Navigation – Plan du site
2018
852

Une méthode pour la délimitation des aires métropolitaines. Application au système urbain espagnol

A methodological essay for the definition of Spanish metropolitan areas
Un ejercicio metodológico para la delimitación de las áreas metropolitanas españolas
Jose Maria Feria Toribio, Gwendoline De Oliveira Neves et Claudia Hurtado Rodriguez

Résumés

L’article propose une méthode détaillée pour délimiter les aires métropolitaines espagnoles à partir de la variable mobilité « domicile-travail ». Cette méthodologie est fondée sur une trajectoire longue et consolidée au regard des expériences internationales comparées. Elle est appliquée ici aux données du recensement de 2011. La contribution de l’article porte sur deux questions : tout d’abord l’explication et la discussion en détail de toutes les étapes et décisions prises dans le processus de délimitation puis une comparaison entre les résultats obtenus et ceux produits par la délimitation de l’OCDE et de l’INE-Urban Audit. Les conclusions démontrent à la fois la robustesse du processus méthodologique adopté pour la délimitation des espaces métropolitains mais aussi la nécessité d’ajouter des données de nature morphologique afin de considérer les nouvelles formes et organisations des espaces métropolitains contemporains.

Haut de page

Notes de l’auteur

Note de lauteur : L’article présente des résultats du projet de recherche d’Excellence du Plan National de Recherche-Développement CSO2014-55780-C3-1-P, intitulé “Dinamicas y transformaciones territoriales, funcionales y sociales de las areas metropolitanas españolas en un horizonte de sostenibilidad” financé par le Ministère de l’économie et de la compétitivité espagnol

Texte intégral

Introduction

1La nouvelle nature et échelle du phénomène urbain et des processus qui lui sont associés caractérisent, définissent et différencient mieux notre société des précédentes. Face à une conception de la réalité physique auto-contenue, dont les limites sont définies et inhérentes à la ville traditionnelle, les processus spatiaux et fonctionnels opérés dans les sociétés avancées changent manifestement la forme et la fonction des villes. On observe le développement d’une réalité territoriale différente suite à la dissémination des limites urbaines et à leur étalement au-delà des délimitations administratives. Dans les sociétés modernes, les processus métropolitains sont probablement la représentation la plus claire de la nouvelle condition urbaine et constituent également l’incontestable échelle d’organisation de la ville contemporaine.

2Ainsi, l’aire métropolitaine peut se définir à partir d’une aire polycentrique qui constitue un bassin d’emploi et de résidence. Elle reflète l’étendue de “l’espace de vie” (Courgeau, 1988) et les diverses stratégies spatiales des agents économiques. Ceci donne lieu à des structures et processus spatiaux complexes qui dépendent à la fois des caractéristiques urbaines spécifiques (territoriales, historiques, etc.) mais aussi de l’intensité et de l’ampleur du développement. Dans tous les cas, une nouvelle forme urbaine apparait et se distingue nettement de la ville compacte traditionnelle (Batty, 2001 ; Modarres, 2011). Ainsi l’identification et la délimitation de ces nouvelles réalités territoriales semblent pertinentes pour différents motifs. Elles le sont en premier lieu pour des raisons pratiques en matière de transports publics. Elles permettent egalement la mise en oeuvre de politiques fiscales spatialement homogènes, en accord avec une planification du développement résidentiel et productif. Enfin elles offrent la posibilité d’une gestion appropriée des politiques d’emploi et le recueil, l’exploitation et l’analyse d’informations statistiques dans des domaines spatialement pertinents (OCDE, 2002). A ces premiers arguments il faut en ajouter d’autres de nature scientifique : si les analyses empiriques et théoriques ne se font pas à une échelle adaptée aux processus, il est possible de commettre de graves erreurs d’observation, comme cela arrive souvent (Coombes et al. 2012, p. 6).

3Par conséquent, dans la majorité des pays développés et dans bien d’autres, un effort est fait depuis plusieurs décennies pour délimiter plus précisément la ville réelle afin de collecter, présenter, analyser et ultérieurement évaluer sa dimension et son fonctionnement. Il est impossible dans le cadre de cet article de présenter et discuter en détail la caractérisation et les variantes des diverses méthodes développées pour définir et délimiter les aires métropolitaines. Cependant, il convient de préciser que pour aborder la question dans ce travail nous avons utilisé, séparément ou conjointement, des critères morphologiques (taille, densité de population, emploi, édification…) et fonctionnels (mobilité, réseaux d’entreprises, etc.) (European Commission, 2004 ; OECD, 2012).

4Ce travail utilise une délimitation fonctionnelle à partir de la variable mobilité « domicile-travail » (Cattan, 2001). Aussi depuis sa première utilisation aux Etats-Unis pour le recensement de 1950 afin de définir les “Standard Metropolitan Areas”, la variable « navettes domicile-travail » reste une référence incontournable pour délimiter spatialement les nouvelles réalités urbaines (Berry et al., 1970 ; OMB, 1998 ; Bretagnolle et al., 2008). Aujourd’hui elle apparaît comme la ligne de travail la plus identifiable, cohérente et solide afin de procéder à la délimitation des aires métropolitaines (Horner, 2004). La disponibilité de données grâce au recensement, l’inscription de cette mobilité dans le territoire (comme déplacement physique), - à la différence d’autres types d’interrelations non soumises aux contraintes de la distance -, son caractère itératif et son pouvoir de connexion entre les marchés du travail et du logement font de cette variable une référence (Feria, 2004).

5Cette première expérience a donné lieu à d’autres travaux comme ceux réalisés en France (Julien, 2000) ; en Italie (Martinotti, 1991), au Canada (Murphy, 2003) mais aussi ceux développés par le groupe GEMACA (2002), ESPON (2010) et l’OCDE (2012). Il est intéressant également de souligner quelques exercices de délimitation plus récents qui introduisent, en plus de la mobilité « domicile-travail », des critères morphologiques afin d’identifier les noyaux centraux. Nous pouvons citer le recensement des Etats-Unis (OMB, 2000), le cas du Canada (Murphy, op. cit.) ou d’ESPON ainsi que celui de l’OCDE (op. cit.). Dans ces exemples la ville centre n’est pas entendue comme une référence administrative mais comme un fait matériel d’un point de vue morphologique.

6D’autre part la perspective fonctionnelle permet d’épurer les paramètres faisant référence à la mobilité « domicile-travail » et d’introduire d’autres variables comme la mobilité résidentielle (Courgeau, 1998 op. cit. ; Senecal et al., 2012) les réseaux d’entreprises ou d’autres liens fonctionnels (Scott, 2008 ; Dijkstra, 2009). Cela offre des possibilités de recherche très interresantes afin de mieux connaitre la structure, l’organisation et la dynamique de la ville contemporaine qui est avant tout métropolitaine (Feria et al. 2015).

