaces de la ville. La toponymie est un élément clé dans l’appropriation d’un espace urbain tant elle façonne progressivement une mémoire collective et impacte significativement la vie urbaine. Dans cet article, nous tentons de retracer en quelque sorte “l’aventure” des noms des places pour saisir leur émergence, leur importance, leur signification. Nous empruntons le terme “aventure” à Christian Topalov et al (2010), car il nous semble exprimer l’idée d’un cheminement parcouru, fait de permanences ou de changements d’usages selon les réalités urbaines que les noms ont pour rôle de désigner.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article est constitué d’extraits de ma thèse de doctorat en géographie et aménagement de l’espace dirigée par Raffaele Cattedra et soutenue le 9 décembre 2013 à l’Université Montpellier 3 Paul-Valéry et au laboratoire GRED (UM3 & IRD). Par cet article, je rends hommage au Professeur Jean-Marie Miossec, président de la soutenance, qui a particulièrement apprécié cette « aventure » des appellations des lieux.

Texte intégral

Introduction

1Oran est la ville d’Algérie dont l’apparence était la plus européenne, écrivait l’historien Charles André Julien (1979, p. 255). Elle a connu plusieurs périodes d’urbanisation, notamment sous les pouvoirs espagnol (1509-1708, 1732-1790), ottoman (1708-1732, 1790-1831), français (1831-1962) et finalement algérien (après 1962). Chaque nouvelle occupation a produit de nouveaux espaces urbains qui ont été réappropriés, modifiés et/ou réaménagés par l’occupation suivante. Cette sédimentation de territorialisations successives marque fortement le paysage urbain d’Oran, la distinguant remarquablement des autres villes d’Algérie.

  • 1 Les opérations d’aménagement urbain menées à Oran sont perçues notamment par les architectes comme (...)

2Dans cette ville millénaire à multiple héritage, les places constituèrent jusqu’aux années 1940 des espaces urbains essentiels dans l’organisation et la structure de la ville. L’occupation française illustre, cependant, la période la plus significative de production des places publiques, notamment à partir de la deuxième moitié du XIXe siècle, quand la ville, passant du pouvoir militaire à l’administration civile, s’étendit hors les murs. Les espaces publics « à la française » constituent, en effet, l’essentiel du fondement de l’espace urbain oranais contemporain. Dans un premier temps (1831-1870), le dessin de la ville porté principalement par les officiers du Génie se réfère aux principes de la ville régulière, ordonnancée et aérée, largement développés au cours du XVIIIe siècle en Europe (Lespès, 1938 ; Tsakopoulos, 1994 ; Malverti, 1994 ; Picard, 1994). Mais, dans cette période marquée par l’incertitude et la précarité de la situation française en Algérie, la construction de l’espace urbain se faisait au fur et à mesure du développement de la ville, sans grand dessein et sans plan d’ensemble. Dans une deuxième phase (1870-1922), l’aménagement de l’espace urbain s’est appuyé sur le grand dessin et la monumentalité. Cet urbanisme paraît s’inspirer quelque peu du modèle haussmannien avec ses grands boulevards, places et squares1. Dans un troisième moment (1922-1940), c’est la pratique de planification et l’établissement des Plans d’Aménagement, d’Embellissement et d’Extension (PAEE) qui s’appliquent, conformément à la loi française d’urbanisme dite de Cornudet de 1919 et à son adoption en Algérie en 1922 (Lespès, 1938 ; Frey, 2004). L’urbanisme moderne fit ainsi son entrée, dès les années 1940, d’abord avec ses hauts immeubles résidentiels greffés dans les tissus existants, et ensuite avec ses grands ensembles d’habitat qui s’imposent jusqu’à l’heure actuelle comme l’outil fondamental de la construction de la ville (Deluz, 1988 ; Semmoud, 2001; Bendjelid, 2010).

3Faisant partie intégrante d’un réseau continu et hiérarchisé des espaces publics, les places d’Oran sont diverses et chacune d’entre elles revêt un ou plusieurs rôles dans l’organisation de la structure urbaine. Ce réseau fut fortement influencé à la fois par la géographie tourmentée du site, par les traces de la ville existante, par les modèles urbains et architecturaux inhérents à chaque période et par des considérations politico-économiques. Ainsi, une typologie des places d’Oran se dégage: les places qui sont construites aux portes de la ville, celles qui symbolisent la puissance coloniale, celles qui servent d’écrin à des édifices et monuments importants, celles qui articulent différentes structures viaires, celles qui servent de parvis d’églises, celles qui aèrent et ponctuent les grands parcours, et enfin, celles qui structurent de larges lotissements. Elles sont des places d’embellissement et de desserrement urbain, mais aussi des espaces où s’exprime la sociabilité européenne, et comment celle-ci évolue du temps de la colonisation au temps de l’indépendance du pays (Kettaf, 2015).

