Navigation – Plan du site
2018
839

Les résidences fermées dans les périphéries d’Alger, produits d’un impératif sécuritaire et de disparités sociales

Gated communities in the suburbs of Algiers, products of social disparities and a security imperative
Atika Benazzouz-Belhai et Nadia Djelal

Résumés

Cette recherche consiste à apporter un éclairage sur les contextes à l'origine de la prolifération des résidences fermées et sécurisées à Alger et à dégager leurs spécificités. Si l'instabilité politique et le climat d'insécurité qu'a vécus l'Algérie et d'une manière particulière les communes de la périphérie constituant la zone d’expansion urbaine d'Alger, entre les années 1988 et 1997, ont été à l'origine de l'essor de ces communautés fermées, la crise du logement et les importants programmes des promoteurs immobiliers sont à l'origine de leur évolution notable et de leur propagation vers d'autres wilayas de l'Algérie. De nos jours, habiter dans ces résidences de luxe constitue un signe d’appartenance à un certain rang social. Elles sont aujourd’hui souvent critiquées pour être un indice de ségrégation sociale et parfois porteuses de germes de ségrégation résidentielle et de fragmentation urbaine.

Haut de page

Texte intégral

Les auteures remercient tout particulièrement Claude Chaline et Éric Charmes pour leurs précieux conseils tout au long de la réalisation de ce travail. Elles remercient également Nabila Mahfouf pour sa contribution à la réalisation d’une partie de l’enquête terrain.

Introduction

1Les résidences fermées font référence au modèle américain d’urbanisation enclose que sont les « gated communities ». Ces complexes résidentiels clôturés sont une forme d’appropriation et d’organisation spatiale de l’habitat et des habitants reposant sur un intérêt commun de sécurisation et de repli sur soi communautaire suscitant la fabrication « des clubs résidentiels gérés privativement et protégés par des clôtures placées sous vidéosurveillance » (Charmes, 2005).

2Ce phénomène de l’auto-enfermement résidentiel ne semble pas si nouveau car les rues privées fermées existaient depuis longtemps : Renaud Le Goix (2013) renvoie ainsi aux villes fortifiées médiévales et aux villas parisiennes du milieu du XIXe siècle ; des formes d’enclosure ont également existé en Algérie. En revanche, la diffusion planétaire de cette innovation américaine et l’adaptation de ce mode d’habiter aux classes moyennes supérieures sont plus récentes (Blakely et Snyder, 1997 ; Madoré, 2004).

  • 1 La wilaya est l’équivalent d’un département français. Celle d’Alger s’étale sur une superficie de 8 (...)

3De nos jours, la dynamique de croissance périurbaine et l’internationalisation des pratiques de fermeture résidentielle ont suscité un essor important du phénomène et sa relative banalisation, aussi bien du point de vue géographique que social et sous des formes et des échelles très différentes, dans les grandes villes de tous les continents, tout en étant adaptées aux contextes économiques et socioculturels locaux (Madoré et Glasze, 2003 ; Glasze et al., 2006). Par ailleurs, si les résidences fermées ont motivé de nombreux travaux de chercheurs dans le monde (Glasze et Alkhayyal, 2002 ; Glasze, 2003 ; Madoré, 2004 ; Le Goix 2005, Charmes, 2007 ; Ghorin-Gobin, 2010 ; Gamal-Said, 2013), aucun bilan exhaustif de l’auto-enfermement résidentiel n’existe réellement, même si des efforts sont réalisés pour mieux connaître le phénomène (Billard et al., 2005 ; Dorier-Apprill et al., 2008 ; Madoré, 2010). Il semble que l’Algérie n’est pas en reste dans cette nouvelle tentation du « mur ». Bien que cette forme d’organisation de l’habitat remonte aux années 1970/1980 et que le diagnostic des offres immobilières révèle une évolution notable de ces résidences dans les communes périphériques de la wilaya1 d’Alger et même une diffusion vers d’autres wilayas de l’Algérie, la recherche en est à ses prémices et les chercheurs qui ont abordé ce phénomène sont rares (Hathout, 2009).

4Le premier aspect frappant de ce modèle d’enclave résidentielle connue en Algérie sous l’appellation de « résidence », demeure la présence de la clôture, la privatisation de l’espace public (rues, plages, parcs, terrains de jeux…), le verrouillage des portails au moins la nuit et la restriction d’accès aux seuls résidents et leurs invités. L’édification de la clôture (mur ou grille) et le contrôle d’accès par une porte souvent gardée sont ressentis comme une nécessité pour se mettre à l’abri des autres et jouent le rôle d'une frontière qui délimite la résidence par un obstacle physique du reste du territoire (Retaillé, 2011). Ce sont aussi les principaux éléments à l’origine de tout un vocabulaire qui les identifie, tel que communautés fermées, résidences sécurisées, ghettos, enclaves, isolats, clubs, etc.

5L’adoption de ce nouveau mode d’habiter répond-elle à la recherche d’une sécurité que la ville n’offre plus ? Est-elle l’expression d’une résurgence de l’entre-soi qui, au travers de tels regroupements, permet aux résidents de se reconnaître, d’imposer et asseoir leur ascension sociale ? Constitue-t-elle un produit si désiré aux qualités souvent vantées au point de susciter un engouement pour y accéder ? Cherchant d’abord à déceler les contextes à l’origine de leur genèse et de leur essor, cet article propose ensuite un état des lieux inédit des ensembles résidentiels fermés dans la zone d’expansion urbaine d’Alger, en donnant à voir leur variété aussi bien en termes de formes que de statuts.

Champ spatial d’analyse et méthodologie de l’enquête

  • 2 La ZEUA s’étale sur une superficie de 733,68 km², ce qui représente 90, 67 % de la surface totale d (...)
  • 3 En Algérie, le concept de périurbain ne constitue pas une catégorie statistique comme celle définie (...)
  • 4 On enregistrait de 7,3 % à Beni Messous et El Achour, 6,3 % à Ouled Fayet, 6,5 % à Dar El Beida, 3, (...)

6Le champ spatial d’analyse correspond aux communes de la Zone d’expansion urbaine de la wilaya d’Alger (ZEUA). Cette zone2 est constituée de 39 communes, structurées en deux couronnes dont la première regroupe 18 communes périphériques classées urbaines, intégrées aux limites de l’agglomération d’Alger, et la deuxième est composée de 21 communes périurbaines3. Les communes de la ZEUA demeurent attractives pour une population aux origines diverses et de niveaux socio-économiques différents, suite à la réalisation des équipements structurants et au développement de grands programmes d’habitat, tous types confondus. Entre 1998 et 2008, le taux d’accroissement annuel moyen de population (TAAM) est de 2,97 % dans la ZEUA. Une immense couronne périurbaine s’est mise en place autour de l’agglomération d’Alger avec des taux d’accroissement annuel moyens de la population parfois spectaculaires4 (Benazzouz-Belhai et al., 2014). Cette croissance est induite en grande partie par une dynamique résidentielle intra urbaine qui se traduit par un étalement spatial et un éclatement de la ville, mais aussi par des phénomènes de fragmentation et de ségrégation socio-spatiale (Benazzouz-Belhai et Djelal, 2013).

  • 5 Nous avons retenu les critères de définition d’un ensemble résidentiel fermé formulés par Renauld L (...)

7L’exploration et les enquêtes de terrain sont les principales méthodes adoptées pour réaliser cette recherche. Les visites conduites dans la ZEUA pour l’observation des formes d’enclosure et la gestion des contrôles d’accès, entre 2014 et 2016, ainsi que la série d’entretiens semi-directifs menés tant auprès des acteurs privés (les résidents, les représentants des promoteurs immobiliers, les dirigeants des agences immobilières) que des acteurs publics (les responsables des services d’urbanisme des Assemblés Populaires Communales [APC]) nous ont permis de dégager un ensemble d’indicateurs permettant d’éclairer la genèse et la propagation des ensembles résidentiels5 fermés et sécurisés. Pour l’essentiel, ces indicateurs sont :

  • la localisation géographique,

  • la morphologie du site,

  • l’étendue de leur superficie,

  • le statut juridique de l’assiette foncière occupée,

  • la période de leur réalisation,

  • le contexte économique et politique à l’origine de l’établissement de la clôture.

  • 6 Échelle développée par le psychologue américain Rensis Likert en 1932 pour mesurer les attitudes de (...)

8Afin de mesurer l’importance des indicateurs, nous avons adopté une codification pour les évaluer en leur attribuant une notation graduée de 1 à 5. Il s’agit d’une échelle de mesure de cinq points, de type Likert6, dont 1 exprime la valeur la plus faible de l’indicateur et 5 la valeur la plus importante et la plus remarquable, ce qui permet de renseigner des diagrammes en radar simple.

9Pour un complément d’informations nécessaires pour l’analyse et compte tenu de la variété des résidences fermées existantes et de l’étendue de la zone d’expansion urbaine d’Alger, deux terrains d’étude ont été sélectionnés. Une enquête et des entretiens semi-directifs auprès des résidents y ont été menés, auxquels s’ajoutent de nombreux relevés de terrain afin d’évaluer les incidences de la fermeture résidentielle sur les pratiques de vie au quotidien des résidents et leurs implications territoriales.

  • 7 Une enquête recourant à la méthode de la boule de neige a été effectuée auprès d’un échantillon com (...)

10Dans un premier temps, nous avons réalisé une enquête7 ménage auprès d’un échantillon de 45 familles résidant au sein de trois résidences fermées localisées à Birkhadem (figure 4), à dix kilomètres au sud-ouest du centre-ville d’Alger, et dont les caractéristiques sont représentées dans le tableau 1. Le questionnaire comportait vingt-sept questions organisées en trois grands ensembles. Le premier ensemble se rapportait à l’origine géographique, aux motifs d’installation dans ces résidences et au niveau socio-économique de ses habitants. Le deuxième ensemble visait la date de la création des résidences ainsi que les dispositifs mis en œuvre pour le contrôle d’accès. Enfin, le dernier ensemble s’attachait aux pratiques et aux mobilités journalières des résidents à l’intérieur et à l’extérieur des résidences.

Tableau 1 : Les caractéristiques des trois résidences à Birkhadem

Résidence

Situation

Topographie et superficie de site (en m²)

Accessibilité

Statut juridique de l’assiette

Nombre et superficie des lots (en m²)

Date de fermeture

Fermeture et type de surveillance

Les platanes

Nord-est de la commune

En pente

23 670

Impasse, son accès donne sur l’axe les frères Djilali

Coopérative immobilière (Cadres de l’État))

26 lots
300 ≤Sup≤ 1000

1999-2000

Mur + Caméra + portail + 04 vigiles 24/24

Bouchama

Sud-Est de la commune

En pente

11 278

Impasse, son accès donne sur la rue Sidi Mbarek

Héritage familial

15 lots
Sup ≤ 2500

1993

Portail manuel

Tewfik

Au sein d’un grand lotissement au Sud de la commune

Plat

11 435

Son accès donne sur le chemin Romain

Bien privé

(Groupe de particuliers)

17 lots
450 ≤Sup ≤650

1990-1994

Portail et plaque d’interdiction d’accès, propriété privé

Source : Benazzouz-Belhai, relevé de terrain et enquête par entretien

11Dans un second temps, nous avons effectué des entretiens semi-directifs auprès de 80 résidents au sein de la cité « 498 logements » sise dans la commune de Bab Ezzouar qui se situe à 16 kilomètres à l’est d’Alger (figure 2). L’objectif était de déterminer les causes de la propagation de la fermeture résidentielle dans les cités d’habitation collective.

