Navigation – Plan du site
2018

Staszak J.-F. (dir.), 2017, Frontières en tous genres. Cloisonnement spatial et constructions identitaires, Rennes, PUR, 212 p.

Défaire les frontières
Marianne Blidon

Texte intégral

1L’ouvrage collectif Frontières en tous genres coordonné par Jean-François Staszak a été pensé dans le prolongement d’un enseignement éponyme de géographie culturelle et politique dispensé en ligne. Le postulat sur lequel il repose est que « beaucoup de groupes ne préexistent pas aux frontières qui semblent les séparer ; elles ne viennent pas entériner un ordre antérieur : ce sont ces frontières, qui, en cloisonnant l’espace, différencient et souvent opposent les groupes concernés. Fréquemment, les frontières fabriquent les groupes qu’elles séparent » (p. 11). Les frontières sont appréhendées « comme un dispositif matériel et symbolique fonctionnant de manière performative » (p. 11). Ce qui revient à affirmer que « cela n’a pas de sens de dénoncer une frontière comme artificielle : elles sont toutes produites par des êtres humains » (p. 25). Néanmoins, ce n’est pas parce qu’elles ne doivent rien à la nature, qu’elles ne sont pas constitutives de l’espace et des spatialités en opérant des fonctions de passage et de filtrage. « Naturalisées, fétichisées et réifiées, hiérarchisées, les frontières sont le motif phare de la séparation, et l’instrument du cloisonnement. » (p. 27) L’approche adoptée est donc résolument constructiviste. Elle puisse ses références pluridisciplinaire principalement, mais pas exclusivement, en sociologie (Pierre Bourdieu, Ervin Goffman), en philosophie (John Searle, Michel Foucault), en études féministes et postcoloniales (la théorie de la performance de Judith Butler, les travaux sur l’orientalisme d’Edward Saïd, ceux sur les subalternes de Gayatri Spivak), tout en étant fortement marquée par les apports théoriques des géographies culturelles anglophones (les théories non représentationnelle de Nigel Thrift, les travaux de Denis Cosgrove sur le paysage). Au fil du texte, de très nombreuses illustrations en couleur viennent étayer le propos et rappeler que les images sont constitutives des phénomènes qu’elles mettent en scène, qu’elles affectent « les imaginaires, les identités, les pratiques et in fine (...) la matérialité du monde » (p. 13).

2Huit chapitres – un programmatique et sept thématiques – écrits à une ou plusieurs mains par six enseignants de l’Université de Genève composent l’ouvrage, ce qui participe de sa cohérence globale tant sur le fond que sur la forme. Le premier chapitre intitulé Frontières, identité, altérité revient sur les notions centrales notamment celle d’espace en tant que production sociale et facteur de la construction du social. L’identité et l’altérité sont définies comme les deux dimensions d’un phénomène qui distingue le même et l’autre, l’endogroupe et l’exogroupe. Néanmoins, si l’altérité suppose une dichotomie, elle suggère une hiérarchie. « La catégorisation du même et surtout de l’autre procède par stéréotypisation : il s’agit de réduire l’identité de l’autre à une de ses caractéristiques (réelles ou non) et de l’essentialiser comme relevant de sa nature et définissant celle-ci » (p. 23). L’exotisme, sujet cher à Jean-François Staszak, illustre la valorisation d’une altérité posée en objet de désir. En effet, la construction du couple identité et altérité s’inscrit dans des matrices de domination dont les trois principales sont la classe sociale, « la race » au sens étatsunien et le genre, ce qui invite à une lecture intersectionnelle des rapports de pouvoir. Les acteurs, leurs pratiques et leurs représentations, sont donc au centre de l’analyse.

3Une fois posé le cadre théorique et conceptuel de l’ouvrage, sept thématiques (le genre, la ville, les ethno-régionalismes, les frontières interétatiques, les grands découpages du mondes…) qui relèvent d’échelles et de temporalités différentes sont développées. La première examine, à partir de la réclusion domestique des femmes telle que figurée par la peinture de genre du xviie siècle qui en fixe la norme et de leur exclusion de l’espace public, comment l’espace est impliqué dans la (re)production des rôles sexués et des identités de genre. La peinture comme mise en ordre du monde assigne les places et les rôles dévolus à chacun. Pour Jean-François Staszak, « les garçons et les filles, en tant que sujets genrés, ne préexistent pas à la frontière qui les sépare, ils sont en tant que tels institués par elle » (p. 57). Néanmoins, cet ordonnancement des sexes, entre l’espace public et l’espace domestique, souffre de nombreuses contradictions. Leonore Davidoff et Catherine Hall (2014) soulignent qu’au xixe siècle en Angleterre, « l’assimilation des femmes à la sphère domestique devint l’un des éléments clés définissant le statut social de la bourgeoisie » (p. 269). La production des normes de genre, des mises à distance et des séparations qu’elles induisent dans tous les aspects de la vie quotidienne, familiale mais aussi économique, politique ou religieuse, permet de se construire en tant que classe et que classe urbaine. La confrontation des attentes genrées et des situations sociales met en lumière des frontières mouvantes entre ces différents espaces autant que les potentielles marges de manœuvre. Cet exemple conforte la thèse centrale de l’ouvrage à savoir que les catégories ne sont pas seulement dichotomiques mais aussi spatialisées et hiérarchisées.