4Si l'on examine leur histoire et leur toponymie, on s’aperçoit qu’elles ont connu plusieurs temps forts de composition et de recomposition, arborant de nouvelles appellations, que l’on peut saisir comme des traces, des emblèmes de chaque passage dans un processus de territorialisation et d’appropriation de l’histoire de la ville. Depuis leur formation, la variation des noms qui leur ont été affectés et les transformations qui les ont marquées illustrent la succession d’interventions sur l’espace public et ont considérablement influencé leur usage. Plus prosaïquement, cela a façonné une mémoire collective des places et renforcé durablement leur caractère emblématique.

5Le champ toponymique se révèle une approche importante de l’analyse du processus de formation des espaces de la ville. Une démarche qui, comme le dit bien Brigitte Marin, ʺconsiste à partir des mots, du langage, [à] comprendre les dynamiques sociales et les transformations urbainesʺ (2003, p. 3). Certes, nous n’avons pas appréhendé notre étude d’après cette approche approfondie. Elle nécessiterait, selon B. Marin, de nouveaux cadrages des objets et différents angles et méthodes d’analyse. L’étude présentée ici s’intéresse, en particulier, aux changements toponymiques tout en retraçant l’histoire de la ville au rythme d’évènements politiques, de changement de régime ou de chute du pouvoir en place. De cette aventure des noms des places, nous tentons de présenter quelques indications sur les significations qui leur ont été données au fil du temps, de proposer des hypothèses qui pourraient ouvrir de nouveaux champs de recherche encore très peu explorés en Algérie.

6Pour lire les noms des places d’Oran, leurs changements et leurs significations, nous nous sommes servis principalement des sources et matériaux suivants :

7Pour la période espagnole : plan d’Oran de 1732 présenté dans l’ouvrage de René Lespès (1938) et description d’Eugène Cruck (1958) d’une nomenclature des rues de la ville, donnée en 1789 par un écrivain espagnol Don Luis Roel.

8Pour la période française : cartes et plans d’Oran établis depuis 1831, notamment: plan de nivellement et d’alignement de 1840 dressé par l’ingénieur Aucour ; plan cadastral de 1866 relevé par M. Durant géomètre d’Oran, plan de la ville de 1880 présenté par l’Association Française pour l’Avancement des Sciences au Congrès d’Oran de 1888, plan cadastral des années 1930-1936 dressé par la Société des plans régulateurs des villes M.M. Danger F.F. Paris, et plans généraux de 1958 et de 1959 dessinés par la 53e Batterie géographique autonome d’Oran ; ouvrages d’Isidore Derrien (1886), de René Lespès (1938), d’Eugene Cruck (1958) et d’Alfred Salinas (2004).

9Pour la période d’après l’indépendance : plans d’Oran au 1/7.500 édités par l’Institut National de Cartographie et de Télédétection de 1992 et de 2000, et liste officielle répertoriée par l’Association Bel Horizon établie à Oran.

Usages toponymiques en Algérie

10Selon Farid Benramdane et Brahim Atoui (2005), les usages toponymiques en Algérie peuvent être déclinés comme suit: changement de noms des lieux existants, création de nouveaux noms, survivance des toponymes de souche française coloniale, émergence de noms parallèles, création spontanée populaire de noms en l’absence de noms officiels, concurrence des noms pour les nouveaux espaces, algérianisation des anciens noms français, multiplicité des écritures pour un même nom, etc. Examiner les noms des places, c’est attribuer une dimension historicisée, mais aussi politisée à un espace fabriqué “du point géographique et événementiel, par de forts enchaînements historiques d’occupation / libération / réoccupation des lieux et de leur ré/dé/nominations” (Benramdane et Atoui, 2005, p. 7).

11Les facteurs historiques, politiques, culturels ont remodelé le paysage toponymique des espaces de la ville. L’activité toponymique constituait un enjeu politique aussi bien pour l’administration coloniale que pour l’Algérie indépendante. Les espaces sont appropriés linguistiquement et politiquement ; ils sont habillés d’une toponymie qui véhicule des valeurs historiques, politiques et culturelles nouvelles. En cent trente ans de colonisation, la France a changé plusieurs fois de régime et de politique urbaine, provoquant de multiples transformations des usages toponymiques en Algérie (Benramdane et Atoui, 2005). Les places d’Oran conçues ou transformées par les Français portent les mêmes noms que leurs semblables françaises. Leurs toponymes sont associés aux noms de figures emblématiques ou aux évènements politiques importants que les édiles du moment ont voulu honorer. En se réappropriant son espace, l’Algérie libre procéda depuis 1963 au changement toponymique des places, surtout de celles qui évoquaient les noms et évènements inhérents au triomphe colonial. Les places furent ainsi rebaptisées avec de nouveaux noms qui commémorent des évènements ou héros liés à la guerre de libération algérienne. Cependant, des variations existent selon les époques, les conditions politiques et les situations, que nous ne pouvons ici décrypter avec précision.