La fermeture résidentielle, une pratique ancestrale en plein essor dans la Zone d’expansion urbaine d’Alger

12L'organisation spatiale des Algérois en communauté, selon leurs liens de parenté et/ou selon leurs origines tribales, relève d'un caractère pérenne et séculaire. De tels regroupements sont peut-être l’héritage d’une organisation sociale et spatiale ancestrale, où chaque ville qui se fermait la nuit, pour se protéger des dangers nocturnes et extérieurs, relevait soit d'une base religieuse, soit d'un système clanique, tout comme beaucoup de villes européennes jusqu’au XIXe siècle.

  • 8 À cette époque, la sécurité n’était assurée qu’à l’intérieur des murs ; les campagnes et les espace (...)
  • 9 Appellation des maisons de la casbah.
  • 10 L’entretien des espaces collectifs privés intérieurs de la douïra est pris en charge quotidiennemen (...)

13La fortification8 et « l’absence des inconnus dans la Casbah, souligne et accentue le caractère privé de cette ville pourtant importante » (Lesbet, 1985). De plus, ses douirates9 serrées les unes contre les autres, le long de rues sinueuses et d’impasses, étaient occupées par des ménages partageant un patio intérieur qu’on appelle « wast-ad-dar » (Ravéreau, 2007). L’accès à cet espace collectif vide entre le dedans et le dehors, doté d’un puits d’eau potable, était interdit aux étrangers sans autorisation et on en fermait les portes le soir tombé, si bien qu’on peut parler d’une forme de communautés10 fermées et privées.

14Si jadis l’entre-soi résidentiel reposait sur des systèmes familiaux et tribaux, la délimitation spatiale et la fermeture physique du périmètre de vie qui se sont mises en place au cours de ces cinquante dernières années sont identifiées comme une nouvelle forme fondée sur des considérations d’entre-soi socio-économique et de statut social « pour réserver l’accès à leur territoire à des populations choisies et mettre en œuvre des politiques de contrôle social du peuplement » (Charmes, 2011a).

15Depuis la fin des années 1990, les résidences fermées dans cette nouvelle version ont essaimé dans les communes de la périphérie urbaine intégrée à la ville d’abord, puis se sont répandues avec une allure fulgurante dans les communes périurbaines. Leur propagation a ensuite pris d’autres dimensions et devient un phénomène national en investissant d'autres wilayas de l’Algérie. Leur nombre devient de plus en plus important, que cela soit dans les nouveaux programmes d’habitat ou au sein du parc logement ancien. Cette propagation n’est pas propre à la société algérienne ; Éric Charmes (2011b) dans son ouvrage sur « la menace des gated communities » a soulevé le fait que l'ampleur de ces résidences fermées est largement surestimée si l’on la mesure à l'aune de la paranoïa sécuritaire ou de la privatisation des espaces résidentiels.

  • 11 Les résidences fermées ne sont pas prises en compte comme un type à part d’habitat dans le recensem (...)

16L’évaluation quantitative de l’ampleur de leur propagation spatiale et de leur degré d’adoption comme nouvelle forme d’habiter dans les communes périphériques d’Alger n’a pas été une tâche facile en l’absence de statistiques11 officielles autour de ces résidences fermées. De plus, la fermeture des portails des résidences, ainsi que leur localisation au sein d’immenses lotissements d’habitat individuel rendent leur perception difficile et les mettent à l’abri des regards. C’est pour cela que pour les repérer sur le terrain, nous avons sollicité l’aide des services d’urbanisme des collectivités locales.

  • 12 Ce recensement a été réalisé en 2014, en collaboration avec Nabila Mahfouf, au cours de la première (...)

17Aujourd’hui, ces résidences fermées sont en plein essor, notamment avec le développement du marché de la technologie de la vidéosurveillance et du contrôle d’accès. À titre illustratif, en 2014, nous avons recensé12 dans la commune de Birkhadem, 29 ensembles résidentiels fermés ; ce chiffre est passé à 36 en 2016. L’observation et les sorties dans les communes de la ZEUA révèlent que la propagation de cette forme d’habitat, sujette à la fermeture par la mise en place des clôtures et à la restriction de l’accès aux étrangers, se produit d’une manière vertigineuse dans les quartiers qui se situent :

  • près d’une route principale à grande circulation (résidence des Platanes) ;

  • près des équipements attractifs (les écoles, les marchés de proximité et les commerces, les sièges de grandes sociétés, les cliniques et cabinets médicaux…), engendrant un flux de population important et générant des nuisances sonores et environnementales (stationnement, pollution, bruit…) comme dans le cas de la cité « 498 logements » ;

  • sur la marge de la ville (photos 1 et 4) ;

  • dans les grandes cités d’habitation collective et les lotissements pavillonnaires comme dans les cas de la résidence Tewfik et de la cité « 498 logements » ;

  • à proximité des zones d’habitat précaire et de bidonvilles (figure 2) ;

  • dans les communes littorales, notamment près des plages autorisées à la baignade (résidence d’État du Sahel).

Les facteurs déclencheurs et de propagation des résidences fermées dans la ZEUA

18De la première résidence fermée des années 1970 à celles qui prolifèrent aujourd'hui, on en recense un nombre assez grand qui rend compte de toute la complexité du phénomène et plus globalement du phénomène urbain en Algérie. Trois facteurs peuvent être considérés comme les déclencheurs à l’origine de la propagation des résidences fermées dans la ZEUA : ce sont la crise du logement, la libéralisation du foncier et l’insécurité. Ces paramètres sont d’ailleurs ceux qui reviennent le plus dans les travaux de la communauté scientifique, au-delà des différences de contextes spatiaux.

La crise du logement

19À Alger, les plus anciens groupements de résidences fermées ont pris naissance à une certaine étape de l’évolution urbaine. Elles ont été créées d’abord par nécessité économique et relevaient de l’initiative publique, car la crise de logement qui a sévi durant les années 1970-1980 a pesé lourdement sur le fonctionnement des structures économiques et des institutions publiques.

20Dans le contexte de l’époque et parmi les exigences, le logement détient la première place, car au-delà de la satisfaction de ce besoin fondamental, il devient pour de nombreuses entreprises et institutions une « monnaie » pour attirer et fidéliser un personnel qualifié ou hautement qualifié. Les sociétés nationales et les institutions publiques fidélisaient leur personnel par l’octroi d’un logement qu’elles finançaient. C’est l’époque des logements de fonction, des logements d’astreinte et autres avantages liés au poste ou à la fonction. Ainsi, des ensembles résidentiels fermés, de type individuel ou collectif, ont été construits près des grandes zones industrielles et/ou près des sièges administratifs des grandes firmes nationales. Ils s’adressent en particulier aux enseignants universitaires ayant assuré le démarrage des universités et des grandes écoles après l’indépendance du pays, ainsi qu’au personnel administratif et aux cadres des institutions publiques, qui s'y installent par obligation ou par opportunité.

21Par ailleurs, devant l’ampleur de la crise de logement, notamment la faible production de logements et d’équipements face à une croissance démographique galopante, des solutions ont été envisagées. Pour résoudre l’équation du déséquilibre entre l’offre et la demande, l’Algérie s’est lancée depuis les années 1980 dans la production d’une masse importante de logements suivant une politique portée sur le quantitatif. La politique du logement adoptée a intensifié la ségrégation résidentielle suscitant un processus de marginalisation sociale. Les Zones d’Habitat Urbain Nouvelles (ZHUN), composées de grands ensembles d’habitat collectif, ont souvent été réalisées ex nihilo dans des zones éloignées, jadis à vocation agricole, non encore aménagées et viabilisées.

22Sur le plan urbanistique et social, ces cités sont caractérisées par la pauvreté et la monotonie des éléments architecturaux, l’absence de repères, la dégradation de l’environnement et l’ouverture des espaces extérieurs au public, l’absence des espaces verts, de détente et de rencontre, la mauvaise utilisation et la surconsommation des espaces extérieurs (Chaline, 2007 ; Belgidoum et Mouaziz, 2010 ; Semmoud, 2015). L’image et la qualité de vie dans ces cités sont loin d’être à la hauteur des aspirations des résidents qui sont d’origines diverses avec des profils socio-économiques et des catégories professionnelles variées. Ces derniers cherchent à s’identifier en s’organisant en groupes et en s’appropriant les espaces extérieurs limitrophes des immeubles d’habitation. Pour ce faire, les résidents commencent par l’édification des grilles métalliques ornées d’une végétation ou une haie qui cache l’intérieur de l’ensemble, ainsi que des portails pour interdire l’accès aux intrus.

23Au début des années 1980, devant la persistance et l’incapacité de l’État à répondre seul à la pression de la crise du logement, l’alternative complémentaire a été la démocratisation de l’accession au logement (1982/1983) par la production foncière. La circulaire du ministère de l’intérieur n°001498/DGCL du 07/04/1980, obligeant les communes à créer 200 lots à bâtir par an à mettre à la disposition des couches moyennes en pleine expansion, ainsi que la loi 86-07 du 4 mars 1986 relative à l’auto construction à travers la promotion immobilière et la création de coopératives, ont amplifié l’intervention de l’État dans la production immobilière. De nombreux quartiers résidentiels du type individuel voient le jour dans les communes de la zone d’expansion urbaine, caractérisées par la disponibilité des réserves foncières conséquentes (Benazzouz-Belhai et Djelal, 2010). Cette création de lotissements résidentiels, dans le cadre de la promotion de l’auto-construction à titre individuel, a favorisé la mobilité résidentielle des catégories de population qui peuvent y accéder. En effet, si le foncier a été rétrocédé à un prix avantageux, la construction demande une mobilisation de capitaux conséquents, ce qui a incité les acquéreurs avec des niveaux de vie faibles et moyens à revendre les lots de terrain à des populations plus aisées. La pratique de l’établissement de clôture isolant un ensemble de villas situées au bout d’une rue qui se termine en impasse est devenue courante, engendrant une autre catégorie de résidences fermées au sein des lotissements à la périphérie d’Alger.

24De plus, la promotion immobilière avait pour objectif le développement du patrimoine immobilier national. Le personnel d’encadrement des entreprises et organismes publics et privés nationaux, des institutions, des administrations et de l’éducation nationale pouvait, pour ses besoins propres, entreprendre des opérations de promotion immobilière suivant des dispositifs et des règlements particuliers.

25Souvent, la fermeture de l’ensemble résidentiel est mise en place suite à un accord commun entre les voisins et la mise en place de la clôture devance le démarrage des travaux de construction des logements. Différentes catégories caractérisent ces ensembles : individuels, semi collectifs et collectifs avec des gabarits, des densités et des surfaces variables en fonction du rang et du statut des bénéficiaires. Dans ce cas, l’homogénéité du groupe est à l’origine de l’acquisition du lot de terrain à bâtir, ce qui suppose un véritable tri social pour identifier et choisir les postulants financièrement pourvus.

La libéralisation du foncier

26À la fin des années 1980 et dès le début des années 1990, suite à l'approbation de la loi portant orientation foncière n° 90-25, du 18 novembre 1990, des changements dans la politique ont été apportés. Une nouvelle orientation de l’action étatique a permis l’émergence de nouveaux acteurs en simplifiant les procédures de transfert de la propriété en direction des particuliers. C’est ainsi qu’avec la libéralisation du marché foncier et immobilier, nous assistons à l’apparition du promoteur privé en tant qu’acteur de l’urbanisation (photo 1).

