Navigation – Plan du site
2018
861

Les Sciences Humaines et Sociales, moteurs de l’accès ouvert : la preuve par Cybergeo

Social Sciences and Humanities at the head of Open access as demonstrated from Cybergeo’s experience
Christine Kosmopoulos et Denise Pumain

Résumés

En mai 2016 Cybergeo : Revue européenne de géographie fêtait à l’Auditorium Marie Curie (CNRS, Paris) ses 20 années d’existence. Première revue nativement numérique en sciences sociales, Cybergeo s’inscrit en pionnière de la diffusion scientifique en libre accès. Forte de ses 20 ans d’expérience, elle apporte la preuve qu’un modèle alternatif de diffusion de l’information scientifique est possible, ouvert et contrôlé par la communauté scientifique mondiale. Elle témoigne également du très fort impact de l’accès ouvert en sciences lorsqu’il s’accompagne d’une attention soutenue à l’innovation.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le colloque qui s’est tenu le 26 mai 2016 pour les 20 ans de Cybergeo1, a été l’occasion de faire le point sur les réalisations et les avancées produites dans la communication scientifique par une revue à comité de lecture international, gratuite et en accès ouvert. Cet évènement a permis de rappeler les enjeux associés aux nouveaux modèles de diffusion de la recherche scientifique fondamentale, alors que la recherche publique en SHS se heurte non sans risques pour sa propre survie à l’âpreté des éditeurs privés et des financiers. Les grandes questions soulevées par l’accès ouvert en sciences ont donc été abordées, illustrées par les différentes étapes d’évolution de Cybergeo2 et les choix conduits dans le respect de ce principe fondateur. Si nous avons souhaité revenir ici sur ce parcours de 20 années, c’est que l’histoire d’une revue scientifique indépendante et non commerciale, en accès ouvert, illustre l’une des nombreuses initiatives émanant des unités de recherche qui développent des instruments originaux de diffusion de l’information scientifique. Ces nouvelles formes de diffusion bénéficient à toute la communauté scientifique, et aussi à tous les citoyens. Elles bouleversent le système traditionnel d’accès aux publications par abonnements des universités et des centres de recherche aux revues des éditeurs commerciaux. Elles renouvellent nos pratiques de transfert, de valorisation, de partage et même d’évaluation des données scientifiques. Dans ce contexte inédit et face à la résistance des grands éditeurs, c’est véritablement le fonctionnement de la recherche scientifique qui est visé. D’une certaine façon, sa survie en dépend.

Le tournant de l’“accès ouvert” en sciences

Un contexte nouveau, une nouvelle ère pour la communication scientifique

2Le développement de l’internet a constitué une innovation « de rupture » pour faciliter et accélérer les échanges, qui a renouvelé les modèles et les pratiques de transmission de l’information scientifique. L’instauration des "archives ouvertes" en ligne a permis dès les années 90 de raccourcir les délais de diffusion des articles scientifiques via les canaux classiques des revues à comité de lecture distribuées par les grands éditeurs commerciaux. La plate-forme ArXiv3, créée par Paul H. Ginsparg en 1991 et toujours plus active, offrait la possibilité aux scientifiques, notamment aux physiciens, de déposer des documents de nature et de formats divers concernant leurs travaux et de les rendre librement accessibles à tous les internautes. Le site OpenDoar4 lancé en 2006 par l’université de Nottingham recensait en 2014 plus de 2600 répertoires en archives ouvertes dans le monde. En 2009, la commission européenne à l’occasion du 7ème projet-cadre a lancé la plate-forme OpenAire5 (Open Access Infrastructure for Research in Europe) qui vise à accompagner tous les lauréats des projets subventionnés par l’UE dans la mise en libre accès de leurs publications dans un délai variant de 6 à 12 mois. A ce jour, OpenAire2020 moissonne plus de 5700 répertoires dans le monde et le nombre de publications collectées en libre accès avoisine les 18 millions.

