Navigation – Plan du site

La Pointe du Raz : la construction sociale d’un espace littoral touristique majeur du territoire français

Eudes Girard

Texte intégral

1Aucun espace, aussi spectaculaire soit-il, n’est par nature un espace à vocation touristique ; tout est une question de regard, d’évolution culturelle du regard dans une perspective géo-historique, celle du temps long cher à Fernand Braudel. Le cas de la Pointe du Raz sur le littoral breton dans le département du Finistère, l’un des plus grands sites touristiques du territoire français aujourd’hui (près de 800 000 visiteurs par an), l’illustre particulièrement bien. Si la Pointe du Raz est une donnée de la nature terrestre conséquence d’une longue et complexe histoire géologique (que nous ne développerons pas ici) cet espace a aussi été de longue date aménagé, et réaménagé plus récemment par le conservatoire du littoral (créé en 1975), pour se structurer comme un espace touristique majeur dans le cadre d’un développement (que l’on souhaite) durable. C’est cette "construction sociale" d’un littoral touristique que nous voudrions interroger ici en montrant qu’en dernière analyse tout est question, en amont, de choix d’aménagement et d’enjeux socio-économiques, choix souvent présentés par la suite comme des évidences alors qu’il n’en n’est rien.

A l’origine, le territoire du vide

2Située sur le littoral breton dans le département du Finistère, la Pointe du Raz est l’une des pointes les plus avancées sur l’océan atlantique du continent européen. En ce sens elle constitue au sens propre un "Finis terrae" et témoigne de la finitude du continent euroasiatique. Elle se constitue d’une plate-forme avancée qui surplombe de 70 mètres la mer d’Iroise et sur laquelle s’élève l’un des 59 sémaphores de surveillance des littoraux français. A vrai dire cette plate-forme descend lentement vers l’océan et sa pointe extrême n’est plus qu’à 45 mètres au-dessus de la mer (cf. carte topo au 1/25000 d’Audierne-Pointe du Raz) contre souvent un peu plus de 100 m sur les falaises d’Etretat en Normandie, 134 mètres au cap Blanc Nez sur la côte d’Opale dans le Pas de Calais, 394 mètres aux falaises de Soubeyranes et du cap Canaille, situées sur la côte méditerranéenne entre Cassis et La Ciotat : les plus hautes falaises de France. Si elles n’ont donc rien de spectaculaire de par leur hauteur, les falaises de la Pointe du Raz s’inscrivent dans cette partie des 2 700 kilomètres de côtes bretonnes (en comptant tous les littoraux des îles bretonnes) parmi d’autres pointes avancées qui caractérisent les côtes du Finistère : la Pointe Saint Mathieu, le cap de la Chèvre et les différents caps de la presqu’île de Crozon, la Pointe de Penmarch.

Figure 1 : La Pointe du Raz et le phare de la Vieille sur le passage du Raz de Sein.

Figure 1 : La Pointe du Raz et le phare de la Vieille sur le passage du Raz de Sein.

3Ces côtes abruptes de cette partie du littoral breton (l’Armor) s’inscrivent dans la structure du Massif Armoricain organisé ici perpendiculairement au littoral et peu remodelé par la mer et la transgression flandrienne (la dernière avancée de la mer qui ait remodelé les littoraux de cette partie de l’Europe). Elles se distinguent à la fois des côtes de la Bretagne Nord souvent constituées de grandes baies : Morlaix, Saint Brieuc, Mont Saint Michel et de rias (abers en breton) profondes (la Ria de la Rance) ; et des côtes plus rectilignes de la Bretagne Sud constituées de rias moins profondes mais plus digitées ( le Blavet à Lorient) , des îlots du golfe du Morbihan, de la presqu’île de Guérande et déjà de vastes plages (plage de La Baule au sein de la baie du Pouliguen) annonçant parfois celles du littoral aquitain. A la différence du littoral aquitain cependant, le littoral breton, du fait des structures résistantes du granite, recule fort peu et constitue des côtes plutôt stables. L’érosion marine a néanmoins raboté la plate-forme qui reliait l’île de Sein et la Pointe du Raz, définie ainsi comme une plate-forme d’abrasion, en formant les nombreux écueils du Raz de Sein, visibles de la Pointe du Raz, et forts dangereux pour la navigation. Cette même érosion marine explique également la formation des rochers-écueils des tas de pois au large de la presqu’île de Crozon. La végétation du site, sur des terres granitiques peu propices à la culture, est constituée des traditionnelles landes bretonnes : ajoncs et bruyères, égayées des couleurs des silènes et des arméries

