Navigation – Plan du site
2019
881

L’épreuve de hors-programme à l’agrégation de géographie : héritages et renouvellement (2003-2016)

The Geography Agrégation’s oral test without a defined syllabus: changes and permanence of a French teaching qualification (2003-2016)
Pascale Nédélec et Laura Péaud

Résumés

La dimension symbolique de la leçon de hors-programme de l’agrégation de géographie est forte depuis l’instauration de cette épreuve. Pourtant, peu de recherches se sont penchées jusqu’alors sur son contenu et ses évolutions. En analysant quantitativement et qualitativement les sujets de cette épreuve depuis la session de 2003, cet article propose d’interroger d’un point de vue épistémologique les objets, les courants ou encore les espaces de la géographie qui sont soumis aux candidat.e.s. Les résultats de ces analyses dressent ainsi un portrait de la géographie française contemporaine et donnent à penser l’épreuve de leçon hors-programme comme l’aboutissement d’une formation géographique universitaire généraliste.

Haut de page

Texte intégral

1Pour qui a passé l’agrégation externe de géographie, l’épreuve de leçon hors-programme possède une forte dimension symbolique, voire mythique. Inquiétante et intimidante par l’immensité du champ scientifique à couvrir potentiellement, elle participe pleinement à la sacralisation de l’agrégation comme « rite d’institution » et « rite de passage » (Bourdieu, 1982). L’étymologie latine du terme agrégation, regroupant le préfixe « ad » (vers) et « greg, gregis » (troupeau), rappelle d’ailleurs ce caractère. Dans la littérature réflexive sur les épreuves de concours, on trouve des articles assez nombreux sur leur évolution et les approches mobilisées. Que ce soit sur l’histoire générale des concours (pour l’agrégation, voir Chabot, 1976), le commentaire de cartes topographiques, autre épreuve canonique du cursus géographique français (Jaurand, 2003 ; Reynaud, 1987, 1988) ou sur les différentes épreuves écrites (Candelier-Cabon, 2003), les contributions sont assez fournies. Pour autant, comme si son caractère intimidant se reportait également sur son analyse scientifique, peu d’écrits ont été produits sur l’épreuve de leçon de hors-programme. Quelques retours historiques et épistémologiques existent tout de même, au sein de manuels de préparation aux épreuves des concours (Moriniaux, 2000, 2006), qui mêlent conseils et réflexions générales sur l’esprit de l’épreuve. Mais ceux-ci restent peu nombreux, alors que la leçon constitue pourtant une épreuve majeure de l’oral depuis la création de l’agrégation de géographie en 1943.

2Cet article souhaite revenir sur l’épreuve et ses sujets depuis la réforme de 2002, présentée par ses promoteurs comme une évolution notable, qui introduit des changements dans les modalités de passage et surtout qui modifie la nature des sujets proposés aux candidat.e.s. L’essence de cette réforme repose sur la volonté de proposer aux candidat.e.s des sujets en adéquation avec les évolutions contemporaines de la géographie académique tout en consacrant l’aboutissement de la formation universitaire de futur.e.s enseignant.e.s (Knafou et Hagnerelle, 2007). De ce point de vue, l’épreuve de hors-programme peut donc être lue à la fois comme le reflet des transformations de la géographie scientifique française mais aussi comme le point d’orgue d’un apprentissage universitaire, qui salue la qualité scientifique et pédagogique des futur.e.s professeur.e.s de l’enseignement secondaire. C’est cette dernière perspective que nous retenons dans le cadre de cet article. En effet, même si l’analyse de l’épreuve de leçon hors-programme comme reflet de la géographie universitaire française pourrait être envisagée, à ce stade, nous la considérons d’abord comme l’étape finale d’un cursus de l’enseignement supérieur et donc le miroir des choix opérés en matière de formation géographique à l’université. Nous souhaitons donc montrer, en analysant l’évolution des sujets, comment se révèle un tableau du paysage géographique universitaire du début du XXIe siècle.

  • 1 Si les rapports du jury listent de façon exhaustive les intitulés des sujets proposés, il n’existe (...)

3Partant de cet axe liminaire, nous avons souhaité interroger plus avant les objets soumis à la réflexion des candidat.e.s, en questionnant les espaces, thématiques, approches et échelles retenus, ainsi que les intitulés. Pour ce faire, nous nous sommes concentrées sur les années 2003-2016, c’est-à-dire après la dernière réforme du concours de 2002, qui a modifié l’organisation et le fonctionnement de cette épreuve. Cette réforme annonçait des changements, sur lesquels nous reviendrons, et que nous aimerions mesurer en termes d’impact sur le déroulement de l’épreuve et le choix des sujets après 2002. Nous n’excluons pas de mener une analyse de plus grande ampleur dans des travaux ultérieurs, mais pour des raisons de cohérence du corpus depuis 2003, et des formats de la recherche, nous avons choisi dans cet article de nous concentrer sur le début du XXIe siècle. Nous avons ainsi travaillé sur un corpus composé de 325 sujets, ainsi que des rapports des jurys pour chaque année. En appliquant une méthode quantitative et statistique dans le but d’analyser les types de sujets d’une part, et une méthode qualitative d’autre part, pour replacer les sujets dans l’histoire de la discipline, cet article envisage donc la leçon de hors-programme de manière diachronique (2003-2016) et synchronique (année par année). Il est dès à présent nécessaire de souligner un possible biais interprétatif dans l’analyse du corpus. Le travail de catégorisation présenté dans cet article implique en effet un inévitable écueil d’interprétation des sujets pour lesquels nous ne disposons que du seul intitulé1. Par conséquent, un arbitrage a été nécessaire pour déterminer le contenu attendu par les membres du jury. Afin de rendre compte de ces choix, l’annexe détaille de façon exhaustive la catégorisation du corpus. Afin de compléter le propos, ce document présente de plus la composition des membres du jury et recense les sujets donnés lors de la session de la réforme de 2002, ainsi que ceux des deux années précédentes, sans pour autant qu’ils soient pris en compte dans les analyses quantitatives et qualitatives menées dans le corps de l’article.

4Tout d’abord, nous proposerons quelques rappels sur la place et l’histoire de l’épreuve de leçon hors-programme à l’agrégation. Ensuite, nous présenterons nos méthodes de catégorisation et d’analyse statistique des sujets. Puis les trois dernières parties présenteront les sujets par grande catégorie (sujets régionaux, thématiques et relevant de l’histoire et de l’épistémologie de la géographie) en les analysant au prisme de la formation des étudiants de géographie.

1. La place de l’épreuve de leçon hors-programme à l’agrégation : entre permanences et continuités

5Pour commencer, revenons sur la place de l’épreuve au sein de l’agrégation et sur les modifications engagées au début des années 2000.

  • 2 Les questions de géographie générale sont envisagées à l’échelle mondiale et portent sur une thémat (...)

6La création d’une agrégation propre à la géographie a été longtemps une revendication des géographes, qui percevaient ce concours comme le symbole de l’institutionnalisation achevée de la discipline et de son existence à part égale avec l’histoire. C’est enfin chose faite en 1943, dans un contexte politique agité, grâce notamment à l’action d’Emmanuel de Martonne (Chabot, 1976). Le concours se compose de trois épreuves écrites suivies de deux épreuves orales. La première d’entre elles est une leçon de géographie générale, suivant le programme de l’écrit. La leçon hors-programme est ainsi présente dès l’origine et décrite comme suit : “Une leçon de géographie régionale prise en dehors de tout programme accompagnée de croquis au tableau (durée 50 minutes coefficient 1). Georges Chabot ajoute : une circulaire du 28 mars 1944 précise certaines modalités ; le temps imparti pour la préparation et la durée des épreuves orales indiquait que la coupe géologique sera favorablement accueillie mais non exigée ; des recommandations étaient faites pour l’établissement du croquis accompagnant la leçon de géographie régionale.” (Ibid., p. 335). Cette épreuve « hors de tout programme » se distingue de la première épreuve orale, cette dernière affirmant son caractère régional. De l’origine jusqu’à la fin du XXe siècle, les modalités de l’épreuve ne changent fondamentalement pas, à l’exception d’un léger remaniement en 1973. À partir de cette date, les candidat.e.s ont en effet le choix entre leçon de géographie régionale ou générale2 (Hagnerelle et Knafou, 2007).

7À partir des années 1980-1990, l’ensemble du concours subit des critiques marquées de la part de la communauté géographique, fondées sur le décalage de plus en plus grand entre, d’une part, les besoins et les changements généraux de la discipline et, d’autre part, le concours, accusé d’être figé dans une géographie qui n’existe plus. Comme l’écrit Rémy Knafou dès 1999 :

La géographie mise en œuvre dans ce concours est conçue comme une science sociale, c’est-à-dire une science qui prend pour objet la dimension spatiale de la société. Cette définition d’une géographie science sociale est aujourd’hui la plus communément répandue chez les géographes. Cela dit, en matière scientifique, la majorité ne constitue pas un élément de conviction ; c’est la raison pour laquelle il est souhaitable que les autres conceptions de la géographie se retrouvent également dans la structure de ce concours qui doit être un bien commun à l’ensemble de la communauté géographique. En même temps, il est aujourd’hui indispensable que ce bien commun prenne davantage acte des transformations profondes enregistrées par la géographie depuis les trois dernières décennies”. (Ibid., p. 36).

8Cette réflexion aboutit à une réforme assez large de l’agrégation en 2002, dont l’objectif est une évolution de l’esprit du concours plus que de ses modalités formelles, puisque les volumes horaires de préparation (6 h.) et de passage (1 h.) ne connaissent pas de modification. Tout en conservant le même nombre d’épreuves à l’oral comme à l’écrit, la réforme introduit des changements importants. Les modifications les plus marquées à l’écrit concernent l’introduction d’une épreuve sur dossier, venant en remplacement de la composition de géographie régionale, complétée par la disparition de la composition de géographie physique, au profit d’une composition de géographie thématique, et enfin, le passage d’une composition de géographie générale à une composition de géographie des territoires. La composition d’histoire demeure inchangée. À l’oral, l’explication de cartes topographiques est remplacée par un commentaire de documents géographiques. Le même format de commentaire de documents apparaît également en histoire, remplaçant une leçon sur programme.

