Navigation – Plan du site

Les paysages verniens dans les timbres (1955-2005)

Alexis Metzger

Texte intégral

Introduction

1Parmi la pluralité des images qui accompagnent l’œuvre de Jules Verne, soit produites au moment de la parution du livre (dessins, cartes), soit postérieures (films…), un type d’image reste peu étudié, les timbres (Margot, 1982 et Laigle, 2003). Émis dans un grand nombre de pays, à partir de la seconde moitié du XXe siècle, ils sont des vecteurs importants de diffusion de l’imaginaire vernien.

2Nous analyserons dans cet article un corpus de timbres émis entre deux anniversaires : le cinquantième anniversaire de sa mort (1955) et le centième (2005) et qui participe au "rayonnement culturel" de Jules Verne (Margot, 1982). Le corpus a été constitué grâce à la collection d’un passionné reconnu, Zvi Har’El (collection en ligne : http://jv.gilead.org.il/​stamps/​), dans laquelle nous avons sélectionné les timbres où figurent des éléments paysagers. Ont été éliminés les timbres avec le seul portrait de Jules Verne. Cent-soixante-dix timbres différents composent donc la base iconographique de cet article, émis dans quarante-trois pays.

3Après une présentation quantitative de ce corpus, nous verrons ce que les timbres retiennent des romans, et donc de la diversité des paysages décrits par Jules Verne. Nous mettrons l’accent sur la figuration du mouvement des personnages et des machines dans différents paysages. Nous envisageons donc le paysage au sens large, comme l’analyse des caractères de l’espace incluant des composantes naturelles et socio-économiques mis en scène par le regard de l’observateur dans divers contextes socio-culturels (Avocat, 1982 ; Cosgrove, 1984 ; Luginbühl, 2012).

4La méthode d’analyse s’inspire de travaux récents en géographie cherchant à identifier des sous- ou surreprésentations dans des corpus d’images figuratives (dont Tabeaud et Browaeys, 2007 ; Tabeaud et Lysianuk, 2009 ; Labinal, 2015). En s’appuyant ou pas sur les liens narrés par Jules Verne entre tel Voyage extraordinaire et tel pays, le timbre apparaît comme un support graphique de certains enjeux nationaux ou internationaux. Il recontextualise le récit de Jules Verne le plus représenté dans les timbres : De la terre à la lune. Nous tenterons d’affiner ces trajectoires historiques et géographiques, mêlant le temps et l’espace de l’écriture de l’œuvre, de l’émission du timbre et de sa réception.

Le corpus de timbres : des paysages doublement datés et localisés

5Les timbres présentant des paysages verniens ont été émis par 43 pays. Nous avons inclus dans ce corpus un timbre émis par la Croix rouge française (France), un par la République centrafricaine et l’UNICEF (République centrafricaine). Nous les avons localisés en précisant, via trois classes sur la carte, leur nombre par pays pendant la période d’analyse (figure 1). S’il est possible que ce corpus ne soit pas exhaustif, soulignons du moins qu’avant de connaître ce collectionneur, nous avions consulté un grand nombre de sites de philatélistes (forums, ventes de timbres…) et tous les timbres trouvés au préalable étaient recensés sur le site de Zvi Har’El, ce qui peut être le gage d’un corpus sinon exhaustif du moins déjà très complet. Reste la barrière de la langue et d’alphabets non latins qui a pu conduire à laisser de côté certains timbres. En comparant le recueil de timbres du collectionneur et la liste proposée par Margot en 1982, il manque deux timbres émis par la République fédérale d’Allemagne en 1970 et 1972, et quelques timbres français émis pour certains événements (comme l’inauguration de la bibliothèque municipale de Pantin en 1974, à moins qu’il ne s’agisse d’une vignette) que nous n’avons pas retrouvés, sans savoir donc s’ils représentent des paysages verniens ou pas.

Figure 1 : Les pays émetteurs de timbres montrant des paysages de Jules Verne

Figure 1 : Les pays émetteurs de timbres montrant des paysages de Jules Verne

6Parmi les pays ayant produit un grand nombre de timbres apparaît sans surprise la France (dix timbres), qui ne détient pourtant pas le record du nombre de timbres différents. Elle est largement dépassée par Monaco (dix-neuf timbres, "tous plus élégants et plus imaginatifs que leurs homologues français" selon Jean-Pierre Laigle, 2003), Antigua et Baruda (treize timbres) et Saint Vincent-les-Grenadines (treize timbres également).