4Cette partie du Finistère breton n’est guère peuplée. Si la répartition de la population en termes de densité se concentre bien autour des villes closes et des ports fortifiés (Saint Malo, Concarneau, Vannes, Guérande (à une époque pleinement en Bretagne), les côtes découpées du Finistère ne forment pas des sites propices à la concentration de populations nombreuses et semblent bien constituer "un territoire du vide" (Alan Corbin, 1988). Si La Pointe Saint Mathieu est néanmoins le lieu de l’établissement d’une importante abbaye bénédictine à partir du XIe siècle, qui affirme détenir une partie des reliques du Saint, ce qui généra d’importants flux de population et la formation au XIVe siècle d’une ville fortifiée qui déclina par la suite, il n’en fût rien à la Pointe du Raz. Certes des traces d’occupation humaine dès le néolithique existent bien mais le site semble ensuite abandonné par l’Homme. C’est un paysage de landes désertiques que décrira Jacques Cambry, commissaire des Sciences et des Arts, chargé par le Directoire en 1794 de répertorier les monuments échappés au vandalisme. Il est le premier, selon Alain Corbin, dans Voyage dans le Finistère ou État de ce département en 1794 et 1795, à exhorter la population à s’intéresser à la Bretagne et à venir sur ses côtes : "Habitants de Paris, vous que j’ai rencontrés cherchant sur L’Apennin et sur les Alpes, de grands aspects, des jouissances ; fuyez ces pays fréquentés ; venez errer sur nos rivages qu’aucun moderne n’a décrits, qu’aucun poète n’a chantés" (Cambry, 1795). Il y décrit ainsi avec emphase la pointe du Raz : "La vue de la pointe du Raz est sublime , surtout au coucher du soleil; l'île de Sein, le prolongement des rochers qui la défendent, qui se perdent à l'horizon, à plus de sept lieues de distance; la pointe de la Chèvre élevée, d'un blanc éblouissant, la côte de Brest près du Conquet, Ouessant, le bassin d'Audierne, la pointe de Penmarch et la mer immense, agitée par les vents du soir, forment un spectacle sans bornes qui ne se lie qu'avec le Ciel, l'Univers et l'Eternité." (Cambry, 1795). Il sera le premier à inspirer les auteurs des guides touristiques du XIXe siècle qui inciteront les voyageurs à venir jusqu’à la Pointe du Raz éprouver la solitude des lieux. De fait, la première occupation humaine pérenne se met en place au cours du 2e quart du XIXe siècle, en 1838, lorsqu’un sémaphore, équipé d’un phare, fut construit sur le site. Bien avant la fonction touristique des littoraux ceux-ci constituent des espaces stratégiques à surveiller, surtout en temps de guerre, en même temps qu’une ligne continentale qui doit être signalée aux navires la nuit. Si, en septembre 1887, la mise en service du phare de la Vieille au milieu du Raz de Sein a pour conséquence l'arrêt du phare du Raz, le sémaphore continuera toujours d’exister et l’occupation pérenne des lieux, certes fort limitée, se renforça avec la construction des logements des gardiens dans les années 1880. Il constitue encore aujourd’hui, avec celui de la Pointe Saint Mathieu, l’un des 59 sémaphores des côtes françaises appartenant à la marine nationale et chargés de la surveillance maritime et aérienne des côtes. Si elle n’est plus première cette fonction de défense n’a donc pas pour autant disparu.

