Navigation – Plan du site
2018
876

Les paysages de rizières et leur évolution récente dans le delta du fleuve Gianh

Rice field landscapes and their recent evolution in the Gianh River delta
Huu Duy Nguyen, Françoise Ardillier-Carras et Laurent Touchart

Résumés

À partir des missions de terrain réalisées en 2015 et 2016, une question spécifique de recherche s’est progressivement construite sur le paysage du delta du fleuve Gianh (Province de Quang Binh, Centre du Vietnam). Depuis 1986 et la politique de renouveau du pays, la libéralisation économique et l’ouverture du Vietnam entraînent le remplacement des types d’utilisation du sol dans les espaces agricoles par des zones industrielles, commerciales et résidentielles. Les populations et les activités agricoles étant majoritairement installées dans la zone exposée aux risques d’inondation, les cartes de l’aléa d’inondation sont réalisées pour la prévention des inondations et pour aider à la mise en œuvre des mesures de protection. Celles-ci ont pour objectif de réduire la vulnérabilité des personnes et des biens, ainsi que d’aider les décisions d’aménagement et de développement du territoire comme par exemple interdire les implantations humaines dans les zones les plus dangereuses. Dans un contexte de croissance démographique, la diminution de la surface agricole donc de la production agricole totale et du nombre d’agriculteurs, a entraîné un problème d’insécurité alimentaire dans le delta. Les changements paysagers, dus à l’extension des constructions urbaines, et la croissance démographique, la déforestation à l’amont du fleuve ou la destruction de la mangrove pour l’exploitation piscicole, entraînent des problèmes environnementaux. Ces dynamiques aggravent les effets des catastrophes climatiques. De tels enjeux doivent guider les orientations des politiques d’aménagement le long du fleuve et dans le delta en particulier.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le Vietnam est un pays encore très rural et agricole. Près de 70% de la population vit en zone rurale. On comptait 63% d’actifs agricoles en 2010 et 47% en 2015 alors que le secteur agricole a contribué pour 19,7% au PIB en 2012, 18% en 2013 et environ 16% en 2015. Le secteur agricole a joué un rôle important dans le développement socio-économique du Vietnam.

2La pédologie ainsi que le climat sont plutôt favorables et permettent à l’agriculture de bénéficier d’un bon potentiel avec une grande variété de productions, où la riziculture occupe toutefois une place prépondérante, soit 34% de la production agricole. Le fleuve Gianh est l’un des plus grands de la région. Situé au centre du pays, au nord de la province de Quang Binh, il a une longueur de 158 km et un bassin-versant d’une superficie de 4 680 km², soit environ 58% de la superficie de la province. Son delta se caractérise par une extrême platitude, avec une altitude ne dépassant pas 5 mètres. La majeure partie du delta est occupée par l’activité agricole ; P. Gourou (1984) évoque un paysage de rizières maillées par un réseau de digues et de canaux.

3Depuis la politique du renouveau en 1986, le pays engage un processus de transition et de développement, alors que la croissance de l’urbanisation est de plus en plus forte. Comme dans d’autres pays émergents, au Vietnam, le statut « urbain » d’un territoire fait l’objet d’une décision administrative et ce territoire peut inclure des portions d’espace « rural » (Zaninetti et al., 2014). Dans le delta du fleuve Gianh, la croissance urbaine rapide qui accompagne le renouveau du pays, est liée à la croissance démographique, aux migrations de population, et contribue à la transformation du paysage.

4Le type de paysage dans le delta du fleuve Gianh est en accord avec la topographie et les politiques d’aménagement du pays : les forêts naturelles couvrent les collines, où sont également construits les barrages. Il existe, au sud du delta (district de Bo Trach), deux grands lacs de barrage, celui de Vuc Sanh et celui de Dong Ran, alors que des réseaux hydrologiques très denses traversent les villages. Une riziculture traditionnelle se situe sur les basses terres, à proximité du réseau hydrographique où les systèmes de digues et les canaux permettent de contrôler l’inondation (voir la figure 2).

5Dans le delta du fleuve Gianh, la question de l’usage du sol entre les activités agricoles et urbaines est d’actualité, mais aussi une source de polémique. Dans le contexte politique de croissance urbaine et démographique, les paysages rizicoles sont par endroits remplacés par des constructions et des infrastructures nouvelles. Cette concurrence est exacerbée par le fait de l'augmentation du risque d’inondation. De plus, une autre rivalité, qui porte cette fois sur la ressource en eau, se met en place entre les espaces ruraux et urbains.

6Dans un premier temps, nous présenterons en quoi les changements paysagers du delta sont liés à la politique économique, sociale et surtout à la croissance démographique ainsi qu’à l’urbanisation. Ensuite, dans un deuxième temps, nous nous intéresserons aux modifications des paysages provoquées par les catastrophes climatiques fréquentes dans notre zone d’étude : les typhons et les inondations. Enfin, dans un dernier temps, nous nous intéresserons à l’évolution du paysage et à ses enjeux.

Les paysages du delta du fleuve Gianh : premières observations

7Au cours de deux missions sur le terrain réalisées en 2015 et 2016, nous avons travaillé sur les paysages rizicoles dans le delta afin de décrypter leurs grands traits : d’abord le relief et l’hydrographie, ensuite les couverts végétaux et l’occupation agricole du sol, et enfin, l’occupation humaine et les infrastructures. De plus, nous avons réalisé des questionnaires dans 8 communes, auprès de 140 agriculteurs situés principalement le long du fleuve Gianh, dans des secteurs ayant subi de grands changements paysagers rizicoles en raison de la croissance urbaine et des inondations. La sélection des sites d’enquête n’a pas suivi une procédure d’échantillonnage systématique, mais il s’agissait d’avoir un groupe représentatif de l’ensemble de la population du delta.

8Les questionnaires sont construits avec les objectifs suivants :

  • Évaluer l’impact de l’urbanisation sur le devenir de la structure agraire (afin de mieux définir la dynamique des changements spatiaux et sociaux).

  • Construire une typologie des cultures et des systèmes de production agricoles et piscicoles en aval du fleuve Gianh.

  • Comprendre l’impact des inondations sur l’agriculture pour lutter contre ces dernières.

  • Connaître les aménagements humains sur le fleuve Gianh pour diminuer leurs effets et pour développer l’agriculture.

Figure 1 : La topographie et les réseaux hydrographiques du bassin versant du fleuve Gianh

Figure 1 : La topographie et les réseaux hydrographiques du bassin versant du fleuve Gianh

9On peut d’abord distinguer les paysages de la zone côtière, qui sont composés de zones plates et sableuses : en bordure de la mer se trouve le cordon littoral, qui est une bande large d’environ 1 km au niveau de la ville. Sur ces sables côtiers récents, la végétation arborée est composée essentiellement de mangroves d’arbres Filaos permettant de lutter contre les vagues et les tempêtes.