7Le continent le plus émetteur de timbres et sans conteste l’Afrique, avec une importance notable des pays d’Afrique francophone, comme les anciens pays de l’Afrique occidentale française (AOF) ayant tous émis au moins un timbre consacré à un paysage vernien, excepté le Niger et le Sénégal. Soulignons par contre l’absence de timbres émis par d’autres anciennes colonies françaises, dont les pays du Maghreb, excepté le Laos (ex-Indochine). On relève aussi la place prise par des petits pays de l’arc antillais, dont les deux précédemment cités, et de trois États insulaires du Pacifique. Pour ces pays ayant un faible nombre d’habitants, produire des timbres pouvant être appréciés par certains destinataires, dont les collectionneurs, est une façon de se montrer dans le monde, et aussi de susciter plus globalement désirs et rêves de voyages. Excepté la France et Monaco déjà cités, seuls quatre pays européens ont émis des timbres montrant des paysages verniens.

8Les timbres recensés ont été principalement émis aux environs de 1978 (150e anniversaire de la naissance de Jules Verne) et 2005 (figure 2), montrant que la production de timbres est aussi un moyen de commémoration et d’inscription dans une dynamique d’émission mondiale. L’année 2005 illustre principalement ce processus avec dix-huit pays ayant émis au moins un timbre. Soulignons aussi dans ce corpus un timbre émis par l’Empire centrafricain et l’UNICEF en bloc-feuillet partiellement imprimé en or, à l’occasion de l’année internationale de l’enfant.

Figure 2 : Nombre de pays ayant émis des timbres avec paysages verniens par année entre 1955 et 2005

Figure 2 : Nombre de pays ayant émis des timbres avec paysages verniens par année entre 1955 et 2005

9Quasiment tous les timbres peuvent être associés à un épisode dans un roman de Jules Verne sauf un émis par les îles Cook (avec un doute sur un autre que nous avons associé au Château des Carpathes sans certitude) et trois de Sao Tomé et Principe (l’un semble plutôt faire allusion à La guerre des mondes, avec ses machines hautes sur pattes, soit un prolongement de l’imaginaire vernien ?).

10En détaillant la liste des romans édités sous forme de timbre se démarquent en nombre très nettement deux Voyages extraordinaires, De la terre à la lune et Vingt mille lieues sous les mers (figure 3). Parmi le "vaste et complexe édifice romanesque" (Dupuy, 2015) des soixante-deux Voyages extraordinaires, seuls vingt-six ont été au moins une fois émis sous forme de timbre, soit moins de la moitié.

11L’importance du nombre de timbres consacrés à De la terre à la lune mérite d’être soulignée ; pour les pays n’ayant émis qu’un timbre pendant toute cette période, dix sur quinze ont choisi cette œuvre, dont les deux seuls pays émetteurs du continent asiatique (le Bhoutan et le Laos). Serait-ce le roman le plus "identitaire" de l’ensemble des voyages verniens pour tous ces pays ? Ou le plus "au goût du jour" selon les avancées technologiques et découvertes de l’espace ? Certains liens peuvent être facilement interprétés, comme le fait que la Guyane ait émis trois timbres (en 2005) illustrant ce roman, à cause de la présence du centre spatial de Kourou. Mais il est difficile de dire pourquoi d’autres pays l’ont choisi comme œuvre représentative. L’émission de timbres ayant pour paysage reconnaissable ce roman est continue sur toute la période et peut illustrer également certaines étapes de l’exploration spatiale : la fusée de Jules Verne est parfois associée à des engins dans l’espace beaucoup plus récents (fusées, satellites…).

Figure 3 : Romans de Jules Verne représentés dans les timbres, classés selon le nombre de pays ayant émis au moins un timbre pour tel ou tel roman

Figure 3 : Romans de Jules Verne représentés dans les timbres, classés selon le nombre de pays ayant émis au moins un timbre pour tel ou tel roman

12En comparant plus attentivement les pays d’émission et les romans choisis dans les timbres, certains liens sont assez faciles à faire. Le Venezuela n’ayant émis qu’un timbre vernien illustre le seul roman se passant dans son pays (Le superbe Orénoque, figure 4). La Roumanie choisit notamment d’illustrer dans un timbre Le château des Carpathes, et son choix d’émettre un timbre sur Claudius Bombarnac, le seul de notre corpus, peut s’expliquer parce qu’un des personnages du roman, le jeune Kikou, est roumain.