Un regard qui se structure autour du moi et du monde

5Le tournant culturel que constitue le Romantisme au cours de la première moitié du XIXe siècle semble être le moment majeur, identifié par Alain Corbin dans le territoire du vide, l’occident et le désir de rivage (1988), pour expliquer le début de changement de regard sur ces littoraux jadis isolés et sauvages. C’est en effet à cette époque que se forgea progressivement toute la mythologie longtemps utilisée pour attirer les premiers flux de visiteurs. François Guillet, aujourd’hui enseignant à Sciences Po Paris, montre dans son mémoire de maîtrise de l’université de Tours en 1984 Curiosité et comportements touristiques dans les régions côtières de l’Atlantique et de de La Manche sous la Monarchie censitaire d’après les guides de voyage comment se construisit l’image attractive de ces littoraux sauvages. Elle tourne autour de l’émergence d’une "esthétique du sublime" qui naît du spectacle grandiose de la nature et notamment ici de la mer déchaînée en cas de tempête. Certes elle n’appartient pas qu’aux paysages des littoraux : Victor Hugo ou Georges Sand éprouvent devant Gavarnie cette même émotion qui touche au sublime spectacle de la nature. Cependant c’est sur ces paysages de rochers granitiques littoraux dominant la mer et l’horizon, sur "cette multitude de pierres druidiques" (Jacques Cambry, 1795), que les premiers voyageurs éprouveront, plus particulièrement, le sentiment d’être seul au monde (on ne peut plus guère l’éprouver aujourd’hui face aux flux touristiques lorsque l’on va à la Pointe du Raz ou ailleurs). De fait, comme le souligne Yvon Le Scanff "Le sentiment de l’infini devient le lien métaphysique et symbolique qui unit l’Homme et la nature" (Le paysage romantique et l’expérience du sublime, 2007). C’est autour de ce rapport entre le moi et le monde, propre aux romantiques, que se structure l’image de la Pointe du Raz et les prémices de son attractivité. Hippolyte de la Morvonnais (1802-1853), auteur de la Thébaïde des grèves et ami de Chateaubriand (pour lequel il entreprit les démarches auprès de la municipalité de Saint Malo pour le faire inhumer à Grand Bé face au Grand Large), incarne ce courant romantique breton qui sut faire la promotion de ses littoraux en appelant les voyageurs à venir oser s’y promener. Auguste Brizeux (1803-1858), autre poète romantique breton, en célébrant par un poème le site de la Pointe du Raz, participe aussi grandement à sa promotion. Se met alors en place une toponymie et très vite des légendes qui lui sont associées et qui renverront aux mystères et à l’effroi de la mort. Sous la Pointe même, "l’enfer de Plogoff" est une galerie creusée par la mer que la légende a construit comme la caisse de résonnance des morts noyés hurlants leur désespoir. Un peu plus loin, la Baie des Trépassés (Bae An Anaon en breton) n’a de sinistre que le nom, que chante Auguste Brizeux : "La baie des Trépassés, blanche comme la craie : son sable pâle est fait des ossements broyés, et les bruits de ses bords sont les cris des noyés" : il s’agit en fait d’une erreur de traduction d’un site à l’origine appelé Bae An Avon, la baie de la rivière. Qu’importe, tout cela permet d’attirer les premiers touristes au XIXe siècle. Dans cette même veine s’établira au début du XXe siècle la statue Notre-Dame des Naufragés, que l’on trouve au centre du site. Elle semble, en théorie, appeler à la clémence pour tous les marins morts en mer. Il s’agit d’une sculpture en marbre faite en 1904 par Cyprien Godebski, un monument en fait non pas tant en lien avec l’activité maritime bretonne qu’en mémoire de son fils mort … au Tonkin !

6Au cours du XIXe siècle cette image de la pointe du Raz formée par les romantiques va ainsi s’imposer dans tous les guides : ceux de l’époque de la monarchie censitaire (étudiés par François Guillet) puis ceux des premiers guides Hachette du Second Empire et qui domineront la production des guides touristiques dans la deuxième moitié du XIXe (longtemps nommés les guides Joanne en se référant au directeur de la collection). Néanmoins à l’époque la Pointe du Raz n’est encore qu’un site remarquable parmi d’autres sur le littoral breton, et les tous premiers voyageurs et curieux appartiennent à une élite littéraire en mal de sensation. Les voyageurs devenant sans cesse plus nombreux au cours du siècle, la structuration d’un réseau de transport devient nécessaire pour les acheminer : la création de la ligne de chemin de fer Douarnenez Audierne via Pont Croix en 1894 (qui fonctionnera jusqu’en 1946) y répondra ; ceux-ci poursuivront alors en calèche jusque dans les années 1920 pour atteindre le site qui voit ainsi sa fréquentation augmenter et les premiers hôtels se créer : 2 dès 1909, 5 au total dans les années 20. Là encore, comme sur tous les littoraux, le rôle du chemin de fer est l’élément majeur qui permettra l’essor du tourisme balnéaire ou de villégiature.

