Navigation – Plan du site
2018

Burgel G., Grondeau A., 2015, Géographie urbaine, Paris, Hachette Supérieur, 288 p.

Gilles Montigny

Texte intégral

  • 1 Parmi les exceptions, voir l’ouvrage de Jean-Pierre Paulet (2000, nouv. éd. 2005, nouv. impr. 2006)

1Appuyée sur un constat, l’ambition de ce livre est affichée dès ses toutes premières pages. Depuis les publications, remontant à des décennies, des grands traités de géographie urbaine (Chabot, 1948 ; George, 1952, 1961 ; Beaujeu-Garnier, Chabot, 1963 ; Bastié et Dezert, 1980 ; Beaujeu-Garnier, 1980) et même si, par la suite, des essais remarquables ont été produits, comme ceux, par exemple, de Paul Claval, Pierre Merlin, Marcel Roncayolo, François Ascher et d’autres, on ne dispose plus de véritables manuels destinés à exposer simplement, solidement et objectivement les fondamentaux de cette branche de la discipline géographique1. Les traités généralistes d’antan ont en effet cédé la place à des contributions qui, pour estimables et stimulantes qu’elles soient, demeurent avant tout des approches partielles, parfois engagées, des réalités urbaines. Il s’agit donc, ici, renouant avec la tradition universitaire, de combler ce qu’il faut bien appeler une « carence de vues synthétiques sur la ville aujourd’hui » (p. 7).

2Comment peut-on expliquer cet état de fait ? Guy Burgel penche pour une explication tenant aux nouvelles réalités urbaines :

« À une période de relative stabilité dans les processus et les formes de la croissance urbaine, favorable à leur description et à leur explicitation raisonnées, a succédé une ère de profondes et rapides mutations dans les rythmes démographiques, les échelles spatiales, les matérialités architecturales et les équilibres socio-économiques des villes. » (p. 7)

3Cependant, cette disparition n’est pas uniquement imputable aux mutations urbaines. D’autres causes sont à rechercher, dans l’évolution de l’enseignement de la géographie (avec la réduction de la place accordée aux cours magistraux, le recours aux plates-formes numériques pour déposer des ressources, etc.), dans la manière de concevoir et de conduire la recherche (celle de terrain, très spécialisée, est préférée à la rédaction des classiques monographies de villes reposant sur des compilations de données issues de sources diverses), dans le recours à de nouveaux moyens d’investigation (télédétection, systèmes d’information géographique [SIG], etc.), ou encore dans la présence d’une abondante documentation en ligne (sur des sites comme Géoconfluences, Hypergeo, etc.). Tout cela contribue à modifier le rôle et la perception des manuels.

4Face à ce qui constitue un véritable défi – rendre compte, à l’échelle mondiale et en se centrant sur les évolutions observées au cours des dernières décennies du XXe siècle, d’un monde urbain en perpétuel mouvement et aussi changeant – G. Burgel et A. Grondeau ont opté pour un compromis. Il consiste à proposer, d’une part, un « itinéraire urbain classique », avec une reprise de thèmes anciens (site, situation, relations ville-campagne, fonctions, armature et réseaux urbains), mais restés indispensables à la compréhension des réalités actuelles, et une mobilisation des concepts fondamentaux de la discipline (définition et échelle de la ville, espace et formes urbaines, aménagement...), d’autre part, une vue d’ensemble du renouvellement du regard géographique porté sur l’urbain. D’où la présence, devenue obligée, de thèmes nouveaux apparus au cours des vingt-trente dernières années (« développement durable », « gouvernance urbaine ») et l’engagement d’une double démarche associant l’« apprentissage de la géographie urbaine » et l’examen critique du savoir qu’elle transmet.

5De conception très didactique, l’ouvrage est organisé en cinq parties : « La ville dans ses échelles », « La ville dans ses espaces et ses formes », « La ville dans ses fonctions », « La ville dans ses sociétés », « La ville dans ses politiques ». Comportant plusieurs chapitres, chacune d’entre elles se conclut par la présentation d’un dossier documentaire destiné, cartes, plans, textes et photos à l’appui, à fournir des études de cas au lecteur (Athènes et Rome antiques, Buenos Aires, Le Caire, Los Angeles, Lyon, Mexico, etc.).

6Montrant comment, en partant de l’examen de trois types de villes (« fermée », « en réseau » puis « totale »), on est passé de la cité (au sens antique du terme) à un « monde urbanisé », celui dans lequel nous sommes, la première partie (p. 11-62) retrace les principales évolutions urbaines observables depuis un demi-siècle.

