Navigation – Plan du site
2018

Burgel G., 2017, Questions urbaines, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 131 p.

Gilles Montigny

Texte intégral

1Très différent dans sa nature de l’ouvrage précédent (Burgel, 2015), même si nombre d’idées communes se retrouvent de l’un à l'autre, celui-ci s’inscrit délibérément dans la ligne des essais déjà publiés par l’auteur (2006, 2008, 2012), dont il partage ce genre. Questions urbaines reprend, développe et actualise certains thèmes déjà abordés dans ces différents livres, eux-mêmes alimentés par les réflexions développées et discutées lors des séances du séminaire « Analyse et politique et de la ville », organisé et animé par G. Burgel depuis de nombreuses années.

2Le titre ne peut manquer de faire penser à celui de Manuel Castells (1972), grand classique de la sociologie urbaine d’inspiration marxiste. Là s’arrête tout rapprochement possible entre ces deux publications. Ce titre est en réalité un peu décalé par rapport au contenu de l’ouvrage car ses différents chapitres ne traitent pas tous, ni spécifiquement, ni exclusivement de l’urbain. Ainsi, le chapitre 2 est consacré à une évaluation du rôle et du fonctionnement de l’institution scolaire (« L’école : entre formation citoyenne et apprentissage professionnel »), le chapitre 3 propose un ensemble de réflexions sur la place et les réalités de l’emploi et du travail dans notre société (« Le travail : droit ou devoir d’accès à un bien rare »), le chapitre 6 se penche sur les problèmes d’environnement (« Le développement durable : idéologie ou politique ? ») et, enfin, le chapitre 7 s’interroge sur l’action publique et les réformes territoriales françaises (« Le gouvernement démocratique des territoires »).

3En dépit de l’impression de dispersion qui pourrait en résulter, cet essai présente une forte unité. Celle-ci repose sur une critique, développée dans le chapitre initial, de ce que G. Burgel nomme l’« illusion spatiale », à laquelle il convient, pour l’auteur, d’opposer l’adoption d’une « attitude compréhensive ». Par « illusion spatiale », il faut entendre la prégnance et la prédominance, visible aussi bien dans l’analyse géographique que dans les choix des politiques d’aménagement, de la référence à l’espace. Quoiqu’indispensable, celle-ci tend à faire perdre de vue l’essentiel. « [Il ne faut pas] survaloriser l’espace comme objet d’analyse et mode d’action ; toujours lui préférer l’intelligence des processus sociaux... » (p. 27). Les chapitres qui suivent en multiplient les exemples. C’est à cette dimension du livre que nous allons nous attacher.

4Le caractère limitatif de certaines représentations de l’espace, courantes en géographie, comme l’utilisation des chorèmes (introduits par Roger Brunet), la cartographie urbaine, celle de la pauvreté, des élections (« La carte fige la ville, quand il faut s'efforcer de la comprendre » p. 21), la mesure du « gradient d’urbanité » (une « mécanique spatiale simpliste », p. 21) se trouvent fustigés. À chaque fois, les processus sociaux, complètement occultés, se trouvent réduits à leur dimension spatiale.

5Ce reproche n’est pas uniquement adressé à la recherche urbaine. L’urbanisme, tel qu’il a été conçu et pratiqué en France depuis les années 1960, tombe lui aussi sous le coup de cette critique. En effet, il a reposé avant tout sur les modalités de l’organisation spatiale, qu’il s’agisse des métropoles d’équilibre (dans le cadre de la politique d’aménagement du territoire), des schémas directeurs de la région parisienne et de l’Île-de-France, de la conduite de la politique foncière (avec des dispositifs tels que les POS, remplacés par les PLU, les ZAC, les ZAD, etc.) ou des villes nouvelles. À chaque fois, il n’a pas été tenu suffisamment compte des processus économiques et sociaux qui conditionnent l’urbanisation, à savoir la ségrégation spatiale, la division et le partage de l’espace urbain, la dynamique des prix du foncier et de l’immobilier. Illustration de tels processus, l’évolution du quartier du Marais à Paris, du XVIIIe siècle à nos jours, particulièrement depuis les années 1960, est fort instructive. Il s’est produit un jeu subtil entre les interventions et incitations publiques, visant à la réhabilitation de ce secteur historique, et les stratégies résidentielles privées.

6Dans le domaine de la politique éducative, l’approche par le territoire est devenue une fin en soi. Avec l’application de la carte scolaire (à partir de 1963), la création des ZEP (en 1982), la décentralisation des universités dans les villes moyennes, la politique de recrutement de Sciences Po Paris en Seine-Saint-Denis, etc., on a assisté, là aussi, à une survalorisation de l’espace, cela au détriment d’une réflexion de fond sur ce que doivent être les missions de l’école et sa place dans la société.

7En matière d'emploi, alors que la France est confrontée depuis plusieurs décennies à la persistance d’un chômage de masse, plus récemment à d’autres menaces, comme celles liées aux délocalisations d’activités productives à l’étranger, à la robotisation, à l’ubérisation, la réponse des pouvoirs publics a essentiellement résidé dans l’engagement de ce que l’auteur qualifie de « projets spatiaux de substitution » (p. 51). Le projet du Grand Paris en constitue l’un des meilleurs exemples. Reposant lui-même sur une addition de projets, il comporte l’implantation et le développement de clusters spécialisés censés assurer un développement métropolitain. En réalité, ils ne font que contribuer à l’émergence d’îlots de prospérité économique isolés, avec des créations d’emplois très localisées, ce qui en fait finalement un facteur d’accroissement de déséquilibre spatial. Pour pouvoir porter un jugement plus fondé sur ce sujet, il faudra cependant mesurer la capacité de créations d’emploi de ces nouveaux pôles et leurs possibles effets d’entraînement en dehors de leur périmètre.