7En Espagne, il n’existe pas de délimitation générale des aires métropolitaines qui soit harmonisée sur le plan statistique ou institutionnel. Face à cette évidence, il est indispensable de délimiter de manière rigoureuse, systématique et homogène la réalité métropolitaine espagnole. C’est pourquoi dans un cadre académique, le groupe de recherche dont sont membres les auteurs de cet article, a développé plusieurs expériences de délimitation des aires métropolitaines espagnoles à partir de la variable mobilité « domicile-travail », incluse dans les recensements de 2001 et 2011 (Feria, Casado-Díaz, Martínez-Bernabeu, 2015 ; Feria, Martínez, 2016, http://www.movitra.tita.geographica.gs/​es/​). Dans ce cadre, le premier article cité propose une délimitation des bassins locaux d’emploi dans les aires métropolitaines espagnoles et le second analyse les changements survenus dans leurs délimitations entre 2001 et 2011. Fruit de l’expérience accumulée, l’article présenté ici développe en détail la méthode utilisée pour délimiter l’espace métropolitain espagnol à partir de la mobilité « domicile-travail » et compare les résultats obtenus avec ceux proposés récemment par deux institutions statistiques internationales. Deux objectifs sont privilégiés :

  • Le premier est de mettre à disposition les éléments d’information nécessaires pour comprendre et évaluer de manière critique cette démarche méthodologique de délimitation des aires métropolitaines et ses possibles applications à d’autres systèmes urbains régionaux ou nationaux. En effet l’apparente simplicité de la méthode cache un certain nombre de difficultés qui obligent à prendre des décisions conceptuelles et opérationnelles essentielles afin d’avoir une approche correcte de l’étendue et des caractéristiques de l’espace à définir.

  • Le second objectif de l’article est de comparer et d’évaluer cette méthode de délimitation avec d’autres expériences qui utilisent les mêmes variables. Pour ce faire, nous proposons de comparer les résultats obtenus avec ceux produits dans le cadre de l’expérience internationale la plus récente dans ce domaine pour l’Espagne. D’une part, celle proposée par l’OCDE et d’autre part, celle présentée par Urban Audit/Instituto Nacional de Estadística (INE).

8Ainsi, pour la première fois, il est possible d’évaluer comment l’application ou non de certains critères et processus influence la qualité des résultats lors de la délimitation. L’article est organisé en trois parties :

  • La première présente les principes de base et la méthode de délimitation. Elle se centre plus spécifiquement sur la variable explicative (la mobilité « domicile-travail ») et les paramètres utilisés.

  • La deuxième décrit en détail la démarche utilisée et les résultats cartographiques des différentes étapes de délimitation.

  • La dernière propose une discussion des résultats en comparaison avec d’autres expériences citées ci-dessus.

Fondements et contenus du processus de délimitation

9A partir des expériences existantes dans le domaine académique comme de celles développées par des organismes publics, cette partie propose une synthèse des principes fondamentaux nécessaires à l’approche méthodologique effectuée. L’objectif n’est pas de viser l’exhaustivité mais de présenter quelques aspects essentiels et discutables du processus méthodologique afin de contextualiser et d’illustrer l’ensemble des décisions prises quant à la délimitation opérée.

10Le processus méthodologique de définition des aires métropolitaines est relativement simple et direct et se fait en trois phases :

  1. La première identifie les possibles éléments du système urbain qui forment le noyau central métropolitain.

  2. La deuxième applique les critères d’intégration mesurés à partir de la variable mobilité « domicile-travail ». Elle permet d’intégrer de nouvelles unités territoriales au noyau initial afin de créer l’aire métropolitaine.

  3. La dernière permet, dans certaines circonstances, d’appliquer des critères métropolitains de pondération afin d’équilibrer ou de supprimer l’assignation de certaines unités territoriales à l’aire métropolitaine.

11En ce qui concerne la première phase, deux questions importantes sont à résoudre au début du processus. En effet, la définition des aires métropolitaines repose sur une approximation spatiale des faits dont le référentiel est lié à un système d’établissement humain. Il est donc nécessaire d’identifier la nature de l’objet géographique qui pourrait devenir le noyau initial de l’aire métropolitaine ainsi que le ou les attributs qui lui sont associés. Ceux-ci confirment la valeur du centre au cœur du processus de délimitation. Ces deux aspects sont directement associés dans le processus exploratoire mais doivent être néanmoins isolés dans la discussion et l’analyse. En effet, la reconnaissance de la nature de l’objet géographique n’est pas simple : elle est à la fois physique et normative et fait référence à la fois à la ville comme espace urbanisé mais aussi à l’unité administrative communale. De ce fait, son identification ne va pas de soi et doit être circonscrite à partir de critères différents.

12Si depuis le recensement de 2001 dans l’exemple nord-américain (OMB, 2000) et celui de l’OCDE (2012, pp. 24-26) l’élément de référence est l’aire urbaine géographiquement définie ; pour des raisons opérationnelles, dans l’étude présentée ici nous privilégions la commune et ses limites municipales. Il existe cependant un autre réferentiel possible inclus dans le recensement : le “núcleo de población”,. L’explication de notre choix est simple : toutes les informations concernant la mobilité « domicile-travail » sont produites en Espagne à l’échelle communale.

13De ce fait si la commune est le référent géographique, le premier critère restrictif à considérer pour sélectionner les noyaux métropolitain est leur taille. Le seuil traditionnellement utilisé dans le cadre d’une analyse comparative est de 50 000 habitants. S’il est vrai que la taille moyenne des municipalités espagnoles et la vigueur démographique du système urbain pourraient permettre de dépasser ce seuil, nous avons choisi de le maintenir afin de garder une certaine cohérence comparative de l’ensemble (Figure 1-Tableau 1).

Figure 1 : Densité de population en Espagne

Figure 1 : Densité de population en Espagne

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

Tableau 1 : Distribution des communes espagnoles selon leur taille

Distribution de la population

 % du nombre des communes

Total de la population

 % de la population espagnole

Moins de 600 hab.

50,83

904.332

1,93

De 601 à 5 000 hab.

33,03

5.068.515

10,83

De 5 001 à 50 000 hab.

14,36

16.431.618

35,10

De 50 000 à 150 000 hab.

1,23

8.043.038

17,18

Plus de 150 000 hab.