7Il serait cependant erroné de croire que ce romantisme des landes sauvages des bouts du monde disparut définitivement avec l’entrée dans la modernité du XXe siècle. Le désenchantement du monde n’existe que pour ceux qui ne savent pas voir et n’éprouvent plus rien. Lorsqu’il s’agira de détruire l’hôtel de l’Iroise en 1997, tenu près de 50 ans par Madame le Coz, le groupe allemand électro pop Noyce TM autour du chanteur Florian Valentin Schäfer, saura réactiver cette image du romantisme dans la chanson et clip vidéo Year 03, utilisant les images de cet hôtel du bout du monde perdu dans la lande bretonne, clip visible depuis sur YouTube, et intégré au DVD de l’album Limited Coma sorti en 2006.

L’institutionnalisation d’un regard en grande partie artificielle

8Ce n’est cependant qu’après la Seconde Guerre Mondiale que le site de la Pointe du Raz s’imposa comme LE site de l’Armor finistérien à visiter. Cette institutionnalisation s’appuie sur un nouveau mythe puissamment activé, celui qu’elle constitue la pointe occidentale la plus extrême du territoire français qu’il faut aller voir également pour éprouver symboliquement, comme les hommes de la préhistoire ont dû l’éprouver, la finitude de l’espace terrestre. Atteindre le bout des terres, le "Finis-terre" , c’est rêver d’un départ vers le Grand Large que l’on ne fera jamais ; c’est s’assurer de visu des seules limites certaines de ce continent largement inventé qu’est l’Europe.

Figure 2 : Localisation des Pointes avancées du littoral breton avec l’aimable autorisation du site Port d’Attache.

Figure 2 : Localisation des Pointes avancées du littoral breton avec l’aimable autorisation du site Port d’Attache.

9Cependant dire que la Pointe du Raz est la pointe la plus extrême du territoire comme on l’entend souvent est presque vrai …mais inexact (ce que l’on sait peu et que l’on ne perçoit guère sur les cartes de France à petite échelle). La pointe Saint Mathieu dans le Finistère nord se trouve à 4 degrés 46 minutes et 24 secondes de longitude ouest par rapport au méridien origine de Greenwich alors que la pointe du Raz n’est qu’à 4 degrés 44 minutes et 28 secondes. Dès lors l’on pourrait se demander pourquoi ce n’est pas la pointe Saint Mathieu qui bénéficia de cet attrait symbolique ? Lorsque Jacques Cambry décrivit les côtes découpées du Finistère il n’établit aucune suprématie d’un lieu sur un autre et à vrai dire les deux sites sont assez similaires : des promontoires rocheux avancés sur la mer et équipés de phares et de sémaphores au cours du XIXe siècle. Néanmoins il est fort possible que la dimension religieuse implicitement présente avec les ruines de l’ancienne abbaye bénédictine de la Pointe Saint Mathieu ait pu générer une autre symbolique perturbant le message initial d’un bout du monde simplement géographique. Au sein d’une France qui se structurait, avec la bourgeoisie opportuniste de la fin du XIXe siècle, comme résolument Républicaine et laïque, la pointe du Raz fut désignée, dans l’imaginaire collectif, comme le "vrai" bout du monde du territoire métropolitain français. Dans un autre pays comme l’Espagne, resté jusqu’à un passé récent plus profondément catholique, et si l’ histoire hagiographique en avait décidé autrement en donnant plus de crédit à la légende de Saint Mathieu qu’à celle de Saint Jacques, la Pointe Saint Mathieu aurait pu rester un lieu de pèlerinage, un peu à l’image de Muxia sur le littoral de Galice où le sanctuaire de Nosa Señora da Barca sur la pointe da Barca ( la pointe de la barque) termine en réalité, là encore sur un promontoire rocheux battu par les vagues, le chemin de Saint Jacques face à l’océan Atlantique. Ce processus d’institutionnalisation, comme nous le montrons dans Du voyage rêvé au tourisme de masse (Thomas Daum, Eudes Girard, 2018) s’inscrit également dans un processus global de concentration des flux touristiques sur des points nodaux majeurs qui deviennent de loin les plus fréquentés… après une période initiale de l’histoire du tourisme où les flux étaient plus dispersés définissant un espace touristique national et régional plus composite et moins figé. Ainsi en va-t-il aujourd’hui de la Pointe du Raz dont la vue sur le Grand Large n’est aucunement plus spectaculaire que celle que l’on peut observer de la pointe de Pen Hir ou du cap de la Chèvre sur la presqu’île de Crozon, mais qui concentre pourtant des flux touristiques nettement plus importants. Il est vrai que le site est pensé et aménagé pour.