7Elles correspondent à une double révolution urbaine, marquée par l’accélération de l’accroissement démographique des villes et l’extension de leurs périphéries. Entre exode rural, accroissement naturel, immigration, croissance spatiale, les modalités de cette croissance se sont modifiées. Au vu des bouleversements apparus dans la hiérarchie des grandes métropoles entre 1875 et les années 2000-2012, c’est à un véritable « basculement » du monde urbain, entre le Nord et le Sud, auquel on a assisté. Face à de tels changements, les repères descriptifs habituels du géographe se brouillent et perdent de leur pertinence. À commencer par les définitions classiques de la ville, fondées sur l’agglomération de population, la continuité de l’espace urbain, ses caractéristiques politiques, sa spécificité économique et sociale. Il en est de même de la délimitation administrative et statistique des agglomérations, devenue, elle aussi, obsolète.

8Recoupant parfois ce qui précède, par exemple quand il est question d’aires urbaines, de territoires, de périphéries de villes, la deuxième partie (p. 63-112) traite de la ville comme d’un espace concret et physique, en montrant comment il est possible de l’appréhender. Pour cela, les géographes urbains ont recours à deux échelles. La « petite échelle », au sens cartographique, quand il est question, par exemple, de la répartition des villes sur de vastes étendues (continent, nation). La « grande échelle », elle, permet de rendre compte de réalités telles que la morphologie des villes (formes, plans, paysages, territoires).

9Le premier type d’analyse renvoie à la distribution des villes dans l’espace (avec la présentation des modèles de référence conçus par Walter Christaller [en 1933] et August Lösch [en 1940]) et aux lois relatives à l’attraction et à la hiérarchisation des villes (comme celle formulée par George K. Zipf [en 1949]). La seconde approche renvoie aux différents types de plans urbains (« en damier », « radio-concentrique », « anarchique »), aux territoires constitutifs de la ville (parcelle, îlot, banlieue, voire métropole), aux relations centre-périphérie. Il en ressort que la connaissance des villes requiert des compétences et des regards à la fois diversifiés et complémentaires : ceux de l’ingénieur, qui s’intéresse plutôt aux trames et aux réseaux, de l’architecte, qui pense d’abord en termes de volumes et de composition, du géographe, plus attentif aux espaces intermédiaires, aux espaces interstitiels et aux interactions urbaines.

10Tout en évitant le passage en revue, dans la ligne des travaux pionniers de Raoul Blanchard, de ses fonctions traditionnelles (économique, politique, religieuse, militaire, culturelle, etc.) et le recours à des typologies établies de longue date, la troisième partie (p. 113-164) traite des fonctions de la ville.

11D’emblée, le primat de la fonction économique se trouve souligné. Cela implique une présentation des « outils », là encore classiques, de l’analyse économique des villes : taux d’activité, secteurs d’activité, catégories socioprofessionnelles. À cet égard, les évolutions marquantes, liées à la désindustrialisation, à la montée des activités de services, résident dans le passage de la « ville industrielle » à la « ville tertiaire ». Si la géographie urbaine reconnaît depuis longtemps certaines fonctions traditionnelles des villes, celles rappelées ci-dessus, toujours présentes aujourd’hui, la présence de fonctions plus « sociétales », au sens des services rendus à la population, comme l’éducation, la santé, la sécurité, tend à s'affirmer. Cette troisième partie se conclut par une réflexion de fond sur l’idée de progrès associée à l’urbanisation. Si cette conception dominait il y a quelques décennies, elle est de plus en plus battue en brèche. Même si l’on en vient à évoquer aujourd’hui, en relation avec de grandes manifestations populaires, culturelles et sportives, la « ville festive », la « ville récréative », n’assiste-t-on pas, malgré tout, à une « crise de la civilisation urbaine » ?

12La ville n’est pas un uniquement un cadre matériel abritant des populations et un lieu d’échanges multiples ; c’est aussi une société et un mode de vie. Ils font l’objet de la quatrième partie (p. 165-216).