0,54

16.368.507

34,96

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

14La seconde phase est de loin la plus importante car elle décide de l’appartenance d’une commune à l’aire métropolitaine et son “ intégration”. La définition du degré d’intégration entre la commune candidate et la commune centrale détermine le caractère métropolitain de ladite municipalité. Pour ce faire, il faut définir le pourcentage minimum de personnes qui travaillent dans le noyau central par rapport à l’ensemble de la population active occupée dans la commune candidate ou, inversement, la relation entre la population provenant du noyau central et la population active de la municipalité analysée. Pour des raisons qui ne sont pas claires, dans l’exemple américain ces pourcentages sont restés stables au fil du temps même si les seuils établis pour les flux d’entrée et de sortie ne sont pas les mêmes. Ceci rend encore moins évidentes les raisons de ce choix. En effet, habituellement il est nécessaire qu’au moins 15 % de la population active occupée travaille dans la commune centrale ou inversement : que 25 % de la population qui travaille dans la municipalité vienne du centre.

15En tout état de cause, ces chiffres ont été révisés récemment suite à l’augmentation exponentielle de la mobilité pendulaire. Ainsi, entre les changements opérés aux États-Unis pour le recensement de 2001, ces seuils ont été rééquilibrés dans les deux directions jusqu’à un seuil minimal de 25 % (OMB, 2000). La modification est importante car elle suppose, en valeur relative, une augmentation des exigences d’intégration de 60 % en ce qui concerne le “commuting” d’entrée. Cette nouvelle définition du seuil a des répercussions dans la délimitation des territoires. En effet, en fonction de l’utilisation d’un seuil ou d’un autre les variations observées dans les différentes aires atteignent des proportions similaires ou supérieures à ce pourcentage. De ce fait, on observe que les aires métropolitaines formées sont plus petites et parfois la population affectée est moindre.

16La référence nord-américaine a été fréquemment utilisée dans d’autres pays comme l’Espagne pour circonscrire les aires métropolitaines. Pour sa part, l’exemple français considère 40 % de dépendance. Cependant, la nomenclature est différente car cette valeur détermine une “ zone urbaine ” composée d’un centre urbain, de couronnes périurbaines et de communes multipolaires (appartenant à plus d’une zone urbaine). Seulement si à ces espaces s’ajoutent ceux à dominance rurale en relation avec les zones urbaines, on obtient : “ le territoire métropolitain” (Julien, 2000).

17Parallèlement, l’expérience canadienne à partir du recensement de 2000 indique qu’une unité censitaire s’intègre à une aire métropolitaine quand au moins 50 % de ses actifs occupés travaillent dans le noyau urbain central ou que 25 % des employés localisés dans cette unité censitaire viennent du centre. De plus, le flux de travailleurs doit être supérieur à une centaine dans les deux sens (Murphy, 2003). Les valeurs élevées obtenues se justifient par la structure administrative du Canada qui facilite l’intégration métropolitaine en incorporant 96 % des communes de son territoire et 78 % de sa population.

18Il existe cependant d’autres expériences construites à partir de principes différents mais seules quelques-unes utilisent le qualificatif “ métropolitain” pour définir les résultats obtenus. C’est le cas de l’étude réalisée par le Groupe d’Analyse Comparative des Aires Métropolitaines Européennes (GEMACA) dont la définition des régions urbaines fonctionnelles a pour objectif la représentation de l’impact socio-économique des villes, d`où un taux d’intégration au modèle très bas : 10 % (GEMACA II : http://www.iaurif.org/​fr/​savoirfaire/​reseaux/​gemaca.htm).

19Face à ces alternatives divergentes, nous proposons pour notre délimitation un seuil intermédiaire de 20 %. Il prend en considération l’augmentation de la mobilité métropolitaine -le seuil classique étant de 15 %- sans produire un changement substantiel du niveau d’exigence. Celui-ci pouvant occasionner une sous-estimation de l’ampleur réelle des processus métropolitains en Espagne. Quoi qu’il en soit, il serait intéressant de pouvoir faire l’expérience avec un seuil légèrement supérieur –par exemple 25 %-, plus adapté à certaines conditions territoriales et urbaines locales. Toutefois notre modèle introduit les flux absolus comme nouvelle mesure afin de calibrer les différents degrés d’intégration. En effet, en raison de la particularité de la structure administrative municipale espagnole, certaines communes étendues et peuplées ont des valeurs absolues d’interrelation –mesurées en milliers de travailleurs- qui n’atteignent pas les valeurs relatives exigées. De ce fait, ces municipalités restent en dehors de la démarcation estimée. Cela est une incohérence en termes fonctionnel comme territorial. Alors, le seuil classique de 15 % a été utilisé pour considérer comme métropolitaine un commune si son flux est supérieur à mille travailleurs. L’association de ces deux éléments couvre, au moins théoriquement en Espagne, les principales conditions d’intégration qui permettent de qualifier une municipalité comme métropolitaine autant d’un point de vue fonctionnel, territorial qu’administratif.

20La troisième et dernière phase constitue le caractère “métropolitain” du phénomène. Il introduit un facteur d’exclusion à l’intérieur des espaces délimités à partir de critères de mobilité « domicile-travail ». En effet, s’il est vrai que la “condition d’intégration” apporte une image assez juste de l’intensité des relations fonctionnelles entre les unités territoriales administratives, celle-ci ne présuppose pas qu’une unité ait un véritable caractère urbain ou métropolitain. Celui-ci est déterminé par la densité de population ou par la spécialisation de l’ensemble de la population active, avant tout non rurale. Si le modèle n’atteint pas les seuils définis, l’unité territoriale est exclue de l’aire métropolitaine. Toutefois au fil du temps les critères et les seuils évoluent, devenant de plus en plus complexes et sophistiqués. Par conséquent, dans certaines circonstances, ils s’associent à des conditions d’intégration (dans le cas où les pourcentages d’intégration sont très élevés, les seuils faisant référence au caractère urbain peuvent s’adapter). Ainsi dans la dernière adaptation du recensement américain précédemment évoquée, l’augmentation des seuils d’intégration a permis de supprimer les critères qualifiant le caractère métropolitain de l’ensemble, rendant le processus plus simple et immédiat.

21Dans notre étude le débat se limite à l’utilisation ou non de critères métropolitains stables et directs car les valeurs finalement choisies ne sont pas très élevées. Il est de ce fait prudent d’introduire quelques critères discriminants qui permettent de détecter les situations singulières. Dans une expérience antérieure que nous avons développée, sur le processus de délimitation des zones métropolitaines, nous expliquions que les anomalies les plus nombreuses se justifient par la singularité de la structure territoriale communale espagnole particulièrement variée, autant en ce qui concerne les superficies que les importances démographiques (Feria, 2008). De ce fait, les comportements sont difficilement comparables et on apprécie une surreprésentation des plus petites communes. Ainsi, il est probable que des communes puissent couvrir les exigences d’intégration avec seulement 10 travailleurs se déplaçant vers le centre métropolitain. Pour cette raison, à partir des données du recensement de 1991 le critère de dimension minimum du flux était déjà pris en considération dans la délimitation des aires métropolitaines andalouses (Feria, Susino, 1996). Comme dans le cas du Canada (Murphy, 2003), sa simplicité d’utilisation et son ajustement aux données du recensement ont justifié son usage dans nos études. Par conséquent, pour considérer une commune comme métropolitaine, est instauré un flux minimum de 100 travailleurs. Ainsi, les bornes minimum que nous avons privilégiées sont de 20 % d’intégration avec un flux d’au moins 100 travailleurs. Elles complètent les limites antérieures qui renvoient aux flux supérieurs à 1.000 travailleurs. Dans ce cas le critère d’intégration descend à 15 %.