  • 6 Ky Nguyen, ingénieur CNRS, cristal du CNRS

3A peu près à la même époque, des revues comme Cybergeo ont également été des précurseurs du mouvement de l’accès ouvert en s’engageant de façon tout à fait inédite dans ce nouveau modèle de diffusion scientifique ; de celles créées en sciences sociales, peu ont survécu au cours des premières années (Kosmopoulos, 2002). Lancée en avril 1996 sous la direction de Denise Pumain, Cybergeo s’est donné comme objectif de permettre une communication plus rapide de la recherche mais également d’élargir le plus possible l’échange des idées, des méthodes et des résultats. C’est pour y parvenir qu’elle opte pour une publication exclusivement numérique en ligne, sans version papier, et surtout en accès ouvert c’est-à-dire sans coût pour les lecteurs et les auteurs. Dans l’esprit d’ouverture et de diffusion large, une interface bilingue français/anglais est mise en place dès l’origine avec la possibilité offerte aux auteurs de publier dans toutes les langues européennes. Grâce à un ingénieur informaticien6 au fait des nouvelles technologies de l’information et de la communication (NTIC), l’aventure pouvait commencer ! A l’époque cela se passait de manière très artisanale, avant dreamweaver ou l’encodage automatique, les pages html étaient élaborées à la main, tandis que les échanges avec les auteurs, le comité de lecture international et les correspondants s’effectuaient déjà en ligne, mais par messagerie électronique.

  • 7 Groupe organisateur des Colloques européens de géographie théorique et quantitative (ECTQG).

4En 1997 Denise Pumain, convaincue par le rapide développement de la revue, conçue en concertation avec le large groupe de géographes européens réunis tous les deux ans depuis 19787, amorce un débat dans Environment and Planning A avec un article pour le moins annonciateur “Are cyberjournals a promised land for research communication ?” (Pumain, 1997), où elle expose les avantages que la communauté scientifique peut tirer de cette nouvelle forme d’édition tout en insistant sur les risques que comporte cet immense potentiel d’informations et la difficulté de le réguler…

Un fonctionnement original

5Pour une publication plus rapide Cybergeo ne lance pas d’appels à contributions. Les articles publiés, centrés sur la géographie mais avec une grande diversité de disciplines, sont soit issus de colloques, soit de soumissions spontanées. Répartis dans sept grandes rubriques thématiques, ils sont publiés au fur et à mesure de leur acceptation par les pairs. Contrairement aux revues classiques qui regroupent plusieurs articles par numéro, ici c’est chaque article qui est considéré comme un numéro.

6Face au nombre croissant de soumissions spontanées (plus d’une centaine par an), à partir de 2012 la revue ne publie plus que des articles soumis spontanément et abandonne la publication de dossiers ou d’actes de colloques. Chaque article soumis est évalué par une première commission qui vérifie l’originalité du contenu et la conformité aux exigences scientifiques. Une fois cette première étape franchie, chaque article est évalué en double aveugle par au moins deux lecteurs. A titre d’indication, en 2016, 60% des articles soumis sont acceptés après plusieurs remaniements et environ 40% sont refusés.

7A côté des articles évalués par les pairs, Cybergeo publie également des contenus de nature différente des productions classiques comme les débats "à chaud" sur l’actualité de la discipline, des mises au point clarifiant l’état d’une question, des propositions de résultats ou de documents, voire des textes atypiques aux contenus variés (E-Topiques) ou encore des documents interactifs. Son fonctionnement lui permet aussi d’innover non seulement en termes de contenus mais également de formats. En 2014 Cybergeo inaugure la rubrique Model Papers/GeOpenMod dans laquelle des auteurs publient un article court sur le modèle qu’ils développent en géographie avec en accompagnement le code informatique intégral en libre accès. Dans le même esprit d’une exigence collective de reproductibilité de l’expérimentation scientifique, une rubrique Data Papers voit le jour en 2017; il s’agit là encore d’articles courts destinés à décrire avec toutes leurs métadonnées des bases de données constituées par des chercheurs et qui seront mises à disposition en accès ouvert, afin de permettre leur réutilisation. Force est de constater que dans nos disciplines l’accès ouvert se conjugue parfaitement avec les principes fondamentaux de reproductibilité, de réfutabilité et de validation, piliers indispensables à la cumulativité des connaissances scientifiques.