Photo 1 : Une résidence fermée réalisée par un promoteur immobilier, au milieu d’un terrain agricole et à proximité de la forêt de Saoula

Photo 1 : Une résidence fermée réalisée par un promoteur immobilier, au milieu d’un terrain agricole et à proximité de la forêt de Saoula

Cliché : Benazzouz-Belhai, mai 2015

27D’abord timide au début des années 1990, la mise en œuvre progressive des mécanismes de l’économie de marché a accéléré l’apparition des promoteurs immobiliers qui ont progressivement imposé leur marque sur le paysage urbain, et ce depuis la fin des années 1990. Bien que relativement récent en Algérie, le promoteur privé s’impose aujourd’hui comme un producteur d’espaces urbains, notamment en matière de production de logements haut standing, privilégiant l'excellence en termes d'architecture, de qualité de vie et de patrimoine. Il s’adresse aux couches moyennes et fortunées de la société, en leur offrant une variété de logements soigneusement finis, dotés de toutes les conditions d’habitabilité, de confort et de sécurité. Il est devenu une figure importante se situant à l’interface des pratiques formelles et informelles (Belguidoum et Mouaziz, 2010), que ce soit par la construction des nouveaux ensembles résidentiels fermés et hautement sécurisés, composés de tours imposantes et de logements collectifs, ou par la construction de maisons individuelles avec des jardins aménagés et/ou piscines.

28Dans la wilaya d’Alger, la résidence « Urba 2000 » sise dans la commune d’EI-Achour et qui s’étale sur un terrain de 14 hectares serait la plus importante et la première dans son genre en Algérie. Cette résidence comprend 1284 logements haut standing, répartis sur 11 immeubles en R+5, cinq immeubles en R+8 et 24 immeubles en R+10, disposés autour d’espaces de détente et d’aires de jeux aménagées pour les enfants. Les objectifs retenus dans ce projet visaient à offrir à la fois des espaces économiques par la présence d’un centre commercial offrant des commerces multiples, services, bureaux et des espaces de convivialité, d’animation, de rencontre et de détente, des structures culturelles et sportives telles qu’un centre de loisirs, piscine et trois parkings couverts représentant plus de 1500 places.

29De nos jours, ces résidences sont devenues un produit prisé par les couches aisées et moyennes supérieures de la société et la promotion immobilière est l’acteur principal à l’origine de la propagation de telles enclaves résidentielles à Alger. L’exploration des sites Web des promoteurs, afin de quantifier et d’analyser l’offre immobilière en cours de réalisation et de commercialisation, illustre l’influence d’une offre commerciale, basée sur le marketing politique et économique de la sécurité, susceptible de surdéterminer les choix des habitants.

30Ces programmes de logements haut de gamme dans ces résidences qui répondent à la recherche d’une vie calme, à destination d’une certaine catégorie de population et d’accédant à la propriété, suscitent l’intérêt des promoteurs privés qui en ont fait une offre commercialement attractive. Ces programmes sont devenus l’une des figures les plus commercialisées en Algérie comme dans de nombreux pays (Madoré et Glasze, 2003 ; Madoré et Vuaillat, 2009 ; Billard et Madoré, 2010 ; Ghorra-Gobin et Musset, 2010 ; Dorier-Apprill, Berry-Chikhaoui et Bridier, 2012). C’est ce que nous a confirmé le représentant commercial du promoteur immobilier Sahraoui, installé dans la commune d’El Achour :

« C’est un produit qui suscite l’intérêt de tous les promoteurs immobiliers car il est en vogue et très rentable ; il n’existe pas un promoteur immobilier actif dans la ZEUA qui n’a pas au moins un projet de résidence fermée dans son programme en cours ».

31Les évaluations quantitatives des nouveaux programmes d’habitat réalisés et mis sur le marché aujourd’hui par les promoteurs privés, à l’image de ce qui se produit en France (Billard et al., 2005 ; Sabatier, 2005), témoignent de la montée de la production des résidences fermées dans la ZEUA. Dans le quartier de « Campagne Semmar » de Texeraine, sise à Birkhadem, sept ont été réalisées depuis 2010 et la huitième est en cours de réalisation, à l’exemple des résidences réalisées par le promoteur Hebbache immobilier :

  • 13 Nous avons donné le nom de l’ancienne exploitation agricole « El Djenan » qui signifie « jardin » à (...)

« Nous avons livré depuis l’année 2009, trois résidences sécurisées en l’occurrence la résidence “Eden 1”, “Eden 2” et la résidence les “Deux palmiers” ; la quatrième résidence “El-Djenane13 est en cours de finalisation et sera livrée d’ici deux mois et on compte lancer avant la fin de l’année en cours une autre résidence toujours dans la même commune ». (Propos d’un représentant commercial de Hebbache immobilier)

Une insécurité permanente au sein de la périphérie

32Malgré la diversité des facteurs à l’origine des différentes formes que prennent les résidences fermées selon les contextes socio-économiques et politiques des pays, elles partagent des racines communes dont la peur de l’autre et le sentiment d'insécurité, qui sont considérés comme les principales causes de l'apparition de portails ou de barrières à l'entrée des rues de la résidence dans de nombreux pays (Blakely et Snyder, 1997 ; Glasze et Alkhayyal, 2002 ; Madoré et Glasze, 2003). Selon Éric Charmes (2011b), les ensembles résidentiels fermés passent pour des ghettos où la population aisée choisit de se retirer, par peur de l’autre et suivant un désir exacerbé de sécurité.

  • 14 À la révolte d’une jeunesse souffrant de mal-vie, en octobre 1988, succèdent des violences pour l’i (...)

33La décennie noire qu’a traversée l’Algérie dans les années 199014, marquée par la multiplication d’actes terroristes, a généré le développement d’une phobie et d’un sentiment d’insécurité chez les citoyens. Les actes terroristes se sont en particulier multipliés dans les périphéries d’Alger, avec l’implantation des bandes armées, ce qui a généré un sentiment de peur et d'angoisse qui a hanté les Algérois durant ces années (Semmoud, 2015).

34C’est dans ce contexte que la résidence d’État du Sahel, connue sous le nom du « Club des Pins », luxueuse et hautement surveillée, a été créée pour mettre à l'abri et assurer dans les meilleures conditions l’hébergement des élites politiques et les personnalités de l’État, ainsi que les cadres les plus ciblés par le terrorisme, et leur fournir les prestations inhérentes à cet hébergement. La résidence est composée d’une zone terrestre et d’une zone maritime, si bien que ses habitants se voient garantir un accès exclusif et privé au site et à ses aménités telles que la plage, le terrain de tennis, les terrains de jeux, les restaurants… Cette garantie de l’exclusivité (club) est construite dans une optique de valorisation immobilière, de protection de la valeur des biens et des personnes (Le Goix, 2007 ; Charmes 2011a).

35Notons que cette période tragique fut à l’origine d’un exode massif, sans précédent depuis l’indépendance, des campagnes vers les grandes villes, qui a grossi les poches d’habitat précaire (Semmoud, 2015) dans la périphérie d’Alger. Au sein des grandes cités d’habitat collectif, comme dans les lotissements d’habitat individuel, la fermeture résidentielle par l’installation de grilles dissuasives ou de murs qui se terminent par des fils barbelés ou des morceaux de verre cassé, a été adoptée comme alternative pour renforcer la sécurité des résidents. Ces derniers ont aussi procédé à l’installation de barreaudages métalliques à leurs fenêtres et des portes blindées à leurs logements, contre toutes menaces terroristes ou tout acte de délinquance ou de violence urbaine. Globalement, il ressort que le sentiment d’insécurité reste assez ancré et demeure largement nourri par les contrecoups du climat global de peur qui a régné au plus fort des années 1990, notamment dans les communes périphériques d’Alger. Les communes de Birkhadem et de Bab Ezzouar ont plusieurs fois été le théâtre d’actes de terrorisme dont le plus récent est l’attaque du commissariat de la cité « 5 Juillet » qui remonte à avril 2007.

36Entre 2014 et 2015, avec le rétablissement de l’ordre et de la paix suite à l’application de la concorde civile, on constate une baisse de la criminalité ; les taux des affaires criminelles traitées dans les deux communes de Bab Ezzouar et de Birkhadem sont passés respectivement de 2,90 % à 2,11 % et de 2,01 % à 1,72 %. Malgré cette baisse de la criminalité, l’insécurité perdure sous une autre forme ; des bandes organisées de délinquants se sont appropriées les cités périphériques, dont de nombreux quartiers sont dépourvus d’éclairage public, ce qui favorise un climat d’insécurité la nuit tombée mais aussi des atteintes aux personnes et aux biens. Ceci explique la propagation de la pratique de la fermeture résidentielle et l’affirmation de la logique d’appropriation de l’espace public et de sa privatisation, suscitant une fragmentation des grandes cités en un certain nombre d’ensembles résidentiels fermés.

37Le cas de la cité « 498 logements » à Bab Ezzouar, destinée à l’origine aux logements des fonctionnaires et des enseignants de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, constitue un bon exemple. Nous avons tenté d’évaluer et de comprendre la propagation de cette tendance de fermeture, qui est une traduction spatiale du sentiment d’insécurité dans les grandes cités d’habitation collective, en effectuant un entretien auprès de 80 résidents. Les résultats sont présentés par l’histogramme ci-dessous (cf. figure 1). Une moyenne de 78,75 % des personnes interviewées ne se sentent pas en sécurité dans leur quartier ; ce fort ressenti d’insécurité est de 30 % la nuit.

Figure 1 : Taux d'insécurité ressentie par les résidents de la cité « 498 logements »

Figure 1 : Taux d'insécurité ressentie par les résidents de la cité « 498 logements »

Source : Benazzouz-Belhai, enquête par entretien à la cité « 498 logements »

38Réalisée entre 1979 et 1984 dans le cadre de la politique des Zones d’habitat urbain nouvelles (ZHUN), cette cité est composée de 498 logements, comme son nom l’indique. Ils sont répartis sur 33 bâtiments de gabarits différents. À proximité de cette cité, les immeubles d’un chantier abandonné ont fait l'objet d'une occupation illégale par des squatters de provenances diverses et dont la majorité était des anciens résidents de la commune. De 51 familles en 1998, ce mouvement n’a cessé de prendre de l’ampleur au fil du temps jusqu’à atteindre, en 2002, 194 familles vivant dans de mauvaises conditions d’hygiène, en l’absence de réseau d’assainissement et avec un réseau d'eau potable très insuffisant. Ces conditions de vie misérables ont été à l’origine d’un important taux d’échec scolaire, de fortes tensions sociales et de brutales flambées de violences, ainsi que d’une augmentation de la délinquance. C’est pour ces raisons que les résidents de la cité voient dans l’installation de la barrière physique qui délimite et encercle leurs bâtiments une manière de créer un univers intime, d’améliorer et de protéger la qualité spatiale, esthétique et urbanistique de leur environnement extérieur. Cette volonté de s’isoler de cet « extérieur » néfaste se traduit par la quête d’un entre-soi ; c’est aussi une manière d’exprimer le refus d’appartenir à un groupe qui ne dispose ni des mêmes qualités ni des mêmes goûts, ni ne possède les mêmes valeurs, comme l’attestent les habitants interviewés :

  • 15 Le grillage de type Zimmermann est une clôture en grillage galvanisé simple torsion et en rouleaux (...)