4Le second exemple, pris en charge par Raphaël Pieroni, porte sur les frontières urbaines, qu’elles soient matérielles ou symboliques, qu’elles s’incarnent dans les éléments architecturaux, les usages ou les comportements. La ségrégation urbaine est une des dimensions étudiées ainsi que les dispositifs spatiaux à différentes échelles (des quartiers réservés en passant par les prisons ou le mobilier urbain) qui participent à la production de catégories comme celle d’indésirables. « Prendre les dispositifs de gestion de l’espace public urbain au sérieux, c’est être attentif à leur rôle dans la production de normes sociales et la constitution de collectifs sociaux, définis par leur légitimité à occuper une certaine place et à s’y livrer à différents usages » (p. 75). Le mobilier urbain est ainsi moins appréhendé dans sa matérialité que dans sa contribution à la construction de l’identité et de l’altérité.

5À partir principalement de l’exemple des cartes et des découpages de l’Afrique, Frédéric Giraut montre ensuite « le biais des approches essentialistes et ethnorégionalistes, et notamment leur capacité à performer l’exclusion et le cloisonnement au nom de la révélation de territorialités originelles et légitimes » (p. 101). L’exploration des arguments géopolitiques mobilisés pour justifier l’instauration des frontières, interétatiques ou urbaines, met en évidence une vision fixiste, dans le temps et l’espace, des identités et des territoires qui exclut les coopérations, les espaces partagés et favorise les processus ségrégatifs et l’instauration d’apartheids. Cette perspective critique est d’autant plus heuristique que ce type d’approche peut être instrumentalisé au nom de la paix ou de la reconnaissance, conduisant ainsi des collectifs en quête de réparation et de droits à performer des identités assignées.

6Le quatrième exemple porte sur le paysage qu’Anne Sgard appréhende de l’échelon individuel des perceptions et de l’espace intime à l’échelon global de la circulation des représentations iconiques. L’objectif est de montrer en quoi le paysage contribue à produire de la différence ou du même et comment le paysage est mobilisé pour produire des appartenances individuelles ou collectives. Les formes paysagères constituent un rapport sensible au territoire. « Les paysages, qu’ils soient ceux de l’enfance, ceux du quotidien, ou des paysages exceptionnels, nourrissent, illustrent, confortent des attachements, servent aussi le rejet et le repli. Les controverses autour des nouveaux équipements ou projets (programmes de logements, routes, trains, éoliennes) sont souvent l’occasion de mobiliser l’argument paysager pour défendre un cadre de vie, manifestant ainsi son appropriation » (p. 120).

7À contrecourant des représentations communes, l’exemple suivant s’intéresse aux frontières étatiques en tant qu’archétype de la notion de frontière mais sans pour autant chercher dans les dispositifs qui la matérialisent sa spécificité. Pour Bernard Debarbieux, celle-ci tient davantage à son caractère institutionnel que les acteurs ont intériorisé comme le montre sa genèse. Ainsi, « les frontières étatiques, au sens le plus commun du terme, apparaissent au tournant des xvie et xviie siècles avec l’émergence des premiers États modernes en Europe de l’Ouest. Mieux, elles deviennent alors un attribut constitutif de l’idée même d’État moderne, que dès lors on qualifie souvent d’État territorial, et un opérateur par lequel on circonscrit désormais les peuples » (p. 126). Néanmoins, le bornage qui en marque le tracé précis intervient beaucoup plus tardivement et s’avère moins déterminant que la volonté de « faire coïncider le corps politique (le demos) et la nation politique (l’ethnos) à l’intérieur (des) frontières et (d’)exacerber les contrastes avec les peuples qui sont situés au-delà » (p. 131). Les empires notamment coloniaux et le processus de mondialisation viennent enrichir cette lecture critique.

8Dans la lignée des travaux de Christian Grataloup (2009), l’avant-dernier chapitre, écrit par Jean-François Staszak, Juliet Fall et Frédéric Giraut, est consacré aux grands découpages en continents, en civilisations et autres aires culturelles ou en niveau d’avancement du développement. En effet, cette entreprise qui vise à mieux appréhender le monde conduit à réduire sa complexité à « un schéma simpliste ; les contradictions internes aux ensembles [étant] lissées ; les connexions et échanges à la base même de toute culture [étant] niés » (p. 161). La vocation du géographe n’est alors pas de proposer de meilleurs découpages plus précis, plus adéquats, plus performants, mais d’en montrer les limites et les biais propres à toute opération de catégorisation ainsi que les implicites et les effets liés à toute opération d’ordonnancement du monde.

