Navigation – Plan du site
2018
855

La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905)

The Belle Époque of a colonial geographer: Marcel Dubois, academic and public figure, between Dreyfus Affair and Entente Cordiale (1894-1905)
Nicolas Ginsburger

Résumés

La figure de Marcel Dubois (1856-1916) est fondamentalement liée à la géographie coloniale qu’il enseigna à la Sorbonne pendant près de 20 ans, à partir de 1893. Pourtant, cet universitaire singulier parmi les élèves de Paul Vidal de la Blache occupa une place beaucoup plus diversifiée dans le paysage des intellectuels français de la Belle Époque que ce secteur particulier des savoirs coloniaux. Homme de combats, en particulier pendant l’Affaire Dreyfus, universitaire engagé, partisan d’une géographie coloniale « appliquée » voire politique, il fut davantage que le disciple renégat de Vidal et de son groupe d’élèves normaliens « orthodoxes ». Nous allons donc ici essayer de tracer un portrait polymorphe de ce géographe complexe, de préciser son itinéraire personnel et professionnel, ses réseaux et son action, au-delà de la seule géographie coloniale, afin de tracer de lui une image plus conforme à ce qu’il représenta dans la France et le Paris de la Troisième République.

Haut de page

Dédicace

A la mémoire de Numa Broc (1934-2017)

Texte intégral

Introduction

1Le 25 mai 1894, le journal L’Estafette raconte de façon humoristique et ironique l’ambiance folklorique qui règne alors dans les rangs de la faculté des lettres de Paris :

« L’autre jour une trentaine d’étudiants de la Sorbonne éprouvèrent subitement l’irrésistible besoin de se réunir autour d’un de leurs professeurs en un banquet somptueux et de choquer leurs verres à la gloire de la géographie. Comme les étudiants en grec, en mathématiques, en grammaire ou en botanique paraissent n’avoir jamais manifesté un enthousiasme aussi délirant pour les matières obligatoires de leurs programmes d’examen, (…) cette initiative insolite (…) doit avoir besoin de quelques explications. (…)
Depuis quelques années, la géographie à la Sorbonne n’est plus seulement une science comme la philologie ou la physique ; c’est une religion : il n’y a pas là un professeur et des élèves ; il y a un grand prêtre entouré de quelques lévites qui officie devant des fidèles prosternés dans la poussière. L’enseignement est remplacé par un culte qui a ses cérémonies et ses rites. Enfin ce banquet annuel où l’on sable le champagne n’est pas un festin vulgaire, mais il peut passer pour la Pâque légèrement modernisée où maître et disciples communient devant des bombes glacées et des coupes pleines dans la foi nouvelle qui les unit tous.
Ce maître qui est à la fois le prophète et le pasteur de cette religion moins connue que le bouddhisme de M. de Rosny et que pour la première fois je révèle au grand public, s’appelle M. Marcel Dubois. » (Anonyme, 1894)

  • 1 Evidemment, on aura garde de ne pas le confondre avec d’autres Dubois, tant ce nom est commun en fr (...)

2Publié dans la série dite des « profils sorboniens », ce long texte, non signé mais écrit par un proche de ce milieu, raconte donc le succès que rencontre alors Marcel Edmond Dubois1 (1856-1916), élu l’année précédente, à 37 ans, professeur titulaire de géographie coloniale ; on en a ici un portrait saisissant, quoique tout en dérision, proche du « gourou » d’une sorte de secte académique. Jusqu’ici pas vraiment évoqué en ces termes par les historiens, cet homme n’est pas un inconnu parmi les « géographes français du XXe siècle, aujourd’hui disparus » (Joly, 2013) : élève direct du fondateur de l’Ecole française de géographie, Paul Vidal de la Blache (1845-1918), il a été au cœur du mouvement d’institutionnalisation de la géographie et des « sciences coloniales » (Singaravélou, 2011), en particulier par la fondation des Annales de géographie en 1891, dont il claque cependant la porte – ou est évincé - en 1895 (Soubeyran, 1997 ; Clout, 2011 ; Clerc, 2014 ; Ginsburger, 2017). En rupture avec le courant vidalien, il est décrit par ailleurs comme notoirement nationaliste, colonialiste et antidreyfusard (Perret, 1916 ; Benda, 1936, p. 201 ; Berdoulay, 1995 ; Clout, 2011) et semble globalement disparaître de l’histoire française de la géographie moderne, en tout cas telle qu’elle a été écrite par la suite par l’école vidalienne légitime et dominante. L’Estafette donne cependant ici un point de vue fort différent sur le personnage et témoigne d’un regard parallèle mais plus contemporain, d’une image sociale moins sérieuse et disciplinaire sur Dubois, enfin d’une vitalité spectaculaire de son entourage dans l’univers du Quartier latin de la fin du XIXe siècle.

  • 2 Sur le concept d’école en sciences humaines : cf. en particulier le numéro 32 de la Revue d’histoir (...)
  • 3 Dont la définition chronologique varie, pouvant par exemple couvrir la période 1889 ou 1900-1914. L (...)
  • 4 C’est-à-dire entre son élection comme professeur à la Sorbonne (1893) et sa rupture avec les Annale (...)
  • 5 A partir de 1906, on constate un affaiblissement de son influence, sans doute du fait de sa maladie (...)
  • 6 Si l’on s’appuie sur la leçon inaugurale de Dubois à la Sorbonne (Dubois, 1894), on peut cependant (...)

3C’est pourquoi l’on souhaite ici revenir sur la figure de ce géographe colonial souvent négligé, rendre justice à la branche de la géographie savante de l’époque qu’il a incarnée et organisée avec un succès fluctuant (Soubeyran, 1994, 1997 et 1998 ; Deprest, 2009 ; Clout, 2011 ; Clerc, 2014), mettre aussi à l’épreuve et éventuellement « déconstruire » (Clerc, 2017a) certaines affirmations le concernant, et en interrogeant à son sujet les notions de « charisme » et d’« école »2. Ainsi, on va considérer le « cas Dubois » autour de la « Belle Époque3 », entre 18944 et 19055, décennie décisive dans laquelle il semble connaître son apogée. Cette étude se fera sous plusieurs angles, en étudiant les lieux, les moments et les groupes qui lui sont liés, afin de déterminer l’ampleur de ses réseaux et la façon dont il s’inscrit dans la configuration académique et sociale de la Troisième République triomphante, quoiqu’ébranlée par l’Affaire Dreyfus. A cet égard, nous ne discuterons pas vraiment de la question de sa pensée géographique et coloniale, largement étudiée ailleurs6, mais nous exploiterons des archives inédites et des textes confidentiels, témoignant du regard orienté de certains de ses contemporains. Ceci nous permettra de donner une image renouvelée de ce professeur remarquable et intriguant, insaisissable et polymorphe, révélateur du monde universitaire parisien et acteur du champ des savoirs, au sein d’un mouvement colonial et d’une géographie française du début du XXe siècle « sans doute plus complexes qu’on l’a souvent écrit » (Clerc, 2014, p. 146).

« Aucun éducateur n’a suscité un tel culte » : portraits de Dubois en pédagogue

4Dire que Dubois était une « personnalité charismatique, [un] inlassable défenseur de la cause nationale, [un] excellent orateur, (…) [un] homme de communication » (Robic, 2001, p. 83-84), un « professeur, citoyen et homme d’action » (Broc, 1978, p. 327) est tout à fait juste, mais ne suffit probablement pas à décrire son image publique à la fin du XIXe siècle, en particulier auprès de beaucoup de ses étudiants, partant à expliquer son influence dans la société française de la Belle Epoque, singulièrement du Paris 1900. Pour comprendre les ressorts de son succès, constaté par de nombreux témoins de l’époque, pour le relativiser également et l’évaluer correctement, pour voir enfin comment sa figure est construite par ses partisans, notamment dans la presse de l’époque, il faut étudier et comparer plusieurs descriptions qui sont faites de lui par certains de ses proches et des observateurs plus distancés, d’abord dans l’environnement académique, ensuite dans la sphère politique. Derrière la diversité des témoignages et leurs tonalités parfois divergentes et exagérées, écrits sur le vif ou sur le tard, mais concernant toujours le tournant du siècle, il s’agira donc de saisir l’image construite par ses admirateurs et leurs stratégies énonciatives pour faire de leur enseignant un véritable héros universitaire et disciplinaire.

Présence et pédagogie d’une « superstar » de la Sorbonne

5La « fabrique sociale » de Dubois, notamment médiatique, repose sur une forte personnalisation et l’affirmation d’une originalité plurielle. Son attrait correspond d’abord à des qualités physiques, en tout cas dans les années 1890. L’âge du « plus jeune professeur de la Sorbonne » (L’Eclair, 17 février 1899, XIIe année, n°3735, p. 2), sa vigueur et son énergie séduisent, mais aussi son aspect, pour lequel on a également des portraits en images, à glaner dans la presse de l’époque (Ginsburger, 2017, figures 3 et 4 ; ici infra, fig. 1) :

« C’est un plaisir rare de l’entendre et de le voir dans sa chaire, ce professeur qui n’a pas quarante ans et à qui sa physionomie cordiale, ouverte et presque naïve, ses beaux yeux noirs qui sans cesse brillent, sa pétulance juvénile et bruyante en donnent à peine vingt-cinq. (…) Il continue son œuvre active de propagande qu’il poursuit infatigablement depuis bientôt six ans » (Anonyme, 1894).

6Ailleurs, il est jugé « vivant, d’une activité jamais lassée » (L’Eclair). A l’Ecole normale supérieure de jeunes filles (ENSJF) de Sèvres, où il enseigne à partir de 1890 comme maître de conférences (Ginsburger, 2015), Jeanne Ben-Aben (épouse Crouzet) (décédée en 1960), reçue en 1888, témoigne de ce pouvoir d’attraction, disant de lui qu’« il était l’inventeur d’une méthode nouvelle en géographie, toute brillante de logique, et qui séduisait [s]on esprit amoureux de méthode. Il l’exposait avec une passion entraînante, irrésistible » (Collectif, 1932, p. 230), A ce charisme physique et intellectuel s’ajoute donc, de l’avis général, un indéniable talent communicationnel, un art oratoire personnel, fait de vivacité et de persuasion contagieuses mais aussi, pour certains, d’une certaine confusion portée par ses talents de polémiste :

« Il développe [son propos] avec un entrain, une exubérance de paroles et de gestes, un mouvement de toute sa personne qui trahissent une conviction débordante que rien ne pourrait comprimer. Ses conférences ne sont pas des expositions calmes et didactiques, ce sont des controverses bouillantes et agressives. Il discute, dispute et ergote sans relâche, aujourd’hui contre un géologue de Vienne, demain contre un géographe de Berlin, un économiste de Paris ou un voyageur du Soudan. Entraîné, étourdi par sa propre parole, tout entier à la cause qu’il défend, il semble oublier parfois à qui il s’adresse et se croire dans un congrès ou à une tribune ayant en face de lui l’adversaire qu’il combat. Alors il parle avec toutes les formules et même tous les clichés usités en pareil cas, et sa démonstration avance, rapide, massive, touffue ; les arguments se précipitent en rangs serrés, bousculant infailliblement le contradicteur invisible mais pour lui toujours présent. » (Anonyme, 1894)

7Son disciple Robert Perret (1881-1965), qui l’a sans doute connu au tout début du XXe siècle et qui témoigne à sa mort, une quinzaine d’années plus tard, se remémore dans des termes comparables l’effet du professeur sur son public :

« On allait en cours de géographie coloniale pour entendre une parole qu’on savait brillante ; on demeurait, oublieux de toute éloquence, retenu par la seule force des convictions. (…) Marcel Dubois, quel que fût son sujet, n’apportait guère de notes et s’exprimait d’abondance, les yeux fixés sur le public, avec des phrases qui ne visaient point à l’effet mais qui l’obtenaient et qui entraînaient l’adhésion parce qu’elles étaient de vives images ou de claires formules. » (Perret, 1916).

8En 1898, Fernand de Rouvray (1876-1948), journaliste, auteur dramatique et chroniqueur mondain, insiste également, dans le journal La Justice, sur l’alliance de du geste et de la parole :

« Voici le sympathique et très distingué professeur de géographie coloniale M. Marcel Dubois. La figure avenante et pleine d’intelligence, l’élocution facile, remplie d’élégance et accompagnée d’une expressive mimique, qui ne comporte d’ailleurs aucune affectation, l’aspect imposant, M. Marcel Dubois discute les questions géographiques avec une aisance qui ravit aussitôt son auditoire et séduit les érudits. »

9Ces témoignages, à prendre évidemment avec recul car sans doute exagérés dans leur aspect louangeur, reflètent ainsi la technique pédagogique de Dubois, à vrai dire relativement commune en ce contexte : un exposé oral marqué par l’aisance normalienne du verbe et de la formule, soutenu non par l’image mais par le corps (des bras, du visage, du regard) et la mise en scène combattante et bouillonnante de l’argumentation, à une époque où les cours universitaires publics en amphithéâtre, les enseignements magistraux ont une certaine dimension spectaculaire, voire théâtrale. Ce n’est pas tout cependant, et la pédagogie de Dubois prend également, là aussi de façon relativement classique depuis les réformes de l’enseignement de l’histoire par Ernest Lavisse (1842-1922), la forme du séminaire, de la « conférence ». Perret se rappelle ainsi :

« Laissant de côté la pédagogie dogmatique, il voulait donner confiance aux jeunes gens dans leurs propres forces en se soumettant à leur critique ; les intelligences étaient ainsi mises en mouvement. (…) Si utiles que fussent ses leçons, elles ne représentaient d’ailleurs que la partie accessoire de son enseignement ; il jugeait que le rôle du maître est moins de se faire écouter passivement que de stimuler l’activité et il attachait une importance prépondérante aux conférences de ses étudiants ; assis au pied de la chaire, il les suivait la plume à la main, discutait leurs conclusions et engageait les auditeurs à donner leur avis. Chacun d’eux avait alors l’illusion d’être un collaborateur participant à une œuvre commune ; la controverse se transformait en un dialogue passionné. » (Perret, 1916, p. 496-497)

10Disponible, accessible, simple, Dubois est donc présenté comme un éveilleur d’intelligence, un Socrate de la géographie, un accoucheur de la jeunesse estudiantine, sur un mode assez différent de celui qu’on rencontre par exemple lorsqu’est évoquée, avec respect et dévotion, la figure enseignante de Vidal. Albert Demangeon (1872-1940), normalien de 1892 à 1895, écrit ainsi à son sujet, dans sa nécrologie de 1918 :

« Il avait l’abord froid qui parfois glaçait. Il n’avait pas la parole ardente, enflammée de l’apôtre. La pensée qui s’exprimait se dégageait lentement, comme portant la pensée suivante ; il y avait des silences entre les phrases et parfois comme un voile léger sur l’idée. Mais ces impressions ne tenaient pas au bout de quelques minutes d'attention. Vidal de la Blache ne parlait jamais pour ne rien dire. Des idées fortes, pleines, riches de suc et de sens, jaillissaient, brièvement exprimées, mais souvent parées de couleur et de poésie. (…) A la longue, c’était une parole profondément persuasive, plus persuasive que l’éloquence parce qu’elle créait moins d’émotion et plus de conviction. Tout cet enseignement se donnait dans l'atmosphère d'une familiarité respectueuse ; car on sentait bien vite que la froideur du maître n'était que l'apparence extérieure de sa modestie et de sa discrétion. » (Demangeon, 1918)

11La rationalité timide de Vidal contre l’enthousiasme bouillonnant de Dubois : l’opposition des deux figures, que ne séparent qu’une dizaine d’années en âge mais dont l’un est le maître de l’autre, est certes révélatrice, mais leur évocation a en commun le registre lexical de la ferveur religieuse, plus attendue dans le cas de l’hommage posthume et sans doute moins spectaculaire que dans celui de Dubois comme acteur sur la scène académique. Notons enfin que Dubois lui-même, lorsqu’il évoque Vidal en novembre 1898, note cette différence, mais ne lui en fait pas du tout le reproche :

  • 7 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 394.

