Navigation – Plan du site
2018

Collectif, 2018, Un géographe de plein vent. Albert Demangeon (1872-1940), Paris, Bibliothèque Mazarine/Éditions des Cendres, 160 p.

Dylan Simon

Texte intégral

  • 1 L’exposition a été précédée d’une journée d’étude inaugurale sur Albert Demangeon, le 8 février 201 (...)

1Les expositions sur l’histoire des sciences humaines et sociales ne sont pas si fréquentes, encore moins celles sur l’histoire de la géographie. Le présent ouvrage est le catalogue d’une exposition qui s’est tenue à la Bibliothèque Mazarine (Paris) du 9 février au 4 mai 2018, intitulée « Albert Demangeon (1872-1940) : Méthodes, archives et combats d’un géographe de plein vent1. »

  • 2 Patrick Latour consacre précisément un chapitre aux archives de Demangeon.

2En cela, l’ouvrage est d’abord un très beau livre, avec une illustration exceptionnelle : 89 documents (souvent en couleur) pour 160 pages. De nombreuses photographies cohabitent avec d’autres documents d’archives (correspondances, fiches érudites, notes de cours, pages de carnets, croquis, manuscrits, documents officiels, etc.). On y lit par exemple des lettres d’Albert Demangeon ou de savants qu’il a côtoyés — Émile Durkheim, Lucien Gallois, Lucien Febvre, Henri Wallon, Jean Gottmann, etc. — et la première page manuscrite de l’article « L’évolution de la géographie humaine » de Julien Gracq, paru en 1947 dans la revue Critique (son dernier texte de géographie signé sous son véritable nom, Louis Poirier). Cette dimension documentaire2 et esthétique rend la lecture de l’ouvrage particulièrement plaisante.

3Plus fondamentalement, ce dernier apporte une réelle contribution à l’histoire des sciences humaines et sociales. En l’absence d’une publication spécifique sur sa trajectoire — la thèse de Denis Wolff sur le géographe (Wolff, 2005) n’ayant pas été publiée —, l’ouvrage vient combler une lacune sur un acteur de premier plan. Demangeon a en effet occupé une position particulièrement centrale dans la discipline, comme professeur à la Sorbonne, codirecteur des Annales de géographie et auteur dans la Géographie universelle. En une série de chapitres relativement courts, les principaux enjeux biographiques et intellectuels de sa carrière font l’objet d’une présentation et d’une analyse serrée. Denis Wolff, justement, retrace les principales étapes de son parcours, de l’École normale supérieure (ENS) dans les années 1890 à la Sorbonne, au sein de laquelle il enseigne de 1911 à sa mort en juillet 1940, en passant par ses années d’enseignement secondaire (à Saint-Quentin, Reims et Amiens), ses fonctions de maître-surveillant à l’ENS et son professorat à la Faculté des Lettres de Lille. À ce titre, une chronologie en fin d’ouvrage récapitule les principaux événements de sa vie, utilement mis en regard avec quelques dates clés de l’histoire des sciences humaines. De même, ses principales recherches sont rappelées et discutées — en matière de géographie régionale, physique et humaine, de géographie rurale, de géographie économique, etc. — ainsi que ses méthodes de travail (le terrain, le questionnaire, les archives, les enquêtes collectives financées par des fonds de la Fondation Rockefeller, etc.). Dans l’étude de cette trajectoire, un sort particulier est fait aux inscriptions politiques de Demangeon, Nicolas Ginsburger analysant le dreyfusisme quelque peu tardif du géographe en raison de son éloignement parisien entre 1895 et 1900, sa participation mesurée à « l’effort intellectuel de guerre », son engagement bref en faveur du cartel des gauches en 1924 et son évolution conservatrice à partir de la fin des années 1920 ; en somme une position « d’intellectuel modéré, voire modeste », commune aux géographes de l’époque.

4Toutefois, à rebours d’une vulgate voulant que la géographie classique se soit désintéressée des problématiques politiques ou des questions vives, l’ouvrage revient sur l’implication de Demangeon dans les problèmes de son temps : il réfléchit à la crise économique des années 1930, aux revendications pangermanistes — s’opposant notamment à la Geopolitik allemande —, enquête sur les étrangers dans les campagnes françaises (en collaboration avec Georges Mauco) et « s’alarme de la montée des périls en Europe ». De la même manière, c’est également l’occasion de battre en brèche l’image d’une science tournée vers les seules entités régionale et nationale. Nicolas Ginsburger montre ainsi son insertion dans des réseaux scientifiques internationaux et ses différents voyages à l’étranger (Belgique, Pays-Bas, Grande-Bretagne, États-Unis), sans oublier ses volumes de la Géographie universelle sur les îles Britanniques et sur le Benelux (tous deux en 1927).

