Navigation – Plan du site
2018
859

Reconquête du quartier ancien Yaghmouracen d’Oran : documents d’urbanisme et jeux d’acteurs en question

Reconquest of the Yaghmouracen of Oran district: documents and actors’ relationships in question
Youcef Kadri et Fadila Kettaf

Résumés

La question de la reconquête des quartiers anciens occupe une place importante dans la rhétorique officielle en Algérie. Depuis l’indépendance en 1962, l’État algérien n’a de cesse d’élaborer outils, instruments, projets et dispositifs de protection de l’espace urbain et du cadre bâti hérité. Pourtant, les tissus urbains anciens sont délaissés, malmenés, subissant dégradation, effondrement et renouvellement inapproprié. Dans la ville d’Oran, cette situation concerne plusieurs quartiers du centre-ville. Le quartier Yaghmouracen (ex Saint-Pierre) présente un exemple représentatif de la limite de la reconquête des quartiers anciens d’Oran.
Cette contribution présente les documents d’urbanisme du quartier Yaghmouracen et analyse les jeux d’acteurs intervenant. L’objectif est d’examiner les facteurs qui empêchent la mise en œuvre effective d’un projet visant sa reconquête. En filigrane, sont mises en lumière les difficultés d’établir des outils d’aménagement capables d’intégrer la démarche de projet urbain, de réformer les pratiques urbanistiques et d’adopter une forme de gouvernance plus raisonnée des projets de réhabilitation de la ville-centre.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les grandes villes algériennes illustrent incontestablement le contexte d’une planification urbaine discutable. Elles connaissent de grandes mutations de leurs territoires qui s’expriment à la fois par une extension excessive des périphéries et par un délaissement manifeste des quartiers anciens (Gaïd, Kettaf, 2009). Depuis l’indépendance, un certain nombre d’instruments d’aménagement et d’urbanisme ont été mis en place avec pour objectif d’organiser, de gérer et de réglementer la production et la transformation du cadre bâti (Hafiane, 2011 ; Sidi Boumedine, 2013). Ils visent la maîtrise des extensions de la ville et la gestion de ses tissus anciens (Loi 90-29, art. 10). Pourtant, ces derniers endurent une dégradation manifeste et subissent un renouvellement préjudiciable à leurs caractéristiques urbaines et architecturales (Guerroudj, 2000 ; Mazouz, 2015). Trache (2010) écrit que « le vieux bâti d’Oran part en déliquescence, et le plus vieux tombe carrément en ruine. Les exemples sont nombreux à Oran : Sidi-el-Houari, Derb, Saint-Antoine, Saint-Pierre et d’autres quartiers connaissent des seuils de dégradation alarmants » (p. 144). Les multiples tentatives d’aménagement urbain entreprises depuis le PUD d’Oran de 1977 se heurtent à des réalités socio-économiques mais surtout à des difficultés de modes de gouvernance urbaine. Cette problématique pose nettement la question du statut de « métropole » difficile à mettre en place pour la deuxième ville d’Algérie, situation exacerbée par l’absence d’un projet de ville et qui provoque la stagnation/hésitation du projet de réhabilitation de la ville héritée. Ses bâtiments et ses édifices publics constituent un patrimoine architectural remarquable. Ses espaces publics sont très pratiqués par les habitants et usagers conjuguant dynamisme économique et social. Ils contribuent à maintenir une ville vivante en termes d’usages de la ville-centre (Kettaf, 2013).

2Le terme « conquête » est polysémique. Il s’apparente à un concept largement développé dans le champ de l’aménagement urbain, « celui d’appropriation de l’espace bâti ou de l’espace public » par les acteurs de la ville : le politique, l’aménageur, l’habitant qui, chacun à sa manière, lui insuffle une valeur dans une perspective d’appropriation de la ville. Le sens qui nous intéresse dans cette recherche est particulièrement celui qui considère « la ville comme enjeux de politiques impliquant à la fois des images de la ville et des façons de contrôler l’espace urbain » (Akl, Beyhum, 2009 p. 13). Cette recherche s’inscrit dans le débat plus large de la ville d’Oran sur son statut, son image à l’échelle méditerranéenne, son développement à travers des projets d’aménagement, quelle que soit leur nature (réhabilitation, préservation du patrimoine, modernisation, projet urbain …).

3Le quartier Yaghmouracen (ex-Saint-Pierre) appartenant à l’hypercentre constitue un exemple significatif qui dévoile la limite de la reconquête des quartiers anciens d’Oran. Ce quartier a toujours été caractérisé par des problèmes d’insalubrité et de dégradation, et ce depuis la période coloniale. Aujourd’hui, le processus de délabrement se poursuit crescendo avec l’absence patente d’actions sur le site par les collectivités locales, induisant la disparition progressive des caractéristiques de son patrimoine architectural et urbain (URBATECS, 2004). D’où le questionnement : qu’est-ce qui empêche la reconquête du quartier Yaghmouracen ? Pourtant les multiples projets d’aménagement urbain laissaient entrevoir la possibilité de sa mise en œuvre. Quels sont les jeux d’acteurs impliqués ?

4Cet article propose d’examiner les projets établis pour le quartier Yaghmouracen afin de montrer leur faible impact sur sa réhabilitation. Aussi, il s’intéresse aux rôles des acteurs intervenant dans l’élaboration de ces propositions et expose l’impossible gouvernance et le manque de participation des habitants dans la prise de décision concernant leur quartier. L’objectif est de mettre en évidence l’absence d’un projet urbain « intégré » et de modes opératoires spécifiques pour la reconquête des quartiers anciens. Par « reconquête », nous représentons tout le vocabulaire urbain utilisé dans les documents d’urbanisme proposés pour ce quartier indiquant les actions à entreprendre : rénovation, réhabilitation, requalification.

  • 1 Enquêtes réalisées en novembre 2014-février 2015, décembre 2016-février 2017 et décembre 2017-janvi (...)
  • 2 À titre d’exemple, les entretiens auprès de l’OPGI sont menés avec le service de réhabilitation sur (...)

5Notre travail se base sur différentes techniques d’investigation. Il fait une brève analyse urbaine du quartier Yaghmouracen et examine les différents projets d’aménagement entrepris depuis le PUD d’Oran (1977) à l’aune des textes réglementaires de l’urbanisme algérien et des données recueillies les concernant. Il s’appuie aussi sur des entretiens semi-directifs entrepris auprès de représentants des bureaux d’études publics chargés de ces projets (URBATECS, Dirasset, URBOR, URSA), de représentants de la société civile (comité du quartier), des élus, et des différentes directions de la wilaya d’Oran : Direction de l’Urbanisme, d’Architecture et de la Construction (DUAC), Office de Promotion et de Gestion immobilière (OPGI), Direction de l’Environnement (DE), Direction du Logement (DL) et services techniques de la commune d’Oran1. Ces entretiens visent à saisir leurs visions et leurs représentations sur la question de la réhabilitation urbaine, à repérer leurs rôles, leurs degrés d’implication et leurs relations aux autres acteurs du projet afin de dévoiler les contraintes dans la mise en œuvre d’une reconquête raisonnée du quartier. Ainsi, pour ne pas influencer ou diriger les réponses, des questions ouvertes ont été posées de sorte que l’interviewé puisse s’exprimer ouvertement. Le profil et le nombre des interviewés sont établis à mesure de l’évolution des entretiens réalisés et selon le type et l’importance des informations à recueillir. Le profil est divers : l’élu, l’administratif, le technicien (architecte, géographe, urbaniste …), l’habitant. Pour les différentes directions de la wilaya, par exemple, deux profils sont interviewés : l’administrateur et le technicien2. Par ailleurs, des observations in situ avec élaboration de relevés et prise de photographies ont été aussi réalisées.

Échec des documents d’urbanisme et limite d’une pensée urbanistique fonctionnaliste

6Cette partie démontre les limites de la pensée urbanistique fonctionnaliste et l’incapacité des pouvoirs publics de mettre en œuvre des outils spécifiques pour la gestion des quartiers anciens. Elle retrace brièvement l’évolution du quartier et présente un diagnostic sur son état physique et social actuel. Elle examine ensuite les différents documents d’urbanisme : le PUD de 1977, le PDAU de 1998 et le POS qui en découle de 2004, la révision du PDAU en 2015, le nouveau schéma stratégique le SDAAM de 2011 et le projet de modernisation de 2012.

Quartier Yaghmouracen d’Oran enclavé et délabré au cœur du centre-ville

7Le quartier Yaghmouracen, inscrit au cœur du centre-ville, est un quartier enclavé et délabré depuis la période coloniale française. Malgré une importante opération d’urbanisme menée dans les années 1940 dans le quartier nord qui lui est contigu et occupé depuis 1838 par les quartiers de cavalerie et d’artillerie délocalisés, sa situation n’a pas beaucoup changé (Lespès, 1938). Son état de délabrement se poursuit et s’est aggravé dans cette dernière décennie, notamment depuis les opérations de relogement de ses habitants dans de nouveaux quartiers en périphérie, mettant en péril le parc d’immeubles vidés et murés.

8Au cours de toute l’histoire coloniale, le centre-ville d’Oran a été habité presque exclusivement par les Européens. Mais si les quartiers nord avec leur nouveau front de mer étaient le lieu privilégié pour les classes aisées de la population française, le quartier Saint-Pierre était occupé par des commerçants, artisans et surtout des prolétaires (ouvriers des chemins de fer, des fabriques et d’entrepôts) majoritairement espagnols (Benkada, 2008). Le quartier Saint-Pierre constituait en quelque sorte l’arrière-boutique des quartiers nord, qui de par son enclavement, ne fait pas partie dans l’imaginaire collectif de ce que l’on désigne aujourd’hui par le vocable « centre-ville ».

9170 ans après le début de sa formation en 1848, le quartier Yaghmouracen maintient sa trame urbaine et son aspect physique global. Il occupe une superficie d’environ 27 hectares et se présente comme une bande allongée d’une longueur est-ouest de 1300 m et d’une largeur nord-sud variant de 200 à 400 m. Il est nettement circonscrit entre des rues et boulevards structurants du centre-ville : les rues Larbi Ben M’hidi (ex-Arzew) et de Mostaganem et le boulevard Émir Abdelkader (ex-Clemenceau) (carte 1).

Carte 1. Situation du quartier Yaghmouracen

Carte 1. Situation du quartier Yaghmouracen

Fond de plan : Oran numérisé (DUCH, 2004). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

10Topographiquement, il présente une pente nord-sud qui s’accentue d’ouest en est, allant de 4 % à 8 %. Le quartier est un lotissement en damier composé d’une place majeure ouverte à la rue Larbi Ben M’hidi, épine dorsale du centre-ville. Il est composé de 100 îlots, de formes différenciées, généralement des quadrilatères de dimension variant de 460 m² à 7000 m² (URBATECS, 2004). Le réseau viaire varie entre 5 m et 10 m de largeur, il est plus serré dans sa partie ouest – la plus ancienne – et un peu plus aéré dans sa partie est (photo 1). Quant aux parcelles, elles présentent une disposition allongée et souvent perpendiculaire aux voies d’accès ; leurs dimensions sont contrastées variant de 5 à 65 mètres en front de rue. Le bâti est implanté en alignement sur rue, à l’exception de certaines maisons de maître ou de pavillons entourés de jardins. Il se caractérise aussi par la présence de manufactures, caves et entrepôts aujourd’hui désaffectés dans leur majorité (cave ONCV (ex-Sénéclauze), les hangars SONACOME, etc.).

11Le quartier Yaghmouracen présente un caractère résidentiel où l’habitat occupe 45 % de la surface totale du quartier et la voirie 46.40 % (98.50 % de la superficie totale de l’espace public). En outre, il se caractérise par son activité commerciale intense et très diverse en rez-de-chaussée, plus importante dans sa partie ouest que dans sa partie est. Ce sont les rues Chariet Ali Cherif (ex-Cavaignac), Achour Tabet Mohamed (ex-Fondouck puis Marcel Cerdan), et les rues perpendiculaires à la rue d’Arzew comme la rue Brahimi Djelloul (ex-Arago) qui concentrent la majorité des commerces où s’entremêlent des commerces de proximité, d’électroménager, de décoration, de gros, de luxe… et des activités de service et de restauration rapide et populaire (photo 1). Ce qui marque, en effet, ce quartier, est son caractère populaire et de commerce à bon marché qui contraste fortement avec celui plus nanti et plus visible du quartier nord qui lui est étroitement contigu où la rue Larbi Ben M’hidi constitue toujours l’axe majeur de commerces et de services à l’échelle de la ville.