8C’est également en 2017 que démarre le blog Cybergeo Conversation sur la plate-forme de publication de carnets de recherche Hypothèses. Il s’agit, à côté de la revue Cybergeo, d’un espace de conversation informelle destiné aux utilisateurs qui souhaitent réagir aux publications, ajouter des commentaires ou des compléments, ou signaler des informations utiles. L’idée est de développer davantage d’interactivité autour de la publication scientifique et aussi de valoriser les articles de la revue au sujet de faits d’actualité. Ce blog invite plus généralement un public très large à participer au débat scientifique.

Un engagement plus fort dans l’accès ouvert à travers de nouveaux partenariats

9Jusqu’en 2007 la revue était hébergée sur un serveur du laboratoire Géographie-cités8. En 2007, soit 11 ans après sa création, elle a rejoint le portail revues.org9 créé en 1999. Elle a contribué à faire évoluer le logiciel éditorial Lodel qui a notamment adopté la publication multilingue, une des particularités de Cybergeo, jusque-là inédite en Sciences Humaines et Sociales (SHS). Le partenariat avec l’équipe du laboratoire Cléo conduit Cybergeo à adopter de nouvelles normes en termes d’accessibilité, d’interopérabilité et d’affichage dont le but est de faciliter la navigation pour l’internaute, d’accéder rapidement à l’information recherchée, mais aussi de susciter une meilleure identification par les moteurs de recherche et une plus grande diffusion dans le cyberespace de l’accès ouvert. L’évolution vers la nouvelle interface aura nécessité pratiquement un an, avec un cahier des charges très précis. Tous les articles publiés de 1996 à 2007 ainsi que les autres publications (soit plus de 800 documents) ont été retravaillés dans le détail et stylés en conformité avec les nouvelles normes. La migration du contenu a pu se faire grâce à la collaboration avec l’équipe technique de revues.org, avec l’INIST et deux techniciens de notre laboratoire Géographie-cités y ont participé. En tout, plus de 6000 pages ont été minutieusement reprises ainsi que des centaines d’illustrations. En collaborant avec revues.org, Cybergeo adopte le protocole d’interopérabilité des métadonnées OAI-PMH et rejoint les réseaux mondiaux de la diffusion des textes intégraux en libre accès, qui réunissent les archives ouvertes telles ArXiv et HAL en France, ainsi que tous les grands projets européens de moissonnage comme OpenAire2020. Ainsi, Cybergeo a trouvé en revues.org un associé à la pointe de la technologie en termes d’accès ouvert. Pour Cybergeo, au-delà de l’aspect technique, le nouvel enjeu a été d’étendre sa capacité à s’adapter aux pressions croissantes liées à sa renommée internationale. En effet, dès la fin des années 2000, ce sont des dizaines de soumissions spontanées qui arrivent par courriel, issues d’auteurs français, mais aussi d’autres pays (Italie, Grande-Bretagne, Etats-Unis, Canada…) qui entraînent un ralentissement de nos circuits de traitement et déstabilisent le mode d’organisation éditoriale établi depuis 15 ans. Un seuil est de toute évidence franchi. Il s’agissait alors de trouver une application en ligne, professionnelle, à un coût réduit qui nous permette de gérer le work-flow des centaines de soumissions, évaluations et publications. En 2010, revues.org nous propose de tester l’outil en open source Open Journal System (OJS), développé par le Public Knowledge Project (PKP)10 dans l’esprit de l’accès ouvert désormais institué par le célèbre appel de Budapest11 en 2002. A la demande d’OpenEdition, nous soumettons un certain nombre de propositions en vue d’améliorer l’application, mais une grande partie d’entre elles relèvent de la responsabilité de l’équipe PKP qui doit elle-même négocier au niveau mondial avec l’ensemble des demandes des revues partenaires. Quelques améliorations ont été effectivement apportées, cependant OpenEdition contraint de faire des choix renonce à prendre en charge la maintenance de l’application pour ses revues. Depuis 2014, notre système de gestion éditorial est donc directement hébergé au Canada sur le serveur de OJS. L’application n’a guère évolué depuis, mais ses services n’en sont pas moins un outil précieux, indispensable pour une grosse revue.