10La Pointe du Raz va effectivement subir, après la seconde guerre mondiale et au fur et à mesure de la concentration des flux sur le site, une série de transformations. D’abord celle de l’ère du tourisme de masse portée par les 30 glorieuses et qui voit sortir de terre, entre 1958 et 1962, un premier parking de 800 places au pied du sémaphore, des restaurants et une cité commerciale abritant 14 boutiques à souvenir : les marchands du temple d’un espace certes laïcisé mais qui vénère la beauté de la nature. Outre les hôtels de la Belle Epoque et de l’entre-deux-guerres le modeste hôtel de mer d’Iroise (celui de Marie Le Coz), un peu plus loin dans la Lande mais à proximité du site, se mettra en place en 1950. Néanmoins ce premier modèle d’aménagement confronté à une intensification (500 000 visiteurs dans les années 80) et concentration croissante des flux, aboutit à une dégradation paysagère toujours plus accentuée. Sous le piétinement d’une foule non canalisée le couvert végétal de la lande disparaissait inexorablement sans avoir le temps de se regénérer. Un autre modèle d’aménagement s’imposait.

11Ce fut, entre 1996 et 2000, celui de l’ère de l’aménagement paysager du Développement Durable mis en place par le conservatoire du littoral, après que le site ait été déclaré en 1989 "grand site national" et fait l’objet d’une opération d’aménagement dans le cadre des toutes premières Opérations Grand Sites. Estimé à l’origine à 40 millions de francs pour atteindre, au final, 65 millions, le syndicat mixte pour l’aménagement de la Pointe du Raz créé en 1991 réalisa ici la plus grande opération d’aménagement d’un site naturel : les infrastructures mises en place précédemment furent rasées (dont l’hôtel de l’Iroise en février 1997) et un nouvel espace commercial en partie enterré et non visible du site fut créé bien en amont, la lande fut replantée et entretenue, le parking également déplacé d’un kilomètre dans les terres, des chemins d’accès bien balisés donnant désormais accès au site. En 2004 la Pointe du Raz avec le pont du Gard, l’Aven d’Orgnac (Ardèche) et la montagne Sainte-Victoire seront les 4 premiers sites à devenir "Grand Site de France", label créé par le Ministère de l’Écologie et du développement durable (MEDD).

12Entre temps, parce que les géographes savent bien qu’il n’y a pas de déterminisme des espaces qui contraindraient ces derniers à suivre une destinée pré tracée, un autre projet d’aménagement, d’une toute autre nature, fut sérieusement envisagé. En effet la dimension touristique que suscite l’attraction des confins n’a pas toujours été dominante, ils ont pu également être l’enjeu d’autres aménagements : en 1975 c’est sur la commune de Plogoff dont le territoire communal (finage) s’étend jusqu’à la Pointe du Raz que le gouvernement, sous la présidence de Valéry Giscard d'Estaing, pense installer une centrale nucléaire (celle de Flamanville dans la Manche, également sur un littoral, est contemporaine de ce projet). Le site est définitivement choisi en 1978 et l’enquête publique, qui devait être une formalité avant de lancer les travaux, démarre en février 1980. Cette dernière nécessite cependant l’intervention des CRS pour qu’elle puisse se tenir car Plogoff est en février 1980 une commune au bord de l’insurrection : les forces de l’ordre sont caillassées, les routes barrées, des manifestations aux cris de "Mazoutés aujourd’hui (allusion à l’Amoco Cadiz), radioactifs demain ? " ou "Plogoff n’est pas à vendre" ont lieu sur place et à la préfecture de Quimper. Elles débordent souvent et débouchent sur des blessés chez les forces de l’ordre et les manifestants. Il suffit de lire les journaux de l’époque pour se rendre compte de la violence des manifestations et de la tension qui régnait. L’élection de François Mitterrand en mai 1981 créera une nouvelle donne et signera la fin du projet, comme celle d’Emmanuel Macron mettra fin au projet de l’aéroport de Notre Dame des Landes.