12Si le quartier Yaghmouracen est un quartier vivant de par son caractère très commercial et populaire, notamment dans sa partie basse en contact avec la rue Larbi Ben M’hidi, il connaît, toutefois, un délabrement important de son cadre bâti. Déjà, dans l’enquête de mai 1977 menée par le bureau d’études ECOTEC, responsable de l’étude du PUD d’Oran, 40 cas d’effondrements de construction ont été recensés (Mekkaoui, 1978). Et cet état de délabrement se poursuit depuis (photo 1). Les différentes études de requalification introduites par la wilaya d’Oran et entreprises en 2004 par URBATECS, puis en 2015 par URBOR, n’ont pas été suivies par des réalisations concrètes sur le terrain. Cette situation reflète celle des quartiers anciens délaissés des villes du Maghreb, comme le note Claude Chaline (1996) qui illustre l’ « inaction » des pouvoirs locaux.

  • 3 En 1977, le rapport du PUD dénombrait déjà, 244 familles vivant dans des caves et buanderies.
  • 4 Trache (2010) note que le nombre des professions libérales est passé de 24 en 1977 à 190 en 2008.
  • 5 Faute de chiffres officiels récents sur la population et le parc de logements du quartier Yaghmoura (...)

13Le parc de logements du quartier Yaghmouracen a connu entre 1966 et 1998 une augmentation de 1200 unités, avec le dénombrement des locaux non destinés à l’habitation, comme les caves et les buanderies transformées en logements (ONS, 2008 ; Trache, 2010)3. Ensuite, le nombre de logements a diminué de 216 unités entre 1998 et 2008 avec la dégradation importante de certains immeubles et aussi le remplacement des habitations par des professions libérales4. La dégradation se poursuit encore aujourd’hui et s’accompagne inévitablement par la diminution de sa population avec une décroissance d’environ 4000 habitants entre 1998 et 2008 (ONS, 2008 ; Trache, 2010) (figure 1). Ce déclin démographique s’explique par les diverses opérations de relogement vers les quartiers périphériques d’Oran où de nouveaux programmes d’habitat ont été réalisés dans le cadre du projet présidentiel d’un million de logements lancé à partir des années 2000. Ces opérations se sont renforcées et accélérées, notamment depuis 2015, dans un contexte international ébranlé par les révolutions dites du « printemps arabe », où près de 200 ménages ont été relogés. Ce processus de relogements pose à bien des égards la question du devenir des immeubles vidés et murés ainsi que du quartier dans sa globalité5.

Figure 1. Évolution de la population et du parc du logement du quartier Yaghmouracen

Figure 1. Évolution de la population et du parc du logement du quartier Yaghmouracen

Source : ONS (2008) ; Trache (2010). Réalisation : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

14Le quartier « Yaghmouracen » se caractérise par une ambivalence : d’un côté, l’animation marchande et de l’autre l’altération du cadre bâti et de l’espace public. Ceci impacte négativement son cadre de vie et son image qui lui doivent des connotations bien négatives : population pauvre, chômage et délinquance des jeunes, espaces de non-droit… Autrement dit, un quartier stigmatisé d’où souvent partent des émeutes urbaines. D’où la volonté récurrente des pouvoirs publics de l’améliorer, sans y parvenir réellement toutefois.

Photo 1. État des lieux du quartier Yaghmouracen

Photo 1. État des lieux du quartier Yaghmouracen

Source : Y. Kadri, F. Kettaf (avril et juillet 2017)

Profusion de documents d’urbanisme sans retombées sur l’amélioration du quartier Yaghmouracen

15La reconquête des quartiers anciens est une question récurrente dans le discours des pouvoirs publics de la ville d’Oran, mais dans les faits, elle ne se présente pas comme une priorité, l’importance étant donnée au développement de quartiers nouveaux en périphérie (Gaïd, Kettaf, 2009 ; Trache, 2010). Les orientations et projets d’aménagement proposés pour le quartier Yaghmouracen depuis 1977 sont restés sans effet. L’hypothèse formulée ici est que, malgré l’évolution des politiques urbaines et des instruments d’aménagements, ceux-ci semblent inappropriés pour enclencher le processus de réhabilitation du quartier. Le tableau 1 indique les différents instruments d’urbanisme, leurs territoires d’application, leurs maîtres d’ouvrage et maîtres d’œuvre impliqués ainsi que leurs orientations d’aménagement respectives.

Tableau 1 : Différentes propositions d’aménagement du quartier Yaghmouracen

Type

Dispositif

Année

Territoire impliqué

Maître d’ouvrage

Maître d’œuvre

Orientation d’aménagement

Instruments d’urbanisme

PUD d’Oran

1977

Commune d’Oran

Commune d’Oran

ECOTEC

(public)

Rénovation

PDAU d’Oran

1998

4 Communes : Oran, Bir el-Djir, Sidi Chami, Es-Sénia

DUAC (sous tutelle de MHUV)

URSA (public)

Rénovation

POS Yaghmouracen

2004

Secteur urbain : Yaghmouracen

DUAC (sous tutelle de MHUV)

URBATECS (privé)

Rénovation et réhabilitation

PDAU d’Oran révisé

2015

5 Communes : Oran, Bir el-Djir, Sidi Chami, Es-Sénia, el-Kerma

DUAC (sous tutelle de MHUV)

URBOR (public)

Rénovation

Schéma et projet stratégiques

SDAAM d’Oran

2011

25 communes

DE (sous tutelle de MATET)

Dirasset (privé)

Requalification

Projet de modernisation d’Oran

2012

Wilaya d’Oran

(26 communes)

Wilaya d’Oran

Divers : Cabinets d’architecture privés

Consultation nationale avec centre de recherche et universitaires

Requalification

Réalisation : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

16Le quartier Yaghmouracen a été considéré comme un secteur à requalifier en priorité dans le PUD du groupement d’Oran, le premier instrument d’urbanisme approuvé en 1977 de l’Algérie indépendante. Le PUD fait état de sa densification intense et de la dégradation de son parc de logements (Mekkaoui, 1978). Le diagnostic a permis le classement du quartier Yaghmouracen parmi les zones à rénover sans préciser les termes de cette action et ses démarches inhérentes. En attendant les études pour définir les options à retenir pour la rénovation du quartier, les autorités de la wilaya d’Oran ont interdit toute intervention dans son périmètre. Depuis, en l’absence du lancement effectif de ces études, aucune opération de requalification n’a été entreprise et les habitations vétustes se sont dégradées davantage.

  • 6 L’instrument PDAU comme l’instrument POS ont été instaurés par la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 (...)

17Ensuite, le PDAU6 du groupement d’Oran, approuvé en 1998, reconduit la même orientation de l’ancien PUD et définit Yaghmouracen parmi les Secteurs Urbanisés (SU) concernés par la rénovation (URSA, 1998). Toutefois, le PDAU sert principalement à produire du sol urbanisable pour l’extension de la ville d’Oran et laisse pendante la question de renouvellement des tissus urbains dégradés dans lesquels des potentialités foncières et immobilières sont considérables. Á ce propos, Claude Chaline (1996) souligne que dans les pays du monde arabe, les plans d’urbanisme ne prennent souvent pas en compte les tissus urbains anciens. Ces plans présentent de nombreuses contraintes inhérentes au manque de compétences en matière d’intervention dans des tissus historiques, à la complexité de la nature juridique des sols et à la pensée urbanistique fonctionnaliste et quantitative : la ville se fait à la faveur d’une extension urbaine excessive en sa périphérie, répondant à la forte croissance démographique caractérisant ces pays (Chaline, 1996). La révision du PDAU d’Oran approuvée en 2015 reprend la même logique centrée sur l’étalement et l’empiétement sur les terres agricoles (URBOR, 2015) et ne donne aucune vision claire sur l’avenir des quartiers centraux. Par ailleurs, le PDAU est pensé comme un simple instrument d’orientations en sommes très générales ; il ne précise ni les outils opérationnels, ni les acteurs intervenant et encore moins leurs missions et la nature de leurs relations. C’est le POS qui fixe avec plus de précision les orientations du PDAU (Sidi Boumedine, 2013).

  • 7 L’état du bâti du quartier Yaghmouracen était défini par URBATECS, dans le cadre du POS, selon des (...)

18Dans cette perspective, le POS Yaghmouracen est l’un des premiers POS de catégorie « secteur urbanisé (SU) », lancé à Oran en 2002. Son étude, entreprise par URBATECS et approuvée en 2004, présentait une occasion pour agir à une échelle urbaine plus maîtrisée. L’objectif principal du POS était de préserver la valeur patrimoniale et de permettre une évolution harmonieuse du quartier Yaghmouracen (URBATECS, 2004). Le POS préconise de minimiser au maximum les démolitions, sauf pour les immeubles vétustes qui menacent ruine, d’aérer le quartier par la transformation des parcelles récupérées, après démolition, en places publiques, et de reconvertir les friches et hangars désaffectés en équipements publics. Il délimite cinq zones homogènes réglementaires assignant à chacune d’elles une orientation majeure7 : la préservation des particularités des façades et le renforcement de l’activité commerciale dans la première zone dite « des axes principaux » ; la réhabilitation sans démolition pour la deuxième zone constituée d’immeubles dont l’état du bâti est moyen ; la réhabilitation réglementée pour la troisième zone caractérisée par le bon état du bâti et la mixité fonctionnelle ; la rénovation (remise à neuf des immeubles après démolition) pour la quatrième zone marquée par la forte détérioration du cadre bâti et le manque d’espaces publics ; la réhabilitation de la Cité Perret pour la cinquième zone, grand ensemble à haute densité construit dans les années 1950 qui enclave considérablement le quartier dans sa partie sud-est. La proposition de démolition proposée par le présent POS est accompagnée par le transfert de 103 ménages hors du quartier (URBATECS, 2004).

19Pour dé-densifier et aérer le quartier, le POS propose l’élargissement de quatre rues situées dans le côté ouest le plus ancien du quartier : Achour Tabet Mohamed, Hamani Adda (ex-Lourmel), Douar Ghalem (ex-Alma) et Ferroukhi Mustapha (ex-Thiers). Il propose aussi la reconversion du passage piéton Trad Abed (ex-Déromagné) en rue et la création de quatre places réparties sur le quartier (carte 2).

Carte 2. Plan d’aménagement du POS Yaghmouracen

Carte 2. Plan d’aménagement du POS Yaghmouracen

Source : URBATECS (2004). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

  • 8 Sauf pour une place majeure d’Oran jalonnant la rue d’Arzew, la place Hoche qui a connu une importa (...)

20Quatorze ans après l’approbation du POS Yaghmouracen, les opérations proposées pour les cinq zones n’ont pas encore été effectuées8. L’outil POS devient alors désuet et reste soumis aux contraintes d’intervention sur un tissu urbain ancien qui n’ont jamais été surmontées pour envisager sa reconquête. Le POS rencontre des difficultés dans sa mise en œuvre ; le bureau d’études URBATECS déclare clairement dans le document écrit du POS que cet instrument reste inopérant sans une volonté des autorités locales de créer des conditions favorables pour son opérationnalité par l’adoption de nouveaux outils (URBATECS, 2004). La question ainsi se pose de savoir si le POS est l’outil de planification urbaine pertinent pour la reconquête des tissus urbains anciens. Un projet de réhabilitation réduit à un plan qui règlemente le sol semble inadéquat.

21L’instrument POS ayant un rôle réducteur de réglementation des sols a été mis en place plus pour pouvoir établir des plans d’aménagement de nouveaux quartiers en périphérie sur des terrains vierges que pour entreprendre des projets de réhabilitation ou de requalification des quartiers existants. Les POS destinés aux secteurs urbanisés se sont en fait limités à l’augmentation des COS. Les POS ainsi pensés s’avèrent inappropriés pour requalifier la ville-centre.

