Navigation – Plan du site
2018
878

De la production de données d’observation à l’usage d’informations géographiques naturalistes

Le cas des programmes français de sciences citoyennes relatives à la biodiversité marine et côtière
From the production of observation data to the use of naturalist geographical information. The case of French Citizen Science programs related to marine and coastal biodiversity
Jade Georis-Creuseveau, Matthieu Noucher et Françoise Gourmelon

Résumés

Bien que l’idée ne soit pas récente, le nombre et la variété des initiatives de sciences citoyennes à l’œuvre depuis une décennie témoignent des opportunités grandissantes de participation du public dans l’enrichissement et la circulation des connaissances naturalistes. Dans un contexte de plus en plus complexe associant des facteurs scientifiques, technologiques, sociaux et politiques, cet article vise, par une analyse du parcours de l’information produite par les programmes français de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière, à mieux appréhender sa place dans la gouvernance informationnelle de l’environnement. Basée sur un questionnaire en ligne et des entretiens semi-directifs, l’étude donne la parole aux coordinateurs des programmes et aux utilisateurs potentiels ou avérés de l’information qui en découle. Les résultats mettent en évidence le parcours de production, de structuration et d’utilisation de l’information notamment géographique, les acteurs et les dispositifs impliqués. Cinq catégories d’usage en lien avec la connaissance et la gestion de la biodiversité marine et côtière sont identifiées.

Haut de page

Texte intégral

Les auteurs remercient toutes les personnes ayant répondu au questionnaire et participé aux entretiens ainsi que la Fondation de France et l’Agence française pour la biodiversité (anciennement Agence des Aires Marines Protégées) pour leur soutien. Enfin, les auteurs remercient Laurence David (cartographe, CNRS) pour sa contribution à la conception et la réalisation de la figure 6, les relecteurs et l’éditeur pour leurs commentaires et suggestions.

Introduction

Sciences citoyennes, savoirs naturalistes et politiques publiques de préservation de la nature

1Si l’expression "sciences citoyennes" est récente, la participation du public à la prospection et à la récolte de données et d’échantillons remonte en Europe, au moins pour la botanique, au XVIe siècle. En effet, comme le souligne Bœuf et al. (2012) dès la prise de possession d’un territoire outre-mer, les nations européennes vont mettre à contribution des amateurs éclairés et passionnés (gouverneurs, personnel consulaire, ecclésiastiques, missionnaires, militaires, médecins, etc.) pour répondre à leurs ambitions coloniales et explorer des zones peu voire jamais prospectées. Jusqu’à la fin du XIXe siècle, les activités de production de savoirs naturalistes sont ainsi principalement mises en œuvre par des individus qui disposent de ressources financières suffisantes leur permettant de passer du temps à collecter ou analyser des données (Silvertown, 2009).

2En France, un millier de "sociétés savantes" qui vont rassembler, à la fin du XXe siècle, jusqu’à 200 000 membres (Chaline, 1995), se spécialise en botanique, entomologie, ornithologie, géologie, minéralogie, paléontologie, etc. À partir des années 1960, des associations de défense de la nature prennent le relais en créant des réseaux de naturalistes effectuant comptages et observations de différentes espèces animales et végétales. Aujourd’hui, les sciences naturalistes caractérisées par un faible ancrage universitaire font toujours largement appel au milieu associatif (Dupré et Micoud, 2007). A travers la mobilisation de bénévoles implantés localement ou répartis sur tout le territoire national, ces associations assurent une présence quotidienne sur le terrain. Depuis la loi sur la protection de la nature de 1976, ces associations participent à l’action publique pour la protection du patrimoine naturel et la conservation de la biodiversité à travers les données naturalistes qu’elles fournissent (Alphandéry et Fortier, 2012 ; Amelot et al., 2017). Cette implication est encore soulignée dans la stratégie nationale pour la biodiversité de 2011 qui "invite à prendre en compte les connaissances scientifiques académiques, les savoirs locaux, les expériences de nombreuses institutions et associations qui œuvrent à la connaissance de la nature, à sa préservation et à sa mise en valeur ainsi que les données issues de sciences participatives".

Sciences citoyennes, participatives ou collaboratives ?

3Les sciences citoyennes s’inscrivent ainsi dans la lignée de processus anciens plus ou moins explicites d’encastrement des sciences dans le social (Salles et al., 2014). Bien que l’idée ne soit pas récente, l’implication du public dans la production des savoirs naturalistes, observée durant la dernière décennie, se traduit sur tous les continents par diverses manières d’associer les citoyens (Haklay, 2013 ; Sauermann et Franzoni, 2015) : association de réseaux d’amateurs, dispositifs académiques relativement centralisés et ordonnateurs, réseaux collaboratifs multipolaires décentralisés et non hiérarchisés. Selon différentes procédures ascendantes et descendantes, ces dispositifs poursuivent des objectifs divers dans de nombreux champs disciplinaires et thématiques et associent de multiples acteurs (citoyen ou amateur éclairé, chercheur, décideur, gestionnaire). Les contributions des bénévoles se traduisent par la collecte d’observations, d’échantillons ou de spécimens, la participation à la définition des questions scientifiques et la co-création ou l’interprétation des résultats.

4La variété des dynamiques à l’œuvre témoigne des opportunités grandissantes de participation des citoyens "ordinaires" dans l’enrichissement des connaissances. Elle peut aujourd’hui s’expliquer par les changements sociaux et les enjeux environnementaux, les développements technologiques, les évolutions des processus de recherche académique ou encore les injonctions institutionnelles visant à renforcer les liens entre sciences et société.

  • 1 Sciences citoyennes, sciences participatives, science collaborative, participation communautaire, r (...)

5Cette diversité a donné lieu à une nomenclature variée1 (Rowe et Frewer, 2005) et à diverses typologies afin de classer et comparer les dynamiques en œuvre. Alors que certains auteurs se concentrent sur l’emprise du projet et sa hiérarchie (Roy, Pocock, 2012), d’autres s’intéressent aux objectifs (Wiggins et Crowston, 2011) ou aux différents niveaux d’implication du public (Shirk et al., 2012). A titre d’exemple, Haklay (2013) distingue : le simple recueil d’observations qui utilise les citoyens comme des capteurs ; la science dite "distribuée" où les citoyens ne se contentent pas d’observer, mais interprètent les données ; un troisième niveau où les citoyens sont associés à la conception du projet ; et un quatrième, appelé "science citoyenne extrême", dans lequel les citoyens participent à l’analyse des données collectées et ont une contribution théorique. Dans ce contexte diversifié, le terme englobant de sciences citoyennes sera employé dans la suite de l’article en référence au terme anglais citizen science.

Le citoyen capteur comme emblème de la géographie volontaire

6Les diverses observations générées par les sciences citoyennes sont généralement liées à un lieu. Elles se caractérisent donc, a minima, par une composante spatiale. Il y a dix ans, Michael Frank Goodchild propose, dans la revue GeoJournal (2007), un texte court, mais qui fait figure aujourd’hui de référence dans le domaine des Sciences de l’Information Géographique (GIScience). Il y expose la notion d’information géographique volontaire (voluntary geographical information ou VGI) pour traduire les recompositions techniques et organisationnelles qui bousculent le monde de la géomatique avec, à l’époque, l’émergence du web 2.0 (Mericskay et Roche, 2011). Le texte de Goodchild et le cadre unificateur qu’il offre à travers la notion de VGI permettent de rassembler sous un même vocable l’ensemble des démarches de création de contenus géolocalisés, bénévoles et spontanés qui fournissent aujourd’hui des données géographiques différentes des productions conventionnelles des professionnels du secteur. Mais loin d’être un bloc monolithique, ce champ de pratiques relève de situations relativement hétérogènes. En effet, si l’information géographique volontaire place l’individu au cœur de la production de données, de multiples appellations sont apparues ces dix dernières années pour qualifier et nuancer ces évolutions. Plusieurs communautés de chercheurs ou de professionnels d’horizons variés ont proposé tout un chapelet d’expressions pour qualifier ces évolutions : du "contenu géographique généré par les utilisateurs" (Purves et al., 2011) au "geo-crowdsourcing" (Sui et al., 2012) pour insister sur l’intrusion des internautes dans la production de données, des "GIS/2" (Miller, 2006) à la "néo-géographie" (Turner, 2006) pour mettre en avant les ruptures avec la géomatique dite "conventionnelle", du "géoweb" (Joliveau, 2011) au "spatial media" (Kitchin et al., 2017) pour souligner l’évolution des usages.

7Avec la figure du citoyen-capteur (citizen as sensor), Goodchild souligne le mouvement d’individualisation des usages des données géographiques sous-jacents à l’ensemble de ces dispositifs. Équipés d’outils simples intégrant des techniques de géolocalisation, les citoyens deviennent ainsi des "capteurs géographiques" que de nombreux projets scientifiques ont cherché à mobiliser ces dernières années. Ainsi, l’apparition d’Internet et du web comme infrastructure globale facilitant l’accès à des interfaces de collecte et de visualisation, a rendu possible l’émergence d’une nouvelle forme de sciences citoyennes que François Grey2 qualifie de "citizen cyberscience". Elle repose à la fois sur les ordinateurs, le web, les récepteurs GPS et les smartphones, mais aussi sur des capteurs individuels moins classiques dont l’utilisation s’est progressivement démocratisée et qui sont aujourd’hui mobilisés dans de nombreux programmes comme de véritables instruments scientifiques. Ces capteurs peuvent d'ailleurs être conçus au sein des fablabs, tiers-lieu d'expérimentation qui permettent aux utilisateurs de participer à la conception et la fabrication de leurs dispositifs de mesure (Ferchaud, 2017).

Une mise à l’agenda politique et académique

8La généralisation des programmes de sciences citoyennes et son institutionnalisation progressive est perceptible à travers plusieurs signaux faibles convergents. Aux Etats-Unis l’ouverture récente (2016) du site web www.citizenscience.gov administré par la Maison Blanche et le gouvernement fédéral vise explicitement à "accélérer l’utilisation du crowdsourcing et des sciences citoyennes au sein du gouvernement des Etats-Unis"3. Il fournit un inventaire de projets soutenus par le gouvernement fédéral, une boite à outils4 pour concevoir et accompagner des projets et de nombreux liens vers différentes communautés de pratique. En France, la Loi 2016-1087 du 8 août 2016 dite "Loi pour la reconquête de la biodiversité, de la nature et des paysages" vise notamment à "favoriser la prise en compte de la biodiversité par l’ensemble des citoyens à travers les sciences participatives"5. Le projet "65 millions d’observateurs" en est une déclinaison concrète. Coordonné par le Muséum National d’Histoire Naturelle et soutenu par le Ministère en charge de l’Ecologie, il a pour objectif de permettre à tous de participer à la connaissance de la biodiversité par le comptage d’espèces animales et végétales ou l’analyse des données. A l’échelle de l’Union Européenne, le programme de recherche Horizon 2020 encourage lui aussi de façon très volontariste la mise en œuvre de projets de sciences citoyennes, en particulier dans le domaine de la santé.