Une source inédite d’innovations

10Depuis le lancement d’internet et du mouvement de l’accès ouvert et de l’open source, l’appropriation par les acteurs de la recherche des technologies numériques a produit de multiples innovations, et marque un moment historique dans l’histoire des sciences, tant d’un point de vue technique, qu’épistémologique et philosophique. Le fait est que jamais la question du sens n’a autant été associée à la dimension technique, d’où d’ailleurs les mutations importantes dans la nature des missions des ingénieurs de la recherche en SHS, de plus en plus en prise directe avec les projets de recherche. Une des conséquences de ces évolutions métiers est le lancement par l’INSHS du CNRS d’un projet pilote VariSHS (Valorisation des Activités de Recherche des Ingénieurs SHS)12 qui vise à établir un observatoire des contributions de toute nature des ingénieurs du CNRS dans la recherche afin de les analyser collectivement, les caractériser, les valoriser mais aussi de faire apparaître de nouveaux profils professionnels en émergence. En effet, jamais semble-t-il dans l’histoire de la recherche scientifique en SHS, les exigences de double compétence - formation dans une discipline en SHS et qualifications en ingénierie - n’ont été aussi nécessaires pour comprendre tout le potentiel de ces évolutions mais aussi plus concrètement pour les maitriser et les exploiter.

  • 13 Pierre-Olivier Chasset, Hadrien Commenges, Clémentine Cottineau, Juste Raimbault

11Du côté de Cybergeo, un prototype qui illustre bien ces évolutions, CybergeoNetworks, a été lancé en 2016 à l’occasion des 20 ans de la revue en collaboration avec quatre jeunes chercheurs13, pour des analyses sémantiques de contenu, et pour révéler quels sont les réseaux de relations et l’impact de la revue. Il s’agit d’une application, émanant de la communauté scientifique, là encore en accès ouvert, qui effectue des analyses statistiques et sémantiques des données extraites du corpus de Cybergeo et des données en ligne associées à la revue (moteurs de recherche, tweets, citations et publications). L’intérêt de cette application est précisément d’apporter des informations sur la revue, jusque là méconnues, avec un niveau de granularité très fin. Elle permet, par exemple, de situer dans une dimension internationale, cartographiquement et statistiquement, les auteurs des articles de la revue, les pays étudiés et cités, et de faire apparaître des thématiques en émergence par l’analyse sémantique du corpus, ainsi que des réseaux de citations et de diffusion. CybergeoNetworks ne se cantonne donc pas à des résultats quantitatifs, mais contribue de manière originale à l’appréciation de la dimension qualitative des recherches publiées par la revue, ce qui est tout à fait inédit dans les pratiques bibliométriques au sens large.

12En effet, face aux indicateurs bibliométriques tels que Ie facteur d’impact ou les indices de citations (h-index, g-index, eigen-index etc.), CybergeoNetworks s’impose comme un outil d’analyse alternatif de la position d’une revue dans le champ scientifique, plus précis et plus exhaustif. L’application rend possible l’analyse des réseaux sémantiques des mots-clés employés par les chercheurs, mis en relation dans l’espace ouvert d’internet, l’étude de l’impact des articles à travers l’analyse non seulement statistique mais également sémantique des contenus des articles cités et de ceux qui les citent. Il s’agit là d’un saut qualitatif extrêmement important, puisque ces algorithmes ont l’avantage de renseigner de manière intelligente sur la nature et le sens de la citation, et pas seulement sur un nombre de citations. Une application telle que CybergeoNetworks apporte des informations, tant pour l’évaluation quantitative que pour l’histoire des sciences, qui sont beaucoup plus riches que l’impact factor des citations fournis par des réseaux fermés et privés tels que le Web of Science (WOS) ou Scopus. On a pu montrer à quel point ces mesures d’impact étaient inadaptées, tout particulièrement pour les SHS (Dassa et al, 2010; Kosmopoulos et al, 2008), tout autant que celles dites pourtant des « altmetrics », qui sont aussi quantitatifs et généralistes et dénués de toute information de nature qualitative.