22Un projet de réhabilitation urbaine porté par les collectivités locales requiert des compétences politiques, financières et cognitives pour mettre en œuvre des outils opérationnels et un cadre réglementaire et financier opératoire (partenariat, organe ad hoc, etc.) (Pinson, 2009 ; Sidi Boumedine, 2013). En outre, le manque d’informations sur la nature juridique des terrains à aménager (Mouaziz-Bouchentouf, 2008), l’incohérence du cadre institutionnel et l’absence d’organes ad hoc et de cadre juridique plus souple qui régit les partenariats (publics-publics, publics-privés) empêchent la mise en œuvre du projet d’aménagement du POS Yaghmouracen. Celui-ci a été finalement produit pour d’autres finalités. Un membre de l’équipe responsable de l’étude du POS nous a confié que :

« Le but de l’élaboration du POS Yaghmouracen est de créer un cadre réglementaire qui gère les demandes pressantes d’octroi de permis de démolir et de reconstruire » (entretien réalisé en novembre 2014).

23En effet, devant l’augmentation des demandes de permis de démolir et de reconstruire, la wilaya d’Oran s’est chargée de lancer l’élaboration du POS en marginalisant la commune qui est règlementairement la responsable qui gère les études des POS. Dans ce processus, il s’agit d’accélérer la procédure de délivrance de permis de démolir et de reconstruire dans un quartier où les travaux de démolition sont parfois déjà entamés avant même l’approbation du dit POS. Ce contexte institutionnel spécifique qui retire les prérogatives de la commune au profit de la wilaya défavorise la réussite de ce type de projet (Guerroudj, 2000 ; Salin, 2005 ; Mouaziz-Bouchentouf, 2008).

24L’échec du système PDAU-POS et le contexte général imprégné par des préoccupations environnementales de développement durable ont fait naître la nécessité de renouveler les instruments et d’inventer de nouveaux outils stratégiques pour mieux gérer et maîtriser l’aménagement des villes. En Algérie, différents textes réglementaires sont adoptés : d’abord la loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire, et ensuite la loi n° 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville. Cette dernière décrète que « la politique de la ville est conçue et élaborée suivant un processus concerté et coordonné. Elle est mise en œuvre dans le cadre de la déconcentration, de la décentralisation et de la gestion de proximité » (loi n° 06-06, art. 1). Des réflexions portées par le MATET sur de nouveaux outils de planification sont alors engagées. Elles instaurent, entre autres, l’outil « SDAAM » pour les quatre métropoles algériennes : Alger, Oran, Constantine et Annaba (Kettaf, 2013). Il s’agit de l’instauration d’une politique d’institutionnalisation, de partenariat, de solidarité et de concertation. Il s’agit aussi de favoriser la pluralité d’acteurs et de définir explicitement le rôle et les compétences de chacun (Hafiane, 2011).

25Le SDAAM d’Oran établi par Dirasset et approuvé en 2011 est un schéma stratégique qui couvre tout le territoire de l’aire métropolitaine oranaise et qui concerne un périmètre de 25 communes (sur les 26 constituant la wilaya d’Oran). Il présente une liste de 13 Programmes d’Action Territoriale (PAT). Le premier PAT concerne « La requalification du centre-ville » qui couvre environ 126 hectares avec un budget estimé à 2.776 milliards de dinars algériens (qui équivaut à 38 millions de dollars en 2010). Le quartier Yaghmouracen fait alors partie du périmètre de ce PAT qui lui consacre l’option « rénovation » sans préciser les termes de cette option (Dirasset, 2011). Le SDAAM propose aussi la création d’un nouvel outil d’aménagement : la société SAGO, afin de créer un cadre opérationnel associant les différents acteurs concernés par l’intervention dans les tissus anciens (Dirasset, 2011), mais sans les définir clairement.

26Avant que la SAGO ne soit mise en place, le SDAAM d’Oran a été « mis de côté » quelques mois après son approbation au profit d’un nouveau projet avec l’arrivée du nouveau wali (préfet) en septembre 2010, intitulé « Projet de modernisation d’Oran ». Ce projet a été initié avec la nouvelle politique urbaine dictée par la loi de la ville de 2006, invitant les collectivités locales à faire émerger leur propre « projet de ville » dans un cadre de concertation entre les différents acteurs locaux. Le projet de modernisation d’Oran, hautement porté par la wilaya, reprend en grande partie les orientations du SDAAM, dont la requalification du centre-ville d’Oran (wilaya d’Oran, 2012). Plus précisément, le programme qui a pour objectif de propulser Oran au rang d’une métropole comprend divers projets dont la réhabilitation des immeubles du centre-ville est considérée comme l’une des opérations phares. 600 immeubles sont ciblés par ce projet dont 200 étaient déjà inscrits dans un précédent programme lancé par l’OPGI en 2006. Aujourd’hui, plusieurs projets de restauration de monuments et de réhabilitation d’immeubles et d’espaces publics situés le long des rues et boulevards principaux du centre-ville sont en cours, niant, toutefois, l’intérieur des quartiers.

  • 9 Ce projet est surnommé « projet mort-né » ou « projet sans lendemain » par les différentes instance (...)

27Pour une bonne gouvernance des projets, le projet de modernisation d’Oran propose de créer un cadre de travail basé sur un pilotage partenarial entre les pouvoirs publics (l’État central et la wilaya d’Oran) et les investisseurs privés (nationaux et internationaux). En effet, il présente la mise en place de trois structures opérationnelles : un comité de pilotage, de suivi et d’évaluation (recherche d’efficacité maximale des actions et des projets), une agence d’aménagement (structure de maturation, d’étude et de suivi des projets), et enfin un office de sauvegarde et revalorisation du patrimoine matériel et immatériel (wilaya d’Oran, 2012). Six ans après, ces trois structures n’ont pas encore vu le jour, en raison de l’abandon pur et simple du projet de modernisation d’Oran lié à l’arrivée d’un nouveau wali en septembre 20139.

  • 10 En France, le processus de réhabilitation des quartiers centraux a été entrepris depuis la loi Malr (...)

28Lois, outils, instruments, projets se sont multipliés sans pouvoir arriver à une requalification effective des quartiers anciens. La multiplication des instruments peut être perçue comme un changement de politique urbaine, mais leurs contenus restent pratiquement « inchangés » tant qu’ils demeurent dominés par les mêmes appareils étatiques (Lascoumes, Le Galès, 2005)10. Le changement nécessite un désengagement de l’État dans le champ de l’aménagement urbain et un transfert de compétences aux échelons locaux (Pinson, 2009 ; Avitabile, 2011). En ce sens, un projet de réhabilitation d’un quartier est pensé comme un projet collectif intégrant tous les acteurs locaux ; il s’inscrit dans la démarche dite du « projet urbain ». Celui-ci qui a pour exigences de diversifier les acteurs urbains, mobiliser les compétences, renforcer la transversalité, construire les partenariats et les outils de l’action (Masboungi, 2007 ; Pinson, 2009 ; Avitabile, 2011), connait des grandes difficultés dans sa mise en œuvre à Oran.

Rôles et jeux d’acteurs et processus de prise de décision : l’impossible gouvernance

29À ce jour, le quartier Yaghmouracen ne connaît pas d’action visant sa reconquête. La complexité d’une telle opération ne nécessite-t-elle pas une démarche de projet urbain pour qui « la revitalisation urbaine est le levier de la régénération économique et sociale » ? (Masboungi, 2007, p. 129). Un projet urbain de requalification requiert une volonté politique réelle, des compétences et des savoir-faire avérés et un système raisonné de gouvernance (Ingallina, 2008 ; Pinson, 2009). La gouvernance est entendue comme « la coordination d’acteurs hétérogènes - par les valeurs, le statut, les intérêts, les niveaux de situation, les logiques d’action, les degrés d’informations qu’ils actualisent - amène à distinguer une pluralité d’opérateurs de gouvernance : le territoire, les autorités, les projets dont ils sont les supports » (Sorbets, Monneraud, 2009, p. 157).

30La démarche d’un projet urbain de réhabilitation associe des actions à court, moyen et long terme, un montage financier efficient et un processus de concertations-négociations-participations permanent entre les différents acteurs : État, collectivités locales, aménageurs, habitants, en définissant les missions et les compétences de chacun. Et pour passer de l’intention à la réalisation, le projet sollicite la création des outils de l’action et de partenariat (Lévy, 1987 ; Chaline, 1999 ; Masboungi, 2007). Les recherches menées sur la gouvernance urbaine dans les villes du Sud soulèvent la défaillance ou le désengagement effectif des structures de l’État pour les questions urbaines de tout genre (reconquête des centres anciens, résorption de l’habitat précaire, etc.) et la marginalité ou le déficit de la société civile (Baduel, 2009 ; Moujahid, 2008). Signoles et al. (2014) précisent que « l’analyse des projets urbains engagés dans les grandes villes maghrébines révèle de fortes contradictions. Celles-ci concernent au moins trois aspects : la place et le rôle effectif des collectivités territoriales (principalement des municipalités) ; la place faite – ou laissée – aux professionnels locaux ; les rapports avec la société civile » (p. 161). En ce sens, le concept de gouvernance peut-il constituer une alternative fiable à la crise de gouvernabilité que traversent les villes du Sud ? À ce sujet, la thèse d’Abdelfettah Moujahid (2008) sur la gouvernance de Casablanca est éclairante à cet égard. Cet auteur écrit que :

« Le “gouvernement” du Grand Casablanca peine à produire une politique urbaine cohérente et durable, et ce malgré l’investissement lourd en encadrement humain, infrastructures et études de planification urbaine. Ce dysfonctionnement provient à la fois de la complexité des mécanismes de gouvernance et de l’armature institutionnelle (mue par le wali) peu favorable à la transversalité. C’est l’aménagement urbain qui en pâtit à travers la persistance du déséquilibre sociospatial et l’improvisation dans la réalisation des actions majeures ». (Extrait du résumé de thèse)

31En Algérie, la question de la gouvernance est autrement plus problématique. Si au cours de la période d’avant 1990, les maîtres du jeu ont été « les hommes de l’appareil Parti-État » (Sidi Boumedine, 2013) et les techniciens de l’État, depuis 1990, le jeu est plus compliqué et laisse place à des combinaisons plus complexes et plus difficiles à décrypter. Toutefois, la posture de l’acteur étatique, malgré une forme de déconcentration opérée dans les années 1990, reste dominante. Par ailleurs, la batterie de lois, de procédures et d’instruments d’urbanisme n’a pas été accompagnée par l’indispensable réforme des dispositifs de gouvernance et des outils opérationnels d’aménagement, ni par la consolidation de la structure institutionnelle en matière de pouvoir partagé, ni par le renforcement des ressources humaines compétentes à la fois dans la maîtrise d’ouvrage et dans la maîtrise d’œuvre urbaine (Kettaf, 2013).

32Pour comprendre les facteurs qui empêchent des actions urbaines effectives sur le quartier Yaghmouracen, nous examinerons d’abord les rôles et jeux d’acteurs qui interviennent dans les projets d’aménagement du quartier Yaghmouracen, et ensuite la place de la participation citoyenne dans ces derniers. Selon le statut de chaque acteur intervenant, nous avons distingué trois types : les acteurs publics qui représentent les deux collectivités locales (la wilaya d’Oran, la commune d’Oran avec sa délégation communale el-Émir), les principaux acteurs techniques (DUAC et OPGI) et les acteurs de la société civile (comité de quartier Yaghmouracen représentant des habitants).

Acteurs publics et leurs rôles : suprématie de la wilaya et marginalisation de la commune

  • 11 En Algérie, les deux collectivités locales sont la wilaya et la commune (site du Ministère de l’Int (...)

33Les acteurs de la vie politique sont la partie prenante majeure des opérations d’urbanisme en Algérie (Sidi Boumedine, 2013). Comme l’urbanisme est une affaire d’État, la reconquête des quartiers anciens dépend, en effet, des décisions des acteurs publics, mais à des degrés diamétralement différents entre les deux collectivités locales11 : la wilaya, qui est la circonscription administrative déconcentrée de l’État (loi 12-07, art. 1), et la commune qui est l’assise territoriale de la décentralisation (loi 11-10, art. 2).

  • 12 La conjoncture économique du pays avec la chute du prix du baril du pétrole (33 $ en novembre 2015 (...)