13Cette société se répartit dans l’espace urbain. Sur le plan fonctionnel et résidentiel, cette occupation s’effectue de différentes manières, ce que des sociologues et des géographes ont, depuis longtemps, tenté de modéliser (« cercles concentriques » d’Ernest W. Burgess, « secteurs radians » de Homer Hoyt, « structures nodales » de Chauncy D. Harris et Edward L. Ullman). Cette quatrième partie se poursuit par l’évocation des principaux problèmes urbains auxquels nous sommes maintenant confrontés. Si, du fait de la « moyennisation » de la société, de la féminisation de l’emploi, des progrès de la scolarisation, des forces d’intégration sont à l’œuvre, la montée des exclusions, l’aggravation des inégalités sont, à l’inverse, responsables de l’apparition de véritables fractures sociales et spatiales dans certaines zones. Le jugement porté sur le devenir des villes rejoint celui exprimé dans la partie précédente. À une vision plutôt « optimiste » du fait urbain a succédé une vision nettement plus sombre dans laquelle les crises (économiques, financières, écologiques) et les problèmes sociaux (exclusion, chômage, logement) occupent le devant de la scène. Du fait d’évolutions comme la perte de sens de la dimension politique de l’urbanité, la tendance à la privatisation des services édilitaires, l’affaiblissement de l’attachement des habitants à leur quartier, il est permis de parler d’une « crise des valeurs urbaines » (p. 196).

14Enfin, la ville évolue aussi dans ses politiques. Cette étude, qui constitue l’objet de la dernière partie (p. 217-266), se décline en diverses approches.

15D’abord, il faut envisager le pouvoir dans la ville et les relations qu’entretiennent ville et pouvoir. La localisation des capitales est instructive, de même que, à l’intérieur de la ville, comme à Washington ou à Brasilia, les marques du pouvoir et les lieux où il s’exerce (« La ville matérialise les confrontations d’autorité », p. 221). Il existe également une mémoire collective des lieux politiques urbains (place Tahrir au Caire, place Maïdan à Kiev, palais de la Moneda à Santiago-du-Chili…).

16La question des politiques de la ville et celle des acteurs de la ville sont centrales. Les politiques urbaines sont diverses, tant dans leurs modalités (réalisation de grands travaux, comme à Paris, à Barcelone, ce dès le XIXe siècle, construction de logements…) que par leurs enjeux : loger la population (qui fut l’impératif en France entre 1945 et 1960), aménager le territoire et décentraliser (de 1960 à 1975), combattre la nouvelle pauvreté urbaine (1975-2000, avec l’adoption d'une multiplicité d’actions et de dispositifs, allant des quartiers « Habitat et vie sociale » aux « Grands projets de ville », en passant, notamment, par les « Zones urbaines sensibles »). Depuis les années 2000, les mots d’ordre semblent être devenus le projet et le contrat urbains (p. 238).

17Globalement, au cours des dernières décennies du XXe siècle, on est passé du simple aménagement de l’espace, reposant sur des approches sectorielles, des actions portant sur des espaces limités, à un projet global de ville, avec prise en compte de ses dimensions économique, sociale, environnementale. Désormais, une stratégie globale, intégrant différents types d’objectifs, s’impose à de vastes aires urbaines.

18L’ouvrage de G. Burgel et A. Grondeau, qui rassemble une quantité impressionnante de données sur l'urbanisation contemporaine, sans négliger le recours à l’histoire, recèle une grande richesse. Cela n'empêche pas de devoir émettre quelques critiques.

19Malgré la multitude des références présentées, on peut regretter, sur certains sujets abordés, l’absence de renvois à des auteurs et à des analyses devenus des « classiques » dans le domaine des études urbaines. C'est le cas, par exemple, des travaux de Pierre Lavedan (1936) portant sur les plans de villes, de Paul-Henry Chombart de Lauwe (1952, 1965) sur les modèles de répartition spatiale des populations et des activités humaines, de Louis Bonnier (1919) et de René Clozier (1940) sur les modalités de transport et les déplacements urbains, ou encore ceux du sociologue Henri Mendras (1988) sur la « moyennisation » de la société. D'une manière générale, l’histoire de la géographie urbaine aurait pu bénéficier d’une place plus généreuse ou, du moins, plus facilement repérable dans le corps de l’ouvrage. Par exemple, il est trop brièvement fait allusion à Raoul Blanchard et aux monographies urbaines qu’il a lui-même réalisées (sur Grenoble, Annecy, Montréal) ou qu’il a inspirées par sa méthode. L’impression donnée à la lecture de cette Géographie urbaine est en effet celle d’une branche de la géographie riche et passionnante, mais un peu « venue de nulle part ». L’évocation de l’histoire de la ville et de l’essor urbain ne suffit pas à rendre compte, à elle seule, de son émergence.