Figure 4 : Timbre Vénézuélien illustrant Le superbe Orénoque, 1982

Figure 4 : Timbre Vénézuélien illustrant Le superbe Orénoque, 1982

13Cependant, on ne peut guère être "déterministe" en tissant des liens entre le pays d’émission et l’œuvre choisie. Par exemple, si c’est en Tanzanie que l’action commence dans le premier Voyage de Jules Verne, lui ayant fait immédiatement accéder à la célébrité, Cinq semaines en ballon, aucun des quatre timbres tanzaniens ne montrent ce roman. Cinq pays africains illustrent cette œuvre phare de Jules Verne qui disait d’ailleurs à son propos "J’ai choisi l’Afrique comme lieu de l’action pour la simple raison que ce continent était moins connu que d’autres"(cité par Compère et Margot, 2004). Mais il est aussi choisi par des petits pays antillais : Antigua et Baruda, Saint-Vincent-les-Grenadines et Niévès. Le Nicaragua choisit quant à lui d’illustrer une scène de ce premier Voyage où des Africains dansent au pied du ballon (figure 5) ce qui peut rappeler une scène du roman qui voit des individus imiter Joe, "reproduire ses manières, ses gambades, ses trémoussements". Notons également que les pays insulaires, ou possédant un littoral, n’ont pas plus tendance à émettre des timbres où la mer occupe une place importante dans le roman. De plus L’île mystérieuse n’apparaît "que" dans 6 timbres pour 4 pays émetteurs et les romans Deux ans de vacances ou Mistress Branican (se déroulant en partie dans le Pacifique) ne sont jamais représentés.

Figure 5 : Timbre Guinéen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978

Figure 5 : Timbre Guinéen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978

14Parmi les pays absents, n’ayant émis à notre connaissance aucun timbre consacré à Jules Verne, figurent notamment la Russie, lieu de l’action de Michel Strogoff, l’Islande, où se situe pourtant le début du Voyage au centre de la terre – et l’Italie pour la fin de l’histoire -, le Brésil, où se passe La Jangada ou encore le Canada où se déroule une partie des Aventures du Capitaine Hatteras et du Pays des fourrures, ainsi que Le volcan d’or, les États-Unis, avec Nord contre Sud et Le testament d’un excentrique, la Chine des Tribulations d’un chinois en Chine et l’Argentine qui a vu passer les héros connus des Enfants du capitaine Grant et des moins connus Phare du bout du monde et Naufragés du Jonathan, parmi les derniers Voyages écrits par Jules Verne. Quant à la Hongrie, qui aurait pu choisir Mathias Sandorf, ses deux timbres consacrés à Jules Verne illustrent De la terre à la lune. Mais certains de ces pays n’ont peut-être pas de tradition philatéliste qui les pousserait à émettre des timbres très différents et se cantonneraient à un nombre d’images très restreint ?

15Il serait souhaitable de pouvoir comparer les chiffes de cette figure 3 avec quelques chiffres de production, diffusion et/ou lecture des voyages extraordinaires. Le nombre de timbres émis par roman correspond-il au nombre des romans plus ou moins lus ? Plus ou moins vendus ? Plus ou moins traduits ? Réédités ? D’après une liste des romans les plus vendus au monde (certainement critiquable), ce serait Vingt mille lieues sous les mers en tête des Voyages de Jules Verne (18e roman le plus lu dans le monde). De la terre à la lune a-t-il suscité plus d’attention des pays émetteur parce que la période étudiée s’inscrit dans la conquête spatiale, contrairement à des explorations maritimes moins retentissantes que le lancement des satellites et des premiers hommes dans l’espace ? Sans doute. Mais ces comparaisons restent à creuser.

Éléments de nature et temporalités : des paysages choisis

16Quelques remarques générales tout d’abord. Les paysages représentés dans les timbres sont souvent d’un seul tenant et peuvent s’inspirer plus ou moins directement des gravures originales dans les Voyages Hetzel ; vingt-neuf timbres du corpus (17 %) représentent plusieurs petites scènes inscrites dans des paysages, majoritairement d’un même roman, où peuvent coexister un paysage de savane africaine, aux herbes sèches, des reliefs acérés et la mer, avec un ciel "liant" ces différents milieux, et deux scènes du roman différentes marquées par la position des deux ballons (figure 6).