34En premier, la wilaya exécute les décisions du gouvernement ainsi que les instructions qu’elle reçoit de chaque ministère. À sa tête, le wali est le représentant de l’État et le délégué du gouvernement dans la wilaya (loi 12-07, art. 110). Il anime, coordonne et contrôle l’activité des services déconcentrés de l’État chargés des différents secteurs d’activités dans la wilaya (loi 12-07, art. 111). Il exerce, par le biais de son exécutif, la fonction de leadership des projets dans son périmètre de gouvernance (la wilaya) qui compte 26 communes (2114 km²) et est le bailleur de fonds principal. La wilaya s’occupe du tout : prise de décision, choix des bureaux d’étude, choix des entreprises de réalisation, financement des projets12, etc. Le système décisionnel reste alors dominé par l’État par le biais du wali, ayant des pouvoirs étendus, mais dont l’efficacité reste, toutefois, très limitée (Hafiane, 2011 ; Sidi Boumedine, 2013). En effet, la wilaya souffre d’une faible capacité à porter des projets cohérents, à entreprendre des actions coordonnées et à mobiliser les compétences qui se retrouvent à la fois insuffisantes en nombre et en qualité, mais aussi éparpillées dans les différentes administrations urbaines (Kettaf, 2013).

  • 13 À propos de la ville héritée, Kebir et Zeghiche (2014) écrivent qu’« En réalité, la reconnaissance (...)

35De plus, les responsables de la wilaya d’Oran portent peu d’intérêt aux quartiers anciens (Mazouz, 2015). Leur pensée urbanistique est, depuis l’indépendance, axée exclusivement sur la production de programmes d’habitats neufs dans les périphéries pour répondre à la demande toujours pressante en matière d’octroi de logements, excluant toute réflexion en dehors de cette vision. Les orientations du PDAU le démontrent ; celui-ci n’envisage aucune autre alternative que celle de l’extension, comme la reconquête des quartiers centraux13. Les périmètres urbanisés en périphérie tels qu’ils ont été planifiés par le PDAU (1998) pour la période 1995-2015, totalisent une superficie foncière de plus de 900 ha recevant de vastes programmes de logements, principalement sociaux. Cette situation engendre un étalement urbain démesuré et une érosion manifeste des réserves foncières, notamment agricoles (Gaïd, Kettaf, 2009). De 1999 à 2017, autour de 100 000 logements collectifs ont été achevés, 60 000 sont en cours de réalisation et 1000 sont en voie de lancement, ce qui correspond à un total de 160 000 logements (DL, décembre 2017).

  • 14 Les walis restent en poste en moyenne trois ans.
  • 15 Le wali d’Oran actuel installé en 24/10/2013 a été récemment affecté au poste du ministre des Trava (...)

36Par ailleurs, la situation souvent instable ces dernières années à la tête de la wilaya d’Oran14 présente un écueil pour une reconquête raisonnée des quartiers anciens d’Oran. À chaque changement du wali15, la nouvelle équipe trace de nouvelles orientations et lance de nouveaux projets pour marquer son passage et exprimer le pouvoir de la wilaya. Ce phénomène n’est pas propre à Oran ; il concerne bon nombre de villes du Maghreb. À ce propos, Aziz Iraki (2014) écrit que la forte rotation des walis à Casablanca qui cherchent, par les projets qu’ils portent, à se distinguer les uns des autres, engendre « une gêne pour la continuité de l’action urbaine ».

  • 16 En accord avec les dispositions et orientations du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités lo (...)

37Concernant la commune, elle dispose d’une administration placée sous l’autorité du président de l’APC, appelé communément maire (loi 11-10, art. 125). L’APC est l’instance délibérante de la commune et l’assemblée élue par les habitants de la commune. Elle possède, par la réglementation en vigueur, un rôle important à l’endroit des projets qui concernent son propre territoire (loi 11-10, art. 131), par le biais des différentes délégations communales appelées aussi secteurs urbains (arrondissements) (loi 11-10, art. 133). La commune d’Oran est composée de 12 délégations communales16 dont chacune est présidée par un délégué membre de l’APC d’Oran (loi 11-10, art. 134). Le quartier Yaghmouracen fait partie de la délégation communale el-Émir englobant tout l’hypercentre. Cette dernière, qui a vocation d’assurer les missions de service public, est chargée de gérer de plus près les préoccupations quotidiennes de ses habitants dans les différents domaines. Or, en réalité, les prestations de la délégation el-Émir, comme celles des autres délégations, s’arrêtent à la délivrance de documents d’état civil, de nettoiement et d’éclairage public. À ce propos, un administrateur dans ce secteur urbain nous confie que :

« Nous ne sommes pas consultés dans les projets concernant notre territoire, tout vient d’en haut » ; le haut s’agissant de la wilaya (entretien réalisé en février 2017).

38Contrairement à d’autres sociétés où le pouvoir du maire est majeur dans la prise de décision, la commune d’Oran et à sa tête le président de l’APC possède un pouvoir faible et une marge de manœuvre très réduite en matière d’aménagement et de gestion de la ville (Mouaziz-Bouchentouf, 2008). Ce manque de pouvoir de la commune s’illustre par son manque d’implication dans les études d’urbanisme, comme celles du PDAU, des POS, du SDAAM et du projet de modernisation d’Oran. Or, pour l’étude des POS, c’est l’APC qui doit instruire et approuver les études des POS (Décret 91-178, art. 2), elle possède aussi le pouvoir de contrôle et de gestion des projets. Mais dans la pratique, c’est la DUAC (ex-DUC) sous la coupe de la wilaya d’Oran qui prend l’entière responsabilité des études de POS, rendant faible le rôle de l’APC. Les membres de l’APC jouent, en réalité, un rôle de « figurant » qui reste limité à l’approbation de ce qui est décidé par la DUAC, ce qui montre leur faible place dans la prise de décision. Cette mise à l’écart des élus dans la prise de décision dans les différents projets des villes du Maghreb est une confiscation des prérogatives des acteurs locaux dans la gestion urbaine (Iraki, 2014). De plus en plus dépendants de l’administration centrale plutôt que de leur électorat, les élus locaux éprouvent d’énormes difficultés à exercer leurs missions. Le responsable du guichet de la délivrance des actes d’urbanisme et élu au niveau de l’APC d’Oran souligne que :

« La majorité des projets d’aménagement urbain concernant leur commune ont été initiés, financés et réalisés par la wilaya sans la moindre concertation avec l’APC et encore moins avec la société civile, que ce soit pour des grands projets comme le tramway et le futur métro ou pour le réaménagement de petits espaces de la commune » (entretien réalisé en février 2015).

39Par ailleurs, les APC et les élus sont souvent perçus par les habitants comme des acteurs qui sont plus au service du pouvoir central, témoignant de l’injonction de l’État à l’échelon local, que comme des acteurs ayant un pouvoir local légitimé et la représentativité de la société civile.

40La commune d’Oran et la délégation communale el-Émir n’ont effectivement pas de poids significatifs dans la prise de décision et dans la mise en place du financement des opérations d’aménagement concernant le quartier Yaghmouracen. Ce qui leur laisse peu d’autonomie, contrairement à ce qu’assigne la réglementation en vigueur (loi 11-10, art. 1). La commune d’Oran reste entièrement assujettie à la wilaya d’Oran (assujettissement décisionnel et/ou financier). Cette dernière gère le budget de l’État (loi 12-07, art. 3) et c’est donc elle qui finance les projets. La commune d’Oran, faute de moyens financiers propres et de ressources humaines qualifiées, a un pouvoir significativement restreint (Mouaziz-Bouchentouf, 2008 ; Kettaf, 2013). En Algérie, comme au Maghreb, le pouvoir des élus locaux est insignifiant dans le processus de décision des opérations d’urbanisme (Baduel, 2009). À ce propos, Signoles et al. (2014) écrivent qu’en réalité, « ce qui fait défaut au Maghreb […], c’est fondamentalement tout l’ensemble de ce qui concerne les modes et le degré d’implication active des acteurs locaux (notamment les élus et les acteurs collectifs de la société civile, etc.), la prise en compte de leurs points de vue et, donc, la possibilité pour ceux-ci d’intervenir dans les choix politiques du devenir des villes » (p. 161).

41Savoir agir dans la ville « consolidée » nécessite des élus engagés, des porteurs de projets, des équipes locales compétentes, mais aussi un portage politique ferme (Masboungi, 2007). Or, en l’absence d’une gouvernance partagée (cogovernance), le tout-État, l’instabilité institutionnelle et l’absence de cadre législatif qui faciliterait les partenariats au sens du « partenariat public-public comme condition du partenariat public-privé » (Masboungi, 2007), font que la reconquête d’un quartier ancien, comme celui de Yaghmouracen, difficile, voire impossible à réaliser. Par ailleurs, la commune d’Oran n’est pas aussi « innocente » par sa subordination à la wilaya. Son service technique se désengage souvent de ses prérogatives, les laissant à la charge des directions techniques de la wilaya (Mouaziz-Bouchentouf, 2008).

Directions techniques en manque de compétences, d’effectifs et de coordination

42Les directions techniques de la wilaya d’Oran, notamment la DUAC et l’OPGI, agissent difficilement, elles aussi, dans la production urbaine, dans un contexte institutionnel dominé entièrement par la wilaya. Les directions techniques de la gestion des villes du Sud ne sont pas des acteurs « neutres » ; elles sont soumises aux décisions des acteurs politiques (Souami, Verdeil, 2006). Les entretiens effectués auprès des deux directions techniques principalement concernées par les opérations urbaines dans les quartiers anciens révèlent des difficultés importantes d’ordre institutionnel qui renforcent leur « enfermement dans la camisole » de l’équipe du wali.

  • 17 Aussi, Fatima Mazouz (2015) développe que « cet organisme (la DUAC) rencontre des difficultés dans (...)

43D’abord, la DUAC qui agit sous la tutelle du Ministère de l’Habitat, de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV), est le maître d’ouvrage délégué chargé principalement du suivi de l’élaboration de l’étude du POS Yaghmouracen. L’APC d’Oran délègue souvent ses missions urbaines à la DUAC d’Oran, très dépendante du wali. La DUAC est aussi nécessairement consultée dans toutes opérations d’urbanisme, comme la délivrance des actes d’urbanisme concernant le quartier Yaghmouracen (permis de démolir, permis de construire, etc.). Cette pression engendre de nombreuses infractions peu réprimées17. Elles sont commises principalement par des acteurs sociaux dotés de pouvoir de pression (anciens moudjahidines, fils de chouhadas) et/ou de pouvoir « d’argent », comme les promoteurs privés, qui cherchent à construire haut et dense sans se préoccuper des retombées sur l’environnement du cadre de vie des riverains et sur la qualité du paysage urbain. En effet, en l’absence de politique claire en matière de renouvellement urbain et d’outils d’urbanisme appropriés à la gestion des quartiers anciens, le promoteur privé, apparu avec la politique libérale au tournant des années 2000, réussit souvent à soudoyer l’administration et même les élus locaux pour obtenir des permis de construire. Il édifie des ensembles immobiliers dépassant largement les COS et bafouant les règles les plus élémentaires en matière de prospect et de pénétration optimale de la lumière (Kettaf, 2013).

  • 18 La Daïra est comme « un prolongement de l’administration de la wilaya, elle constitue un niveau int (...)
  • 19 À propos de la problématique de la hauteur dans la ville-centre, voir Kebir et Zeghiche (2014) et M (...)

44La procédure de la délivrance des permis de construire est le maillon faible de la gestion urbaine en Algérie. Selon la législation, c’est l’APC qui est chargé de la délivrance du permis de construire et c’est le maire qui a le pouvoir de faire l’impasse à la règle et de délivrer des dérogations si un demandeur se voit refuser un permis de construire. Et si ce n’est pas le maire qui déroge, c’est le SUAC (ex-SUCH, responsable d’une subdivision de la DUAC à l’échelle de la Daïra) 18, le DUAC ou carrément le wali, selon l’importance du demandeur, qui fera pression sur le maire pour obtenir le fameux sésame. Plusieurs « petits » promoteurs sur la place d’Oran voulant faire comme les plus influents et désirant construire en hauteur diront, en les paraphrasant, « les étages supplémentaires se monnayent à prix fort ». Cette pratique de démolition et reconstruction en hauteur et son corollaire, la procédure de dérogations de délivrance de permis de construire, s’amplifie et annihile peu à peu l’image et les spécificités des quartiers, ce qui pose inévitablement la problématique du renouvellement des quartiers anciens19.

