Navigation – Plan du site
2018

Collectif Degeyter, 2017, Sociologie de Lille, Paris, La Découverte, 128 p.

La métropolisation lilloise : d’un récit à l’autre ?
Aurélien Delpirou et Thomas Pfirsch

Texte intégral

  • 1 Aurélien Delpirou achève actuellement, avec Marco Cremaschi (Sciences Po), la rédaction d’une Socio (...)

1Après Paris, Bordeaux, Lyon, Marseille et Nantes, le dernier opus de la collection « Sociologie des villes » des éditions La Découverte est consacré à l’agglomération lilloise1. Ce petit ouvrage vient à point nommé puisque les travaux universitaires de synthèse sur la quatrième aire urbaine de France sont rares : on ne comptait pas de présentation générale des dynamiques urbaines de Lille depuis le livre des géographes Didier Paris et Jean-François Stevens Lille et sa région urbaine. La bifurcation métropolitaine, publié en 2000. Or, 17 ans plus tard, c’est précisément contre la perspective de ce dernier ouvrage que s’inscrit Sociologie de Lille.

Déconstruire la « fabrique » d’une métropole

2Il s’agit en effet d’un livre à thèse, qui cherche à déconstruire les images de la ville fabriquées par le marketing territorial : la « bifurcation » métropolitaine, culturelle et tertiaire de Lille, vantée par les élus locaux pour avoir redonné à la ville son attractivité, ne serait en réalité ni consensuelle ni un succès. Non seulement elle n’aurait pas effacé les traces d’un passé industriel caractérisé par de très fortes inégalités, qui font de Lille l’une des agglomérations les plus ségrégées de France (p. 43), mais elle aurait même réactivé l’opposition entre patronat textile et ouvriers, héritée de l’ère industrielle, en la transformant en une opposition entre bourgeoisie d’affaires et classes populaires précarisées. Ce rapport de domination continuerait à structurer la morphologie urbaine (chapitre 1), la géographie sociale (chapitre 3), les pratiques scolaires (chapitre 4) et les comportements politiques locaux (chapitre 5). Lille serait ainsi un « laboratoire » (p. 52) des restructurations économiques contemporaines et de cette société « hyper-industrielle » (Veltz, 2017) caractérisée par l’hybridation entre tertiaire et industrie.

3Mais la perspective critique des auteurs va plus loin puisque, selon eux, la tertiarisation de Lille, loin de résulter d’une adaptation progressive aux transformations du capitalisme industriel et de la mondialisation, relèverait d’un véritable « projet » politique (p. 4), clair et intentionnel, porté dès les années 1960 par l’État, puis relayé par le patronat et les élus locaux. Ce projet aurait trouvé dans la métropolisation (la notion est hélas réduite à sa dimension politique : p. 41) son principal outil. Ainsi, la création de la communauté urbaine de Lille en 1966 aurait joué un rôle de lissage des conflits et de dépolitisation des enjeux de la reconversion économique, permettant aux élites locales de s’unir autour d’un objectif consensuel susceptible de préserver leurs intérêts (chapitre 2). Ce projet, « largement noué à l’insu des citoyens » (p. 32), aurait été notamment porté par les élus socialistes, culminant avec les mandats de Pierre Mauroy puis, dans une version plus culturelle, de Martine Aubry, en lien avec une politique évènementielle dont le dernier chapitre du livre propose une critique virulente.

4Cette perspective est pleinement assumée par les auteurs, un collectif pluridisciplinaire de chercheurs issus des universités lilloises (sociologues, politistes et un géographe). Elle a l’intérêt de déconstruire les discours répétés ad nauseam par les élus, aménageurs et autres notables locaux sur la réussite de Lille comme métropole tertiaire et culturelle, mais aussi de mettre la focale sur les classes populaires de la ville, largement invisibilisées par le marketing territorial. Les auteurs sont ainsi très convaincants lorsqu’ils décrivent les inégalités profondes de la métropole lilloise et les dynamiques ségrégatives originales qu’elles entrainent, mettant au jour certains résultats de portée plus générale pour les études urbaines. En effet, la démonstration s’appuie à la fois sur la compilation de recherches récentes sur l’agglomération lilloise et sur l’exploitation des données du recensement de la population de 2012 (chapitre 3), présentées dans des tableaux de synthèse permettant une comparaison avec d’autres capitales régionales.