9Ces initiatives politiques sont renforcées par la structuration récente du domaine avec la création d’associations professionnelles de grande envergure qui vise à soutenir son développement. Ainsi l’European Citizen Science Association (ECSA6) anime plusieurs groupes de travail sur l’usage des sciences citoyennes dans le milieu scolaire ou encore sur la dimension éthique des pratiques de sciences citoyennes. La Citizen Science Association (CSA7), qui regroupe plus de 4000 membres de 30 pays, soutient notamment la première revue scientifique dédiée au sujet "Citizen Science : Theory & Pratice" (Ubiquity Press). Avant sa parution les articles scientifiques concernant les sciences citoyennes étaient publiés dans des numéros thématiques de revues relevant de différentes disciplines8. La mise en place de cette revue spécifique est un argument de plus pour les chercheurs qui considèrent que les sciences citoyennes émergent actuellement comme un champ de recherche à part entière (Jordan et al., 2015).

Enjeux de l’usage de l’information produite par les sciences citoyennes

10Dans la mesure où il est admis que les moyens humains et financiers des pouvoirs publics ne suffisent pas pour assurer le recueil des informations nécessaires à la compréhension des dynamiques actuelles (Millennium Ecosystem Assessment, 2005; Pimm et al., 2014), les sciences citoyennes peuvent potentiellement contribuer à combler ce manque informationnel (Conrad et Hilchey, 2011) notamment dans le domaine de la biodiversité. Les projets de sciences citoyennes tendent donc à constituer des bases de données de plus en plus conséquentes, participent pleinement à cette montée en puissance des métrologies de la nature et jouent donc, de facto, un rôle dans la gouvernance informationnelle de l’environnement (Mol, 2009).

11Cependant, malgré la profusion d’informations générées par les citoyens (Flanagin et Metzger, 2008), certains auteurs dénoncent leur faible utilisation (Cooper et al., 2014 ; Conrad et Hilchey, 2011). Cette sous-utilisation révèle deux types d’enjeux liés d’une part à la qualité de l’information produite et d’autre part à sa mise en circulation.

Enjeux relatifs à la qualité de l’information

12La qualité des informations de sciences citoyennes, difficile à évaluer (Wiggins et al., 2011), est un facteur clé pour les utilisateurs qui souhaitent les intégrer dans leur processus décisionnel. Leur hétérogénéité, principale caractéristique associée aux questions de qualité (Goodchild, 2007), est à mettre en lien avec la diversité d’expertise des contributeurs ainsi que leur niveau d’engagement et de motivation (Dickinson et al., 2010). Ces éléments peuvent alors conduire à des erreurs ou à des méprises en termes d’identification et d’exécution des tâches à réaliser. Ces critiques conduisent à limiter l’implication des citoyens à la collecte d’observations, parfois volontairement très simple. Breen et al. (2015) parlent ainsi de "crowdharvesting" pour évoquer l’encadrement des participants comme une ressource plutôt que comme des collaborateurs à part entière. Par ailleurs, les disparités de conception et d’exécution des modes de collecte et d’analyse des observations (Roy et Pocock, 2012) conduisent à la production d’observations difficilement comparables. En outre, en l’absence d’échantillonnage calibré permettant d’encadrer l’effort, les lieux et les périodes d’observation, les résultats peuvent conduire à une sur ou sous-estimation de certaines espèces.

  • 9 Bordogna et al. (2016) proposent une revue complète des méthodes d’évaluation de la qualité.

13L’évaluation de cette hétérogénéité et la qualité de l’information des sciences citoyennes encouragent la mise en œuvre de différentes méthodes9 pour corriger les observations collectées, et/ou limiter le recueil d’observations incorrectes.

Enjeux relatifs à la mise en circulation de l’information

14Plusieurs auteurs soulignent le développement rapide de divers outils, méthodes et technologies déployés (Newman et al., 2012 ) en vue de promouvoir la participation d’un large public, de motiver les bénévoles, d’améliorer la collecte d’observations, de participer au contrôle de la qualité, de contribuer à l’analyse et à la valorisation des résultats auprès du public (Dickinson et al., 2010 ; Shirk et al., 2012).

15Cependant à mesure que le nombre d’initiatives et que l’implication du public augmentent, émergent les questions relatives au partage, à l’usage et à l’intégration de l’information. Elles renvoient à la bancarisation des observations collectées en s’appuyant sur l’application de normes et de standards, l’adoption de formats d’échange, l’utilisation de vocabulaires partagés et le catalogage de métadonnées (Bordogna et al. , 2016 ; Sullivan et al., 2016).

16La mise en œuvre de ces conditions repose alors sur des ressources financières, techniques et humaines qui ne sont pas toujours à la portée des programmes de sciences citoyennes (Pocock et al., 2015). Ainsi certains auteurs soulignent les difficultés de mise en libre accès des informations de sciences citoyennes, notamment dans le domaine de l’écologie et de la conservation (Reichman et al., 2011).

Contexte et méthode

17Notre étude concerne les programmes de recueil des observations naturalistes qui visent à nourrir des bases de données en impliquant des contributeurs non professionnels bénévoles (naturalistes et grand public) dans des processus plus ou moins formels du point de vue scientifique (Bonney et al., 2009).

  • 10 Notre étude concerne les programmes de sciences citoyennes qui mettent en œuvre la collecte et la p (...)

18A l’image de Lorimer (2006) qui souligne qu' "il n'est pas possible de comprendre la biodiversité en dehors de la combinaison des personnes, des pratiques, des technologies et autres dispositifs non-humains", l’étude consiste à établir le parcours de production, de diffusion et d’utilisation de l’information notamment géographique issue des sciences citoyennes, en identifiant les acteurs, les outils et les technologies impliqués dans un panel de programmes diversifiés10. En analysant la fabrique de l’information issue de ces programmes, notre parti pris est de donner la parole aux coordinateurs de programmes et aux utilisateurs potentiels ou avérés pour analyser différentes trajectoires d’informations et décrypter ainsi leurs contributions effectives en termes d’amélioration et de partage de connaissances sur la nature.

  • 11 Liste rouge de l’IUCN consultée en décembre 2016.

19Notre étude cible les programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière. Au cœur d’enjeux planétaires, la préservation de la biodiversité est complexe à mettre en œuvre et nécessite le recueil et la mise en commun de savoirs naturalistes détenus par divers acteurs (chercheurs, décideurs, partenaires locaux et citoyens). Elle se base théoriquement sur la mise en œuvre, selon une déclinaison territoriale (du local au national en lien avec le niveau international), de mesures de gestion, emblématiques des interactions entre espaces et sociétés. Compte tenu de leur richesse en termes de biodiversité et des défis auxquels elles sont actuellement confrontées (Sale et al., 2008), les zones côtières et marines constituent un terrain d’étude particulièrement pertinent caractérisé par un déficit informationnel puisque près de 25 % des espèces marines évaluées par la Liste Rouge de l’UICN sont considérés Data Deficient (DD) contre 16 % pour les espèces terrestres11.

20Focalisée sur la situation française, notre étude met en œuvre une enquête nationale ayant comme double objectif :

  • d’inventorier, via un questionnaire en ligne12, les programmes français de sciences citoyennes du domaine et d’identifier les principales actions entreprises pour collecter, structurer, valider, diffuser et valoriser l’information qui en découle ;

  • de recueillir, sur la base d’entretiens semi-directifs (Annexe 1), les pratiques et les points de vue des utilisateurs potentiels concernant la contribution de cette information à la connaissance et à la gestion de la biodiversité côtière et marine.

21Une recherche préliminaire par mots-clés et une analyse des différentes sources d’information en ligne relatives aux sciences citoyennes et à la biodiversité marine et côtière ont permis de recenser plus de 70 programmes. Ces programmes sont recensés dans l’inventaire réalisé par le Muséum National d’Histoire Naturelle et l’Agence des Aires Marines Protégées13. Le questionnaire a été diffusé du 6 mai 2015 au 30 juin 2015. 43 programmes ont fourni des réponses suffisamment complètes pour être analysées (Annexe 2). Utilisateurs potentiels ou avérés de l’information produite par les sciences citoyennes, 27 acteurs impliqués en métropole dans la connaissance et la gestion de la biodiversité marine et côtière14 ont été interrogés du 27 avril au 24 juin 2016 en face à face ou par téléphone. Ils se répartissent en 3 catégories : chercheurs (8), gestionnaires d’aires marines protégées (AMP) (11), représentants des services de l’Etat et des collectivités territoriales (8). Les réponses au questionnaire ont été exploitées par des analyses statistiques univariées. Les comptes rendus d’entretiens ont fait l’objet d’une analyse thématique qui se traduit par des tableaux de synthèse et des verbatim.

22Ces enquêtes et entretiens ont été complétés par l’analyse des ressources accessibles sur les sites web et sur les plateformes de données, l’observation in situ de manifestations organisées par des programmes de sciences citoyennes et la recherche documentaire mobilisant à la fois les productions scientifiques et des documents institutionnels.

Résultats

23Afin d’analyser le parcours de l’information produite par les programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière ainsi que les interactions entre ressources informationnelles, acteurs et technologies, 4 étapes synthétiques ont été identifiées sur la base des travaux de Bonney et al. (2009) et Tweddle et al. (2012) :

  1. conception des programmes ;

  2. collecte des observations sur le terrain ;

  3. structuration et valorisation : de la donnée de terrain à l’information mobilisable ; 

  4. usages de l’information : vers une contribution aux connaissances naturalistes. 

24Chacune de ces étapes est analysée pour répondre aux questions quoi ? afin d’identifier la ressource informationnelle en jeu ; qui ? en référence aux acteurs impliqués et comment ? pour examiner les outils et technologies mobilisés.

Conception des programmes 

25Les réponses fournies par les 43 coordinateurs permettent de dégager les principales caractéristiques relatives à la conception des activités des programmes, à la définition de leurs objectifs, à l’identification de leurs partenaires et des modalités de mise en œuvre.

En quoi consistent ces programmes ?

26Les programmes identifiés mettent en œuvre leurs activités de sciences citoyennes en métropole (29/43), en outre-mer (9/43) ou sur l’ensemble des littoraux français (5/43). En outre-mer, la majorité des activités se déploient à l’échelle d’un seul territoire (8/9). En métropole, les activités des programmes se déploient majoritairement à l’échelle des façades maritimes (12/29).