  • 20 L’OPGI a réalisé la réhabilitation de 63 immeubles anciens à Oran depuis 1987 : 20 immeubles avant (...)
  • 21 Pour les 200 et 400 immeubles, des enveloppes, assurées par la wilaya, de 700 millions de DA et de (...)
  • 22 94 immeubles ont été réhabilités dans l’opération des 200 immeubles et 37 dans l’opération des 400 (...)

45L’OPGI quant à lui a pour mission principale la réalisation du logement social, sous la tutelle du MHUV. Il s’occupe, entre autres, du recouvrement des loyers et des charges locatives, mais aussi de l’entretien et de la maintenance des immeubles en gestion. Il est également l’instance qualifiée et responsable de la préservation et de la réhabilitation du vieux bâti, propriété de l’État20. Mais il ne détient pas l’expertise et les compétences techniques suffisantes pour entreprendre des projets de réhabilitation. Dans le cadre des deux programmes de réhabilitation de 200 et de 400 immeubles lancés respectivement en mars 2009 et décembre 2012, sur les grands boulevards, et parmi les 120 immeubles prévus dans les axes ceinturant le quartier Yaghmouracen (boulevard Émir Abdelkader, rues Larbi Ben M’hidi et Mostaganem), l’OPGI n’a pu en lancer que 28 dont huit seulement ont été achevés. Pour entreprendre ces opérations, la wilaya a dû faire appel à des experts espagnols et italiens dans les travaux de restauration (Kettaf, 2013 ; Mazouz, 2015). La problématique est aussi financière. Les opérations de réhabilitation ont été évaluées bien en deçà de leur juste valeur, ce qui illustre le manque d’expertise dans ce domaine21. Le portefeuille budgétaire étant insuffisant, ce programme aujourd’hui à la charge exclusive de la DUAC a été arrêté22.

  • 23 Cinq bureaux d’études et dix entreprises algériennes sont chargés de cette opération. Les entrepris (...)

46Conscient de la valeur de ce type de projet et des échos favorables des opérations de réhabilitation effectuées, le ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme et de la Ville (MHUV) a lancé, depuis avril 2014, un nouveau programme de 48 immeubles (498 logements) appelé « 2 X 1 Milliard de DA », une enveloppe attribuée à l’OPGI lui permettant d’assurer la réalisation du programme23. Aujourd’hui, 22 immeubles sont réhabilités (dont 18 sur la rue Larbi Ben M’hidi) et 14 sont en cours de réhabilitation. Toutefois, l’intérêt de ces projets de réhabilitation porte plus sur l’embellissement des façades situées le long des artères principales, notamment dans le cadre du projet de modernisation d’Oran, que sur l’amélioration du cadre de vie à l’intérieur des quartiers, laissant leur délabrement se poursuivre.

47L’OPGI est aussi un acteur important dans le cadre que ce soit du POS Yaghmouracen, du SDAAM ou du projet de modernisation ; il apporte son expérience sur les questions relatives à l’habitat. Lors des études du POS Yaghmouracen, il a mis à la disposition des concepteurs ses connaissances en matière de ressources humaines, archives, données statistiques, définition de l’état du bâti, etc. Cependant, l’OPGI ne s’implique pas dans la réalisation du projet ; un des problèmes majeurs de son inaction est celui inhérent à « la nature juridique » des immeubles qui constitue un des facteurs limitatifs de la reconquête du quartier. Un architecte de l’unité de réhabilitation de l’OPGI nous a confié : « nous ne pouvons pas intervenir dans le quartier Yaghmouracen, vu que les immeubles n’appartiennent pas à l’OPGI, ils sont en copropriété » (entretien réalisé en décembre 2016).

48Les biens immobiliers laissés par les Européens à l’indépendance du pays, appelés les biens vacants, appartiennent à l’État. Mais avec la loi n° 81-01 du 7 février 1981 portant cession de biens immobiliers de l’État, des collectivités locales, de l’OPGI et des organismes publics, les habitants ont droit d’acquérir leur logement en accession à la propriété à un prix aidé. Ainsi, la majorité des logements des immeubles du quartier Yaghmouracen sont peu à peu vendus à leurs locataires et passent sous le régime de la copropriété. En effet, le décret n° 83-666 du 12 novembre 1983 fixant les règles relatives à la copropriété et à la gestion des immeubles, voulait instaurer un « administrateur de l’immeuble » sous forme d’un syndicat désigné par les copropriétaires. Mais ce dispositif n’a jamais fonctionné. L’absence d’un syndicat et le retrait de l’État pour la gestion des parties communes des immeubles ont favorisé leur délabrement. Cette situation est aussi exacerbée par l’absence d’une culture de la copropriété et de la gestion collective des espaces partagés. Un administrateur du service de la maintenance du département de la gestion du patrimoine de l’OPGI d’Oran nous a confié que :

« Nous ne sommes pas arrivés à un certain niveau de maturité où les copropriétaires peuvent former un syndicat pour la gestion de leur immeuble. Ce type de préoccupation ne fait pas consensus chez les citoyens et je pense qu’il est encore trop pour une prise de conscience collective sur cette question » (entretien réalisé en décembre 2016).

  • 24 Cette opération de réhabilitation des façades d’immeubles longeant les axes principaux est désignée (...)

49Pourtant, les immeubles situés le long de la rue Larbi Ben M’hidi et qui connaissent la réhabilitation de leurs façades et espaces communs sont aussi en copropriété. Leur financement provient totalement de la wilaya ou de l’OPGI selon les programmes, sans aucun apport de la part de ses habitants. Dans cette opération, il est évident que la priorité est donnée aux immeubles qui ont pignon sur rue pour donner plus de visibilité à l’action publique de modernisation d’Oran24.

  • 25 La Direction de la Culture est un acteur important dans l’intervention sur les biens culturels à pr (...)
  • 26 L’Algérie ne dispose pas d’écoles ou d’instituts spécialisés dans la formation des profils d’urbani (...)

50Différents par leurs statuts et leurs rôles, ces deux acteurs sont autonomes l’un par rapport à l’autre. Mais ils sont tous les deux subordonnés à la décision de la wilaya. Il existe très peu de coordination entre eux, chacun agit en fonction de ses intérêts, mais surtout en fonction de ses compétences et moyens (techniques et financiers). L’expression d’un responsable « le courant ne passe pas entre la DUAC et l’OPGI » illustre le jeu d’acteurs exacerbé par la prédominance de la wilaya, mais aussi de la DUAC. La responsabilité du projet (POS Yaghmouracen) est partagée entre la DUAC, l’OPGI et, dans une moindre mesure, les autres directions techniques de la wilaya et en particulier la Direction de la Culture (DC)25, qui, à l’évidence, ne travaillent pas ensemble. Aussi, ces institutions ne s’impliquent que très peu lors des séances de discussion et d’élaboration du SDAAM et du projet de modernisation. En outre, elles se caractérisent par un manque de maîtrise des termes utilisés (restauration, réhabilitation, rénovation, etc.) qui semblent similaires aux interviewés. Leur discours est apparu assez pauvre et flou à ce sujet, illustrant le manque des savoirs sur ce type de projet. Cette problématique des savoirs et des savoir-faire est illustrée par T. Souami et E. Verdeil (2006) qui relatent l’incompétence des professionnels dans la conception et la gestion des opérations d’urbanisme dans les pays du sud de la Méditerranée. La (re)production des savoirs en matière d’urbanisme ou de réhabilitation urbaine est un problème aigu en Algérie nécessitant un renouvellement des systèmes de formation des métiers de la ville (Boumaza, 2006, Kettaf, 2013)26. Á ce propos, un responsable du département des ressources humaines et des moyens généraux de l’OPGI regrette le manque de compétences spécialisées aussi bien dans la maîtrise d’ouvrage que dans la maîtrise d’œuvre et technique dans le domaine de la réhabilitation des bâtiments. Il précise que les prérogatives de l’OPGI sont immenses ; elles sont orientées principalement vers des tâches de gestion (recouvrement des loyers, entretiens et réparations de toute nature et procédure de cession à la propriété), et la prise en charge des études, de la programmation et du suivi de larges projets de construction de logements sociaux neufs en périphérie. Et il ajoute qu’avec ses 14 unités réparties sur les 26 communes de la wilaya, un seul office est insuffisant et qu’il devrait y avoir au moins trois (propos recueillis janvier 2017).

51En effet, l’OPGI d’Oran gère à lui seul un parc de 124 600 logements (dont 74 000 en procédure de cession à la propriété) réparti sur les 26 communes. Il gère aussi des programmes de 18 548 logements en cours de réalisation (DL, décembre 2017). Aujourd’hui, le MHUV lui confie aussi une autre mission qui n’est pas la sienne, à savoir celle des études et réalisations des équipements de proximité des nouveaux quartiers d’habitats qu’il a construits. Dans la mesure où il s’occupe principalement de la construction de milliers de logements neufs, le service de réhabilitation est le service le moins loti ; il est composé de sept personnes, dont une jeune architecte et trois ingénieurs, et dirige la réhabilitation des 48 immeubles du centre-ville, un effectif dérisoire au regard du colossal parc d’immeubles qui nécessitent des opérations de réhabilitation.

52En l’absence de structures qualifiée et spécialisée et d’organes ad hoc et d’instances de coordination de l’action locale, les directions techniques, en manque de compétences et d’effectifs, ne sont pas en mesure de prendre des décisions unanimes et de coordonner les actions à mener et les financements à mobiliser. À cela s’ajoute un mode de gouvernance à sens unique qui fait du wali l’acteur principal dans la prise de décision.

Absence des habitants dans le processus de prise de décision

53La démarche d’un projet urbain de réhabilitation implique un mode de concertation-négociation-participation de tous les acteurs de la ville, dont l’habitant. L’impératif de la participation est au cœur du concept de la gouvernance (Cavallier, 1998 ; Kooiman et al., 2008). Ainsi se pose la question de la place des habitants du quartier Yaghmouracen dans le processus de décision des aménagements concernant leur quartier.

54La participation citoyenne à l’échelle du quartier est un élément essentiel dans le processus d’élaboration des projets d’urbanisme (Pinson, 2009). Elle permet aux citoyens d’agir sur leur cadre de vie à l’échelle locale dans une logique de démocratie de proximité (Sommerville, 2011). La participation diffère dans ses formes (hierarchical governance (top down), self gouvernance (bottom up) et cogovernance) et selon les particularités locales (Kooiman et al., 2008). Elle devient de plus en plus présente dans les projets d’aménagement en Europe, par le biais des associations de quartiers et de la concertation avec les habitants dans la prise de décision (Pinson, 2009 ; Sommerville, 2011). En effet, des « comités de quartiers » avec des structures fiables ont été créés dans de nombreuses villes occidentales, afin d’impliquer les habitants des quartiers et de faciliter le passage à l’action en concertation (Pinson, 2009). Aussi, la réussite des opérations urbaines effectuées au niveau d’un quartier (neighbourhood changes) dépend de la volonté de ses habitants et de la capacité du système politique à développer une gouvernance du quartier (neighbourhood governance) qui répond aux besoins et aspirations des habitants (Sommerville, 2011).

55En Algérie, la participation citoyenne dans la prise de décision des opérations d’urbanisme à différentes échelles reste généralement faible, voire même inexistante, comme dans le contexte des autres pays du Sud (Signoles, El Kadi, Sidi Boumedine, 1999 ; Baduel, 2009 ; Salin, 2005). Le rôle de la société civile est limité, dans les meilleurs des cas, à un pouvoir de suggestion et non pas de décision (Signoles et al., 2014). Le fait associatif est récent en Algérie ; il a émergé avec la loi n° 87-15 du 21 juillet 1987 relative aux associations (Derras, 1999) ; elle fut modifiée par la loi 90-31 du 4 décembre 1990 et plus récemment par la loi n° 12-06 du 12 janvier 2012. Ce dispositif réglementaire accorde un rôle important à la société civile dans les projets concernant leur quartier par le biais à la fois de l’Assemblée populaire de la commune (APC), qui est le lieu d’exercice de la citoyenneté et constitue le cadre de participation du citoyen à la gestion des affaires publiques (loi 11-10, art. 2), et aussi du comité de quartier.