5Le livre a ainsi le mérite de rappeler l’existence de modèles locaux de métropolisation très différents : alors qu’à Toulouse et à Lyon, la tertiarisation s’accompagne du maintien d’une importante base d’emplois industriels et repose essentiellement sur le tertiaire supérieur marchand, à Lille et à Marseille, la désindustrialisation a été beaucoup plus forte et c’est l’emploi tertiaire public – bien plus que les services marchands – qui a permis de la compenser, très partiellement toutefois (p. 47). En somme, Lille, comme Marseille, est une ville de fonctionnaires, marquée par un poids fort de l’emploi dans l’administration publique, l’enseignement, la santé et le social (34 % de l’emploi total) – réalité qui tranche nettement avec l’image de ville de cadres du privé portée par le quartier Euralille, dont le livre rappelle à la fois le demi-échec et l’effet trompe-l’œil. Un autre point commun avec Marseille est le poids des classes populaires dans le centre de l’agglomération, les élites ayant massivement quitté le centre pour les banlieues proches depuis le début du 20e siècle, notamment le long du « grand boulevard » qui relie Lille à Roubaix et Tourcoing. Cela différencie nettement Lille des autres grandes villes françaises et la rapproche d’un « modèle de l’Europe du Nord-Ouest » (p. 54), voire de certaines métropoles méditerranéennes.

6Une autre spécificité lilloise réside dans le caractère original qu’y revêt la gentrification, définie par les auteurs comme incomplète et « marginale » (p. 56), selon l’expression de Damaris Rose (1984), car mettant en jeu des « jeunes qualifiés précaires » (p. 57), majoritairement locataires et n’entrainant pas d’éviction rapide des classes populaires locales, en particulier dans les quartiers péricentraux. Malgré des « politiques de peuplement » menées, selon les auteurs, sous couvert de revitalisation culturelle (p. 38), la greffe de la gentrification prend lentement dans une ville qui conserve un parc de logement social important. Enfin, alors que la plupart des études de géographie sociale se concentrent sur la population active urbaine, l’un des intérêts de l’ouvrage est de montrer, aux côtés des ouvriers, des chômeurs et des précaires, l’importance des inactifs et des personnes durablement éloignées de l’emploi au sein des classes populaires de la ville (comme les femmes au foyer), en particulier à Roubaix (p. 62). On comprend mieux dès lors le chapitre 5, qui déconstruit l’image de la ville comme « bastion socialiste » en montrant que Lille est devenue une des villes les plus abstentionnistes de France (p. 82).

De la désindustrialisation à la métropolisation : l’intentionnalité des politiques publiques en question

  • 2 Sur les biais attachés à la reconstruction a posteriori des politiques urbaines, on pourra consulte (...)

7En revanche, les auteurs sont moins convaincants lorsqu’ils essaient de montrer que ces recompositions sociales et économiques sont l’œuvre d’un projet politique conscient et cohérent. Leur approche présente, en effet, les limites inhérentes aux démarches qui cherchent à reconstituer a posteriori l’intentionnalité des politiques publiques sans s’appuyer sur un véritable protocole méthodologique empruntant aux outils de l’historien (croisement et critique des sources ; contextualisation ; changement de focales)2. La reconversion économique de la ville, amorcée dans le contexte d’une mutation structurelle du capitalisme industriel vers un modèle postfordiste opérée à l’échelle mondiale, est ici vue à travers une lunette locale et rétrospective, qui contribue à gommer les conflits, divergences, hésitations de stratégies économiques au sein des sphères publiques et du patronat local – volontiers présentés comme un bloc homogène. Or, la désindustrialisation de Lille a-t-elle été véritablement choisie ?