Les enjeux économiques de l’accès ouvert

  • 14 Peter Suber, 2012, Open Access, MIT Press ebook

13Cybergeo s’inscrit dans ce qui était originellement "La voie dorée" de la publication, c’est-à-dire via les canaux de diffusion en libre accès. Le système de validation par les pairs est conservé et les contenus sont consultables librement par tous, sans abonnement et sans barrière financière ou technique. L’objectif initial de "la voie dorée" était bien de donner accès à des revues scientifiques validées par les pairs, pour les scientifiques, pour les citoyens mais aussi pour la communauté mondiale et notamment les pays en voie de développement, sans coût pour le lecteur ni pour l’auteur14. On sait en effet que de nombreux pays sont privés de cette culture scientifique parce qu’ils ne peuvent pas payer les coûts faramineux des abonnements aux revues scientifiques des grandes maisons d’édition qui détiennent le monopole de la diffusion des articles et des ouvrages scientifiques, entre autres (car c’est aussi le cas pour les réseaux sociaux, l’évaluation quantitative etc..).

14Mais alors qu’on croyait pouvoir s’émanciper précisément des coûts financiers exorbitants et en croissance exponentielle de ces abonnements aux bouquets de revues imposés par les éditeurs scientifiques privés, l’appellation "accès ouvert" en sciences est devenue, à l’insu de ceux qui l’ont généreusement porté, une manne financière pour les fonds de pension, dont les bénéfices dépassent ceux connus des abonnements classiques (Kassab, 2015).

L’offensive des éditeurs privés

15Comme l’énonce très clairement S. Kassab (2015), les conséquences de la célèbre conférence de Budapest (2002) et de l’officialisation du mouvement de l’accès ouvert ont en effet dérouté les marchés financiers pendant une dizaine d’années. Mais depuis 2010, les célèbres maisons d’édition scientifique (Elsevier, Françis & Taylor, Springer etc.) se sont ressaisies en s’appropriant le modèle de la "voie dorée" et en la détournant de son objectif initial. De nombreux arguments provenant du mouvement pour le libre accès et jusque-là réfutés par ces mêmes éditeurs, comme la visibilité et l’impact accrus, sont repris pour encourager les auteurs à choisir leur formule d’accès ouvert désormais payante15.

16De fait, on trouve à présent dans ce qui se définit comme le gold Open Access des centaines de revues dans lesquelles on impose aux auteurs (et aux institutions) de payer pour être publiés en libre accès, c’est ce qu’on appelle les Article Processing Charges (APC) censés couvrir tous les frais de mise en ligne des articles dont l’accès est ouvert. Ces frais peuvent s’élever à 4000 dollars ou plus par article selon la notoriété de la revue. Mais le comble est ce que l’on nomme les "revues hydrides", c’est-à-dire des revues partiellement en accès ouvert (pour les articles des auteurs qui ont payé) et dont on fait tout de même payer l’abonnement aux institutions ! L’impact financier est colossal. En 2015, le chiffre d’affaires des 6 plus grands acteurs de l’édition scientifique atteignait 7,5 milliards d’euros (sur 23 pour l’ensemble de l’édition scientifique…) avec une marge opérationnelle de 36% sur le chiffre d’affaires. En clair, de 2012 à 2015 les profits d’Elsevier augmentent de 400% ! (Kassab, 2015). Le soi-disant « accès ouvert », qui désormais se décline de plusieurs façons (APC, revues hybrides, financements publics, delayed open access avec embargo etc.) (Flamerie, 2015), impose des coûts faramineux aux contribuables et aux citoyens, sachant que ces bénéfices ne retournent pas à la recherche, mais vont principalement à des investisseurs financiers.

  • 16 Directeur-adjoint de la Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) du CNRS
  • 17 Serge Bauin, 2015, conclusion de la journée au colloque international « Le libre accès dans les pay (...)
  • 18 « It should be emphasized that the basic purpose of the project is not to take a statistical invent (...)
  • 19 Film de Jonathan Nossiter sorti en 2004