27Les programmes répondent à des objectifs variés qui se caractérisent néanmoins par une priorité donnée à l’acquisition de connaissances relatives à la biodiversité, à la sensibilisation et l’éducation à l’environnement, à la gestion et la conservation d’espaces protégés. Ils poursuivent de manière combinée 2 ou 3 de ces grandes catégories d’objectifs parmi lesquels l’acquisition de connaissances est prioritaire pour 30 d’entre eux. Si le plus ancien date de 1972, 31 programmes ont été initiés après 2008.

  • 15 Ces traitements peuvent correspondre à la transmission à un organisme spécifique, la diffusion aprè (...)

28Les groupes taxonomiques et les habitats visés par ces programmes de sciences citoyennes sont très diversifiés. Ils ciblent des espèces animales (39/43), végétales (18/43) et leurs habitats (13/43), avec un focus sur le patrimoine pélagique (cétacés, tortues marines, phoques, requins et raies, poissons et hippocampes). Plus de la moitié (25/43) des programmes déclarent collecter des "données sensibles" concernant des espèces faisant l’objet d’une mesure de protection justifiant des traitements spécifiques au sein du programme15. La quasi-totalité des programmes (41/43) rassemble des informations sur plusieurs espèces et habitats. Ils démontrent ainsi leur volonté de maximiser les efforts des bénévoles dans la collecte d’informations.

Qui les conçoit et les coordonne ?

29Les programmes sont majoritairement mis en œuvre et coordonnés par des associations naturalistes et/ou environnementales, confirmant les tendances observées dans les sciences naturalistes en France depuis les années 60. Pour 37/43 programmes, leur conception implique également divers partenaires parmi lesquels les associations (8/37) (clubs sportifs, centres permanents d’initiatives pour l’environnement) et les établissements de recherche (13/37). En outre, une minorité (7/43) de programmes mobilise également leurs contributeurs dans les réflexions relatives aux objectifs du programme.

Comment sont-ils mis en œuvre ?

30Selon la typologie de Haklay (2013), les projets étudiés relèvent principalement de "l’intelligence distribuée", dans laquelle la capacité cognitive des participants est la ressource mobilisée par les personnes en charge du programme.

31Une large majorité des programmes étudiés (41/43) présente leurs objectifs, les observations à collecter, les moyens de participer, les résultats du programme… via un site web qui constitue le vecteur principal de communication des activités et des résultats. En complément du site web, 4 programmes communiquent sur les activités du projet à l’aide des réseaux sociaux (forums, blogs, Facebook et Twitter).

Collecte des observations sur le terrain

32Les analyses réalisées sur les réponses au questionnaire national relatif aux 43 programmes de sciences citoyennes permettent d’identifier les caractéristiques des observations collectées, les acteurs impliqués ainsi que les modes de collecte.

Quelle est la nature des observations collectées ?

33A l’aide d’un formulaire décrivant les éléments à observer et en fonction des objectifs du programme, les contributeurs collectent de manière active et volontaire des informations variées relatives à des espèces, à leurs nombres, leurs tailles, leurs comportements… Ils fournissent également des renseignements concernant le contexte d’observation (date, localisation, durée, profondeur), les caractéristiques naturelles du milieu au moment de l’observation (marée, météo…) ou sa dégradation (pollution, déchets...). Le nom et les coordonnées du contributeur sont également demandés. Les contributeurs participent à la collecte d’observations à travers des activités autonomes (39/43), des activités encadrées par le programme ou ses partenaires (17/43) ou lors d’expéditions spécifiques (éco-volontariat) (5/43). La contribution sous la forme d’observations (espèces, habitats, etc.) est la forme la plus courante de participation, complétée par la collecte d’échantillons ou de matériel biologique (12/43).

34Les observations se déroulent principalement en mer à proximité des côtes (29/43) et sous l’eau (21/43). La totalité des programmes étudiés requiert la localisation comme partie intégrante des informations à recueillir. Celle-ci est décrite par des coordonnées géographiques (32/43) et/ou à l’aide d’un toponyme (26/43).

Qui contribue ?

  • 16 Il s’agit de professionnels relatifs à la pêche, au tourisme, à la navigation maritime…
  • 17 http://www.oceanobs.fr/

35Même si 13 programmes étudiés ne ciblent pas de public particulier, la majorité d’entre eux s’adresse à des catégories de contributeurs spécifiques parmi lesquels les plongeurs (18/43), les plaisanciers (15/43) et les professionnels16 (14/43). Ainsi, l’encadré suivant illustre la collecte d’observations par les plongeurs et apnéistes du Bassin d’Arcachon menée par le programme Ocean’Obs17 (Figure 1).

Figure 1. L’exemple d’Ocean’Obs ( http://www.oceanobs.fr/​)

Figure 1. L’exemple d’Ocean’Obs ( http://www.oceanobs.fr/​)

36La collecte d’observations par les contributeurs est souvent encadrée par des partenaires principalement associatifs (16/43) (clubs sportifs, centres permanents d’initiatives pour l’environnement) et dans une moindre mesure académiques (6/43) et gestionnaires (3/43).

37Le niveau d’expertise naturaliste, d’implication et de motivation des contributeurs est variable. Alphandéry et Fortier (2012) soulignent que le contributeur "recouvre en réalité des profils différenciés qui se situent sur un continuum allant de l’"amateur du dimanche", dont l’expérience est limitée, la pratique irrégulière et le savoir fréquemment contesté, à l’amateur "éclairé" ou "chevronné", dont les compétences sont à rapprocher de celles des professionnels qui exercent leur activité dans le cadre d’un métier". Pour ces derniers, leurs compétences et leur réputation sont fondamentales et garantissent souvent la validité des observations collectées (Dupré et Micoud, 2007). De par leur expertise ou leur niveau d’implication, ils peuvent être également impliqués dans les réflexions relatives à la définition et à l’amélioration des modes et des outils de collecte (13/43).

Comment se déroule la collecte ?

  • 18 Le protocole décrit les "paramètres et les facteurs écologiques à observer ainsi que leurs domaines (...)

38Les modes opératoires de collecte des observations sont à l’origine de la grande diversité des informations recueillies. Un tiers des programmes étudiés (15/43) collecte des observations suivant une modalité d’acquisition basée sur un protocole. Ces protocoles correspondent à un cadre d’acquisition plus ou moins complexe qui décrit les moyens et la méthodologie pour produire, organiser et analyser des observations "afin de mettre en évidence les éléments structurants des patrons et des processus écologiques ou plus largement de répondre à une question scientifique" (Ichter et al., 2014)18. Selon le degré de complexité, ces protocoles exigent un investissement variable de la part des contributeurs souhaitant participer aux programmes. Afin de contrôler l’hétérogénéité spatiale et temporelle, les sites d’observations peuvent être présélectionnés conformément au plan d’échantillonnage et nécessiter des visites répétées d’une durée calibrée ou selon un calendrier précis. Ces protocoles exigent parfois aussi une connaissance particulière de certaines espèces ou de certains territoires que seuls des contributeurs « éclairés » possèdent.

39A l’opposé de ces modes de collecte basés sur un protocole, 20 programmes proposent aux contributeurs de collecter des observations simples non exhaustives (souvent sous forme de présence d’espèces), réalisées lors de prospections non ciblées. L’effort de prospection n’est pas quantifiable en raison de l’absence de contraintes d’échantillonnage spatial et temporel. Ce type de collecte aboutit à la production de données dites opportunistes. L’information résultant de cette collecte est uniquement de type "présence". Ces programmes sont fondés sur la participation d’un grand nombre d’observateurs, quels que soient leurs compétences, leurs motivations, le site d’intérêt et le temps consacré à l’observation. Ils visent l’acquisition de larges volumes de données à travers des observations simples et considèrent dans une certaine mesure les contributeurs comme des capteurs biologiques (Sullivan et al., 2009). En outre, 8 programmes combinent ces deux modes de collecte d’observations.

40Les observations sont transmises aux coordinateurs du programme par mail (22/43) ou par une interface de saisie en ligne disposant souvent d’un espace cartographique pour les localiser (19/43), à l’image de ce que propose le programme Cybelle Méditerranée19. Cinq programmes proposent également des applications mobiles afin d’améliorer la collecte des observations à l’aide de listes d’espèces déjà observées sur le terrain. En plus des sites web, les formulaires en ligne et les applications mobiles encouragent les contributeurs à transférer des photographies et à transmettre des commentaires.

41Certains programmes mobilisent également des supports papier (18/43) ou des échanges téléphoniques (11/43) pour collecter des informations. Ces modalités de transfert sont souvent associées à des procédures de collecte basées sur un protocole, généralement mises en œuvre au sein de groupes plus restreints. Elles impliquent une saisie manuelle des observations transmises.

Structuration et valorisation : de la donnée de terrain à l’information mobilisable

42Les résultats issus du questionnaire national relatif aux 43 programmes de sciences citoyennes ont également permis d’alimenter les réflexions concernant l’étape de structuration et valorisation des informations à travers les questions quoi ?, qui ? et comment ? s’y rapportant.

Sur quoi reposent la structuration et la valorisation ?

43La validation des observations collectées constitue une étape déterminante puisqu’elle a pour objectif d’évaluer leur vraisemblance au regard des connaissances reconnues (par exemple en termes de répartition géographique et de période d’activité de l’espèce) (Ichter et al., 2014). Les modes de validation varient selon les programmes étudiés, mais comme il a été mentionné dans plusieurs études (Bordogna et al., 2016 ; Roy et Pocock, 2012 ; Wiggins et al., 2011), les mécanismes de validation mis en place démontrent généralement une volonté de fournir des informations de qualité.

44Ainsi en amont, des guides d’identification, à l'image du document livré par le programme CapOeRa20 pour l'identification des raies (Figure 2), et de protocole de collecte (33/43), des formations (22/43) et un encadrement des activités de terrain par des experts (13/43) sont proposés par les programmes pour améliorer les connaissances des contributeurs et la qualité des observations collectées.

45En aval, plus des deux tiers des programmes (34/43) vérifient la totalité des observations qu’ils reçoivent. Cette vérification porte principalement sur la description de l’observation (38/43) et sa localisation (25/43). En cas de doute, la majorité des programmes (39/43) recontacte le contributeur. Ensuite, différentes opérations sont réalisées sur les observations douteuses ou aberrantes (par exemple, enregistrement du genre et non de l’espèce, bancarisation à l’aide d’une mention spécifique ou dans une base de données annexe, traitement statistique…).

46Une fois validées, les données collectées sont agrégées et synthétisées en informations structurées au sein d’une base de données avant d’être analysées et interprétées en interne en vue de répondre aux objectifs du programme.