Dénomination des espaces urbains sous les occupations : espagnole et française

12Les noms des rues et places espagnoles exprimaient tantôt l’usage, tantôt un lieu vers lequel la rue menait, tantôt un caractère distinctif. Les relire, comme le remarque E. Cruck est une “charmante et instructive évocation du passé ! ” (1958, p. 335). Ainsi, calle principal de la carrera (rue principale de la carrière) désignait la rue qui menait vers la carrière d’Oran ; Paseo del principe y de la princessa (promenade du prince et de la princesse) était attribué certainement à une promenade qui longeait l’oued Rehhi au pied de l’enceinte espagnole ; calle de los calabocillos (rue des petits cachots), correspondait à la rue où se trouvait les prisons ; Barrio de los gitanos (quartier des gitans) désignait probablement une dominance ethnique d’un quartier. C’est, en effet, l’usage de l’espace ou sa caractéristique dominante qui déterminaient le nom du lieu, à l’exemple de : plaza del marcado ou de la verdura (place du marché ou places aux herbes), plaza mayor (place principale) et de plaza del Yglesia Mayor (place de l’église principale). Ces dénominations ne nous rappellent-elles pas les appellations vernaculaires comme celles usitées dans les villes médiévales ?

13Dès la prise d’Oran par les Français, tous les noms espagnols furent changés, remplacés par des noms quelque peu de même nature. Il s’agit d’une véritable reterritorialisation de la ville. Pour certains noms, ils évoquaient, comme leurs homologues espagnols, un élément qui caractérisait le site. La Calle principal de la carrera menant à la vieille Casbah fut renommée rue du Vieux-Château. D’autres toponymes portaient des noms de lieux ou de villes étrangères comme les rues de Montebello, de Dresde, de la Moscova, de Médine, de Madrid, de Berlin, de Londres, de Rivoli, de Turin, de Gênes, de Milan, de Naples, de Vienne, d’Austerlitz, de Wagram … ou impasses de Lisbonne, de Wagram… Le Barrio de los gitanos se nommera, selon l’hypothèse donnée par Cruck (1958), rue Tagliamento (nom d’un fleuve italien). Si nous ne pouvons émettre une hypothèse pour interpréter le choix de ces toponymes, il est important de relever que ceux-ci ne correspondaient ni à une dénomination honorifique, ni à une glorification de personnalités politiques (si ce n’est des saints), ni à un devoir de mémoire issu d’une volonté de perpétuer le souvenir d’une quelconque illustre personnalité. Néanmoins, c’était une pratique très courante de donner aux rues des noms de lieux.

14Comme quelques rues, les noms donnés aux toutes premières places réaménagées ou nouvellement conçues dans l’Oran espagnol, paraissent aussi s’appuyer sur une caractéristique dominante des lieux où elles s’étaient insérées. Ces désignations indiquent clairement leur ancrage géographique et leur signification urbaine. Pendant la première période de l’occupation française, entre 1840 et 1848, se présentent deux catégories relatives à la dénomination des places:

15A- Celles qui sont réaménagées à l’intérieur des murs d’enceinte portaient principalement le nom d’un édifice important, d’une porte ou d’une activité commerciale qui leur est proche. Par l’installation de l’Hôpital militaire français aux abords de la plaza Mayor espagnole, cette dernière est renommée place de l’Hôpital. La place de l’Église borde l’église Saint-Louis construite sur ce qui restait de l’ancienne église Sainte-Marie de la Victoire des Espagnols. La place du Colysée est adossée à cet ancien théâtre de la Senora appelé le Colysée, la place des Carrières prend le même nom traduit en Français de la porte Bab el-Djiara (porte des chaufourniers), les places du marché aux bois et de la halle aux grains portent le nom de ces activités commerciales qui certainement s’activaient aux abords de la mosquée du Pacha et au pied du Château-Neuf.