17Ces modèles d’accès ouvert désormais bien implantés dans les sciences dures et qui n’ont, pour reprendre l’expression de Serge Baouin16 de « gold que pour les éditeurs »17, commencent à toucher les SHS, notamment via les co-publications. Tout un système a été conçu pour contraindre les chercheurs à laisser exploiter leur travail au profit de certains éditeurs : ces derniers organisent la diffusion de l’information scientifique, dont ils garantissent la fiabilité grâce aux évaluations (en principe non rémunérées) effectuées par des chercheurs, ils font payer leurs services aux auteurs et aux utilisateurs via les abonnements aux revues, tout en proposant des mesures bibliométriques destinées aux institutions qui évaluent la production et régulent la carrière des chercheurs. C’est ainsi que des applications d’évaluation quantitative, des mesures fondées sur la réputation (altmetrics), ou encore des réseaux sociaux « professionnels », etc. ont été mis en place pour compléter le dispositif autour de ces monopoles privés de distribution. Ils tendent à imposer à la recherche un mode de fonctionnement qui les rendent indispensables, tout en ne proposant pas les outils qui seraient les mieux adaptés pour comprendre le réel impact et les enjeux de la recherche, puisque les indicateurs numériques seuls conduisent à confondre la donnée avec l’information, à rabattre le sens des résultats de la recherche sur des nombres sans grande signification. Eugène Garfield, qui est à l’origine de ce système de mesures, avait pourtant mis en garde dès les années 60 contre l’utilisation (alors potentielle) des outils d’évaluation à partir des indices de citations (Garfield, 1963)18. 50 ans plus tard, selon un système complet voisin de celui dénoncé pour un autre secteur d’activité dans le film Mondovino19, le contribuable paie des abonnements faramineux à Thomson Reuters ou à Elsevier pour obtenir les indicateurs bibliométriques sur les productions qu’ils distribuent, lesquels sont exigés dans de nombreux pays pour l’octroi de financements et l’avancement de carrière des chercheurs, lesquels sont pourtant les producteurs et les évaluateurs bénévoles de ces recherches effectuées sur des fonds d’argent public. Mieux prendre en considération la réalité de l’accès ouvert aux résultats de la recherche est bien une question cruciale dont la communauté scientifique a le devoir de s’emparer et pour lesquelles elle doit mobiliser ses nombreuses compétences. Dans le cas contraire, le risque serait qu’en vertu d’un système selon lequel l’activité des chercheurs doit être évaluée à partir du nombre de leurs publications dans les revues payantes, la tendance actuelle se renforce qui conduit à appauvrir la recherche publique et à accroître les bénéfices des stock options.

La riposte par un modèle durable alternatif

18Pour Cybergeo, relever ce défi est passé par le choix d’un modèle alternatif de publication Freemium indépendant des éditeurs commerciaux et lancé en 2012 par OpenEdition. Ce modèle propose un abonnement, de coût modulable selon les pays, au bouquet des revues adhérentes à Freemium auprès des universités et des centres de recherche en échange de toute une batterie de services. Freemium est entièrement contrôlé par les acteurs de la recherche et s’inscrit dans le respect du libre accès authentique. L’objectif demeure bien l’accès pour tous à des publications scientifiques validées par les pairs, sans coût pour l’auteur ni pour le lecteur, avec la possibilité de diffuser, imprimer, transférer, partager, déposer dans une archive ouverte etc. Le coût total que représente l’ensemble de la prestation éditoriale, depuis la soumission sur une plate-forme, en passant par l’évaluation par les pairs jusqu’à la mise en ligne d’un article en accès ouvert dans une revue telle que Cybergeo est estimé à environ 600-700 euros par article. Nous sommes très loin des tarifs imposés par les éditeurs privés dont l’intérêt est surtout de faire du bénéfice.

19Face à l’hégémonie des modèles en accès soi-disant ouvert, très couteux, des éditeurs privés, Freemium20 s’est imposé pour nous comme une alternative fiable, qui garantit une certaine pérennité à la revue par des revenus en fonction du nombre d’abonnements des institutions. Côté consultations, les résultats ne se sont pas fait attendre. L’équipe éditoriale de Cybergeo peut en effet se satisfaire de voir désormais la revue affichée sur des dizaines de sites universitaires dans le monde21 et de façon plus inattendue d’observer les téléchargements de ses articles se multiplier pour dépasser le million chaque année depuis 2014. Pour élargir son impact, la revue a ouvert en 2014 un compte Twitter qui rassemble près de 1700 abonnés. Avec plus de 1200 publications et un lectorat réparti dans le monde entier, en particulier en Amérique latine et en Afrique, Cybergeo prend l’allure d’une success story. Derrière cette success story, il y a bien sûr les universités abonnées à Freemium, mais également toute l’énergie des chercheurs associés depuis 20 ans dans les équipes de rédaction et de lecture pour assurer bénévolement la qualité scientifique d’une revue internationale, ainsi que le soutien d’un laboratoire et du CNRS. Là encore, l’esprit d’innovations d’OpenEdition pourrait se traduire dans un mot-clé : « l’accès ouvert authentique », faudrait-il à présent préciser "libre" ? En tout cas, le qualificatif galvaudé de "voie dorée" qui confond toute une série de modèles différents, est bien désormais à bannir, et l’appellation « diamant » a été proposée pour qualifier et distinguer le choix du libre accès sans coût pour les lecteurs et pour les auteurs.