« Le souvenir que m’a laissé l’enseignement de M. Vidal de la Blache (…), vieux de vingt ans, n’a rien perdu de sa précision, rien non plus de son caractère essentiel de gratitude. Il était impossible d’échapper à la séduction de cette parole simple et sobre, de cette pensée vigoureuse que donnait au maître une préparation de tous points sincère et achevée. Si austères qu’elles fussent (…), les leçons de géographie nous attachaient à leur auteur qu’on devinait dévoué à ses élèves et à son œuvre de réforme7. »

12Séduction pour séduction, celle de Vidal est dans sa simplicité et son intelligence, celle de Dubois dans son énergie juvénile : question de tempérament sans doute, mais également de contexte, le géographe colonial parlant devant un auditoire nombreux en Sorbonne, Vidal devant un groupe réduit de normaliens, avec un rayonnement, alors, sans doute moindre dans l’opinion publique.

Le maître enthousiaste d’une nouvelle géographie ?

13L’admiration exprimée par les thuriféraires de Dubois vient également de l’impression de maîtrise et de connaissance qu’il dégage, lui, le pourtant tard venu à la géographie après avoir été, comme son maître Vidal ou son camarade Bertrand Auerbach (1856-1942) (Robic, 1999), un honorable historien de l’Antiquité grecque (Ginsburger, 2017) :

« M. Dubois (…) ne semble avoir été en géographie qu’un ouvrier de la deuxième heure. Mais il a été un ouvrier d’autant plus passionné et un réformateur d’autant plus subversif. Peu de savants se sont donnés avec plus d’ardeur et de véritable fougue à leur science d’élection. Nul professeur en tout cas n’a apporté dans son enseignement, dans ses livres, dans les rapports avec ses élèves, un zèle plus enflammé de prosélytisme et de propagande. (…) C’est peu dire qu’il possède les sujets dont il parle. C’est son sujet qui le possède. » (Anonyme, 1894).

14Avec l’ardeur du converti et toujours dans le champ lexical de la religion scientifique, la description de Dubois donne l’image d’un novateur, d’un visionnaire apportant une interprétation nouvelle sur le monde, par ses propres qualités mais aussi en servant d’intermédiaire avec le modèle scientifique par excellence de l’époque, celui d’Allemagne :

« M. Dubois a découvert la géographie ou pour parler mieux, il a découvert une manière nouvelle de comprendre la géographie. Cette conception, il n’est point aisé de la définir exactement. Dans ce dogme récent comme dans tous les dogmes, il y a quelque chose d’ésotérique que par moment l’on croit saisir et qui subitement échappe tant il enferme de subtilités traîtresses et de replis cachés. Mais j’en puis au moins dire ce que j’en entends clairement moi-même et ce qui m’en paraît constituer le fonds essentiel. (…)
[Il] a prétendu substituer à cette nomenclature fastidieuse, inintelligente et arbitraire qu’était l’enseignement de la géographie jusqu’à ce jour, une science plus logique et moins factice s’adressant plus au raisonnement qu’à la mémoire, moins soucieuse de divisions claires que de classifications rationnelles et préoccupée avant tout de présenter à l’esprit l’enchaînement complet et multiple qui lie les uns aux autres les phénomènes du monde physique. Il ne se contente pas de décrire le cours d’un fleuve, les accidents d’un terrain, la nature d’une côte ; il les explique en montrant comment ils résultent du régime des pluies, des soulèvements géologiques antérieurs, des vents qui soufflent de tel point de l’horizon. (…) Il y a un bon mot que M. Dubois cite volontiers, c’est celui de Karl Ritter, le savant allemand, qui définit la géographie « la science des rapports de la terre avec l’homme ». On sent combien cette définition grandit étrangement le rôle de la géographie et élargit l’horizon. M. Dubois se l’est appropriée absolument et la défend avec ardeur. Son grand mérite, et peut-être aussi sa seule originalité, c’est précisément de l’avoir traduite en français et mise en pratique dans son enseignement. Cela est déjà beaucoup. La méthode qu’il préconise et dont ses élèves lui attribuent l’invention, alors qu’il l’a seulement vulgarisée avec une fougue infatigable, vise à faire de la géographie autre chose qu’un index de noms propres, plus aussi qu’un répertoire de descriptions romantiques, elle veut en faire une science autonome, indépendante de l’histoire dont elle fut jusqu’à ce jour l’humble auxiliaire, mieux encore qu’une science, une philosophie qui s’élève des faits aux lois, qui ne se contente point de décrire pour décrire, mais veut atteindre « à des conclusions générales, capables de guider l’activité des sociétés humaines ». » (Anonyme, 1894).

  • 8 Quoique certainement pas en ce qui concerne la géographie coloniale, tardivement développée en Alle (...)
  • 9 Son maître Vidal enseignait assurément les mêmes principes à l’ENS, en référence à Ritter et à Frie (...)

15La nouveauté des conceptions scientifiques de Dubois est donc ici affirmée dans un dialogue avec Ritter (1779-1859) et la géographie germanique, peut-être revendiquée par le Français8, mais frisant la simple importation ou traduction9. L’idée est donc ici de faire de la géographie non plus une science descriptive, mais explicative, à la fois en apportant un raisonnement causal de type naturaliste et en la mettant au service de l’action (Clerc, 2014). Il s’agit également, en tout cas à ce moment et selon le journaliste, de la détacher de l’histoire et de l’autonomiser par la définition de lois tirées de l’expérience, permettant d’en faire une connaissance prête à être utilisée. A ce titre, Dubois semble prétendre à la stature d’un fondateur et d’un géographe universel, embrassant tous les aspects de la discipline, au contraire de ses collègues plus spécialisés, comme Rouvray l’écrit explicitement en 1898 :

  • 10 En italique dans le texte.

« Tandis que ses adversaires s’ingénient à discuter sur le système orogénique des Alpes ou les groupes de terrains primitifs, dans le Massif central, le géographe qu’est M. Marcel Dubois s’affranchit de ces discussions particulières et se demande pourquoi le climat, les fleuves, la végétation ne serviraient pas aussi bien de base à une étude géographique.
Indiquer les principaux traits du relief, définir le climat et apporter dans cette étude une précision méconnue jusqu’à ce jour, expliquer l’influence de ce relief et de ce climat sur les fleuves, étudier la nature des côtes et déterminer autant que possible pour chaque région les causes et lois de ces divers ordres de phénomènes, tel est l’objet de la géographie physique10, au dire de M. Marcel Dubois et de son école.
D’ailleurs, la géographie politique ne lui apparaît point comme quantité négligeable : qu’est-ce en effet que la géographie politique, sinon « l’action de la terre sur l’homme et de l’homme sur la terre » ? Il est difficile de s’affranchir du milieu géographique, dans lequel s’écoule l’existence. (…) M. Dubois s’intéresse grandement aux questions coloniales, et en poursuivant ses études, il a réellement fait œuvre patriotique. » (Rouvray, 1898)

16La géographie comme science totale, monolithique et non fragmentée : tels sont, selon l’auteur, la proposition et le projet intellectuels de Dubois, expliquant en partie l’attrait qu’il exerce manifestement sur ses auditeurs. Que cela soit finalement assez banal chez les géographes universitaires de l’époque, en tout cas chez les élèves de Vidal, n’a pas vraiment d’importance ici : l’essentiel est que, pour un public parisien qui ne peut pas assister aux cours de Vidal, réservés aux normaliens, Dubois est en la matière la vitrine (revendiquée et reconnue comme telle) et le héraut d’une nouvelle façon de faire de la géographie.

Un fan club à la Sorbonne ? Dubois et la jeunesse du Quartier latin

17Au-delà de ses qualités individuelles de pédagogue, le succès universitaire de Dubois vient de sa faculté à créer une identité collective autour de sa personne et de ses idées, à cristalliser un esprit de groupe chez ses élèves. En effet, il exerça indéniablement « sur ses étudiants une profonde influence » (Gallois, 1931), par un « enseignement auquel il s’était donné tout entier » (Gallois, 1916). Pourtant l’ampleur du groupe de ses partisans est difficile à apprécier : si l’Estafette « ne [peut] [s’]expliquer qu’il soit si petit le nombre de ceux qui ont accepté [sa doctrine] » (Anonyme, 1894), Perret écrit au contraire que « la parole de Marcel Dubois a éveillé un assez grand nombre de vocations géographiques » (Perret, 1916, p. 498). « Vocations » donc ? Prenons le terme au pied de la lettre. La cohésion de ses disciples repose sur une dimension religieuse affirmée : « Dans cette chapelle on sent (…) une ferveur intense, une foi profonde (…). Le maître, comme tous les maîtres, est indulgent, libéral et large. » (Anonyme, 1894). Cette métaphore chrétienne est tout à fait frappante et revient à plusieurs époques sous la plume de ses élèves et des observateurs. En 1898, Rouvray écrit pour sa part : « M. Marcel Dubois est un maître excellent, qui a su grouper autour de lui des élèves dévoués, dont on ne peut qu’admirer le désintéressement studieux et le zèle » (Rouvray, 1898). En 1916, son ancien élève breton Marcel Ruedel (1879-1933) adopte encore cet angle, dans une description quasi christique, pour en faire le portrait moral :

« Tempérament d’apôtre, désintéressé, combatif, indulgent et bienveillant à la fois, Marcel Dubois, contrairement à beaucoup de ses collègues plus connus à la Sorbonne, cherchait plus à répandre ses opinions qu’à se faire une vaste publicité. (…) [Il meurt] prématurément (…), usé par une vie de labeur et d’abnégation » (Ruedel, 1916). 

18Dans les années 1890, la jeunesse de Dubois rejoint donc, dans le processus d’adhésion et d’identification, l’âge de ses élèves, « les néophytes [avec] leurs enthousiasmes juvéniles » (Anonyme, 1894). De plus, il arrive à susciter des sentiments collectifs, d’adhésion certes à ses thèses scientifiques, mais aussi à la valeur sociale, de l’utilité de ses idées : « Comme professeur, il affirme que son enseignement a une valeur éducative puisqu’il s’adresse à la raison ; comme savant, il prétend collaborer à l’œuvre sociale et fournir des matériaux aux colons, à l’administrateur et à l’homme d’Etat. C’est là le point central de sa doctrine » (Anonyme, 1894). Selon l’Eclair :

« S’il est plus connu que beaucoup de ses collègues, c’est que, depuis longtemps déjà, il a pensé que l’enseignement devait s’assouplir aux nécessités de la vie moderne et qu’au lieu de s’enfermer dans un amphithéâtre et de débiter de vieilles formules, respectables sans doute, mais inutiles, sinon dangereuses, il a voulu connaître les étudiants, les diriger et n’a pas dédaigné de se jeter avec eux dans la lutte engagée pour le développement et la défense de notre unité nationale. » (L’Eclair, 17 février 1899, XIIe année, n°3735, p. 2)

  • 11 Cité in Etudes religieuses, historiques et littéraires, p. 213.
  • 12 Présidée par Roume, conseiller d’Etat et directeur au ministère des colonies, cette AG du 11 juille (...)

19Dubois, « prince de la jeunesse » et « Barrès géographe », épouse la cause non pas de tous ses étudiants, mais en fait des seuls nationalistes. C’est d’ailleurs le sens qu’il donne un peu plus tard à son engagement antidreyfusard : « j’étais écœuré (…) d'entendre des élèves de l'Université traiter leurs camarades de vils patriotards11 ». Cet antidreyfusisme conservateur, motivé par « un très vif agacement et une incompréhension totale face aux agissements des dreyfusards » (Joly, 2008, p. 304), le place de façon déterminée dans le camp de la jeunesse la plus engagée à droite. Un autre signe en est sa participation au comité de patronage et à la première assemblée générale de la Ligue coloniale de la Jeunesse, fondée en juillet 1897 sous son parrainage12. Dans ces années d’Affaire, le politique se mêle donc à la théorie scientifique pour définir l’identité du groupe duboisien. Cette proximité de Dubois avec ses jeunes étudiants est confirmée par le témoignage de Perret qui montre bien que le professeur occupait alors une position de maître à penser, dans et hors de la Sorbonne :

« [Le dialogue entre le maître et ses élèves] se continuait par-delà l’heure fixée fors de la salle et revêtait une allure encore plus libre et plus familière : (…) le géographe quittait la Sorbonne et traversait les jardins du Luxembourg, escorté par une ardente jeunesse ; on l’accompagnait quelquefois jusqu’à cette maison de la rue Notre-Dame des Champs où se sont nouées tant d’amitiés. Aucun éducateur n’a inspiré un pareil culte ; (…) il se livrait à ses disciples et n’estimait pas que fût perdu le temps qu’il dérobait à son travail pour le consacrer à la formation d’un esprit. Moins généreux, il aurait peut-être écrit plus de livres, mais il aurait enrichi moins d’âmes ; sa réputation se serait étendue encore plus loin, mais son souvenir ne serait pas aussi indestructible dans la mémoire de ceux qui l’ont connu ; il ne laisse rien de passager n’ayant rien cherché de personnel et sa doctrine survivra parce qu’il s’est donné sans mesure. » (Perret, 1916, p. 496-497)

20A l’intérieur et à l’extérieur du « temple » de la Sorbonne, dans ce Quartier latin qui semble vibrer à l’écho de ses discours et des discussions qu’il suscite, Dubois est ainsi mis en scène comme un prophète de la géographie la plus active, ici encore sur un mode religieux continu.

Une école de géographie coloniale ? Les duboisiens, identités et rivalités

21Le rayonnement personnel de Dubois semble donc fort, du point de vue social et académique. Est-ce à dire qu’il a pu constituer une véritable « école » personnelle, distincte mais comparable et opposée à celle de Vidal, dont il avait fait partie avant sa rupture de 1895 ? La réponse n’est pas simple et doit être examinée avec d’autant plus d’attention que, si école il y eut, elle échoua sans doute et n’eut qu’une faible postérité. Dubois est présenté comme le maître d’œuvre d’un travail collectif, de nouveau teinté de sacrifice pédagogique et partagé avec ses élèves : « Par ses soins et sous sa direction un cours complet de géographie a été composé pour introduire dans l’enseignement secondaire les nouvelles méthodes et le nouvel esprit. Beaucoup de ses élèves sont devenus ses collaborateurs ; et généreusement il les a associés aux honneurs comme aux profits de cette grande entreprise » (Anonyme, 1894). Sa position de pouvoir magistral lui permet aussi de les valoriser par des marques d’intérêt scientifique, des publications communes, des récompenses à la fois symboliques, matérielles et professionnelles. En 1899, L’Eclair écrit : « Se donnant tout entier à ses élèves, M. Marcel Dubois est aujourd’hui un chef d’école qui a groupé autour de lui une pléiade de jeunes professeurs qui, entraînés par son exemple, collaborent ardemment à l’œuvre patriotique qu’il rêve d’accomplir. » Quelques années plus tard, la Société de géographie de Paris (SGP) écrit : « Autour de M. Marcel Dubois s’étaient groupés des élèves – maîtres aujourd’hui – qui gardèrent l’empreinte de son enseignement. Il fit école. » (La Géographie, 1909, p. 397). Enfin, faisant le bilan de l’action du maître de la Sorbonne, Ruedel souligne :

« il a formé, pendant vingt-cinq ans, une génération d’élèves fidèles à sa pensée, qu’il avait su conquérir par sa parole vibrante et chaleureuse à l’idée coloniale. (…) Ce n’est pas seulement dans l’enseignement, mais dans toutes les classes de la société qu’il a laissé des hommes empreints de ses idées et de son enseignement. » (Ruedel, 1916).