22Parallèlement, et au regard des seuils minimums établis par Eurostat Regional Yearbook pour les régions urbaines, la taille démographique de l’aire doit être au minimum de 150.000 habitants pour être considérée comme métropolitaine. Toutes les aires qui répondent aux critères de mobilité établis mais sans atteindre ce chiffre de population sont considérées comme des “ aires proto-métropolitaines” (Feria, 2013).

23Les décisions méthodologiques prises dans le processus de re-découpage ne s’arrêtent pas là car il faut aussi faire face à des situations dérivant de l’augmentation des niveaux d’intégration et d’interrelation fonctionnelle entre les aires métropolitaines voisines. En effet, en raison de l’urbanisation massive des territoires et de l’augmentation constante de la mobilité, ces processus sont de plus en plus fréquents et par conséquent la limite propre à chaque aire métropolitaine est de plus en plus floue. Jusqu’à maintenant, cette question méthodologique n’est pas bien résolue et, par exemple, dans le cas nord-américain, des critères qualitatifs sont utilisés pour justifier les limites. Pour sa part, l’OCDE établit comme seuil pour former une unité fonctionnelle que les “noyaux centraux non-contigus” échangent dans les deux sens 15 % des travailleurs. Dans notre cas, afin d’identifier des aires voisines, les valeurs absolues et relatives ont été combinées. Ainsi, il est indispensable que la somme des échanges dans les deux sens soit d’au moins 10 000 travailleurs, la fusion se produisant lorsque la relation est d’au moins 15 % dans l’une des deux directions (absorption), ou lorsque le pourcentage atteint 10 % dans un sens et 5 % dans l’autre (voir l’algorithme).

24La méthode se conclut par un double exercice de rééquilibrage des résultats obtenus. D’une part, le principe de cohérence spatiale invite à incorporer dans l’aire métropolitaine toutes les communes qui ne répondent pas aux critères fonctionnels mais dont leurs périmètres s’intègrent à l’aire métropolitaine (Pumain et Saint Julien, 1990). D’autre part, les municipalités qui répondent aux exigences fonctionnelles mais qui sont isolées, car elles n’ont dans leur périmètre aucun point de contact avec une aire métropolitaine, doivent être exclues.

Formalisation et mise en œuvre de la procédure

25La démarcation métropolitaine en Espagne se fait à partir de la mobilité pendulaire sur la base d’une matrice de 8114 × 8114 communes. La commune d’origine correspond à celle de résidence et celle de destination à la municipalité de travail. Habituellement, le recensement est exhaustif et la matrice est théoriquement complète : elle inclut l’origine et la destination de tous les travailleurs. Cependant, dans une matrice construite à partir d’un échantillon, comme celle de 2011 qui représente 11 % de la population, la table perd de sa nature et devient une énumération d’agrégations probabilistes dans laquelle les résidents occupés des municipalités X sont rattachés à des lieux de travail Y, selon les données de l’échantillonnage.

26Comme, pour chaque actif occupé, il y a potentiellement au moins 8114 communes de destination, les probabilités d’ajustement de l’échantillon sont limitées même si elles sont renforcées. Ainsi on peut considérer que les résultats sont relativement acceptables pour les grandes communes (> 50.000 habitants) mais certaines difficultés et déficiences apparaissent à mesure que la taille de la commune diminue. Ceci est particulièrement visible dans les petites communes (<1000 habitants) où, théoriquement, le sondage est exhaustif (100 %) ou au moins supérieur à 50 %. Malheureusement, cette condition n’a pas été respectée et l’information censitaire est de faible qualité voire inexistante dans certains cas. Par chance dans les processus antérieurs de circonscription des aires métropolitaines effectués pour les recensements de 1991 et de 2001 (Feria, 2004), un seuil minimum de contrôle avait été établi - précisément pour des raisons de représentativité statistique - considérant uniquement les flux de plus de 100 employés. De ce fait, dans le recensement de 2011, le seuil se manifeste naturellement bien qu’apparaissent quelques flux inférieurs au minimum fixé. Ceux-ci sont considérés comme des exceptions peu significatives afin que la comparabilité du processus de délimitation soit assurée. Ainsi les décisions méthodologiques prises garantissent un processus comparatif cohérent si nous tenons compte de l’ajustement interne de la matrice de 2011, fortement conditionné par la base de données. Dans cette optique, un minutieux exercice de simulation des délimitations plausibles est réalisé afin de vérifier le comportement de la matrice à partir de l’ajustement des différents paramètres exposés. Nous présenterons ici les résultats de cet exercice qui a permis d’ajuster certaines composantes de l’algorithme.

27D’une manière générale, en laissant de côté les situations particulières qui dévoilent les erreurs ponctuelles de la matrice, les deux principaux problèmes détectés ont été une surreprésentation des valeurs absolues des flux principaux de sortie et, plus frappant du point de vue de la définition des aires métropolitaines : le rôle relativement sur-dimensionné des valeurs du flux “commuting inverse” (Shearmur et Motte, 2009). (Il s’agit du flux d’entrée des travailleurs provenant de la ville centrale métropolitaine vers les communes périphériques qui implique un mouvement inverse au mouvement dominant dans les processus métropolitains). Ce sur-dimensionnement s’explique par l’échantillonnage qui donne lieu parfois à des situations extrêmes. C’est le cas par exemple dans quelques petites communes où les seuls actifs qui travaillent sont ceux qui viennent des grandes villes, de surcroît éloignées de quelques dizaines à quelques centaines de kilomètres.

28En conséquence, afin de permettre une comparaison fiable entre les délimitations de 2011 et les précédentes, deux décisions ont été adoptées. D’une part, afin d’assurer la cohérence des paramètres entre les deux délimitations, les valeurs du recensement de 2011 ont été maintenues. D’autre part, les itérations de la classification des communes aux aires métropolitaines ont été réduites afin d’éviter la surreprésentation absolue et relative des flux qui intègrent la matrice de 2011. Ainsi si la délimitation de 2001 est construite à partir de trois itérations d’assignation des flux dans les deux directions, dans la dernière, elles sont réduites à un seul passage dans le cas du “commuting inverse” (maintenant les trois du “commuting de sortie”) diminuant ainsi raisonnablement le risque d’une classification “anormale”.