8C’est oublier un peu vite que l’État – central et déconcentré – a lancé et financé, entre 1967 et 1987, de très nombreuses initiatives en matière de modernisation du système productif et de réindustrialisation (Merlin, 2002). En témoigne, entre autres, la vision développée par la DATAR dans le fameux Scénario de l’inacceptable3 : en 1970, la technostructure de l’aménagement est encore loin d’envisager l’ampleur de la crise industrielle en cours et de la décroissance urbaine qui l’accompagne. Malgré les difficultés qu’il traverse déjà, le Nord est considéré comme une région destinée à rester industrielle et à conserver à la fois son dynamisme démographique et son primat économique (Plassard, 2002). Même chez le patronat local, de nombreux témoignages montrent que, comme à Marseille (Peraldi, 2015), la plupart des acteurs ne saisissent que tardivement et partiellement la profondeur des mutations qui s’opèrent (Bonte, 2002). Ainsi, lors de la constitution en 1967 d’un groupe de travail interministériel chargé d’étudier les problèmes de l’industrie textile, François Richard, président du Syndicat général de l’industrie cotonnière française, peut encore affirmer qu’un « grand pays qui veut être indépendant ne peut se priver d’une industrie de base vitale aussi indispensable que le textile » et qu’« il est certain que la nouvelle Métropole conservera une vocation textile très importante, justifiée par la connaissance du métier que possèdent ses industriels et leurs collaborateurs »4. Aussi, le double mouvement de concentration dans de grands groupes industriels et de spécialisation des productions (tissus chirurgicaux, textile de pointe), à l’origine de la fermeture de nombreuses PMI, gagnerait à être analysé au-delà du seul prisme de stratégies individuelles de redéploiement des capitaux des élites entrepreneuriales.

9Au contraire, à l’échelle locale, le rôle de la communauté urbaine de Lille apparaît surestimé. En effet, dans un contexte faiblement décentralisé, cette structure n’a disposé que de modestes capacités d’action jusqu’au début des années 1990, date à laquelle la crise industrielle avait déjà pris dans la conurbation lilloise une tournure irréversible. À ce titre, n’est-il pas un peu tautologique de l’accuser de n’avoir su et/ou voulu répondre à celle-ci que sous la forme de politiques de « renouvellement urbain » et de « peuplement », alors que précisément l’urbanisme et le logement sont longtemps restés ses deux seules compétences fortes, adossées à des budgets conséquents ? Même le projet Euralille a été dans les faits pris en charge par des transfuges de la haute fonction publique, comme Jean-Paul Baïetto, Jean-Louis Subileau ou Jean Peyrelevade (Tiano, 2007). Enfin, l’ouvrage est hélas silencieux sur le rôle de la Région, qui détient pourtant depuis 1983 non seulement les compétences les plus stratégiques en matière de politique économique, mais aussi les ressources les plus importantes via les contrats de plan avec l’État, articulés aux fonds de la politique régionale de l’Union européenne.

  • 5 Il s’agit d’une politique d’équipement et de modernisation des huit plus grandes villes françaises (...)
  • 6 Tous les chiffres sont tirés d’une enquête de l’INSEE parue en 2015 : L’aire urbaine de Lille : un (...)

10La même grille de lecture est appliquée à la métropolisation de Lille, présentée successivement comme une « cause » (p. 28), un « mot d’ordre » (p. 30) et finalement une « stratégie » (p. 32). Au-delà d’un contresens sur la notion de « métropole d’équilibre »5, qui ne renvoie que très partiellement au concept de métropolisation tel qu’il a été formulé – bien après – par les chercheurs anglophones (Toynbee, 1970) puis francophones (Veltz, 1996) ou, beaucoup plus tard encore, érigé comme catégorie d’action publique en France (Rochefort, 2002), on peut fortement douter de la réalité comme des effets des politiques publiques en la matière. En effet, à l’exception du coup de pouce du passage du TGV, l’État a bien peu considéré Lille en matière de métropolisation, déployant ses investissements stratégiques loin des régions de tradition industrielle, à Toulouse, Montpellier, Grenoble ou Nice (DATAR, 2000). De même, il est difficile d’affirmer que « si le processus s’intensifie dans les années 1990, c’est à la suite de l’élection de Pierre Mauroy » (p. 34), alors même que c’est la crise de 1992-1995 qui marque un coup d’arrêt presque définitif aux ambitions métropolitaines de Lille et de son projet phare, Euralille, dont la programmation est alors largement réorientée vers le logement, le commerce et le tertiaire public (Paris et Mons, 2009). Aujourd’hui, avec 12,4 % d’emplois relevant de cadres des fonctions métropolitaines, Lille se situe dans la moyenne basse du groupe des grandes aires urbaines du pays – et au dernier rang dans les métiers les plus porteurs d’innovation (7,8 % des emplois)6.