17Quant aux couleurs choisies, elles sont très variées, allant du gris pour les timbres reprenant quelques gravures originales au ciel vert d’un timbre nicaraguayen et au ciel violet au-dessous duquel vogue une ville flottante (timbre malien ; figure 7). Antigua et Baruda se détachent des autres représentations car le pays a choisi des personnages de Disney pour incarner certains explorateurs verniens, dans une esthétique très proche des dessins animés : Mickey, Donald, Dumbo…

Figure 6 : Timbre nicaraguayen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978

Figure 6 : Timbre nicaraguayen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978

Figure 7 : Timbre malien illustrant Une ville flottante, 1975

Figure 7 : Timbre malien illustrant Une ville flottante, 1975

18Parmi les paysages choisis par les pays, ce sont en grande majorité des paysages "de nature" donnés à voir, où l’homme est bien petit face à l’environnement : la mer, vue de surface ou dans ses profondeurs, le littoral, les roches de la lune, du centre de la terre ou de diverses formations géologiques apparentes à la surface de la terre, comme sur certains timbres représentant L’île mystérieuse…Un choix plutôt "en adéquation" avec les romans qui décrivent peu les villes. C’est bien un Jules Verne "visionnaire de la nature", exaltant sa "démesure incommensurable" (Chesneaux, 2002) qui est donné à voir dans les timbres. On relève très peu de représentations d’une nature anthropisée, comme des paysages cultivés. Seules font exception les prairies à bison traversées par les héros du Tour du monde en 80 jours dans un timbre émis par la France en 2005. Comme l’écrit Lionel Dupuy, "à la recherche de l’espace inconnu, perdu, oublié, les héros verniens font souvent figure d’initiés qui peuvent - après un long périple - découvrir des facettes inconnues d’une nature secrète et imprévisible où s’articulent d’autres rapports entre l’homme et l’espace" (Dupuy, 2017b). Ce nous donnent à voir très bien les timbres.

19Notons toutefois que 6 timbres montrent des constructions humaines fixes : le château du Château des Carpathes, une ville russe dans le timbre nicaraguayen illustrant Michel Strogoff, une ville survolée par Robur avec ses tourelles ( ?), une ville fortifiée qui pourrait être Koula, sur le timbre représentant une scène de Cinq semaines en ballon émis par la République démocratique du Congo, le château de Maître Zacharius et Paris, dans le timbre émis par le Libéria où la tour Eiffel côtoie des tours futuristes, seule illustration dans notre corpus de Paris au XXe siècle – paru seulement en 1994, qui n’entre pas dans la liste des Voyages extraordinaires selon Dekiss, 1999..

20Le monde vivant (faune et flore terrestre ou sous-marine) est représenté sur soixante-quatre timbres soit 38 % du corpus. Les animaux fantastiques de Voyage au centre de la terre sont choisis par tous les pays pour illustrer ce roman "celui où l’auteur décline le plus grand nombre de figures, de formes du monstrueux. Or ces dernières constituent toutes une forme spécifique du merveilleux, opérateur qui permet dans le récit vernien le basculement vers un imaginaire géographique". Lorsque 20 000 lieues sous les mers est représenté, c’est bien souvent le poulpe qui apparaît, comme animal observé par Némo à travers le hublot ou entourant le Nautilus lors de son attaque, célèbre passage dans le roman. Un timbre émis par le Nicaragua semble illustrer à merveille la description des fonds sous-marins, en scaphandre. "Les surréalistes et notamment Michel Butor l’ont célébrée comme une fête langagière, une somptueuse orchestration de syllabes étranges, une nomenclature à la fois érudite et fastueuse dont Jules Verne s’étourdit comme à plaisir" (Chesneaux, 2002). En le voyant (figure 8), ne croirait-on pas lire "les rayons du soleil frappaient la surface des flots sous un angle assez oblique, et au contact de leur lumière décomposée par la réfraction comme à travers un prisme, fleurs, rochers, plantules, coquillages, polypes, se nuançaient sur leurs bords des sept couleurs du spectre solaire. C’était une merveille, une fête des yeux, que cet enchevêtrement de tons colorés, une véritable kaléidoscopie de vert, de jaune, d’orange, de violet, d’indigo, de bleu, en un mot, toute la palette d’un coloriste enragé !". Mais excepté ces deux romans, on ne compte que trois timbres représentant un animal sauvage d’une certaine taille : un félin dans un timbre consacré au Superbe Orénoque par Monaco en 1955, un aigle dans celui illustrant Les enfants du capitaine Grant et un singe pour L’île mystérieuse (Antigua et Baruda, 1996). Sinon, il s’agit d’animaux domestiqués comme les chevaux ou les éléphants.