8L’approche trop exclusivement spatiale des questions urbaines est encore visible dans la manière dont a été conduite, en France, la politique de renouvellement urbain et la lutte contre l’exclusion sociale. Elles ont donné lieu à diverses expériences, à la mise en place de multiples dispositifs et modes d’intervention, d’où une avalanche de sigles (quartiers HVS, DSQ, DSU, ZUS, GPU…) qui tous soulignent le caractère très « territorialisé » de ces actions. Il est permis de douter de leur parfaite efficacité. Si elles ont permis une réelle amélioration du cadre de vie quotidien, ces actions, très localisées, ne s'attaquent pas aux causes profondes des problèmes sociaux (manque de formation et de qualification, raréfaction et précarisation de l’emploi, ressources financières limitées, insuffisante intégration sociale, obstacles culturels…). Des actions volontaristes, comme celles menées par l’ANRU, aboutissent à un bilan mitigé, tant en termes de créations nettes de logements (les reconstructions ne compensant pas les destructions) qu’à l’égard de la constitution de la ville (effacement de la mémoire de celle-ci consécutif à des démolitions). La même circonspection est de mise à l’égard de la politique de mixité sociale résidentielle. Elle se heurte rapidement aux comportements individuels de fuite, de distinction, d’entre soi. En revanche, tous ne partageront pas nécessairement la prise de position adoptée à l'encontre de certaines politiques de mobilité dans la ville. L’impact du tramway, des vélos en libre-service, sur la manière dont évoluent actuellement les modes de déplacement dans les centres-villes, parallèlement à une remise en cause de la place de l’automobile, semble minimisé.

9Certaines réformes portent sur l’organisation territoriale du pays ; elles ont de ce fait, directement, une forte dimension spatiale. Depuis la fin du XVIIIe siècle, les plus importantes ont été, incontestablement, la création des régions (1972) et l’adoption des premières lois de décentralisation (lois dites Defferre de 1982-1983). Au final, on peut leur reprocher d’avoir introduit plus de complexification que de simplification (addition de pouvoirs, épaississement du « millefeuille » administratif). La réforme territoriale de 2015 (qui a vu la réduction du nombre des régions, mais qui provoque un mouvement de reconcentration des pouvoirs) n’est pas non plus sans appeler des réserves. Guy Burgel reprend à son compte les analyses géographiques (celles d’auteurs comme Christophe Guilluy, Pierre Veltz, Jacques Lévy) qui soulignent la tendance à la fracturation du territoire national entre des zones dynamiques (les métropoles) et l’ensemble, frappé de léthargie, formé de la plupart des petites et moyennes villes. Il se constitue ainsi une « France à deux vitesses » (p. 105).

10Au fil des chapitres, on retrouve dans ce livre bien d’autres thèmes chers à G. Burgel, comme la référence à ce qu’il nomme les « territoires institutionnels de projet » (p. 118, partant du constat, qu’en général, ce n’est pas le territoire qui fait le projet, mais l’inverse, ce qui signifie qu’en matière d’organisation spatiale, les choix stratégiques devraient toujours être premiers), la distinction entre « acteurs » de la ville (administrateurs publics, promoteurs immobiliers, employeurs...) et « auteurs » de la ville (juristes, architectes et urbanistes, chercheurs en sciences sociales...).

11On l’aura compris, on se trouve en présence d’un ouvrage qui foisonne d’idées et dans lequel G. Burgel nous fait bénéficier de sa grande expérience d’expert et d’universitaire (il a été le fondateur du Laboratoire de géographie urbaine [LGU] de l’Université de Paris-Nanterre) tout en laissant libre cours à son esprit critique. On retrouve ici le géographe engagé, aux nombreuses et régulières interventions et prises de position dans le débat public, qu’il s’agisse, par exemple, de l’extension du stade de Roland-Garros (avec l’affrontement entre la Fédération française de tennis, des associations de riverains et les défenseurs de serres d’Auteuil) ou celui qui porte sur les choix relatifs au projet du Grand Paris. Si le lecteur ne partagera pas nécessairement toutes ces idées, il sera mieux armé pour tenter de répondre à cette question essentielle, posée dans le chapitre conclusif : « Quelle ville voulons-nous ? ».

Haut de page

Bibliographie

urgel G., 2006, La Revanche des villes, Paris, Hachette Littératures.

Burgel G., 2008, Paris meurt-il ?, Paris, Perrin.

Burgel G., 2012, Pour la ville, Grâne, Créaphis.

Burgel G., Grondeau A., 2015, Géographie urbaine, Paris, Hachette Supérieur.

Castells M., 1972, La Question urbaine, Paris, François Maspero.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gilles Montigny, « Burgel G., 2017, Questions urbaines, La Tour d’Aigues, Éditions de l’Aube, 131 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 mai 2018, consulté le 19 juillet 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29122

Haut de page

Auteur

Gilles Montigny

Groupe de géographie et d’histoire des territoires, de l’environnement, des ressources et des sociétés (GGH-TERRES)
École des hautes études en sciences sociales (EHESS), Paris, France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page