22L’existence d’une « école duboisienne » de géographie est donc affirmée par ces témoignages, se réduisant cependant manifestement à l’existence de géographes coloniaux se revendiquant de son enseignement et de sa filiation. A ce niveau, qui sont exactement ces disciples et peut-on en faire un portrait collectif ?

Géographes coloniaux de seconde génération : les disciples de Dubois

  • 13 Pour ce lieu de formation majeur d’enseignantes, on n’a de témoignages à son sujet que pour le débu (...)
  • 14 « Boursier conquérant » et bouillonnant, voire scandaleux, engagé du côté républicain dès 1900, A. (...)
  • 15 Il reçoit alors le prix Jomard de la Société de géographie de Paris, comme Dubois en 1893.

23De même que pour Vidal, plusieurs catégories d’élèves de Dubois sont à distinguer (Berdoulay, 1995, p. 178-179 ; Robic, 2001 ; Clout, 2011), à savoir, d’un côté, les futurs géographes universitaires (Gallois, 1931), et d’un autre, les « officiers, missionnaires, futurs administrateurs coloniaux » (Broc, 1978, p. 329). Mais la situation est en fait plus complexe. Après quelques années passées à Nancy (Ginsburger, 2017), l’enseignement de Dubois s’est précisément développé dans deux pôles parisiens bien différenciés : d’une part la Sorbonne, où il devient maître de conférences de géographie en 1885, en parallèle avec le professeur titulaire Auguste Himly (1823-1906), puis est nommé professeur de géographie coloniale en 1893 ; d’autre part Sèvres, où il enseigne également près de 25 ans (Ginsburger, 2015). Or, si on ne lui connaît pas d’élève direct de la période nancéenne ou du moment où il partage son magistère parisien avec Himly, si enfin on n’a pas de véritable trace de disciple sévrienne13, on lui connaît plusieurs élèves parisiens (masculins) directs revendiqués, tous de la même génération, nés dans les années 1860. Henri Froidevaux (1863-1954), Camille Guy (1860-1929), André Parmentier (1865- ?) et Amédée Thalamas (1867-1953) sont autant d’auditeurs devenus agrégés d’histoire et géographie, puis professeurs en lycée, voire en faculté, continuant à évoluer dans son cercle14. Lui aussi agrégé (1889), Augustin Bernard (1865-1947), lui dédie sa thèse principale sur la Nouvelle Calédonie en 1895, marquée par l’absence revendiquée de terrain, tandis que sa thèse latine, dédiée à Himly, est consacrée à l’œuvre d’un chroniqueur et géographe du XIe siècle (Nordman, 2008, p. 73-76). En 1896, il devient professeur de géographie de l’Afrique à l’Ecole Supérieure des Lettres d’Alger (Sutton, 1979 ; Deprest, 2009), rejoignant dans l’enseignement supérieur Henri Schirmer (1862-1931), auteur d’une thèse sur le Sahara en 1893, non agrégé mais nommé dans la foulée maître de conférences à Lyon. L’« élève et disciple » le plus explicite de Dubois est peut-être cependant Armand Rainaud (1863-?) qui consacre ses recherches de doctorat au continent austral pour sa thèse principale15, à la Cyrénaïque pour sa thèse latine, thèses dédiées à Dubois et louées avec chaleur dans ses comptes rendus dans les Annales mais qualifiées « de compilation » par Vidal en 1898 (Baudelle, 2001, p. 39). Rainaud se voit nommé à la faculté des lettres de Rennes pour un « enseignement spécial de géographie », nouvellement créé en 1897 et sur lequel un témoin indique :

« M. Rainaud possède les vues larges d’un généralisateur et l’information d’un érudit. On ne craint pas, avec lui, des généralisations hâtives et superficielles. Les idées les plus connues des spécialistes, il sait les présenter sans aucune banalité, grâce à une parfaite maîtrise du sujet, à la précision de sa méthode, à une remarquable netteté d’expression. Telles sont les impressions que j’ai gardées (…) après avoir entendu l’ouverture de son cours public, de 1896-1897, sur l’Afrique septentrionale, et sa seconde conférence privée. Ses conférences aux étudiants porteront d’abord, pendant trois années, sur l’étude générale du globe, après quoi il abordera les monographies. [Il a débuté par une leçon de bibliographie générale et deux sur l’histoire des progrès de la science géographique, questions trop souvent négligées naguère, au moins en province.] » (Vignols, Léon, Revue de géographie, 1897, p. 70-71).

  • 16 Dubois et Gallois à Paris et à Lyon, Auerbach à Nancy, mais aussi Pierre Camena d’Almeida (1865-194 (...)
  • 17 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du 26 janvier 1895, p. 236.

24Dubois parvient donc à placer ses élèves avancés dans l’enseignement supérieur au milieu des années 1890, acquérant un rayonnement institutionnel personnel inédit, au moment où les premiers vidaliens trouvent également des postes permanents de professeurs16. Froidevaux est ainsi nommé par arrêté du 16 février 1895 secrétaire-archiviste du Bureau de renseignements scientifiques associé à la chaire de son maître, pour ses « qualités d’ordre, de scrupuleuse érudition17 », sans doute aussi comme élève du jeune maître de conférences devenu professeur. Quelques mois auparavant, au matin de la quatrième journée du Congrès des Sociétés françaises de géographie (2-7 août 1894),

« [il] (…) analyse les travaux exécutés cette année à l’Institut géographique de la Sorbonne, sous la direction de M. Marcel Dubois. Il insiste sur les cours et sur les travaux du professeur de géographie coloniale de la Sorbonne. (…). Il montre la vitalité de l’institution nouvelle, son intérêt et prie le congrès de Lyon de lui témoigner la même sympathie que les congrès antérieurs de Lille et de Tours » (Bulletin de la Société de géographie de Lyon, 1895, p. 411).

  • 18 Fondée en juillet 1893, elle a pour but de renseigner et d’assister le commerce colonial. Composé d (...)

25Le poste de Froidevaux est cependant précaire. Supprimé par décision du ministère des colonies le 17 janvier 1896, il est recréé le 1er novembre 1896, sous la forme d’un poste de secrétaire de l’office colonial annexé à la chaire de géographie et subventionné par l’Union coloniale française18, ce qui est accepté avec réticence par Dubois et plusieurs membres du conseil de la faculté, qui « redoutent le côté industriel de la création proposée et se soucient médiocrement de la fusion projetée entre le monde des savants et le « monde des affaires » », d’autant que l’Union coloniale propose également de créer et subventionner un cours libre du soir : au terme de la discussion, le conseil

  • 19 Archives nationales, AJ/16/4748, p. 308-309.

« accueille favorablement le projet formé par l’Union coloniale française d’instituer à la Sorbonne des cours du soir sur les matières d’enseignement colonial, les dits cours restant d’ailleurs en dehors de son contrôle et de sa surveillance ; puis il émet également un avis favorable au projet de ladite Union d’allouer à M. Froidevaux un subvention de 3000 francs, mais en spécifiant qu’il devrait être pourvu à l’installation dudit secrétaire ou directeur comme à l’installation de l’Office lui-même dans d’autres locaux que ceux de la faculté, et notamment en dehors de l’Institut actuel de géographie19 ».

  • 20 Supplément au Bulletin de l’Union coloniale française de décembre 1896.
  • 21 Ce cours se compose de 10 leçons, traitant de 1. Conditions générales du pays ; ressources naturell (...)
  • 22 Archives nationales, AJ/16/4748, p. 397. Ce dernier devient directeur de la bibliothèque de la SGP (...)

26Si ce cours libre d’enseignement est bien organisé pour les étudiants, « plus spécialement pour les candidats à l’agrégation d’histoire et de géographie », instaurant un système de bourse et un voyage pour les étudiants méritants composant leur mémoire sur « un sujet emprunté à l’un des cours de l’union », et voit Dubois traiter des « doctrines et œuvres coloniales » en 189620, en 1898 de « l’Algérie, sa mise en valeur »21, ce n’est que le 1er novembre 1898 que ce poste est officiellement confié à Froidevaux22. Il témoigne à lui seul du glissement du colonialisme d’une politique d’Etat résolu à un lobby colonial très actif, à buts économiques.

  • 23 Fondée en 1889.
  • 24 Nommé gouverneur des colonies en 1902, puis lieutenant-gouverneur du Sénégal, puis à la Réunion ent (...)
  • 25 Pour la thèse latine, un essai sur les rapports commerciaux entre Marseille et Alexandrie au commen (...)
  • 26 Il devient conservateur de la bibliothèque de l’Institut en 1919 et le reste jusqu’en 1934. Elu mem (...)

27Ce glissement est également visible dans l’itinéraire d’un autre disciple direct de Dubois : Emile-Félix Gautier (1864-1940). Personnalité originale et relativement marginale, normalien (1884-1887) et agrégé d’allemand (1891) après avoir échoué au concours en histoire, « toute sa vie autant explorateur que géographe en chambre et professeur » (Zimmermann, 1942, p. 180), il visite et étudie Madagascar au début des années 1890, y est nommé en janvier 1896 directeur de l’enseignement, puis des Affaires indigènes ; il démissionne de ce poste en 1899, puis soutient sa thèse sur Madagascar en 1902 (Zimmermann, 1942 ; Ginsburger, 2017, note 98). Plusieurs étudiants de Dubois deviennent ainsi administrateurs coloniaux, notamment après un passage à l’École coloniale23 où il enseigne depuis 1892 (Ginsburger, 2017, note 100) : par exemple Georges Bruel (1871-1945), d’abord étudiant à la Sorbonne, puis à l’École coloniale, enfin en fonction en Afrique Équatoriale. Enfin, certains de ses disciples sont placés dans des lieux d’influence et de prestige. L’agrégé Camille Guy entre en 1895 (à 45 ans) comme chef du service géographique et des missions au Ministère des colonies et connaît, en tant qu’administrateur colonial, une « belle carrière coloniale »24, où il applique « une science acquise en Sorbonne » (Dubois, 1914, p. 842). Henri Dehérain (1867-1941), spécialiste de l’Afrique du Nord (en particulier de la Tunisie), est inscrit en 1894 en thèse de doctorat : il la soutient en 1898 (Dehérain, 1898)25, et est récompensé l’année même par le Prix Thiers de l’Académie française. Il entre comme sous-bibliothécaire à l’Institut de France, où il fait le reste de sa carrière26, et y publie plusieurs recueils d’études sur l’Afrique (Dehérain, 1904, 1909 et 1912).

  • 27 Il publie sa thèse principale en 1895 chez Armand Colin, consacrée au « Comte de Frontenac. Etude s (...)
  • 28 Cet inspecteur d’académie de Tours consacre sa thèse à « l’esclavage aux Antilles françaises avant (...)
  • 29 Alors professeur au lycée du Mans, il consacre sa thèse à « La Constituante et les colonies, la réf (...)
  • 30 Son Essai sur les sources de l’histoire des Antilles françaises (1492-1664) est publié dans la coll (...)

28Enfin, Dubois exerce au même moment une influence directe sur plusieurs historiens qui suivent ses cours et se spécialisent dans l’étude des empires coloniaux français des siècles précédents (Zytnicki, 2003 ; Deprest, 2009, p. 296 ; Singaravélou, 2010). Ainsi, après Henri Lorin (1866-1932) en 189327, Lucien Peytraud (1858- ?) en 189728 et Léon Deschamps (1849- ?) en 189929, Prosper Cultru (1862-1917), publie sa thèse sur Dupleix en 1901, devenant professeur d’histoire coloniale à la Sorbonne en 1906, suivi par l’archiviste-paléographe Jacques de Dampierre (1874-1947) qui soutient en 1904 sa thèse sous sa direction30. De même, l’archiviste paléographe, agrégé de lettres et professeur d’histoire et géographie au lycée d’Orléans puis à Paris au lycée Condorcet, Emile Salone (1858-1928), est l'auteur d’une thèse sur La colonisation de la Nouvelle France en 1905 (Perret, 1916, p. 498). Jules Machat (?- ?), agrégé d’histoire et géographie, professeur au lycée de Bourges, est également l’un des docteurs qui terminent leurs thèses sous sa direction, en l’occurrence sur la Guinée française et le Fouta-Djalon, en 1905, comme Albert Métin sur la colonisation de la Colombie britannique (1907) et André Siegfried (1875-1959) sur la démocratie en Nouvelle-Zélande (1904).

29L’ensemble de ces docteurs forme donc un groupe de duboisiens relativement visible, quoique manifestement hétéroclite et n’ayant parfois de rapport qu’administratif et thématique (et non « théorique ») avec le professeur de géographie coloniale.

Dubois et les vidaliens de la Sorbonne, une vraie rupture ?

30Quels rapports Dubois et ses disciples de la Belle Epoque entretiennent-ils avec Vidal et ses proches élèves ? C’est un fait qu’à la suite de son départ de la direction des Annales de géographie en 1895, Dubois ne publie plus aucun article dans cette revue. Une partie de ses élèves le suit : Froidevaux est ainsi immédiatement remplacé par Maurice Zimmermann (1870-1950) pour la rubrique clé des comptes rendus de lecture (Clerc, 2014). Ce dernier assiste à la soutenance de thèse de Schirmer et « égratigne (…) son mentor [Dubois] (…) dont il déplore le comportement flagorneur » (Clerc, 2017b). La revue prend alors une orientation assumée de géographie en lien avec les sciences naturelles, et trente-cinq ans plus tard, Ruedel évoque ainsi ce qui a pu être le sentiment partagé par ses partisans :

« Une injustice, doublée, comme c’est presque toujours le cas, éliminait (…) M. Marcel Dubois [de la direction des Annales de géographie], et faisant culbuter la géographie dans la géologie, M. Vidal de la Blache associait à sa publication comme directeurs M. Lucien Gallois (…) et le géologue Emm[anuel] De Margerie, qui devait donner les directives à cette publication scientifique » (Ruedel, 1930).

31L’attitude de Dubois s’explique probablement par son opposition au tournant « naturaliste » de la géographie française, ainsi qu’à certaines options pédagogiques et méthodologiques, orientant l’étude de la géographie vers celle des régions, voire des pays, à une échelle qui lui paraissait inadéquate (Robic, 2004a). Cette attitude est marquée par une série de débats, voire de duels, particulièrement remarquables en 1898-1900, notamment entre lui et Gallois (Gallois, 1899 ; Robic, 1992, 1993b et 2007), mais aussi entre élèves et tenants de chaque groupe. La violence de la polarisation des années 1890 est décrite en des termes saisissants dans L’Estafette, où l’auteur peine à expliquer pourquoi « si nombreux soient les hérétiques qui, journellement, se voient excommunier par la petite chapelle qui s’est formée autour de M. Dubois » (Anonyme, 1894). La cohésion de ses disciples repose sur le rejet virulent de ses opposants, avec une dimension religieuse affirmée :

« Dans cette chapelle on sent (…) aussi cette intolérance farouche des croyances fortes. (…) Il faut voir [les élèves de Dubois exécuter] tous ceux que n’a pas encore illuminés la vérité, et dont l’intellect est resté rebelle à cette conception de la géographie pour eux définitive et consacrée. Il faut les voir inscrivant sur leurs listes de proscriptions les noms suspects et les volumes condamnés et faisant se coudoyer pêle-mêle les auteurs d’obscurs manuels et des géographes qui ne sont ni sans crédit ni sans renommée. J’ai dit que c’était une religion : elle a son « index » et presque son inquisition » (Anonyme, 1894).