  • 3 Pour une étude récente détaillée de ce mouvement : voir Robic, 2018.

5De manière très intéressante, l’ouvrage sait également dépasser la seule trajectoire du géographe et embrasser une perspective plus large. D’abord en inscrivant Demangeon dans le mouvement de disciplinarisation de la géographie française, dynamique plus précoce que celles des autres sciences humaines telles que la sociologie, l’ethnologie ou la psychologie (Hirsch, 2016, p. 16-17). Avec la licence ès-lettres mention histoire qui devient d’« histoire et géographie » en 1907, avec surtout une implantation universitaire importante dès 1914, la géographie obtient très tôt une reconnaissance institutionnelle. Marie-Claire Robic examine ainsi la place et le rôle de Demangeon dans l’affirmation de cette « école française de géographie3 ». Ainsi, en 1905, sa thèse sur la Picardie constitue un modèle pour la jeune génération et, deux ans plus tard, Demangeon revendique une formation universitaire spécifique avec la création d’une licence ès-lettres mention géographie, en définitive le développement d’une « discipline propre » selon ses mots (p. 97). Plus fondamentalement encore, comme professeur à la Sorbonne, Demangeon exerce la fonction d’un patron, assume « un rôle de censeur et de prescripteur » au sein de la discipline, comme en témoigne sa virulente critique de la Géographie psychologique de Georges Hardy en 1940.

  • 4 L’Encyclopédie française est une encyclopédie conçue par le ministre de l’Éducation nationale Anato (...)

6Ensuite, l’ouvrage rappelle ses positionnements face à l’histoire et à la sociologie. Si le début du siècle est en effet émaillé de différentes interpellations critiques (François Simiand attaque les thèses de géographie dans L’Année sociologique en 1910), cela n’empêche pas Demangeon de collaborer à cette dernière revue, à la demande de Durkheim, en 1913. Il sera plus réticent ou « agacé » envers Lucien Febvre lorsqu’il dénonce « “l’abus de sens critique” de l’historien » après la parution de La Terre et l’évolution humaine. Introduction géographique à l’histoire (1922) ou lorsqu’il perçoit les volontés hégémoniques de ce dernier à l’occasion de l’Encyclopédie française4, à laquelle il refuse de collaborer.

  • 5 Le texte « L’évolution de la géographie humaine » de Julien Gracq est ainsi une défense de la produ (...)

7Enfin, la postérité contrastée de Demangeon chez un certain nombre de géographes et d’intellectuels est également considérée : attrait et reconnaissance de la part de ses anciens étudiants (Jean Gottmann, Pierre Vilar, Julien Gracq5, etc.), mais regards plus critiques et mélangés chez des historiens comme Lucien Febvre et Charles Morazé dans la deuxième moitié des années 1940, à une période où les Annales tentent d’imposer leur hégémonie sur les sciences humaines de l’après-guerre.

Haut de page

Bibliographie

Hirsch H., 2016, Le temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch, Paris, Éditions de l’EHESS.

Müller B., 2002, « Entre science et culture. L’Encyclopédie française dans l’Œuvre de Lucien Febvre », Cahiers Jaurès, Vol. 163-164, No.1, 33-63.

Poirier L., 1947, « L’évolution de la géographie humaine », Critique, No.8-9, 86-94.

Robic M.-C., 2018, « Les chemins de l’école (1860-1914). Usages du label d’école à propos de la géographie française », Revue d’histoire des sciences humaines, No.32, 39-72.

Wolff D., 2005, Albert Demangeon (1872-1940). De l’école communale à la chaire en Sorbonne, l’itinéraire d’un géographe moderne, Thèse de doctorat en géographie, Université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Haut de page

Notes

1 L’exposition a été précédée d’une journée d’étude inaugurale sur Albert Demangeon, le 8 février 2018, qui fut l’occasion de présenter les principaux apports de cet ouvrage.

2 Patrick Latour consacre précisément un chapitre aux archives de Demangeon.

3 Pour une étude récente détaillée de ce mouvement : voir Robic, 2018.

4 L’Encyclopédie française est une encyclopédie conçue par le ministre de l’Éducation nationale Anatole de Monzie en 1932 et dirigée par Lucien Febvre. Sur cette entreprise : voir Müller, 2002.

5 Le texte « L’évolution de la géographie humaine » de Julien Gracq est ainsi une défense de la production de Demangeon : voir Poirier, 1947.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Dylan Simon, « Collectif, 2018, Un géographe de plein vent. Albert Demangeon (1872-1940), Paris, Bibliothèque Mazarine/Éditions des Cendres, 160 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 07 août 2018, consulté le 18 août 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29240

Haut de page

Auteur

Dylan Simon

Docteur en géographie
Chercheur associé à l’UMR Géographie-cités, France
simon.dylan@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page