Stratification et géographie sociales : une vision dualiste de la ville

11Une autre limite de l’ouvrage est qu’il propose une vision dualiste de la ville, opposant « ville imaginée » (par les notables : p. 100) et « ville habitée » (par les classes populaires) ; « métropole active et créative » (mise en avant par les pouvoirs publics) et « ville désindustrialisée, précarisée et invisibilisée » (p. 43) ; « ville bourgeoise » et « ville populaire » (chapitre 3). Certes, comme dans bien d’autres villes françaises (à commencer par Paris, voir Préteceille, 2006), la géographie sociale de la ville est encore structurée par l’opposition bourgeoisie / classe ouvrière héritée de l’ère industrielle, mais celle-ci a été, comme bien d’autres villes françaises, largement complexifiée par la tertiarisation, le développement du périurbain, la mobilité sociale intergénérationnelle. Elle fait désormais une large part aux quartiers « moyens-mélangés », pour reprendre l’expression d’Edmond Préteceille (2016, p. 41). Or, alors que les auteurs insistent sur l’importance des fonctionnaires dans la ville et que leurs tableaux montrent que les professions intermédiaires représentent 26 % de la population de l’aire urbaine (p. 53), les classes moyennes sont les grandes absentes du livre. Cette absence est aussi un oubli spatial, l’essentiel du chapitre 3 se focalisant sur les principales villes-centres de l’agglomération (Lille, Roubaix et Villeneuve d’Ascq en particulier), effectivement caractérisées par un dualisme social marqué, et délaissant les couronnes périurbaines, qui sont pourtant parmi les plus vastes de France. Or, à côté du périurbain bourgeois décrit par les auteurs, il existe aussi un périurbain lillois « petit-moyen » (Cartier et al., 2008), notamment dans l’ouest de l’aire urbaine, dans les Weppes, les vallées de la Lys et de la Deûle (Clément, 2017 ; Miot, 2012).

  • 7 Sur ces trajectoires ascendantes, voir aussi les travaux d’Emmanuelle Santelli (2001).

12Ce dualisme se retrouve dans la place – marginale – que le livre accorde à l’immigration. Si le chapitre 1 rappelle le rôle des vagues migratoires successives dans le peuplement de cette grande ville industrielle et frontalière (Belges, Polonais, Italiens, Algériens et Marocains), la situation actuelle des migrants et de leurs descendants dans la ville n’est évoquée que très brièvement (2 pages), dans un chapitre sur les classes populaires et seulement sous l’angle de la racialisation de la question sociale. L’ouvrage laisse ainsi dans l’ombre les parcours de mobilité sociale et spatiale ainsi que l’émergence d’une classe moyenne d’ascendance immigrée, importante mais sous étudiée à Lille comme ailleurs, comme le rappelle la dernière enquête « Trajectoires et origines » de l’Ined (Beauchemin et al., 20167).

« Lille, loin d’Epinal »8, mais dans un splendide isolement

13Une dernière limite du livre, qui explique largement les deux précédentes, réside dans son approche très localiste de Lille. Certes la ville est comparée à Lyon, Toulouse et Marseille, mais tandis que ses transformations sociales et économiques ne sont presque jamais réinsérées dans un contexte international plus large, la métropole apparaît déconnectée de son environnement régional et transfrontalier. Or, de quoi Lille est-il le nom ? Légitimement, les auteurs dépassent le cadre communal pour parler « d’agglomération » (p. 6) et prennent le plus souvent comme espace de référence la partie française de l’aire urbaine INSEE de Lille-Armentières, soit 135 communes et près de 1,2 millions d’habitants. Mais dans une région aussi densément occupée par une urbanisation diffuse, polycentrique et fortement intégrée par les réseaux de transports, on peut se demander si cette échelle est toujours suffisante.