  • 27 Les administrations publiques à consulter sont : les directions de l’urbanisme, de l’agriculture, d (...)

56Dans le cadre de l’élaboration d’un POS, le décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1991 fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des POS, dicte que le président de l’APC est l’acteur responsable de son élaboration et de son approbation (Décret 91-178, art. 2). Il est chargé d’informer, par écrit, les habitants du secteur urbain concerné par le biais de leur comité de quartier, les présidents de la chambre de commerce (et de la chambre de l’agriculture pour le cas des POS d’extension périphérique) et les associations locales et professionnelles, de la décision prescrivant l’établissement du POS. Ces destinataires ont 15 jours afin de l’informer s’ils veulent être associés à l’élaboration du POS (Décret 91-178, art. 7). À l’issue de ce délai, le président de l’APC définit par arrêté les directions et organismes techniques obligatoirement consultés (Décret 91-178, art. 8)27. Quant à l’élaboration du POS et selon la réglementation, elle se constitue en trois missions confiées à un maître d’œuvre. Après l’approbation en délibération des membres de l’APC des deux premières missions « diagnostic et proposition » et « projet d’aménagement et règlement » en présence des représentants des différents services techniques et de la société civile, intervient la troisième mission dite « mise en forme du document final » dans laquelle le projet est soumis à l’enquête publique d’une durée légale de 60 jours, puis à l’avis du wali (Décret 91-178, art. 10). Dans ce processus, le projet est notifié aux comités du quartier concerné (Décret 91-178, art. 9) pour faire connaître leurs avis et requêtes.

  • 28 La notion du projet urbain qui met au cœur de sa démarche la participation des habitants, en s’appu (...)

57Cependant, dans la pratique, les POS ne sont pas élaborés conformément au dispositif réglementaire. Le projet du POS Yaghmouracen, faute d’implication réelle des habitants dans le processus de son élaboration, n’a pas reçu de doléances du comité de quartier. Cette défaillance montre le faible pouvoir du citoyen et du mouvement associatif (Derras, 1999). Cette absence de participation semble aussi inhérente au manque d’informations et des habitudes participatives qui font que les habitants ne sont pas informés sur les projets concernant leur quartier, et que ceux qui le sont s’impliquent peu, souvent faute de comprendre les projets présentés28. Pourtant l’absence de participation citoyenne, qui est un élément primordial pour l’approbation du POS (Décret 91-178, art. 11), n’a pas empêché l’approbation du POS Yaghmouracen. De ce fait, la participation des habitants reste une simple formalité, vu les comportements d’assistés de leurs représentants face aux comportements centralisateurs et paternalistes de la wilaya (Mouaziz-Bouchentouf, 2008). Un urbaniste du bureau d’études qui a élaboré le POS Yaghmouracen nous a déclaré que « le comité de quartier Yaghmouracen assiste parfois dans les séances de présentation de projets sans vraiment s’impliquer ; c’est une illusion démocratique » (entretien réalisé en novembre 2014).

58Contrairement aux instruments d’urbanisme PDAU et POS dans lesquels le rôle de la société civile est bien défini par voie réglementaire, le SDAAM et le projet de modernisation n’ont pas d’assise réglementaire relative à la participation des habitants en dehors des prescriptions contenues dans la loi du développement durable de 2001 et la loi de la ville de 2006. Ces lois réaffirment « la responsabilité des pouvoirs publics et la participation du mouvement associatif et du citoyen dans la gestion de la ville » (loi n° 06-06, art. 11). Pour être au diapason de cette législation, les responsables de la wilaya d’Oran ont lancé une série de propositions et tenté de mobiliser autour d’elles les énergies locales, particulièrement dans le cadre du projet de modernisation de la ville. Ils ont envisagé la consultation des habitants à travers des journées d’étude, des conférences et des discussions sans pour autant arriver à une implication réelle de la société civile. Par ailleurs, les opérations de réhabilitation et d’embellissement des immeubles du centre-ville sont entreprises sans consultation des comités de quartier. L’absence des habitants par manque d’information ou d’implication fait de la participation un « simulacre » dans le processus de la prise de décision. Dès lors, les réflexions autour de projets stratégiques restent inopérantes. Elles n’incitent pas, de facto, à formuler des réponses aux problèmes de la gestion du quartier Yaghmouracen, et des quartiers centraux et anciens de la ville d’Oran.

  • 29 Ces propos s’appliquent aussi aux quartiers périphériques composés d’une grande partie de l’habitat (...)
  • 30 Selon les propos des habitants, le comité de quartier reste, au vu de l’état actuel du quartier, su (...)

59Le comité de quartier Yaghmouracen est dirigé par son président, élu par les habitants du quartier et financé exclusivement par la commune d’Oran. Il est censé être un espace de dialogue et de concertation entre les habitants et les élus au niveau de l’APC pour travailler en commun sur les projets de proximité. Mais, dans la pratique, son champ d’action se limite à la prise en charge des problèmes de base : alimentation en eau potable, assainissement, ravalement... Un jeune membre du comité de quartier témoigne que « le comité ne s’occupe réellement que des questions de l’hygiène et de la propreté du quartier29 ». En plus du contexte institutionnel spécifique qui défavorise la participation citoyenne (Mouaziz-Bouchentouf, 2008 ; Naceur, 2010), ce rôle très réduit des comités de quartier est aussi dû au sentiment de méfiance chez les habitants envers les membres de leur comité qui par son rôle d’intermédiaire travaille, selon eux, en complicité avec l’APC30. Quelques commerçants du quartier Yaghmouracen ont dénoncé le mode de fonctionnement « non démocratique » du comité de quartier dont les décisions sont prises exclusivement par son président, son secrétaire général et son trésorier, ignorant leurs requêtes éventuelles. En outre, ils considèrent que le comité de quartier est un tremplin à ses membres désireux de se montrer sur la scène politique locale et d’émerger comme élite de proximité.

60D’autre part, on assiste souvent à des luttes d’intérêts entre les différents habitants du quartier qui font passer leurs requêtes personnelles qui peuvent être à l’encontre de l’intérêt général. Cette situation rend compliquée la formalisation d’une revendication collective dans un mode de gouvernance partagée avec les instances locales de l’État, et explique la difficile implication de la société civile dans les projets d’aménagement urbain, favorisant ainsi sa marginalisation (Salin, 2005).

Figure 2. Jeux d’acteurs intervenant dans la reconquête du quartier Yaghmouracen

Figure 2. Jeux d’acteurs intervenant dans la reconquête du quartier Yaghmouracen

Réalisation : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

61À ce jour, les différentes tentatives de reconquête du quartier Yaghmouracen sont restées totalement vaines. Cependant, il connaît une transformation de son cadre bâti, hors les orientations du POS et sans que soient respectées ses spécificités urbaines et architecturales, faute d’approches spécifiques relatives aux quartiers anciens (carte 3). D’anciens immeubles d’habitation sont substitués, avec des permis de démolir souvent systématiquement délivrés, par des équipements, notamment des hôtels. La fonction résidentielle de ces immeubles établie par le POS est détournée par les propriétaires qui ont réussi à obtenir le permis de construire. Plus récemment, d’autres constructions anciennes sont démolies par des promoteurs privés qui reconstruisent plus haut et plus dense. Le « processus sporadique de démolition-reconstruction » caractérisant les centres anciens des villes algériennes reflète les limites de la pensée des pouvoirs publics uniquement orientée vers le développement de nouveaux quartiers en périphérie des villes (Kebir, Zeghiche, 2014). Aujourd’hui, 18 immeubles de promotion immobilière de hauteur variant de cinq à quinze étages, dont les travaux sont achevés ou en cours de réalisation, émergent dans le quartier sur de petites parcelles et bordent de petites ruelles, côtoyant des constructions anciennes de 2 à 3 étages (photo 2).

62Que les immeubles soient « détournés » de leur vocation n’est pas un problème en soi ; a contrario, cette pratique démontre que le document POS est obsolète et inapproprié et qu’un plan ne peut être figé dans le temps ; il évolue en fonction des conjonctures socio-économiques et politiques. L’injection des hôtels illustre clairement un besoin en matière d’hébergement touristique ; elle pourrait être vue comme un moyen de revaloriser le quartier. Il est toutefois important que les transformations urbaines et architecturales soient encadrées par un projet raisonné de réhabilitation qui se veut flexible, évolutif et transformable, un projet « intégré » qui laisse place à l’incertitude et à l’imprévu sans qu’il soit perturbé. C’est bien là la définition du projet urbain qui nous est suggérée par bon nombre de théoriciens de l’urbanisme.

Carte 3. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen.

Carte 3. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen.

Source : URBATECS (2004), dépouillement des données du cadastre d’Oran et de la Direction d’urbanisme et de la Planification de la commune d’Oran (2017), enquête sur terrain (2017). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)

Photo 2. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen hors POS et sans réglementation urbaine ni prescriptions architecturales

Photo 2. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen hors POS et sans réglementation urbaine ni prescriptions architecturales

Source : Y. Kadri, F. Kettaf (avril et juillet 2017)

Conclusion

63L’avenir des tissus urbains anciens reste incertain dans les villes du Sud, malgré des frémissements visant à leur reconquête depuis trois décades (Salin, 2005). En Algérie, la politique de reconquête des quartiers anciens n’a pas été réellement entreprise. Aujourd’hui, l’impression qui prévaut est celle de leur abandon au profit de l’urbanisation effrénée en périphérie (Gaïd, Kettaf, 2009). Le cas du quartier Yaghmouracen illustre la situation difficile que connaissent les quartiers anciens d’Oran et des autres villes algériennes. Les limites des instruments PDAU et POS ont fait certes émerger le besoin de les renouveler et d’instaurer de nouveaux outils stratégiques (SDAAM et projet de modernisation d’Oran) qui sont présentés comme une démarche de projet urbain, mais ils n’arrivent pas à agir en rupture avec les modes d’action « par en haut » de la ville (Cattedra, 2010). Les décideurs ne parviennent pas à développer de nouvelles façons de faire pour la reconquête des quartiers de la ville-centre. Le grand décalage entre les intentions et les moyens mis en œuvre pour y arriver illustre clairement l’absence d’une réelle volonté politique de maîtrise publique urbaine et les limites des documents d’urbanisme introduits à Oran pour la reconquête de ses quartiers anciens.

64Malgré le discours politique et les efforts consentis pour instaurer de nouveaux documents d’aménagement et d’urbanisme, les choses sont restées inchangées. Réformer les instruments ne suffit pas pour passer des intentions aux actions. Cette réforme exige un renouveau des pratiques d’urbanisme et de planification et invite à s’interroger sur la nécessaire adoption d’une forme de gouvernance plus raisonnée dans laquelle les acteurs à différentes échelles du territoire - du global au local - sont clairement identifiés et dotés à la fois de compétences et de pouvoirs d’action. Cette réforme doit être aussi accompagnée par la nécessaire construction d’un cadre qui permet la création d’outils de l’action, mais aussi d’outils opérationnels propres à chaque situation (Masboungi, 2007). Ainsi, développer des textes sans créer des mécanismes qui permettent leur application et penser stratégies sans créer des cadres institutionnels et des projets concrets pour donner corps à ces stratégies (Masboungi, 2007 ; Pinson, 2009 ; Bourdin, Prost, 2009), entravent la mise en œuvre de projets de « réhabilitation » des quartiers anciens. Le projet urbain s’érige « comme une série de démarches relatives à chaque contexte » permettant d’élaborer « des outils de planification qu’ils soient plus souples, plus proches de la réalité, plus ouverts à la discussion » (Ingallina, 2008, p. 75). À ce propos, Jean-Marie Miossec écrit que c’est « justement la capacité des acteurs de coller à la réalité qui assure l’efficacité de leur action » (2009, p. 15).