« Nous avons peur pour nos enfants et nous avons honte d’habiter devant un bidonville, notamment quand on reçoit des invités… Nous nous sommes cotisés pour l’installation d’une grille en Zimmermann15 ; avec la poussée des arbres et des plantes grimpantes, la qualité de l’environnement physique s’est beaucoup améliorée. On se sent beaucoup mieux. »

  • 16 L’appropriation des voies publiques par des jeunes qui s’autoproclament gardiens de parking et récl (...)

39En effet, les habitants de certains groupements de bâtiments se sont mis d’accord pour créer une barrière clôturant leur espace de stationnement commun ou leur jardin commun, ou bien les deux à la fois si la disposition le permettrait. Ce phénomène a, par la suite, évolué pour atteindre même les bâtiments alignés sur la rue principale qui s’est transformée en parking16 et en marchés de fruits et légumes informels (photos 2 et 3).

Photo 2 : Le réaménagement de la cité « 498 logements » par l’APC

Photo 2 : Le réaménagement de la cité « 498 logements » par l’APC

Cliché Benazzouz-Belhai 02/02/2017

Photo 3 : Marché informel et problèmes de circulation dans la cité « 498 logements »

Photo 3 : Marché informel et problèmes de circulation dans la cité « 498 logements »

Cliché Benazzouz-Belhai 12/09/2016

40Initialement, la cité est conçue comme un espace ouvert dont les groupes de bâtiments sont éparpillés à travers toute la surface du site ; ils sont soit alignés sur un axe linéaire, soit regroupés autour d’un espace de stationnement et/ou d’un espace vert. Cette organisation spatiale a été modifiée suite à l’émergence de la procédure de clôture. La lecture de l’image satellite de la cité « 498 logements » (figure 2) révèle la logique de l’installation de la clôture et de son organisation ; elle est structurée aujourd’hui sous forme de 12 entités clôturées et séparées.

Figure 2 : La fragmentation à l’échelle de la cité « 498 logements » à Bab-Ezzouar par la mise en place des clôtures

Figure 2 : La fragmentation à l’échelle de la cité « 498 logements » à Bab-Ezzouar par la mise en place des clôtures

Source : Image satellite Google Earth (08/07/2009), traitée par Benazzouz-Belhai

41Selon les habitants, cette pratique est une quête légitime de préservation de leurs espaces communs (rues, ruelles, espaces de détente, espaces verts…) par rapport à d’éventuelles intrusions, en interdisant aux étrangers d’y accéder, et de sécurité pour eux et pour leurs enfants en premier lieu. De ce fait, la fermeture résidentielle s’est généralisée dans la quasi-totalité des grandes cités d’habitat collectif des communes de la zone d’expansion urbaine d’Alger. Ses causes résident dans la détérioration du cadre de vie, amplifiée par les difficultés sociales. Malgré l’amélioration de la situation sécuritaire par le maintien de l’ordre public, il ressort de l’analyse que la sensation d’insécurité est encore une réalité, au sein des grandes cités d’habitat collectif et dans les ensembles pavillonnaires à la périphérie pour d’autres causes (Chaline, 2014).

42Si jadis les conditions économiques et l’insécurité liées au développement des actes terroristes ont été à l’origine de l’apparition des résidences fermées, celle-ci est motivée aujourd’hui par la mise en valeur de l’environnement pour améliorer le cadre de vie en y transformant l’espace extérieur par de nouveaux aménagements le clôturant et le sécurisant. L’enquête par entretien auprès des résidents de la cité « 498 logements » nous a permis de synthétiser les causes explicatives du développement des ensembles résidentiels sécurisés dans les grandes cités à la périphérie d’Alger, dans le tableau 2.

Tableau 2 : Les causes de la fermeture résidentielle

Les motifs de fermeture

Effectif

%

Difficultés d’accès aux habitations et de stationnement (résidents)

67

83,75

Développement des parkings informels à l'intérieur des cités

61

76,25

Occupation de force des caves par les gens qui ont des problèmes de logement

55

68,75

Cambriolages des maisons, vols des paraboles et d’accessoires de voitures

55

68,75

Dégradation de l’espace public et de l’environnement

39

48,75

Agressions verbales et même, dans certains cas, physiques

30

37,50

Source : Benazzouz-Belhai, enquête par entretien à la cité « 498 logements »

43Les résultats de l’enquête par entretien à la cité « 498 logements » coïncident avec ce qui a été constaté par Éric Charmes (2005) : les causes de la propagation de la pratique de fermeture et de contrôle d’accès sont liées à des problèmes de la circulation et de stationnement, voire de gestion des espaces collectifs, ou à certaines pratiques d’incivilité.

Des ensembles résidentiels fermés très variés dans leurs formes et leurs statuts

44L’observation et les visites dans les communes de la ZEUA ont révélé la grande variété de formes et de statuts des résidences fermées, sans doute à relier avec les facteurs à l’origine de l’apparition et de la propagation des résidences fermées à Alger. La grille d’indicateurs adoptée dans cette recherche nous a permis d’élaborer un schéma d’interprétation aboutissant à dégager plusieurs classifications des résidences fermées existantes à la périphérie d’Alger selon des critères typologiques qui sont :

  1. le statut juridique de l’assiette foncière et les acteurs à l’origine de l’apparition des résidences fermées ;

  2. le type de bâti dominant et la desserte ;

  3. le type de fermeture et les modalités mises en œuvre pour le gardiennage et le contrôle d’accès à la résidence.

Le statut juridique de l’assiette foncière et les acteurs en jeu

  • 17 Entretien avec Larbi Marhoum, architecte-urbaniste algérien de renom, mai 2016.

45L’enclosure des résidences ne constitue pas un phénomène nouveau, mais découle du processus même de l'acquisition de la propriété et de la matérialisation physique de la parcelle lotie, comme l’explique Larbi Marhoum17 :

« En Algérie, la logique d’occupation du territoire telle que nous la pratiquons depuis toujours correspond au triptyque : un terrain-un propriétaire-un projet. Elle se fait systématiquement suite à un procès-verbal de choix de terrain effectué par une commission présidée par un représentant des autorités. Cette appropriation du territoire qui découle de la logique de zoning autorise légitimement la clôture d’un terrain, quel que soit la taille et le programme ».

46Très souvent, le caractère fermé de la résidence se justifie par le statut juridique privé du foncier et sa délimitation par une barrière est ressentie comme une nécessité pour protéger son bien, comme dans le cas des résidences familiales. De telles résidences n’obéissent à aucune logique, si ce n’est l’appropriation foncière des héritiers.

47Concernant les particuliers, la tendance aujourd’hui est au regroupement d’une population avec un niveau de vie plutôt aisé, sélectionnée selon un certain nombre d'indicateurs établis (affinité ou lien de parenté, origine géographique, valeurs et idéologie, catégorie socio-professionnelle…). Ces particuliers se mettent d’accord sur un choix de terrain qu’ils achètent et procèdent à l’établissement d’une clôture pour délimiter la nouvelle communauté.

48Dans d’autres cas, comme dans la résidence d’État du Sahel, les résidences réalisées dans le cadre des coopératives immobilières et celles des promoteurs immobiliers, le terrain ne fait pas l’objet d’une étude de lotissement qui permet de définir les voies publiques et les parcelles privées. Il reste indivisible, privé et appartient en copropriété à tous ses habitants. Tout le site est considéré comme une seule entité et la palissade, dressée avant même le début de la construction des logements, n’est qu’une forme de délimitation physique et logique de la propriété privée.

49Dans les gigantesques cités d’habitat collectif et les grands lotissements pavillonnaires, la pratique de délimitation de la résidence et son isolement spatial implique une forme d’appropriation des espaces extérieurs, d’utilité publique ou collective, tels que la rue ou les espaces résiduels. Ils servent de parking et d’aires de jeux pour les enfants des résidents, bien que leur entretien (éclairage public, ramassage des ordures, revêtement de la voirie) se fasse par les collectivités locales.

50L’identification du contexte et des acteurs à l’origine de la production des résidences sécurisées dans la ZEUA nous a permis de dégager les sept catégories suivantes :

  1. résidence d’état ;

  2. résidences des grandes sociétés nationales ;

  3. résidences familiales ;

  4. résidences coopératives immobilières ;

  5. résidences dans les lotissements pavillonnaires ;

  6. résidences au sein des cités d’habitation collective ;

  7. résidences Promoteurs Immobiliers.

  • 18 Pour l’indicateur de l’importance de la superficie du site, nous avons déterminé cinq classes de ré (...)

51Pour l’évaluation de la propagation et de l’importance de ces différents types de résidences fermées et sécurisées existants dans la ZEUA, nous nous sommes basés sur une analyse des interactions entre trois indicateurs18 qui sont les suivants :

  • leur présence dans les communes périurbaines (différentes typologies recensées) ;

  • l’importance de la superficie du site (leur surface) ;

  • la densité du bâti.

52Les résultats du croisement des données sont représentés sous forme d’un diagramme en radar (figure 3) qui révèle que le degré d’importance des trois indicateurs est variable d’une catégorie à une autre. Ce diagramme en radar démontre que les ensembles résidentiels fermés, privés ou enclavés s’étalent en général sur des assiettes foncières de petite taille et des densités du bâti moyennes. À l’exception de la résidence d’État de Sahel, qui est la plus grande résidence fermée en Algérie, occupant une superficie de 40 hectares et s’étalant sur les deux communes de Staouali et de Zeralda, nous relevons la présence des résidences des grandes sociétés dans la première couronne à proximité des sièges administratifs de grandes sociétés, les zones industrielles et d’activités. Celles des promoteurs privés dans la couronne périurbaine et une surreprésentation des quatre autres catégories dans toutes les communes de la ZEUA avec des degrés d’importance variables d’une commune à une autre.

Figure 3 : Diagramme en radar des caractéristiques des ensembles résidentiels fermés existants dans la ZEUA d’Alger

Figure 3 : Diagramme en radar des caractéristiques des ensembles résidentiels fermés existants dans la ZEUA d’Alger

Source : Benazzouz-Belhai, relevés de terrain, 2014 puis 2016

Le type de bâti, de clôture et de contrôle d’accès à la résidence

53Les résidences fermées de la ZEUA prennent une diversité de formes en fonction de la typologie du bâti dominant, ce qui nous a permis de dégager trois formes :

  1. La première est constituée d’un ensemble de villas alignées sur une rue qui les dessert (cas de la résidence des « Platanes », « Tewfik » et « Bouchama »).

  2. La deuxième est un ensemble d’habitat collectif composé d’au moins deux bâtiments regroupant au moins vingt logements autour d’une aire de stationnement ou d’un espace vert, voire les deux à la fois (cas des résidences de la cité « 498 logements » ou de la résidence du promoteur privé [photo 1]).

  3. La troisième forme est hybride, comprenant un ensemble d’habitat de type varié entre le collectif et l’individuel (cas de la résidence « Taher Bouchette » à Texeraine [photo 4]).