10Bien que les nombreux villages soient situés très près de la mer, ils sont très densément peuplés. La route nationale 1A qui les traverse représente un axe important de communication ; elle relie la partie sud à la partie nord du pays. On y trouve aussi le port de pêche et la criée ainsi que les villages où les habitants travaillent principalement dans le secteur piscicole.

11Quand on progresse de la mer vers l’arrière-pays, " l’utilisation des terres est régie dans une large mesure par la topographie " (Mellac, 2000 ; Castella, 2005). On remarque que le relief est encore plat ; cependant il existe aussi des massifs de basses collines, culminant à 50 mètres d’altitude et couverts par des forêts naturelles. Les plaines situées à des altitudes de 0 à 10 mètres sont larges d’environ 10 km, ce qui explique que des aménagements rizicoles et des habitations soient installés ici.

12D’un point de vue hydrologique, il existe " une homogénéité des règles d’organisation spatiale des ressources naturelles, autour des axes constitués par les vallées rizicoles – réseau hydrographique – routes " (Castella, 2005). Le bassin versant du fleuve Gianh présente un réseau riche et complexe. Ses principaux affluents, le Son et le Rao Tro, ont des caractéristiques hydrologiques torrentielles, qui peuvent être à l’origine de l’aggravation des inondations dans les parties basses où s’accumulent les eaux de crue du cours d’eau principal et de ses principaux affluents. Le lit mineur du fleuve a des îlots qui correspondent aux communes de Quang Van, Quang Hai et Quang Minh, où sont aménagées les rizicultures et les zones d’habitats, en plus des réseaux de digues entourant ces communes. Le paysage est influencé à la fois par le milieu naturel et par les activités anthropiques. On retrouve donc, dans chaque région, un paysage particulier. L’aménagement du territoire est lié à l’hydrologie et à l’approvisionnement en eau.

13Les villages, situés entre les rizières et les collines, s’étirent le long du chemin ou de la route. Les habitations se trouvant toutes en hauteur. Les communications sont plus faciles dans le delta, espace évasé et plat, que dans la région en amont du fleuve. Dans le delta, il existe trois types de voies de communication : la route, les pistes et les chemins. Si les pistes semblent correctement entretenues dans le delta, qui est fortement peuplé, c'est lié à la nécessité de faciliter l'acheminement des récoltes. À côté de cela, les chemins bénéficient aussi d'un entretien, afin de permettre aisément les déplacements pédestres entre les routes et certains villages.

La construction des paysages rizicoles dans le delta du fleuve Gianh

14Les paysages et les activités humaines ne se limitent pas à la forêt, aux essarts, à la riziculture irriguée et aux arbres plantés. Les pratiques de transformation de l’occupation des sols énoncées ne suffisent pas à expliquer le paysage. Des éléments peu représentatifs en termes de surfaces apportent une diversité supplémentaire au paysage. Le paysage est le résultat de pratiques d’agriculteurs évoluant dans un contexte social donné. Il ne serait pas le même dans un autre contexte social " (Locatelli, 2004).

15Les rizières occupent la place la plus importante dans le processus de construction et d’évolution des paysages agricoles dans le delta du fleuve Gianh. Dans le cas de la zone d’étude, dont la culture est un facteur de diversité dans le paysage, il y a aussi l’urbanisation, l’irrigation…Cependant, une grande partie des habitants travaille principalement dans le secteur rizicole qui assure les principaux emplois et les revenus.

Figure 2 : Coupe du paysage dans le delta du fleuve Gianh, au niveau des communes de Quang Thuan et Ha Trach

Figure 2 : Coupe du paysage dans le delta du fleuve Gianh, au niveau des communes de Quang Thuan et Ha Trach

16Les points rouges et les points bleus correspondent aux lieux où ont été prises les photographies présentées ci-dessous.

17Dans le delta du fleuve Gianh, les parcelles sont situées sur la partie basse et irrigable de la plaine. Cette zone a une largeur d’environ 10 km. Cependant, de nombreuses activités non agricoles, notamment le bâti commercial et résidentiel, sont aussi installées dans cette zone. Le parcellaire paysager initial est divisé en une multitude de petites parcelles séparées par des diguettes de quelques décimètres de haut et de large.

18Dans cette région tropicale du centre du Vietnam, le climat est soumis à l’influence des moussons. Il présente deux saisons principales : l’une de mai à août, l’autre de septembre à avril. Cette dernière se compose de deux sous-saisons : une période de typhons et d’inondations de septembre à novembre, le mois d’octobre étant généralement le plus pluvieux (de 400 à 600 mm). De décembre à avril, il fait froid, la température peut descendre en dessous de 10 degrés et les quantités de pluies pendant cette période sont très faibles. Pendant les mois de mai, juin, juillet et août, les températures peuvent monter jusqu’à 40° ou 41°. Le climat tropical du Vietnam est très favorable à l'agriculture.

19Le calendrier rizicole dans le delta s’organise en plusieurs étapes, liées aux saisons. Les semis sont réalisés en novembre décembre, puis sont repiqués dans les rizières en janvier. Les mois de février, mars et avril sont dédiés au désherbage de la rizière, et à l’irrigation si besoin. La récolte est réalisée en mai ou juin. Ensuite le sol des rizières est labouré et le riz est semé dans les pépinières. Les rizières sont asséchées en juillet, et le riz germé est repiqué dans ces dernières en août. En octobre, une seconde récolte est possible. Par ailleurs, il est possible pour les agriculteurs de cultiver d’autres plantes de septembre (ou octobre) à janvier (ou février) (patate douce, tomate, ail, moutarde verte).

20D’après les observations réalisées sur le terrain et les entretiens menés auprès de la population, nous avons pu déterminer deux types de terres : celles où alternent deux cultures de riz et une culture sèche, et celles n’ayant qu’une seule culture de riz. Les champs possédant deux cultures sont situées à une altitude variant de 1 à 3 m, et sont localisés sur la rive droite du fleuve. Les champs ne possédant qu’une seule culture sont situés sur la rive gauche, à une altitude allant de 0 à 2 mètres.

21Ces différences sont liées à la position des champs par rapport aux équipements, notamment ceux pour l’irrigation. En effet, les champs situés sur la rive droite sont à proximité de lacs de barrages, facilitant ainsi l’irrigation et la présence de plusieurs cultures, tandis que les terres situées sur la rive gauche n’ont pas ou peu d’aménagements pour leur irrigation.

22Le paysage rizicole de la zone deltaïque est ainsi marqué par les aménagements pour l’irrigation et par l’évolution saisonnière des parcelles rizicoles. Les rizières sont organisées en casiers où l’eau circule d’un casier à l’autre. Avant la modernisation de l'irrigation, les agriculteurs ont creusé des canaux au milieu des champs, où les rivières sont connectées avec les réseaux de stockage artificiels d’eau (sortes de petits réservoirs). Autrefois, les agriculteurs utilisaient deux principaux outils pour élever l’eau dans toute la région du nord au Vietnam : l'écope à panier, cái gâu dai, et l'écope à trépied, cái gâu sòng. Cependant, maintenant, les réseaux d’irrigation du delta du fleuve Gianh sont construits en béton et alimentés par les réservoirs situés sur les collines. L’aménagement de réservoirs est essentiel pour que l’eau d’irrigation soit contrôlée pendant toute la saison, afin de servir l’activité agricole et limiter le risque d’inondation pendant la saison des pluies. Ainsi, depuis 2005, le comité populaire de la province a construit 25 nouvelles retenues d’eau et une station de pompage.