9Quant à l’épreuve de leçon de hors-programme de géographie, elle demeure dans sa forme mais connaît quelques modifications en termes de répartition des volumes horaires des deux parties de l’oral (exposé, entretien), ce que détaille le tableau 1.

Tableau 1 : Modalités de l’épreuve de leçon hors-programme avant et après la réforme de 2002

Modalités de l’épreuve

Avant 2002

Après 2002

Intitulé

Leçon de géographie générale hors programme ou leçon de géographie régionale

Leçon de géographie, hors-programme

(pas d’options possibles)

Durée

6 heures de préparation

40 minutes d’exposé

20 minutes d’entretien

6 heures de préparation

30 minutes d’exposé

25 minutes d’entretien

Précisions

« La discussion qui suivra la leçon pourra aborder le champ des sciences connexes à la géographie »

Source : d’après Hagnerelle et Knafou, 2007.

10Si la forme change peu, il s’agit en revanche de moderniser les épreuves sur le fond, en adaptant les contenus de l’agrégation à la géographie scientifique contemporaine. Un processus d’ouverture des sujets d’écrit et d’oral est à l’œuvre, visant à mettre fin à la suprématie de la géomorphologie et à mieux représenter la variété des branches de la géographie (culturelle, sociale, géopolitique, etc.) dans la réflexion. Pour l’épreuve de hors-programme, cela se traduit aussi par la fin du choix entre géographie régionale et géographie générale, ainsi que par une réduction du nombre de sujets portant sur la France. Michel Hagnerelle et Rémy Knafou le rappellent dans le rapport de la session 2002 :

On notera que le nombre de leçons portant exclusivement sur la France a été volontairement réduit (dans la mesure où la France fait partie du programme d’écrit), que l’on a poursuivi le mouvement d’ouverture vers des sujets d’histoire de la géographie et d’épistémologie, que les problématiques incitant à étudier, lors de la leçon, des espaces de micro-échelles ont augmenté, que des approches de type géopolitique ont été proposées. Pour autant le jury a veillé à ne pas écarter des sujets de géographie nécessitant une véritable réflexion sur les découpages régionaux et la régionalisation, et à maintenir un nombre substantiel de leçons portant sur les dimensions biophysiques des espaces géographiques”. (Hagnerelle et Knafou, 2002, p. 124)

11Les deux rapporteurs insistent aussi sur le renforcement de la dimension analytique et réflexive de l’épreuve, qui ne doit pas être de l’érudition pure à leurs yeux. De plus, l’introduction d’une réflexion épistémologique est l’un des objectifs affichés de la « nouvelle agrégation » mise en place à partir de 2002, présentée comme une traduction des préoccupations conceptuelles de la discipline :

La place accordée à l’épistémologie et à l’histoire de la géographie a aussi beaucoup modifié le concours. L’introduction des termes « histoire », « épistémologie » et « territoires » dans le libellé des épreuves, des programmes et des sujets a changé l’esprit du concours et suscité des innovations conceptuelles assez fondamentales, en phase avec les évolutions récentes de la discipline”. (Hagnerelle et Knafou, 2007, p. 38)

12Une dernière modification intervient avec l’introduction du tirage en ligne à l’oral, qui a comme conséquence une réduction du nombre de sujets puisque trois candidat.e.s exposent successivement sur le même sujet. Cette nouvelle modalité est mise en place à partir de la session 2003, c’est-à-dire un an après la réforme. Ceci nous a encouragées à ne considérer que les sujets posés à partir de 2003, l’année 2002 étant à part en raison du nombre encore très élevé de sujets soumis (voir annexe).

13Ce rapide panorama permet donc d’une part de relever de grandes permanences dans l’organisation et l’esprit de l’épreuve de leçon de hors-programme depuis sa fondation et, d’autre part, d’envisager a priori la période récente s’ouvrant en 2003 comme le moment d’introduction de nouveautés en matière de conception des sujets. L’analyse des sujets permet, dans la suite de cet article, de mesurer la portée réelle de ces changements annoncés.

2. Catégoriser les sujets de leçon

14La première exploitation du corpus de 325 sujets, proposés entre 2003 et 2016, a consisté en une catégorisation à plusieurs niveaux de lecture, une étape nécessaire pour ensuite mener différentes analyses quantitatives et cartographiques. Dans un second temps, nous avons croisé des approches diachronique et synchronique pour faire émerger les permanences et les évolutions des intitulés.

2.1. Une catégorisation hiérarchisée du corpus

15En premier lieu, le corpus a été réparti selon quatre grandes catégories présentées dans le tableau 2.

Tableau 2 : Niveau 1 de catégorisation des sujets de hors-programme

Catégories de niveau 1

Sujet thématique

Sujet régional

Sujet thématique régionalisé

Sujet d’épistémologie et d’histoire de la géographie

16A la distinction classique en géographie, déjà utilisée avant la réforme de 2002, entre sujets thématiques et sujets régionaux, nous avons ajouté une catégorie intermédiaire intitulée « sujet thématique régionalisé » qui correspond à des sujets croisant une thématique clairement identifiée, mais restreinte à un ensemble géographique spécifique, comme par exemple « Sécurité alimentaire en Afrique » (2008) ou « Les tempêtes et leur dynamique en Europe » (2004).

  • 3Le jury donne des sujets variés dans tous les domaines de la discipline, respectant l’équilibre en (...)

17Nous avons également fait le choix d’isoler les sujets d’épistémologie et d’histoire de la géographie. Alors que certains rapports du jury caractérisent ces derniers comme des sujets thématiques3, nous avons jugé pertinent d’en faire une catégorie d’analyse à part permettant notamment des interprétations plus fines quant aux courants et aux auteurs de la discipline les plus représentés. Le codage des sujets a ensuite été affiné par des sous-catégories présentées dans le tableau 3.

Tableau 3 : Catégorisation hiérarchisée des sujets de leçon

Catégories de niveau 1

Catégories de niveau 2

Catégories de niveau 3

Sujet thématique

- Type d'espace

- Organisation spatiale et aménagement

- Environnement et géographie physique

- Espaces ruraux

- Espaces urbains

- Politique et géopolitique

- Productions artistiques et pratiques culturelles

- Démographie et peuplement

- Économie et commerce

- Tourisme

- Énergies, ressources et matières premières

- Transports et flux

- Géographie sociale

- Faune

- Développement et pays du Sud

- Développement durable

Sujet régional

- Échelle supranationale

- Échelle nationale (pays)

- Échelle infranationale

- Ville

- Océan

- Montagne et ensemble géologique

- Fleuve

- Population / Peuple

Sujet thématique régionalisé

Utilisation des sous-catégories utilisées à la fois pour les sujets thématiques et les sujets régionaux

Sujet d’épistémologie et d’histoire de la géographie

- Notion

- Auteur

- Histoire de la géographie

- Cartographie et représentation de l'espace

- Didactique et réflexivité du géographe

- Notion transversale

- Géographie sociale

- Géographie urbaine

- Géographie culturelle

- Géographie de l'environnement

- Géographie du développement

- Géographie économique

- Géographie politique et géopolitique

18L’élaboration de ce codage, organisé autour de trois niveaux d’analyse, repose sur le dépouillement du corpus en fonction des récurrences identifiées, ce qui explique des manques ou faiblesses de certains pans de la géographie ou de types de sujets ; comme par exemple l’analyse spatiale et les outils (SIG, télédétection, modélisation) en niveau 2. De même, vu le faible nombre de sujets portant directement sur les migrations (« Les migrations de populations en Amérique du Nord » en 2005, « Le système migratoire mondial » en 2009), cette thématique a été incluse dans la catégorie plus large « Démographie et peuplement ». La dénomination des sous-catégories s’appuie en majeure partie sur des catégories d’analyse très classiques comme « espaces urbains » et « espaces ruraux », quitte à couvrir un large spectre de thématiques. A l’inverse, d’autres sous-catégories portent sur des thèmes beaucoup moins centraux de la discipline (comme « la faune »).

19Enfin, un troisième niveau d’analyse a été constitué spécifiquement pour les sujets d’épistémologie et d’histoire de la géographie portant sur des notions de façon, là encore, à préciser les analyses sur les branches de la discipline les plus représentées dans la leçon de hors-programme (cf. infra).

2.2. Un poids inégal des différentes catégories de sujets

  • 4 Voir par exemple : “Ceux-ci [les sujets] sont restés divers pour que tous les aspects actuels de la (...)

20Même si les rapports des jurys expriment de façon quasi systématique4 leur volonté de proposer des sujets “respectant l’équilibre entre la géographie thématique (dont les sujets à dimension épistémologique) et la géographie des territoires” (Rapport 2014, p.59), l’analyse synchronique du corpus fait ressortir la surreprésentation des sujets thématiques (40 % des sujets), voire leur prédominance quand ils sont associés avec les sujets thématiques régionalisés (53 %). Comme le représente la figure 1, l’autre moitié est composée à part quasi égale de sujets régionaux (24 %) et d’épistémologie et d’histoire de la géographie (23 %).

Figure 1 : Répartition des sujets selon les catégories de niveau 1 (en pourcentages)

Figure 1 : Répartition des sujets selon les catégories de niveau 1 (en pourcentages)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

21L’analyse diachronique confirme l’inégale répartition entre les types de sujets proposés aux candidat.e.s de la leçon hors-programme selon les années, ce qu’illustrent les figures 2 et 3.

Figure 2 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs absolues)

Figure 2 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs absolues)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

Figure 3 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs relatives)

Figure 3 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs relatives)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

  • 5 Le nombre de postes mis au concours de l’agrégation de géographie a varié sur la période étudiée d’ (...)