54L’entrée de ces résidences est matérialisée par un portail et/ou un gardien contrôlant l’accès. Les unités bâties sont implantées côte à côte en suivant la pente du terrain et sont souvent desservies par une voie en cul-de-sac (Charmes, 2010) dérivant de la voie principale en rendant l’accessibilité plus difficile à certains ilots. Les relevés urbains à travers les sorties sur terrain menées dans la commune de Birkhadem nous ont permis d’identifier deux catégories de résidences fermées, selon leur localisation géographique et la topographie du site :

  • des ensembles résidentiels dont le caractère fermé est dû au fait que leur accès est une impasse menant uniquement vers la résidence. Cette situation est conditionnée par la topographie accidentée du terrain. Nous avons dénombré vingt résidences de cette catégorie, soit 55,56 % du total repéré, comme dans le cas de la résidence des Platanes, Tewfik et Bouchama (figure 4).

  • un ensemble résidentiel fermé, situé au centre-ville, délimité par un mur de clôture délimitant l’enceinte totale de la résidence. Nous avons dénombré seize résidences de cette catégorie, soit 44,44 % du total repéré.

Figure 4 : Site et situation des trois résidences étudiées

Figure 4 : Site et situation des trois résidences étudiées

Source : Image satellite Google Earth, traitée par Benazzouz-Belhai, février 2016

55De ce fait, la morphologie accidentée du site est un élément qui favorise l’émergence de cette forme d’organisation du bâti (Charmes, 2010) et la constitution d’impasses favorise l’apparition d’enclos résidentiels.

56La privatisation de l’espace des résidences fermées est ensuite matérialisée par une clôture qui exprime « une volonté des citadins de dresser des obstacles entre leur espace résidentiel et le monde extérieur » (Charmes, 2011b). Elle prend des formes diverses dont les plus importantes sont :

  • un mur de clôture d’une hauteur importante, parfois renforcé par un fil de fer barbelé ou des morceaux de verre brisé, et une porte interdisant l’accès et la vue, qui ne permet pas d’apercevoir l’intérieur de la résidence ;

  • un mur de clôture d’une hauteur modérée et une porte-barrière interdisant l’accès, mais qui permet la vue de l’intérieur de la résidence ;

  • une clôture en grille « Zimmermann » ou en barres de fer ornée de plantes grimpantes à feuillage persistant ou un alignement d’arbres marquant la limite de la résidence.

  • 19 La délimitation du périmètre de protection de la résidence d’État “du Sahel” a fait l’objet du décr (...)

57La procédure pour l’édification de la clôture délimitant la résidence émane de l’initiative privée et est sujette à une autorisation émise par les services de la Direction de l’Urbanisme, de l’Architecture et de la Construction (DUAC) de la wilaya d’Alger après étude de dossier, comme le montre la figure 5 ; elle peut aussi être décrétée par des lois comme dans le cas de la résidence d’État19.

Figure 5 : Démarche administrative pour délivrer une autorisation d’établissement de clôture

Figure 5 : Démarche administrative pour délivrer une autorisation d’établissement de clôture

Source : Benazzouz-Belhai, enquêtes par entretien avec les responsables des services d’urbanisme des APC de la ZEUA et de la DUAC d’Alger

58Cependant, la fermeture à posteriori de la majorité des résidences fermées de la ZEUA, notamment celles des années 1990, n’a pas fait l’objet d’une autorisation des services concernés à l’époque : les espaces publics, notamment les rues, ont été appropriés pour renforcer la sécurité des biens et des personnes. Ce qui nous a permis de déterminer deux catégories, en l’occurrence les résidences fermées légales et les ensembles résidentiels fermés non conformes ou illégaux qui sont majoritaires dans la ZEUA, comme nous l’ont confirmé les responsables du service d’urbanisme de la commune de Bab Ezzouar et de Birkhadem.

59Comme dans d’autres contextes urbains (Billard et Madoré, 2012), nous avons aussi relevé que la gestion de contrôle des accès aux résidences fermées est diversifiée, passant par l’installation des portes métalliques dissuasives et des panneaux indiquant le statut de la propriété privée ou l’interdiction d’accès aux non-résidents, à la mise en place d’un arsenal sécuritaire et de dispositifs renforcés de technologie électronique haut de gamme.

60Pour les non-résidents, l’accessibilité des voitures est plus restrictive que celle des piétons. Cette multiplicité de pratiques de contrôle d’accès est à l’origine du développement d’une variété d’enclaves résidentielles privées, fermées et sécurisées comme le révèle le tableau 3. Nous les avons classées en quatre catégories en fonction du système de fermeture de la résidence et de l’importance de la restriction d’accès aux piétons et aux voitures, ce qui reflète le niveau de sécurité procuré aux résidents et le degré d’auto-enfermement de la communauté et de l’isolement de la résidence par rapport à son environnement communal.

61L’analyse des dispositifs de fermeture et de restriction d’accès mis en place (clôture, portail, digicodes, caméras de surveillance et vigiles) nous a permis de dégager une autre classification. Les sept archétypes des résidences fermées existantes dans la ZEUA ont été regroupées en deux catégories : les résidences fermées qui sont non gardées et celles qui sont gardées par des vigiles. Ce qui met en exergue l’importance de la sécurité procurée aux résidents et le degré de l’isolement de la résidence par rapport à son environnement immédiat pour se préserver de ce qui se produit de l’autre côté du mur. Cette forme de privatisation de l'espace résidentiel parait très caractéristique d’un repli sur l’entre-soi et d'une volonté d'exclusivité par la mise à l'écart de l’autre (Callen et Le Goix, 2007 ; charmes, 2011b).

Tableau 3 : Dispositifs de fermeture et de contrôle d’accès vers les résidences fermées dans la commune de Birkhadem

Dispositifs de fermeture et de contrôle d’accès

Effectif

%

RF avec gardiens

Clôture + portail + vigiles 24h/24h + vidéo surveillance

11

30,56

Clôture + portail + vigiles le jour + digicode

5

13,89

RF sans gardiens

Clôture + portail manuel

17

47,22

Clôture +portail et digicode

03

8,33

Source : Benazzouz-Belhai, relevé de terrain 2016, commune de Birkhadem

Fermeture avec portail et gardiens

  • 20 Les vigiles sont parfois armés. Dans le cas de la résidence d’État, la protection de tout le périmè (...)

62Cette catégorie de résidences, fermées et surveillées, remonte aux années 1980 et à la fin des années 1990, telle que la résidence d’État et certaines résidences émanant de la promotion immobilière et des coopératives privées. Ces résidences sont placées sous haute surveillance (photos 4 et 5)20 et les gardiens sont rémunérés par la société ou l’entreprise publique propriétaire des lieux. Nous relevons aussi que la majorité des résidences réalisées aujourd’hui par les promoteurs immobiliers sont assurées par un certain nombre de vigiles qui travaillent en alternance 24h sur 24h et dont la rémunération se fait par des contributions annuelles ou semestrielles des résidents.

Photo 4 : Contrôle des papiers d’identité par un vigile (24/24) pour l’accès à la résidence privée à Birkhadem

Photo 4 : Contrôle des papiers d’identité par un vigile (24/24) pour l’accès à la résidence privée à Birkhadem

Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juillet 2016

Photo 5 : RF « Taher Bouchette » de type mixte gardée 24/24 et 7/7 sise à Texeraine à Birkhadem

Photo 5 : RF « Taher Bouchette » de type mixte gardée 24/24 et 7/7 sise à Texeraine à Birkhadem

Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juillet 2016

63L’accès à ces résidences est strictement interdit aux étrangers sans une autorisation par les résidents. Parfois, on procède même au retrait de la pièce d’identité au niveau de la porte et au report des coordonnées des visiteurs sur un registre. Dans le cas de la résidence d’État du Sahel, l’accès est uniquement autorisé aux porteurs d'un laissez-passer spécial et des cartes d’accès sont délivrées aux usagers permanents (les hauts fonctionnaires, les familles des cadres de l’État et leurs amis) notamment durant la période estivale, pour leur faciliter l’accès à la plage. C’est dans ce sens qu’Éric Charmes (2011a) utilise le vocable spécifique de « clubbisation », pour décrire la mise à distance de telle ou telle population et les mesures restrictives nécessitant un billet d’entrée à ces ensembles résidentiels.

64Au sein de ces résidences où le contrôle d’accès est restrictif et dont la surveillance est renforcée même à l’intérieur de la résidence, la clôture des constructions est souvent à faible hauteur ornée par de la végétation. Dans la commune de Birkhadem, cette catégorie, représente 30,65 % du total. Les résidents sont soit des propriétaires, soit des locataires, hauts responsables de l’État, diplomates et étrangers, cadres d’entreprise, retraités ayant occupé des postes de responsabilité et personnes ayant les moyens financiers pour se permettre un hébergement au sein de ces résidences.

Fermeture avec gardien le jour

65Ces résidences se situent souvent à proximité des équipements attractifs, où le souci de stationnement et d’accès aux habitations devient un grand problème. La résidence est gardée le jour par un ou deux gardiens ; le soir l’accès se fait soit par ouverture à clef de la porte soit automatiquement à l’aide d’une télécommande ou par digicode. Cette catégorie représente 13,89 % du nombre total des résidences fermées enquêtées à Birkhadem. La rémunération du gardien se fait par des cotisations et le montant est tributaire du nombre de ménages et de voitures par famille. Cette pratique a été relevée dans les résidences de petite taille abritant une population plus ou moins aisée financièrement qui a pu acquérir de vastes lots de terrain et jouir des avantages qu’offre ce mode d’habiter. Les résidents sont presque tous des propriétaires et seulement 10 % sont locataires. Les résidents occupent des postes importants ou exercent des fonctions libérales, ce qui leur a permis de pallier au service de garde de nuit par d’autres dispositifs de fermeture.

Fermeture manuelle du portail ou par digicode

66Durant les années 1990, avec le terrorisme, suite à un accord collectif, les résidents ont procédé à l’installation d’une clôture physique et à la mise en place des portails métalliques pour assurer leur sécurité. Dans certains cas, ils procédaient à un recrutement de gardiens notamment la nuit. Après le retour de la stabilité et suite au désengagement des résidents à payer les honoraires du gardien, la fermeture des portails devient manuelle. Le portail reste souvent ouvert la journée et devient un élément dissuasif. Souvent, une plaque d’interdiction d’accès ou signalant la propriété privée est mise en place, comme dans le cas de la résidence Tewfik et la résidence familiale de Bouchama.

67Cette catégorie est la plus dominante dans le ZEUA. Elle représente 55,56 % du total au niveau de la commune de Birkhadem ; elle a été relevée d’une manière particulière au sein des résidences familiales, au sein des lotissements pavillonnaires et dans les gigantesques cités d’habitat collectif.

Photo 6 : Une résidence fermée, gardée le jour, issue de la promotion immobilière publique à Gué De Constantine

Photo 6 : Une résidence fermée, gardée le jour, issue de la promotion immobilière publique à Gué De Constantine

Cliché : Benazzouz-Belhai, Gué De Constantine, mai, 2016.

Photo 7 : La résidence Tewfik au sein d’un lotissement pavillonnaire : clôturé mais non surveillé à Birkhadem

Photo 7 : La résidence Tewfik au sein d’un lotissement pavillonnaire : clôturé mais non surveillé à Birkhadem

Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juin, 2015.

68Dans d’autres cas, où les résidences sont de taille moyenne, la fermeture se fait par télécommande ou par digicode ; cette catégorie est faiblement représentée avec trois résidences sur les 36 existantes au niveau de la commune de Birkhadem.