9Le dernier chapitre, rédigé par Juliet Fall et consacré au lien entre nature, frontière et identité à l’échelle globale, s’inscrit dans la continuité du précédent. « Son hypothèse centrale est que la nature, conçue comme un tout à l’échelle planétaire, sorte d’Eden originel, ne préexiste pas aux divisions politiques. Au contraire, ce sont précisément des frontières, qui, opérant des cloisonnements, instaurent certains espaces comme ressortissant de la nature, et d’autres du social et/ou du culturel » (p. 169-170). Les frontières ne sont pas plus naturelles que les limites des réserves dites naturelles. Il convient donc de « comprendre à quel point la notion d’ordre, associant une chose, un être ou un humain à une place spécifique, est profondément inscrite dans la conception occidentale de la nature. Dès lors appréhender la nature sans prendre en compte les formes de sa spatialisation est un non-sens : l’idée même de nature repose sur la mise en espace de catégories sociales spécifiques » (p. 183). Cette lecture critique permet d’échapper la triple impasse de la réification, de la naturalisation et de la fétichisation.

  • 1 Ainsi que le colloque international qui a suivi sa parution : Un paysage global de camps (Paris, 22 (...)
  • 2 La prise de position de Paul B. Preciado dans Libération (15/01/2018) en est une bonne illustration (...)

10À l’heure d’un renforcement des tensions politiques autour des questions frontalières et migratoires, cet ouvrage critique s’avère particulièrement salutaire pour offrir un socle scientifique solide au débat démocratique. On regrettera néanmoins la place secondaire accordée à la matérialité des corps et des frontières dont les effets sont loin d’être anecdotiques et dont la prise en compte aurait permis un dialogue fécond avec des courants de la géographie radicale, des études migratoires ou de la mondialisation par le bas. Ainsi, les travaux conduits sur les délégations de compétence en matière de gestion de la frontière dans le Sahara (Brachet, Choplin, Olivier, 2011), sur l’encampement (Agier, 2014)1, les échanges à l’ombre d’un mur (Latte Abdallah, Parizot, 2011) ou les techniques biométriques de contrôle auraient permis d’enrichir la compréhension des phénomènes à l’œuvre au-delà de leur seule déconstruction. De même, une approche queer plus centrée sur les corps et la manière dont le régime sexuel2 inscrit des frontières au quotidien aurait peut-être mieux servi le propos et permis d’incarner davantage les effets des frontières dans le vécu des individus qui ne bénéficient pas des privilèges institués du fait d’être localisé du bon côté de la frontière. En ce sens, une lecture plus réflexive de l’institution et de la production géographique aurait pu éclairer davantage la portée critique de l’ouvrage qui n’est pas produit de nulle part et s’oppose implicitement à des courants classiques de la géographie.

11Malgré ces limites, il convient de saluer la grande qualité de cet ouvrage collectif qui est d’une rare cohérence, fait suffisamment rare pour être salué. Sa lecture est stimulante tout en restant accessible. Elle intéressera les géographes mais plus largement les lecteurs de sciences sociales intéressés aux questions spatiales et à une lecture critique du social. In fine, cet ouvrage restera de ceux qui font aimer la géographie et donnent des jalons pour aider à penser le monde contemporain en des temps troublés.

Haut de page

Bibliographie

Agier M. (dir.), 2014, Un Monde de Camps, Paris, La Découverte.

Brachet J., Choplin A., Pliez O., 2011, « Le Sahara entre espace de circulation et frontière migratoire de l'Europe », Hérodote, Vol. 142, No.3, 163-182.

Davidoff L., Hall C., 2014, Family Fortunes. Hommes et femmes de la bourgeoisie anglaise, 1780-1850, Paris, La Dispute.

Grataloup C., 2009, L’invention des continents, Paris, Larousse.

Labrot É., Ségur P. (dir.), 2011, Un monde sous surveillance ?, Perpignan, Presses universitaires de Perpignan.

Latte Abdallah S., Parizot C. (dir.), 2011, A l’ombre du Mur : Israéliens et Palestiniens entre séparation et occupation, Arles, Actes Sud/MMSH.

Haut de page

Notes

1 Ainsi que le colloque international qui a suivi sa parution : Un paysage global de camps (Paris, 22-24 octobre 2014). Une partie des interventions ont été filmées et sont visibles à l’adresse suivante : https://webtv.citedelarchitecture.fr/thematiques-collections/paysage-camps

2 La prise de position de Paul B. Preciado dans Libération (15/01/2018) en est une bonne illustration (http://www.liberation.fr/debats/2018/01/15/lettre-d-un-homme-trans-a-l-ancien-regime-sexuel_1622570).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Staszak J.-F. (dir.), 2017, Frontières en tous genres. Cloisonnement spatial et constructions identitaires, Rennes, PUR, 212 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 février 2018, consulté le 15 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29079

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

IDUP, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, France
marianne.blidon@univ-paris1.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page