65Mais si en Europe, le projet urbain est adopté dans un contexte démocratique et décentralisé, la question se pose sur son applicabilité dans le contexte algérien où il reste dépourvu de ses dimensions qui lui sont inhérentes : codécision, partenariat, participation citoyenne, durabilité, etc. Certes il existe une forme de déconcentration des pouvoirs : le pouvoir central représenté par la wilaya et à sa tête le wali reste au cœur du dispositif de la fabrique urbaine. Les élus et leur président - le maire - n’ont que très peu de pouvoir d’action et n’interviennent que rarement dans le processus de décision des opérations d’urbanisme. Toutefois, ils possèdent une marge de manœuvre dans les procédures des permis de construire ; souvent, sous la pression des groupes influents, ils les délivrent sans se soucier des règles urbaines les plus élémentaires, annihilant la qualité du cadre bâti et du paysage de la ville. Quant aux habitants « ordinaires » (associations, comités de quartiers), ils sont quasiment exclus dans le processus de décision. Il y a encore très peu d’ouverture au débat et à la négociation autour de projets. Les acteurs publics doivent construire une aptitude à travailler ensemble et aller vers plus de transversalités (cf. Bourdin, Prost, 2009 ; Cattedra, 2010). Les travaux de N. Mouaziz-Bouchentouf (2008) sur la gouvernance urbaine en Algérie, en s’appuyant sur le cas d’Oran, montrent clairement que l’abondance des acteurs (décideurs, institutions, élus, professionnels, associations, promoteurs) n’implique pas forcément une meilleure gestion urbaine.

66Ainsi, nous nous inscrivons dans la définition de la gouvernance que nous livre Georges Cavallier (1998) pour qui :

« La gouvernance […] c’est donc finalement la capacité et la coresponsabilité de projet, la possibilité d’établir un cadre collectif d’action solidaire, de réflexion stratégique reliant les principaux acteurs autour du niveau de décision politique. […] Aujourd’hui, il faut en être conscient, c’est le projet qui, si l’on peut dire, construit de plus en plus le territoire. À chaque niveau, le partenariat doit pouvoir se concrétiser autour d’une stratégie commune, d’un cadre collectif d’intervention donnant du sens à l’action […], d’un projet suffisamment mobilisateur pour motiver toutes les parties concernées » (cf. Miossec, 2009, p. 12).

67Partant de cette réflexion, nous nous sommes posé cette question : les projets de « reconquête » des quartiers anciens » sont-ils suffisamment mobilisateurs ? Certainement pas au regard du projet inabouti du POS Yaghmouracen. La reconquête des quartiers anciens d’Oran reste encore escamotée dans la pensée urbanistique fonctionnaliste des aménageurs qui préfèrent inlassablement mettre l’accent sur la production en masse de logements neufs en périphérie laissant les quartiers centraux en déprise. Conjuguer la ville avec ses valeurs urbaines, architecturales et environnementales, ce qui constitue un des impératifs du projet urbain, même si annoncé en grande pompe dans les discours officiels, ne trouve pas dans les faits une application effective sur le terrain (Kettaf, 2013).

  • 31 Tous les instruments et ceux en cours d’établissement en Algérie sont en quelque sorte des « copiés (...)

68Alors que la démarche du projet urbain plébiscite la dimension participative, les modes et les degrés d’implication active des acteurs locaux (élus et comités des quartiers) autour de projets qui font consensus, la prise en compte de leur point de vue et de leur revendication au « droit à la ville », font défaut en Algérie. Par ailleurs, dans le contexte algérien qui accuse un retard considérable en matière d’urbanisme, l’un des enjeux majeurs n’est-il pas celui de la mobilisation des « acteurs porteurs de ressources pour l’action » (Pinson, 2009). L’action étant entendue pensée et capacité, rendant nécessaires un effort et un travail intellectuel immense pour sortir de la pratique du mimétisme systématique des documents d’urbanisme adoptés en France. Ces documents mais aussi les pratiques d’urbanisme et de planification sont à repenser ou du moins à réévaluer à l’aune des spécificités politiques, économiques et sociales propres à l’Algérie31.

Haut de page

Bibliographie

Akl Z., Beyhum N. (dir.), 2009, Conquérir et Reconquérir la ville : L’aménagement urbain comme positionnement des pouvoirs et contre-pouvoirs, Beyrouth, Alba.

Avitabile A., 2011, La mise en scène du projet urbain, Paris, L’Harmattan.

Baduel P.-R. (dir.), 2009, La ville et l’urbain dans le Monde arabe et en Europe : acteurs, organisations et territoires, Paris, Maisonneuve & Larose.

Benkada S., 2008, Oran 1732-1912. Essai d’analyse de la transition historique d’une ville algérienne vers la modernité urbaine, thèse de doctorat en sociologie politique, Université d’Oran.

Boumaza N., 2006, “Le renouvellement nécessaire des systèmes de formation et des métiers de la ville”, in : Boumaza N. (dir.), Villes réelles, villes projetées. Villes maghrébines en fabrication, Paris, Maisonneuve & Larose, 607- 632.

Bourdin A., Prost R., 2009, Projets et stratégies urbaines, regards comparatifs, Marseille, Parenthèses.

Cattedra R., 2010, “Les grands projets urbains à la conquête des périphéries”, Les Cahiers d’EMAM, No.19, 58-72.

Cavallier G., 1998, Défis pour la gouvernance urbaine dans l’Union européenne, Fondation européenne pour l’amélioration des conditions de vie et de travail.

Chaline C., 1996, Les villes du monde arabe, Paris, Armand Colin.

Chaline C., 1999, La régénération urbaine, Paris, Presses Universitaires de France.

Chevalier J., Peyon J.-P., 1994, Au centre des villes : dynamique et recomposition, Paris, L’Harmattan.

Derras O., 1999, “Le fait associatif en Algérie, le cas d’Oran”, Insaniyat, No.8, 95-117.

Dirasset, 2011, Schéma Directeur d’Aménagement de l’Aire Métropolitaine (SDAAM) d’Oran mission 3.

Diop A., Miossec J.-M. (dir.), 2009, Comparatisme en aménagement du territoire : Mimétisme et spécificité. Afrique de l’Ouest, Maghreb, France, Actes de colloque international (27 et 28 avril 2009 à Montpellier).

Gaïd S., Kettaf F., 2009. “Oran entre logique d’étalement et logique d’aménagement urbain durable”, in : Actes de colloque, Aménagement urbain et développement durable, Oran, CRASC & ANDRU, 97-105.

Guerroudj T., 2000, “La question du patrimoine urbain et architectural en Algérie”, Insaniyat, No.12, 31-43.

Hafiane A., 2011, “L’évolution des instruments et des acteurs des politiques urbaines en Algérie après l’indépendance”, in : Zaki L. (dir.), L’action urbaine au Maghreb. Enjeux professionnels et politiques, Paris, IRMC-Karthala, 77-96.

Hayot A., Sauvage A., 2000, Le Projet urbain : Enjeux, expérimentation et professions, Paris, la Villette.

Ingallina P., 2008, Le projet urbain (1ère édit 2001), Paris, Presses Universitaires de France.

Iraki A. (coord.), 2014, “Réformes institutionnelles récentes et refonte des territoires politico-administratifs dans les périphéries des grandes villes”, in : Signoles P., Cattedra R., Legros O., Iraki A., Barthel P.-A. (dir.), Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala, 313-480.

Kebir Z., Zeghiche A., 2014, “Le renouvellement de la ville algérienne par la démolition-reconstruction du vieux bâti. De la sanction à la recherche de légitimité. Cas de la ville d’Annaba”, Cybergeo : European Journal of Geography [en ligne], 20 décembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/26597 ; DOI : 10.400/cybergeo.26597

Kettaf F., 2013, La fabrique des espaces publics : Conceptions, formes et usages des places d’Oran (Algérie), thèse de doctorat en géographie et aménagement de l’espace, Université Paul Valéry Montpellier 3. http://www.theses.fr/2013MON30095

Kettaf F., Gaïd S., 2009, “À la reconquête des espaces publics d’Oran- Réaménagement urbain et réactions citadines”, in : Akl Z. & Beyhum N. (dir.). Conquérir et Reconquérir la ville : L’aménagement urbain comme positionnement des pouvoirs et contre pouvoirs, Beyrouth, Alba, 79-92.

Kooiman J., Bavinck M., Chuenpagdee R., Mahon R., Pullin R., 2008, Interactive Governance and Governability: An Introduction, The Journal of Transdisciplinary Environmental Studies, vol. 7, No.1, 2-11.

Lascoumes P., Le Galès P., 2005, Gouverner par les instruments, Paris, Presses de la FNSP.

Laghouagh H., 2014, “La ville algérienne : mal-gouvernance et déficit d’urbanité. Réflexions à partir de l’exemple des quartiers de l’habitat social”, Revue Sciences Sociales, No.18, 139-161.

Lespès R., 1938, Oran, étude de géographie et d’histoire urbaines, Paris, Librairie Félix-Alcan.

Lévy J.-P., 1987, Centres-villes en mutation, Paris, CNRS éditions.

Masboungi A., 2007, “Dix leçons européennes sur le projet urbain”, in : Cuillier F. (dir.), Les débats sur la ville 7, Fabriquer la ville aujourd’hui, Bordeaux, Confluences, 125-156.

Mazouz F., 2015, “Renouvellement du patrimoine bâti vétuste en Algérie. Le cas du centre-ville d’Oran”, Droit et société, No.89, 151-170.

Mekkaoui M.-B., 1978, Hai Yaghmouracen (ex-Saint-Pierre), étude de la situation actuelle et contribution à son aménagement, Mémoire de DES en géographie, Université d’Oran.

Miossec J. M. (dir.), 2009, Terrains et échelons de la gouvernance : expériences en France et au Maghreb, Paris, l’Harmattan.

Mouaziz-Bouchentouf N., 2008, “Le mythe de la gouvernance urbaine en Algérie, le cas d’Oran”, Actes du colloque Penser la ville, approches comparatives, Khenchella, Algérie http://halshs.archivesouvertes.fr/halshs00381584/en/

Mouaziz-Bouchentouf N., 2017, “Les tours à Oran (Algérie). La quête de la hauteur et ses conséquences sur la ville”, Géocarrefour, No.91/2 http://journals.openedition.org/geocarrefour/10254

Moujahid A., 2008, Le “gouvernement” du Grand Casablanca à l’épreuve de la gouvernance urbaine : gouvernance, planification et aménagement urbains du Grand Casablanca, thèse de doctorat en géographie, Université Paul Valéry Montpellier 3.

Naceur F., 2010, “Le rôle des comités de quartier dans la gestion des cités d’habitat collectives en Algérie”, Conférence sur le Développement durable, Communautés et Sociétés, Mulhouse, France.

Office National des Statistiques, 2008, Recensements Généraux de Population et d’Habitat 2008, Alger, Office National des Statistiques.

Pinson G., 2009, Gouverner les villes par projet, urbanisme et gouvernance des villes européennes, Paris, Presses de Sciences Politique.

Salin E., 2005, “La réhabilitation des centres anciens des grandes villes du sud : entre maintien des populations pauvres et tentatives de gentrification ?”, in : Gravari-Barbas M. (dir.), Habiter le patrimoine. Enjeux, approche, vécu, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 281- 295.

Sidi Boumedine R. (dir), 2013, L’urbanisme en Algérie ; échec des instruments ou instrument de l’échec ? Alger, les Alternatives Urbaines.

Signoles P., El Kadi G., Sidi Boumedine R. (dir.), 1999, L’urbain dans le monde arabe. Politique, instruments et acteurs, Paris, CNRS.

Signoles P., Cattedra R., Legros O., Iraki A., Barthel P.-A. (dir.), 2014, Territoires et politiques dans les périphéries des grandes villes du Maghreb, Paris, Karthala.

Sommerville P., 2011, “Multiscalarity and Neighbourhood Governance”, Public Policy and Administration, No.26, 81-105.

Sorbet C., Monneraud L., 2009, “Gouvernance”, in : Bourdin A., Prost R. (dir.), Projets et stratégies urbaines, regards comparatifs, Marseille, Parenthèses, 156-167.

Souami T., Verdeil E., 2006, Concevoir et gérer les villes. Milieux d’urbanistes du Sud de la Méditerranée, Paris, Economica.

Trache S.-M., 2010, Mobilités résidentielles et périurbanisation dans l’agglomération oranaise, thèse de doctorat en géographie, Université d’Oran.

URBATECS société d’études d’urbanisme, d’architecture, technico-économiques et sociologiques, 2004, Plan d’Occupation des Sols (POS) du secteur urbanisé Yaghmouracen.