Photo 1 : Les réseaux d’irrigation dans le delta du fleuve Gianh

Photo 1 : Les réseaux d’irrigation dans le delta du fleuve Gianh

23Les canaux conduisent l’eau vers les rizières dans la plaine du delta du fleuve Gianh (Point rouge sur la figure 2). L’eau, provenant d’un réservoir situé sur la colline dans le delta du fleuve Gianh, s’écoule du canal jusqu’en haut de la parcelle à travers un petit muret percé d’ouvertures.

Photo 2 : Le réservoir dans le delta du fleuve Gianh

Photo 2 : Le réservoir dans le delta du fleuve Gianh

24La plupart des retenues sont de petite taille (photo 2A). La photo 2B, axée sur le réservoir de Vuc Sanh (point bleu sur la figure 2) montre aussi la présence de réservoirs plus étendus. Celui-ci a été construit en béton en 2013. Situé dans la colline du delta du fleuve, c’est l’un des plus grands dans le delta pour un volume d’eau stockée de 3,2 millions de m3 avec une surface de 4,5 km². Grâce aux réseaux d’irrigation qui sont aménagés, l’eau venant du lac de barrage va jusque dans les rizières de plaine.

25Les réseaux de digues ont joué un rôle de plus en plus important pour développer l’agriculture, ainsi que pour protéger les habitants. Sur le fleuve Gianh, ils ont été construits depuis le XIe siècle sous la dynastie Ly, permettant d’accueillir beaucoup d'habitants et de développer la culture du riz massivement dans le pays. À l’époque coloniale, ce processus d’endiguement dans les zones inondables s'est intensifié (Béthemont, 2000 ; Mottet et Roche, 2008). Depuis 1990, avec l’aide financière de fonds internationaux, les réseaux se sont de plus en plus renforcés. Au cours de l’histoire, les Vietnamiens ont consolidé, rehaussé les réseaux de digues (Mottet et Roche, 2008) et la protection de l’arrière du littoral est une priorité pour les habitants. Cependant, les réseaux de digues jadis construits en sable et en pierre sont aujourd’hui remplacés par des digues en béton pour la lutte contre les catastrophes naturelles qui sont de plus en plus fortes ; en outre, ils sont plus solides et n’ont pas besoin d’être refaits chaque année. Le réseau de digues dans le delta du fleuve Gianh mesure à peu près 99 km pour des hauteurs comprises entre 1,5 m et 3 m et des largeurs comprises entre 2 m à 3 m.

Figure 3 : Le système de digues dans le delta du fleuve Gianh

Figure 3 : Le système de digues dans le delta du fleuve Gianh

26La figure 3 montre le système de digues construit en béton le long des berges du fleuve Gianh et ses affluents pour la lutte contre les inondations. C’est un des réseaux de digues les plus importants de la province de Quang Binh, notamment dans les communes se situant près de la mer où il y a une forte densité de population, et où sont situés les centres commerciaux et administratifs de la région. Ces systèmes de digues ont deux statuts, soit national soit régional. En raison des typhons et des fortes pluies, elles sont soumises au risque de rupture comme en 2012, 2013, et 2016, bien qu’elles soient améliorées chaque année.

Photo 3 : La digue dans le delta du fleuve Gianh

Photo 3 : La digue dans le delta du fleuve Gianh

27La photo 3A (prise depuis la surface de la digue qui sert de chemin) montre une digue en béton dans la commune de Bac Trach sur le delta du fleuve Gianh. Sur la photo 3B, on voit une partie d’un réseau de drainage passant sous la digue, pour évacuer les eaux de pluie vers les zones situées derrière les digues (vers le fleuve). Les aménagements hydrauliques de régulation pour l’alimentation en eau d’irrigation sont issus d’une tradition de maîtrise de l’eau.

Les grandes transformations des paysages rizicoles (Années 1989-2013)

28Parmi les différents types d’occupation du sol dans le delta du fleuve Gianh, une grande partie se localise autour des villages. Au cours des enquêtes que le premier auteur a réalisées en 2015 et 2016, il a été observé que les terres des villageois sont de petite taille et dispersées dans le delta. D’autre part, les paysages rizicoles sont fragmentés et se situent le long du lit majeur du fleuve ; ils sont entourés par les canaux et les réseaux d’irrigation ainsi que par les rizières qui sont concentrées autour des villages.

Figure 4 : Coupe du paysage du delta du fleuve Gianh, au niveau de la ville de Ba Don et des communes de Quang Hoa et Quang Loc

Figure 4 : Coupe du paysage du delta du fleuve Gianh, au niveau de la ville de Ba Don et des communes de Quang Hoa et Quang Loc

29Les paysages qui composent le delta sont aménagés selon les conditions topographiques, hydrologiques et climatiques ; ils sont traditionnellement partagés entre deux fonctions principales : l’habitat et la riziculture. L’évolution de l’urbanisation conditionne les transformations des paysages de rizières au détriment de la forêt. Le tableau ci-dessous indique l’évolution du paysage dans la zone inondable du bassin versant de 1989 à 2013 grâce aux cartes de l’occupation du sol issues de l’interprétation d’images satellite Landsat avec la méthode de comparaison des classifications par la télédétection (Hoang et al, 2009 ; Adama Sarr, 2009). Cinq classes de paysages ont été répertoriées sur le tableau ci-dessous.

Tableau 1 : Occupation du sol dans la zone inondable du delta du fleuve Gianh en superficie et en pourcentage de 1989 à 2013

Année

1989

2003

2013

Evolution 1989 – 2013

ha

%

ha

%

ha

%

Urbanisation

1 529

11,44

2 414

17,99

3 566

26,42

+++

Agriculture

5 662

42,36

6 836

50,93

6 176

45,76

=

Pisciculture

178

1,33

703

5,24

947

7,02

++

Arbres fruitiers

1 692

12,66

265

1,97

243

1,8

---

Forêt

1 849

13,83

800

5,96

303

2,25

---

(La mangrove est incluse dans les chiffres de la forêt)

30Le tableau ci-dessus montre que les superficies de forêt, de vergers, comme de riziculture sont affectées par l’urbanisation. Le recul des terres agricoles dans le tableau reste très faible. Mais les surfaces des vergers ont diminué et sont remplacées par les surfaces rizicoles, entraînant la modification du paysage rizicole.

31Une analyse des facteurs de transformation entre l’évolution des paysages et la démographie ou le contexte socio-économique ou politique permet de mieux comprendre la situation de l’agriculture dans la zone d’étude, afin d'orienter les stratégies ainsi que la politique pour s'adapter aux changements et pour assurer la sécurité alimentaire.