  • 31 Et qui ne peut s’expliquer que très tardivement (en tout cas pas en 1894) par l’engagement antidrey (...)
  • 32 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 395.
  • 33 Alors licencié ès lettres, Ruedel est trésorier-adjoint du comité de direction de la Ligue colonial (...)
  • 34 Articles courts et d’opinion pour les Annales coloniales, articles développés et essentiellement sa (...)

32Ces métaphores chrétiennes répétées tendent à exagérer une opposition finalement à relativiser31. En effet, une partie des élèves de Dubois continue d’abord à publier dans les Annales, en particulier Schirmer et Gautier : à ce titre, on ne peut certainement pas affirmer que la géographie coloniale disparaît alors de la revue vidalienne (Clerc, 2017a). Ensuite, se pose la question de l’attitude de Dubois à l’égard de la revue elle-même. Il a peut-être d’abord cultivé l’espoir de retrouver sa tête en cas de départ de Vidal et de Gallois. En novembre 1898, lors de l’élection de Vidal à la Sorbonne, il dit à ce niveau, avec une dose de mystère : « J’ai omis de parler de la fondation d’une revue géographique, des « Annales de géographie », parce que j’y ai pris part, et ne puis louer une œuvre qui est mienne par moitié, que je considère toujours comme telle et suis avec le même intérêt qu’au premier jour de sa fondation. Mes amis, et d’autres, me sauront gré de ne point toucher cette question délicate32. » Cependant, s’il n’a en effet pas voulu fonder une revue concurrente aux Annales, on doit noter qu’en 1899, son élève Ruedel33 fonde la revue Les Annales coloniales. Sous-titrée « bi-mensuel des questions extérieures », se proclamant « la revue coloniale populaire par excellence », elle se pose en organe de l’association La France coloniale moderne : s’agissait-il vraiment pour lui seulement de « saluer une autre revue, Les Annales de géographie, que [s]on maître Marcel Dubois (…) venait de créer avec Paul Vidal de la Blache » en 1891 (Ruedel, 1930) ? Cette reconstitution, trois décennies plus tard, peut être mise en doute : s’agissait-il de lui faire concurrence, comme la proximité des titres le suggère ? Sans doute pas : les deux revues sont en fait tout à fait différentes par la forme et les objectifs34. De plus, si Dubois publie en effet occasionnellement dans la revue (Dubois, 1903b) et s’il fait bien partie du comité de patronage de l’association, aux côtés des représentants de la SGP Roland Bonaparte (1858-1924) et Alfred Grandidier (1836-1921), il ne semble pas y avoir été très actif. Enfin, certains élèves normaliens de Vidal sont également attirés par la géographie coloniale de Dubois et de ses épigones, par exemple Jean Brunhes (1869-1930) (Deprest, 2017) et évidemment Zimmermann (Clerc, 2014).

  • 35 On compte 16 voix pour Schirmer, 8 voix pour Bernard, 1 enfin pour Auerbach (Robic, 1999) (Archives (...)
  • 36 Archives nationales, AJ/16/4749, création d’un cours complémentaire de la géographie et de la colon (...)

33A partir de 1898, Vidal est élu à la Sorbonne sur la chaire d’Himly (Sanguin, 1993), et Dubois doit composer avec lui pour les affaires académiques, comme pour « l’affaire Schirmer ». Ce dernier se présente à la succession de Gallois nommé maître de conférences à l’ENS pour remplacer Vidal. Lors de l’élection, en janvier 1899, Schirmer est défendu par Vidal et Lavisse pour la qualité de sa thèse, mais Dubois lui préfère explicitement Augustin Bernard. Après discussions, le vote des professeurs titulaires est sans ambiguïté en faveur de Schirmer, nommé à la Sorbonne par arrêté du 20 janvier 1899, ce qui constitue un relatif camouflet pour Dubois35. Bernard ne doit cependant pas attendre bien longtemps, sur un poste cependant beaucoup moins stable : il est nommé chargé de cours complémentaire en géographie et colonisation de l’Afrique du Nord à la Sorbonne, le 6 octobre 1902, appuyé à la fois par Vidal, Lavisse et Dubois, il est vrai face à une concurrence très faible36.

  • 37 Brunhes soutient la sienne le 2 juillet 1902.
  • 38 A la faculté des lettres de Paris, seul Vidal parle de la « géographie de la France » en cours publ (...)
  • 39 Agrégé d'histoire et géographie en 1889, il enseigne à partir de 1890 au lycée de Marseille, après (...)
  • 40 Les colonies occupent parfois une place relativement importante à l’agrégation d’histoire et géogra (...)

34La période est alors celle des chaises musicales entre universitaires. Gautier remplace Bernard à Alger, lui qui avait soutenu une thèse, consacrée à la géographie physique de l’île de Madagascar le 30 mai 190237 (Deprest, 2009 ; Joly, 2013, p. 61-62). En 1899, Rainaud est remplacé pour sa part à Rennes par le jeune De Martonne, qui y fonde un laboratoire moderne de géographie (Baudelle, 2001), tandis qu’il est lui-même nommé à Caen (Clout, 2011, p. 146). Les deux écoles de disciples, duboisienne et vidalienne, semblent donc se former de manière tout à fait concomitante, se développer et se répandre dans les institutions parisiennes, provinciales et coloniales dans une dynamique concurrentielle de rivalité académique, finalement plus complexe qu’attendu à cette époque. En matière d’enseignement de la géographie coloniale, Dubois et ses disciples occupent une place importante dans le paysage académique français de la fin du XIXe siècle. Ainsi, dans les cours annoncés à Paris pour l’année 1899-1900, Dubois traite de la « géographie de l’Afrique occidentale » en une heure hebdomadaire de cours public, et consacre une autre heure à l’« étude de diverses questions de géographie coloniale », liée à la préparation des mémoires de licence et de DES, cours complétés l’année suivante par un cours libre pratique sur la colonisation (moyens de transport, cultures, commerce), dispensé par Paul Vibert (1851-1918) et publié peu après (Vibert, 1904-1905). Quant à Froidevaux, il y enseigne les « sciences auxiliaires de la géographie et de l’histoire coloniales », thème qu’il aborde également au cours libre d’enseignement colonial dans les locaux de l’Union coloniale française, rue de la Chaussée d’Antin, et Schirmer, préparant les étudiants à l’agrégation et à la licence, traite spécifiquement de « questions de géographie de l’Europe et de l’Afrique »38. Ailleurs dans la capitale, à l’Ecole coloniale, Charles Gauthiot (1832-1905) dévoile la « géographie physique et économique des différentes parties du monde, l’Europe exceptée ; étude particulière des colonies de la France et de leurs rapports avec celles des pays étrangers ». L’enseignement parisien de la géographie coloniale est donc bien alors sous influence des duboisiens. La province n’est pas en reste : à Caen, Rainaud fait un cours public sur l’Afrique du Nord-Est et sur l’étude géographique des mers ; à Bordeaux, sur la fondation de la Chambre de commerce de Bordeaux, Lorin décrit les « voies de pénétration en Afrique » et Madagascar en cours publics ; à l’Ecole supérieure des Lettres d’Alger, Bernard dépeint les populations du Sahara septentrional et la géographie des pays musulmans (en particulier l’Algérie et la Tunisie). Parmi les autres cours, un seul vidalien est notable, à la Chambre de commerce de Lyon où Zimmermann fait deux cours de géographie coloniale, l’un sur l’Indochine et les Etats d’Extrême-Orient, l’autre sur les colonies françaises. Enfin, à Aix-Marseille, l’historien Paul Masson (1863-1938)39 consacre une heure par semaine aux colonies européennes en Afrique, et à la Chambre de commerce de Marseille, le botaniste Henri Jumelle (1866-1935) fait un cours sur les produits coloniaux. Les duboisiens sont donc naturellement nombreux sur ce créneau de la géographie coloniale, en particulier dans le cadre académique40, même si d’autres spécialistes transmettent des connaissances utiles dans des institutions plus professionnelles que les universités (Singaravélou, 2011).

« Une ardente propagande » : le rayonnement de Dubois à l’oral et à l’écrit

35Le rayonnement de Marcel Dubois, à son apogée au moment de la Belle Epoque, passe donc par la mise en scène parisienne de son enseignement et de son engagement, et par sa capacité à s’affirmer en tant que chef d’école. Cependant, sa stature résulte également de sa capacité à diffuser des idées, perçues comme plus ou moins originales, sur divers sujets (pas seulement la géographie coloniale), par l’intermédiaire de stratégies qu’il convient d’étudier également. Ses nombreuses interventions orales touchent des milieux savants divers, académiques mais aussi plus ouverts (sociétés de géographie, pas seulement parisiennes), ses ouvrages (scolaires, pratiques, de synthèse) sont abondants quoique souvent peu innovants, et ses fréquentes prises de position publiques concernent le cadre politique (Affaire Dreyfus), diplomatique ou disciplinaire, construisant largement une image d’expert médiatique qui n’est pas partagée par ses collègues vidaliens. Par ces trois aspects se dessine un profil de géographe certes commun avec ses collègues et rivaux (enseignant, auteur) mais original, car engagé sur des créneaux relativement singuliers, et pour cela d’ailleurs, fortement critiqué par certains de ses pairs.

Un engagement bref, mais éclatant : Dubois antidreyfusard

36Il est connu depuis longtemps que Dubois s’est positionné, au cours de l’Affaire, dans le camp antidreyfusard. On aimerait cependant ici considérer cet engagement en rapport avec sa réputation établie de pédagogue universitaire et d’orateur charismatique.

37Les convictions politiques de Dubois, pour être notoirement, mais sans originalité, patriotiques, ne semblent pas pouvoir être qualifiées d’extrême-droite, avant l’Affaire. Ainsi, le critique et dramaturge Jules Lemaître (1853-1914) affirme que :

« très savant, très bon, très dévoué, très aimé de ses élèves, [il] a toujours été un ferme et loyal républicain. Sa vie en rend témoignage. Voilà vingt ans qu’il donne tout son temps à l’instruction de la jeunesse et du peuple. Voilà vingt ans que tous ses dimanches (quand il ne reste pas dix heures enfermé pour conseiller des visiteurs) sont employés à des conférences populaires. Il serait impossible de compter toutes les réunions de la Ligue de l’Enseignement, des sociétés philotechniques et polytechnique, des sociétés de géographie, etc… où Marcel Dubois a pris la parole pour célébrer et expliquer l’œuvre coloniale de la République.
Ses amis protestants attesteront qu’il est allé vers eux, au moment du malentendu de Madagascar, pour exhorter la jeunesse de l’« Union chrétienne », et faire œuvre de conciliation. – Au temps du boulangisme, quand d’autres maîtres se dérobaient, il a nettement pris parti contre la tentative plébiscitaire. » (Lemaître, 1899)

  • 41 Organisation antidreyfusarde relativement modérée à ses débuts et pour la majorité de ses membres, (...)
  • 42 Dont Barrès et Coppée qui s’y rencontraient pour la première fois.

38Dix ans plus tard, ces opinions se cristallisent dans le cadre de la Ligue de la Patrie française (LPF)41. A cet égard, il n’est pas seulement un « suiveur », le simple signataire et adhérent d’une organisation qui correspond à ses convictions, mais l’un des initiateurs et même un membre très actif. La réunion préparatoire de la liste des fondateurs et des signataires du manifeste fondateur du 4 janvier 1899, « savamment balancé entre progrès et traditions, clamant son apolitisme, prolixe sur la patrie et l’armée » (Joly, 2008, p. 304), se déroule à son domicile, le 20 décembre 1898, en présence d’une trentaine de personnes42 (Winock, 1997, p. 48), ce qui donne une idée impressionnante de son réseau social. Dans un des portraits de l’époque (fig. 1), il est d’ailleurs représenté fièrement, avec ses compagnons de lutte, dans un duel visuel avec les membres du bureau du Comité de la Ligue des droits de l’Homme (la LPF sur la page de gauche, la LDH sur celle de droite).

Figure 1 : Les hommes du bureau du Comité de la Ligue de la Patrie française : Dubois est en bas, au centre droit, regardant vers Barrès et Brunetière

Figure 1 : Les hommes du bureau du Comité de la Ligue de la Patrie française : Dubois est en bas, au centre droit, regardant vers Barrès et Brunetière

(source : Le Monde illustré, 43e année, n°2183, 28 janvier 1899, p. 66)

39Pourtant, Dubois est plutôt partisan d’une stratégie d’ouverture vers ceux qui s’étaient auparavant engagés du côté dreyfusard (Rioux, 1977, p. 15). A ce titre, il est ainsi décrit par Coppée :

« Dans le comité de la Patrie française (…), Dubois représentait l’élément républicain, il représentait le libéralisme dans ce qu’il avait de plus large ; excellent homme, d’une nature douce et point combative, il était le conciliateur même et, si j’ose m’exprimer ainsi, il apparaissait au milieu de nous comme un esprit parlementaire. » (La Liberté, 2 décembre 1899).

40Le géographe est bien applaudi par divers cercles, notamment coloniaux et nationalistes, et justifie ainsi son engagement dans La Libre Parole, le 4 janvier 1899 :

« Nous nous coalisons à notre tour, gens de toute opinion, de toute religion, pour combattre les dangers d’un émiettement du patriotisme français, et donner l’exemple de l’obéissance aux lois. Chacun de nous garde sa liberté, quant à ses aspirations politiques, quant à ses projets de réforme, quant à sa foi religieuse. Mais nous avons tous une même religion, que nous ne cachons pas, en dépit ou à cause même des sarcasmes dont elle est l’objet de la part de gens dont nous n’avons pas peur : c’est la religion du drapeau et le respect de ceux qui le défendent. Ce culte n’empêche à aucun degré celui des droits de l’homme et du citoyen - si c’est bien des droits de l’homme et du citoyen qu’il s’agit en cette affaire -, mais, à côté des droits de l’homme, il faut mettre les devoirs du Français, devoirs très simples, qu’on enseigne dans nos écoles. Si l’on n’a point les deux soucis à la fois, on va à l’anarchie, celle de la rue ou celle des esprits, qui sont solidaires toutes deux. »

41Les raisons affichées de son action sont donc ici le patriotisme et le légalisme, le souci de l’ordre et l’attachement à la nation. Il est désormais bien plus qu’un simple spectateur du mouvement, où s’exprime rapidement un nationalisme nourri par le souvenir récent de la mission Marchand et de l’incident de Fachoda (Rioux, 1977, p. 33), à ce titre noyauté et surveillé de près par la police et ses indicateurs (Joly, 2008, p. 305). Il en est également un véritable acteur, bien que probablement très peu influent. Il signe une série d’écrits et de discours engagés, notamment L’avenir de la Patrie française, opuscule de 44 pages tiré d’une conférence, donnée le 15 février 1899 avec Lemaître devant 1500 personnes et d’abord publiée dans L’Eclair du 17 février. Il y exprime un idéal d’union nationale et sociale, au nom du patriotisme unanimiste, destiné à transcender le socialisme (Rioux, 1977, p. 48-49), écrivant par exemple : « Nous aimons notre Patrie comme les gens du peuple… Nous haussons notre idée du devoir jusqu’à l’identifier, par esprit de discipline et de solidarité française, avec celle des humbles » (Dubois, 1899a). Le récit de la grande conférence du 15 février 1899, publié le lendemain dans La Libre parole, indique également :

« L’orateur [Dubois] a eu un énorme succès. C’est avec aisance qu’il parle et parvient à se faire entendre malgré tous les bravos gênants pour le professeur peu habitué à la tribune publique. Lorsqu’il termine, les salves d’applaudissements éclatent pendant plusieurs minutes, et on réclame l’affichage du discours. On sort, des jeunes gens entonnent les chants de Déroulède, dont le nom a été acclamé par deux fois pendant la conférence de M. Dubois ».