47En ce qui concerne le partage et la valorisation des informations, la mise à disposition de métadonnées est nécessaire pour permettre à l’utilisateur potentiel de connaître les modalités de production, les champs d’application ainsi que les conditions de leur intégration à d’autres sources informationnelles (Foody et al., 2015). Or, seulement 10 des 43 programmes accompagnent la diffusion de leurs informations bancarisées de métadonnées conformes à un standard. En outre, les modalités d’accessibilité et de partage des informations issues des sciences citoyennes sont également liées au statut de l’organisme porteur du programme, aux ressources humaines disponibles, à son modèle économique et à la durabilité de son financement. Si les questions de protection de la vie privée et de partage des informations sont supposées être au cœur des préoccupations des programmes de sciences citoyennes, seule la moitié met en place une charte précisant les droits d’usage et de diffusion des observations et des photos/vidéos fournies par les contributeurs.

Qui est impliqué dans la structuration et la valorisation ?

48La validation, structuration, diffusion des informations et la valorisation des résultats sont réalisées principalement par le personnel du programme (39/43). Pour une minorité de programmes (6/43), la validation est mise en œuvre en collaboration avec certains partenaires, majoritairement des chercheurs.

49En matière de diffusion, 15 des 43 programmes échangent leurs informations avec différentes catégories d’acteurs, parmi lesquels les chercheurs (12/15), les gestionnaires d’aires marines protégées (10/15) ainsi que les services de l’État et les collectivités territoriales (9/15).

50Huit programmes étudiés transmettent leurs données au Système d’information sur la nature et les paysages (SINP) qui a pour objectif de structurer, valoriser et rendre disponible via un portail web unique21, l’ensemble des informations relatives à la biodiversité, la géodiversité22 et les paysages en France. Ce transfert nécessite le respect du standard commun de description des métadonnées défini par le SINP23.

51Enfin, outre la collecte et le transfert des observations, certains programmes proposent d’associer, à différents degrés et selon leur expertise, les contributeurs à la validation des observations transmises (6/43). Mais surtout, les contributeurs occupent une place importante parmi les publics ciblés par les activités de valorisation des résultats du programme afin de maintenir leurs motivation et investissement. Plus de la moitié des programmes étudiés (27/43) cherchent ainsi à fidéliser leurs contributeurs à travers un contact direct et personnalisé ayant pour but de les remercier et de leur présenter les résultats de leurs contributions.

Quels sont les moyens mis en œuvre ?

52La validation des observations est réalisée principalement sur la base de preuves visuelles (photos/vidéos) ou matérielles (échantillon ou matériel biologique récolté) (33/43). En outre, 7 programmes ont mis en place un forum de validation impliquant des amateurs et des professionnels. Les observations, une fois validées, sont ensuite bancarisées à l’aide de fichiers de type tableur (19/43) ou dans des bases de données de type MySQL (15/43).

  • 24 Seuls 32 programmes ont répondu aux questions relatives au partage des informations produites.

53En matière de partage des informations, nos résultats24 révèlent que seulement 3 programmes de notre corpus fournissent leurs données en libre accès sur le web (sur le site web ou via une tierce plateforme web), 14 ne diffusent pas leurs informations et 15 ont formalisé leurs échanges dans le cadre de convention. Quels que soient le mode de diffusion et la catégorie d’acteurs impliqués dans ces échanges, les informations sont distribuées gratuitement.

54Le site web du programme est utilisé pour valoriser ses résultats. Il permet l’accès à des rapports téléchargeables (26/43) et des lettres d’information (15/43). Les interfaces cartographiques, à l’image de ce que propose le programme BioObs25 (Figure 3), sont également mises en œuvre (21/43) pour visualiser les résultats produits, parfois de manière interactive et selon certains critères (espèce, zone géographique, période…).

Figure 3. Interface cartographique du programme BioObs (http://bioobs.fr/​)

Figure 3. Interface cartographique du programme BioObs (http://bioobs.fr/​)

55La valorisation des résultats est également assurée à l’occasion de réunions et de conférences (19/43) ou lors d’excursions spécialement dédiées à leur présentation (8/43). En outre 9 programmes mentionnent l’intégration de leurs résultats dans des publications scientifiques. Huit programmes ont déclaré envisager à court ou moyen terme des évolutions techniques de leurs dispositifs numériques pour la structuration, le partage et la valorisation de leurs informations et résultats.

Usages de l’information : vers une contribution aux connaissances naturalistes

56L’analyse des usages de l’information produite par les programmes des sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière se base sur les entretiens réalisés auprès des 27 utilisateurs potentiels ou avérés. Ils ont permis de caractériser les catégories d’usages, les profils des utilisateurs et leurs motivations.

A quoi contribue l’information issue de sciences citoyennes ?

57Cinq catégories d’usages ont été identifiées par 24 des 27 utilisateurs interrogés. Il s’agit à la fois d’informations issues des programmes recensés dans l’inventaire national, des programmes hors inventaires et des activités de sciences citoyennes développées en interne par les personnes enquêtées. Les informations mobilisées correspondent à la fois à des informations élémentaires et à des informations de synthèse. Les usages cités dépendent des modalités de collecte des observations et contribuent à divers domaines d’application relatifs à la connaissance et à la gestion de la biodiversité marine et côtière.

58Le premier type d’usage mentionné par les enquêtés repose majoritairement sur des observations opportunistes et relève d’activités de sensibilisation et de communication qui permettent de contribuer pour 5 des enquêtés à l’éducation du public à l’environnement et de communiquer à propos des enjeux liés à la science ou à la conservation… En outre cet usage contribue à nouer des relations privilégiées avec les personnes fréquentant les AMP et de mettre en œuvre une collaboration sur le long terme. Un gestionnaire d’AMP mentionne que ces activités de collecte d’observations permettent de "démarrer dans de bonnes conditions les activités de gestion des aires protégées".

59La seconde catégorie d’usage concerne l’information contextuelle issue d’observations principalement opportunistes sur des espèces ou des sites peu connus. Elle contribue à mettre en visibilité des caractéristiques environnementales peu considérées jusqu’ici. Cette information contextuelle offre également une complémentarité explicative aux informations collectées en interne. Elle peut conduire à "la formulation d’hypothèses scientifiques ou déboucher sur la mise en œuvre de campagnes d’acquisition de données complémentaires" comme le souligne un chercheur. Les enquêtés (7/24) ont mentionné ce type d’usage dans le cadre d’activités de recherche, de gestion de sites naturels ou encore d’élaboration de diagnostics territoriaux.

60Provenant essentiellement d’observations opportunistes, le troisième usage offre la possibilité de surveiller les ressources naturelles et d’identifier un déséquilibre biologique. Il permet d’exercer une vigilance concernant l’état des milieux naturels et signaler la présence d’espèces ou de phénomènes anormaux ou peu connus. Une gestionnaire souligne "qu’on ne peut pas être présent partout. Les citoyens, quant à eux, arpentent les sites protégés parfois très fréquemment et nous transmettent des photos de pollution, de développements d’algues…". À l’instar de l’usage précédent, cet usage est associé pour 8/24 enquêtés à des activités de recherche, de gestion de sites naturels ou encore d’élaboration de diagnostics territoriaux.

61Le quatrième type d’usage mobilise à la fois des observations opportunistes et associées à un protocole. Il participe à l’identification de la distribution des espèces présentes sur les sites d’études et/ou de gestion (listes et inventaires) et contribue à l’identification d’aires de distribution des espèces observées (cartographie des présences constatées d’une espèce), d’enjeux environnementaux ou encore à la formulation d’objectifs et d’actions de conservation. Les enquêtés (7/24) ont ainsi illustré ce type d’usages par des activités liées à la recherche ou s’inscrivant dans le cadre de politiques publiques. Il s’agit par exemple de :

62Ces deux derniers cas peuvent être illustrés par la figure 4 qui représente un extrait de la fiche habitat "Grand Dauphin" du document d’objectif N2000 du Tregor-Goelo30 incluant des informations issues du programme de l’Observatoire des Mammifères Marins du Groupe d’Etudes des Cétacés du Cotentin (GECC)31 et la figure 5 illustrant un extrait du dossier d’évaluation des incidences du dragage du banc de sable de l’Espiguette32 incluant des informations du programme Hippo-Atlas de Peau Bleue33.

Figure 4. Extrait de la fiche habitat « Grand Dauphin » du document d’objectif N2000 du Tregor-Goelo (https://www.premar-atlantique.gouv.fr/​uploads/​atlantique/​aem-tregor-goelo/​tome_2_fiches_habitats_especes.pdf)

Figure 4. Extrait de la fiche habitat « Grand Dauphin » du document d’objectif N2000 du Tregor-Goelo (https://www.premar-atlantique.gouv.fr/​uploads/​atlantique/​aem-tregor-goelo/​tome_2_fiches_habitats_especes.pdf)

Figure 5. Extrait du dossier d’évaluation des incidences du dragage du banc de sable de l’Espiguette (www.peaubleue.org)

Figure 5. Extrait du dossier d’évaluation des incidences du dragage du banc de sable de l’Espiguette (www.peaubleue.org)

63Enfin, le cinquième cas d’usage mentionné par les enquêtés (9/24) repose uniquement sur des observations associées à un protocole qui participent à la caractérisation des ressources naturelles à travers des inventaires naturalistes, des activités de suivi des espèces et de leurs dynamiques (tendance d’évolution). Cette catégorie d’usage contribue à des activités de recherche ainsi qu’à des évaluations d’actions de conservation (notamment sur la base d’indicateurs et de tableaux de bord) s’inscrivant dans les politiques publiques citées dans le cadre de l’usage précèdent mais également dans le cadre des activités de surveillance de la directive 2008/56/CE établissant un cadre d’action communautaire dans le domaine de la politique pour le milieu marin (DCSMM)34 à l’image du Réseau National d’Échouages35.

64A l’exception de l’usage associé aux activités de sensibilisation et de communication, les autres usages identifiés reposent souvent sur une combinaison d’informations issues non seulement des sciences citoyennes, mais aussi de producteurs institutionnels (SHOM, AAMP, IFREMER, IGN…) ou individuels impliqués dans la connaissance et la gestion de la biodiversité marine et côtière. Cette combinaison est plus marquée pour les usages relatifs à la distribution et à la caractérisation des ressources naturelles, qui reposent sur des informations issues de modes de collecte basés sur un protocole dans lesquels les modalités d’acquisition, leurs champs d’application et le niveau de confiance sont connus.

Qui sont les usagers ?