14En effet, peut-on vraiment comprendre toutes les dynamiques urbaines de Lille en la coupant de la frontière et du bassin minier qui l’environnent (Cattan, 2016) ? Bien des analyses des auteurs pourraient être nuancées ou mieux comprises en prenant en compte cette insertion régionale. De fait, la frontière est une autre grande absente du livre. Les discontinuités sont pourtant toujours d’actualité et permettent, par exemple, de nuancer le paradoxe d’une ville ouvrière sans emploi ouvrier (évoqué p. 50) : le très fort sous-emploi ouvrier, présenté comme une spécificité lilloise, est aussi lié à l’important « spatial mismatch » dans cette agglomération où de nombreux ouvriers résident tout en travaillant ailleurs, notamment en Belgique et dans le bassin minier. Ainsi, la violence de la désindustrialisation lilloise tient aussi au fait qu’elle a eu lieu au cœur d’une région qui, elle, a conservé une forte dimension industrielle (notamment la Flandre belge). Si la métropole polarise fortement le tertiaire supérieur régional, d’autres grandes villes voisines conservent un profil et une dynamique d’emploi industriels, comme Dunkerque et Valenciennes (Insee, 2011). La question des mobilités (quotidiennes, résidentielles, sociales) – elle aussi peu abordée dans le livre – semble ainsi essentielle pour comprendre le fonctionnement d’un espace urbain aussi réticulaire et polycentrique que la grande région urbaine polarisée par l’agglomération lilloise.

15Bien sûr, ces limites tiennent largement aux contraintes éditoriales et à la taille de ce court ouvrage, qui a le grand intérêt de fournir une étude très documentée et précieuse des nouvelles formes que prennent les inégalités sociales dans une ville-laboratoire des transformations récentes du capitalisme industriel. Toutefois, sa perspective générale tend à substituer de manière trop systématique un récit à un autre : la vision lisse et béate de la « bifurcation métropolitaine » est remplacée par une lecture rétrospective de la reconversion tertiaire comme projet local de domination élitaire. Le livre s’inscrit ainsi dans une tendance récente des études urbaines, notamment celles inspirées par certaines approches critiques anglophones (Brenner et al., 2010), à rechercher – et facilement trouver – un projet politique à la fois clair et caché derrière les grandes transformations des villes contemporaines, au risque parfois d’une réduction de leur complexité.

Haut de page

Bibliographie

BEAUCHEMIN C., HAMEL C., SIMON P. (dir.), 2016, Trajectoires et origines. Enquête sur la diversité des populations de France, Paris, Ined.

BONTE J., 2002, Patrons Textiles. Un siècle de conduite des entreprises textiles à Roubaix, Tourcoing (1900-2000), Lille, Éditions La Voix du Nord.

BRENNER N., PECK J., THEODORE N., 2010, « Variegated neoliberalization: Geographies, modalities, pathways », Global Networks, Vol. 10, No.2, 1–41.

CARTIER M., COUTANT I., MASCLET O., SIBLOT Y., 2008, La France des « petits-moyens ». Enquête sur la banlieue pavillonnaire, Paris, La Découverte.

CATTAN N., 2016, Métropolisation et systèmes territoriaux au sein de la région Hauts de France, Lille, Agence de développement et d’urbanisme de Lille Métropole (ADULM). URL : http://www.adu-lille-metropole.org/wp-content/uploads/2016/07/MetroSysTerr.pdf

CLEMENT G., 2017, « Passer la frontière pour se loger : le petit privilège des classes moyennes lilloises », Métropolitiques [En ligne], 24 avril 2017. URL : https://www.metropolitiques.eu/Passer-la-frontiere-pour-se-loger.html

DATAR, 2000, Aménager la France de 2020, Mettre les territoires en mouvement, Paris, La Documentation française.

GIRAUD C., 2013, « Paris gentrifié : les élites contre le peuple ? », Métropolitiques [En ligne], 20 décembre 2013. URL : http://www.metropolitiques.eu/Paris-gentrifie-les-elites-contre.html

INSEE, 2011, Les espaces du Nord-Pas-de-Calais. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1378558

INSEE, 2015, L’aire urbaine de Lille : un rayonnement métropolitain, une intégration régionale. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1285565#titre-bloc-7

MERLIN P., 2002, L’aménagement du territoire, Paris, PUF.

MIOT Y., 2012, « La ségrégation socio-spatiale dans la métropole lilloise et à Roubaix : l’apport des mobilités résidentielles », Géographie Economie Société, Vol. 14, No.2, 171-195.

PARIS D., STEVENS J.-F., 2000, Lille et sa région urbaine. La bifurcation métropolitaine, Paris, L’Harmattan.