16B- Celles qui sont créées ou projetées à l’extérieur des murs aux bords de ce qui allait devenir les futurs boulevards aux pieds des remparts furent désignées par des noms d’importants personnages français. À l’exemple des places Nemours et d’Orléans qui semblaient honorer le prince Louis d’Orléans, duc de Nemours, un militaire français qui se fit remarquer comme lieutenant général en Algérie entre 1834 et 1842 et participa à la prise de la ville de Constantine en 1836-37. Il en était de même pour la place Blanche, qui fut créée dans le quartier israélite ; une désignation qui pourrait correspondre au nom d’une reine de France du XIIIe siècle, Blanche de Castille, qui fut régente pendant la septième croisade menée en Palestine. Mais c’est aux deux places sommairement tracées qui bordaient les deux principales portes de la ville, respectivement celle de Bab es-Souk et celle de Canastel, que l’administration française a attribué des noms d’illustres Français de cette époque: de Napoléon, un leader politique de la Révolution française et de l’Empire, et de Kléber, un célèbre combattant tombé pour la Révolution. Ces nominations semblent avoir préfiguré les intentions politiques portées à ces deux espaces et aux transformations urbaines qui allaient en découler. Avec la construction de la Préfecture (1852) et du Grand hôtel de la Paix pour la place Kléber, et de l’Hôtel de Ville (1886) et du théâtre (1907) pour la place Napoléon, ces deux places sont devenues successivement les deux principales places de la ville française. La première constituait jusqu’aux années 1870 le centre de la ville dans le Vieil Oran espagnol remodelé. La deuxième symbolisait à partir de 1880 le nouveau centre de la ville nouvelle projetée hors les murs. Toutes deux incarnaient sans nul doute le triomphe colonial.

17Nous assistons alors à une terminologie nouvelle de qualification de l’espace urbain qui s’appuie principalement sur la pratique d’honorer des personnalités politiques, un usage que Cruck (1958) déplorait, car pour lui, les noms que donnaient les Anciens permettaient non seulement le repérage et l’identification, mais aussi informaient sur l’usage de ces espaces ; ils pérennisaient en somme la mémoire des lieux. Cet auteur écrit que les noms qui glorifient hommes ou évènements politiques  “hélas !comme feuille d’automne, ils sont les uns après les autres lamentablement dispersés dès que souffle en rafales le vent des passions politiques” (Cruck, 1958, p. 336). En effet, les espaces urbains oranais porteront successivement plusieurs appellations en étroite relation avec les mouvements et les évènements politiques produits en France.

18Entre 1848 et 1870, pendant la IIe République, les principaux boulevards, rues, et places qui se sont progressivement édifiés portaient des noms ou évènements qui représentaient le Second Empire français. À l’instar des places Kléber et Napoléon, ce sont principalement les boulevards Malakoff et de l’Empereur, ainsi que les places Impériale et Saint-Arnaud. Quant à la place Lolotte dessinée dans le quartier nouveau de Saint-Antoine, nous n’avons aucune indication qui explique l’origine de son nom.

19L’avènement de la IIIe République en 1870 et l’arrivée des républicains au pouvoir marque un tournant significatif dans l’attribution toponymique des espaces urbains. Quand la ville commença à être gouvernée par une municipalité démocratique, à partir de 1880, tous les espaces dont les noms évoquaient les représentants du Second Empire furent débaptisés pour porter de nouvelles dénominations. Ainsi, pour chasser les souvenirs de l’Empire, la place Impériale devient place de la République. La Place Napoléon prend le nom de Place de la Révolution, mais maintient son ancien nom de Place d’Armes. La place Saint-Arnaud prend le nom de Place Hoche et la Place Lolotte celui de la Liberté. Le boulevard Impérial devient celui de National. Sauf pour la place Kléber qui maintiendra son nom initial, car celui-ci honorait un martyr de la Révolution française. La mise à l’honneur de cette dernière reste une pratique permanente de l’administration française. Ainsi, plusieurs places porteront des noms qui l’évoquent, comme la place des Victoires, la Place de la Bastille, ou Place Sébastopol. D’autres places porteront des noms de « têtes » qui ont gouverné la ville, ou contribué au progrès de la science. Ainsi le square Garbé porte le nom de Charles Théodore Vicomte Garbé, secrétaire général et préfet de 1845 à 1850, puis conseiller général et maire d’Oran de 1867 à 1868. Celui-ci fut, selon E. Cruck (1958), un fervent défenseur de la ville et un éminent personnage dévoué au bien-être des Oranais et surtout de ceux qui furent victimes de la famine et l’épidémie du typhus qui ont marqué cette période ; il fut lui-même emporté par cette maladie le 7 avril 1868. Quant à la Place de l’Hôpital qui fut rebaptisée Place de la Perle, nous n’avons aucune indication qui explique cette dénomination.