65Sur la base des résultats du questionnaire adressé aux coordinateurs des programmes de sciences citoyennes, nous avons réalisé des entretiens semi-directifs avec les principales catégories d’acteurs avec qui ils échangent des informations : les chercheurs, les gestionnaires d’AMP et les représentants des services de l’État et des collectivités territoriales.

66Pour ces trois catégories d’acteurs, la production et l’accès à l’information sont des éléments indispensables à leurs réflexions relatives à la connaissance et la gestion de la biodiversité marine et côtière. Ces acteurs se distinguent cependant par leurs usages différenciés des informations de sciences citoyennes : les services de l’Etat et les collectivités territoriales sont moins impliqués dans des activités de sensibilisation et de communication (usage 1) ou dans des activités nécessitant des informations contextuelles.

67Près d’un quart des enquêtés (5/24) mentionnent leur implication dans diverses activités des programmes dont ils mobilisent les informations. Selon eux, cet investissement dans le processus de production des informations de sciences citoyennes encourage une meilleure connaissance (voire implication dans la conception) des modalités de production et de validation des observations collectées par les programmes. Cependant, cette collaboration entre "producteurs" et "utilisateurs" ne représente pas la tendance dominante ; les activités de production, d’analyse et de valorisation restant très fortement segmentées. Pour pallier ce cloisonnement, plusieurs enquêtés soulignent l’intérêt d’avoir mis en œuvre (7/24) ou d’envisager dans un avenir proche (6/24) des activités de sciences citoyennes dans le cadre de leur sphère professionnelle afin de répondre au mieux à leurs besoins informationnels spécifiques. Les informations produites sont alors mobilisées principalement par les coordinateurs du programme.

Comment et pourquoi utiliser l’information issue de sciences citoyennes ?

68Tous les enquêtés accèdent aux informations issues des sciences citoyennes principalement via un échange par mail dans le cadre d’une sollicitation directe auprès des coordinateurs des programmes. Si les plateformes web de partage d’information notamment géographique (tel que le SINP36 et Cartomer37) ont été évoquées pour l’accès à des ressources institutionnelles, elles sont très peu mobilisées comme moyen d’accès aux informations issues des sciences citoyennes.

69En effet d’après les enquêtés, les informations s’échangent entre partenaires au sein de réseaux de collaboration et sont valorisées principalement par des rapports et des publications scientifiques. Ils motivent l’utilisation de ces informations par :

  • l’absence d’information ou la difficulté d’accès à celle-ci auprès des acteurs en charge de sa production (22/24) ;

  • l’adéquation avec leurs besoins (par exemple en termes d’espèces ou d’habitats) et des modes de collecte ou de validation (21/24) ;

  • leur complémentarité avec des informations qu’ils produisent notamment en termes de couvertures spatiales et temporelles (durée et saisonnalité) (29/24) ;

  • le manque de moyens humains et financiers pour la production d’informations dans le cadre de leurs missions (15/24) ;

  • leur confiance dans le programme et dans les compétences des responsables et des contributeurs associés à la collecte (13/24).

70Les préoccupations suivantes ont été soulignées non seulement par les 24 enquêtés qui utilisent de l’information issue des sciences citoyennes et par ceux (3/27) qui ne l’utilisent jamais (services de l’État (2) et chercheur (1)) :

  • la difficulté d’accès aux informations produites ou le manque de connaissances de ce qui est produit (17/27) ;

  • la non-pérennité des programmes et de leurs activités de collecte d’observations (17/27) ;

  • l’inadéquation des méthodes d’échantillonnage ne permettant pas de contrôler l’effort d’observation, ou de connaître les données d’absence (liste d’espèces potentiellement présentes, mais non observées) (15/27) ;

  • l’inadéquation ou le manque de compétences, d’intérêt ou d’objectivité des contributeurs (14/27) ;

  • la difficulté de manipuler des informations hétérogènes en termes de format, de mode de collecte non-standardisée… (10/27) ;

  • la difficulté d’accès ou l’absence de métadonnées (7/27) ;

  • le manque d’objectivité des programmes ou leur dimension militante (3/27).

Synthèse

71A travers l’analyse des acteurs, outils et technologies impliqués, notre étude avait pour but d’apporter un éclairage national sur les 4 étapes du parcours de production, de diffusion et d’utilisation de l’information notamment géographique, produite par les programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière en France. Elle met en évidence une grande diversité de programmes, de partenaires et de contributeurs, de dispositifs et de résultats que synthétise la figure 6.

Figure 6. Représentation synthétique du parcours de l’information issue des programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière en France

Figure 6. Représentation synthétique du parcours de l’information issue des programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière en France

72Dans la phase production de l’information de sciences citoyennes, les acteurs impliqués dans les différentes étapes varient selon leur profil (couleur) et leur niveau d’implication (taille). Ils mobilisent une panoplie de dispositifs plus ou moins intensément (taille) selon les étapes concernées afin de structurer les observations collectées dans des bases de données et de produire des rapports et publications associés. Ces derniers sont majoritaires et sont valorisés à l’aide de divers dispositifs numériques mais également sous forme de documents imprimés.

73En matière d’utilisation de l’information de sciences citoyennes, les informations produites et structurées sont mobilisées de manière complémentaire à des informations produites en interne ou issues de différentes sources non citoyennes. Ces informations permettent à leur tour la production de résultats inédits échangés principalement par mail ou via des dispositifs numériques de type interface web. Dans le cadre de la connaissance et de la gestion de la biodiversité marine et côtière, ces résultats inédits sont associés à cinq usages (sensibilisation, contextualisation, surveillance, distribution, caractérisation) et mobilisés par différents profils d’usagers plus restreints : essentiellement issus de la sphère institutionnelle (chercheurs, gestionnaires, autorités publiques).

74Bien que ce parcours soit représenté de façon linéaire, l’information est aussi mobilisée de manière complémentaire à d’autres ressources informationnelles et certains flux informationnels, dépassant le cadre des sciences citoyennes, ont également été rapportés par les acteurs interrogés. Il s’agit par exemple de flux alimentant les réflexions associées aux étapes de conception, d’acquisition et de structuration du parcours ; ou encore aux flux issus de la valorisation débouchant sur une circulation de l’information sur le web ou entre diverses catégories d’acteurs.

Discussion et conclusion

75Notre étude révèle que les usages de l’information issue des sciences citoyennes par les acteurs impliqués dans la gestion et la connaissance de la diversité biologique de la mer et du littoral sont souvent associés à des préoccupations relatives à la qualité confirmant l’importance de cet enjeu. Tous les programmes de notre corpus mettent ainsi en œuvre des procédures de contrôle de la qualité en amont et/ou en aval des étapes de collecte des observations (Bordogna et al., 2016) témoignant d’une volonté d’encourager la production d’informations robustes scientifiquement.

76Dans cette perspective, les utilisateurs et les coordinateurs de programmes encouragent le développement des procédures de collecte basées sur un protocole qui impliquent souvent des connaissances précises de la part des contributeurs. Certains peuvent d’ailleurs être associés à des professionnels amateurs, "pro-am" comme les nomment Leadbeater et Miller (2004), tant leur investissement dans leurs activités en sciences citoyennes les conduisent à un niveau d’expertise similaire à celui des professionnels. Ce niveau d’expertise est généralement associé à une capacité de création et d’innovation souvent bénéfique pour les activités du programme auxquelles les "pro-am" sont associés.

77Au-delà des observations basées sur un protocole, certains auteurs soutiennent que la faible qualité des données opportunistes pourrait être compensée par leur quantité (Mayer-Schönberger et Cukier, 2013). La capacité pour les citoyens équipés de dispositifs de localisation (GPS, téléphone mobile…) de contribuer rapidement à la collecte de données, combinée au faible coût des systèmes de gestion et de traitement des données et à la récente disponibilité de grandes bases de données, ont conduit certains auteurs à suggérer que la "data-intensive science" représente un nouveau paradigme pour la recherche scientifique (Kelling et al., 2009). La volonté d’utiliser ces vastes jeux de données malgré les biais qui les caractérisent a justifié la prolifération de modélisations statistiques (van Strien et al., 2013). Par exemple en France, le groupe CiSStat38, coopérant avec plusieurs porteurs39 de programmes inventoriés dans notre étude, propose des modélisations statistiques de jeux de données volumineux spécifiquement issus des sciences citoyennes afin de prendre en compte l’hétérogénéité des observateurs, des sources et des modes de collecte, et de rendre utilisables les observations collectées. Certaines approches suggèrent notamment de combiner les observations opportunistes, potentiellement nombreuses, mais biaisées, avec les observations basées sur un protocole, issues de modes de collecte rigides et exigeants réservés à un sous-ensemble de contributeurs motivés, compétents et/ou formés. La combinaison de ces deux types d’observations, telle que réalisée par 8 des 43 programmes étudiés conduit, sous certaines conditions, à une meilleure compréhension des variations et corrections des biais (Monestiez, 2014).

78Toutefois les avantages d’intégration des informations issues de différents programmes sont souvent entravés par divers enjeux liés au partage et à la circulation des informations, considérés par certains comme la contrainte majeure à l’utilisation et à la contribution des sciences citoyennes à la prise de décision dans le domaine environnemental (Sullivan et al., 2016). Même dans les cas où la confiance entre les producteurs et les utilisateurs d’informations permet de dépasser les obstacles relatifs à la qualité et aux conditions d’utilisation, le partage et la circulation des informations se limitent à des échanges isolés et à des initiatives spécifiques (Gouveia et Fonseca, 2008). Malgré les usages identifiés dans notre étude et la tendance actuelle à l’ouverture des données, nos résultats montrent, en accord avec(Reichmanet al., 2011) que les informations issues des sciences citoyennes et de la sphère professionnelle dans le domaine de la biodiversité marine et côtière sont encore peu accessibles dans un format ouvert et sont très peu documentées. Un moyen de parvenir au partage et à l’intégration d’information est la création de systèmes fédérateurs et interopérables basés sur des normes de données et de métadonnées cohérentes (Newman et al., 2012).

79En France, ce type d’approche s’est traduit par la mise en œuvre du système d’information sur la nature et les paysages (SINP) conçu comme "une organisation collaborative favorisant une synergie entre l’ensemble des acteurs pour la production, la gestion, le traitement, la valorisation et la diffusion des informations sur la nature et les paysages…[ ] étant donné que la donnée sur la nature et les paysages ayant pour partie une origine publique et pour partie une origine privée. Pour faciliter la participation et l’interaction de tous les acteurs, l’organisation repose sur des réseaux thématiques ou régionaux et sur un niveau national" (protocole du SINP, mai 201340). Le SINP propose un cadre méthodologique de référence (protocoles, standards de métadonnées et de données, référentiels, architecture et outils communs) pour faciliter la mise en relation et la valorisation des informations naturalistes. En outre, ces démarches et outils se coordonnent avec les initiatives du Système mondial d’information sur la biodiversité (GBIF41) afin que la diffusion et la circulation des informations soient assurées au niveau international. Cependant, nos résultats mettent en évidence qu’une minorité des programmes dans le domaine de la biodiversité marine et côtière alimente aujourd’hui le SINP et qu’aucun usager enquêté n’accède aux informations dont il a besoin via cette infrastructure. Pourtant d’après Balmford et al. (2005), Sullivan et al. (2009) et Theobald et al. (2015), seuls le recueil, l’accumulation et l’analyse d’un vaste ensemble d’informations naturalistes permettront la compréhension fine des processus biologiques et des dynamiques en cours ainsi que l’impact des facteurs anthropiques sur l’environnement.