22Indépendamment du nombre total de sujets proposés chaque année (qui varie selon le nombre de postes disponibles et donc le nombre de candidat.e.s admissibles5), on constate de forts décalages de répartition en fonction des catégories de niveau 1. Tandis que la proportion des sujets thématiques demeure relativement stable, les sujets régionaux et d’épistémologie connaissent de très fortes variations respectivement de 10 % en 2006 à 37 % en 2016, et de 10 % en 2006 à 40 % en 2011. En valeurs absolues, cela se traduit par des écarts allant de 1 à 6 intitulés par an pour les sujets thématiques régionalisés et de 2 à 8 pour les sujets d’épistémologie et d’histoire de la géographie.

23Sur l’ensemble de la période étudiée, on constate également une tendance à la baisse du nombre de sujets thématiques régionalisés au profit des sujets régionaux. Ceci peut s’expliquer, au début de la période étudiée, par des habitudes de formulation des sujets héritées de la période d’avant la réforme de 2002 (voir annexe). Le poids donné aux sujets régionaux fait alors écho à la place toujours importante des analyses régionales dans la formation secondaire en géographie, que l’on retrouve à travers les découpages continentaux, nationaux ou régionaux présents dans les programmes du collège et du lycée. Ce constat révèle un décalage entre la valorisation des analyses régionales dans le cadre du concours de l’agrégation, alors même que les intitulés thématiques ont tendance à s’imposer dans les curricula du supérieur.

24Même si l’importance des variations annuelles peut être mise en relation avec les préférences des membres du jury qui sont souverains dans l’élaboration des sujets qu’ils proposent, il est possible de nuancer l’égalité de traitement affichée dans les rapports entre les différents types d’intitulés proposés aux candidat.e.s et de souligner la domination stable sur l’ensemble de la période des sujets à entrées thématiques, qui s’affirment alors comme le fleuron de la leçon de hors-programme.

25Les parties suivantes présentent une analyse plus fine et détaillée des sujets, en considérant successivement les sujets thématiques, les sujets régionaux puis les sujets portant sur l’épistémologie et l’histoire de la géographie. Les sujets composant la catégorie thématique régionalisée sont inclus dans les sujets thématiques et régionalisés.

3. Analyse des sujets thématiques

3.1. Diversité des thématiques abordées

26De toutes les catégories considérées, les entrées thématiques sont celles qui présentent le plus de diversité. Seize sous-catégories ont été déterminées pour classer l’ensemble des sujets thématiques et thématiques régionalisés. La figure 4 représente ce morcellement thématique, avec seulement deux sous-catégories dépassant les 10 % du total des 325 sujets du corpus : « types d’espaces » (16 %) et « environnement et géographie physiques » (13 %).

Figure 4 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)

Figure 4 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

  • 6 Voir : « La mer, objet géographique » (2009), « Le patrimoine, objet géographique » (2011), « La pl (...)

27Par « types d’espaces », nous entendons à la fois les sujets portant sur un type de milieu comme « La forêt » (2009), « La jungle » (2015) ou « Le lagon » (2014) ; sur une catégorie d’analyse géographique comme « Les marges de l'écoumène » (2006), « Les détroits » (2004) ou encore sur des productions anthropiques comme « Les places publiques » (2016), « Le pont » (2015) ou « Les grands barrages » (2007). Cette sous-catégorie recoupe en partie celle de l’environnement et de la géographie physique quand les intitulés ciblent des processus physiques comme dans le cas « Les nuages » (2014) ou « La vague » (2014). Il n’est pas étonnant que ces sujets dominent, dans la mesure où les géographes questionnent tout particulièrement des types d’espaces et leur construction par les sociétés. Les rapports du jury précisent clairement qu’une approche de pure géographie physique n’est pas attendue ; de la même manière que pour les sujets régionaux, c’est un croisement problématisé des approches géographiques qui est présenté comme souhaitable. On note ici une coïncidence avec les transformations à l’œuvre dans la géographie universitaire, qui envisage depuis les années 2000 les espaces et types d’espace de moins en moins comme des terrains d’étude que comme des « objets géographiques » (cette formulation se développant d’ailleurs sur la période envisagée6).

28La distinction entre sujets thématiques et sujets thématiques régionalisés présente les mêmes ordres de grandeur entre les sous-catégories que les statistiques combinées. On peut toutefois noter, à l’aide de la figure 5, que les sujets thématiques régionalisés ne portent jamais sur les sous-catégories « économie et commerce » et « productions artistiques et pratiques culturelles », et que les « espaces ruraux » sont surtout étudiés dans des sujets de thématiques régionalisés.

Figure 5 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en valeurs absolues)

Figure 5 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en valeurs absolues)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

3.2. Des sujets régionaux entre classicisme et innovation

29Les thématiques abordées résonnent nettement avec les changements à l’œuvre dans l’enseignement secondaire et supérieur de la géographie. En revanche, elles ne traduisent pas tant que cela les transformations annoncées dans la réforme de l’épreuve en 2002.

30Pour commencer, les sujets de géographie physique demeurent nombreux, alors même que la réforme de 2002 visait à leur diminution. Il en est de même pour des pans de la discipline très classiques, tels que « Démographie et peuplement », bien représentés, même si cette catégorie cache aussi des sujets portant sur les mobilités et migrations, largement renouvelées depuis le début des années 2000 et introduits dans les programmes du secondaire (à travers la notion d’habiter par exemple). Cependant, certaines thématiques sont peu représentées, comme les « espaces ruraux », qui ne représentent que 3 % des sujets thématiques. Cette faible présence traduit en grande partie le désamour relatif des géographes pour les espaces ruraux au début du XXIe siècle et le faible nombre de travaux réalisés sur ces espaces relativement aux espaces urbains ou aux espaces dits « de nature ». Les questions au programme de l’agrégation ont confirmé cette tendance jusqu’à l’introduction de la question de géographie des territoires « Les espaces ruraux en France » pour les sessions 2019 et 2020.

31D’autres thématiques comme le tourisme, les risques ou le développement durable sont faiblement représentées dans le corpus, et ce alors même qu’elles occupent une place conséquente dans les programmes du secondaire qu’auront à enseigner les étudiants admis à l’agrégation et dans la littérature géographique. Cela ne signifie pas que ces thématiques ne sont pas mobilisées de manière transversale : les questions touristiques et de développement durable peuvent par exemple être soulevées à l’occasion d’un sujet de géographie régionale, ou en travaillant sur certains types d’espace. Mais il faut tout de même souligner que ces thématiques ne sont pas ou peu spontanément proposées à la réflexion des candidat.e.s, alors que ces pans participent aux renouvellements récents des recherches académiques.

32D’autres sujets portent en revanche sur des aspects très minoritaires de la discipline. Ainsi, à quatre reprises les candidat.e.s à l’agrégation ont été invités à travailler sur « la faune » (« Terres de taureaux » en 2016, « Le loup, objet géographique » en 2015, « Faune sauvage et territoires » en 2014 et « L’animal sauvage » en 2006). Cette catégorie n’est pas sans lien avec le nombre relativement important de sujets sur des « productions artistiques et pratiques culturelles » (12 sujets du corpus) qui regroupent les pratiques sportives (« Football et territoires » en 2007, « Les espaces de l’olympisme » en 2014 et « Les espaces du sport » en 2006), les pratiques religieuses (« Islam et organisation de l’espace » en 2003, « Les territoires du religieux » en 2011), ou encore les liens entre productions artistiques et géographie (« Ville et cinéma » en 2006, « Géographie et cinéma » en 2016). Ce constat est à mettre en relation avec l’affirmation de la géographie culturelle au sein de la communauté scientifique française (Claval, 1996). On peut en effet repérer une coïncidence chronologique entre le développement de ce champ en France (années 1990-2000) et la multiplication des sujets posés dans ce domaine. Ici joue sans aucun doute la participation au jury de géographes comme Jean-François Staszak, Béatrice Collignon ou Francine Barthes, entre autres (liste non exhaustive, voir annexe), qui ont notamment contribué à développer ce champ au sein de la communauté géographique française. Il serait sans aucun doute très intéressant de procéder à l’analyse de la composition du jury et ses évolutions, notamment en termes sociologiques (âge, genre, etc.) mais aussi en termes de représentativité des champs disciplinaires, ce qui pourrait faire l’objet de futurs travaux. De même, la récurrence des formulations associant une pratique et « espaces » ou « territoires » signale bien le tournant culturel opéré par la géographie française, dont l’ambition n’est pas seulement de considérer l’organisation matérielle des espaces selon un prisme économique, politique ou social, mais aussi leur dimension vécue et appropriée, à travers les pratiques et les idéalités véhiculées sur ces territoires. Cette tendance est d’autant plus remarquable que les programmes du secondaire, et pour une large part aussi du supérieur, n’intègrent qu’à la marge ces nouvelles thématiques.

33D’une manière générale, la juxtaposition des sujets à l’intitulé classique et la montée en puissance d’ouvertures thématiques, couvrant certains pans de la géographie contemporaine, ne doit cependant pas faire oublier que l’esprit général de l’épreuve est au croisement des branches et courants sous-disciplinaires, voire extra-disciplinaires. Pour nuancer un apparent cloisonnement thématique, chaque sujet peut ainsi donner lieu à une « approche géographique » transversale permettant de dépasser les catégorisations internes à la discipline. Cette approche vaut aussi d’ailleurs pour les sujets régionaux et régionaux thématisés.

4. Analyse des sujets régionaux

34Même si les sujets régionaux ne sont pas aussi nombreux que les sujets thématiques, ils occupent une place conséquente dans les rapports. En effet, le jury de leçon leur consacre très régulièrement un paragraphe spécifique pour déplorer les difficultés des candidat.e.s à maîtriser ce type de sujet (Rapport, 2003, p. 51 ; Rapport, 2005, p. 35 ; Rapport, 2013, p. 50). Rien n’est en revanche indiqué dans les rapports quant aux motivations sur les arbitrages opérés entre régions du monde étudiées ou entre types de sujets. L’importance des sujets régionaux rappelle sans aucun doute l’héritage régionaliste de la géographie française (Brunet, 1993 ; Vidal de la Blache, 1903). Nous constatons alors un paradoxe : si la géographie universitaire se détourne des analyses à l’échelle régionale, au profit d’approches locales ou mondiales, la permanence de ce niveau d’analyse est bien réelle dans les programmes du secondaire et, par extension, dans les sujets proposés à l’agrégation.