69À travers cette analyse, nous constatons que quel que soit le type de fermeture, les dispositifs et les modalités mis en œuvre pour le gardiennage et le degré de sécurisation qu’ils procurent, l’installation de la barrière physique demeure le moyen de produire l’enclavement, voire l’insularité, comme l’ont montré Jacquin et Capron (2008).

70Par ailleurs, les expressions et les ornements architecturaux lors de l’établissement de la clôture, le type de porte d’accès, la logistique adoptée pour assurer la surveillance et le contrôle d’accès sont des symboles forts d’exclusivité qui pourraient refléter le statut socio-économique de la population qui y réside.

Les résidences fermées, symptôme de fragmentation de l’espace urbain

71Les communes périphériques de l’agglomération d’Alger se caractérisent par un bouleversement de leur structure urbaine. Leur paysage urbain, diversifié et fragmenté, sans aucune cohésion spatiale, reflète la juxtaposition de trois logiques différentes (étatique, privée et illicite) de production urbaine. Pour Nassima Driss (2005), ces formes urbaines traduisent des représentations contrastées, marquées par l’interférence des modèles sociaux et architecturaux.

72Le paysage contrasté de la ZEUA apparait comme le corollaire d’une politique de logement restrictive et ségrégative (Benazzouz-Belhai et al., 2013) qui donne à voir une grande diversité de fragments et de formes socio-urbaines repérables par l’hétérogénéité de la typologie de l’habitat et le niveau de vie des résidents.

73De plus, les prix de l’immobilier et du foncier, parfois très élevés, constituent un facteur de sélection et de fragmentation spatiale, comme le soulignent Le Goix et Vesselinov (2013) : « la sélection des résidents d'un quartier par le prix constitue un facteur fondamental de la ségrégation ».

74L’essaimage des résidences fermées dans la ZEUA est une autre marque de la fragmentation de l’espace urbain. Le degré de leur enfermement pourrait traduire leur isolement de leur environnement. L’évaluation du degré d’enfermement des différents ensembles résidentiels existants dans la ZEUA est fondée sur une analyse d’un certain nombre d’indices identifiés sur le terrain qui sont :

  1. le type de clôture externe de la résidence (mur, grille, végétation),

  2. Le renforcement de la sécurité à l’intérieur de la résidence par l’installation des barreaudages aux portes et aux fenêtres,

  3. le type d’accès (contrôlé, par autorisation, libre),

  4. les disponibilités de contrôle d’accès des piétons et des voitures à la résidence (portail, plaque d’interdiction, vidéo surveillance, présence d’un gardien 24h sur 24, le jour ou la nuit),

  5. le contrôle d’accès au logement (digicode).

Figure 6 : Le degré d’enfermement des résidences dans la ZEUA d’Alger

Figure 6 : Le degré d’enfermement des résidences dans la ZEUA d’Alger

Source : Benazzouz-Belhai, relevés de terrain, 2014 et 2016

75Le diagramme en radar dévoile le degré d’enferment de la résidence et son isolement de l’espace extramuros et de la vie communautaire. À l’exception des résidences fermées au sein des grandes cités d’habitation collective qui, malgré l’établissement de la clôture, restent ouvertes, fonctionnelles et intégrées à leur environnement, le degré d’enfermement des autres résidences est en-dessous de la moyenne (figure 6), notamment dans la résidence d’État. L’existence et la multiplication d’une variété de résidences fermées au sein d’une même commune apparaissent donc selon nous comme un facteur de fragmentation spatiale et une source de ségrégation socio-spatiale.

76En définitive, l’existence et la propagation de différents types des résidences fermées dans la ZEUA ont de fortes implications territoriales. On assiste en effet au morcellement de la ville par la formation de petites communautés homogènes suite à la création des petits isolats, en plus de la privatisation de la ville par la restriction d’accès et d’usage collectif de l’espace privé. Les résidences fermées peuvent ainsi être considérées comme un symbole de fragmentation et de ségrégation spatiale à l’échelle locale (Le Goix et Vesselinov, 2014) et constituent même une source d’amplification des fragmentations et des inégalités spatiales.

Les résidences fermées, symptôme d’un accroissement des disparités sociales

77À l’enclosure physique, qui sépare les résidences du reste de la ville, s’ajoutent des phénomènes de ségrégation socio-spatiale, avec en particulier la destruction des liens entre les résidents au sein de la même commune et, pour certains d’entre eux, une sorte de refus de vivre ensemble par la recherche de l’entre-soi dans l’espace résidentiel (Charmes, 2007). Les résidences fermées suscitent en outre de fortes disparités territoriales induisant la marginalisation et l’exclusion des catégories sociales confrontées au chômage et à la pauvreté lorsque celles-ci sont spatialement proches comme dans le cas de la cité « 498 logements ».

78La recherche d’un bien-être résidentiel, la présence d’un cadre de vie agréable et sécurisé et l’aménagement des espaces verts et des aires de jeux pour les enfants, sont les motifs principaux de l’adoption de cette nouvelle forme d’organisation socio-urbaine de l’habitat. À la question : « quels sont les critères lors d’un achat immobilier dans ces résidences fermées ? », les réponses ont été majoritaires autour de la recherche d'un cadre de vie et d’un paysage urbain de qualité et sécurisé, ainsi que d’un statut social homogène. La volonté de résider auprès de ceux qui partagent la même identité ou les mêmes valeurs constitue même le premier paramètre dans la sélection du lieu d’implantation de la nouvelle demeure.

  • 21 Les valeurs marchandes des lots de terrain dans les résidences peuvent atteindre des sommes très él (...)

79Les valeurs marchandes21 des lots de terrain ou des logements dans ces résidences peuvent atteindre des sommes très élevées, constituant un facteur fondamental de ségrégation (Le Goix et Vesselinov, 2014). Les prix des terrains et des logements, ou bien encore les loyers proposés dans de telles résidences contribuent à une sélection sociale des résidents en conditionnant l’accès résidentiel au niveau socio-économique des futurs résidents et laissent comprendre que ces résidences sont destinées à la couche aisée de la société.

80La structure socio-économique des résidents est homogène du point de vue du niveau culturel et/ou socio-économique. Ainsi, 74,22 % des enquêtés occupent des postes importants ou exercent des fonctions libérales, en dehors de la commune de résidence, avec un taux d’utilisation de la voiture particulière de 71,42 % du total enquêté, pour assurer leurs déplacements et ceux de leur famille. Le mode de mobilité des habitants, dont l’usage de la voiture particulière et le ramassage scolaire, assuré par les écoles privées, au détriment des transports collectifs, est un autre indice de leur niveau socio-économique.

  • 22 Dans les traditions algéroises, un dîner est organisé pour les amis et les voisins du quartier pour (...)

81Le vécu quotidien des résidents nous renseigne sur la nature des rapports entre l’individu, le collectif et l’espace (Dris, 2005). Les entretiens avec les habitants des résidences fermées témoignent de la déstructuration de la cohésion sociale et du mode de vie traditionnel, en communauté solidaire, qui caractérisait naguère les Algérois comme l’exprime toute étonnée une nouvelle habitante au sein d’une résidence à Ain Benian : « le voisin a marié son fils et n’a invité personne au dîner22 ».

  • 23 Il semble cependant que certains promoteurs soient désormais sensibilisés à cette décohésion social (...)

82Cette dégradation des relations de voisinage est amplifiée par l’absence d’espaces de détente, de loisir et de rencontre à l’intérieur de la majorité des résidences, qui pourraient favoriser les échanges et les rencontres. À l’exception de la résidence d’État, qui est dotée de nombreux équipements, et de certaines résidences réalisées par les promoteurs privés, où sont aménagés des espaces de jeux pour les enfants, la rue est souvent dans le reste des résidences le seul espace en commun que partagent les habitants et l’échange se limite souvent aux simples formules de politesse et règles de salutations23.

83Par ailleurs, l’enquête dans les trois résidences à Birkhadem révèle que pour 69,2 % des habitants, les résidences sont généralement des quartiers dortoirs et que 57,14 % d’entre eux trouvent que la fréquentation du centre de la commune est plutôt désagréable. L’essentiel de la vie quotidienne se déroule à l’intérieur des maisons ou ailleurs, en dehors de la commune, où ils passent l’essentiel de leur temps.

84La dépendance à l’automobile dans les déplacements des ménages s’explique quant à elle en grande partie par l’enclavement géographique de ces résidences et une offre en transport collectif insuffisante, qui ne permet pas d’accéder au centre-ville et aux espaces de consommation. L'usage de la voiture particulière n’est pas seulement un luxe mais relève d’une nécessité, car la situation géographique, l’inaccessibilité vers les résidences fermées par les transports collectifs renforce cet usage pour l’accès quotidien aux différents services. En conséquence de quoi, ces modes de déplacements favorisent l’accroissement des inégalités socio-urbaines et l’isolement des résidences de leur milieu environnant.

85Au-delà des espaces résidentiels clos, le renforcement de la sécurisation des enfants se prolonge, en évitant le contact avec les enfants des autres quartiers. Ainsi, la majorité des parents opte pour l’école privée. L’enquête a révélé que 66,66 % des ménages déclarent que leurs enfants fréquentent des écoles privées dont 71,42 % sont situées au sein de la commune de Birkhadem et qu’ils se rendent par des moyens privés ou par le ramassage scolaire. La plupart des enfants passent leurs moments de récréation à l’intérieur de la résidence où l’on trouve des espaces bien aménagés pour eux et leurs amis (piscine, terrain de basket, balançoire…). La détente à l’extérieur de la résidence concerne les enfants les plus âgés qui pratiquent un sport ou d’autres activités (musique, dessin, apprentissage des langues étrangères…) et fréquentent des centres spécialisés à l’intérieur de la commune si cela est disponible ou même à l’extérieur de celle-ci.

86Ces résultats confirment que les résidences restent interdépendantes du reste des communes de la ZEUA et de l’aire métropolitaine d’Alger, du fait que les habitants travaillent et font leurs courses en dehors de leur quartier et de leur commune qui n’est plus qu’un « dortoir ». Callen et Le Goix (2007) ont mis en évidence que les pratiques de mobilité quotidiennes (travail, scolarisation, loisir, shopping…) qui sont des indicateurs de leur intégration urbaine et un comportement qui exprime un attachement au cadre de vie environnant, permettent de mieux comprendre l’insertion et l’intégration des résidents à la vie urbaine « dont l’apparent repli sur l'entre-soi contraste avec une forte dépendance à l'égard des équipements municipaux ». C’est tout le paradoxe : il y a enfermement local et ouverture sur les communes voisines de la wilaya et même sur l’aire métropolitaine d’Alger car « l'essentiel de la vie quotidienne ne se déroule plus aujourd'hui autour du domicile, mais dans un espace éclaté dont l'échelle est métropolitaine » (Charmes, 2011b).

87L’ouverture économique en Algérie, depuis 1990, a offert de nouvelles perspectives de carrières, lesquelles conduiront à s’inscrire dans des espaces résidentiels et géographiques plus appropriés. À la population de ces résidences huppées offrant le prestige et occupant de magnifiques villas individuelles ou des logements collectifs de haut standing, s’opposent deux autres strates de population. La première, de classe socio-économique moyenne, habitant les cités collectives de type HLM ou autres et d’anciennes habitations, la seconde est une population démunie, écartée socialement et logée dans un habitat précaire ou dans les bidonvilles. Les résidences fermées constituent en définitive le support d’un nouveau mode d’habiter, adopté et prisé par une population exigeante et raffinée à la recherche d'une identité et d'une appartenance à un nouveau rang social ainsi qu’une quête de tranquillité et de luxe que la ville n’offre plus.