29Le résultat de cet ensemble de décisions est un algorithme de délimitation pour le recensement de 2011, décrit ci-dessous en détail :

Entrées :

matrice des flux de mobilité quotidienne, T où Tij est le nombre de résidents de la commune i qui travaille dans la commune j,
vecteur foyer, C, originellement tous à zéro : Ci ← 0, Ai
vecteur habitants par communes, P, où Pi est le nombre d’habitants résidents dans la commune i,
vecteur de zones de dépendance pour chaque foyer, D, initialement tous à zéro : Di ← 0, ∀i
vecteur d’attribution des communes à l’aire, A, initialement tous à zéro : Ai ← 0, ∀i
vecteur d’attribution des communes à l’aire, M, Aic, c étant le foyer de l’aire M

A1) Sélection initiale des foyers potentiels des aires métropolitaines :
Sont sélectionnés comme foyers potentiels toutes les communes de plus de 100 000 habitants :

Ci ← 1, Aii si Pi ≥ 100.000, ∀i

A2) Attribution des communes aux foyers (première itération) :
Chaque commune non foyer est attribuée à un foyer potentiel c si l’une des conditions suivantes de flux minimum absolu et relatif est remplie :

Tic > 100 ∧ TicIRi > 0,2
Tic > 1.000 ∧ TicIRi > 0,15
Tic > 100 ∧ TicIRi > 0,2
Tic > 1.000 ∧ TicIEi > 0,15

Ei est le nombre d’emplois occupés et Ri le nombre de résidents occupés dans la commune i.
A chaque attribution effective, le nombre d’attributions à chaque foyer est compté, DcD + 1 et le vecteur d’attribution est recalculé : AiC

A3) Rejet des foyers potentiels inopérants et agrégation
Les foyers potentiels auxquels ne peuvent être attribué aucune commune sont considérés comme vraisemblablement dépendants :
Ci ← 0, i :Di = 0
et leurs sont appliqués les critères d’assignation de l’étape A2.

A4) Sélection complémentaire des foyers :
Les communes entre 50 000 et 100 000 habitants qui n’ont pas été rattachées à un foyer deviennent de nouveaux foyers potentiels :
Ci ← 1, Ai si 50.000 ≤ Pi < 100.000 ∧ Ai = –1

A5) Attribution des communes à un foyer additionnel :
Sont attribués à ces nouveaux foyers toutes les communes potentiellement dépendantes selon les critères d’assignation de l’étape A2 (Figure 2)

Figure 2 : Délimitation suite à la première itération

Figure 2 : Délimitation suite à la première itération

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

A6) Sélection des aires métropolitaines et des “ proto-metropolitaines :
Sont considérées comme des “aires métropolitaines” toutes celles qui comprennent au moins 150 000 habitants et incorporent au moins 3 communes (foyer inclus). Les aires qui ne répondent pas à ces critères sont considérées comme “proto-métropolitaines” et sont exclues provisoirement jusqu’à la dernière itération de l’algorithme, D1.

B1) Agrégation des communes à une aire métropolitaine (deuxième itération d’attribution) :
Le foyer potentiel devient l’aire métropolitaine délimitée dans la phase antérieure.
À chaque commune i non affectée à une aire métropolitaine (sont incluses celles affectées à une aire “proto-métropolitaine”) est attribuée une aire métropolitaine M si une des conditions suivantes de flux minimum absolu et relatif est accomplie :
TiM > 200 ∧ TiM/Ri > 0,2
TiM > 1.000 ∧ TiM/Ri > 0,15

TiM = ∑jMTij est le flux agrégé de résidents de i qui travaillent dans MTij
De nouveau, pour chaque attribution effective est recalculé le nombre d’attributions à chaque foyer DcD + 1, et est actualisé le vecteur d’attribution, Aic,c étant le foyer de l’aire M.

C1) Agrégation des communes à une aire métropolitaine (troisième itération d’attribution) :
Sont appliqués les mêmes critères que pour le tour B1. (Figure 3)

Figure 3 : Délimitation après trois itérations

Figure 3 : Délimitation après trois itérations

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

C2) Désagrégation des communes non contiguës :
Le rattachement de chaque commune non contiguë au reste de l’aire métropolitaine est annulé

D1) Fusion des aires contiguës interdépendantes :
Se fusionnent les aires métropolitaines et “proto-métropolitaines” M et N contiguës géographiquement si elles échangent au moins 10 000 travailleurs et si une des conditions suivantes est remplie :

TMNIRM ≥ 0,15 ∨ TnmIEM ≥ 0,15
TMNIRM ≥ 0,15 ∨ TNMIEM ≥ 0,15 (N absorbe M)
TNMIRN ≥ 0,15 ∨ TMNIEN ≥ 0,15 (M absorbe N)
(TNMIRN ≥ 0,10 ∨ TMNIEN ≥ 0,10) ∧ (TMNIRM ≥ 0,05 ∨ TNMIEM ≥ 0,05) (Coalescence)

Ainsi, l’une absorbe l’autre lorsqu’il y a au moins 15 % de dépendance (d’offre ou de demande) pour l’aire absorbée ou, les deux fusionnent (coalescence) s’il existe une dépendance (offre ou demande) d’au moins 10 % d’une vers l’autre et de 5 % entre cette dernière et la première (Figure 4).

Figure 4 : Fusion des aires contiguës interdépendantes et exclusion des aires “proto-métropolitaines”

Figure 4 : Fusion des aires contiguës interdépendantes et exclusion des aires “proto-métropolitaines”

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

E) Délimitation finale. Application des critères de cohérence spatiale interne et de taille minimum.
Sont considérées comme métropolitaines les communes qui impliquent une contigüité spatiale de l’ensemble même si elles ne remplissent pas les conditions établies. Postérieurement les aires qui n’atteignent pas le seuil minimum de 150.000 habitantes sont retirées (Figure 5).

Figure 5 : Délimitation finale proposée

Figure 5 : Délimitation finale proposée

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

Confrontation des résultats avec d’autres propositions de délimitation

30Comme n’importe quelle procédure de délimitation, celle présentée ici se doit d’être contrastée et évaluée au regard d’autres propositions qui partagent une méthode semblable. En Espagne, jusqu’à très récemment, autant dans le cadre académique qu’institutionnel, il n’y a pas eu d’allusion à une construction des aires métropolitainesà partir des variables de mobilité pendulaire, à échelle nationale. Cependant, ces dernières années diverses initiatives internationales ont eu recours à ces données afin de procéder à leurs délimitations. Parmi elles, les travaux présentés par l’OCDE pour ses pays membres (OCDE, 2012) et la proposition élaborée par l’INE (2016) dans le cadre du programme européen Urban Audit (Dijkstra et Poelman, 2014). Cette dernière approche est avant tout le fruit d’une collaboration entre EUROSTAT et l’OCDE qui a permis de modérer les premiers résultats en fonction des spécificités de chaque pays. 