Les facteurs des transformations des paysages rizicoles dans la zone inondable du delta du fleuve Gianh

32L’observation du changement de paysage rizicole nous explique pourquoi la situation politique ou économique joue un rôle dans la dynamique du paysage de riziculture. Cela nécessite d’envisager quelles sont les relations possibles entre ces éléments. C’est l’action de différents facteurs spécifiques qui entraîne, aujourd’hui, des transformations paysagères.

La concurrence entre exploitations agricoles comme déclencheur des mutations paysagères

33Grâce à la croissance urbaine dans le delta, la proximité du marché urbain est très avantageuse pour les agriculteurs. De ce fait, ils bénéficient d'une bonne place pour vendre leurs produits auprès de la population. Cependant, cette croissance urbaine entraîne également le développement des réseaux de transports entre les régions ; les distances effectives entre les régions deviennent moins importantes. Les agriculteurs dans le delta du fleuve Gianh sont ainsi concurrencés par les exploitants d’autres régions, des deltas du fleuve Rouge et du Mékong au Vietnam, ou plus loin, en Thaïlande, en Chine, etc. où il y a de meilleures conditions de développement agricole et davantage d’investissements pour l’agriculture. Cette concurrence entre le delta du fleuve Gianh et les autres deltas s’explique par différents facteurs :

  • Dans les deltas du Mékong et du fleuve Rouge, l’abondance de la ressource en eau grâce à la densité du réseau hydrographique, ainsi que les alluvions des fleuves qui possèdent des qualités agronomiques, permettent de fertiliser les sols. Cela est associé à l’aménagement de nombreux réseaux d’irrigation artificiels par le gouvernement qui permet une intensification des productions agricoles (Fanchette, 2014). Bien que ces deltas soient souvent touchés par les inondations, ce sont deux greniers à riz du Vietnam. Le gouvernement y a donc construit des réseaux de digues plus solides que ceux du delta du fleuve Gianh, ce qui limite les dégâts.

  • Toujours dans ces deux autres grands deltas, une grande partie de la surface rizicole est disponible, ce qui permet des revenus agricoles plus importants et la sécurité alimentaire dans la région (Franck et Dao, 1997). Dans le delta du fleuve Gianh, les exploitations rizicoles doivent faire face à une concurrence pour l’espace avec d’autres activités comme l’urbanisation, l’industrialisation, etc.

  • Enfin, dans le delta du fleuve Gianh, les surfaces agricoles sont divisées en petites parcelles de rizières d’environ 500 m², alors que dans les deux grands deltas, les surfaces moyennes des parcelles sont d’environ 2 800 m². Cela entraîne des difficultés pour l’alimentation en eau d’irrigation et pour les récoltes.

34Les inondations dans le delta sont toujours un grave problème pour les agriculteurs, notamment dans la zone côtière. La submersion marine a aussi des effets sur la zone agricole : par exemple, les parcelles agricoles sont inondées et salinisées. Quant à la pisciculture, lorsqu'un typhon arrive, il détruit toutes les activités piscicoles. Par exemple, dans les communes se situant près de la mer, telles Quang Phuc, Quang Thuan, les surfaces rizicoles sont salinisées et acidifiées ; les agriculteurs utilisaient donc des engrais industriels pour entretenir les parcelles, les rehausser, nettoyer les canaux, etc. La riziculture dans le delta du fleuve Gianh peut difficilement s’aligner sur le prix des autres régions. Dans un contexte concurrentiel et mondialisé, son atout principal de proximité n’est plus suffisant pour maintenir l’activité.

35De plus, depuis le milieu du XXe siècle, les activités piscicoles se développent avec un rendement plus élevé. Elles remplacent donc de plus en plus les surfaces rizicoles, en particulier en aval du fleuve.

Les mutations socio-économiques et la croissance urbaine, phénomènes aggravant les mutations paysagères

36La dynamique des surfaces rizicoles est liée à la question du contexte social et politique. Malgré des éléments déclencheurs communs, le delta du fleuve Gianh a connu des facteurs aggravants directement liés à l'histoire culturelle du pays. La province de Quang Binh en général et le delta du fleuve Gianh en particulier ont mis en place une politique d’éducation pour lutter contre l’analphabétisme à partir de 1953. Tous les enfants et les jeunes devaient aller à l’école. Avant 1945, il n’existait qu'une seule école dans le district de Quang Trach dans le delta ; en 2014, le taux d’alphabétisation est très élevé, atteignant 96%. Avec cette politique, une grande partie de la main d’œuvre dans les familles a été réduite. Ces facteurs provoquèrent un déclin continu du nombre d'agriculteurs dans ce delta.

37Le développement économique s’accompagne d’une intensification de l’urbanisation, entraînant de nombreuses activités industrielles et impliquant depuis quelques années une transformation des paysages à un rythme spectaculaire (Mottet et Roche, 2008). Au niveau de l’agriculture, l’accroissement du nombre de personnes dans la famille signifie une main-d’œuvre et des besoins plus importants (Locatelli, 2004). Au niveau du delta, l’augmentation de la population se traduit par des modifications du paysage, par exemple le développement des infrastructures et de l’urbanisation, ainsi que la répartition de la population entre les communes dans la région avec les migrations locales (par exemple, la ville de Ba Don a une densité de population d’environ 4 500 hab. /km², alors qu’elle est de 200 hab./km² à Ha Trach). Le nombre d’habitants détermine les besoins alimentaires. Dans un contexte de transition démographique, la riziculture doit s’adapter pour répondre à ces besoins, ce qui implique des mutations paysagères. Néanmoins les risques naturels (typhons, inondations) ou anthropiques (pression sur la surface) ne permettent pas des rendements suffisants pour nourrir toute la population.

38Les résultats montrent que les surfaces occupées par la riziculture connaissent une évolution complexe : entre 1989 et 2003, elles ont augmenté, puis elles ont diminué entre 2003 et 2013. En effet, l’évolution des paysages du delta est aussi fortement liée à la répartition de la population. Les surfaces rizicoles tendent à être élevées dès lors que la densité de population est faible, tandis que ces surfaces sont moins grandes lorsque les densités de population sont fortes (voir le graphique 1).

Graphique 1 : L’évolution de la population dans huit communes dans le delta du fleuve Gianh de 1995 à 2013

Graphique 1 : L’évolution de la population dans huit communes dans le delta du fleuve Gianh de 1995 à 2013

39La croissance démographique et la situation géographique de la zone d’étude (la proximité de la capitale de la province, la ville de Dong Hoi) ont entraîné une extension urbaine responsable de la diminution des surfaces agricoles. D’ici 2020, le paysage rizicole sera modifié sous le coup de l’urbanisation. La commune de Ba Don a vu son paysage rizicole totalement disparaître et laisser la place à un paysage urbain. A cette période, le Comité construira un projet d’aménagement de plage afin de favoriser le développement touristique de la zone (figure 5). De plus, selon l’estimation du département de la construction, la croissance démographique dans le delta du fleuve Gianh sera de plus en plus forte (environ 60% - 70% d’augmentation par rapport à 2010 et 2030) et, avec la politique de la croissance de l’urbanisation du Comité Populaire de la province, la totalité des surfaces rizicoles dans les communes de Quang Thuan et Quang Phuc aura disparu en 2030.