20La période de l’entre-deux-guerres fut aussi marquée par des transformations toponymiques. La Place de la Révolution (place d’Armes) est rebaptisée Place du Maréchal Foch et le boulevard National devient celui de Maréchal Joffre : des noms de personnalités militaires qui ont marqué l’histoire de la Première Guerre mondiale. Le boulevard du Sud, celui qui fut la Tahtaha du quartier arabe, sera baptisé boulevard Joseph Andrieu, du nom de celui qui fut maire d’Oran entre 1870 et 1871. “Désavoué par le conseil municipal, suite à son appui au Gouverneur Gueydon Général favorable au régime militaire”, ce maire dut démissionner, écrit M.K. Rouina (2006). Il semble qu’il fut réhabilité en donnant son nom à une place importante. Un nouveau square décoré par un monument aux Morts porte le nom de square du Souvenir en mémoire des combattants tombés pour la France. D’autres places mettent à l’honneur des figures qui ont dessiné ou gouverné la ville. Le nom du square Émile Cayla est associé à celui du dessinateur du plan d’embellissement d’Oran présenté en 1893. Le square Lyautey porte le nom du « grand bâtisseur » qui, écrit Cruck (1958, p. 282), commanda la Division d’Oran de 1906 à 1908 avant de « pacifier » le Maroc ; il est orné d’une statue à son effigie. Le Boulevard Malakoff fut rebaptisé Dr Jules Molle, docteur en médecine, fondateur de la «Ligue Latine » dans les années 1920 et militant pour l’union des « Latins » d’Algérie (Français, Espagnols, Italiens, Maltais) contre les juifs, qui fut élu maire et puis député d’Oran de 1925 (ou 1921) à 1931.

21La France socialiste d’après la Seconde Guerre mondiale apporte aussi son lot de changements. Le boulevard Dr Molle fut renommé  boulevard Stalingrad, au nom de la nouvelle capitale du pouvoir communiste de l’Union des républiques socialistes soviétiques. Selon Alfred Salinas (2004), le parti radical de l’Oranie exerçait, notamment entre 1944 et 1948, une influence importante dans la municipalité, qui sous l’impulsion de Gandolphe, un éminent avocat, bénéficia d’une grande sympathie. Bâtonnier d’Oran de 1924 à 1927, puis exerçant un poste à titre d’intérimaire entre 1940 et 1943, Gandolphe fut une figure importante de ce parti. Le square Garbé où la fédération radicale avait son siège fut débaptisé en 1946 pour prendre le nom de « Gastonnet » Gandolphe, en mémoire du fils dudit Gandolphe, qui mourut noyé en tentant de sauver une amie emportée par la mer (Salinas, 2004, p. 255). La place Dr Roux, bordant l’hôpital civil de la ville, porte le nom de cet illustre médecin français et collaborateur de Pasteur, qui a découvert le traitement contre la diphtérie et dirigé l’Institut Pasteur de 1904 à 1933.

Réappropriation territoriale et nouvelle dénomination des espaces après l’indépendance

  • 2 Une série de textes sont venus progressivement le compléter, le dernier en date est celui de l’arrê (...)

22En renommant les lieux, l’homme reprend possession de son espace. À son tour et pour rompre avec le passé colonial, l’Algérie indépendante procéda au changement toponymique des places, surtout de celles qui évoquaient les noms et évènements inhérents au triomphe colonial, en calquant la même politique menée autrefois par la puissance française. Les places seront débaptisées et porteront des noms de personnages, dates ou faits liés à la Révolution algérienne. Le premier texte réglementaire correspondant aux noms des lieux fut établi par le Décret du 5 avril 1963 relatif aux hommages publics2.

23Si les places d’Oran sont dénommées par des figures ou des évènements qui ont honoré la guerre de libération, chaque nouveau nom semble avoir été déterminé en analogie avec ce que représentait son ancien nom. Ainsi, la Place Maréchal Foch, qui symbolisait depuis sa création le vainqueur colonial, mémorisera la date du déclenchement de la Révolution algérienne : elle sera rebaptisée Place du 1er Novembre 1954. La Place de la Bastille qui évoquait la Révolution française sera dénommée Place du Maghreb, alléguant certainement la reconstruction de celui-ci. La place Jeanne d’Arc qui portait le nom de l’héroïne de l'histoire de France en tant que chef de guerre et sainte de l'Église catholique au XVe siècle portera le nom de Place Kahina, valeureuse guerrière berbère des Aurès de la fin du VIIe siècle. La place des Victoires est rebaptisée Place Abdelmalek Ramdane et la Place Hoche est renommée Place Commandant Medjdoub : deux places qui honorent toutes les deux des martyrs de la guerre de libération. L’Esplanade Joseph Andrieu sera baptisée Esplanade de l’Indépendance sans doute en raison de son appartenance à un haut lieu de la résistance algérienne. Le square Gandolphe qui honorait un fameux avocat sera dénommé maître Thuveny, un avocat français qui, selon Abdelkader Ougouag, fut assassiné au Maroc pour avoir défendu les nationalistes algériens. Cet avocat apporta dans les années 1950 son assistance au Comité d’avocats algériens qui défendait les membres de l’Organisation secrète (OS) algérienne (Ougouag, 1993). D’autres places portent des noms de villes des pays d’Afrique qui ont fortement soutenu la Révolution algérienne. Le square du Souvenir portera le nom de Bamako probablement en référence à la participation d’une délégation de femmes algériennes au congrès de Bamako du 19 janvier 1960. Le square Lyautey prend le nom de Place Port-Saïd – ville égyptienne du canal de Suez – nom qui remémore la nationalisation en 1956 de la Compagnie du canal par le président égyptien Gamal Abdel Nasser.