URBOR centre d’études et de réalisation en urbanisme, 2015, Révision du Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU) du groupement d’Oran.

URSA bureau d’études d’urbanisme Agence Oran, 1998, Plan Directeur d’Aménagement et d’Urbanisme (PDAU) du groupement d’Oran.

Wilaya d’Oran, 2012, Oran métropole nationale et internationale, une stratégie en acte.

Textes législatifs

Décret exécutif n° 83-666 du 12 novembre 1983 fixant les règles relatives à la copropriété et à la gestion des immeubles.

Loi n° 87-15 du 21 juillet 1987 relative aux associations.

Loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et à l’urbanisme.

Décret exécutif n° 91-178 du 28 mai 1991 fixant les procédures d’élaboration et d’approbation des POS.

Loi n° 01-20 du 12 décembre 2001 relative à l’aménagement et au développement durable du territoire.

Loi n° 06-06 du 20 février 2006 portant loi d’orientation de la ville.

Loi n° 11-10 du 22 juin 2011 relative à la commune.

Loi n° 12-07 du 21 février 2012 relative à la wilaya.

Haut de page

Notes

1 Enquêtes réalisées en novembre 2014-février 2015, décembre 2016-février 2017 et décembre 2017-janvier 2018.

2 À titre d’exemple, les entretiens auprès de l’OPGI sont menés avec le service de réhabilitation sur les programmes de réhabilitation des immeubles du centre-ville d’Oran, le Département de Gestion et de Maintenance du Patrimoine (DGMP) concernant le parc immobilier en gestion, et avec le Département des Ressources humaines et Moyens généraux (DRHMG) pour la composante du personnel. Les entretiens menés auprès du service de l’urbanisme de la DUAC nous ont permis d’approfondir nos informations sur les programmes de réhabilitation du centre-ville. Quant à la DL, les informations recueillies sur les programmes de construction de logements neufs projetés en périphérie sont essentielles pour argumenter nos propos.

3 En 1977, le rapport du PUD dénombrait déjà, 244 familles vivant dans des caves et buanderies.

4 Trache (2010) note que le nombre des professions libérales est passé de 24 en 1977 à 190 en 2008.

5 Faute de chiffres officiels récents sur la population et le parc de logements du quartier Yaghmouracen, l’ONS a établi des chiffres approximatifs réalisés en 2016 sur la base du nombre des ménages relogés, en supposant le taux d’occupation par logement (TOL) à cinq membres. La population est estimée à 21200 habitants et le parc de logement à 4756 unités.

6 L’instrument PDAU comme l’instrument POS ont été instaurés par la loi n° 90-29 du 1er décembre 1990 relative à l’aménagement et à l’urbanisme.

7 L’état du bâti du quartier Yaghmouracen était défini par URBATECS, dans le cadre du POS, selon des critères de solidité intérieur-extérieur, l’âge de l’immeuble et des matériaux de construction, sur un échantillon de 1300 immeubles représentatifs.

8 Sauf pour une place majeure d’Oran jalonnant la rue d’Arzew, la place Hoche qui a connu une importante opération de réaménagement en 2005. Toutefois, cette opération n’est pas une quelconque application du POS Yaghmouracen. Elle s’inscrit dans un contexte général de réappropriation des lieux publics indûment occupés entreprise par un wali fraîchement installé en 2005. Elle concerne l’éradication des commerces tolérés ou totalement illicites en vue d’améliorer la mobilité piétonne dans le centre-ville (cf. Kettaf, Gaïd, 2009).

9 Ce projet est surnommé « projet mort-né » ou « projet sans lendemain » par les différentes instances locales. Aujourd’hui, la ville est passée à autre chose et prépare la 19e édition des Jeux méditerranéens 2021. Elle s'est lancée dans la réalisation de projets éparpillés sans une approche urbaine globale et raisonnée.

10 En France, le processus de réhabilitation des quartiers centraux a été entrepris depuis la loi Malraux de 1962 (Lévy, 1987 ; Chevalier, Peyon, 1994), peu à peu consolidé avec l’avènement de la démarche dite du « projet urbain » en 1983 et 1985 et ensuite renforcé par la loi Solidarité et Renouvellement Urbain (SRU) de 2000. Une réforme qui rompt avec les précédents instruments SDAU et POS, en introduisant des outils donnant au projet urbain un cadre permettant sa définition à différentes échelles (Ingallina, 2008).

11 En Algérie, les deux collectivités locales sont la wilaya et la commune (site du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales http://www.interieur.gov.dz). Ces deux collectivités locales sont régies respectivement par la loi n° 12-07 du 21 février 2012 relative à la wilaya, et la loi n° 11-10 du 22 juin 2011 relative à la commune.

12 La conjoncture économique du pays avec la chute du prix du baril du pétrole (33 $ en novembre 2015 pour plus de 99 $ en novembre 2007) implique la suspension et le report de la réhabilitation des quartiers anciens et d’autres projets (à Oran : métro, extensions du tramway, etc.).

13 À propos de la ville héritée, Kebir et Zeghiche (2014) écrivent qu’« En réalité, la reconnaissance de cet héritage de la période coloniale en tant que patrimoine semble être davantage l’apanage des scientifiques ; il est en effet moins considéré en tant que tel par les pouvoirs publics ou par les habitants, ce qui rend plus complexes et plus controversés les enjeux qui accompagnent sa prise en charge » (p. 6).

14 Les walis restent en poste en moyenne trois ans.

15 Le wali d’Oran actuel installé en 24/10/2013 a été récemment affecté au poste du ministre des Travaux publics et des Transports le 25/05/2017. Le nouveau wali vient d’être annoncé par les hautes autorités le 13/07/2017.

16 En accord avec les dispositions et orientations du Ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales, l’APC d’Oran discute depuis le début de l’an 2017 de l’augmentation du nombre des délégations communales de 12 définies dans le découpage administratif de 1994 à 18.

17 Aussi, Fatima Mazouz (2015) développe que « cet organisme (la DUAC) rencontre des difficultés dans la délivrance des permis de construire couvrant les zones centrales, compte tenu de l’absence de règles de composition architecturale bien précises et détaillées, intégrées dans les règlements des PDAU et particulièrement des POS » (p. 160).

18 La Daïra est comme « un prolongement de l’administration de la wilaya, elle constitue un niveau intermédiaire qui assiste les communes dans leurs missions. Elle n’est dotée ni de personnalité morale ni d’autonomie financière. Le chef de daïra assiste le wali dans ses missions (concernant le contrôle, le suivi et l’animation des communes rattachées à chaque daïra)». La wilaya est composée de 26 communes et 9 daïras (voir site du ministère de l’Intérieur : http://www.interieur.gov.dz).

19 À propos de la problématique de la hauteur dans la ville-centre, voir Kebir et Zeghiche (2014) et Mouaziz-Bouchentouf (2017).

20 L’OPGI a réalisé la réhabilitation de 63 immeubles anciens à Oran depuis 1987 : 20 immeubles avant 1995 par ses propres fonds et 40 immeubles après financés directement par le chef du gouvernement (Mazouz, 2015).

21 Pour les 200 et 400 immeubles, des enveloppes, assurées par la wilaya, de 700 millions de DA et de 1,5 milliards de DA respectivement leur ont été allouées, (équivalent à 6 millions et 13 millions d’Euros).

22 94 immeubles ont été réhabilités dans l’opération des 200 immeubles et 37 dans l’opération des 400 immeubles.

23 Cinq bureaux d’études et dix entreprises algériennes sont chargés de cette opération. Les entreprises font appel à des experts espagnols et italiens.

24 Cette opération de réhabilitation des façades d’immeubles longeant les axes principaux est désignée par beaucoup (professionnels, élus, habitants) sous les vocables « c’est l’arbre qui cache la forêt », « de maquillage », « de populisme »…

25 La Direction de la Culture est un acteur important dans l’intervention sur les biens culturels à protéger. Or, elle ne s’implique que peu dans l’élaboration des POS. Elle ne joue pas non plus de rôle dans la sensibilisation des citoyens à la valeur patrimoniale des anciens quartiers. Les responsables de cette instance ne portent pas d'intérêt à la réhabilitation du quartier Yaghmouracen car il ne dispose pas, selon eux, d’édifices considérés comme biens culturels. Aussi, la pensée des jeunes architectes qui travaillent au sein de cette institution se porte uniquement sur les projets de réhabilitation des grands édifices publics d’une richesse architecturale convenue (néo-classique et art nouveau comme la Mairie, la Grande Poste, etc.).

26 L’Algérie ne dispose pas d’écoles ou d’instituts spécialisés dans la formation des profils d’urbaniste, de designer urbain, de paysagiste ou dans la réhabilitation urbaine ou architecturale.

27 Les administrations publiques à consulter sont : les directions de l’urbanisme, de l’agriculture, de la régulation économique, de l’hydraulique, des travaux publics, des transports, de la culture (monuments et sites), des postes et télécommunications, distribution d’énergie et de l’eau, de l’environnement, de l’aménagement du territoire et du tourisme.

28 La notion du projet urbain qui met au cœur de sa démarche la participation des habitants, en s’appuyant sur les travaux de A. Hayot et A. Sauvage (2000), « préconise […], l’évolution du dessin comme outil cognitif et moyen de communication sur les projets par leur visualisation » (cf. Kettaf, 2013).

29 Ces propos s’appliquent aussi aux quartiers périphériques composés d’une grande partie de l’habitat social. Ils s’inscrivent en droite ligne avec les propos de Naceur (2010) et Laghouagh (2014) sur les difficultés rencontrées des comités de quartier dans la gestion des cités d’habitats collectifs en Algérie.

30 Selon les propos des habitants, le comité de quartier reste, au vu de l’état actuel du quartier, subordonné aux décisions de l’APC et s’exerce pour obtenir en retour des avantages personnels.

31 Tous les instruments et ceux en cours d’établissement en Algérie sont en quelque sorte des « copiés-collés » de ceux de la France sans que les deux pays aient les mêmes formes de gouvernance. Voir à ce propos, les actes de colloque international « Comparatisme en aménagement du territoire : Mimétisme et spécificité. Afrique de l’Ouest, Maghreb, France ». In : Amadou Diop et Jean-Marie Miossec (éditeurs) (2009).

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1. Situation du quartier Yaghmouracen
Crédits Fond de plan : Oran numérisé (DUCH, 2004). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre Figure 1. Évolution de la population et du parc du logement du quartier Yaghmouracen
Crédits Source : ONS (2008) ; Trache (2010). Réalisation : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Photo 1. État des lieux du quartier Yaghmouracen
Crédits Source : Y. Kadri, F. Kettaf (avril et juillet 2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 600k
Titre Carte 2. Plan d’aménagement du POS Yaghmouracen
Crédits Source : URBATECS (2004). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 468k
Titre Figure 2. Jeux d’acteurs intervenant dans la reconquête du quartier Yaghmouracen
Crédits Réalisation : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Titre Carte 3. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen.
Crédits Source : URBATECS (2004), dépouillement des données du cadastre d’Oran et de la Direction d’urbanisme et de la Planification de la commune d’Oran (2017), enquête sur terrain (2017). Mise en forme : Y. Kadri, F. Kettaf (2018)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Photo 2. Emergence de nouvelles constructions dans le quartier Yaghmouracen hors POS et sans réglementation urbaine ni prescriptions architecturales
Crédits Source : Y. Kadri, F. Kettaf (avril et juillet 2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29163/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 519k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Youcef Kadri et Fadila Kettaf, « Reconquête du quartier ancien Yaghmouracen d’Oran : documents d’urbanisme et jeux d’acteurs en question », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Aménagement, Urbanisme, document 859, mis en ligne le 15 juin 2018, consulté le 21 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29163 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29163

Haut de page

Auteurs

Youcef Kadri

Doctorant au département d’architecture
Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf, USTO-MB, BP 1505, El M’naouer, 31000, Oran, Algeria
kadri.youcef@univ-usto.dz

Fadila Kettaf

Docteure en urbanisme, maître de conférences au département d’architecture
Université des Sciences et de la Technologie d’Oran Mohamed Boudiaf, USTO-MB, BP 1505, El M’naouer, 31000, Oran, Algeria
Membre associé à UMR GRED/IRD Montpellier 3
fkettaf@yahoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page