Figure 8 : Timbre nicaraguayen illustrant Vingt mille lieues sous les mers, 1978

Figure 8 : Timbre nicaraguayen illustrant Vingt mille lieues sous les mers, 1978

21Parmi les paysages non représentés figurent ceux du grand nord, ce qui va de pair avec un nombre très faible voire inexistant d’émission de timbres se référant à des romans consacrés à ces lieux (dont César Cascabel, Les aventures du Capitaine Hatteras, Le sphinx des glaces et Le Pays des fourrures). Parce que les pays n’ont pas jugé intéressant de les faire figurer ? Parce qu’ils ne correspondent pas à des imaginaires verniens plus partagés ? Ou que l’exploration polaire de la seconde moitié du XXe siècle n’offre plus guère de découvertes ? Pourtant, "la variété des glaces de mer, leur formation, leurs mouvements mais aussi les moyens d’y naviguer, y compris avec l’aide de scies ou d’explosifs, y sont décrits avec autant de précision que les côtes et détroits sur lesquelles elles s’accumulent. De même, il ne manque aucune occasion de décrire, et de faire expliquer par le docteur Clawbonny, les phénomènes optiques ou magnétiques propres aux hautes latitudes : mirages liés à la réfraction, parhélies, aurores boréales ou orages magnétiques" (Kergomard, 2011). Ce qui aurait pu inspirer certains émetteurs de timbres ! Peut-être voit-on tout de même le sol gelé du Groenland dans un timbre guinéen de 2004 consacré à La chasse aux météores qui serait donc une exception (figure 9) ? Le goût accru ces dernières années pour le tourisme polaire pourrait changer la donne et donner des idées de représentations de paysages verniens à certains pays dans leurs timbres (Kohler, 2012, Delmas, 2012). Pour 2028 ?

Figure 9 : Timbre guinéen illustrant La chasse aux météores, 2004

Figure 9 : Timbre guinéen illustrant La chasse aux météores, 2004

22Remarquons d’ailleurs que les paysages marqués par des conditions froides permanentes ou saisonnières sont systématiquement absents du corpus. Aucun timbre ne montre de la glace ou de la neige, au sol ou en train de tomber. Est-ce à lier aux pays émetteur de timbres qui pour leur majorité ne connaissent pas d’hiver froid ? Ou bien la représentation de la blancheur ne serait pas jugée esthétique car destinée à être collée sur des enveloppes ou cartes postales déjà blanches ?

23Outre ces temporalités saisonnières, les temporalités diurnes choisies par les artistes se résument dans l’analyse à une alternance jour/nuit. Si l’on excepte les représentations de l’espace offertes pour illustrer De la terre à la lune, dix paysages nocturnes sont présents dans notre corpus, où soit la lune soit des étoiles sont figurées, sauf dans un timbre guinéen illustrant Robur le conquérant où une incertitude subsiste (la couleur du ciel est-elle un effet esthétique ou correspond-t-elle bien à une lumière de nuit ?). Il est impossible d’aller plus loin et d’identifier des moments dans la journée, notamment car la couleur des ciels n’est pas forcément fidèle à la réalité et parce que la représentation directe du soleil est totalement absente du corpus – sa position dans le ciel aurait pu permettre d’aller plus loin dans l’analyse.

24Les ciels sont difficiles à analyser mais on peut souligner quelques représentations. Lorsqu’il s’agit du roman De la terre à la lune, c’est bien souvent un ciel bleu-nuit qui est choisi, parfois avec quelques étoiles, voire des petits nuages sur le timbre émis par le Bhoutan, en carton épais dit "en relief", figure 10 (Margot, 1982). Excepté ce roman, lorsque c’est une scène extérieure qui est représentée avec une place accordée au ciel, rares sont ceux sans nuages (quatorze sur quatre-vingt-quinze timbres avec du ciel soit 15%). Notons que les deux timbres émis par la Roumanie montrant du ciel se passent sous une nuit sans nuages avec des étoiles. Curieusement pour l’endroit, fréquemment balayé par les passages frontaux, Le phare du bout du monde émis par la France s’affiche dans un ciel uniformément bleu. Jamais n’apparaissent de cieux totalement couverts de nuages et seul un timbre émis par Monaco montre un type de nuage pouvant précipiter (un cumulonimbus au-dessus de Tower Bridge, pour Le tour du monde en 80 jours, figure 11), excepté quelques-uns émis également par Monaco où les paysages sont enveloppés dans une sorte de tourbillon de nuages (vecteurs de pluies ?). Et aucun timbre ne montre des précipitations.