42Cette réunion lui donne une certaine notoriété, et son portrait, illustré par une image le montrant fougueux, élégant et énergique, paraît dans le quotidien L’Eclair, le 15 février 1899, dans la série dite des « hommes du jour » (Ginsburger, 2017, portrait 4). Le rapport de police sur cette réunion, rédigé le 16 février, ajoute que Dubois :

  • 43 Archives de la Préfecture de Paris, BA 1336, dossier « Pièces et rapports », rapport du 16 février (...)

« rend hommage aux savants qui illustrent [la ligue] de leur présence.
« La Ligue, dit-il, représente l’âme de la France, de cette France qui veut conserver ses traditions sacrées. Notre but est de combattre tous les cosmopolites qui chaque jour, insultent ce que nous avons de plus cher : l’Armée ! (…) » Il préconise la levée en masse de tous les patriotes, contre la meute internationale ennemie de l’armée et de la nation française. (…) Il donne lecture, ensuite, de quelques compositions patriotiques d’Ernest Lavisse et de Sully-Prudhomme et, terminant, il souligne ironiquement les noms de ces deux écrivains pour faire ressortir leur attitude actuelle dans « L’Affaire » qui, d’après lui, n’est plus en conformité d’idées et de sentiments avec les poésies qu’il vient de citer43».

  • 44 Brunetière, déçu du peu de poids qu’il arrivait à y jouer et par les événements de février 1899, ho (...)
  • 45 Du côté du nationalisme politique de droite et de l’antisémitisme, aboutissant à la fondation de l’ (...)

43Si l’emploi du mot « cosmopolite » peut témoigner d’un certain antisémitisme, par ailleurs cependant pratiquement jamais attesté dans ses autres écrits, ou encore d’un anti-socialisme et anti-anarchisme virulents, ce récit reflète à la fois des opinions politiques relativement communes (nationalisme, colonialisme, militarisme), des qualités oratoires transposées de l’amphithéâtre à la tribune, enfin un caractère de polémiste académique, passant par la prise à parti de noms bien connus, tel Lavisse qui lui avait été favorable dans les années 1880 et l’avait aidé dans son ascension professionnelle (Ginsburger, 2017). Il participe par la suite à d’autres assemblées publiques, par exemple en février 1899 à la SGP (Etudes franciscaines, vol. 1, p. 343), alors que se multiplient des actions d’agitation, puis le 25 mai à Nîmes (El Gammal, 1999, p. 337), participant à l’organisation d’une violente manifestation à Albi, le 15 octobre, contre Jaurès et pour la défense de l’armée (Rioux, 1977, p. 56, note 12). Le 15 novembre suivant, il assiste à la conférence organisée dans la salle des agriculteurs de France (ou salle de la Société d’horticulture) par la LPF, ne prend pas la parole mais écoute les discours virulents prononcés par Coppée, président d’honneur, et Lemaître, président de la Ligue (Le Petit Journal, 2 décembre 1899). Plusieurs interventions marquantes donc, en province comme à Paris, bien que finalement ponctuelles. Il semble d’ailleurs que Dubois se soit écarté de la LPF vers la fin de l’année 1899. Comme d’autres44, il a sans doute été réticent à accepter la radicalisation politique de l’organisation45, les intrigues, rivalités et combinaisons nombreuses aux débuts de l’organisation (Joly, 2008, p. 307), peut-être le manque de cohérence doctrinale de ses chefs (Perret, 1916, p. 498-499 ; Sternhell, 2000, p. 372-380). Dans son cas particulier, il y a une dernière cause plus directe : une punition administrative d’origine politique, à savoir sa révocation, début décembre 1899, de ses fonctions de membre du Conseil supérieur de l’Enseignement technique du ministère du Commerce, par le ministre de l’époque, Alexandre Millerand (1859-1943), qui n’appréciait sans doute pas son activisme.

  • 46 Archives de la Préfecture de Paris, BA 1334, « Ligue de la Patrie française », dossier « Section du (...)

44Dès lors, sa participation aux réunions politiques suivantes s’espace et devient très épisodique : il participe au banquet du premier anniversaire de la Ligue, le 15 janvier 1900, à l’hôtel Continental, parmi 300 autres invités mais sans porter de toast selon L’Echo de Paris, qui rend compte le lendemain de l’événement. Le 13 février 1901, toujours dans la salle de la SGP (section de St Germain des Prés), avec, selon le rapport de police, « 600 personnes environ, dont une dizaine de prêtres », il assiste aux exposés, avec le critique littéraire René Doumic (1860-1937), le député parisien violemment antimaçonnique Laurent Prache (1856-1919), puis Lemaître qui préside la séance, mais il n'y prend pas la parole46. Enfin, il est membre du Comité de rédaction de l’organe officiel de la Ligue (les Annales) encore en juillet 1903. Dès lors, on n’a plus vraiment de trace d’un engagement politique qui n’a donc finalement duré que peu de temps, mais fut très intense en 1898-1899 et dont le souvenir resta certainement très vivace dans la mémoire de certains de ses contemporains, en particulier de ses collègues historiens et géographes qu’il avait parfois nommément mis en cause.

Conférences, congrès, publications : vulgariser et diffuser la géographie coloniale

45Dubois, en marge de son engagement politique antidreyfusard, intervient dans des cadres divers pour diffuser sa pensée vers le grand public, activité que son ancien élève Ruedel souligne : « Professeur et conférencier, il avait répandu la bonne parole en de multiples conférences aux quatre coins de la Métropole » (Ruedel, 1916). Qu’en est-il précisément, au-delà de l’éloge tardif (et de nouveau à tonalité religieuse) de l’élève à son maître ?

  • 47 De fait, il se permet de largement critiquer les explorateurs de son temps, soit parce qu’il pense (...)

46Depuis le début des années 1880 et son activité de maître de conférences à Nancy (Ginsburger, 2017), il est ainsi présent dans le milieu des sociétés de géographie, vecteurs bien connus du « mouvement colonial » dans les pays occidentaux, en France en particulier (Andrew, Grupp, Sydney Kanya-Forstner, 1975 ; Lejeune, 1993 ; Berdoulay, 1995), quoique de manière parfois critique, notamment au point de vue des illusions qu’elles créent auprès de l’opinion par les conférences peu fiables qu’elles organisent, où de « brillantes mais dangereuses formules » sont utilisées (Dubois, 1897b, p. 12-13)47. A ce niveau, il indique avoir « allègrement payé de [sa] personne dans les conférences de la Société de géographie [de Paris], de la ligue de l’enseignement et d’autres associations, (…) pris sans peur la responsabilité d’une ardente propagande en faveur d’une restauration énergique des œuvres de colonisation » (Dubois, 1897a, p. 8), même s’il ne devient membre de la SGP qu’en 1889. Nommé professeur de géographie coloniale, il acquiert une place de droit dans le réseau national de sociétés savantes, auquel il rend hommage en 1903 (Dubois, 1903a). Il assure aussi, par exemple, la présidence de la dix-septième session du Congrès national des Sociétés de géographie à Lorient entre le 2 et le 9 août 1896 (Bulletin de la Société de géographie de Lyon, 1896, p. 156), en prononce le discours d’ouverture et, la même année, une conférence, sous le patronage de l’Union coloniale française, consacrée aux « colonies et l’enseignement géographique » et rapidement publiée (Dubois, 1896a). L’impression qu’il donne à Lorient est la suivante :

« Le distingué professeur de géographie coloniale (…) a apporté dans [les] délicates fonctions [de président du Congrès] une note juvénile, militante, d’une allure un peu vive et personnelle qui a beaucoup gagné à se modérer à mesure que la session s’avançait, et que nous serions les derniers à reprocher à un homme dans toute la force de l’âge, chez lequel s’expliquent et se justifient bien des audaces ; à l’un de ceux, en tout cas, qui ont le plus fait pour la vulgarisation de la géographie pratique, utilitaire. » (Bulletin de la Société de géographie de l’Est, 1896, p. 466).

47Toujours donc cette impression d’énergie débordante, même en public et hors de son amphithéâtre, de juvénilité, malgré son statut de professeur, de force communicative, voire excessive, mais sachant peu à peu se canaliser. Au cours du Congrès suivant des Sociétés de géographie (18-25 septembre 1898), il fait, au Grand Théâtre de Marseille, une allocution sur « la question de l’enseignement de la géographie économique et de sa haute portée intellectuelle ». La même année, il publie, dans la revue de l’Union Géographique du Nord de la France, le texte d’une conférence sur la Tunisie.

48Pendant l’Exposition universelle de 1900, le matin du 21 août, lors de la vingt et unième session du Congrès des Sociétés françaises de géographie, à Paris, il donne une conférence sur « La Géographie, son domaine, ses limites. Classification des sciences géographiques » (Dubois, 1901), suivie d’un exposé de Gallois sur « L’évolution de la géographie » (Gallois, 1901). Ces deux conférences consécutives, prononcées lors la même demi-journée, « double exposé d’une même question » qualifié de « particulièrement brillant » dans La Géographie (1900, p. 236), sont en fait l’occasion d’une passe d’armes probablement tendue entre les deux hommes concernant la nature même de la discipline (Robic, 1992). Plus largement, l’exposition universelle de 1900 est pour Dubois un moment d’intense activité et de grande visibilité. Il est vice-président de la Commission chargée de préparer la participation du Ministère des colonies à l’événement et il publie, à la suite du rassemblement bien qu’en 1902 seulement, avec Auguste Terrier (1873-1932), alors secrétaire général du Comité de l’Afrique française, un ouvrage intitulé Les colonies françaises. Un siècle d’expansion coloniale, pour lequel ils reçoivent tous deux la médaille de vermeil de la SGP (Dubois, Terrier, 1902).

49En 1902, Dubois participe à une campagne de conférences organisée par la revue Le Correspondant dans la salle d’Horticulture de la rue de Grenelle, ayant pour objet le rôle social des femmes : ce « sympathique professeur » parle ainsi de

« l’action sociale de la femme dans les œuvres de la colonisation, soit qu’elle aille elle-même dans [les] colonies pour leur plus grand avantage matériel et moral, soit qu’elle y envoie ses enfants, soit qu’elle en favorise le développement par des achats judicieux de denrées venant [des] colonies. » (Le Correspondant, 1902, p. 38).

50Il préside également la section « Enseignement et propagande » du congrès colonial de 1903 et « inaugure les travaux par une éloquente comparaison entre la science et la propagande, disant qu’elles sont les deux figures de la vérité, une et toujours semblable à elle-même. La méthode et la forme de l’enseignement doivent varier suivant ceux à qui l’on s’adresse. C’est un principe qu’il ne faut jamais perdre de vue aux colonies. » (Revue de géographie, 1903, p. 462). Au Congrès de l’Association française pour l’Avancement des Sciences, organisé à Angers en août 1903, il prend la parole et évoque

« devant un nombreux public, au Théâtre, le problème fondamental de la vraie colonisation actuelle : l’alliance étroite entre la vie nationale et la vie coloniale. Il a su associer à de féconds aperçus sur l’histoire de la colonisation, et à des faits précis concernant la colonisation des peuples modernes, notamment la colonisation allemande, des conseils pratiques à l’usage de ses auditeurs qui doivent être des coopérants zélés de l’œuvre de[s] colons » (La Géographie, 1903, p. 98).

  • 48 Cette maison d’édition est en effet son partenaire quasi-exclusif, même si Dubois participe en 1892 (...)

51A côté de ses conférences prononcées puis dont le texte est diffusé rapidement dans la presse ou en opuscules, Dubois publie des écrits originaux, même si, comme le note Ruedel : « professeur avant tout, il enseignait plus qu’il n’écrivait ; c’est pourquoi le bagage littéraire qu’il laisse est peu considérable » (Ruedel, 1916). Son activité éditoriale est en effet relativement discrète, bien que loin d’être marginale. Il est d’abord connu comme auteur, avec ses élèves avancés (Dubois, Guy, 1895 ; Dubois, Benoit, 1896 ; Dubois, Durandin, Malet, 1902 ; Dubois, Parmentier, Bernard, 1899 ; Dubois, Schirmer, Guy, 1902), de nombreux manuels de géographie scolaire destinés à pratiquement toutes les classes de l’enseignement primaire et secondaire. Ainsi, pour éduquer la jeunesse et la société selon l’archétype de l’« homo imperialis » (Bancel, Denis, 2004), se diffusent ses idées dans l’enseignement scolaire, au moment même où son système intellectuel est exposé dans ses cours prononcés en Sorbonne puis imprimés (Dubois, 1894, 1895 et 1896b) et sa conception de l’enseignement géographique dans plusieurs articles-conférences (Dubois, 1898c et 1904a) , à destination des élites intellectuelles, en particulier des éducateurs, présents ou futurs. Mais il s’agit aussi pour lui d’« occuper le champ » éditorial, pour son éditeur Masson48, en concurrence sur ce créneau avec les autres auteurs et éditeurs de son temps, à commencer par l’éditeur des vidaliens, Armand Colin. L’ampleur de la diffusion et du rayonnement de ces manuels est incertaine, mais Ruedel écrit qu’« une foule d’écoliers [y] ont appris la géographie comme ils ont appris l’histoire dans les [manuels de Victor] Duruy » (Ruedel, 1916). Dubois-Duruy contre Vidal-Lavisse ? Le couple des manuels scolaires d’histoire et géographie renvoie sans doute alors aussi à des positionnements politiques particuliers.

  • 49 France en 40 feuilles et 240 cartes, Europe en 31 feuilles et 133 cartes, reste du monde en 50 feui (...)

52En plus des manuels déjà abondamment illustrés en petites cartes et photographies, Dubois investit spécifiquement la pédagogie cartographique : il fait paraître en 1895 avec Ernest Dieudonné Sieurin (1861- ?), ancien élève de l’Ecole normale de Rouen et professeur de géographie au collège de Melun, un ensemble de cartes scolaires d’étude en trois parties49, destinées en particulier à l’enseignement secondaire (première série), aux écoles primaires supérieures et aux établissements secondaires de jeunes (deuxième série). Ces cartes connaissent au moins douze éditions en une dizaine d’années (Dubois, Sieurin, 1895, 1896, 1897, 1898, 1906a, b et c), toujours chez Masson (Berdoulay, 1995, p. 91), et sont complétées par un ensemble de cartes d’étude en histoire et géographie, plutôt à dimension de géographie historique, et par des cahiers d’exercices et de révisions, dits « Cahiers Sieurin », pour l’enseignement primaire supérieur. Ces rééditions (avec souvent de nouvelles cartes et des mises à jour) et cette déclinaison de sous-produits dérivés sont certainement les signes d’un succès commercial important et de stratégies éditoriales très actives, d’autant qu’elles se trouvent pleinement en concurrence sur le considérable marché cartographique scolaire français avec les cartes de l’Atlas général Vidal-Lablache chez Colin, publié peu avant (1894), à la suite de cartes murales jugées très innovantes et parues à partir de 1885 (Sanguin, 1993 ; Robic, 2004b). Les cartes de Dubois-Sieurin, exclusivement en noir et blanc (contrairement à celles de l’Atlas Vidal) mais particulièrement lisibles, participent donc au rayonnement de Dubois dans les classes de l’école de la Troisième République.