  • 22 Il s'agit de plates formes qui hébergent des revues en libre accès dont les soumissions se font via (...)

20Alors que le projet sur la loi numérique a suscité et continue de susciter de nombreuses controverses au point que l’article 30 de la loi autorise les SHS, et seulement les SHS, à ne déposer leurs pré-prints dans les archives ouvertes qu’après un délai d’embargo de 12 mois (contre 6 mois pour les autres sciences), la preuve est ici apportée qu’il existe des alternatives viables, pérennes et équitables face aux différents modèles commerciaux de publication en accès ouvert. Freemium, comme d’autres modèles (episciences22 du CCSD par exemple) s’appliquent à des coûts très réduits qui favorisent l’investissement dans la recherche. Pour les SHS, pour lesquelles les financements sont souvent très difficiles à obtenir, le choix de modèles alternatifs en accès ouvert produits par la communauté scientifique nous apparaît comme crucial. Il remet bien sûr en cause des systèmes établis et certains « équilibres » dans le domaine de la diffusion de l’information scientifique, mais persévérer dans le contexte difficile que nous connaissons de la recherche fondamentale, dans le sens d’une dépense excessive dédiée aux abonnements et aux publications ne présage pas d’un avenir très réjouissant pour nos filières.

Conclusion

21L’idée selon laquelle le libre accès aux résultats de la recherche développée sur fonds publics doit devenir la règle a fait son chemin. L’histoire de la diffusion scientifique va dans le sens d’un plus grand accès à l’information scientifique (European Commission, Directorate-General for Research and Innovation, 2016). La révolution numérique a bouleversé non seulement l’organisation technique mais aussi la configuration sociale de la diffusion de l’information. Dans ce contexte, le mouvement pour l’accès libre s’oppose à la confiscation excessive des plus values de l’investissement public par des intérêts privés. Dans le rapport de forces ainsi institué, certaines initiatives des chercheurs finissent par devoir être reconnues. C’est ainsi que Cybergeo, pendant longtemps tenue à l’écart par Thomson Reuters des listes des revues qu’elle intègre dans la base de données du Web of Science, y a été acceptée en mars 2016, dans une classe dite de « revues émergentes ». Ce demi-succès n’a en rien modifié notre conviction que l’évaluation par les pairs demeure le garant de qualité scientifique le plus sûr.

22L’acte de publier doit se faire au bénéfice de l’enseignement supérieur et de la recherche, et plus largement du citoyen et de la société. Le choix de publier dans une revue comme Cybergeo n’est pas anodin. C’est un engagement qui respecte les principaux fondamentaux du libre accès en sciences. En d’autres termes, il libère la diffusion scientifique (suppression des barrières juridiques, financières et techniques), il réduit fortement le coût de production et de diffusion au profit de la recherche, il accélère la diffusion des résultats, il assure un contrôle par la communauté scientifique, il accroît l’impact et le nombre de citations, garantit le droit de propriété des données, et constamment stimule l’innovation (GeOpenMod, CybergeoNetworks…). C’est ainsi qu’il contribue à enrichir et maintenir une mémoire scientifique disponible pour tous les citoyens et précieuse pour l’histoire des sciences.