4.1. Des sujets régionaux privilégiant les échelles supranationales et nationales

35Une première analyse laisse d’abord apparaître une prédominance des échelles supranationales et nationales dans les intitulés de sujets. La figure 6 propose une répartition des sujets régionaux selon les catégories de niveau 2, en présentant successivement les statistiques pour les sujets régionaux, les sujets thématiques régionalisés et les deux catégories combinées.

Figure 6 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2

Figure 6 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

36Comme l’indique la figure 6, si l’on combine les statistiques pour les sujets régionaux et thématiques régionalisés, ce sont les intitulés proposés à l’échelle supranationale qui dominent très légèrement ceux à échelle nationale (respectivement 34 et 33 %), sous l’influence des sujets thématiques régionalisés. En effet, ces derniers portent très majoritairement sur de vastes ensembles géographiques comme « l’Europe » (11 occurrences dans le corpus), voire à encore plus petite échelle comme par exemple « Développement rural et environnement dans les pays du Sud » (2006) ou « Le vieillissement de la population et les personnes âgées dans les pays développés » (2005).

37L’approche dominante des sujets de géographie régionale relève ainsi d’une approche classique, héritée de la tradition vidalienne de la monographie (régionale ou nationale). Alors que la majorité des recherches contemporaines en France s’organisent en réaction à cette tradition vidalienne, et qu’une grande distance a été creusée entre cette habitude et les travaux actuels, il est intéressant de constater une résistance des sujets monographiques à l’agrégation. La prédilection pour des exposés aux échelles nationale et supranationale contraste alors fortement avec le faible attrait pour les monographies régionales au sein de la communauté scientifique française.

38Tout aussi intéressant est le très petit nombre de sujets régionaux portant sur une ville alors même que la géographie urbaine s’impose comme l’un des pans les plus représentés dans l’ensemble du corpus. De plus, les monographies urbaines sont nombreuses dans la littérature francophone et ce type de sujet ne pose donc pas, a priori, de problème d’accès à une bibliographie récente et abondante.

4.2. Des sujets portant sur tous les continents…

39L’analyse détaillée des régions du monde proposées à la leçon de hors-programme révèle une répartition géographique inégale et des tropismes marqués.

Figure 7 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les ensembles continentaux (en pourcentages)

Figure 7 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les ensembles continentaux (en pourcentages)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

  • 7 Jusqu’en 2008, la question portant sur la France ne présente aucune délimitation particulière comme (...)
  • 8 « L’Amérique latine » (2006-2007), « La Russie » (2008-2009), « L’Europe » (2010-2012), « Canada, É (...)

40La figure 7 présente la répartition des sujets selon la division classique du monde en cinq continents, qui sont tous proposés à la réflexion. Elle témoigne de la prédominance du continent européen, principalement mobilisé par la catégorie des sujets thématiques régionalisés (« Rénovation et réhabilitation urbaines en Europe » en 2015, « Mutations des espaces ruraux en Europe » en 2009). Le grand nombre de sujets portant sur la France, étudiée à l’échelle nationale comme infra-nationale (soit 11 sujets du corpus en tout) renforce la prédominance européenne dans les sujets régionaux (« Géographie de la santé en France » en 2013, « Les grands reboisements en France » en 2003, « L’Alsace en France et en Europe » en 2009, « La forêt de Brocéliande » en 2015). Ceci ne saurait surprendre dans le contexte d’un concours national de recrutement d’enseignants qui auront la responsabilité d’enseigner la géographie de la France occupant une place importante dans les programmes du secondaire. On peut cependant souligner la surreprésentation des sujets traitant de la France à l’épreuve de hors-programme puisqu’ils viennent doubler les sujets proposés dans le cadre du « commentaire de documents géographiques ». En effet, une des deux questions au programme de « géographie des territoires » porte systématiquement sur la France7. À l’inverse, les ensembles régionaux au programme de la seconde question de « géographie des territoires »8 sont strictement exclus des leçons : par exemple quand « L’Europe » était au programme (2010-2012), il n’a été proposé aucun sujet portant sur cet ensemble régional dans le cadre de l’épreuve hors-programme. Ceci explique en grande partie le faible nombre de sujets de leçon traitant d’ensembles américains, puisque les deux sous-continents ont été au programme de « géographie des territoires » (« L’Amérique latine » en 2006-2007, « Canada, États-Unis, Mexique » en 2013-2015).

  • 9 Ce comptage ne prend en compte que les sujets portant distinctement sur l’un ou l’autre de ces ense (...)

41Le tropisme européen, quant à lui, fait plus largement écho à un attrait plus important pour les ensembles géographiques situés au Nord, qui concernent 63 intitulés, contre 49 situés au Sud9. Ces constats de franco- et européocentrismes ne sont pas sans faire écho aux appétences des géographes français ou à la surreprésentation de ces territoires dans les programmes du secondaire.

4.3. … mais une couverture inégale du monde

  • 10 Les légendes reprennent les sous-catégories de niveau 2 proposées pour les sujets régionaux (cf. 2. (...)

42Si tous les continents sont représentés dans le corpus, une cartographie fine s’impose pour faire ressortir des corrélations entre échelle d’analyse et régions du monde, ainsi que des préférences marquées pour certains ensembles géographiques. Par souci de lisibilité, la carte 1 ne représente que les ensembles géographiques d’échelle continentale et est complétée par les cartes 2 et 3 qui localisent quant à elles les autres ensembles d’échelles supranationale et infranationale10. Enfin la carte 4 présente spécifiquement les sujets délimités à l’échelle nationale.

Carte 1 : Les ensembles continentaux proposés à la leçon

Carte 1 : Les ensembles continentaux proposés à la leçon

Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)

Carte 2 : Localisation des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale

Carte 2 : Localisation des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale

Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)

Carte 3 : Focus des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale sur le continent européen

Carte 3 : Focus des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale sur le continent européen

Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)

Carte 4 : Localisation des pays étudiés dans les sujets régionaux et thématiques régionalisés

Carte 4 : Localisation des pays étudiés dans les sujets régionaux et thématiques régionalisés

Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)

43En croisant les différentes représentations cartographiques, on remarque que l’Europe et l’Afrique sont avant tout abordées à l’échelle continentale, tandis que les sujets portant sur l’Asie sont pour la plupart proposés à des échelles plus fines (nationales et infranationales – cf. carte 1). L’Amérique est dans une situation intermédiaire puisqu’elle est principalement étudiée selon ses divisions sous-continentales (Amérique du Nord, Amérique latine par exemple). L’échelle proposée dans les intitulés oriente l’analyse puisque proposer un sujet à l’échelle continentale ou sous-continentale postule une certaine similitude, voire une certaine uniformité entre les pays composant un continent. Il est certes attendu des candidat.e.s qu’ils questionnent ce postulat, et intègrent dans leur propos la dialectique entre unité et hétérogénéité. Néanmoins, il est intéressant de souligner le traitement différencié des ensembles continentaux.

44Ces corrélations entre ensembles continentaux et échelle d’analyse ne semblent en effet pas relever des mêmes facteurs explicatifs. En ce qui concerne l’Europe, le postulat d’unité peut s’expliquer par une trajectoire commune, renforcée par l’Union Européenne, en termes historiques aussi bien qu’en matière de développement économique. On peut d’ailleurs se demander si la formulation « en Europe » n’est pas dans certains cas une facilité pour désigner plus exactement l’Europe occidentale ou l’Union Européenne, reprenant en cela un glissement sémantique fréquent dans le langage courant et dans les médias.

45La proximité tant géographique que culturelle avec les candidat.e.s peut expliquer que le contexte européen soit tant plébiscité par les membres du jury. Au sein de l’Europe, c’est plus précisément le pourtour méditerranéen qui concentre le plus grand nombre de sujets. Ceci confirmerait l’hypothèse d’une préférence pour un ensemble géographique qui partage une histoire commune et des habitudes culturelles, mis en évidence notamment par les travaux de l’historien Fernand Braudel sur le « monde méditerranéen » (1949).

  • 11 Cette sous-division en aires régionales a d’ailleurs fortement influencé la structuration des grand (...)

46Le cas de l’Afrique nous paraît plus original car il reproduit un débat de fond au sein de la communauté géographique travaillant sur ce continent. L’unité de l’Afrique, présentée comme un bloc quasi indivisible, est une idée souvent admise dans l’opinion commune et qui se retrouve souvent dans les programmes du secondaire. Pourtant, de nombreux chercheurs tendent à s’opposer à cette vision trop homogène d’un immense continent et critiquent donc les approches continentales au profit de sous-ensembles considérés comme plus cohérents, comme le Maghreb, l’Afrique australe ou l’Afrique sub-saharienne11.

47Alors que l’on pourrait s’attendre à une prépondérance de sujets portant sur d’anciennes colonies françaises en raison d'une longue tradition de travaux et de monographies, on observe un attrait relativement faible pour les ensembles géographiques de l’Afrique francophone et de l’ancienne Indochine. C’est ainsi l’Asie orientale (Chine, Japon, Corée) qui est la plus étudiée dans les sujets régionaux, avec une récurrence forte des sujets portant sur la Chine (8 sujets au total). Dès lors, le poids démographique et politique des géants asiatiques que sont la Chine et l’Inde (6 sujets) s’impose, ce qui fait écho aux analyses développées sur ces pays dans les programmes du secondaire. Quant à l’Afrique, elle est avant tout abordée dans sa partie australe, ce qui peut s’expliquer en partie par le développement des liens scientifiques avec cette région du monde via la création d’instituts français de recherche en Afrique du Sud (IFAS, créé en 1995) et au Kenya (IFRA, créé en 1977).