24Les circonstances exactes qui ont motivé le choix de ces toponymies nous sont toutefois inconnues. Les travaux liés à la toponymie urbaine, en particulier celle relative aux noms des voies de communication, sont quasi inexistants. Néanmoins, les études menées par Brahim Atoui (1996, 2004) peuvent constituer une référence utile et nous éclairer sur les pratiques toponymiques appliquées en Algérie.

25En analysant ce qu’il appelle les odonymes d’Alger, B. Atoui (2004) porte une critique acerbe à l’encontre des politiques odonymiques menées après l’indépendance. L’odonymie est définie, selon lui, “comme l’étude de la toponymie urbaine” associée aux voies de communication (Atoui, p. 23). Après avoir passé en revue la politique nationale de dénomination et de normalisation des noms des lieux, il écrit que l’attribution toponymique en Algérie s’est faite dans la précipitation, en ne suivant aucune règle, si ce n’est celle de la dé-baptisation de noms coloniaux et celle de glorification des martyrs de la révolution. Toujours Atoui relève la pauvreté des noms en nombre et en qualité. Il précise ainsi que le nombre d’odonymes n’a guère changé depuis le temps de la France et que du point de vue de la qualité, ces dénominations illustrent un manque d’effort d’imagination, car elles n’ont puisé que dans l’histoire récente de l’Algérie. Le passé ancien est totalement absent et l’ouverture sur le monde est très peu marquée dans le paysage toponymique local, remarquera-t-il. Il ajoute aussi que l’attribution de noms de personnalités historiques à des lieux est souvent en disproportion avec leur stature réelle (Atoui 2004, p. 40-44).

26À Oran, malgré l’attribution officielle de nouveaux noms aux places, c’est toujours les dénominations anciennes qui persistent dans le langage courant des Oranais. Les enquêtes que nous avons menées aussi bien par les entretiens que par les questionnaires indiquent clairement que les habitants et les usagers ordinaires de la ville méconnaissent les nouveaux noms des places ; l’absence de plaques ou de moyens d’identification sur les lieux peut en partie expliquer cette situation. La Place du 1er Novembre 1954 est toujours appelée place d’Armes, celle de l’Indépendance garde son ancien nom arabe de Tahtaha. Les places de la Bastille, des Victoires et Hoche, maintiennent leurs noms, sauf pour la première qui est parfois désignée aussi par place de « la grande poste », en rapport au bâtiment public de la Poste qui lui fait face (tableau 1).

Tableau 1 : Aventure des noms des principales places d’Oran.

Période française

Après l’indépendance

Noms officiels

Noms dans le langage populaire

-1840

1840-1848

1848-1870

1880-1920

1920-

1962 -

Principal

De l’Hôpital

De l’Hôpital

De la Perle

De la Perle

Echeikh Abdelkader

De la Perle

D’Armes

Napoléon

Napoléon

De la Révolution

(ou d’Armes)

Maréchal Foch

du 1er Novembre 1954

D’Armes

Kléber

Kléber

Kléber

Kléber

Boudali Hasni

Kléber

Impériale

De la République

De la République

ANP

(Armée Nationale Populaire)