13Mais si hier La Pointe du Raz avec Plogoff aurait pu apparaître comme la pointe avancée de l’industrie nucléaire, elle apparaît bien aujourd’hui comme la pointe avancée du tourisme de masse (près de 800 000 visiteurs par an) et … durable. Telle était clairement en effet la légitimité du discours d’Ambroise Guellec, à l’époque député UDF puis UMP du Finistère, vice-président du conseil régional de Bretagne avant que ce dernier ne passe à gauche en 2004, et surtout président du syndicat mixte d’aménagement de la Pointe du Raz. Les années 90 qui voient le projet se définir puis se réaliser sont bien celles de l’émergence du Développement Durable, devenu progressivement l’alpha et l’oméga des politiques d’aménagement depuis la conférence de Rio ou sommet de la terre en juin 1992. A Madame Le Coz, propriétaire de l’hôtel de l’Iroise, dont la fragilité attira la sympathie des médias, et qui ne comprenait pas pourquoi elle devait partir, il répondait que le nouveau projet d’aménagement répondrait "aux enjeux touristiques, culturels et environnementaux de leur temps" : les trois dimensions du Développement Durable (l’économie, la société, l’environnement) sont déjà là en filigrane.

14Mais qu’en est-il sur le terrain ? Derrière l’apparence de l’aménagement d’un site naturel, c’est, par rapport à plusieurs dizaines d’années en arrière, une artificialisation du lieu qui est en réalité à l’œuvre dans l’opération Grand Site : le touriste y est convié à l’observation d’un espace dit "naturel", issu en fait d’une re-naturalisation forcée et marqué par un morcellement spatial. Quatre espaces y sont en effet aujourd’hui juxtaposés et clairement délimités :

  • L’espace commercial : le parking (3 francs selon le Guide Vert en 1981, 30 en 2000, 6,5 euros aujourd’hui (42,6 francs), 7 demain en 2020 pour faire un compte rond ? (46 francs)), les allées bétonnées jusqu’à la galerie commerciale des boutiques, des restaurants, judicieusement enterrés pour échapper au regard depuis la Pointe elle-même. S'y ajoute l’aire culturelle où sont visibles parfois pas moins de quatre expositions.

Figure 3 : L’espace commercial de la Pointe du Raz intégré au site dans le cadre d’une Opération Grand Site (OGS).

Figure 3 : L’espace commercial de la Pointe du Raz intégré au site dans le cadre d’une Opération Grand Site (OGS).
  • -L’espace de la promenade : dans la lande, par deux ou trois chemins possibles aménagés pour éviter les débordements qui ont râpé le couvert végétal de bruyère durant des décennies.

  • L’espace de l’aventure contrôlée : du monument Notre-Dame des Naufragés, on part par un sentier de plus en plus escarpé, descendant des rochers encore peu pentus : 500 mètres pour rejoindre un panneau qui annonce que les responsables du site déclinent toute responsabilité au-delà. Pour la plupart des touristes, courageux mais pas téméraires, la visite du site s’arrête là, l’horizon pourtant barré par le reste de la roche. Et donc une Pointe du Raz, qu’il n’est paradoxalement pas possible de voir, puisque trop dangereuse ! Les accidents n'y sont d'ailleurs pas rares comme en 2010 (une chute mortelle) ou 2013 (un adolescent blessé) ou encore en avril 2017 lorsqu’un sexagénaire chute en contrebas du chemin de randonnée.

  • L’espace de l’aventure risquée : au-delà, 400m de rochers chaotiques que parcourent ceux qui aiment à frôler le bord de précipices de 40 mètres de haut, se couler sous des rochers qui semblent délicieusement en équilibre, pour accéder enfin, dernier rétablissement, sur une plate-forme rocheuse devant laquelle le bout du site se termine en rétrécissant et plongeant sous l’eau, resurgit sous forme de deux grands rochers et disparait enfin, définitivement. Au loin, l’ile de Sein en est la dernière des résurgences.