Figure 5 : Les projets de l’urbanisation à l’horizon 2020

Figure 5 : Les projets de l’urbanisation à l’horizon 2020

Figure 6 : Évolution en coupe des villes de Quang Thuan et Ha Trach de 2013 à 2030

Figure 6 : Évolution en coupe des villes de Quang Thuan et Ha Trach de 2013 à 2030

40En effet, de nouveaux bâtiments seront construits en 2030 sur des milliers d’hectares de surfaces agricoles et de zones humides du fleuve Gianh. Il y a deux formes distinctes de villages : les nouveaux bâtiments et les maisons traditionnelles. Les nouveaux bâtiments se rapprochent des immeubles avec plusieurs étages qui contrastent avec les habitations traditionnelles. Ces dernières prennent la forme de maisons avec un seul étage ou deux étages et un jardin. Les immeubles entraîneront une verticalité dans le paysage, qui n’était pas présente avec les maisons traditionnelles. Les nouvelles populations s’installeront dans ces espaces. Elles auront besoin de produits alimentaires pour vivre. Comme les surfaces rizicoles sont réduites, les agriculteurs changent de métier pour le commerce ou l’industrie. De ce fait, cela amène plusieurs problèmes alimentaires et sociaux.

41Parmi les questions posées, l'une portait sur l’urbanisation (elle était ainsi rédigée : Quels sont les changements des surfaces bâties de votre famille ?). Lors de notre mission sur le terrain en 2015, nous avons interrogé 140 personnes habitant dans 8 communes dans le delta du fleuve Gianh. Personne n’a dit que les surfaces bâties ont diminué. 57 personnes (40,7%) ont répondu que les surfaces bâties de leurs familles ont augmenté en raison de l’augmentation des membres de la famille et de l’amélioration de la qualité de la vie ; Il y a donc une forte demande de construction. 80 personnes (59,3%) ont dit que les surfaces bâties sont restées les mêmes. Selon les agriculteurs, les surfaces rizicoles ont diminué en raison de la construction, par le comité populaire de la province, de nouveaux chemins pour répondre aux besoins des habitants et pour les échanges commerciaux. 3 personnes ont dit que les surfaces restaient identiques.

42Les paysages rizicoles dans le delta font face non seulement aux mutations socio-économiques et à la pression urbaine, mais aussi aux inondations. Ce changement accroît l’imperméabilisation des sols en cas d’inondation. Ainsi l’eau ne s’infiltre plus, ruisselle et s’accumule dans les régions basses. Le sol joue un rôle de « tampon » lors des fortes pluies. Ces problèmes engendrent des difficultés pour la riziculture.

Les inondations dans le paysage rizicole du delta du fleuve Gianh

43Le delta du fleuve Gianh se situe dans une région tropicale humide, souvent touchée par les typhons ; la transformation du paysage aggrave les inondations dans le delta. La mangrove, la forêt et les zones rizicoles sont en diminution alors que ces espaces jouent un rôle important pour la lutte contre les inondations et les typhons dans la région (Cosandey, 2004). En effet, les mangroves forment dans ce delta une sorte de mur aidant à ralentir l’action des vagues pour protéger les digues ; la forêt joue aussi un rôle essentiel et sa disparition affecte directement le ruissellement, les crues, les tempêtes... (Cosandey, 2004). " La dégradation des forêts de mangrove réduit les fonctions de protection de zone humide comme la stabilisation de la berge et la protection contre les tempêtes et les typhons, provoquant ainsi l'augmentation des risques d'inondation " (Tran et Shaw, 2007b ; Luong, 2012). Cependant, le développement de la pisciculture, les constructions et programmes liés à l’aménagement du territoire ont entraîné la déforestation. Des modifications des zones humides entraînent des changements de conditions d’écoulement des flux d’inondation qui viennent depuis l’amont. Les mutations programmées du paysage traditionnel du delta sont l’un des facteurs d’aggravation de la vulnérabilité.

44La saison des typhons s’étend de septembre à novembre dans le centre-nord du Vietnam. Dans la province de Quang Binh, entre 1970 et 2013, il y a eu 85 typhons et 21 perturbations tropicales, soit au moins deux par an. Les fortes précipitations des montagnes s’écoulent très rapidement vers la mer. Ainsi, le typhon Nari a déversé plus de 600 mm de précipitations sur le bassin versant du fleuve Gianh les 15 et 16 octobre 2013. Les pluies ont été enregistrées le matin du 15 octobre avec une intensité de 250 mm par jour et ont augmenté jusqu’à plus de 400 mm par jour à la station de Ba Don en aval du fleuve, avec un pic d’inondation d’environ 3,8 m à cette station (graphique 2).

Graphique 2 : Le niveau de l’inondation en 2013 à la station de Ba Don en aval du fleuve Gianh

Graphique 2 : Le niveau de l’inondation en 2013 à la station de Ba Don en aval du fleuve Gianh

45Selon Hoyt et Langbein, " les inondations font tout autant partie du paysage que les collines et les vallées. Ce sont des éléments naturels avec lesquels il faut coexister, des évènements qui demandent une certaine adaptation de notre part ". L’aménagement du paysage dans les zones inondables est considéré comme l’un des moyens d’adaptation les plus efficaces (Kamal et Iman, 1990). Dans le delta, nous pouvons distinguer deux types d’inondation : c’est d’abord, la submersion correspond aux hautes eaux du fleuve et à la saison des pluies. C’est une invasion annuelle de l’espace par des eaux, contrôlée par les endiguements et les canaux. En raison du faible relief et des réseaux hydrologiques denses, les submersions ont lieu plusieurs fois par an, mais elles ne provoquent pas de grands dommages. D’autre part, il existe les inondations hors contrôle, dues à des événements météorologiques exceptionnels, comme les tempêtes tropicales.

46Le delta du fleuve Gianh est souvent touché par le deuxième type d’inondation dû aux typhons en raison de sa situation géographique. Le niveau du fleuve Gianh déborde des digues ; le delta est exposé fortement au risque d’inondation fluviale en combinant fortes pluies et montée du niveau de la mer au passage des typhons qui ont tendance à augmenter depuis 2005 selon les données du centre de météorologie et d’hydrologie de la Province. Le contrôle est beaucoup moins efficace, même si certains endiguements sont destinés à limiter les dégâts de ces événements.

47Afin de mettre en évidence les zones inondées éventuelles, une carte de l’aléa d’inondation a été établie à partir de la carte d’inondation et de la carte de la vitesse du courant, pour analyser les risques d’inondations dans le bassin versant. De plus, à partir de la carte de l’aménagement urbain en 2020 et de la carte de l’aléa d’inondation de 2013, nous avons réalisé une carte de l’aléa à une échelle plus fine dans deux communes (Quang Phuc et Quang Thuan), afin de traiter les modifications hydrauliques.