48En négatif, les sujets régionaux font ressortir des angles morts, même s’il est évidemment impossible de proposer d’étudier exhaustivement tous les ensembles régionaux du monde. Des régions comme l’Europe du Nord et la Scandinavie, ou l’Afrique subsaharienne, sont alors particulièrement absentes.

5. Une ouverture vers l’histoire de la géographie française

49Les statistiques sur la catégorie « épistémologie et histoire de la géographie » témoignent, enfin, de la volonté des membres du jury de développer chez les candidat.e.s une habitude réflexive sur les modalités de production, de circulation et de réception des savoirs géographiques, mais aussi sur l’ontologie de la discipline. Cette dimension apparaît régulièrement dans les rapports (cf. supra) : quantitativement, elle ne représente que moins d’un quart des sujets, ce qui peut sembler faible, mais ne l’est pas tant que ça en regard de l’inexistence de l’histoire et de l’épistémologie de la géographie dans les programmes du secondaire. Les jurys successifs font ici un choix ambitieux et assumé, celui d’engager les candidat.e.s vers plus de réflexivité quant à leurs formations et pratiques.

5.1. Un regard appuyé sur les « notions » de la géographie

  • 12 Voir « La fête, étude géographique » (2006) et « La neige, étude géographique » (2012).

50Au sein de cette catégorie dominent les « notions », comme représenté sur la figure 8. Cela indique un intérêt tout particulier pour les « mots » de la géographie qui n’est pas étranger au travail effectué sur les concepts et les notions de la géographie depuis les années 1970. En effet, la remise en cause du paradigme vidalien s’est construite, en partie, sur son défaut de conceptualisation et de théorisation. En réponse, la « Nouvelle géographie » des années 1970 et 1980 a donné lieu à un effort notable sur les notions et concepts, cet élan se poursuivant encore aujourd’hui. La parution de nombreux dictionnaires depuis les années 1990 comme Les Mots de la géographie (Brunet, Ferras, Théry, 1992) et le Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés (Lévy, Lussault, 2003) témoigne de cette exigence grandissante, dont on trouve nettement la trace dans les sujets de leçons de hors-programme. Les notions proposées aux candidat.e.s encouragent aussi, au moins dans une certaine mesure, une réflexion quant à la place de la géographie parmi les sciences humaines et sociales. Des intitulés tels que « Géographie et littérature » (2011) y invitent sans détour, mais les formulations de type « XXX : étude géographique »12 appellent également une ouverture pluridisciplinaire, dans la mesure où elles supposent, même modestement, de se demander en quoi l’objet en question pourrait ne pas être géographique, ou pourrait être alimenter par d’autres approches. Et si la dimension réflexive n’est pas présente dans les programmes du secondaire, en revanche l’importance accordée à la conceptualisation de la géographie scolaire va croissante et reflète ce souci terminologique.

Figure 8 : Répartition des sujets d’épistémologie selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)

Figure 8 : Répartition des sujets d’épistémologie selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

Figure 9 : Répartition des sujets notions selon les catégories de niveau 3 (en valeurs absolues)

Figure 9 : Répartition des sujets notions selon les catégories de niveau 3 (en valeurs absolues)

Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)

51Afin d’affiner l’analyse des notions proposées à la leçon de géographie, un troisième niveau de codage identifie le courant ou champ géographique auquel elles se rapportent, ce qu’illustre la figure 9. La prédominance des notions relevant de la géographie culturelle est sans conteste, avec 14 des 43 sujets notionnels. Précisons ce qui est entendu par géographie culturelle. Derrière cette appellation sont rassemblés des sujets qui portent directement sur les liens entre art, culture et géographie, mais également des objets qui peuvent à première vue sembler en dehors du domaine d’expertise des géographes comme « La nuit » ou « L’exotisme ». Enfin des sujets invitant à réfléchir sur l’identité et l’altérité relèvent à nos yeux de la géographie culturelle, dans la mesure où ce courant disciplinaire a été le premier à s’emparer de ces thèmes de réflexion (Claval, 1996). On peut encore une fois s’interroger sur la prédominance de ce type de sujet, alors même que les cursus scolaires ne l’intègrent que de manière très marginale. Ici, à nouveau, la composition du jury pourrait sans doute fournir un élément d’explication qu’il s’agirait d’expliciter dans des recherches futures. Vient ensuite la catégorie des « notions transversales » qui ne peuvent selon nous être limitées à un seul champ de la discipline, à savoir les notions de territoire, de lieu et de distance ou encore d’acteur (cf. tableau 4).

Tableau 4 : Détail des sujets notions selon les sous-catégories de niveau 3

Sous-catégories de niveau 3

Liste des sujets

Géographie culturelle

« L'Autre et l'Ailleurs » ; « Géographie et art » ; « L'identité en géographie » ; « La fête : étude géographique » ; « Insularité » ; « Le paysage en Géographie » ; « La mer, objet géographique » ; « Identités et territoires » ; « Géographie et littérature » ; « Le patrimoine, objet géographique » ; « La nuit » ; « Culture et géographie » ; « L’Ailleurs » ; « L’exotisme »

Notion transversale

« Le concept de territoire » ; « La notion d’acteur géographique » ; « Le territoire en géographie » ; « La distance » ; « Le modèle centre-périphérie » ; « Le post-modernisme en Géographie » ; « La notion de lieu en géographie »

Géographie politique et géopolitique

« L'étude des puissances en géographie » ; « Géographie et pouvoir » ; « La région en France » ; « Voter, un acte spatial ? » ; « La géographie de la violence »

Géographie sociale

« La géographie sociale » ; « Genre et géographie » ; « Habiter » ; « La notion d’enclavement en géographie » ; « L’enfermement »

Géographie économique

« La notion d’archipel » ; « Géographie économique » ; « Le développement local en Géographie » ; « La limite Nord-Sud en géographie »

Géographie urbaine

« La notion de ghetto » ; « La centralité urbaine » ; « La gentrification »

Géographie du développement

« Tiers-Monde, Pays du Sud, pays en développement, pays tropicaux » ; « Le développement en Géographie » ; « Tropicalité, tropicalisme et développement en Géographie »

Géographie de l’environnement

« Géographie et environnement » ; « La Nature en géographie »

5.2. Les grandes figures de la géographie à l’honneur

52Le rapport sur la session 2005 institutionnalise les sujets portant sur un auteur emblématique de la géographie : “chaque année, le jury propose un sujet de leçon portant sur un géographe de grande renommée (P. Gourou en 2004, P. Deffontaines en 2005). Il ne s’agit pas de retracer les grandes étapes de la vie de l’auteur, mais de montrer en s’appuyant sur ses publications, dans quels courants de la géographie il s’est inscrit et ce qu’il a apporté à la discipline.” (Rapport, 2005, p. 36). Cette règle a été respectée tous les ans depuis, à l’exception de la session 2006. Le tableau 5 dresse la liste les 13 géographes, tous français, masculins et décédés, qui ont ainsi fait l’objet de leçons.

  • 13 Jean Gottmann a publié aussi bien en français qu’en anglais, reflet d’une carrière constituée d’all (...)

53En effet, même si cela n’est pas précisé dans les rapports, tous les auteurs sont français et écrivent exclusivement en français, à l’exception de Jean Gottmann13. Cette liste incarne alors le choix de se limiter à la consolidation de la discipline géographique entre la fin du XIXe siècle et les années 1980 dans le seul contexte français, aux dépens des apports des géographes étrangers. Ce choix est discutable, dans la mesure où la géographie française se nourrit des travaux extra-francophones, mais peut s’expliquer en termes de compétences linguistiques des candidat.e.s et de disponibilité bibliographique dans une langue autre que le français.

Tableau 5 : Les géographes étudiés par les leçons de hors-programme

Session du concours

Auteur

Dates de vie et de mort

2004

Pierre Gourou

1900-1999

2005

Pierre Deffontaines

1894-1978

2007

Pierre George

1909-2006

2008

Élisée Reclus

1830-1905

2009

Joël Bonnemaison

1940-1997

2010

Gilles Sautter

1920-1998

2011

Jean Dresch

1905-1994

2012

Paul Pélissier

1921-2010

2013

André Siegfried

1875-1959

2013

Olivier Dollfus

1931-2005

2014

Jean Gottmann

1915-1994

2015

Éric Dardel

1899-1967

2016

Henri Lefebvre

1901-1991

54Ces figures incarnent toutes un moment et un type de l’histoire de la géographie française, grâce à leurs parcours et leurs apports remarquables. Elles représentent à la fois des formes d’orthodoxie disciplinaire (P. Gourou, P. George) en même temps que des singularités (E. Reclus, A. Siegfried, E. Dardel). Plusieurs grands absents se font remarquer au sein de cette liste : Paul Vidal de la Blache, le « père de la géographie française », qui peut être considéré (à tort ou à raison) comme trop préparés par les candidat.e.s lors de leurs révisions, et plusieurs de ses élèves comme Emmanuel de Martonne ou Lucien Gallois.

55Signalons que le sujet de 2016, « Henri Lefebvre géographe ? » et son intitulé original sous forme interrogative ouvre la voie à une réflexion portant sur les relations entre la géographie et l’ensemble des sciences humaines et sociales et invite ainsi les candidat.e.s à se questionner sur ce que serait une ontologie disciplinaire. Cette proposition inédite s’inscrit dans les réflexions menées à l’heure actuelle sur les circulations interdisciplinaires et sur la volonté du jury de renouveler les sujets portant sur un auteur. En effet, sans remettre en cause le caractère systématique d’une leçon sur un géographe célèbre, le rapport de la session 2016 annonce une évolution sur le choix de cet auteur, qui s’arrimerait à un renforcement de la réflexivité :

Des sujets portant sur la biographie d’un géographe continuent d’être proposés ; cette année toutefois (comme l’année dernière d’ailleurs), un seul de ce type a été proposé (Henri Lefebvre géographe ?), situation que le jury souhaite faire évoluer l’an prochain en proposant davantage de sujets qui pourraient porter soit sur la biographie d’un géographe célèbre qui pourrait être encore en activité, soit sur la relation entre un géographe et un champ géographique spécifique : « XY et la géographie sociale » par exemple”. (Rapport, 2016, p. 62)

56On ne peut que louer la décision du jury de vouloir faire travailler les candidat.e.s sur des auteurs contemporains de la discipline, même si l’on peut regretter l’absence de volonté explicite de féminiser et d’internationaliser les figures étudiées.