Des Quinconces

Des Quinconces

Des Quinconces

Frères Bekhada

Saint-Arnaud

Hoche

Hoche

Cdt Medjdoub 

Hoche

Des Victoires

Des Victoires

Abdelmalek Ramdane

Des Victoires

Du Saint-Esprit

De la Bastille

De la Bastille

du Maghreb

De la poste

Jeanne d’Arc

Kahina

De la cathédrale

Tahtaha

Bd du Sud

Bd Joseph

Andrieu

Bd de l’Indépendance

Tahtaha

Du souvenir

Bamako

Lyautey

Port-Saïd

Des crémeries

27Cette désignation renvoyant à un édifice public est, en effet, assez répandue. L’exemple le plus frappant est celui de la place Kahina. Ni ce nouveau nom ni son ancien nom de Jeanne d’Arc ne sont connus et utilisés par les Oranais. Cette place est appelée place de la cathédrale en raison de la présence de l’imposante cathédrale du Sacré-Cœur. La place d’Armes est aussi désignée parfois par la place de la Mairie, du bâtiment monumental qui fut au temps des Français l’Hôtel de Ville. Le square Port-Saïd, ex-Lyautey, est connu uniquement par la place des crémeries à cause de deux glaciers qui l’occupent depuis les années 1980. Un square sans nom est appelé square de la punaise de par la forme en punaise du petit monument posé en son centre.

28Aujourd’hui, beaucoup de lieux urbains sont indiqués par différents éléments qui peuvent les caractériser. Cette situation est d’autant plus forte dans les nouveaux quartiers, construits après l’indépendance, dont les rues sont rarement dénommées. En l’absence de dénomination officielle, l’usage impose des appellations diverses, comme le dit très justement Atoui (2004). Les habitants attribuent spontanément des noms aux espaces, notamment à ceux qui leur servent de repère. Ainsi, voies, places, et ronds-points en particulier, sont nommés soit par le type d’équipement qui leur fait face, soit par le nom du quartier qui les jouxte, soit par un élément qui les orne. Rond-point centre commercial d’el Morchid, rond-point clinique Nakkache, rond-point cité Jamel, rond-point des HLM, rond-point e-nakhla (du palmier), rond-point Sheraton, rond-point Méridien, sont autant d’exemples qui illustrent une forme de « compétence » des habitants d’octroyer des « noms » à des espaces que nous pouvons qualifier de non-lieux. Un espace ne devient lieu que s’il lui est attribué un nom reconnaissable et significatif.

En guise de conclusion

29Les places d’Oran s’illustrent par la variation de leurs noms qui symbolisent chaque passage marqué par un évènement politique, un changement de régime ou une chute de pouvoir. Les noms des places d’Oran incarnent dans cette évolution à travers l’histoire de la ville, une fonction symbolique d’appropriation territoriale.

30Les noms de lieux sont des éléments essentiels de la mémoire collective. À ce propos, Maurice Halbwachs écrit que “Les hommes vivant en société usent des mots dont ils comprennent le sens : c’est la condition de la pensée collective. Or, chaque mot (compris) s’accompagne de souvenirs, et il n’y a pas de souvenirs auxquels nous ne puissions faire correspondre des mots” (cité par Atoui 2004, p. 48). Cet extrait nous éclaire sur l’importance des noms donnés aux places, de leur diffusion à temps par des plaques apposées sur les lieux et de leur mise en valeur par des statues ou autres objets commémoratifs : en témoigne le rond-point appelé Zabana, le seul rond-point parmi les nombreux ronds-points réalisés après l’indépendance qui est baptisé officiellement. La stature de feu Ahmed Zabana en tant que fils d’Oran et grand martyr de la révolution algérienne, et sa mise à l’honneur par une statue à son effigie se dressant au milieu du rond-point semblent participer à la concordance entre usage officiel et usage local.

Haut de page

Bibliographie

Atoui B., 2005, ʺL’odonyme d’Alger : passé et présent. Quels enseignements ?ʺ, in : Benramdane F. Atoui B. (coord.), Nomination et dénomination : des noms de lieux, de tribus et de personnes en Algérie, Oran, CRASC, 23-51.

Bendjelid A. (dir.), 2010. Villes d’Algérie : formation, vie urbaine et aménagement, Oran, CRASC.

Benramdane F., Atoui B. (coord.), 2005, Nomination et dénomination : des noms de lieux, de tribus et de personnes en Algérie, Oran, CRASC.

Cruck E., 1959, Oran et les témoins de son passé : récits historiques et anecdotiques avec un plan de la ville, Oran, Heintz Frères.

Deluz J.-J., 1988, L’Urbanisme et l’architecture d’Alger, Liège, Mardaga.

Frey J.-P., 2004, ʺFigures et plans d’Oran 1931-1936 ou les années de tous les « Danger »ʺ, Insaniyat-CRASC, N°23-24, 111-134.

Julien C. A., 1979, Histoire de l’Algérie contemporaine, Paris, PUF (2e édition).

Kettaf F.,  ʺLa fabrique des espaces publics. Conceptions, formes et usages des places d’Oran (Algérie)ʺ, Les Cahiers d’EMAM [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 16 juillet 2015. URL : http://journals.openedition.org/emam/995 ; DOI : 10.4000/emam.995.