Figure 7 : L’aléa d’inondation en aval du fleuve Gianh (7A) et dans deux communes (7B), après le typhon Nari en 2013

Figure 7 : L’aléa d’inondation en aval du fleuve Gianh (7A) et dans deux communes (7B), après le typhon Nari en 2013

48La figure 7A montre que l’aléa est élevé pour la zone ayant une topographie faible et où la profondeur d’inondation est située entre 2 et 3 m avec une vitesse forte ainsi qu’une longue durée de submersion. La figure 7B présente le risque d’inondation dans les communes de Quang Phuc et Quang Thuan : plus de 80% de la zone urbaine se situeront dans la zone d’aléa fort à très fort en 2020. Les autorités ont adopté une stratégie de résistance des plus classiques, comme par exemple le renforcement des digues, la construction de réservoirs et l’aménagement du territoire, ainsi que l’augmentation de la surface de mangrove pour éviter à la zone un risque fort et pour protéger les habitants et l’agriculture. Environ 8 km de digues se situent dans les communes de Quang Thuan et Quang Phuc. En 2011, 10 km de digues en béton ont été construits dans les communes de My trach, Ha Trach, et Bac Trach. De plus, une petite partie de digue opposée à la mer a été construite en béton avec un toit en 2012.

49Une enquête a été réalisée auprès de 40 personnes qui habitent dans les communes de Quang Phuc, Quang Thuan et Ha Trach ou près des surfaces de mangroves, une question était ainsi rédigée : Quels sont les changements des surfaces de mangroves ou forestières dans votre quartier ou village ? 12 personnes (30%) ont dit que les surfaces de forêt ont diminué, car chaque année, la forêt étant détruite en raison des typhons. De plus, les surfaces des forêts protégées sont coupées et remplacées par des constructions. En outre, les populations coupent les forêts pour le chauffage. Enfin, le développement de la pisciculture a entraîné la déforestation pour aménager des étangs ou des lacs. Cependant, 21 personnes (52,5%) ont dit que les surfaces des mangroves ont augmenté, car chaque année, depuis, 2005, le comité populaire de la province de Quang Binh a planté beaucoup de forêts et il y a beaucoup de projets de plantation de forêts dans les communes de Quang Phuc et Quang Thuan pour la lutte contre les typhons ou les inondations. 7 personnes interrogées (17,5%) pensent que la surface de forêt est restée la même.

50Pour la question de l’aménagement du territoire, la question était rédigée ainsi : Quel aménagement aimeriez-vous voir réalisé sur le fleuve Gianh ? Plus de 69% des personnes interrogées veulent l’endiguement et près de 20 % prônent la plantation de forêts ; le reste souhaite construire un centre industriel pour créer des emplois et remplacer les cultures qui rencontrent des difficultés.

51Dans cet article, nous proposons la gestion de l’inondation, qui n’existe pas encore dans le delta du fleuve Gianh, via une carte d’aléa. Cela permettra d’orienter les politiques de prévention des risques afin d’aider les décideurs de la planification urbaine, de l’agriculture et ainsi réduire la vulnérabilité. Par exemple, à partir de cette carte d’aléa d’inondation, nous pouvons proposer quelques idées pour aménager le paysage dans la zone inondable du delta : ne pas installer de nouvelles constructions dans les zones où l’aléa est fort, très fort et extrême, et augmenter le nombre d’habitants dans les zones d’aléa faible et moyen.

Les impacts des modifications du paysage rizicole et des inondations : une concurrence pour la ressource en eau et pour l’espace

52L’intérêt du delta du fleuve Gianh est que, dans ce cadre, il est représentatif de la situation générale au Vietnam. L’agriculture intensive est rendue possible grâce au relief plat, à l’abondance des ressources naturelles (comme l’eau) et à l’aménagement des réseaux d’irrigation (réservoirs) qui assure la sécurité alimentaire dans la région et le pays. Bien que le delta soit une zone très favorable pour développer l’agriculture, il connaît aussi de nombreuses contraintes liées à la géomorphologie et à l'hydrologie comme les typhons, les inondations et l'érosion. Ces phénomènes en font un milieu convoité comme dans d’autres deltas du Vietnam, par exemple ceux du fleuve Rouge et du Mékong.

53D’autre part, la population agricole connaît de forts bouleversements occasionnant des flux de migrations vers les centres urbains pour trouver du travail en raison de la croissance urbaine. Cette croissance entraîne des conflits pour l’espace et l’utilisation de l’eau dans le delta. De plus, en raison de la situation géographique et la proximité avec le port maritime, le Comité populaire de la province veut concentrer fortement l’activité industrielle pour développer l’économie de la province. Ce type de politique est mis en place dans toutes les régions du Vietnam, et pas seulement dans le delta du fleuve Gianh. Cela provoque de grands changements dans le paysage rizicole.

Concurrence pour l’espace

54Les deux pivots d’équilibre social que sont l’emploi et la sécurité alimentaire sont au cœur du débat à travers les mutations en cours nées de l’extension urbaine et de la démographie au détriment des surfaces agricoles. C’est pourquoi l’analyse des changements des modes d’occupation du sol, révélant aussi d’autres modes de vie, acquiert une pertinence majeure dans cette étude des relations entre le milieu physique et les activités humaines dans un ensemble régional représentatif des changements en cours. Cependant, la diminution de la production agricole totale est non seulement liée à la réduction des surfaces, mais aussi à d’autres facteurs comme les inondations, les tempêtes, les sécheresses. Dans le delta, le territoire est densément peuplé. La croissance des activités agricoles pose donc la question du conflit lié à l'espace entre la pratique rizicole pour assurer la sécurité alimentaire et d'autres activités plus consommatrices d'espaces comme l’urbanisation et l’industrie. Comme nous l’avons analysé ci-dessus, la croissance de l’urbanisation dans le delta est rapide, le foncier étant moins cher qu’au centre-ville de Dong Hoi. La situation est favorable avec des réseaux de communication denses (route nationale, port) ; de nombreuses activités consommatrices d’espaces s’y sont installées, alors que la surface est limitée. De plus, le delta est fortement soumis aux inondations ; dans certaines zones, les activités ne peuvent pas s'installer, ce qui aggrave la situation de concurrence. Cette dernière a conduit à mener des travaux d'endiguement du fleuve, ce qui en modifie l’écoulement et provoque l’augmentation du risque. Les pratiques agricoles sont de plus en plus difficiles et cela entraîne un problème de sécurité alimentaire et sociétal dans la zone d’étude.

Graphique 3 : L’évolution de la production agricole dans 8 communes du delta du fleuve Gianh de 2005 à 2012

Graphique 3 : L’évolution de la production agricole dans 8 communes du delta du fleuve Gianh de 2005 à 2012

55La graphique 3 montre la production agricole totale dans 8 communes du delta du fleuve Gianh, et sa diminution de 2005 à 2012. Cette diminution en volume correspond à une diminution des surfaces agricoles qui est due à la concurrence spatiale de l’urbanisation, et donc à un accroissement important de la population à nourrir, qui est à l’origine d’une demande alimentaire en hausse. Cela pose le problème de la sécurité alimentaire dans la région et pour tout le Vietnam.