5.3 Vers une plus grande réflexivité disciplinaire ?

57La catégorie des sujets d’épistémologie et d’histoire de la discipline exprime pleinement l’ambition du concours de l’agrégation d’évaluer les candidat.e.s sur leur maîtrise de connaissances disciplinaires.

58Toutefois, seulement de rares intitulés proposent de réfléchir sur la didactique de l’enseignement de la géographie et sur la place du géographe dans la société, à savoir « Le géographe et l’histoire » en 2008, « Le rôle social du géographe » en 2011, et « Enseigner les réseaux » en 2013. Ces intitulés mettent à l’honneur l’exigence de réflexivité en même temps qu’ils invitent les candidat.e.s à s’interroger sur leur future posture d’enseignant.e, en questionnant les liens à l’histoire ou en replaçant les géographes dans la société. En revanche, à l’exception de ce dernier sujet, l’enseignement n’apparaît jamais dans le cadre de la leçon de hors-programme, alors même que l’agrégation comme le CAPES intègrent désormais dans leurs épreuves sur programme (commentaires de documents, leçons) des questionnements didactiques.

  • 14 Question au programme de l’agrégation de géographie de 2013 à 2017.

59Les autres types de sujet portent quant à eux sur des moments de l’histoire de la géographie (« La géographie post-moderniste » et « La « crise » de la géographie française et ses héritages » en 2004) ou sur les enjeux de la représentation de l’espace, en particulier autour de l’objet cartographique (« Qu’est-ce qu’une carte ? » en 2004 ; « Le planisphère » en 2003). Ils témoignent, mais de manière trop rare selon nous, de l’intérêt porté aux modalités de production des savoirs géographiques, dont chaque futur.e enseignant.e devrait s’emparer. Les questionnements sur les outils et productions emblématiques de la discipline, tels que la carte, paraissent fort peu représentés (même si des questions au programme les ont valorisés ces dernières années, à travers « Représenter l’espace »14 par exemple).

60L’ensemble des sujets portant sur l’histoire et l’épistémologie de la géographie fait aussi apparaître certains tropismes, notamment une focalisation sur la géographie française, qui coïncident avec les effets repérés pour les sujets thématiques et régionaux. Ils ont tout de même le mérite de pousser les étudiant.e.s et futur.e.s enseignant.e.s à considérer leur future pratique avec distance et réflexivité.

Conclusion

61Le panorama général des sujets proposés aux candidat.e.s à l’agrégation de géographie en épreuve de leçon hors-programme depuis la session 2003 permet donc de tirer un certain nombre de conclusions.

62Tout d’abord, cette épreuve, malgré son caractère intimidant, vient avant tout vérifier la culture géographique générale des candidat.e.s. C’est bien ce que donnent à voir la grande variété des intitulés et ce que rappelle un certain nombre de rapports du jury :

On doit une nouvelle fois répéter que le concours de l’agrégation sanctionne avant tout une culture générale tant en géographie qu’en histoire ; il évalue des compétences de généralistes et non de chercheurs spécialistes ; c’est son fondement et ce qui fait son intérêt”. (Rapport 2004, p.3)

63L’analyse des sujets révèle bien, de ce point de vue, un relatif classicisme : le poids des sujets régionaux, la présence encore marquée de la géographie physique ou bien la faible représentation de certains espaces et échelles l’attestent. En ce sens, les transformations annoncées dans la réforme de 2002 ne sont que partiellement réalisées.

64L’agrégation dans son ensemble est un point d’orgue d’une formation en même temps qu’un point de départ vers une mission d’enseignement. Dans cette perspective, on peut donc aussi lire l’épreuve du hors-programme comme l’aboutissement d’une formation universitaire généraliste en vue d’un enseignement dans le secondaire. Le jury souligne cette dimension à plusieurs reprises dans la période, et notamment en 2014 :

Au nom de sa mission consistant à recruter de futurs enseignants, et non de futurs chercheurs ou enseignants-chercheurs, le jury fait la part des choses entre objets de recherche et sujets pertinents pour une leçon hors-programme”. (Rapport 2014, p.59, en gras dans le texte)

65Ce rappel permet d’expliquer l’arrimage relativement fort des intitulés aux programmes du secondaire, même si certains pans entiers des cursus sont peu représentés. Le souci de recruter des enseignants généralistes, et non des spécialistes, l’emporte bien.

66Les rapports soulignent néanmoins l’adossement des sujets proposés à l’actualité scientifique de la géographie, qu’il ne faudrait pas perdre de vue. La difficulté en termes d’analyse réside alors dans le fait que la bibliographie donnée à chaque candidat par le jury n’est pas accessible par les sources officielles. Le positionnement évolue d’ailleurs au cours de la période au sujet des liens entre l’agrégation et la recherche, maintenant un certain flou autour de la proximité avec l’actualité de la recherche. Les rapports de 2014 et de 2016 soulignent ainsi :

Mais l’actualité scientifique est aussi la préoccupation du jury et les nombreuses productions de géographes et d’équipes de recherche sur la géographie électorale, y compris dans la presse, justifiait ce sujet [« Voter, un acte spatial ?]”. (Rapport 2014, p. 59)
Mais l’actualité scientifique est aussi la préoccupation du jury et les productions récentes de géographes et d’équipes de recherche, que ce soit sous la forme de travaux de thèse […] ou d’articles ou numéros thématiques de revue, inspirent les membres du jury qui proposent des sujets en prise directe avec les avances de la recherche actuelle et ne relevant pas directement de leurs spécialités respectives”. (Rapport 2016, p.62-63)

67Ces remarques soulignent que l’enseignement de la géographie est indissociable de sa production scientifique et que les deux ne sauraient être considérés de manière imperméable l’un à l’autre. L’incursion de certaines thématiques prouve que les recherches les plus récentes et novatrices ont leur place à l’agrégation. Le prolongement de cette première recherche pourrait donc se trouver dans l’analyse des liens entre cette épreuve et le paysage géographique universitaire. La composition des jurys successifs serait une manière, une approche possible, visant à comparer les intitulés avec les thématiques de recherche de ses membres.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU P., 1982, "Les rites d’institution", Actes de la recherche en sciences sociales, 43, p. 58-63.

BRAUDEL F., 1949, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l'époque de Philippe II, Paris, Armand Colin.

BRUNET R., FERRAS R., THERY H. (dir.), 1992, Les Mots de la géographie, Montpellier, Reclus-La Documentation française.

BRUNET R. (dir.), 1993, "Réflexion sur la région, treize ans après", EspacesTemps Les Cahiers No.51-52, Les apories du territoire. Espaces, couper/coller, 64-83.

CANDELIER-CABON M., 2003, "Dans la géographie des concours, les limites... et les discontinuités : étude des sujets d'écrit du CAPES et des Agrégations externes de 1944 à 2002", L'information géographique, Vol.67, No.1, 75-89.

CHABOT G., 1976 "La genèse de l'agrégation de géographie", Annales de Géographie, Tome 85, No. 469, 333-340.

CLAVAL P., 1996, La géographie culturelle, Paris, Nathan Université, 384 p.

HAGNERELLE M., KNAFOU R., 2007, "Faire évoluer les concours : l’exemple de l’agrégation de géographie", Éducation et formations, No.76, 35-42.

JAURAND E., 2003 "Du fétiche à l'épouvantail ? Le commentaire de cartes et la géographie universitaire française (1945-2001)", L'information géographique, Vol.67, No.4, 352-369.

LEVY J., LUSSAULT M. (dir.), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

MORINIAUX V. (dir.), 2006, Préparer les épreuves de géographie : au CAPES et aux agrégations (nouvelle édition), Nantes, Éditions du Temps.

MORINIAUX V. (dir.), 2000, La géographie : préparer les épreuves au CAPES et aux agrégations, Paris, Éditions du Temps.

REYNAUD A., 1988, "Le commentaire de cartes, la géographie et les concours", Mappemonde, Vol.88, No.3, 43-47.

REYNAUD A., 1987, "Le commentaire de cartes et la nouvelle géographie", Mappemonde, Vol. 87, No. 2, 1-4.

VIDAL DE LA BLACHE P., 1903, Tableau de la géographie de la France, Paris, Hachette.

Haut de page

Annexe

Outre une publication temporaire sur les sites institutionnels du Ministère de l’Éducation Nationale (http://www.devenirenseignant.gouv.fr/​pid34315/​se-preparer-pour-les-concours-second-degre-jurys.html), les rapports du jury de l’agrégation sont publiés dans la revue Historiens & Géographes.

- Rapport 2004 : Historiens & Géographes, 2005, n°389, janvier, p.189-261.

- Rapport 2005 : Historiens & Géographes, 2006, n°393, février, p.149-213.

- Rapport 2006 : Historiens & Géographes, 2007, n°397, février, p.219-282.

- Rapport 2007 : Historiens & Géographes, 2008, n°401, février, p.123-194.

- Rapport 2008 : Historiens & Géographes, 2009, n°405, janvier-février, p.299-352.

- Rapport 2009 : Historiens & Géographes, 2010, n°409, janvier-février, p.137-179.

- Rapport 2010 : Historiens & Géographes, 2011, n°413, janvier-février, p.143-180.

- Rapport 2011 : Historiens & Géographes, 2012, n°417, janvier-février, p.173-212.