31Par conséquent, il est aujourd’hui possible de faire une comparaison entre la proposition ici présentée et d’autres délimitations afin d’obtenir une première évaluation pratique de son contenu et de sa portée. L’exercice est le fruit de la comparaison cartographique et statistique de ces diverses suggestions de délimitation (tableau 2).

Tableau 2. Dimensions des aires métropolitaines espagnoles en fonction des différentes délimitations

Nombre d’aires métropolitaines

Nombre de communes

Population totale

Superficie totale (km2)

Superficie urbaine (km2)

Délimitation

utilisée

44

1.309

32.823.795

79.565

5.832

Délimitation OCDE

46

2.027

28.093.879

99.976

4.878

Délimitation INE -URBAN AUDIT

45

956

28.628.575

54.924

4.897

Source : Elaboration personnelle à partir de la cartographie Corine Land Cover de l’IGN España de 2006, OCDE (2012) et INE (2016)

32Au regard des valeurs agrégées, la comparaison entre les propositions met en relief une certaine cohérence et similitude entre les résultats. Cette réalité est logique si l’on considère que les procédures d’assignation et de délimitation sont relativement semblables. On observe cependant une certaine dissemblance entre le nombre d’aires métropolitaines dans la délimitation de l’OCDE (76) et celle proposée par INE-UA (45) ou celle présentée dans cet article (44). Cette différence s’explique simplement par la taille minimale de la délimitation de l’OCDE qui est de 50 000 habitants (même si elle n’utilise pas le terme “métropolitain” pour définir ces espaces urbains plus petits). De ce fait, nous observons que si le seuil de 150 000 habitants était utilisé, le nombre d’aires identifiées serait également de 44 (Tableau 3), ramenant la proposition faite par l’OCDE à celle présentée dans cette publication.

Tableau 3. Dissemblances territoriales et démographiques entre les délimitations comparées

Délimitation de référence

Delimitation de l’OCDE

Délimitation

INE-URBAN AUDIT

Aire

métropolitaine

Nb. de communes

Population totale

Nb. de

communes

Population totale

Nb. de

communes

Population totale

Madrid

172

6.729.769

271

6.640.177

135

6.487.888

Barcelone

139

5.088.201

Barcelone

75

3.716.802

 128

4.889.492

Sabadell

2

230.224

Terrassa

7

239.702

Valencia

80

1.935.363

 

56

1.593.989

49

1.621.657

Séville

51

1.581.798

42

1.440.003

39

1.407.150

Malaga-Marbella

25

1.239.954

Malaga

24

849.191

Malaga

17

835.578

Marbella

15

240.994

Marbella

8

295.639

Bilbao

80

1.132.451

57

1.001.233

53

1.027.221

Oviedo-Gijon-Avilés

29

912.683

Oviedo

15

322.114

Oviedo

10

316.595

Gijon

2

287.901

Gijon

3

302.822

Las Palmas de Gran Canaria

19

814.716

16

664.910

15

634.888

Saragosse

32

786.629

209

835.438

26

764.189

Alicante-

Elche

13

780.941

Alicante 

7

460.436

Alicante

5

456.262

Elche

2

259.871

Elche

2

259.871

Vigo-Pontevedra

36

732.791

Vigo

18

451.079

 

21

544.716

Pontevedra

11

155.392

Palma de

Majorque

38

704.177

26

610.754

33

670.108

Murcie

16

679.035

5

572.448

8

614.181

Baie de Cadix-Jerez

7

672.833

Cadix

4

342.868

Cadix

3

262.099

Jerez

2

218.877

Jerez

2

218.877

Grenade

46

576.570

57

570.050

42

546.591

Almeria- El Ejido

18

503.132

35

239.702

5

219.378

Santa Cruz de Tenerife

13

501.612

13

501.612

12

486.274

La Corogne

21

498.523

10

407.803

12

413.210

Saint

Sébastien

21

441.706

13

325.946

13

333.547

Santander

32

432.775

19

314.220

21

386.242

Valladolid

27

428.143

121

458.634

24

427.696

Tarragone

30

417.796

14

188.579

12

216.418

Cordoue

10

382.831

10

364.009

8

361.482

Castellon

17

366.178

6

228.287

7

239.060

Pampelune

26

356.113

136

396.628

31

364.255

Carthagène

7

355.768

2

234.722

2

234.722

Vitoria

25

310.955

34

277.049

17

265.743

Huelva

11

268.221

7

215.594

9

228.778

Gérone

34

256.411

27

174.566

*

Baie de

Algésiras

6

249.323

*

*

St Jacques de Compostelle

19

242.047

11

183.425

14

199.433

Léon

21

220.193

57

249.740

16

216.888

Ténérife Sud

8

215.940

*

*

Salamanque

23

212.682

160

251.032

20

205.806

Logrogne

21

203.831

90

206.069

13

192.863

Lérida

26

202.663

44

210.131

19

183.862

Burgos

28

198.281

209

228.199

45

201.995

Albacete

7

191.612

27

199.183

7

191.612

Jaén

11

189.204

5

142.960

7

161.565

Badajoz

11

183.866

13

189.418

7

179.503

Orense

20

164.384

38

191.063

12

150.232

Benidorm

7

155.503

*

*

Ferrol

9

154.501

8

151.416

*

Tolède

17

151.690

*

*

*N’atteigne pas le seuil minimum de 150.000 habitants

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011, OCDE (2012) et INE (2016)

33Si nous approfondissons la comparaison entre les trois délimitations, des divergences importantes apparaissent, qui méritent d’être examinées à deux niveaux.