Conclusion et discussion

88Cet article a levé le voile sur les contextes à l’origine de la genèse et de l’essor du phénomène de l’enclavement résidentiel dans la zone d’expansion urbaine d’Alger. La diversité des résidences fermées et sécurisées mise en évidence rend compte à la fois de la complexité du phénomène et du contexte socio-économique et politique à l’origine de sa production. Ces espaces résidentiels enclos sont présents dans toutes les communes de la ZEUA et s’étalent sur des assiettes foncières de petite taille. Elles se caractérisent par la diversité des dispositifs sécuritaires et de contrôle d’accès mis en place, par la variété morphologique, par des densités moyennes du bâti, ainsi que par une absence d’espaces de rencontres et de détentes qui fragilise la sociabilité de voisinage.

89Si l’impératif sécuritaire, en lien avec le climat d’insécurité de la période noire qu’a vécue l’Algérie, est la principale source de leur apparition et adoption comme une forme d’habiter par excellence par les classes dominantes privilégiées dans les années 1980 et 1990, d’autres facteurs omniprésents peuvent être considérés comme les déclencheurs à l'origine de la prolifération des résidences fermées à Alger. Ce sont la crise du logement et la libéralisation du foncier ainsi que l’amélioration du cadre de vie et l’aménagement des espaces communs. Aujourd’hui ce phénomène semble s'installer dans la durée et devient un produit prisé par la classe moyenne et le promoteur immobilier est l’acteur principal de leur propagation rapide par la réalisation de nouvelles résidences et en mettant davantage de nouvelles offres sur le marché.

90La politique de logement de l’Algérie socialiste a suscité des mixités qui ne sont toujours pas du goût de tous les habitants. Ainsi, la population, par souci surtout de sécurité et ensuite de confort et parfois même de distinction, se détache par îlots pour se recomposer et s'assurer une survie sociale ; les résidences fermées sont même perçues comme un refuge certain contre toute agression du milieu ambiant.

91Dans un contexte d’aggravation des inégalités socio-spatiales au sein d’une périphérie déjà ségrégée, ces enclaves résidentielles sont les signes et les conséquences de profonds dysfonctionnements sociaux et les symptômes d’une fragmentation de l’espace urbain. Ce mode d’habiter met en exergue un processus de distribution différentielle des catégories sociales dans l’espace conduisant à une ségrégation socio-spatiale assez visible. L'ampleur de ce phénomène des résidences fermées apparaît aujourd'hui comme un symptôme d'une ségrégation socio-spatiale où ceux qui possèdent les moyens financiers s'isolent des autres.

92Finalement, il ne s’agit plus simplement d'une quête de sécurité mais d’une quête de luxe et de prestige communautaire pour confirmer sa réussite et son statut social, que seules les personnes à hauts revenus peuvent s’offrir. Les tentatives de se démarquer sont perceptibles ; elles accentuent la fragmentation spatiale et renforcent la ségrégation urbaine où la mixité sociale fait défaut.

93L’enfermement résidentiel est considéré comme un vecteur de valorisation sociale par cette catégorie de population aisée. Il lui permet d’acquérir une nouvelle identité, de confirmer une nouvelle promotion et un nouveau statut social. Les résidences fermées attestent de l’appartenance à un groupe à l’aisance perceptible et affichée, à travers certaines dynamiques résidentielles soutenues par des stratégies marchandes. Le phénomène tend à se généraliser chez les plus munis qui cherchent à s'isoler des plus démunis.

94Ce modèle résidentiel, qui se propage dans un paysage déjà fragmenté, est de prime abord sélectif et affinitaire selon le statut socio-économique des résidents. Il aboutit à un mouvement de fraction sociale de l’espace qui remet en cause la cohésion socio-spatiale en ville. Ce phénomène est inhérent aux sociétés ultralibérales et c'est vraisemblablement le destin qui attend toutes les sociétés du monde au rythme où va le système économique mondial. C'est une boucle qui se referme en un cercle vicieux aboutissant à cette logique inéluctable de sauvegarde sécuritaire et de recherche d’entre-soi par tous les moyens.

Haut de page

Bibliographie

Belguidoum S., Mouaziz N., 2010, « L’urbain informel et les paradoxes de la ville algérienne : politiques urbaines et légitimité sociale », Espaces et sociétés, No.143, 101-116. DOI : 10.3917/esp.143.0101

Benazzouz-Belhai A., Cheballah-Hezil H., Djelal N., 2014, « Les effets de la périurbanisation sur le réaménagement de l'aire métropolitaine d'Alger », in : Baouni T. (dir.), La ville algérienne 50 ans après : Bilan et visions d’avenir, Alger, Al-Djazair, 135-145.

Benazzouz-Belhai A., Djelal N., 2010, « Le foncier vecteur de l’étalement urbain algérois ». Symposium: Identity and territorial competitiveness, 20-22 septembre 2010, ASRDLF-AISRE, Aoste, Italie.

Benazzouz-Belhai A., Djelal N., 2013, « La périurbanisation et ses répercussions sur les mutations socio-spatiales à Alger », in : Dlala H. (dir.), Les marges périurbaines en Tunisie et au Maghreb, Tunis, Centre de Publication Universitaire, 59-80.

Billard G., Chevalier J., Madoré F., 2005, Ville fermée, ville surveillée. La sécurisation des espaces résidentiels en France et en Amérique du Nord, Rennes, Presses universitaires de Rennes, Collection Géographie Sociale.

Billard G., Madoré F., 2012, « Les enclaves résidentielles fermées et sécurisées contre la ville ? », Hermès, La Revue, No.2, 75-81. DOI : 10.4267/2042/48321

Billard G., Madoré F., 2010, « Une géographie de la fermeture résidentielle en France. Quelle(s) méthode(s) de recensement pour quelle représentation du phénomène ? », Annales de géographie, Vol. 5, No.675, 492-514. DOI : 10.3917/ag.675.0492.

Blakely E. J., Snyder M. G., 1997, Fortress America: Gated Communities in the United States, Washington, Brookings Institution Press/ Lincoln Institute of Land Policy.

Callen D., Le Goix R., 2007, « Fermetures et  “entre soi”  dans les enclaves résidentielles » in : Saint-Julien T., Le Goix R. (dir.), La métropole parisienne. Centralité, inégalités, proximités, Paris, Belin, Coll. Mappemonde, 209-232.

Chaline C., 2007, Les nouvelles politiques urbaines. Une géographie des villes, Paris, Ellipses.

Chaline C., 2014, Les politiques de la ville, Paris, Presses universitaires de France, Coll. Que sais-je ?

Charmes E., 2005, La vie périurbaine face à la menace des gated communities, Paris, L’Harmattan.

Charmes E., 2010, « Cul-de-sacs, superblocks and environmental areas as supports of residential territorialization », Journal of Urban Design, Vol. 15, No.3, 357-374.halshs-01089459

Charmes E., 2011a, La ville émiettée. Essai sur la clubbisation de la vie urbaine, Paris, Presses universitaires de France, coll. La ville en débat.

Charmes E., 2011b, « Les Gated Communities : des ghettos de riches ? », La Vie des idées [En ligne]. URL : http://www.laviedesidees.fr/Les-Gated-Communities-des-ghettos.html

Dorier-Apprill E., Audren G., Garniaux J., Stoupy A., Oz R., 2008, « Ensembles résidentiels fermés et recompositions urbaines à Marseille », Pouvoirs Locaux, Les Cahiers de la décentralisation, No.78 III/septembre, 92-98.halshs-01418111

Dorier-Apprill E., Berry-Chikhaoui I., Bridier S., 2012, « Fermeture résidentielle et politiques urbaines, le cas marseillais », Articulo – Journal of Urban Research [En ligne], No.8, URL : http://articulo.revues.org/1973. DOI : 10.4000/articulo.1973

Dris N., 2005, « Formes urbaines, sens et représentations : l’interférence des modèles », Espaces et sociétés, No.3, 87-98.

Gamal Saïd N., 2013, « Le Caire derrière les murs : étudier la configuration sensible de la ville d’Al-Réhab », Ambiances [En ligne], URL : https://ambiances.revues.org/252. DOI : 10.4000/ambiances.252

Ghorra-Gobin C., Musset A., 2010, « Gated communities et condominios cerrados : les métamorphoses d’un modèle », Cahiers des Amériques latines, No.59, 15-16.

Glasze G., 2003, « L’essor global des complexes résidentiels gardés atteint-il l’Europe », Études Foncières, No.101, 8-13.

Glasze G., Alkhayyal A., 2002, « Gated housing estates in the Arab world: case studies in Lebanon and Riyadh, Saudi Arabia », Environment and Planning B: Planning and Design, Vol. 29, No.3, 321-336. DOI : 1O.1068/b128251

Hathout Z., 2009, Les résidences fermées à Annaba (Nord Est algérien) : Un produit résidentiel libéral menaçant la ville, Mémoire de magister en urbanisme, Université Badji Mokhtar-Annaba, biblio.univ-annaba.dz/wp-content/uploads/2014/05/maj.pdf

Jacquin C., Capron G., 2008, « De la gated community au lotissement géant mexicain, une version bon marché de la fermeture résidentielle », Cahiers des Amériques latines, Vol. 59, 33-53. URL : http://cal.revues.org/1091. DOI : 10.4000/cal.1091

Le Goix R., 2005, « La dimension territoriale des gated communities aux États-Unis : la clôture par contrat », Cercles [En ligne], No.13, 97-121. URL : http://www.cercles.com/n13/legoix.pdf.

Le Goix R., 2007, « The impact of gated Communities on property values: evidence of changes in real estate markets -Los Angeles, 1980-2000 », Cybergeo : Revue européenne de géographie [En ligne], Dossiers, document 375. URL : http://cybergeo.revues.org/6225. DOI : 10.4000/cybergeo.6225

Le Goix R., 2010, « Les lotissements fermés : effets de contexte », Les Cahiers de l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la région Île-de-France, No.155, 73-76.

Le Goix R., Vesselinov E., 2013, « Gated communities and house prices: Suburban change in southern California, 1980–2008 », International Journal of Urban and Regional Research, Vol. 37, No.6, 2129-2151. DOI : 10.1111/j.1468-2427.2012. 01139.x

Le Goix R., Vesselinov, E., 2014, « Inequality Shaping Processes and Gated Communities in US Western Metropolitan Areas », Urban Studies, Vol. 52, No.4, 619-638. DOI : 10.1111/j.1468-2427.2012.01139.x

Lesbet J., 1985, La casbah d’Alger : gestion urbaine et vide social, Alger, OPU.

Madoré F., 2004, « Le développement des complexes résidentiels clos en France », Les publications d'architecture et d'urbanisme, No.337, 43-48. <halshs-00325618>

Madoré F., Glasze G, 2003, « L'essor des ensembles résidentiels clos en France : un phénomène en expansion et aux ressorts multiples », Geographica Helvetica, Vol. 58, No.4, 325-339.

Madoré F., Vuaillat F., 2009, « Les logiques sécuritaires dans le discours des promoteurs et des résidents des ensembles résidentiels fermés : l’exemple de Nantes », Norois, No.3, 9-22. DOI : 10.4000/norois.2937

Mahfouf N., 2014, Du lotissement à la résidence fermée : une nouvelle forme d’habitat dans le périurbain Algérois, cas des résidences fermées de la commune de Birkhadem, Mémoire de master en architecture, urbanisme et aménagement durables, EPAU, Alger.