Haut de page

Bibliographie

Dassa M., Kosmopoulos C., Pumain D., "JournalBase - A Comparative International Study of Scientific Journal Databases in the Social Sciences and the Humanities (SSH)", Cybergeo: European Journal of Geography, 2010, No.484. DOI : 10.4000/cybergeo.22862

European Commission, Directorate-General for Research and Innovation, Open innovation, open science, open to the world: a vision for Europe. Luxembourg, Publications Office, 2016. http://bookshop.europa.eu/uri?target=EUB:NOTICE:KI0416263:EN:HTML

Flamerie F., "Les modèles économiques du libre accès", Semaine internationale du libre accès, 2015. http://fr.slideshare.net/BUPMCformD/les-modles-conomiques-du-libre-accs

Garfield E., "New Factors in the Evaluation of Scientific Literature Through Citation Indexing", American Documentation, 1963, Vol.14, No.3, 195201. http://garfield.library.upenn.edu/essays/v6p492y1983.pdf

Kassab S., "Perceptions de l’Open Access par les marchés financiers.", Les 6ème Journées de l’Open Access, Consortium Couperin, 2015. http://www.canal-u.tv/video/fmsh/les_6emes_journees_open_access_sami_kassab.19545

Kosmopoulos C., "Cybergeo et les périodiques électroniques scientifiques", Cybergeo : European Journal of Geography, Science et Toile, 2002, n°218. DOI : 10.4000/cybergeo.14253.

Kosmopoulos C., Pumain D., "Révolution numérique et évaluation bibliométrique dans les sciences humaines et sociales", Revue européenne des Sciences sociales, 2008, XLVI-141, 73-86. DOI : 10.4000/ress.151.

Pumain D., "Are cyberjournals a promised land for researchers ?", Environment and Planning A, 1997, No.6, 951954.

Haut de page

Notes

1 http://webcast.in2p3.fr/events-20_ans_de_cybergeo

2 http://cybergeo.revues.org/

3 https://arxiv.org/

4 http://www.opendoar.org/

5 https://www.openaire.eu/

6 Ky Nguyen, ingénieur CNRS, cristal du CNRS

7 Groupe organisateur des Colloques européens de géographie théorique et quantitative (ECTQG).

8 http://parisgeo.cnrs.fr/

9 http://www.revues.org/

10 https://pkp.sfu.ca/ojs/

11 http://www.budapestopenaccessinitiative.org/translations/french-translation

12 Pour en savoir plus sur VariSHS : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/production-scientifique/varishs.htm

13 Pierre-Olivier Chasset, Hadrien Commenges, Clémentine Cottineau, Juste Raimbault

14 Peter Suber, 2012, Open Access, MIT Press ebook

15 https://www.elsevier.com/__data/assets/pdf_file/0003/78492/openaccessbooklet.pdf

16 Directeur-adjoint de la Direction de l’Information Scientifique et Technique (DIST) du CNRS

17 Serge Bauin, 2015, conclusion de la journée au colloque international « Le libre accès dans les pays du Sud », ADF, Paris : http://webcast.in2p3.fr/events-libre_acces

18 « It should be emphasized that the basic purpose of the project is not to take a statistical inventory of scientific production. That is, indeed, an important byproduct of the work. The main objective, however, is to develop an information system which is economical and which contributes significantly to the process of information discovery – that is, the correlation of scientific observations not obvious to the searcher. Citation Indexes can provide new insights impossible through descriptor-oriented systems. »

19 Film de Jonathan Nossiter sorti en 2004

20 Pour en savoir plus sur Freemium : http://www.openedition.org/14043

21 Aussi curieux que cela puisse paraître, certaines bibliothèques ne pouvaient mettre à disposition de leurs lecteurs une revue gratuite sans disposer d’une facture d’abonnement pour cette revue…

22 Il s'agit de plates formes qui hébergent des revues en libre accès dont les soumissions se font via les dépôts dans les répertoires d'archives ouvertes telles que HAL, ArXiv. Pour plus d'informations : https://www.episciences.org/page/general-informations

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos et Denise Pumain, « Les Sciences Humaines et Sociales, moteurs de l’accès ouvert : la preuve par Cybergeo », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Science et Toile, document 861, mis en ligne le 03 août 2018, consulté le 20 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29209 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29209

Haut de page

Auteurs

Christine Kosmopoulos

Ingénieure de recherche, CNRS-UMR Géographie-cités, Paris, France
ck@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Denise Pumain

Professeur émérite, Université Paris 1, Paris, France
pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page