80Un autre moyen de mettre en circulation l’information environnementale serait de favoriser la collaboration entre toutes les catégories d’acteurs, tant professionnels qu’amateurs. Ainsi plusieurs auteurs (Bell et al., 2008 ; Shirk et al., 2012) soulignent l’importance d’inciter une pluralité d’acteurs à intervenir, souvent dès la conception, dans les activités de sciences citoyennes pour parvenir à des résultats pertinents en termes de prise de décision environnementale. Cette collaboration permettrait une meilleure adéquation entre les besoins en connaissances et les informations produites, une confiance réciproque et une mutualisation des moyens et des compétences. Cependant, si une certaine collaboration existe au sein des étapes du programme comme nous l’avons observé dans notre étude, la collaboration entre "producteurs" et "utilisateurs" ne représente pas la tendance dominante, pour diverses raisons liées aux relations de pouvoir et de concurrence particulièrement marquées dans la prise de décision environnementale (Irwin, 1995).

81Dans le domaine de la biodiversité marine et côtière, alors qu’on assiste actuellement à la multiplication des projets de sciences citoyennes et des cadres institutionnels s’y rapportant, les informations produites, les dispositifs et les acteurs impliqués restent peu coordonnés dans l’espace et dans le temps. Pour que l’information issue des sciences citoyennes puisse pleinement contribuer à la connaissance et la gestion de la biodiversité de la mer et du littoral, les dynamiques en cours devront progressivement converger, sur le plan social, vers la prise en compte des points de vue de toutes les parties prenantes et, sur le plan technique, vers la mise en œuvre de systèmes fédérateurs. Ces derniers devront à la fois permettre l’intégration des observations citoyennes collectées localement au sein de bases de données institutionnelles et assurer le libre accès de l’ensemble de ces informations environnementales.

82En outre, dans le cadre de recherches complémentaires élargies à d’autres territoires (bassin versant, milieu forestier…) nécessitant le recueil et le partage d’informations géographiques entre de nombreux acteurs, l’étude du parcours de production, de diffusion et d’utilisation de l’information produite par les programmes de sciences citoyennes et de son intégration au sein de bases institutionnelles devrait permettre d’aborder les questions relatives aux patrimoines informationnels (qualité, redondance, lacune…) dans leur globalité. Il pourrait être alors utile de revisiter les sciences citoyennes en les envisageant comme un espace de confrontation de savoirs hétérogènes plutôt que comme un espace d’agrégation de signaux captés ici ou là… Cette confrontation des savoirs devrait dès lors être menée à tous les échelons territoriaux afin de rendre possibles les multiples usages et croisements de ces ressources informationnelles nécessaires à l’appréhension des changements globaux qui affectent la diversité biologique.

83Investie prioritairement par les sciences environnementales ou les Science and Technology Studies (STS), la question des données issues des programmes de sciences citoyennes qui se multiplient ces dernières années, nous semble bien se prêter aussi aux approches géographiques qui peuvent éclairer de façon originale certaines de ces dimensions. La nature fréquemment géographique des données issues de ces programmes exige en effet que soit interrogé la portée spatiale de ces dispositifs. Avant cela, il est nécessaire de déconstruire les discours incantatoires sur les sciences citoyennes pour analyser la fine mécanique de la fabrique et de la mise en circulation de leurs données. C’est ce que nous avons essayé de faire à travers cette étude. S’ouvre désormais un vaste chantier pour mieux appréhender les effets de ces dispositifs. Nos analyses des usages et de l’institutionnalisation de ces pratiques constituent dès lors, une première étape pour mieux appréhender leur performativité, en particulier en matière de gouvernance informationnelle de l’environnement.

Haut de page

Bibliographie

Alphandéry P., Fortier A., 2012, "Les associations dans le processus de rationalisation des données naturalistes", Natures Sciences Sociétés, Vol.19, num.1, 22-30. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=NSS_191_0022

Amelot X., Couderchet L., Noucher M., 2017, "Données institutionnelles et données contributives sur la biodiversité, quelle légitimité ?", M@ppemonde, No.120.

Balmford A., Crane P., Dobson A., Green R. E., Mace G. M., 2005, "The 2010 challenge: data availability, information needs and extraterrestrial insights", Philosophical Transactions of the Royal Society B: Biological Sciences, Vol.360, No.1454, 221-228. http://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC1569447/

Bell S., Marzano M., Cent J., Kobierska H., Podjed D., Vandzinskaite D., et al., 2008, "What counts? Volunteers and their organisations in the recording and monitoring of biodiversity", Biodiversity and Conservation, Vol.17, No.14, 3443-3454. http://link.springer.com/article/10.1007/s10531-008-9357-9

Bœuf G., Allain Y.-M., Bouvier M., 2012, "L’apport des sciences participatives à la connaissance de la biodiversité en France", La Lettre de l’OCIM. Musées, Patrimoine et Culture scientifiques et techniques, No.144, 8‑18. http://ocim.revues.org/1119

Bonney R., Cooper C. B., Dickinson J., Kelling S., Phillips T., Rosenberg K. V., et al., 2009, "Citizen Science: A Developing Tool for Expanding Science Knowledge and Scientific Literacy", BioScience, Vol.59, No.11, 977-984. http://bioscience.oxfordjournals.org/content/59/11/977

Bordogna G., Carrara P., Criscuolo L., Pepe M., Rampini A., 2016, "On predicting and improving the quality of Volunteer Geographic Information projects", International Journal of Digital Earth, Vol.9, No.2, 134-155. http://dx.doi.org/10.1080/17538947.2014.976774

Breen J., Dosemagen S., Warren J., Lippincott M., 2015, "Mapping Grassroots: Geodata and the structure of community-led open environmental science", ACME: An International Journal for Critical Geographies, Vol.14, No.3, 849-873. http://ojs.unbc.ca/index.php/acme/article/view/1236

Chaline J.-P., 1995, Sociabilité et érudition : les sociétés savantes en France : XIXe-XXe siècles. Paris, France, Éd. du CTHS, 270 p.

Conrad C. C., Hilchey K. G., 2011, "A review of citizen science and community-based environmental monitoring: issues and opportunities", Environmental monitoring and assessment, Vol.176, No.1-4, 273-291. http://link.springer.com/article/10.1007/s10661-010-1582-5

Cooper C. B., Shirk J., Zuckerberg B., 2014, "The Invisible Prevalence of Citizen Science in Global Research: Migratory Birds and Climate Change", PLOS ONE, Vol.9, No.9, e106508. http://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0106508

Dickinson J. L., Zuckerberg B., Bonter D. N., 2010, "Citizen Science as an Ecological Research Tool: Challenges and Benefits", Annual Review of Ecology, Evolution, and Systematics, Vol.41, 149-172. http://www.jstor.org/stable/27896218

Dupré L., Micoud A., 2007, "Savoirs publics sur la nature et politiques publiques de l’environnement : rôle et place des naturalistes amateurs et des professionnels", Des sciences citoyennes, 219-232. http://halshs.archives-ouvertes.fr/docs/00/17/25/72/PDF/Extraits_sciences_citoyennes.pdf

Ferchaud F., 2017, "Les communs urbains à l’épreuve du terrain : le cas des lieux de fabrication numérique", Netcom 31-1/2. http://journals.openedition.org/netcom/2628 ; DOI : 10.4000/netcom.2628 

Flanagin A. J., Metzger M. J., 2008, "The credibility of volunteered geographic information", GeoJournal, Vol.72, No.3-4, 137-148. http://link.springer.com/article/10.1007/s10708-008-9188-y

Foody G. M., Mooney P., See L., Kerle N., Olteanu-Raimond A.-M., Fonte C., 2015, "Current status and future trends in crowd-sourcing geographic information", http://eprints.nottingham.ac.uk/29082/

Goodchild M. F., 2007, "Citizens as sensors: the world of volunteered geography", GeoJournal, Vol.69, No.4, 211-221. http://link.springer.com/article/10.1007/s10708-007-9111-y

Gouveia C., Fonseca A., 2008, "New approaches to environmental monitoring: the use of ICT to explore volunteered geographic information", GeoJournal, Vol.72, No.3-4, 185-197. http://link.springer.com/article/10.1007/s10708-008-9183-3

Haklay M., 2013, "Citizen science and volunteered geographic information: Overview and typology of participation", 105–122 in: Crowdsourcing geographic knowledge. Springer. http://link.springer.com/chapter/10.1007/978-94-007-4587-2_7

Ichter J., Poncet L., Touroult J., 2014, Catalogues des méthodes et des protocoles. Phase 1 : Etude de définition et proposition d’une démarche. Paris, Service du Patrimoine Naturel, Muséum national d’Histoire nature. http://spn.mnhn.fr/spn_rapports/archivage_rapports/2014/SPN%202014%20-%2052%20-%20ICHTER_et_al_2014_Catalogue-protocoles_methodes_SPN2014-52.pdf

Irwin A., 1995, Citizen science: A study of people, expertise and sustainable development. Psychology Press. https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=MFiuIsC5hAUC&oi=fnd&pg=PR9&dq=irwin+citizen+sciences&ots=1uvi-7mcd1&sig=HYOGEFlBoI_46leNeFFCM26ez1Y

Joliveau T., 2011, "Le géoweb, un nouveau défi pour les bases de données géographiques", L’Espace géographique, Vol.40, No.2, 154-163. http://www.cairn.info/resume.php?ID_ARTICLE=EG_402_0154

Jordan R., Crall A., Gray S., Phillips T., Mellor D., 2015, "Citizen Science as a Distinct Field of Inquiry", BioScience, Vol.65, No.2, 208-211. https://academic.oup.com/bioscience/article-lookup/doi/10.1093/biosci/biu217

Kelling S., Hochachka W. M., Fink D., Riedewald M., Caruana R., Ballard G., et al., 2009, "Data-intensive Science: A New Paradigm for Biodiversity Studies", BioScience, Vol.59, No.7, 613620. http://bioscience.oxfordjournals.org/content/59/7/613

Kitchin R., Lauriault T. P., Wilson M. W., 2017, Understanding Spatial Media. 264 p. https://us.sagepub.com/en-us/nam/understanding-spatial-media/book245915

Leadbeater C., Miller P., 2004, The Pro-Am revolution: How enthusiasts are changing our society and economy. Demos.