53Dubois publie également des manuels de géographie économique, en tant que président de la Société d’économie politique nationale, avec Joseph Kergomard (1866-1946), professeur agrégé dans différents lycées, dont Lakanal, et à l’Ecole commerciale de Paris (Joly, 2013, p. 70) (Dubois, Kergomard, 1897), ainsi qu’avec Louis Laffitte, chargé de mission et secrétaire général de la Chambre de commerce de Nancy, directeur général de l’Exposition de Nancy lors de la troisième édition, en 1909, à propos de laquelle la SGP écrit :

« Quand, il y a plus de vingt-cinq ans, parut la première édition, son succès fut retentissant. (…) Le livre d’alors, qui prévoyait déjà l’émancipation industrielle des Etats-Unis et l’invasion économique et maritime de l’Allemagne, a aujourd’hui près de neuf cents pages. » (La Géographie, 1909, p. 397).

  • 50 Livrés mensuellement, comptant chacun près de 250 pages et plus de 500 illustrations gravées en noi (...)

54Cependant, on ne saurait réduire son activité éditoriale collective à ces œuvres de synthèse. Ainsi, en 1896, Guy publie avec son maître, d’une part, chez Masson, un Précis de géographie destiné à la préparation de Saint-Cyr (Dubois, Guy, 1895), et, d’autre part, chez Armand Colin, et en plusieurs livraisons, L’Album géographique, équivalent de L’Album historique dirigé par Lavisse au même moment, dont la publicité proclame préférer « aux nomenclatures stériles des manuels géographiques » la présentation par les images des « mille spectacles de la nature » (Dubois, Guy, 1896, 1899 et 1906). Ces grands tomes in 4°50 témoignent d’une pédagogie par l’image donc, par la photographie, même s’ils ne sont certainement pas seulement destinés aux classes, mais aussi à un public éduqué, familier des sociétés de géographie et avide de dépaysement.

  • 51 C’est pourquoi il est très difficile de faire une bibliographie générale de Dubois, en l’absence de (...)
  • 52 Même si le mot, ici un peu anachronique, n’est évidemment pas prononcé dans ces textes, on doit fai (...)

55Enfin, Dubois publie un grand nombre d’articles d’actualité coloniale, en grande partie cachée dans des revues non-scientifiques après 1895 et dans des préfaces51, en particulier sur l’Extrême-Orient, avec les colonies françaises, la Chine et le Japon (1897b et c ; 1898b et c ; 1901 ; 1905), sur la rivalité avec l’Angleterre, de Fachoda à l’Entente cordiale (Dubois, 1900 et 1904d), sur celle avec l’Allemagne (Dubois, 1904b et c) et sur les Etats-Unis émergents (Dubois, 1899b). Il y développe alors des idées nouvelles, à une échelle mondiale, comme finalement plusieurs autres géographes de son époque (Arrault, 2007), et avec un sens « géopolitique » affirmé52. Il fait ainsi la synthèse entre sa réputation de spécialiste de géographie appliquée (coloniale et économique), se projetant vers les relations internationales, et une image sociale et politique d’intellectuel, tirant vers une situation d’expertise, plus ou moins mondaine cependant, par exemple dans les pages de la vieille revue intellectuelle catholique Le Correspondant où il commence à écrire en 1905.

Conclusion

56Tous ces éléments permettent de jeter un regard nouveau et différent sur le personnage de Marcel Dubois, au-delà du point de vue de la pensée géographique ou de la simple concurrence entre « patrons » de l’université française, mais dans la stricte perspective du géographe colonial lui-même, beaucoup moins marginal, « traditionnaliste, voire attardé » à l’égard du « message vidalien » (Broc, 1978, p. 331-332) qu’on ne l’a laissé croire ou qu’on a longtemps voulu le penser. En situant vraiment (en tout cas plus équitablement) dans son temps cet « antimoderne » (Compagnon, 2015) de la géographie universitaire, nous avons voulu dissiper une partie des ombres projetées par l’histoire disciplinaire « officielle », le présenter autrement que le fils rebelle du « bon père Vidal », en dire une certaine vérité et l’importance pendant ces années où il régna en maître sur la Sorbonne, largement à l’égal de son maître.

  • 53 Schirmer à Lyon et à Paris, Rainaud à Rennes et à Caen, Bernard à Alger et à Paris, Gautier à Alger (...)

57Au terme de cette étude, il apparaît bien que la « Belle Epoque » de Dubois fut pour lui une décennie particulièrement intense. Atteignant en 1893 le sommet de la hiérarchie disciplinaire, à un âge particulièrement précoce, rompant en 1895 avec l’équipe de direction des Annales de géographie, il met en œuvre des stratégies diverses pour faire rayonner sa pensée et son action, « entre centralité et marginalité » (Clerc, 2014, p. 137). Exemple éminent de la « République des professeurs » du début du XXe siècle (Charle, 1985 et 1994) et de « l’enseignement supérieur colonial » « fin-de-siècle » (Singavarélou, 2011), il connaît un indéniable succès en termes d’image, bien connu et reconnu de ses contemporains. Leader d’opinion au rayonnement très large quoiqu’atypique, il galvanise des étudiants « convertis » au-delà de leur formation, et fonde un courant « duboisien » décrit comme une sorte de « secte » de quasi-fanatiques par ses opposants, comme une école de disciples par ses partisans devenus explorateurs, enseignants docteurs, universitaires arrivés, administrateurs reconnus et bibliothécaires, à Paris comme en province53, à un moment où l’offre pédagogique en matière de géographie coloniale est abondante, quoique diverse, voire éclatée (Singaravélou, 2011). Dubois a bien des élèves, nombreux, de plusieurs générations, rassemblés autour d’un personnage charismatique dont l’activité débordante s’est située principalement dans le champ de l’enseignement magistral, des conférences et des publications grand public, mais ce facteur ne suffit pas à parler d’une « école », terme appelant d’autres éléments comme une revue attitrée, un corpus théorique, une méthode spécifique et une institutionnalisation stable. Certes, certains contemporains utilisent bien ce mot, et les disciples du géographe colonial sont bien identifiés comme relevant d’une généalogie savante dont il est à l’origine : on peut alors au moins parler d’une « école duboisienne », certes incomplète et sans doute moins homogène que celle de Vidal, mais reconnue au moins socialement, voire académiquement, tandis que ses publications, exclues des Annales, sont acceptées dans d’autres revues (non-disciplinaires) de renom et chez Masson, son éditeur privilégié, selon des stratégies originales de légitimation et d’occupation du champ disciplinaire, notamment au point de vue éditorial et cartographique. Cependant il lui manque une aura savante, une vision véritablement originale sur la discipline et des écrits reconnus comme scientifiques, dans une publication légitimante ou une collection bien déterminée dont il aurait été le chef attitré.

  • 54 Historiens de formation et de pratique professionnelle (Rebérioux, 2009), universitaires parisiens (...)

58Il multiplie également les prises de position sur des sujets divers qui excèdent la seule géographie coloniale, mais le place comme l’un des intellectuels les plus en vue du Paris de son temps. Homme de parole en amphithéâtre comme en réunions publiques, devant la SGP comme devant les meetings politiques antidreyfusards, intellectuel au sens de l’Affaire Dreyfus, événement fondateur pour cette notion (Winock, 1997), il fut également un homme d’écrit et de convictions, à droite certainement, nationaliste sans doute, mais républicain. A ce niveau, son engagement dans la LPF n’est pas une anecdote dans son parcours politique, mais il est à la fois un révélateur et un élément fondateur : s’il ne faut pas lui donner plus de sens qu’il n’a54, et surtout pas considérer que cet engagement est la cause de la rupture avec la rédaction des Annales de géographie qui a eu lieu près de quatre ans auparavant, il a sûrement renforcé une certaine marginalité, voire un ostracisme contre son travail et ses opinions, une sorte de purgatoire disciplinaire et académique, à relativiser par son poids encore certain dans les élections de professeurs en Sorbonne. Perret écrit à ce niveau :

« Il lui arriva ce qui est en général le sort des âmes trop fières pour accepter la tutelle d’un parti : autour de son œuvre, on fit silence. Déçu avec les uns, l’ardent patriote se trouva en butte à l’hostilité des autres. Revendiquer, en plein centre intellectuel, la noblesse du mot « servir », prêcher à des individualistes la coordination des efforts, le sacrifice des ambitions personnelles à l’intérêt commun et le mérite supérieur de l’humilité, soutenir enfin que la pensée vaut par les actes qui la traduisent, cela parut aux champions de l’art pour l’art et de la science pour la science une outrance inopportune et paradoxale. (…) Même dans le camp des géographes, le rénovateur de la géographie française eut l’apparence d’un isolé ; les revues cessèrent de rendre compte de ses travaux. » (Perret, 1916, p. 499)

59Cette image rétrospective de « géographe maudit » peut cependant sembler exagérée, en tout cas pour le début du XXe siècle : il est alors tout à fait puissant et largement reconnu comme l’une des figures majeures et originales de la faculté parisienne des lettres et de la géographie universitaire française de la Belle Epoque.

Haut de page

Bibliographie

Andrew C. M., Grupp P., Sydney Kanya-Forstner, A., 1975, « Le mouvement colonial français et ses principales personnalités (1890-1914) », Revue française d’histoire d’outre-mer, T.62, No.229, 640-673.

Anonyme, 1894, "Profils sorboniens. VII – M. Marcel Dubois", L’Estafette, 25 mai, 1.

Anonyme, 1900, "Examens et cours de géographie, 1899-1900", Annales de géographie, Vol.9, T.43, 82.

Anonyme, 1931, "Le Congrès international de Géographie", Les Annales coloniales, 32e année, No.129, 2.

Arrault J.-B., 2007, Penser à l’échelle du Monde : histoire conceptuelle de la mondialisation en géographie (fin du xixe siècle/entre-deux-guerres), thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1.

Bancel N., Denis D., 2004, "Eduquer : comment devient-on "homo imperialis"", in : Blanchard P., Lemaire S. (dir.), Culture impériale, 1931-1961, Paris, Autrement, 93-105.

Baudelle G., 2001, "L’assise bretonne. Emmanuel de Martonne et la fondation du Laboratoire de géographie de Rennes (1899-1905), in : Baudelle G., Ozouf-Marignier, Marie-Vic, Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et territoires, 37-54.

Benda J., 1936, La jeunesse d’un clerc, Paris, Gallimard.

Berdoulay V., 1995 [1981], La formation de l’école française de géographie, 1870-1914, Paris, CTHS.

Bibliothèque Mazarine, 2018, Un géographe de plein venT.Albert Demangeon (1872-1940), catalogue de l’exposition "Albert Demangeon (1872-1940) : méthodes, archives et combats d’un géographe de plein vent", 9 février 2018-4 mai 2018, Paris, Editions des Cendres.

Broc N., 1978, "Nationalisme, colonialisme et géographie : Marcel Dubois (1856-1916)", Annales de géographie, T.87, No.481, 326-333.

Charle C., 1985, Les Professeurs de la faculté des lettres de Paris, dictionnaire biographique, volume 1 (1809-1908), Paris, Editions du CNRS-INRP.

Charle C., 1994, La République des universitaires, Paris, Seuil.

Clerc P., 2014, "Des connaissances pour l’action. La géographie coloniale de Marcel Dubois et Maurice Zimmermann", Revue germanique internationale, No.20, 135-146.

Clerc P., 2017a, "La "géographie coloniale" en France. Une catégorie à déconstruire", Terra Brasilis (Nova Série) [Online], 8, mis en ligne le 27 juin (http://terrabrasilis.revues.org/2043)

Clerc P., 2017b, "Le journal retrouvé. Les spatialités d’un géographe normalien en 1893", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, Article 811, mis en ligne le 23 mars. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/27999 ; DOI : 10.4000/cybergeo.27999.

Clout H., 2011, "Marcel Dubois", Geographers : biobibliographical Studies, Vol.30, 134-151.

Collectif (Ecole normale supérieure de jeunes filles de Sèvres), 1932, Le Cinquantenaire de l’Ecole de Sèvres, 1881-1931, Paris, Printory Presses.

Compagnon A., 2015, Les antimodernes, Paris, Gallimard.

Dehérain H., 1898, Le Soudan égyptien sous Mehemet Ali, Paris, Georges Carré et C. Naud, Éditeurs.

Dehérain H., 1904, Etudes sur l’Afrique : Soudan oriental, Ethiopie, Afrique équatoriale, Afrique du Sud, Paris, Hachette.

Dehérain H., 1909, Etudes sur l’Afrique (seconde série) : Le Cap de Bonne-Espérance au XVIIe siècle, Paris, Hachette.

Dehérain H., 1912, Dans l'Atlantique : Sainte-Hélène aux XVIIe et XVIIIe siècles, l'archipel de Tristan da Cunha, côtes de l'Afrique australe, les voyages d'Auguste Broussonet au Maroc et aux Canaries, Paris, Hachette.

Demangeon A., 1918, "Vidal de la Blache", Revue universitaire, 27ème année, T.2, juin, 4-15.

Deprest F., 2009, Géographes en Algérie (1880-1950). Savoirs universitaires en situation coloniale, Paris, Belin.

Deprest F., 2017, "Qu’est-ce qu’un géographe colonial ? Jean Brunhes, l’irrigation et la géographie humaine (1894-1911)", L’Espace géographique, T.46, No.3, 264-284.

Dubois M., 1894, "Leçon d’ouverture du cours de géographie coloniale. Faculté des lettres (14 décembre 1893)", Annales de géographie, T.III, No.10, 121-137.

Dubois M., 1895, Systèmes coloniaux et peuples colonisateurs. Dogmes et faits, Paris, Plon.

Dubois M., 1896a, Les colonies et l’enseignement géographique. Conférence faite sous le patronage de l’Union coloniale française le 7 février 1896, Paris, Léon Chailley, Librairie coloniale.

Dubois M., 1896b, "La nature tunisienne : introduction géographique à l’étude de la Tunisie", Revue générale des sciences pures et appliquées, 7e année, fascicule 22, 30 novembre (réédité dans La France en Tunisie, tiré à part, puis dans 1897, La Tunisie, Paris, Delagrave).

Dubois M., 1897a, "Science et propagande", Revue diplomatique et coloniale, No.1, 8-13.

Dubois M., 1897b, "Une lettre ouverte à Stanley", Revue diplomatique et coloniale, No.1, 198-205.

Dubois M., 1897c, "Extrême-Orient et Nouveau-Monde", Bulletin de la Société normande de géographie, 337-355 (publiée en tiré à part : 1898a, Rouen, imprimerie E. Cagniard).

Dubois M., 1898b, "Extrême-Orient et Extrême-Occident", Revue diplomatique et coloniale, No.2, 4-12.

Dubois M., 1898c, "La géographie et l’éducation moderne", Revue internationale de l’enseignement, 233-243.

Dubois M., 1899a, L’avenir de la patrie française, Paris, L. P. F.

Dubois M., 1899b, "Etats-Unis d’Amérique et Etats désunis d’Europe. Lettre-préface", in Théry E., Europe et Etats-Unis d’Amérique. Statistiques d’ensemble, Paris, Flammarion, 1-12

Dubois M., 1900, "Splendide isolement entre marins et continentaux", Revue diplomatique et coloniale, 15 février, 193-208.

Dubois M., 1901a, "Définition et limites de la géographie – classification des sciences géographiques", in Congrès national des Sociétés françaises de géographie, XXIe session, Paris, 20-24 août 1900, Comptes rendus publiés par la Société de géographie, 1901, Paris, Masson, Société de géographie, 89-108.

Dubois M., 1901b, "Préface", in Gervais-Courtellemont J., Empire colonial de la France. L’Indo-Chine : Cochinchine, Cambodge, Laos, Annam, Tonkin, Paris, Firmin-Didot, I-XV.