Kettaf F., 2013, La fabrique des espaces publics : Conceptions, formes et usages des places d’Oran, Thèse de doctorat en Géographie et Aménagement de l’espace, 9 décembre 2013, Montpellier, Université Paul-Valéry.

Lespès R., 1938, Oran, étude de géographie et d’histoire urbaines, Paris, Félix Alcan (réédition Oran, Bel Horizon 2003).

Malverti X., 1994, ʺLes officiers du Génie et le dessin de villes en Algérie (1830-1870)ʺ, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RMMM), N°73-74, 229-244.

Marin, B., 2003, ʺPrésentationʺ, Cahiers Les Mots de la ville, N°5 spécial « Italie », 3-5.

Ougouag A., 1993, Les grands procès, Alger, Dahlab.

Picard A., 1994a, ʺLe tracé viaire : les villes françaises en Algérie, 1840-1860ʺ, in : Ghorra-Gobin Cynthia (dir.), Penser la ville de demain : qu’est ce qui institue la ville ?, Paris, l’Harmattan, 65-73.

Picard A., 1994b, ʺArchitecture et urbanisme en Algérie. D'une rive à l'autre (1830-1962)ʺ, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RMMM), N°73-74, 121-136.

Salinas A., 2004, Oran la Joyeuse: Mémoires franco-andalouses d'une ville d'Algérie, Paris, l’Harmattan.

Semmoud N., 2001, Les stratégies d’appropriation de l’espace à Alger, Paris, L’Harmattan.

Topalov C., Coudroy de Lille L., Depaule J.-C., Marin B. (dir.), 2010, L’Aventure des mots de la ville à travers le temps, les langues, les sociétés, Paris, Robert Laffont.

Tsakopoulos P., 1994, ʺTechniques d’intervention et appropriation de l’espace traditionnel : l’urbanisme militaire des expéditions françaises en méditerranéeʺ, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée (RMMM), N°73-74, 209-227.

Documents cartographiques et iconographiques

Croquis de proposition de nivellement et d’alignement du boulevard du Ravin de 1844, 1846 et de 1849 : Aix en Provence : ANOM.

Plan de nivellement et d’alignement des rues d’Oran, 1 : 1.000. Oran : Ponts et chaussées (établi par l’ingénieur Aucour). 1840 : Aix en Provence : ANOM.

Plans d’Oran cadastraux, 1 :1.000. Oran : Service de la Topographie (relevé par le géomètre Durant), 1866. Oran : Cadastre d’Oran.

Plan d’Oran, 1 :5.000. Oran : Edition inconnue, 1890.

Plan de la ville de 1880 présenté par l’Association Française pour l’Avancement des Sciences au Congrès d’Oran de 1888.

Plans d’Oran cadastraux, 1 :500. Paris : Société des plans régulateurs de Villes M.M. Danger F.F, 1930-1936. Oran : Archives communales.

Plan d’Oran, 1 :10.000. Edition II. juin 1958. Oran : 53e Batterie de Géographie Autonome.

Plan d’Oran, 1 :20.000. Edition III. mars 1959. Oran : 53e Batterie de Géographie Autonome.

Plan d’Oran, 1 : 7.500. Edition I. 1992. Alger : Institut National de Cartographie et de Télédétection.

Plan d’Oran, 1 : 7.500. Edition II. 2000. Alger : Institut National de Cartographie et de Télédétection.

Haut de page

Notes

1 Les opérations d’aménagement urbain menées à Oran sont perçues notamment par les architectes comme l’imitation du modèle parisien. Cependant, le caractère haussmannien de ces opérations n’a fait l’objet d’aucune recherche minutieuse pour examiner dans quelle mesure le fameux décret de 1852 relatif aux rues de Paris a été appliqué aux rues d’Oran.

2 Une série de textes sont venus progressivement le compléter, le dernier en date est celui de l’arrêté interministériel du 4 février 1998 fixant les modalités et les critères de propositions de dénomination et de dé-baptisation des lieux et des édifices publics. Ce texte renforce le rôle du Ministère des Anciens Moudjahidines dans cette action de dénomination des lieux (cf. Atoui 2004).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fadila Kettaf, « Pour une “aventure” des noms des places d’Oran (Algérie) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 18 décembre 2017, consulté le 20 octobre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28835

Haut de page

Auteur

Fadila Kettaf

Architecte-urbaniste
Maître de conférences au Département d’architecture
Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf (USTO-MB), Algeria
Membre associé à UMR GRED/IRD Montpellier
fkettaf@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page