Lorimer J., 2006, "What about the nematodes? Taxonomic partialities in the scope of UK biodiversity conservation", Social & Cultural Geography, Vol.7, No.4, 539-558. http://www.tandfonline.com/doi/abs/10.1080/14649360600825687

Mayer-Schönberger V., Cukier K., 2013, Big data: A revolution that will transform how we live, work, and think. Houghton Mifflin Harcourt. https://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=uy4lh-WEhhIC&oi=fnd&pg=PP1&dq=Big+Data:+A+Revolution+That+Will+Transform+How+We+Live,+Work,+and+Think&ots=Jsk4dhCSIL&sig=FEYrZk71T0Gqy6QFekmf0FnTx5I

Mericskay B., Roche S., 2011, "Cartographie 2.0 : le grand public, producteur de contenus et de savoirs géographiques avec le web 2.0", Cybergeo : European Journal of Geography. http://cybergeo.revues.org/24710

Millennium Ecosystem Assessment., 2005, Ecosystems and Human Well-being: Current State and Trends, Volume 1. http://www.millenniumassessment.org/documents/document.356.aspx.pdf

Miller C. C., 2006, "A Beast in the Field: The Google Maps Mashup as GIS/2", Cartographica: The International Journal for Geographic Information and Geovisualization, Vol.41, No.3, 187-199. http://www.utpjournals.press/doi/abs/10.3138/J0L0-5301-2262-N779

Mol A. P. J., 2009, "Environmental governance through information: China and Vietnam", Singapore Journal of Tropical Geography, Vol.30, No.1, 114-129. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/j.1467-9493.2008.00358.x/abstract

Monestiez P., 2014, "Analyse des données issues des programmes en sciences participatives",

Newman G., Wiggins A., Crall A., Graham E., Newman S., Crowston K., 2012, "The future of citizen science: emerging technologies and shifting paradigms", Frontiers in Ecology and the Environment, Vol.10, No.6, 298-304. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1890/110294/abstract

Pimm S. L., Jenkins C. N., Abell R., Brooks T. M., Gittleman J. L., Joppa L. N., et al., 2014, "The biodiversity of species and their rates of extinction, distribution, and protection", Science, Vol.344, No.6187, 1246752-1246752. http://www.sciencemag.org/cgi/doi/10.1126/science.1246752

Pocock M. J. O., Roy H. E., Preston C. D., Roy D. B., 2015, "The Biological Records Centre: a pioneer of citizen science", Biological Journal of the Linnean Society, Vol.115, No.3, 475-493. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/bij.12548/abstract

Purves R., Edwardes A., Wood J., 2011, "Describing place through user generated content", First Monday, Vol.16, No.9. http://www.firstmonday.dk/ojs/index.php/fm/article/view/3710

Reichman O. J., Jones M. B., Schildhauer M. P., 2011, "Challenges and Opportunities of Open Data in Ecology", Science, Vol.331, No.6018, 703-705. http://science.sciencemag.org/content/331/6018/703

Rowe G., Frewer L. J., 2005, "A Typology of Public Engagement Mechanisms", Science, Technology, & Human Values, Vol.30, No.2, 251-290. http://www.jstor.org/stable/1558037

Roy H. E., Pocock M. J. O., 2012, "Understanding Citizen Science and Environmental Monitoring", http://nora.nerc.ac.uk/20679/1/N020679CR.pdf

Sale P. F., Butler M. J., Hooten A. J., Kritzer J. P., Lindeman K. C., Sadovy Y. J., et al., 2008, Stemming decline of the coastal ocean: rethinking environmental management. http://hub.hku.hk/handle/10722/121215

Salles D., Bouet B., Larsen M., Sautour B., 2014, "A chacun ses sciences participatives. Les conditions d’un observatoire participatif de la biodiversité sur le bassin d’Arcachon (To Each Participatory Sciences. Conditions for a Participatory Biodiversity Observatory at the Arcachon Bay)", ESSACHESS - Journal for Communication Studies, Vol.7, No.1. https://papers.ssrn.com/abstract=2481800

Sauermann H., Franzoni C., 2015, "Crowd science user contribution patterns and their implications", Proceedings of the National Academy of Sciences, Vol.112, No.3, 679-684. http://www.pnas.org/content/112/3/679

Shirk J. L., Ballard H. L., Wilderman C. C., Phillips T., Wiggins A., Jordan R., et al., 2012, "Public Participation in Scientific Research: a Framework for Deliberate Design", Ecology and Society, Vol.17, No.2. http://www.ecologyandsociety.org/vol17/iss2/art29/

Silvertown J., 2009, "A new dawn for citizen science", Trends in Ecology & Evolution, Vol.24, No.9, 467-471. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S016953470900175X

van Strien A. J., van Swaay C. A. M., Termaat T., 2013, "Opportunistic citizen science data of animal species produce reliable estimates of distribution trends if analysed with occupancy models", Journal of Applied Ecology, Vol.50, No.6, 1450-1458. http://onlinelibrary.wiley.com/doi/10.1111/1365-2664.12158/abstract

Sui D. Z., Elwood S., Goodchild M., 2012, Crowdsourcing Geographic Knowledge: Volunteered Geographic Information (VGI) in Theory and Practice. Springer Science & Business Media, 394 p.

Sullivan B. L., Phillips T., Dayer A. A., Wood C. L., Farnsworth A., Iliff M. J., et al., 2016, "Using open access observational data for conservation action: A case study for birds", Biological Conservation. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S0006320716301689

Sullivan B. L., Wood C. L., Iliff M. J., Bonney R. E., Fink D., Kelling S., 2009, "eBird: A citizen-based bird observation network in the biological sciences", Biological Conservation, Vol.142, No.10, 2282-2292. http://www.sciencedirect.com/science/article/pii/S000632070900216X

Theobald E. J., Ettinger A. K., Burgess H. K., DeBey L. B., Schmidt N. R., Froehlich H. E., et al., 2015, "Global change and local solutions: Tapping the unrealized potential of citizen science for biodiversity research", Biological Conservation, Vol.181, 236-244. http://linkinghub.elsevier.com/retrieve/pii/S0006320714004029

Turner A., 2006, Introduction to Neogeography. O’Reilly Media, Inc., 54 p.

Tweddle, J.C., Robinson, L.D., Pocock, M.J.O. & Roy, H.E., 2012, Guide to citizen science: developing, implementing and evaluating citizen science to study biodiversity and the environment in the UK. http://nora.nerc.ac.uk/20678/1/N020678BK.pdf

Wiggins A., Crowston K., 2011, "From conservation to crowdsourcing: A typology of citizen science", 1–10in: IEEE. http://ieeexplore.ieee.org/xpls/abs_all.jsp?arnumber=5718708

Wiggins A., Newman G., Stevenson R. D., Crowston K., 2011, "Mechanisms for Data Quality and Validation in Citizen Science", 14-19 in: 2011 IEEE Seventh International Conference on e-Science Workshops.

Haut de page

Annexe

Annexe 1 : Liste de questions des entretiens semi-directifs

Pouvez-vous nous décrire votre structure et vos activités professionnelles en lien avec la biodiversité marine et côtière

  • Quelles sont vos fonctions au sein de la structure ?

  • A quelle échelle travaillez-vous ?

  • Quels sont les territoires concernés par vos activités ?

  • Quels sont les espèces et les habitats concernés par vos activités ?

Quelles sont les données que vous utilisez dans le cadre de vos activités professionnelles ?

  • Comment sont-elles produites ? Par qui ?

  • Comment y avez-vous accès ?

  • Quels sont les formats des données utilisées ?

  • Quels dispositifs techniques utilisez-vous ?

Quelles données de sciences citoyennes utilisez-vous ?

  • De quels programmes de sciences citoyennes sont issues ces données ?

  • Quels sont les espèces et habitats, territoires concernés par ces données de sciences citoyennes ?

  • Comment y avez-vous accès ? Sous quelles conditions ?

  • Dans quel format ?

  • Connaissez-vous ce programme ? si oui, comment ?

  • Etes-vous impliqué dans ce programme ? si oui, comment ?

Pour quelles raisons utilisez-vous ces données ?

  • Quelle est la place de ces données de sciences citoyennes dans vos activités ?

  • Ces données sont-elles complémentaires à celles que vous utilisez ?

Que faites- vous de ces données ?

  • Comment les données de sciences citoyennes sont-elles traitées une fois que vous y avez accès ?

  • Procédez-vous à une validation complémentaire ?

  • Les données de sciences citoyennes sont-elles combinées avec les autres données que vous produisez ou mobilisez? Comment ?

  • Comment sont-elles valorisées au sein de votre structure ?

  • Comment sont-elles partagées hors de votre structure ? Sous quel format ? Avec qui ? Selon quelles conditions ?

  • A quoi ces données servent-elles ?

Que pensez-vous du rôle des données de sciences citoyennes à la connaissance et à la gestion de la biodiversité marine et côtière ?

  • Selon vous, quels sont les points forts et les points faibles des données de sciences citoyennes ?

  • Avez-vous noté des évolutions concernant l’utilisation des données de s sciences citoyennes sur la biodiversité marine et côtière ?

  • Comment pensez-vous que l’utilisation des données de sciences citoyennes peut évoluer ? Que recommandez-vous ?

Pourquoi n’utilisez-vous pas de données issues de sciences participatives ?

  • Pensez-vous que cette situation peut évoluer ?

  • Que recommandez-vous ?

  • Que faudrait-il mettre en œuvre pour que vous utilisiez des données issues des sciences citoyennes ?