Dubois M., 1903a, "Du rôle des sociétés de géographie en France et notamment en Normandie", conférence donnée le 13 mai 1903 à Dieppe, Bulletin de la Société normande de géographie, janvier-mars, 187-208

Dubois M., 1903b, "Contre le trust de l’Océan", Les Annales coloniales, 4e année, No.1, 1er janvier, 1-4.

Dubois M., 1904a, "Enseignement et propagande", Rapport général du Congrès colonial français, Paris, 48-49.

Dubois M., 1904b, "Le Maroc et l’intérêt français", Bulletin de la Société normande de géographie, janvier-mars, 1-30

Dubois M., 1904c, "L’invasion maritime", La Réforme économique, T.13, No.2, 10 janvier, 1.

Dubois M., 1904d, "L’accord franco-anglais", La Réforme économique, T.13, No.22, 12 juin, 1.

Dubois M., 1905, "Japon, France et Europe", Le Correspondant, 25 avril, 209-228.

Dubois M., 1914, "Géographie et géographes (à propos d’une thèse)", Le Correspondant, avril-mai, 2, 833-863.

Dubois M., Benoit, F., 1896, Géographie de la France et de ses colonies, Paris, G. Masson.

Dubois M., Durandin, P., Malet, A., 1902, Europe, Paris, G. Masson.

Dubois M., Guy, C., 1895, Précis de géographie à l’usage des candidats à l’Ecole spéciale de Saint-Cyr, Paris, G. Masson.

Dubois M., Guy, C., 1896, Album géographique, T.1 : Aspects généraux de la nature, Paris, Armand Colin.

Dubois M., Guy, C., 1903, Album géographique, T.2 : Les colonies françaises, Paris, Armand Colin.

Dubois M., Guy, C., 1906, Album géographique, T.3 : le reste du monde, Paris, Armand Colin.

Dubois M., Kergomard, J.-G., 1897, Précis de géographie économique, Paris, G. Masson.

Dubois M., Lemonnier, H., Schrader, F., Gallouédec, L., 1894, Eléments de géographie, cours élémentaire (5e édition refondue), Paris, Hachette.

Dubois M., Lemonnier, H., Schrader, F., Gallouédec, L., 1895, Eléments de géographie, cours moyen. Géographie de la France et étude sommaire des cinq parties du monde, Paris, Hachette.

Dubois M., Parmentier A., Bernard, A., 1899, Cours normal de géographie. Notions générales de géographie physique. L’Océanie, l’Afrique, l’Amérique, Paris, G. Masson.

Dubois M., Schirmer, H., Guy, C., 1902 (rééd. 1905), Afrique, Asie, Insulinde, classe de cinquième, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1895, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de la géographie, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1896, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de la géographie, II : Europe, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1897, Nouvelles cartes d’étude à l’usage des classes élémentaires. Les cinq parties du monde, la France, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1898, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de la géographie, III : Géographie générale. Asie, Océanie, Afrique, Amérique, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1906a, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de l’histoire et de la géographie, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1906b, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de la géographie. Les principales puissances du monde. Classes de philosophie et de mathématiques, Paris, G. Masson.

Dubois M., Sieurin, E., 1906c, Cartes d’étude pour servir à l’enseignement de la géographie. Les cinq parties du monde (écoles normales primaires), Paris, G. Masson.

Dubois M., Terrier, A., 1902, Les colonies françaises. Un siècle d’expansion coloniale, 1800-1900, Paris, Challamel.

Duclert V., 2007, Savoir et engagement : Écrits normaliens sur l'affaire Dreyfus, Paris, Éditions Rue d'Ulm.

Efthymiou L., 2003, "Le genre du concours", Clio. Histoire, femmes et sociétés, No.18, "Mixité et coéducation", 91-112.

El Gammal J., 1999, Politique et poids du passé dans la France "fin de siècle", Limoges, Presses Universitaires de Limoges.

Fuller R. L., 2012, The origins of the French Nationalist Movement, 1886-1914, Jefferson, N. C., McFarland.

Gallois L., 1899, "La géographie et les sciences naturelles", Revue universitaire, No.1, 38-47.

Gallois L., 1901, "L’évolution de la géographie", in Congrès national des Sociétés françaises de géographie, XXIe session, Paris, 20-24 août 1900, Comptes rendus publiés par la Société de géographie, 1901, Paris, G. Masson, Société de géographie, 110-119.

Gallois L., 1916, "Nécrologie : Marcel Dubois", Annales de géographie, T.25, No.138, 466.

Gallois L., 1931, "Nécrologie : Henri Schirmer", Annales de géographie, T.40, No.228, 678.

Ginsburger N., 2014, "Une école allemande de géographie coloniale ? Géographes universitaires et fait colonial dans l’enseignement supérieur allemand (1873-1919)", Revue germanique internationale, No.20, 147-166.

Ginsburger N., 2015, "Les premières géographes universitaires en France : enquête sur les débuts d’une féminisation disciplinaire (1913-1928)". Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 734, mis en ligne le 09 septembre (https://journals.openedition.org/cybergeo/27138).

Ginsburger N., 2017, "Des îles grecques à la géographie coloniale : Marcel Dubois à la conquête de la Sorbonne (1876-1895)", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 822 (https://journals.openedition.org/cybergeo/28368).

Joly B., 2008, Nationalistes et conservateurs en France, 1885-1902, Paris, Les Indes savantes.

Joly G., 2013, Dictionnaire biographique de géographes français du XXe siècle, aujourd’hui disparus, Paris, Grafigéo.

Joumas G., 2006, Louis Gallouédec (1864-1937) : géographe de la IIIe République, Orléans, Paradigme.

Kalifa D., 2017, La véritable histoire de la "Belle Epoque", Paris, Fayard.

Lejeune D., 1993, Les sociétés de géographie en France et l’expansion coloniale au XIXe siècle, Paris, Albin Michel.

Lemaître J., 1899, "La révocation de Marcel Dubois", L’Echo de Paris, 3 décembre, 1.

Ligue coloniale de la jeunesse, 1898, La Ligue coloniale de la Jeunesse. Une Année d’existence, 1897-1898, Paris, Imprimerie Paul Dupont.

Nordman D., 2008, "Une soutenance à la Sorbonne en 1895 : les thèses d’Augustin Bernard", in : Singaravélou P. (dir.), L’Empire des géographes. Géographie, exploration et colonisation (XIXe-XXe siècles), Paris, Belin, Collection Mappemonde, 69-79.

Perret R., 1916, "Un grand géographe. Marcel Dubois", Le Correspondant, 10 novembre, 476-501.

Rebérioux M., 2009, "Histoire, historiens et dreyfusisme", in : Candar G., Duclert V. (dir.), Vive la République ! Histoire, droits et combats de 1789 à la guerre d’Algérie, Paris, Demopolis, 191-220.

Rioux J.-P., 1977, Nationalisme et conservatisme. La Ligue de la patrie française (1899-1904), Paris, Beauchesne.

Robic M.-C., 1992, "Géographie et écologie végétale : le tournant de la Belle Epoque", in Robic M.-C., (dir.), Du milieu à l'environnemenT.Pratiques et représentations du rapport homme/nature depuis la Renaissance, Paris, Economica, 125-165.

Robic M.-C., 1993a, "La creación de los Annales de géographie (1891) : Estrategia universitaria y geografía humana", Documents d'Anàlisi Geogràfica, 22, 47-64 (traduction : 2013, "A Criação dos Annales de géographie (1891). Estratégia Universitária e Geografia Humana", Revista Continentes (UFRRJ), 2e année, No.3, 7-30)

Robic M.-C., 1993b, "L'invention de la "géographie humaine" au tournant des années 1900 : les Vidaliens et l'écologie", in : Claval P. (dir.), Autour de Vidal de la Blache. La formation de l'école française de géographie, Paris, CNRS Editions, coll. Mémoires et documents de géographie, 137-147.

Robic M.-C., 1999, "Bertrand Auerbach (1856-1942), éclaireur et 'sans grade' de l’école française de géographie", Revue géographique de l’Est, Vol.39, No.1, 37-48.

Robic M.-C., 2001, "Des services et laboratoires de la Sorbonne à l'Institut de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences", in : Baudelle G., Ozouf-Marignier, M.-V., Robic M.-C. (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Presses Universitaires de Rennes, Coll. Espace et territoires, 81-101.

Robic M.-C., 2004a, "Note sur la notion d’échelle dans la géographie française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, article 264, mis en ligne le 24 mars 2004. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/3961 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3961

Robic M.-C., 2004b, "Un système multi-scalaire, ses espaces de référence et ses mondes. L’Atlas Vidal-Lablache", Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, article 265, mis en ligne le 25 mars. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/3670 ; DOI : 10.4000/cybergeo.3670

Robic M.-C., 2007, "L’enseignement de l’histoire-géographie et les stratégies des universitaires. Le dénouement de 1905", in : Gispert H., Hulin N., Robic M.-C. (dir.), Science et enseignemenT.L’exemple de la grande réforme des programmes du lycée au début du XXe siècle, Paris, INRP, Vuibert, 251-268.

Robic M.-C., 2014, "La réception de Friedrich Ratzel en France et ses usages au temps de l’installation de la géographie à l’Université (années 1880-1914)", Revue germanique internationale, No.20, 13-39.

Rouvray, Fernand de, 1898, "Géographes & géologues", La Justice. Journal politique du matin, 25 juillet, 1-2.

Ruedel M., 1916, "Marcel Dubois", Les Annales coloniales, 17e année, No.45, 4 novembre, 1.

Ruedel M., 1930, "Géographie et Colonies", Les Annales coloniales, 31e année, No.1, 2 janvier, 1.

Sanguin A.-L., 1993, Vidal de la Blache, un génie de la géographie, Paris, Belin.

Singaravélou P., 2010, "Des historiens sans histoire ? La construction de l’historiographie coloniale en France sous la Troisième République", Actes de la Recherches en Sciences sociales, No.185, 30-43.

Singaravélou P., 2011, Professer l'Empire. Les “sciences coloniales” en France sous la IIIe République, Paris, Publications de la Sorbonne.

Sirinelli J.-F., 1988, Génération intellectuelle : khâgneux et normaliens dans l’entre-deux-guerres, Paris, Fayard.

Soubeyran O., 1994, "Imperialism and colonialism versus disciplinarity in French geography", in : Godlewska A., Smith N. (eds.), Geography and Empire, Oxford, Blackwell, 244-264.

Soubeyran O., 1997, Imaginaire, science et discipline, Paris, L’Harmattan.

Soubeyran O., 1998, "Les occasions manquées", Espaces Temps,No.68-70, 171-186.

Sternhell Z., 2000, Maurice Barrès et le nationalisme français, Paris, Fayard.

Sutton K., 1979, "Augustin Bernard (1865-1947)", Geographers, Vol.3, 19-27.

Vibert P., 1904-1905, La colonisation pratique et comparée. Colonies françaises, colonies étrangères, colonisation comparée. Deux années de cours libres à la Sorbonne (volumes 1 et 2), Paris, E. Cornély & Cie.

Winock M., 1997, Le siècle des intellectuels, Paris, Seuil.

Zimmermann M., 1942, "Nécrologie : Emile-Félix Gautier", Etudes rhodaniennes, Vol.17, No.3, 180-182.

Zytnicki C., 2003, ""La maison, les écuries". L’émergence de l’histoire coloniale en France (des années 1880 aux années 1930)", in : Dulucq S., Zytnicki C. (dir.), Décoloniser l’histoire ? De "l’histoire coloniale" aux histoires nationales en Amérique latine et en Afrique (XIXe-XXe siècles), Paris, Outre-mer, 9-24.

Haut de page

Notes

1 Evidemment, on aura garde de ne pas le confondre avec d’autres Dubois, tant ce nom est commun en français, en particulier avec un autre géographe du XXe siècle, Maurice Dubois (né en 1937), professeur à la faculté des lettres de Dijon.

2 Sur le concept d’école en sciences humaines : cf. en particulier le numéro 32 de la Revue d’histoire des sciences humaines (printemps 2018).

3 Dont la définition chronologique varie, pouvant par exemple couvrir la période 1889 ou 1900-1914. L’usage de cette expression consacrée ne présage en rien d’une image idéalisée et nostalgique de l’époque ni de l’objet traité ici, contrairement au sens qui s’est largement imposé dans l’opinion publique française depuis la fin des années 1930 et la Seconde Guerre mondiale (Kalifa, 2017).

4 C’est-à-dire entre son élection comme professeur à la Sorbonne (1893) et sa rupture avec les Annales de géographie (1895).

5 A partir de 1906, on constate un affaiblissement de son influence, sans doute du fait de sa maladie physique (constamment évoquée dans toutes ses nécrologies, dix ans plus tard). De plus, à la Sorbonne où il continue d’être un enseignant puissant, la concurrence vidalienne se renforce (Bibliothèque Mazarine, 2018), tandis que dans la cité, les tensions internationales commencent à changer d’aspect et le nationalisme se transforme dans une direction où il s’engage moins.

6 Si l’on s’appuie sur la leçon inaugurale de Dubois à la Sorbonne (Dubois, 1894), on peut cependant rappeler que, pour lui, la géographie est d’abord une analyse précise et fine des territoires dans leur diversité et leur spécificité, après des enquêtes de terrain (missions) étudiant de près les milieux et les hommes. Cependant, dans sa version coloniale, elle est aussi un « préalable et un guide pour l’action », une science appliquée, utile, tout en restant globale, à la fois physique et humaine, et « une manière de pratiquer la géographie en vue de la mise en valeur des espaces » (Clerc, 2014, p. 145). Nous verrons que cette théorie est un objet de controverses et est présentée, voire mise en scène, pour lutter contre ses opposants. Cependant, une étude systématique des différents écrits postérieurs de Dubois, jusqu’à sa mort en 1916 (soit plus de 20 ans plus tard), dont certains sont tout aussi théoriques que cette leçon, permettrait sans doute de savoir si cette vision épistémologique de la discipline (et de sa sous-discipline propre) varie (ce qui est extrêmement probable).

7 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 394.

8 Quoique certainement pas en ce qui concerne la géographie coloniale, tardivement développée en Allemagne (Ginsburger, 2014).

9 Son maître Vidal enseignait assurément les mêmes principes à l’ENS, en référence à Ritter et à Friedrich Ratzel (1844-1904) en particulier (Robic, 2014) : c’est bien lui qui avait initié le jeune géographe colonial à ces idées, de même que ses collègues Auerbach à Nancy ou Lucien Gallois (1857-1941), dont les textes contemporains témoignent de considérations très proches (Robic, 1999). Ces intermédiaires multiples de la pensée géographique allemande n’étaient manifestement pas connus de l’auteur du texte, et leur influence était inégale, le public étant alors beaucoup plus restreint à l’ENS ou dans des facultés provinciales que lors d’un cours public à la Sorbonne.