34En premier lieu, la dimension territoriale des espaces délimités par rapport à notre proposition est plus étendue dans la proposition faite par l’OCDE et plus réduite dans celle faite par l’INE/UA. Dans le premier cas, l’explication est simple : le seuil d’intégration des communes est assez bas (15 %) et il ne propose aucune restriction de taille minimale. Ceci a pour effet qu’une commune peu peuplée avec un petit contingent de migrants pendulaires peut être classée comme métropolitaine. L’exemple le plus frappant est l’aire métropolitaine de Saragosse. Ainsi, dans la délimitation proposée par l’OCDE, elle regroupe 209 communes alors que l’INE/AU en propose 27 et la méthode présentée dans cet article en reconnaît 32. Cependant ce phénomène n’est pas propre à Saragosse : il se produit dans une grande partie de l’Espagne septentrionale et se structure, tout comme en France, autour de petites communes, donnant lieu à des délimitations métropolitaines très vastes (Figure 6-7). Toutefois comme l’illustre le Tableau 2, la délimitation de l’OCDE est inférieure en termes de superficie urbaine et de peuplement. Ceci est dû au fait que la proposition de l’INE/AU intègre des seuils et exige un degré d’intégration plus élevé à mesure que diminue la taille des communes (INE, 2016). Ceci amène logiquement à écarter plusieurs communes incluses dans la délimitation proposée par l’OCDE (Tableau 3). Cependant et dans tous les cas, la plus petite dimension urbaine et démographique des deux propositions, par rapport à celle présentée ici, s’explique avant tout parce qu’elles ne réalisent qu’une itération d’assignation et elles n’incluent pas le “commuting inverse”.

Figure 6 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’OCDE

Figure 6 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’OCDE

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011 et de l’ OCDE (2012)

Figure 7 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’INE-Urban Audit

Figure 7 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’INE-Urban Audit

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011 et la délimitation de l’INE (2016)

35Le second niveau de divergence entre les différentes méthodes est, pour sa part, capital.

36En effet, les délimitations proposées par l’OCDE et l’INE/UA partent d’un modèle très simpliste d’organisation du territoire et de la mobilité, à savoir la considération d’une structure mono-centrique rudimentaire. De ce fait les algorithmes d’assignation prennent en compte exclusivement les mouvements en relation à un centre unique et ne considèrent aucunement la complexité actuelle de la mobilité métropolitaine (Feria, Casado y Martínez, 2015) (Figure 8). Ceci a pour conséquence d’entraver l’identification d’aires métropolitaines polynucléaires ou la fusion d’aires métropolitaines contiguës. Ainsi la délimitation proposée par l’OCDE de l’aire métropolitaine de Barcelone apparait divisée en 6 aires différentes alors que sa structure polycentrique est bien connue (Roca, 2011). Parallèlement, la méthode de l’INE/AU identifie bien l’aire métropolitaine de Barcelone comme une unité mais, ne reconnaissant pas les réalités métropolitaines complexes, elle maintient la même ambiguïté. En revanche, et comme nous l’avons illustré, notre algorithme de délimitation prend en considération la matrice complète de mobilité intercommunale (Phase D), il est de ce fait possible d’identifier l’ensemble des espaces métropolitains plus complexes résultant des processus de fusion ou de coalescence. Ainsi, sept espaces sont identifiés au total (Baie de Cadix-Jerez, Malaga-Marbella, Almeria-El Ejido, Tenerife Sud, Alicante-Elche, Vigo-Pontevedra et Oviedo-Gijón-Aviles). Leur point commun est sans aucun doute leur localisation littorale et par conséquent leur urbanisation massive et diffuse qui contribue à l’émergence de ces nouveaux modèles métropolitains d’organisation des territoires.

Figure 8 : Exemple de mobilité multidirectionnelle dans des aires métropolitaines polynucléaires

Figure 8 : Exemple de mobilité multidirectionnelle dans des aires métropolitaines polynucléaires

Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011

Conclusions et suites pour les recherches futures

37L’exercice méthodologique présenté dans cet article illustre la pertinence de la variable mobilité « domicile-travail » afin de circonscrire, d’un point de vue fonctionnel, les aires métropolitaines contemporaines. Le fait que cette méthode soit internationalement la plus utilisée depuis longtemps permet également une approximation comparative dans l’espace et le temps. Pour ces raisons, elle doit rester un référentiel indispensable afin de calibrer convenablement la dimension et l’étendue des transformations métropolitaines contemporaines. Il est toutefois nécessaire d’accroître et d’approfondir la réflexion sur les aspects méthodologiques du processus de délimitation.

38Tout d’abord il serait intéressant de parvenir à harmoniser les paramètres appliqués. En premier lieu, on constate que les ratios employés afin d’établir les degrés d’intégration oscillent excessivement lorsque l’analyse se fait dans le cadre d’expériences internationales comparées. Nous pensons que les conditions actuelles de mobilité invitent à combiner des degrés d’intégration à partir de la considération des volumes absolus et relatifs, comme nous l’illustrons dans notre proposition et d’une certaine manière, comme le propose l’INE/UA. Deuxièmement, les algorithmes de délimitation doivent illustrer avec une plus grande fidélité, grâce à leurs configurations, la complexité des pratiques en matière de mobilité pendulaire « domicile-travail » dans les espaces métropolitains contemporains. Ils doivent dépasser l’image simple des flux centre /périphérie et intégrer tous les types de relations multi-directionnelles et polycentriques. Troisièmement, il est nécessaire d’admettre qu’une partie du problème est le fruit du MAUP (Modifiable Areal Unit Problem) sur les unités de référence. Ainsi, que les unités soient administratives, statistiques ou morphologiques, ou une combinaison de plusieurs délimitations, ce problème affecte gravement les paramètres à utiliser, les résultats et les démarcations résultantes. Il est certes vrai qu’une bonne connaissance des réalités locales et nationales peut l’atténuer mais pour les études de large spectre territorial (comme celle de l’OCDE) il constitue un obstacle infranchissable.

39Enfin, pour apporter quelques solutions aux problèmes exposés, mais surtout pour prendre en considération l’articulation fonctionnelle et la complexité des processus actuels d’étalement urbain, les mécanismes de délimitation doivent intégrer de plus en plus une approche morphostructurale au travers de l’étude de la dimension physique de l’espace métropolitain. S’il est [certes] vrai que l’expérience américaine, tout comme celle de l‘OCDE, utilisent des critères morphologiques afin d’identifier les unités de références (densité de population sur un maillage régulier), ces critères sont relativement élémentaires et ne rendent pas compte de l’extension et de la complexité de l’espace métropolitain contemporain.

Haut de page

Bibliographie

Batty M., 2001, “Polynucleated urban landscapes”, Urban Studies, vol. 38, No.4, 635-655

Berry B., J. L. Goohen, R., Goldstein, S. 1970, Problems and perspectives of defining the metropolis, New Jersey, Prentice Hall

Bretagnolle A., Giraud T., Mathian H., 2008, “Measuring urbanization in United States, from the first trading post to the Metropolitan Areas (1790-2000)”, Cybergeo, http://cybergeo.revues.org/index19683.html, 12 Décembre 2017.