PARIS D., MONS D. (dir.), 2009, Lille métropole. Laboratoire du renouveau urbain, Marseille, Parenthèses.

PERALDI M. (dir.), 2015, Sociologie de Marseille, Paris, La Découverte.

PLASSARD F., 2002, « Une approche rétrospective de la prospective : "le scénario de l’inacceptable" », Géocarrefour, Vol. 77, No.2, 97-214.

PRETECEILLE E., 2006, « La ségrégation sociale a-t-elle augmenté ? La métropole parisienne entre polarisation et mixité », Sociétés contemporaines, No.62, 69-93.

PRETECEILLE E., 2016, La ségrégation urbaine, Paris, La Découverte.

ROCHEFORT M., 2002, « Des métropoles d’équilibre aux métropoles d’aujourd’hui », Strates [En ligne], Hors-série. URL : http://journals.openedition.org/strates/515

ROSE D., 1984, « Rethinking Gentrification: Beyond the Uneven Development of Marxist Urban Theory », Environment and Planning D: Society and Space, Vol. 2, No.1, 47-74.

SANTELLI E., 2001, La Mobilité sociale dans l’immigration : itinéraires de réussite des enfants d’origine algérienne, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

TIANO C., 2007, Les fauteurs d’imaginaire : construction d’un imaginaire et jeu d’acteurs dans les opérations de requalification urbaine : Euralille, Euroméditerranée et Neptune, thèse de doctorat en aménagement de l’espace, urbanisme, sous la direction d’Alain Bourdin, Institut français d’urbanisme, Université Paris 8 Vincennes Saint-Denis.

TOYNBEE A., 1970, Cities in Move, Oxford, Oxford University Press.

VADELORGE L., 2003, « Des villes sans histoire », Ethnologie française, Vol. 33, No.1, 21-30.

VELTZ P., 1996, Mondialisation, villes et territoires. L’économie d’archipel, Paris, PUF.

VELTZ P., 2017, La société hyper-industrielle. Le nouveau capitalisme productif, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Aurélien Delpirou achève actuellement, avec Marco Cremaschi (Sciences Po), la rédaction d’une Sociologie de Rome dans la même collection.

2 Sur les biais attachés à la reconstruction a posteriori des politiques urbaines, on pourra consulter les travaux stimulants de Loïc Vadelorge (2003), qui montrent comment les contextes politiques et culturels conduisent les chercheurs à sous-estimer ou au contraire surestimer le rôle de certains acteurs, étapes ou instruments dans la transformation urbaine. On pourra aussi utilement lire la recension dans Métropolitiques de l’ouvrage d’Anne Clerval, Paris sans le peuple, par Colin Giraud (2013).

3 Il s’agit du premier exercice de prospective territoriale à l’échelle nationale menée par la Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale (DATAR), administration chargée, de 1963 à 2014, de préparer les orientations et de mettre en œuvre la politique nationale d'aménagement et de développement du territoire.

4 Source : https://fresques.ina.fr/jalons/fiche-media/InaEdu03001/crises-et-mutations-du-secteur-textile-dans-la-region-nord-pas-de-calais.html

5 Il s’agit d’une politique d’équipement et de modernisation des huit plus grandes villes françaises dans une optique de « rééquilibrage territorial », nullement incompatible avec le maintien de la fonction industrielle dans plusieurs d’entre elles (Merlin, 2002).

6 Tous les chiffres sont tirés d’une enquête de l’INSEE parue en 2015 : L’aire urbaine de Lille : un rayonnement métropolitain, une intégration régionale. URL : https://www.insee.fr/fr/statistiques/1285565#titre-bloc-7

7 Sur ces trajectoires ascendantes, voir aussi les travaux d’Emmanuelle Santelli (2001).

8 Selon le titre choisi par La vie des Idées pour son compte-rendu du livre : http://www.laviedesidees.fr/Lille-loin-d-Epinal.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Delpirou et Thomas Pfirsch, « Collectif Degeyter, 2017, Sociologie de Lille, Paris, La Découverte, 128 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 février 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29080

Haut de page

Auteurs

Aurélien Delpirou

École d’urbanisme de Paris
Lab’Urba (université Paris-Est)
adelpirou@gmail.com

Thomas Pfirsch

Université de Valenciennes (UVHC)
UMR Géographie-cités
thopfirsch@hotmail.com

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page