Figure 10 : Timbre du Bhoutan illustrant De la terre à la lune, 1970

Figure 10 : Timbre du Bhoutan illustrant De la terre à la lune, 1970

Figure 11 : Timbre monégasque illustrant Le tour du monde en 80 jours, 1955

Figure 11 : Timbre monégasque illustrant Le tour du monde en 80 jours, 1955

Le mouvement et la vitesse : des paysages traversés

25"Le chemin de fer, la marine à voile et à vapeur, le télégraphe, l’électricité, les progrès de la métallurgie, permettent progressivement aux hommes de se déplacer plus vite et plus loin sur la planète. Alors s’ouvre à eux l’univers fabuleux d’autres peuples, d’autres formes de nature… " (Giton, 2010). Un moment historique qu’a bien saisi Jules Verne dans ses romans et que les timbres ne mettent pas moins en scène.

26Les hommes, constructeurs et utilisateurs de ces nouveaux moyens de locomotion, sont très représentés puisqu’on ne compte que trente-huit timbres où aucune présence humaine n’est figurée (22% du corpus), en incluant les vingt-trois timbres qui montrent un engin spatial de l’extérieur et les quatre timbres montrant le Nautilus de l’extérieur également, mais certes habité par des hommes (en les excluant ce ne sont plus que 6% de timbres du corpus !). Ce n’est pas l’homme sédentaire qui intéresse Jules Verne, et bien ici aussi ses timbres, c’est celui qui explore, qui voyage, voire qui permet de passer d’un monde accessible à un monde inaccessible au commun des mortels (Dupuy, 2017a), qui fait voyager le lecteur et le destinataire du timbre. D’où un très fort accent mis dans ces représentations sur le mouvement voire la vitesse... célébrée en mer de nos jours par le trophée Jules Verne qui récompense le tour du monde à la voile en équipage le plus rapide.

27La représentation d’hommes à l’arrêt dans les paysages du timbre est en outre très minoritaire dans le corpus. Parfois ils contemplent les étoiles (un timbre hongrois), le château (timbre roumain), semblent discuter et/ou réfléchir (deux timbres d’Antigua et Baruda, un reproduit figure 12, un de Guinée, un de Monaco et un du Libéria pré-cité), voire regarder les forces de la nature se déchaîner (une scène du Voyage au centre de la Terre illustrée dans un timbre micronésien). Bien plus souvent, les hommes bougent. Ils peuvent se déplacer à pied : sept timbres montrent des hommes qui marchent, dont un timbre monégasque où un groupe d’hommes est encordé pour traverser un passage difficile dans Voyage au centre de la terre. Dans les profondeurs, ce sont douze timbres qui montrent des scaphandriers, et un timbre français et un gabonais qui figurent les hommes luttant contre le poulpe sans scaphandre (!). Ils se déplacent parfois sur des animaux (neuf timbres montrent des cavaliers, trois des hommes sur des éléphants).

Figure 12 : Timbre d’Antigua et Baruda illustrant L’île mystérieuse, 1996

Figure 12 : Timbre d’Antigua et Baruda illustrant L’île mystérieuse, 1996

28Mais ce qui semble un trait largement partagé parmi les timbres est la représentation de moyens de locomotion plus ou moins imposants, techniques, novateurs voire futuristes : au total 82 % des timbres du corpus en montrent au moins un. La barque est représentée treize fois, le ballon vingt fois. Le train, nouveau venu du XIXe siècle "accompagnant" la naissance de Jules Verne (la première ligne est exploitée en 1827, la première locomotive à chaudière tubulaire en 1829), apparaît assez peu (trois timbres, dont un figure 13, si l’on exclut les cinq timbres du train montant vers la lune). Alors qu’il est pourtant bien présent dans les romans "les héros de Jules Verne voyageant par le train à chaque fois qu’ils le peuvent" (Terrasse, 1982). Le bateau est bien plus représenté (seize fois), en excluant le Nautilus qui est représenté vingt-deux fois vu de l’extérieur et six fois de l’intérieur (dont un timbre montrant le capitaine Némo en train de le piloter, à la barre). La fusée dans l’espace, en mouvement, est représentée dans vingt-huit timbres, c’est donc le moyen de se déplacer le plus représenté, dans trois elle est encore au sol et les hommes s’apprêtent à y monter (émis au Togo, à Antigua et Baruda et au Libéria). L’avion apparaît deux fois, alors que l’engin spatial de Robur trois fois. On voit enfin apparaître parmi ces différents moyens de transport l’éléphant mécanique de La machine à vapeur.

29Pour certains, ils permettent aussi justement au timbre d’arriver rapidement à son destinataire, posté "by airmail" aujourd’hui, ce qui rend d’autant plus cohérente l’abondance des représentations d’engins pour se déplacer, des plus simples aux plus élaborés, sans lesquels les timbres n’arriveraient pas à bon port. Il n’y a aucune représentation de bicyclette ou d’automobile.