Ravéreau A., 2007, La Casbah d’Alger, et le site créa la ville, Alger, Ed. Sindbad, Collection La bibliothèque arabe.

Retaillé D., 2011, « La transformation des formes de la limite », Articulo – Journal of Urban Research [En ligne], No.6. URL : http://articulo.revues.org/1723. DOI : 10.4000/articulo.1723

Sabatier B., 2005, « Les résidences fermées à Toulouse : une offre immobilière construisant la ville privée », Espaces et Sociétés, No.4, 129-149. DOI : 10.3917/esp.123.0129

Semmoud N., 2015, « Les marges urbaines : un analyseur privilégié de l’urbanisme d’Alger ? », Les Cahiers d’EMAM [En ligne], URL : http://emam.revues.org/1091. DOI : 10.4000/emam.1091

Haut de page

Notes

1 La wilaya est l’équivalent d’un département français. Celle d’Alger s’étale sur une superficie de 809,22 km². Elle est composée de 57 communes structurées en 13 daïras.

2 La ZEUA s’étale sur une superficie de 733,68 km², ce qui représente 90, 67 % de la surface totale de la wilaya d’Alger.

3 En Algérie, le concept de périurbain ne constitue pas une catégorie statistique comme celle définie par l’INSEE en France. L’Office National des Statistiques (ONS) et les scientifiques algériens adoptent le concept de périurbain pour s’aligner sur l’international et pour désigner les communes périphériques en dehors des limites du périmètre de l’agglomération urbaine. Dans ce travail, le périurbain définit les communes périphériques où l’urbain et le rural s’interpénètrent et il correspond à l’ensemble des communes classées à prédominance urbaine, mixtes et à ou prédominance rurale par l’ONS dans l’armature urbaine de 2010.

4 On enregistrait de 7,3 % à Beni Messous et El Achour, 6,3 % à Ouled Fayet, 6,5 % à Dar El Beida, 3,5 % à Birkhadem… sachant que la moyenne nationale était de l’ordre de 1,61 %.

5 Nous avons retenu les critères de définition d’un ensemble résidentiel fermé formulés par Renauld Le Goix (2005) dans son travail sur la dimension territoriale des gated communities aux États-Unis et ceux d’Elisabeth Dorier-Apprill, Isabelle Berry-Chikhaoui et Sébastien Bridier (2012) dans leur article sur la fermeture résidentielle appliquée au cas marseillais.

6 Échelle développée par le psychologue américain Rensis Likert en 1932 pour mesurer les attitudes des items, en attribuant une valeur d’échelle de 1 à 5 pour mesurer le degré de faveur ou de défaveur des indicateurs : 1) Pas du tout d’accord ; 2) Pas d’accord ; 3) Neutre ; 4) D’accord ; 5) Très d’accord.

7 Une enquête recourant à la méthode de la boule de neige a été effectuée auprès d’un échantillon composé de 45 ménages. Elle s’est déroulée les week-ends et au cours de la semaine entre 16 h et 19 h, dans trois résidences fermées situées à Birkhadem : la résidence Bouchama, la résidence Tewfik et la résidence des Platanes. Le choix de ce type d’enquête s’explique par les contraintes d’accès au sein des résidences et la difficulté d’approcher les résidents qui sont souvent absents au cours de la journée. Après avoir distribué le questionnaire aux résidents, leur collecte s’est faite, selon leur choix, par un jeune résident qui s’est porté volontaire, par le gardien de la résidence ou par courrier électronique.

8 À cette époque, la sécurité n’était assurée qu’à l’intérieur des murs ; les campagnes et les espaces extra-muros étaient le domaine des bandits et autres coupeurs de routes.

9 Appellation des maisons de la casbah.

10 L’entretien des espaces collectifs privés intérieurs de la douïra est pris en charge quotidiennement par les femmes à tour de rôle alors que les espaces extérieurs communs sont entretenus et contrôlés par les hommes, selon les règles établies par les résidents.

11 Les résidences fermées ne sont pas prises en compte comme un type à part d’habitat dans le recensement général de la population et de l’habitat (RGPH) par l’Office National des Statistiques (ONS). Elles sont donc englobées dans les données sur l’habitat (individuel ou collectif).

12 Ce recensement a été réalisé en 2014, en collaboration avec Nabila Mahfouf, au cours de la première phase d’un programme de recherche universitaire (CNEPPRU) et qui a fait l’objet de son master intitulé Les lotissements fermés du périurbain d’Alger : prémices du développement des résidences fermées. Cas de la commune de Birkhadem, soutenu en avril 2014 sous la direction d’Atika Benazzouz-Belhai et Nadia Djelal.

13 Nous avons donné le nom de l’ancienne exploitation agricole « El Djenan » qui signifie « jardin » à la résidence pour sauvegarder la mémoire du site.

14 À la révolte d’une jeunesse souffrant de mal-vie, en octobre 1988, succèdent des violences pour l’instauration d’une théocratie, dans un contexte d’instabilité des institutions.

15 Le grillage de type Zimmermann est une clôture en grillage galvanisé simple torsion et en rouleaux décamétrique. Le grillage est utilisable pour délimiter différents sites (résidentiels, industriels, agricoles, voiries). Il est facile à installer grâce à la liaison des poteaux aux rouleaux avec des accessoires de fixation (agrafes, fil d’attache, tendeurs...).

16 L’appropriation des voies publiques par des jeunes qui s’autoproclament gardiens de parking et réclament le droit de stationnement aux automobilistes venant garer leur voiture le long de la voie qui va de 100 à 200 DA/jour.

17 Entretien avec Larbi Marhoum, architecte-urbaniste algérien de renom, mai 2016.

18 Pour l’indicateur de l’importance de la superficie du site, nous avons déterminé cinq classes de résidences en fonction de leur superficie : 1) sup ≤ 20 000 m² ; 2) 20 000 ≥ sup ≤ 50 000, 3) 50 000 ≥ sup ≤ 100 000 m² ; 4) 100 000 ≥ sup ≤ 200 000 m² et 5)  ≥ 400.000 m2 (club des Pins).

19 La délimitation du périmètre de protection de la résidence d’État “du Sahel” a fait l’objet du décret exécutif n°10-316 du 21 décembre 2010 dans le JORA n°77. Le décret avait pour objectif d’instituer son contour et de fixer les règles de sureté et de sécurité applicables à l’intérieur de cet espace.

20 Les vigiles sont parfois armés. Dans le cas de la résidence d’État, la protection de tout le périmètre est assurée par le wali d'Alger en collaboration avec son directeur général, conformément aux lois et règlements en vigueur, et selon un plan de sécurité défini conformément aux dispositions du décret n°84-105 du 12 mai 1984.

21 Les valeurs marchandes des lots de terrain dans les résidences peuvent atteindre des sommes très élevées. Le prix des logements varie entre 20 000 et 30 000 DA/m². Le prix de location d’un appartement au sein d’une résidence fermée varie quant à lui entre 100 000 DA et 180 000 DA par mois alors que la moyenne communale est de 40 000 DA par mois. Selon le taux de change de la banque d’Algérie, 1 € est égal à 123 DA, mais sur le marché informel, 1 € est égal à 190 DA, en juin 2017.

22 Dans les traditions algéroises, un dîner est organisé pour les amis et les voisins du quartier pour la célébration des fêtes de mariage durant la semaine qui précède la cérémonie officielle.

23 Il semble cependant que certains promoteurs soient désormais sensibilisés à cette décohésion sociale et commencent à réagir, en intégrant des équipements de proximité et en aménageant des espaces de rencontres pour les résidents. C’est ainsi que la crèche prévue dans la résidence « Urba 2000 » a été supprimée du projet, car le promoteur a jugé que le projet était trop dense et a décidé d’aménager à la place de la crèche un espace d’animation, de détente et de rencontre pour renforcer les liens de voisinage entre les résidents.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1 : Une résidence fermée réalisée par un promoteur immobilier, au milieu d’un terrain agricole et à proximité de la forêt de Saoula
Crédits Cliché : Benazzouz-Belhai, mai 2015
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 1 : Taux d'insécurité ressentie par les résidents de la cité « 498 logements »
Crédits Source : Benazzouz-Belhai, enquête par entretien à la cité « 498 logements »
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Photo 2 : Le réaménagement de la cité « 498 logements » par l’APC
Crédits Cliché Benazzouz-Belhai 02/02/2017
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Photo 3 : Marché informel et problèmes de circulation dans la cité « 498 logements »
Crédits Cliché Benazzouz-Belhai 12/09/2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 2 : La fragmentation à l’échelle de la cité « 498 logements » à Bab-Ezzouar par la mise en place des clôtures
Crédits Source : Image satellite Google Earth (08/07/2009), traitée par Benazzouz-Belhai
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 : Diagramme en radar des caractéristiques des ensembles résidentiels fermés existants dans la ZEUA d’Alger
Crédits Source : Benazzouz-Belhai, relevés de terrain, 2014 puis 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 48k
Titre Figure 4 : Site et situation des trois résidences étudiées
Crédits Source : Image satellite Google Earth, traitée par Benazzouz-Belhai, février 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-7.png
Fichier image/png, 973k
Titre Figure 5 : Démarche administrative pour délivrer une autorisation d’établissement de clôture
Crédits Source : Benazzouz-Belhai, enquêtes par entretien avec les responsables des services d’urbanisme des APC de la ZEUA et de la DUAC d’Alger
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Photo 4 : Contrôle des papiers d’identité par un vigile (24/24) pour l’accès à la résidence privée à Birkhadem
Crédits Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juillet 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 5 : RF « Taher Bouchette » de type mixte gardée 24/24 et 7/7 sise à Texeraine à Birkhadem
Crédits Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juillet 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 6 : Une résidence fermée, gardée le jour, issue de la promotion immobilière publique à Gué De Constantine
Crédits Cliché : Benazzouz-Belhai, Gué De Constantine, mai, 2016.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Photo 7 : La résidence Tewfik au sein d’un lotissement pavillonnaire : clôturé mais non surveillé à Birkhadem
Crédits Cliché : Benazzouz-Belhai, Birkhadem, juin, 2015.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Titre Figure 6 : Le degré d’enfermement des résidences dans la ZEUA d’Alger
Crédits Source : Benazzouz-Belhai, relevés de terrain, 2014 et 2016
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/28893/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Atika Benazzouz-Belhai et Nadia Djelal, « Les résidences fermées dans les périphéries d’Alger, produits d’un impératif sécuritaire et de disparités sociales », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 839, mis en ligne le 12 janvier 2018, consulté le 24 avril 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28893 ; DOI : 10.4000/cybergeo.28893

Haut de page

Auteurs

Atika Benazzouz-Belhai

Aménageur-urbaniste, enseignante-chercheur, Laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable), École polytechnique d’architecture et d’urbanisme - EPAU d’Alger, Algeria
atikabenazzouz@yahoo.fr
a.benazzouz-belhai@epau-alger.edu.dz

Nadia Djelal

Géographe-urbaniste, Professeur des universités, Laboratoire VUDD (Ville Urbanisme Développement Durable) et École polytechnique d’Architecture et d’Urbanisme - EPAU d’Alger, Algeria
nadiadjelal@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page