Annexe 2 : Liste des programmes à l’origine des résultats du questionnaire national

Nom du programme

URL du programme

Nom de l'organisme porteur

Algues brunes et bigorneaux

http://www.biolit.fr/​algues-brunes-et-bigorneaux?language=fr

PLANETE MER

Attention, menace ?

http://www.biolit.fr/​attention-menace?language=fr

PLANETE MER

BioObs

http://www.bioobs.fr

FFESSM

les Cahiers de vacances du chardon

http://www.wnat.fr/​visiolittoral.php

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

CapOeRa

http://asso-apecs.org/​-Programme-CapOeRa-.html

APECS

Carnet de pêche en ligne

http://carnet-peche.espaces-naturels.fr/​

PARC NATIONAL DE PORT-CROS

CÉTA’BIOSPHÈRE

http://www.gemmpacific.org

GEMM

Chlorophylle-mania

http://www.biolit.fr/​chlorophylle-mania?language=fr

PLANETE MER

Cybelle Méditerranée

http://www.cybellemediterranee.org/​

CYBELLE PLANETE

Diable de mer

http://asso-ailerons.fr/​diable-de-mer-mediterraneen/​

AILERONS

des especes qui comptent

http://www.ffessm-provence.net/​Recensement-Merous--Corbs,148r.html

FFESSM CD13

Hippo_ATLAS

http://www.peaubleue.org

PEAU-BLEUE

Hippo-THAU

http://www.observatoire-hippocampe.fr

CPIE Bassin de Thau

MarinOBS

http://www.symel.fr/​index.php/​archipel-de-chausey-heima

SYMEL

Marins Chercheurs

http://www.marinschercheurs.org

PLANETE MER

Observatoire citoyen MedObs-Sub

http://www.medobs-sub.org

CPIE COTE PROVENCALE

MEGAPTERA suivez les baleines

http://www.megaptera.org

MEGAPTERA

MEsR-SCIE

http://desrequinsetdeshommes.org/​?page_id=1732

DES REQUIINS & DES HOMMES

Les nouveaux arrivants

http://www.biolit.fr/​les-nouveaux-arrivants?language=fr

PLANETE MER

Objectif Plancton

-

IUEM/OCEANOPLIS

Observateurs de l'Atlantique (volet mammifères marins)

http://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/​participez/​signaler-une-observation/​

UMS PELAGIS

Observateurs de l'Atlantique (volet tortues marines)

http://www.aquarium-larochelle.com/​centre-des-tortues/​observations

AQUARIUM LAROCHELLE

Observatoire de la mer de SPM

-

SPM FRAG'ILES

OBSERVONS LA MER

http://www.mammiferes-marins-bretagne.fr/​php/​observation/​index.htm

OCEANOPOLIS

Observatoire des Mammifères Marins (OBS MAM)

http://obs-mam.org/​

GECC

Vos observations nous intéressent

http://form.jotform.com/​form/​11240220919

AL ARK

Opération Méduses

http://www.operation-meduses.org

ASSOCIATION MER ET LITTORAL

Observatoire Participatif de la Biodiversité Marine (OPBM)

http://www.oceanobs.fr

OCEAN’OBS

PHENOMER

http://www.phenomer.org/​

IFREMER

Participez au programme de photo-identification des baleines à bosse

http://www.globice.org ou photoID@globice.org

GLOBICE

REEF_CHECK

http://www.reefcheck.fr

REEF CHECK FRANCE

REMORRAS

http://sharkcitizen.fr/​signaler-une-observation-de-requin-de-recif/​

Shark Citizen

Requin pèlerin

http://www.asso-apecs.org/​-Requin-pelerin,2-.html

APECS

Recensement des observations de requins et de raies dans les Antilles françaises

http://www.reguar.org

KAP NATIREL

Réseau National Echouages (RNE)

http://www.observatoire-pelagis.cnrs.fr/​participez/​signaler-un-echouage-257/​

UMS PELAGIS

Réseau Tortues Marines Atlantique Est (RTMAE)

http://www.aquarium-larochelle.com/​centre-des-tortues

AQUARIUM LAROCHELLE

Les saisons de la Mer

http://www.biolit.fr/​saisons-de-la-mer?language=fr

PLANETE MER

Sentinelles PM

http://www.ffessmpm.biologie.fr

FFESSM PM

Sentinelles du récif

http://www.sentinellesdurecif.org

GIP RESERVE NATURELLE MARINE DE LA REUNION

TsiÔno

http://www.tsiono.fr

PARC NATUREL MARIN DE MAYOTTE - AAMP

Veille biologique sur les récifs du Prado

http://www.ffessm-provence.net/​Veille-Bio-sur-Recifs-PRADO,147r.html

FFESSM CD13

Visiolittoral

http://www.visiolittoral.fr

CONSERVATOIRE DU LITTORAL

À vos observations !

http://www.biolit.fr/​a-vos-observations?language=fr

PLANETE MER

Haut de page

Notes

1 Sciences citoyennes, sciences participatives, science collaborative, participation communautaire, recherche participative…

2 Voir le Citizen Cyberlab qu’il dirige : http://www.citizencyberscience.net

3 Extrait du site http://citizenscience.gov (consulter le 02/11/2016). Traduction des auteurs.

4 Federal Crowdsourcing and Citizen Science Toolkit

5 Extrait du site http://www.developpement-durable.gouv.fr (consulté le 02/11/2016)

6 ecsa.citizen-science.net

7 citizenscience.org

8 A titre d’exemple, les revues suivantes ont consacré récemment un n° spécial aux sciences citoyennes : Science & Education (vol. 23/2, 2014), Journal of Science Communication (Vol.15/1 et 3, 2016), Conservation Biology (Vol.30/3, 2016), Remote Sensing (Vol.8/11, 2016), etc.

9 Bordogna et al. (2016) proposent une revue complète des méthodes d’évaluation de la qualité.

10 Notre étude concerne les programmes de sciences citoyennes qui mettent en œuvre la collecte et la production d’informations dans le cadre d’une démarche scientifique impliquant des contributeurs non rémunérés durant leurs temps de loisirs et de travail.

11 Liste rouge de l’IUCN consultée en décembre 2016.

12 https://sondage.univ-brest.fr/limesurvey/index.php/survey/index/sid/651892/newtest/Y/lang/fr

13 http://www.observateurs-plongee.fr/images/vigiemer/spmarinesfr.pdf

14 Compte tenu de la diversité des acteurs impliqués dans ce domaine, l’étude cible particulièrement les acteurs impliqués dans la connaissance et la gestion (1) des méga vertébrés marins et (2) des hippocampes/syngnathidés. Ces groupes d’espèces sont l’objet de nombreux programmes de sciences citoyennes déployés en métropole sur différentes façades maritimes et à différents niveaux (local, façade, national).

15 Ces traitements peuvent correspondre à la transmission à un organisme spécifique, la diffusion après un certain délai, la diffusion avec un "bruitage" de la position géographique (maillage particulier, donnée agrégée...), etc.

16 Il s’agit de professionnels relatifs à la pêche, au tourisme, à la navigation maritime…

17 http://www.oceanobs.fr/

18 Le protocole décrit les "paramètres et les facteurs écologiques à observer ainsi que leurs domaines de valeurs, les méthodes pour la collecte des données, le plan d’échantillonnage en liaison avec une ou plusieurs analyses statistiques permettant d’estimer la fiabilité de la réponse. Un protocole permet de s’assurer que les phénomènes détectés ne sont pas le résultat d’un biais intrinsèque au protocole et/ou à la (les) méthode(s) de collecte " (Ichter et al., 2014).

19 http://www.cybelle-planete.org/cybelle-mediterranee-2/le-programme/description.html

20 http://www.asso-apecs.org/-Programme-CapOeRa-.html

21 http://inventaire.naturefrance.fr/

22 Ensemble des éléments des sous-sols, sols et paysages qui, assemblés les uns aux autres, constituent des systèmes organisés, issus de processus géologiques (https://inpn.mnhn.fr/informations/geodiversite/definition).

23 http://www.naturefrance.fr/sites/default/files/fichiers/ressources/pdf/2011-10-20_description_profil_sinp.pdf

24 Seuls 32 programmes ont répondu aux questions relatives au partage des informations produites.

25 http://bioobs.fr/

26 https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=LEGITEXT000006053563

27 http://www.developpement-durable.gouv.fr/Les-documents-d-objectifs.html

28 http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=URISERV%3Al28076

29 http://eur-lex.europa.eu/LexUriserv/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2012:026:0001:0021:fr:PDF

30 https://www.premar-atlantique.gouv.fr/uploads/atlantique/aem-tregor-goelo/tome_2_fiches_habitats_especes.pdf

31 https://www.gecc-normandie.org/

32 Louisy P. & Bérenger L. (2015). Suivi des hippocampes du banc de sable de l’Espiguette –Association Peau-Bleue – Thau Agglo, 34 p.

33 peaubleue.org

34 http://eur-lex.europa.eu/LexUriServ/LexUriServ.do?uri=OJ:L:2008:164:0019:0040:FR:PDF

35 http://crmm.univ-lr.fr/index.php/fr/reseau-national-echouages

36 http://inventaire.naturefrance.fr/

37 http://cartographie.aires-marines.fr/

38 http://informatique-mia.inra.fr/cisstats/

39 http://informatique-mia.inra.fr/cisstats/liens

40 http://www.naturefrance.fr/sites/default/files/fichiers/ressources/pdf/protocole_sinp_0.pdf

41 http://www.gbif.fr/

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. L’exemple d’Ocean’Obs ( http://www.oceanobs.fr/​)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-1.png
Fichier image/png, 175k
Titre Figure 2. Guide d’identification du programme CapOeRa (http://www.asso-apecs.org/​IMG/​pdf/​apecs_plaquette_capoera_2018_bd.pdf)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-2.png
Fichier image/png, 776k
Titre Figure 3. Interface cartographique du programme BioObs (http://bioobs.fr/​)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-3.png
Fichier image/png, 356k
Titre Figure 4. Extrait de la fiche habitat « Grand Dauphin » du document d’objectif N2000 du Tregor-Goelo (https://www.premar-atlantique.gouv.fr/​uploads/​atlantique/​aem-tregor-goelo/​tome_2_fiches_habitats_especes.pdf)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-4.png
Fichier image/png, 840k
Titre Figure 5. Extrait du dossier d’évaluation des incidences du dragage du banc de sable de l’Espiguette (www.peaubleue.org)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-5.png
Fichier image/png, 935k
Titre Figure 6. Représentation synthétique du parcours de l’information issue des programmes de sciences citoyennes relatifs à la biodiversité marine et côtière en France
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/29884/img-6.png
Fichier image/png, 163k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jade Georis-Creuseveau, Matthieu Noucher et Françoise Gourmelon, « De la production de données d’observation à l’usage d’informations géographiques naturalistes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Science et Toile, document 878, mis en ligne le 10 décembre 2018, consulté le 13 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/29884 ; DOI : 10.4000/cybergeo.29884

Haut de page

Auteurs

Jade Georis-Creuseveau

Entrepreneure sociale, jade.georis-creuseveau@dataterra.fr, PASSAGES (UMR 5319 CNRS) et Data Terra, France

Matthieu Noucher

Chargé de recherche, matthieu.noucher@cnrs.fr, PASSAGES (UMR 5319 CNRS), France

Françoise Gourmelon

Directrice de recherche, francoise.gourmelon@univ-brest.fr, LETG-Brest Géomer (UMR 6554 CNRS), France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page