Navigation – Plan du site
2018

Brès A., Beaucire F., Mariolle B. (dir.), 2017, Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles, Genève, Metis Press, 251 p.

Gabriel Dupuy

Texte intégral

1Ce livre rend compte d’une recherche financée par l’ANR (FRUGAL : Figures Rurales de l’Urbain GénérALisé). Quatorze auteurs y ont contribué, représentant six équipes de recherche. Comme dans beaucoup de recherches de ce type, le travail réalisé est considérable. On ne peut qu’apprécier la mobilisation de plusieurs disciplines (géographie, architecture, ethnologie, écologie…), le nombre d’enquêtes et de traitements statistiques, l’importance du travail de terrain, la cartographie et jusqu’au graphisme de la présentation de l’ouvrage. Bien qu’il ne s’agisse pas ici d’une monographie, on ne peut s’empêcher de penser à la somme interdisciplinaire réalisée il y a un demi-siècle sur un thème voisin sous la direction d’Edgar Morin (1967).

2La recherche et l’ouvrage qui en résulte sont animés par une idée forte, presque une thèse. Il s’agit de déconstruire la vision « urbaine » imposée en France depuis des décennies non seulement sur l’extension des villes mais sur les campagnes. Cette vision s’est traduite dans des catégories d’analyse mais, surtout, elle a sous-tendu des politiques. L’opposition entre ville compacte et espaces faiblement peuplés, entre densité vertueuse et étalement urbain répréhensible, illustrent la tendance.

3Dans la méthode apparaît une originalité notable : la délimitation cartographique de quatorze carrés-échantillons de 50 km de côté, répartis sur l’ensemble du territoire français métropolitain, évitant soigneusement les villes de plus de 20 000 habitants et les parcs naturels. L’essentiel du travail a porté sur ces quatorze espaces. En complément, le livre présente des « focus » indispensables pour certaines approches (ethnologique par exemple). C’est ainsi la diversité des campagnes d’aujourd’hui que les auteurs ont voulu prendre en compte, tout en gommant le régionalisme ordinaire et en cherchant à faire ressortir les « figures d’un urbain généralisé ».

4Le propos est incontestablement rafraîchissant comme l’ont été en leurs temps les démarches de G. Bauer et J.-M. Roux (1976) et celle d’Y. Chalas et G. Dubois-Taine (1997). Le livre comporte de nombreuses photos qui (malgré l’absence de légende) montrent immédiatement au lecteur le décalage entre le cliché urbain/rural habituel et la réalité que cherchent à cerner les auteurs.

5Les moyens significatifs mis en œuvre pour ce travail ont permis de recueillir et de traiter nombre d’informations inédites et très intéressantes sur les trajets domicile-travail, sur les distances aux commerces, sur les pratiques habitantes, sur l’« urbanisme rural » qui régit ces espaces. Là aussi, les images toutes faites se fissurent, les clichés se fendillent. Le « rurbain » n’a plus aucune évidence et sa condamnation sans appel au motif de non-durabilité perd beaucoup de sa force.

6Le lecteur voit-il alors apparaître au fil des pages l’urbain généralisé annoncé par le titre FRUGAL ? Oui et non. Oui, car la considération des espaces bâtis continus, les « agrégats » selon le terme d’un des auteurs, fait bien ressortir en plan une granulométrie caractéristique de l’urbain généralisé. Pas de « désertification rurale », pas d’« étalement », pas de « mitage » dans ce tableau mais des granules d’habitat partout présents quoiqu’avec des tailles différentes, comme si l’on avait saupoudré un peu de ville sur tous les espaces, ce qui les rend, quoiqu’on en dise, vivables et même durables.

7Pourtant, ces figures granulaires diffèrent d’une région à l’autre (en fait d’un carré à l’autre dans l’étude de FRUGAL) sans que ces différences régionales soient assumées par l’analyse. À quoi sont-elles dues : histoire de l’occupation des territoires, structures agraires, divisions foncières ou modes d’habitat ? Par ailleurs, les grandes villes, les métropoles, logiquement laissées de côté par l’approche adoptée, sont quand même une réalité. Leur attractivité en termes d’emplois, de services n’est pas contestable. Comment alors les réintégrer dans l’urbain généralisé ? Après avoir intelligemment déconstruit, les auteurs, tout comme précédemment Bauer et Roux (1976) ou Chalas et Dubois-Taine (1997), peinent à reconstruire. Pourquoi ? Peut-être manque-t-il ici une vision historique. Celles qui sous-tendaient les monographies ruralistes de naguère ne sont plus de mise. L’exode rural a perdu sa force explicative. L’histoire de l’automobilisation qui marque puissamment depuis plus d’un siècle l’espace français n’est probablement pas assez mise en avant, alors que la voiture est partout présente derrière les analyses proposées.

8Peut-être, simplement, est-il trop tôt pour tirer la conclusion d’une telle recherche, résolument collective. Prudemment, l’ouvrage ne propose pas de conclusion. En tous cas, à la suite des deux livres pré-cités (sur la rurbanisation et la ville émergente), celui-ci est un jalon marquant sur la route d’une redéfinition des rapports ville/campagne en France.

Haut de page

Bibliographie

Morin E. (dir.), 1967, Commune en France. La métamorphose de Plodemet, Paris, Fayard.

Bauer G. et Roux J.-M., 1976, La rurbanisation ou la ville éparpillée, Paris, Éditions du Seuil.

Chalas Y. et Dubois-Taine G. (dir.), 1997, La ville émergente. La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gabriel Dupuy, « Brès A., Beaucire F., Mariolle B. (dir.), 2017, Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles, Genève, Metis Press, 251 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 10 janvier 2018, consulté le 18 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/28908

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page