- Rapport 2012 : Historiens & Géographes, 2013, n°421, janvier-février, p.163-212.

- Rapport 2013 : Historiens & Géographes, 2014, n°425, février, p.163-219.

- Rapport 2014 : Historiens & Géographes, 2015, n°429, janvier-février, p.101-157.

- Rapport 2015 : Historiens & Géographes, 2016, n°433, janvier-février, p.133-186.

- Rapport 2016 : Historiens & Géographes, 2016, n°437, novembre-décembre, p.153-212.

Pour une présentation officielle des programmes de l’enseignement secondaire, consulter le site du Ministère de l’Éducation Nationale :

- Programmes de l’école élémentaire et du collège : http://eduscol.education.fr/​pid23199/​ecole-elementaire-et-college.html

- Programmes du lycée : http://eduscol.education.fr/​pid26017/​programmes-du-lycee.html

Annexe 1

Année

Intitulé

Catégorie 1

Catégorie 2

Catégorie 2 (bis)

Catégorie 3

2003

Le planisphère

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2003

Les représentations du monde de Ptolémée à Mercator

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2003

Les héritages de l'Ecole française de géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Histoire de la géographie

2003

Temporalité et environnement

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2003

Les pays du Golfe arabo-persique

Sujet régional

Echelle supranationale

2003

Le Pacifique

Sujet régional

Océan

2003

Les Caraïbes

Sujet régional

Echelle supranationale

2003

Le Royaume-Uni

Sujet régional

Echelle nationale

2003

La Zambie

Sujet régional

Echelle nationale

2003

La Sibérie

Sujet régional

Echelle infranationale

2003

Los Angeles

Sujet régional

Ville

2003

Brazzaville

Sujet régional

Ville

2003

Les nomadismes

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2003

Acteurs et lieux du commerce international

Sujet thématique

Economie et commerce

2003

Les systèmes industriels locaux

Sujet thématique

Economie et commerce

2003

Peut-on définir le citadin par ses pratiques spatiales ?

Sujet thématique

Espaces urbains

2003

L'eau douce et la ville

Sujet thématique

Espaces urbains

2003

La notion de ghetto

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie urbaine

2003

Marginalité sociale, marginalité spatiale

Sujet thématique

Géographie sociale

2003

Genre et espace

Sujet thématique

Géographie sociale

2003

Islam et organisation de l'espace

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2003

Les grands deltas

Sujet thématique

Type d’espace

2003

Les bassins versants des hautes latitudes

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle supranationale

2003

La déforestation dans les espaces tropicaux

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle supranationale

2003

Les espaces ruraux des pays développés

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

2003

Les espaces périurbains en Europe

Sujet thématique régionalisé

Espaces urbains

Echelle supranationale

2003

Les grands reboisements en France

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle nationale

2004

Qu'est-ce qu'une carte ?

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2004

Les mutations des représentations du monde à la Renaissance

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2004

La "crise de la géographie" française et ses héritages

Epistémologie et histoire de la géographie

Histoire de la géographie

2004

La géographie post-moderniste

Epistémologie et histoire de la géographie

Histoire de la géographie

2004

L'Autre et l'Ailleurs

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2004

Géographie et environnement

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie de l'environnement

2004

Les Pays-Bas

Sujet régional

Echelle nationale

2004

L'Amazonie

Sujet régional

Echelle supranationale

2004

Java

Sujet régional

Echelle infranationale

2004

L'étude des puissances en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie politique et géopolitique

2004

Les formes spatiales de la croissance économique (échelles locale et régionale)

Sujet thématique

Economie et commerce

2004

Mondialisation et identités territoriales locales

Sujet thématique

Economie et commerce

2004

Ville et culture

Sujet thématique

Espaces urbains

2004

Ville et urbanité

Sujet thématique

Espaces urbains

2004

L'étalement urbain (urban sprawl)

Sujet thématique

Espaces urbains

2004

Ville et environnement

Sujet thématique

Espaces urbains

2004

Pierre Gourou

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2004

Géopolitique de l'eau (Mer et océan exclus)

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2004

Les détroits

Sujet thématique

Type d’espace

2004

Corridors et couloirs

Sujet thématique

Type d’espace

2004

La mer et l'Europe

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle supranationale

2004

Les tempêtes et leur dynamique en Europe

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle supranationale

2004

Espace rural et ruralité au Canada et aux Etats-Unis (espaces arctiques et sub-arctiques exclus)

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

2004

La métropolisation dans les Amériques

Sujet thématique régionalisé

Espaces urbains

Echelle supranationale

2004

Le polycentrisme européen

Sujet thématique régionalisé

Organisation spatiale et aménagement

Echelle supranationale

2004

Centre et centralité dans les villes françaises

Sujet thématique régionalisé

Espaces urbains

Echelle nationale

2005

Pierre Deffontaines

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2005

Géographie et art

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2005

L'identité en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2005

Tiers-Monde, Pays du Sud, pays en développement, pays tropicaux

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie du développement

2005

L'Europe danubienne

Sujet régional

Fleuve

2005

Les littoraux méditerranéens

Sujet régional

Echelle supranationale

2005

L'Antarctique

Sujet régional

Océan

2005

L'Inde

Sujet régional

Echelle nationale

2005

Les diasporas

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2005

Le protocole de Kyoto et le réchauffement climatique

Sujet thématique

Développement durable

2005

La protection de la nature

Sujet thématique

Développement durable

2005

Les mutations de l'espace dans l'économie post-fordiste

Sujet thématique

Economie et commerce

2005

Les migrations de populations en Amérique du Nord

Sujet thématique régionalisé

Démographie et peuplement

Echelle supranationale

2005

La biodiversité

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2005

L'arbre

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2005

La mangrove : un géosystème littoral

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2005

La rue

Sujet thématique

Espaces urbains

2005

Géographie des communautés fermées

Sujet thématique

Espaces urbains

2005

Le vieillissement de la population et les personnes âgées dans les pays développés

Sujet thématique régionalisé

Démographie et peuplement

Echelle supranationale

2005

L'espace domestique

Sujet thématique

Géographie sociale

2005

Sport et identité

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2005

Les marges forestières

Sujet thématique

Type d’espace

2005

La drogue en Amérique latine, territoires et réseaux

Sujet thématique régionalisé

Energies, ressources et matières premières

Echelle supranationale

2005

Les espaces ruraux et le développement durable en Europe occidentale

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

2005

L'eau et l'organisation de l'espace en Chine

Sujet thématique régionalisé

Organisation spatiale et aménagement

Echelle nationale

2005

Le concept de territoire

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2005

La Chine et ses voisins

Sujet thématique régionalisé

Politique et géopolitique

Echelle nationale

2006

La modélisation en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2006

La fête : étude géographique

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2006

L'Australie

Sujet régional

Echelle nationale

2006

La Californie

Sujet régional

Echelle infranationale

2006

Les mobilités spatiales au quotidien

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2006

Les peuples autochtones

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2006

Les interdépendances globales

Sujet thématique

Economie et commerce

2006

Agricultures et services

Sujet thématique

Economie et commerce

2006

Les espaces publics urbains

Sujet thématique

Espaces urbains

2006

L'animal sauvage

Sujet thématique

Faune

2006

Les terrorismes : territoires et réseaux

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2006

Ville et cinéma

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2006

Les espaces du sport

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2006

L'écotourisme

Sujet thématique

Tourisme

2006

Les hautes latitudes : variabilités naturelles et dynamiques sociales

Sujet thématique

Type d’espace

2006

Les marges de l'ecoumène

Sujet thématique

Type d’espace

2006

Ecosystème, géosystème et paysage, l'exemple des zones humides continentales en Europe

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle supranationale

2006

Développement rural et environnement dans les pays du Sud

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

2006

L'Europe occidentale et la mer

Sujet thématique régionalisé

Type d’espace

Echelle supranationale

2006

Les montagnes méditerranéennes

Sujet thématique régionalisé

Montagne et ensemble géologique

Echelle supranationale

2006

L'organisation de l'espace de l'Italie

Sujet thématique régionalisé

Organisation spatiale et aménagement

Echelle nationale

2007

Pierre George

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2007

La notion d’archipel

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie économique

2007

L’Arctique

Sujet régional

Océan

2007

La façade atlantique nord-américaine

Sujet régional

Echelle supranationale

2007

La Russie d’Asie

Sujet régional

Echelle infranationale

2007

Singapour

Sujet régional

Echelle nationale

2007

Les échelles de la mobilité

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2007

L’aide au développement

Sujet thématique

Développement et pays du Sud

2007

Le commerce et l’espace public

Sujet thématique

Economie et commerce

2007

Les défis énergétiques

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2007

La géographie sociale

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie sociale

2007

Les types d’agriculture dans le monde

Sujet thématique

Espaces ruraux

2007

La centralité urbaine

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie urbaine

2007

La ville et l’organisation de l’espace régional

Sujet thématique

Organisation spatiale et aménagement

2007

Géopolitique des océans

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2007

Football et territoires

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2007

Les grands barrages

Sujet thématique

Type d’espace

2007

Les territoires fluviaux

Sujet thématique

Type d’espace

2007

L’Europe et ses limites

Sujet thématique régionalisé

Politique et géopolitique

Echelle supranationale

2007

La notion d’acteur géographique

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2007

La géographie de la santé en France

Sujet thématique régionalisé

Géographie sociale

Echelle nationale

2007

Espace et pauvreté en France

Sujet thématique régionalisé

Géographie sociale

Echelle nationale

2008

Elisée Reclus

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2008

Le géographe et l’histoire

Epistémologie et histoire de la géographie

Didactique et réflexivité du géographe

2008

Les forêts périurbaines

Sujet thématique

Type d’espace

2008

Insularité

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2008

Eau et risques

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2008

Géographie économique

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie économique

2008

Asie du sud-est insulaire

Sujet régional

Echelle supranationale

2008

La Chine : nouvelle puissance du XXIème siècle ?