Conflits pour l’eau

56En outre, avec la réduction des surfaces agricoles et l’augmentation des surfaces urbanisées, des problèmes pour l’utilisation des ressources naturelles comme l’eau viennent s’ajouter à la concurrence pour l’espace. Les conflits pour l'eau posent aujourd’hui des problèmes pour les pratiques agricoles : en saison sèche notamment, la croissance des besoins en eau est de plus en plus forte. Cela est lié à l'intensification des systèmes de culture (deux à trois récoltes par an), mais aussi de la croissance de la population urbaine, et du développement de l'industrie, très consommatrice en eau (Becherand, 2011). De plus, les ressources disponibles en eau pour l’irrigation dans le bassin versant en général et le delta en particulier ne correspondent pas au moment des besoins de la riziculture. Cela entraîne une pénurie d’eau pendant la saison sèche. C’est-à-dire que l’eau d’irrigation est toujours disponible en saison des pluies où les rizières sont alimentées par ces mêmes pluies. Pendant la saison sèche, les précipitations sont très faibles, et les rizières ne sont pas alimentées par l’eau de pluie ni par l’eau d’irrigation. Nous avons constaté, lors d’une mission en 2015 sur le terrain, que les communes de Quang Phuc et Quang Thuan ne font plus qu’une seule récolte par an en raison de la pénurie d’eau pendant la saison sèche. On abandonne donc les cultures irriguées de saison sèche pour ne conserver que la culture de la saison des pluies, pour laquelle il n’y a pas de pénurie d’eau. Cependant, la culture avec seulement une récolte par ans n’assure pas la sécurité alimentaire dans la région dans le contexte de la croissance démographique comme nous l’avons expliqué ci-dessus.

57Selon les données du département de la construction de la province de Quang Binh, la demande en eau dans la zone urbaine en 2015 a été multipliée par 3 par rapport à 2008. Par ailleurs, la demande en eau pour l’industrie a aussi été multipliée par 3 en 2008 dans le delta. C’est pourquoi il existe une concurrence pour cette ressource entre les activités. De plus, la croissance de l’urbanisation conduit aussi à des dégâts ou à des obstacles gênant l’activité agricole : circulation difficile des matériels agricoles, dépôts d’ordures dans les champs, vols de fruits et de légumes, etc. Les enquêtes confirment ces problèmes : nous avons interrogé 140 personnes habitant dans 8 communes dans le delta du fleuve Gianh. Parmi les questions posées, l’une portait sur l'urbanisation : A-t-elle encore des conséquences indirectes sur l’activité agricole et joue-t-elle alors un rôle dans la pollution et dans l'aggravation du risque d’inondation ? 71 personnes (50,7%) ont répondu « oui », c’est à dire que l'aménagement urbain a des conséquences indirectes sur l’activité agricole, et l’aggravation du risque d’inondation car il y a beaucoup de problèmes liés à l’aménagement ou l’amélioration des routes. Par exemple, les réseaux de drainage ne sont pas aménagés ; donc, lorsque la pluie est forte, l’eau ne peut pas être évacuée, ce qui provoque l’inondation et la dispersion des déchets partout dans la commune. De plus, l’accessibilité des parcelles pour les agriculteurs est rendue parfois compliquée en raison de changements dans les dessertes routières. Ces effets collatéraux liés aux changements de l’occupation du sol contribuent à déstabiliser les activités agricoles face à l’extension d’autres types de fonctions économiques (Castella et al., 2005 ; Clauzel, 2008). 69 personnes (49,3%) ont répondu « non » c’est à dire que l’urbanisation n’a pas de conséquences sur les activités agricoles et le problème des inondations, puisque leurs parcelles et leurs maisons se situent sur un relief plus haut ; et que de plus, il n’est pas nécessaire de traverser la route pour accéder à leurs parcelles.

Conclusion

58Le delta du fleuve Gianh présente une grande diversité d’éléments de paysage : l’urbanisation, la riziculture, la pisciculture, la forêt. Cependant, l’évolution de ce paysage présente une certaine dynamique, plus particulièrement le paysage rizicole.

59Les activités rizicoles et la politique de croissance rizicole concentrent les investissements dans la recherche pour améliorer la productivité et garantir la sécurité alimentaire. Cependant, l’efficacité dépend des ressources de la terre, de l’approvisionnement en eau et du potentiel d’irrigation. Ces facteurs ont créé un nouveau paysage dans le delta avec une division en petites parcelles de la zone rizicole. Cela est lié à la politique foncière du pays, ainsi qu’à l’organisation de réseaux de digues, d’irrigation, et de retenues d’eau.

60Cette étude sur les relations entre la population et l’évolution du paysage rizicole dans le delta permet de dépasser le cadre des débats. L’étude de terrain met en lumière à la fois des effets positifs et des effets négatifs de la croissance démographique sur l’évolution du paysage. Les interactions entre la population et le paysage sont très compliquées et elles doivent être replacées dans le contexte social, politique et économique.

61La dynamique des surfaces rizicoles semble corrélée au contexte économique. Depuis 1986, la politique de renouveau du pays, la libéralisation économique et l’ouverture du Vietnam entraînent le remplacement des types d’utilisation du sol. À l’échelle du delta du fleuve Gianh, la croissance de l’urbanisation est plus rapide ; une grande partie de la surface agricole est supprimée et remplacée par des zones commerciales, résidentielles, ou industrielles. C’est le cas, par exemple, dans les communes de Ba Don, Quang Thuan et Quang Phuc. De plus, l’évolution du paysage de la riziculture est en relation avec la démographie : quand les densités de population sont faibles, les surfaces de la riziculture pluviale sont fortes.

62La question de la dynamique des paysages rizicoles dans un contexte de milieu deltaïque fragile et frappé par des événements climatiques est étroitement imbriquée dans les caractères de l’évolution économique et démographique de cette région, suscitant des enjeux alimentaires face à la réduction des surfaces agricoles et rizicoles en particulier. Les paysages du delta reflètent bien ces mutations. Face à ces enjeux, la stratégie de résistance adoptée a pour but de traiter les enjeux alimentaires, ainsi que d’assurer la sécurité des habitants face aux risques d’inondation.

63Actuellement, les politiques de conservation des surfaces rizicoles du Vietnam et du delta du fleuve Gianh sont en cours de réforme pour assurer la sécurité alimentaire dans le pays et dans le delta. Des projets et des débats, ainsi que des conférences, sont organisés pour traiter ces questions : comment assurer la sécurité alimentaire dans un contexte de croissance démographique, d’urbanisation, d’expansion industrielle, en prenant en compte les risques et les impacts des inondations ?