20À l'inverse, de nombreux travaux récents qui éclairent la géographie urbaine, comme ceux de l’économiste Laurent Davezies (2012), du sociologue Alain Bourdin (2005, 2009) et d’autres, trouvent légitimement leur place dans cette somme, de même que l’essai, bien que discutable, de Christophe Guilluy (2014). À ce sujet, si l’ouvrage comporte un lexique fourni (p. 267-276) et une bibliographie abondante (p. 277-283), on peut s’étonner de l’absence d’un index des lieux et d’un index des noms de personnes. On ne peut que souhaiter qu’ils apparaissent dans une prochaine édition.

21Manifestement, les auteurs ont fait le choix d’une présentation non formalisée des modèles spatiaux et de hiérarchie urbaine de référence (Christaller, Zipf, Reilly). Les besoins des étudiants, notamment face aux exigences des examens, auraient peut-être justifié une présentation un peu plus technique, comportant des rappels mathématiques et des démonstrations. De même, la présentation des outils d’analyse économique des villes (partie III) aurait pu être rendue plus systématique, notamment par l’adjonction d’indications sur le calcul de la valeur ajoutée et du PIB (produit intérieur brut). Ces agrégats (bien que critiqués) sont d’un usage courant dans les approches métropolitaines et régionales du fait urbain. De même, le rappel des nomenclatures des branches et des secteurs d’activité aurait également facilité la compréhension.

22Par ailleurs, la distinction entre analyse « intra-urbaine » et analyse « inter-urbaine », qui sert parfois de trame dans l’enseignement de la géographie urbaine, revient souvent dans les propos, mais elle n’est pas citée en tant que telle.

23Pour conclure, au-delà de ces quelques critiques, il faut reconnaître que le résultat est à la hauteur de l’ambition affichée par les auteurs d’un livre qui n’a guère à envier à ses illustres devanciers, ceux évoqués au début ; à défaut de renouveler les analyses, il les actualise brillamment. À ce titre, il devrait normalement se trouver en bonne place dans la bibliothèque de tout étudiant et de tout enseignant-chercheur (prescripteur) en géographie et aménagement.

Haut de page

Bibliographie

Bastié J., Dezert B., 1980, L’Espace urbain, Paris, Masson.

Beaujeu-Garnier J., 1980, Géographie urbaine, Paris, Armand Colin (5e éd., 1997).

Beaujeu-Garnier J., Chabot G., 1963, Traité de géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

Bonnier L., 1919, « Cartes isochrones de l’agglomération parisienne », La Vie urbaine, No.3.

Bourdin A., 2005, La Métropole des individus, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube.

Bourdin A., 2009, Du bon usage de la ville, Paris, Éditions Descartes & Cie.

Chabot G., 1948, Les Villes (Aperçu de géographie humaine), Paris, Armand Colin (3e éd., 1958).

Chombart de Lauwe P.-H. (dir.), 1952, Paris, et l’agglomération parisienne, 2 vol., Paris, PUF.

Chombart de Lauwe P.-H., 1965, Paris. Essais de sociologie (1952-1964), Paris, Éditions Ouvrières.

Clozier R., 1940, La Gare du Nord, Paris, J.-B. Baillière & Fils.

Davezies L., 2012, La Crise qui vient. La nouvelle fracture territoriale, Paris, Éditions du Seuil.

George P., 1952, La Ville. Le fait urbain à travers le monde, Paris, PUF.

George P., 1961, Précis de géographie urbaine, Paris, PUF (4e éd., 1974)

Guilluy C., 2014, La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion.

Lavedan P., 1936, Géographie des villes, Paris, Gallimard (2e éd., 1959).

Mendras H., 1988, La Seconde Révolution française 1965-1984, Paris, Gallimard (2e éd., 1994).

Paulet J.-P., 2000, Géographie urbaine, Paris, Armand Colin.

Haut de page

Notes

1 Parmi les exceptions, voir l’ouvrage de Jean-Pierre Paulet (2000, nouv. éd. 2005, nouv. impr. 2006).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Montigny, « Burgel G., Grondeau A., 2015, Géographie urbaine, Paris, Hachette Supérieur, 288 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 04 mai 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29121

Haut de page

Auteur

Gilles Montigny

Groupe de géographie et d’histoire des territoires, de l’environnement, des ressources et des sociétés (GGH-TERRES)
École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page