10 En italique dans le texte.

11 Cité in Etudes religieuses, historiques et littéraires, p. 213.

12 Présidée par Roume, conseiller d’Etat et directeur au ministère des colonies, cette AG du 11 juillet 1897 est animée par une « éloquente conférence » de Dubois : « Dans un vibrant discours, il a paraphrasé [la] devise [de la ligue] « Propagande, Education, Assistance », servant ainsi à la fois de parrain à la jeune société et lui traçant la voie » (Ligue coloniale de la jeunesse, 1898, p. 14)

13 Pour ce lieu de formation majeur d’enseignantes, on n’a de témoignages à son sujet que pour le début des années 1890. On peut cependant supposer que son rayonnement a été considérablement renforcé par la mise en place de l’agrégation féminine d’histoire, en 1895 (Efthymiou, 2003), débouché professionnel important pour les sévriennes, mais très étroit, évidemment différencié et n’ouvrant pas du tout aux mêmes carrières que le concours masculin (Ginsburger, 2015). Pourtant, si on n’a pas connaissance de traces directes de l’enseignement de Dubois à Sèvres pour les années qui nous concernent ici (pas de notes de cours ni de description précise ou de photographie comme on peut en trouver pour d’autres enseignants, par exemple Durkheim), son souvenir y reste important, et c’est dans le volume du Cinquantenaire de l’Ecole, en 1932, que l’on trouve l’un des portraits de lui et les témoignages les plus émouvants (Ginsburger, 2015 et 2017).

14 « Boursier conquérant » et bouillonnant, voire scandaleux, engagé du côté républicain dès 1900, A. Thalamas est cependant connu comme ayant suscité une polémique fameuse autour de Jeanne d’Arc : attaqué en novembre 1904 par la presse monarchiste et les étudiants de l’Action française, le professeur de Condorcet reçoit un blâme, puis est déplacé à Charlemagne. En décembre 1908, alors qu’il doit assurer un cours en Sorbonne sur l’enseignement de l’histoire, il est de nouveau violemment chahuté : son cours est finalement annulé (Sirinelli, 1988, p. 220-226).

15 Il reçoit alors le prix Jomard de la Société de géographie de Paris, comme Dubois en 1893.

16 Dubois et Gallois à Paris et à Lyon, Auerbach à Nancy, mais aussi Pierre Camena d’Almeida (1865-1943), normalien en 1883, agrégé en 1886, docteur en 1893, nommé maître de conférences (1889) puis professeur à Caen, enfin professeur à Bordeaux en 1899 pour tout le reste de sa longue carrière. Rappelons que la troisième génération des vidaliens est alors en cours de formation (Robic, 1993a) : Emmanuel de Martonne (1873-1955) rentre avec Albert Demangeon à l’ENS en 1892, est agrégé en 1895 et soutient sa thèse de doctorat ès lettres en 1902, ès sciences en 1907. Il est cependant nommé maître de conférences à Rennes en 1899, à Lyon en 1905. On peut être étonné de lire dans le compte-rendu de la séance d’ouverture du Congrès international de géographie de Paris, en 1931, l’affirmation, probablement de Ruedel, présentant De Martonne comme « le gendre du professeur Vidal de la Blache et un des élèves préférés du grand géographe colonial Marcel Dubois » (Anonyme, 1931)…

17 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du 26 janvier 1895, p. 236.

18 Fondée en juillet 1893, elle a pour but de renseigner et d’assister le commerce colonial. Composé de 600 adhérents en 1896, elle a créé un mensuel tirant à 2000 exemplaires, constitué une bibliothèque de 3000 volumes, mis à la disposition de ses membres des services de renseignement et de publicité, ainsi qu’une série de conférences pour l’hiver, prononcées par des universitaires, des parlementaires ou des académiciens.

19 Archives nationales, AJ/16/4748, p. 308-309.

20 Supplément au Bulletin de l’Union coloniale française de décembre 1896.

21 Ce cours se compose de 10 leçons, traitant de 1. Conditions générales du pays ; ressources naturelles ; 2. Evolution historique de la colonisation ; population ; 3. Culture et exploitation des ressources végétales naturelles, forêts ; 4. Cultures de céréales et fruitières ; 5. Elevage (sédentaire et nomade), hauts plateaux ; 6. La pêche et les pêcheries ; 7. « Le système des voies de communication, routes et voies ferrées, la pénétration » ; 8. « La question du trafic transsaharien » ; 9. Les services maritimes, cabotage, long cours, transit ; 10. Industrie et commerce, avenir de la colonisation (Revue de géographie, janvier 1898, p. 5). Son enseignement est suivi par celui du jésuite P. Piolet sur Madagascar et du capitaine d’artillerie de marine Augustin Sandré sur le Laos.

22 Archives nationales, AJ/16/4748, p. 397. Ce dernier devient directeur de la bibliothèque de la SGP à partir de 1901 et professeur d’histoire moderne et contemporaine à l’Institut catholique de Paris, de 1904 à 1938.

23 Fondée en 1889.

24 Nommé gouverneur des colonies en 1902, puis lieutenant-gouverneur du Sénégal, puis à la Réunion entre 1908 et 1910, il est enfin affecté au poste de gouverneur de la Guinée française en 1910, enfin gouverneur de la Martinique de 1915 à 1920.

25 Pour la thèse latine, un essai sur les rapports commerciaux entre Marseille et Alexandrie au commencement du XVIIIe siècle, pour la thèse française, les provinces égyptiennes de l’Equatoria et du Bahr el Ghasal (Bibliothèque nationale de France, NAF 25167, f. 14-15, lettre de Henri Dehérain et Marcel Dubois au Ministre de l’Instruction publique, 15 juin 1894).

26 Il devient conservateur de la bibliothèque de l’Institut en 1919 et le reste jusqu’en 1934. Elu membre de l’Académie des sciences coloniales en 1922, il est président de la Société de géographie en 1928.

27 Il publie sa thèse principale en 1895 chez Armand Colin, consacrée au « Comte de Frontenac. Etude sur le Canada français à la fin du XVIIe siècle ». Ce personnage important, professeur d’histoire et géographie à Pau, en Tunisie et à l’université de Bordeaux, secrétaire général de la Société de géographie commerciale comme spécialiste des questions coloniales, est élu député entre 1919 et 1932.

28 Cet inspecteur d’académie de Tours consacre sa thèse à « l’esclavage aux Antilles françaises avant 1789 », qu’il publie chez Hachette, avec une dédicace à ses « maîtres, Ernest Lavisse et Marcel Dubois ».

29 Alors professeur au lycée du Mans, il consacre sa thèse à « La Constituante et les colonies, la réforme coloniale », publiée chez Perrin.

30 Son Essai sur les sources de l’histoire des Antilles françaises (1492-1664) est publié dans la collection des mémoires et documents publiés par la Société de l’Ecole des chartes.

31 Et qui ne peut s’expliquer que très tardivement (en tout cas pas en 1894) par l’engagement antidreyfusard de Dubois, postérieur de plusieurs années, et certainement pas par un hypothétique engagement boulangiste antécédent, justement nié par plusieurs contemporains (cf. supra).

32 Archives nationales, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 28 novembre 1898, p. 395.

33 Alors licencié ès lettres, Ruedel est trésorier-adjoint du comité de direction de la Ligue coloniale de la jeunesse en 1899.

34 Articles courts et d’opinion pour les Annales coloniales, articles développés et essentiellement savants pour les Annales de géographie.

35 On compte 16 voix pour Schirmer, 8 voix pour Bernard, 1 enfin pour Auerbach (Robic, 1999) (Archives nationales, AJ/16/4748, séance du conseil de la Faculté du 14 janvier 1899, p. 405-406).

36 Archives nationales, AJ/16/4749, création d’un cours complémentaire de la géographie et de la colonisation de l’Afrique du nord après délibération du conseil le 10 novembre 1892, p. 81, et élection de Bernard le 6 octobre 1902, p. 88-89. Augustin Bernard est opposé à Deschamps, docteur ès lettres de l’université de Paris, chargé de cours au lycée du Mans ; Marc, professeur agrégé d’histoire au lycée de Sens ; et Raveau, directeur de la ferme école Roudil, à Alger. Dubois affirme alors que « Bernard est infiniment supérieur à tous ses concurrents », Lavisse exprime « sa très vive sympathie [pour] et la personne et les mérites de M. Bernard qui a laissé à la Faculté les souvenirs les meilleurs comme étudiant de Sorbonne », Vidal « expose les titres de M. A. Bernard dont la candidature, à ses yeux, prime de beaucoup toutes les autres ; M. Bernard a une compétence reconnue en tout ce qui touche aux questions algériennes et tunisiennes ; il a une notoriété bien établie qui repose et sur ses ouvrages, et sur sa participation très active à tous les congrès où il s’est agi de la géographie et de la colonisation de l’Afrique du Nord ; M. Bernard est d’ailleurs un esprit très clair, très méthodique, très sûr et très cultivé ». Le score est de 25 voix pour Bernard et un blanc.

37 Brunhes soutient la sienne le 2 juillet 1902.

38 A la faculté des lettres de Paris, seul Vidal parle de la « géographie de la France » en cours public, ainsi que de « diverses questions de géographie politique », tandis qu’à l’ENS, Gallois décrit l’Europe méridionale et l’Amérique centrale et du Sud.

39 Agrégé d'histoire et géographie en 1889, il enseigne à partir de 1890 au lycée de Marseille, après quelques années au collège de Bergerac et au lycée de Mâcon. En 1896, il présente sa thèse de doctorat sur l'histoire du commerce français dans le Levant au XVIIe siècle et obtient en 1897 la chaire d'histoire et de géographie économique à la faculté des lettres d'Aix-en-Provence. A partir de 1901, il est professeur d’histoire de la colonisation et de géographie coloniale à l’Institut colonial de Marseille et professeur d’histoire du commerce à l’Ecole supérieure de commerce de cette ville. Membre de l’Alliance française depuis sa fondation, du conseil d’administration de l’Institut colonial, vice-président de la société de géographie de Marseille, il est également secrétaire-général de l’exposition coloniale de Marseille de 1906.

40 Les colonies occupent parfois une place relativement importante à l’agrégation d’histoire et géographie. En 1899, la composition écrite de géographie est « La Tunisie ». Parmi les leçons orales de géographie, on note des sujets comme « Le Congo, étude d’un fleuve » ou bien « l’île de Madagascar, étude physique ». (Anonyme, 1900).

41 Organisation antidreyfusarde relativement modérée à ses débuts et pour la majorité de ses membres, tandis qu’une minorité très agissante basculait rapidement vers des actions plus radicales, en tout cas « premier regroupement d’intellectuels » de droite (Sternhell, 2000, p. 372), elle est créée en réaction et en réplique à la Ligue des Droits de l’homme (Rioux, 1977 ; Joly, 2008, p. 301-319 ; Fuller, 2012, p. 114-116). Elle rassemble d’abord des intellectuels et mondains (23 membres de l’Académie française, 46 professeurs de faculté), des hommes de lettres (comme Jules Verne) et des artistes (par exemple Degas ou Renoir), bref dans sa phase initiale « l’establishment du nationalisme » (Winock, 1997, p. 133) bourgeois et conservateur, avec un succès très rapide (au bout de quelques mois, elle revendique entre 100 et 200 000 adhérents) mais une sociologie finalement relativement hétéroclite, et une implantation certes très largement parisienne, mais s’étendant sur une quarantaine de départements à son apogée. Bien financée mais très mal gérée, elle connaît plusieurs succès électoraux entre 1900 et 1902, essentiellement à Paris, puis un déclin aussi rapide que son ascension fut fulgurante, jusqu’à sa lente agonie et sa dissolution de décembre 1909, sanctionnant l’échec d’une organisation « faiblement combattive », sans véritable puissance effective ou programme, et ne valant que par ses membres illustres et des « capacités rhétoriques » (Joly, 2008, p. 306).

42 Dont Barrès et Coppée qui s’y rencontraient pour la première fois.

43 Archives de la Préfecture de Paris, BA 1336, dossier « Pièces et rapports », rapport du 16 février 1899.

44 Brunetière, déçu du peu de poids qu’il arrivait à y jouer et par les événements de février 1899, hostiles au nouveau président de la République Loubet, est en retrait dès février 1899 (Joly, 2008, p. 305 et 307).

45 Du côté du nationalisme politique de droite et de l’antisémitisme, aboutissant à la fondation de l’Action française par Vaugeois et Maurras au printemps 1899 par une scission.

46 Archives de la Préfecture de Paris, BA 1334, « Ligue de la Patrie française », dossier « Section du 6e arrondissement ».

47 De fait, il se permet de largement critiquer les explorateurs de son temps, soit parce qu’il pense qu’ils font des erreurs de raisonnement et de perspective, soit parce qu’ils empêchent le mouvement de colonisation, comme il le reproche à Stanley en avril 1897 (Dubois, 1897b).

48 Cette maison d’édition est en effet son partenaire quasi-exclusif, même si Dubois participe en 1892 à la publication collective d’un manuel chez Hachette, pour le cours moyen, avec Franz Schrader (1844-1924) et Henry Lemonnier, auquel se joint Louis Gallouédec (1864-1937) (Dubois, Schrader, Lemonnier, Gallouédec, 1894, 1895). Remarquons à ce niveau que l’on est alors sur des réseaux complexes et mouvants au tournant du siècle. Elève de l’ENS en 1884, agrégé en 1888, Gallouédec est en effet nommé au lycée d'Orléans où il exerce jusqu'en 1901, enfin à Paris (Charlemagne, Condorcet, Louis-le-Grand), puis devient inspecteur général de l’Instruction publique (1907-1934). Ce Breton, connu pour son dreyfusisme au niveau local (notamment dans la section de la LDH d’Orléans), par la suite conseiller général dans le Loiret (1907-1937), président du conseil général (1933-1936) et maire (1912-1937), a très probablement rompu tout lien avec Dubois à partir de l’Affaire (Joumas, 2006).

49 France en 40 feuilles et 240 cartes, Europe en 31 feuilles et 133 cartes, reste du monde en 50 feuilles et 250 cartes et cartons.

50 Livrés mensuellement, comptant chacun près de 250 pages et plus de 500 illustrations gravées en noir et blanc, publiés sur 10 ans (1896-1906) et consacrés aux « aspects généraux de la nature » (tome 1), aux régions tropicales (tome 2) et tempérées (tome 3), aux colonies françaises (tome 4) et à la France (tome 5).

51 C’est pourquoi il est très difficile de faire une bibliographie générale de Dubois, en l’absence de véritables listes établies par ses soins ou ceux de ses élèves. Nous avons pourtant essayé de faire progresser notre connaissance en la matière, au-delà des ouvrages indiqués par exemple dans le fichier des auteurs de la BNF.

52 Même si le mot, ici un peu anachronique, n’est évidemment pas prononcé dans ces textes, on doit faire l’hypothèse de l’influence sur Dubois des théories de l’amiral Alfred Mahan (1940-1914) dans les années 1890, sur les puissances maritimes, et du Britannique Halford MacKinder (1861-1947), en particulier son article fondateur de 1904 sur « The geographical Pivot of History ».

53 Schirmer à Lyon et à Paris, Rainaud à Rennes et à Caen, Bernard à Alger et à Paris, Gautier à Alger, Lorin à Bordeaux, Froidevaux à la Sorbonne, Dehérain à l’Institut.

54 Historiens de formation et de pratique professionnelle (Rebérioux, 2009), universitaires parisiens établis et normaliens ou anciens normaliens (Duclert, 2007) furent nombreux à l’être également. On ne saurait donc faire totalement reproche à Dubois d’une attitude si commune, même si elle fut chez lui assez particulière, moins outrancière que d’autres mais spectaculaire et trouvant place dans les réseaux de l’antidreyfusisme militant et politique, relativement éloignés de la Sorbonne.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les hommes du bureau du Comité de la Ligue de la Patrie française : Dubois est en bas, au centre droit, regardant vers Barrès et Brunetière
Crédits (source : Le Monde illustré, 43e année, n°2183, 28 janvier 1899, p. 66)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29138/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Ginsburger, « La Belle Époque d’un géographe colonial : Marcel Dubois, universitaire et figure publique, entre Affaire Dreyfus et Entente cordiale (1894-1905) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 855, mis en ligne le 16 mai 2018, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29138 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29138

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page