Haut de page

Bibliographie

Adama Sarr M., 2009, "Cartographie des changements de l’occupation du sol entre 1990 et 2002 dans le nord du Sénégal (Ferlo) à partir des images Landsat", Cybergeo : European Journal of Geography, environnement, naturel, paysage, document 472, 07 octobre 2009, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/22707 

Becherand P.E., 2011, "Villes du futur, futur des villes : quel avenir pour les villes du monde?", Rapport d’information No.594 fait au nom de la Délégation à la prospective. URL : http://www.senat.fr/rap/r10-594-2/r10-594-25.html

Béthemont J., 2000, Les grands fleuves : entre nature et société, deuxième édition, Armand Colin, Paris, 255 p.

Castella J.C., Tronche N.R, Nguyen V., 2005, "Impact des dynamiques agraires sur les paysages de montagne au nord du Vietnam au cours de la décennie 1990", Cybergeo : European Journal of Geography, Environnement, Nature, Paysage, Article No.297, 13 janvier 2005. URL : http://cybergeo.revues.org/2831

Clauzel C., 2008, "Dynamiques de l'occupation du sol et mutations des usages dans les zones humides urbaines. Etude comparée des hortillonnages d'Amiens (France) et des chinampas de Xochimilco (Mexique)", Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction de Micheline HOTYAT, Université Paris IV, 375 p. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-00351695/file/THESE_Clauzel2008.pdf

Cosandey C., 2004, Les eaux courantes, Paris, Belin, U Géographie, 239 p.

Fanchette S., 2014, "Les deltas du fleuve Rouge et du Nil : Conditions pour une densification élevée du peuplement ". Thèse de doctorat en géographique, sous la direction de François Molle, Université Paris 8. URL : http://horizon.documentation.ird.fr/exl-doc/pleins_textes/divers14-06/010062131.pdf

Franck J, Dao T.A., 1997, "L’agriculture du delta du fleuve Rouge face aux réformes économiques", Agriculture et Développement, numéro spécial Vietnam : 67-73. URL : http://agritrop.cirad.fr/389380/1/document_389380.pdf ;

Gourou P., 1984, Riz et Civilisation, Paris, A. Fayard, 299 p.

Hoang K.H., Bernier M., Villeneuve J.P., 2009, "les changements de l’occupation du sol dans le bassin versant de la rivière Cau (Vietnam)", essai sur une approche diachronique. Télédétection, Editions scientifiques GB, Vol.8, No.4, 227-236. URL: https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00545765/document

Hoyt W.G., Langbein W.B., 1955, Floods, Princeton University Press, NJ. 469 p.

Kamal A., Iman H., 1990, "La lutte contre les inondations", Les Cahiers du MURS n°19-20 - ler/2ème trimestres 1990. URL : http://documents.irevues.inist.fr/bitstream/handle/2042/8237/MURS_1990_19-20_61.pdf

Locatelli B., 2004, "Pression démographique et construction du paysage rural des tropiques humides l’exemple de Mananara", Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction de Jacques Weber, Université de l’Ecole Nationale du Cénie Rural, des Eaux et des Forêts Centre de Montpellier. URL : https://pastel.archives-ouvertes.fr/tel-00005769/document

Luong A.T., 2012, "Évaluation des risques d’inondations dans le bassin du fleuve Huong, province Thua Thien Hue, Centre du Vietnam". Thèse de doctorat en sciences de l’environnement, sous la direction de Roche Yann, Université du Québec à Montréal, 325 p. Thèse doctorat : Sciences de l'Environnement. Disponible sur : http://www.archipel.uqam.ca/4950/

Mellac M., 2000, "Des forêts sans partage – Dynamique de l’espace et utilisation des ressources dans un district de montagne au Nord Vietnam", Thèse de doctorat en Géographie, sous la direction de M Rossi J, Université Michel de Montaigne – Bordeaux III. URL : https://tel.archives-ouvertes.fr/tel-01024803/document

Mottet E., Rochel Y., 2008, "L’urbanisation de la ville de Ninh Binh dans le delta du fleuve rouge (Vietnam) : mise en perspective des forces et faiblesses de la gestion du risque d’inondation ", Vertigo, Vol.8, No.3. URL : https://journals.openedition.org/vertigo/7782

Tran P., Shaw R., 2007, "Towards an integrated approach of disaster and environment management: A case study of Thua Thien Hue province, central Vietnam". Environnemental Hazard, Vol. 7, No.1, 271-282.

Zaninetti J.M., Ngo A.T., Grivel S., 2014, "La construction sociale de la vulnérabilité face au risque d’inondation au Vietnam ", Mappemonde, Vol.114. URL : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num42/articles/art14202.html

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : La topographie et les réseaux hydrographiques du bassin versant du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-1.png
Fichier image/png, 438k
Titre Figure 2 : Coupe du paysage dans le delta du fleuve Gianh, au niveau des communes de Quang Thuan et Ha Trach
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Photo 1 : Les réseaux d’irrigation dans le delta du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,4M
Titre Photo 2 : Le réservoir dans le delta du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 596k
Titre Figure 3 : Le système de digues dans le delta du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Photo 3 : La digue dans le delta du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 812k
Titre Figure 4 : Coupe du paysage du delta du fleuve Gianh, au niveau de la ville de Ba Don et des communes de Quang Hoa et Quang Loc
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-7.png
Fichier image/png, 15k
Titre Graphique 1 : L’évolution de la population dans huit communes dans le delta du fleuve Gianh de 1995 à 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-8.png
Fichier image/png, 28k
Titre Figure 5 : Les projets de l’urbanisation à l’horizon 2020
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 556k
Titre Figure 6 : Évolution en coupe des villes de Quang Thuan et Ha Trach de 2013 à 2030
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-10.png
Fichier image/png, 91k
Titre Graphique 2 : Le niveau de l’inondation en 2013 à la station de Ba Don en aval du fleuve Gianh
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-11.png
Fichier image/png, 33k
Titre Figure 7 : L’aléa d’inondation en aval du fleuve Gianh (7A) et dans deux communes (7B), après le typhon Nari en 2013
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 496k
Titre Graphique 3 : L’évolution de la production agricole dans 8 communes du delta du fleuve Gianh de 2005 à 2012
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29826/img-13.png
Fichier image/png, 27k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Huu Duy Nguyen, Françoise Ardillier-Carras et Laurent Touchart, « Les paysages de rizières et leur évolution récente dans le delta du fleuve Gianh », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Environnement, Nature, Paysage, document 876, mis en ligne le 05 décembre 2018, consulté le 16 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29826 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29826

Haut de page

Auteurs

Huu Duy Nguyen

Docteur en géographie, Université d’Orléans, EA 1210 CEDETE, France
Huuduy151189@gmail.com

Françoise Ardillier-Carras

Professeur émérite des Universités, Université d’Orléans, EA 1210 CEDETE, France
francoise.ardillier@univ-orleans.fr

Laurent Touchart

Professeur des Universités, Université d’Orléans, EA 1210 CEDETE, France
laurent.touchart@univ-orleans.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page