15Le classement en 2004 de la Pointe du Raz comme Grand Site de France n’a donc été que la première étape d’un processus de rationalisation de l’offre touristique qui s'est ensuite généralisé à bien d'autres sites. Le nom de la Pointe du Raz, qui renvoie à un courant marin violent (on le retrouve dans raz de marée et dans l’anglais « race », la course), a été rallongé en 2012 de la terminaison "…en Cap Sizun" à l’occasion du renouvellement de la labellisation Grand Site de France obtenue cette année-là pour six ans et qui devrait donc être à nouveau renouvelée à la fin de l’année 2018. La volonté des pouvoirs publics locaux (communauté de communes du Cap Sizun, Conseil Général du Finistère et Région Bretagne) est d’étendre le périmètre labélisé, et donc visité, qui est passé ainsi de 200 à 2 000 hectares. Le site internet dédié ne s’en cache pas : "L’objectif du projet est de favoriser la découverte d’autres sites capistes remarquables en complément de la Pointe du Raz et par là-même de fixer la clientèle touristique sur le Cap Sizun pour en faire un véritable atout de développement économique". Le processus de polarisation du tourisme sur quelques sites de prestige pose en effet le problème de la pression foncière et de la dégradation paysagère mais aussi celui de la répartition de la manne financière, dont les communes alentour aimeraient profiter. Les pouvoirs publics tentent alors de la combattre par des reformulations à rallonge qui englobent plus large que le site lui-même et rappellent qu’il n’est que le centre d’une périphérie. La Pointe du Raz est ainsi au cœur d’un réseau dense de 450 kilomètres de sentiers de randonnée maillant le Cap Sizun. Elle est devenue une des étapes de la "route du vent solaire" qui relie le site à la baie d’Audierne plus au Sud : l’appellation est étrange, empruntée à Pierre-Jakez Hélias, l’auteur breton du Cheval d’orgueil (1975). Elle suggère, là encore, la prégnance des éléments naturels sur un territoire littoral en fait progressivement humanisé au cours des siècles (89 hab/km² selon l’Insee en 2016), où la densité du bâti dispersé le dispute aux restes encore visibles du bocage, tandis que treize tables d’interprétation aident le touriste à ne surtout pas se perdre... dans l’interprétation du paysage.

16L’histoire du site littoral de la Pointe du Raz montre comment l’essor du tourisme qui s’est développé et les aménagements successifs qui s’y sont mis en place s’inscrivent dans l’histoire économique, sociale et culturelle de la société française (le romantisme de la première moitié du XIXe siècle, le développement du train comme élément majeur de l’accès aux littoraux pour les premiers touristes, le tourisme de masse des 30 glorieuses, les principes du Développement Durable partout déclinés). Il montre aussi qu’il n’y a pas de déterminisme des espaces mais que la fonction qu’on leur attribue dépend fondamentalement des évolutions des sociétés et de leur histoire culturelle. Les fonctions de l’espace littoral de la Pointe du Raz, la fonction de défense et de surveillance, la fonction touristique prédominante depuis le XXe siècle, et celle qu’elle aurait pu avoir (un site de production d’électricité grâce à une centrale nucléaire) doivent être replacés dans une géohistoire complexe qui constitue la matrice de tout lieu.

Haut de page

Bibliographie

Clairay P. et Vincent J., 2008, "Le développement balnéaire breton : une histoire originale", Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, No.115-4, 201-233.

Corbin A., 1988, le territoire du vide, l’occident et le désir de rivage, Paris, Aubier.

Daum T., Girard E., 2018, Du Voyage rêvé au tourisme de masse, Paris, CNRS.

Guichoux M., 1997, "Portrait : Marie Le Coz, 77 ans, vient de fermer son hôtel de la Pointe du Raz. Démolition annoncée pour rendre le site à la nature. L’adieu à la pointe." 2 janvier 1997, Libération.

Guillet F., 1984, Curiosité et comportements touristiques dans les régions côtières de l’Atlantique et de de La Manche sous la Monarchie censitaire d’après les guides de voyage, Mémoire de maitrise Université de Tours.

Le Scanff Y., 2007, Le paysage romantique et l’expérience du sublime, Paris, Champ Vallon.

Meynier A., 1946, "Le relief du Massif Armoricain", L’information géographique, Vol.10, No.2, 57-59.

Perrono T., "Plogoff, février 1980, une commune au bord de l’insurrection" En Envor, revue électronique d’Histoire contemporaine en Bretagne. URL : http://enenvor.fr/eeo_revue/revue.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La Pointe du Raz et le phare de la Vieille sur le passage du Raz de Sein.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29631/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 176k
Titre Figure 2 : Localisation des Pointes avancées du littoral breton avec l’aimable autorisation du site Port d’Attache.
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29631/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Figure 3 : L’espace commercial de la Pointe du Raz intégré au site dans le cadre d’une Opération Grand Site (OGS).
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29631/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 194k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eudes Girard, « La Pointe du Raz : la construction sociale d’un espace littoral touristique majeur du territoire français », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 09 novembre 2018, consulté le 19 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29631

Haut de page

Auteur

Eudes Girard

Lycée Guez de Balzac Angoulême, France
Eudes.Girard@ac-poitiers.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page