Champion A., 2001, Urbanization, Suburbanization, Counterurbanization and Reurbanization, Londres, Richard Padisson (Ed.), Handbook of Urban Studies

Courgeau D., 1988, Méthodes de mesure de la mobilité spatiale. Migrations internes, mobilité temporaire, navettes, Paris, Institut National D’Études Démographiques

Cattan N., 2001, Functional regions: a summary of definitions and usage in OECD countries, Paris, OCDE

Coombes M., Casado-Diaz J.M., Martinez-Bernabeu L.E., Carausu F., 2012, , Rome, Eurostat

Dijkstra L., 2009, Metropolitan regions in EU, http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/focus/2009_01_metropolitan.pdf, 12 Décembre 2017.

Dijkstra, L Poelman H., 2014, European cities – the EU-OECD functional urban area definition, http://ec.europa.eu/eurostat/statistics-explained/index.php/Archive :European_cities_ %E2 %80 %93_the_EU-OECD_functional_urban_area_definition, 12 Décembre 2017

European Commission, 2004, Urban Audit. Methodological Handbook. Luxembourg, Office for Official Publications of the European Communities

Feria J.M, 2004, “Problemas de definición de las áreas metropolitanas en España”, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, No.38, 85-99.

Feria J.M, 2008, “Un ensayo metodológico de definición de las áreas metropolitanas españolas a partir de la variable residencia-trabajo”, Investigaciones Geográficas, No.46, 49-68.

Feria J.M, 2010 “La delimitación y organización espacial de las áreas metropolitanas españolas : Una perspectiva desde la movilidad residencia-trabajo”, Ciudad y Territorio. Estudios Territoriales, No.164, 189-210

Feria J.M, 2013, “Towards a taxonomy of Spanish metropolitan areas”, Boletín de la Asociación de Geógrafos Españoles, No. 63, 347-376.

Feria J.M, Casado-Díaz J.M., Martínez-Bernabeu L., 2015, “Inside the metropolis. The Articulation of Spanish Metropolitan Areas into Local Labor Markets”, Urban Geography, vol. 36, No.7, 1018-1041

Feria J.M, Martínez L., 2016, “La definición del sistema metropolitano español. Permanencia y cambios entre 2001 y 2011”, Ciudad y Territorio. Estudios Territoriales, No.187, 9-24

Feria J.M, Susino, J., 1996, “Movilidad por razón de trabajo en Andalucía”, Sevilla, Instituto de Estadística de Andalucía

Dijkstra L., 2009, “Metropolitan regions in EU.”, http://ec.europa.eu/regional_policy/sources/docgener/focus/2009_01_metropolitan.pdf, 12 Décembre 2017

ESPON, 2010, Final report of the Project SPON 2013 Database, https://www.espon.eu/programme/projects/espon-2013/scientific-platform/espon-database-2013, 12 Décembre 2017

EUROSTAT, 1999, “Les zones densément peuplées dans l’Union Européenne. Essai de délimitation et caractérisation des agglomérations urbaines”, Statistiques en bref, Nº2, 1-7.

GEMACA, 1996, North-West European metropolitan regions. Geographical boundaries and economic structures (1996), http://www.iaurif.org/fr/savoirfaire/reseaux/gemaca.htm, 01 Julio 2016

Horner M. W., 2004, “Spatial dimensions of urban commuting: A review of major issues and their implications for future geographic research”, The Professional Geographer, vol. 56, No.2, 160-173

Instituto Nacional de Estadística, 2016, “Indicadores Urbanos”, http://www.ine.es/prensa/np960.pdf, 01 Novembre 2017

Julien P., 2000, “Mesurer un univers urbain en expansion”, Economie et Statistique, No.336, 3-33.

Martinotti G., 1991, “La población de la nueva morfología social metropolitana.”, in Jordi Borja et alia (eds.), Las Grandes ciudades en la década de los noventa, Sistema

Ministerio de Fomento, 2013, “Áreas urbanas+50. Información estadística de las Grandes Áreas Urbanas españolas”, Madrid, Centro de Publicaciones del Ministerio de Fomento

Modarres A., 2011, “Polycentricity, commuting pattern, urban form: The case of Southern California”, International Journal of Urban and Regional Research, No.35, 1193-1211

Murphy P., 2003, Preliminary 2006 Census Metropolitan Area and Census Agglomeration Definition, Geography Working Paper Series, no.2003-002

OECD, 2012, “Redefining “Urban”. A new Way to Measure Metropolitan Areas,” Paris, OECD Publishing

Office of the Management and Budget, 1998, “Alternatives approaches to Defining Metropolitan and Nonmetropolitan Areas, Federal Register”, No.63

Office of the Management and Budget, 2000, “Standards for Defining Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas”, Federal Register, No.65, 249, 82228-82238

Pumain D., Saint-Julien T., Cattan N., Rozenblat C., 1990, Le concept statistique de la ville en Europe. Luxembourg, Rapport pour l'Office Statistique des Communautés européennes, 72 p. trad angl. 1992, The statistical concept of the town in Europe, Luxembourg, Eurostat, ISBN 92-826-4108-2, 91p.

Roca J. et alia, 2011, “Estructura urbana, policentrismo y sprawl : los ejemplos de Madrid y Barcelona”, Ciudad y Territorio, No. 168, 299-231

Scott A. J., 2008, Social Economy of the Metropolis; Oxford, Oxford University Press

Sénécal G. et al., 2013, “Daily mobility and residential migration in the Montreal metropolitan region: The axis hypothesis”, SAGE Open, No.3, 1-12

Shearmur R., Motte B., 2009, “Do commutes bind Montreals central and suburban economies? “, Urban Affairs Review,Vol. 44, No.4, 490-524.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Densité de population en Espagne
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 408k
Titre Figure 2 : Délimitation suite à la première itération
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 232k
Titre Figure 3 : Délimitation après trois itérations
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Titre Figure 4 : Fusion des aires contiguës interdépendantes et exclusion des aires “proto-métropolitaines”
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 248k
Titre Figure 5 : Délimitation finale proposée
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Figure 6 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’OCDE
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011 et de l’ OCDE (2012)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 7 : Comparaison cartographique entre la délimitation présentée dans cette étude et celle de l’INE-Urban Audit
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011 et la délimitation de l’INE (2016)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Figure 8 : Exemple de mobilité multidirectionnelle dans des aires métropolitaines polynucléaires
Crédits Source : Elaboration personnelle à partir du recensement de 2011
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29101/img-8.png
Fichier image/png, 208k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jose Maria Feria Toribio, Gwendoline De Oliveira Neves et Claudia Hurtado Rodriguez, « Une méthode pour la délimitation des aires métropolitaines. Application au système urbain espagnol », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 852, mis en ligne le 30 avril 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29101 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29101

Haut de page

Auteurs

Jose Maria Feria Toribio

Universidad Pablo de Olavide – Seville, Spain

Gwendoline De Oliveira Neves

Universidad Pablo de Olavide – Seville, Spain

Claudia Hurtado Rodriguez

Universidad Pablo de Olavide – Seville, Spain

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page