Figure 13 : Timbre français illustrant Le tour du monde en 80 jours, 2005

Figure 13 : Timbre français illustrant Le tour du monde en 80 jours, 2005

30Quelques timbres interpellent enfin par leurs "moyens de locomotion" représentés. Dans un timbre consacré à La machine à vapeur émis par Monaco en 1955 apparaît à côté un tank moderne (figure 14). Lié à la guerre d’Algérie ? C’est également cette année-là que Monaco, pour illustrer Vingt mille lieues sous les mers, affiche sur un timbre l’USS Nautilus, sous-marin de l’US Navy. Deux symboles de l’attachement monégasque au bloc de l’Ouest en cette période de guerre froide ? En 2005, plusieurs timbres non pris en considération dans notre corpus, émis par le Kurdistan irakien, affichent par ailleurs les "100 ans de la mort" de Jules Verne en texte, et en images des avions de guerre. Jules Verne, prétexte à une revendication autonomiste ? Mais ces détournements ou "réappropriations" nationales et combattantes de l’œuvre de Jules Verne sont rares.

Figure 14 : Timbre monégasque illustrant La machine à vapeur, 1955

Figure 14 : Timbre monégasque illustrant La machine à vapeur, 1955

Conclusion

31Dans les paysages verniens des timbres étudiés, c’est bien une nature avec les hommes qui est donnée à voir, "sa puissance, certes intacte - à son époque... - ne s’affirme que comme un défi lancé à la fois au savoir humain et à l’action humaine" (Chesneaux, 2002). Quoi de plus vrai dans nombre de timbres aux multiples couleurs qui montrent aussi bien des éléments incommensurables comme les profondeurs des mers, de la terre, ou l’espace, et une multiplicité de moyens de transports réels ou fictifs pour les traverser ? La mer n’apparaît jamais seule, sans les hommes, parfois en scaphandre, dans une barque, un ballon, sur une ville flottante ou le Nautilus. L’espace est traversé par la fusée, par la machine de Robur, voire par de plus récents satellites comme l’affiche le timbre laotien. Dans les entrailles de la terre, les hommes marchent, construisent une barque, et rencontrent des formes géologiques et animales monstrueuses. Même les ciels sont rarement sans nuages, peuplés de formes en perpétuel mouvement et "modifications" comme l’écrivait l’inventeur de leur classification, Luke Howard, en 1803 (réédition 2012). Ce qui renforce donc l’impression de mobilité dans ces paysages outre les actions humaines et moyens de locomotion sur terre, en mer ou dans les airs.

32Le timbre est un vecteur de diffusion d’imaginaires verniens mais peut aussi inciter les destinataires à s’intéresser au pays émetteur, d’où sans doute la représentation dans notre corpus de petits pays, parfois très éloignés de la France, voire jamais cités dans ses romans. "Même les Français réalisent mal la popularité de Jules Verne à l’étranger et seraient étonnés que cela puisse faire de lui un ambassadeur post mortem de son pays" (Laigle, 2003). Et avouons notre étonnement à avoir découvert autant de timbres émis par des pays lointains ! Les imaginaires se mêlent alors d’autant plus, composant des géographies qu’illustrent les timbres.

Haut de page

Bibliographie

Avocat Charles, 1982, "Approche du paysage", Revue de géographie de Lyon, Vol.57, No.4, 333-342.

Butcher William, Compère Daniel, Dehs Volker, Evans Arthur B., Harpold Terry, Margot Jean-Michel, James Miller Walter et de Vries-Uiterweerd Garmt, 2008, 2009, "Dr. Zvi Har’El (14 décembre 1949 – 2 février 2008) et les Études internationales Jules Verne – Un Hommage", Verniana, Vol.1, 3-4.

Chesneaux Jean, 2002, "La nature chez Jules Verne un ancrage de résistance", Ecologie & politique n°26, 169-185. DOI 10.3917/ecopo.026.0169.

Cosgrove Denis E. 1984, Social Formation and Symbolic landscape, Madison, The University of Wisconsin Press.

Dekiss Jean-Paul, 1999, Jules Verne l’enchanteur, Paris, éditions du Félin.

Delmas Antoine, 2012, "La production d’une représentation touristique. Une objectivation des guides Lonely Planet sur le Groenland", Belgeo 3, mis en ligne le 18 mars 2013, consulté le 30 septembre 2016. URL : http://belgeo.revues.org/7207 ; DOI : 10.4000/belgeo.7207.

Dupuy Lionel, 2017a, "Des hommes et des lieux. Retour sur quelques structures de l’imaginaire géographique vernien", in : Maria Pilar Tresaco, Maria-Lourdes Cadena et Ana-Maria Claver (dir.), un autre Voyage extraordinaire, Saragosse, Presses de l’université de Saragosse, 103-113.

Dupuy Lionel, 2017b, "Jules Verne, l’homme et la terre : Une lecture écocritique des Voyages extraordinaires", L’esprit créateur, Vol.47, No.1, 9-19.

Dupuy Lionel, 2015, "De l’imaginaire des sources aux sources de l’imaginaire géographique vernien ; Cinq semaines en ballon", in : Lionel Dupuy et Jean-Yves Puyo, De l’imaginaire géographique aux géographies de l’imaginaire. Ecritures de l’espace. Pau, PUPPA, collections spatialités, 71-83.

Giton Céline, 2010, "Jules Verne et l’écologie", conférence donnée à la maison de Jules Verne à Amiens.

Howard Luke, 2012, Sur les modifications des nuages (traduction d’Anouchka Vasak), Paris, Hermann, collection Météos.

Luginbühl Yves, 2012, La mise en scène du monde, Paris, CNRS.

Kergomard Claude, 2011, "Erudition géographique et imaginaires du Pôle dans les Voyages et aventures du Capitaine Hatteras (Jules Verne)", Journée d’étude "Espèces d’espaces : entre géographie, art et littérature", ENS Ulm, Paris.

Kohler Valérie, 2012, "L’imaginaire géographique occidental du Grand Nord et la durabilité à l’épreuve du discours et des pratiques touristiques", Téoros [Online], 31, 1, Online since 01 March 2015, connection on 19 August 2017. URL : http://teoros.revues.org/2195.

Labinal Guilhem, 2015, "Images, textes et visions du monde : les dispositifs à l’œuvre dans les magazines grand-public de géographie". Cybergeo : European Journal of Geography, Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, Article No.723, mis en ligne le 19 mai 2015.

Laigle Jean-Pierre, 2003, "La Science-fiction philatélique", Solaris, n°146, en ligne : http://www.revue-solaris.com/articles/solaris-146-la-science-fiction-philatelique/.

Margot Jean-Michel, 1982, "Jules Verne et la Philatélie", dans Grand Album Jules Verne, Hachette, Paris, 207-227.

Tabeaud Martine et Browaeys Xavier, 2007, L’imagerie stéréotypée des brochures des offices de tourisme, revue Espaces, n°246, spécial : communication touristique, 31-35.

Tabeaud Martine et Lysianuk Benjamin, 2009, "L’Europe en images… à la manière des offices de tourisme", Physio-Géo, Vol.3, 97-112.

Terrasse Pierre, 1982, "Jules Verne et les chemins de fer", dans Grand Album Jules Verne, Hachette, Paris, 1982, 30-42.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Les pays émetteurs de timbres montrant des paysages de Jules Verne
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-1.png
Fichier image/png, 212k
Titre Figure 2 : Nombre de pays ayant émis des timbres avec paysages verniens par année entre 1955 et 2005
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-2.png
Fichier image/png, 30k
Titre Figure 3 : Romans de Jules Verne représentés dans les timbres, classés selon le nombre de pays ayant émis au moins un timbre pour tel ou tel roman
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-3.png
Fichier image/png, 102k
Titre Figure 4 : Timbre Vénézuélien illustrant Le superbe Orénoque, 1982
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Figure 5 : Timbre Guinéen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 6 : Timbre nicaraguayen illustrant Cinq semaines en ballon, 1978
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 7 : Timbre malien illustrant Une ville flottante, 1975
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 8 : Timbre nicaraguayen illustrant Vingt mille lieues sous les mers, 1978
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Figure 9 : Timbre guinéen illustrant La chasse aux météores, 2004
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-9.png
Fichier image/png, 192k
Titre Figure 10 : Timbre du Bhoutan illustrant De la terre à la lune, 1970
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Figure 11 : Timbre monégasque illustrant Le tour du monde en 80 jours, 1955
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Figure 12 : Timbre d’Antigua et Baruda illustrant L’île mystérieuse, 1996
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Figure 13 : Timbre français illustrant Le tour du monde en 80 jours, 2005
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 20k
Titre Figure 14 : Timbre monégasque illustrant La machine à vapeur, 1955
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29513/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 86k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Alexis Metzger, « Les paysages verniens dans les timbres (1955-2005) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 26 octobre 2018, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29513

Haut de page

Auteur

Alexis Metzger

ATER en géographie, CERES, ENS Ulm, France
alexis.metzger@ens.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page