Sujet régional

Echelle nationale

2008

Irlande

Sujet régional

Echelle nationale

2008

Madagascar

Sujet régional

Echelle nationale

2008

Géographie et pouvoir

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie politique et géopolitique

2008

Vivre dans le désert

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2008

Villes et mobilités dans le monde

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2008

Les espaces frontaliers dans le monde

Sujet thématique

Politique et géopolitique

géographie politique et géopolitique

2008

Les tempêtes

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2008

Politiques communautaires et leurs impacts territoriaux

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2008

Les guerres au XXIème siècle

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2008

Sécurité alimentaire en Afrique

Sujet thématique régionalisé

Energies, ressources et matières premières

Echelle supranationale

2008

Agriculture et Amérique latine

Sujet thématique régionalisé

Energies, ressources et matières premières

Echelle supranationale

2009

Joël Bonnemaison

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2009

Représenter la mondialisation

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2009

La carte de France

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2009

Le géographe et le politique

Epistémologie et histoire de la géographie

Didactique et réflexivité du géographe

2009

Espaces protégées et développement

Sujet thématique

Développement durable

2009

La forêt

Sujet thématique

Type d’espace

2009

Le paysage en Géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2009

La mer, objet géographique

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2009

Le Rhône

Sujet régional

Fleuve

2009

L’Afrique du Sud

Sujet régional

Echelle nationale

2009

L’Ethiopie

Sujet régional

Echelle nationale

2009

L’Alsace en France et en Europe

Sujet régional

Echelle infranationale

2009

Le système migratoire mondial

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2009

Le marché mondial du café

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2009

Représentations de la nature et modes de gestion de l’environnement

Sujet thématique

Organisation spatiale et aménagement

2009

Les frontières sont-elles un obstacle à la mondialisation ?

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2009

Les hauts lieux touristiques dans le monde

Sujet thématique

Tourisme

2009

Mutations des espaces ruraux en Europe

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

2009

La ville française à l’épreuve de la pauvreté et de la ségrégation

Sujet thématique régionalisé

Géographie sociale

Ville

2010

Gilles Sautter

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2010

Les échelles en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2010

Cartographies : représentations et usages du monde

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2010

La géographie coloniale

Epistémologie et histoire de la géographie

Histoire de la géographie

2010

Les Suds dans la mondialisation

Sujet thématique régionalisé

Développement et pays du Sud

Echelle supranationale

2010

La déforestation

Sujet thématique

Espaces ruraux

2010

La Nature en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie de l'environnement

2010

Des volcans et des hommes

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2010

Le développement en Géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie du développement

2010

Le Nil

Sujet régional

Fleuve

2010

L'Algérie

Sujet régional

Echelle nationale

2010

Le Vietnam

Sujet régional

Echelle nationale

2010

Géopolitique des hydrocarbures

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2010

Terroirs et territoires du vin

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2010

Les cyclones

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2010

La pauvreté dans le monde

Sujet thématique

Géographie sociale

géographie sociale

2010

Géographie du Sida

Sujet thématique

Géographie sociale

2010

Mégalopole et ville globale

Sujet thématique

Espaces urbains

géographie urbaine

2010

Le développement durable dans l’Arctique

Sujet thématique régionalisé

Développement durable

Echelle supranationale

2010

L’organisation du territoire japonais

Sujet thématique régionalisé

Echelle nationale

2011

Jean Dresch

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2011

Le rôle social du géographe

Epistémologie et histoire de la géographie

Didactique et réflexivité du géographe

2011

Le terrain en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Didactique et réflexivité du géographe

2011

Identités et territoires

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2011

Géographie et littérature

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2011

Le patrimoine, objet géographique

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2011

Les séismes

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2011

Les grandes routes maritimes

Sujet thématique

Transports et flux

2011

L’Afrique, un continent ?

Sujet régional

Echelle supranationale

2011

L’Océanie

Sujet régional

Echelle supranationale

2011

L’Océan atlantique

Sujet régional

Océan

2011

L’Union indienne

Sujet régional

Echelle nationale

2011

Le Mexique

Sujet régional

Echelle nationale

2011

Genre et géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie sociale

2011

Inégalités et (in)justices spatiales

Sujet thématique

Géographie sociale

géographie sociale

2011

Les territoires du religieux

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2011

Le territoire en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2011

Les mégapoles du Sud

Sujet thématique régionalisé

Espaces urbains

Echelle supranationale

2011

Les montagnes d’Afrique

Sujet thématique régionalisé

Type d’espace

Echelle supranationale

2011

Grands fleuves et développement durable

Sujet thématique régionalisé

Développement durable

Fleuve

2012

Paul Pélissier

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2012

Le Japon et la Chine, deux puissances asiatiques

Sujet régional

Echelle nationale

Etude comparée

2012

Pékin et Shanghaï, étude comparée

Sujet régional

Ville

Etude comparée

2012

Tropicalité, tropicalisme et développement en Géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie du développement

2012

Le développement local en Géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie économique

2012

Le bassin Caraïbes

Sujet régional

Echelle supranationale

2012

L’Himalaya

Sujet régional

Montagne et ensemble géologique

2012

L’Islande

Sujet régional

Echelle nationale

2012

Les territoires de la violence

Sujet thématique

Géographie sociale

géographie politique et géopolitique

2012

Les pays émergents

Sujet thématique

Développement et pays du Sud

2012

La neige : étude géographique

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2012

Les territoires de l’école

Sujet thématique

Géographie sociale

2012

Ségrégation et fragmentation urbaines

Sujet thématique

Géographie sociale

géographie urbaine

2012

La plage, objet géographique

Sujet thématique

Type d’espace

2012

La distance

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2012

Le modèle centre-périphérie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2012

Le post-modernisme en Géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2012

Les frontières du monde indien

Sujet thématique régionalisé

Politique et géopolitique

Echelle supranationale

2013

André Siegfried

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2013

Olivier Dollfus

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2013

Enseigner les réseaux ?

Epistémologie et histoire de la géographie

Didactique et réflexivité du géographe

2013

Les Corées

Sujet régional

Echelle supranationale

Etude comparée

2013

Bombay et Delhi : étude comparée

Sujet régional

Ville

Etude comparée

2013

La nuit

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2013

Culture et géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2013

Les zones franches, figures de la mondialisation

Sujet thématique

Economie et commerce

géographie économique

2013

Le Gange et sa vallée

Sujet régional

Fleuve

2013

Le Brésil, puissance émergente

Sujet régional

Echelle nationale

2013

La Nouvelle-Zélande

Sujet régional

Echelle nationale

2013

Le Chili

Sujet régional

Echelle nationale

2013

La Nouvelle-Calédonie

Sujet régional

Echelle infranationale

2013

La région en France

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie politique et géopolitique

2013

Le vent, les vents dans le Monde

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2013

Habiter

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie sociale

2013

Géographie du rugby

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2013

Ville et tourisme

Sujet thématique

Tourisme

2013

La notion de lieu en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Notion transversale

2013

Isthmes et détroits dans le monde, étude géostratégique

Sujet thématique

Type d’espace

2013

Les espaces de la mort

Sujet thématique

Type d’espace

2013

Eau et territoires en France

Sujet thématique régionalisé

Environnement et géographie physique

Echelle nationale

2013

Géographie de la santé en France

Sujet thématique régionalisé

Géographie sociale

Echelle nationale

2013

La France des touristes

Sujet thématique régionalisé

Tourisme

Echelle nationale

2014

Jean Gottmann

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2014

La pente

Sujet thématique

Type d’espace

2014

Les montagnes intertropicales

Sujet thématique régionalisé

Type d’espace

Echelle supranationale

2014

Le Moyen-Orient

Sujet régional

Echelle supranationale

2014

Les Andes

Sujet régional

Montagne et ensemble géologique

2014

Le Mékong

Sujet régional

Fleuve

2014

L’Afrique du Sud en Afrique

Sujet régional

Echelle nationale

2014

L’Iran

Sujet régional

Echelle nationale

2014

L’Ukraine

Sujet régional

Echelle nationale

2014

La Tanzanie

Sujet régional

Echelle nationale

2014

Voter, un acte spatial ?

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie politique et géopolitique

2014

Rio de Janeiro

Sujet régional

Ville

2014

La notion d’enclavement en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie sociale

2014

La vague

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2014

Les nuages

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2014

L’enfermement

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie sociale

2014

Faune sauvage et territoires

Sujet thématique

Faune

2014

Géographie et musique

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2014

Les espaces de l’olympisme

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2014

L’île, objet géographique

Sujet thématique

Type d’espace

2014

Le lagon

Sujet thématique

Type d’espace

2014

La haute mer

Sujet thématique

Type d’espace

2014

L’hydroélectricité en montagne

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

Montagne ou ensemble géologique

2015

Eric Dardel

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2015

Latitudes et longitudes

Epistémologie et histoire de la géographie

Cartographie et représentation de l’espace

2015

Brumes et brouillards

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2015

Hanoï et Ho Chi Minh Ville

Sujet régional

Ville

Etude comparée

2015

L’Ailleurs

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2015

L’exotisme

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie culturelle

2015

La Loire

Sujet régional

Fleuve

2015

La Birmanie

Sujet régional

Echelle nationale

2015

La Turquie

Sujet régional

Echelle nationale

2015

Les Palestiniens

Sujet régional

Population / peuple

2015

Le Bassin Parisien

Sujet régional

Echelle infranationale

2015

Le désert de Gobi

Sujet régional

Echelle supranationale

2015

La Patagonie

Sujet régional

Echelle supranationale

2015

La forêt de Brocéliande

Sujet régional

Echelle infranationale

2015

La sortie de la transition démographique dans le monde

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2015

Le riz

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2015

Le diamant

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2015

Le loup, objet géographique

Sujet thématique

Faune

2015

Le patrimoine mondial de l’humanité

Sujet thématique

Tourisme

2015

Le tourisme hors des sentiers battus

Sujet thématique

Tourisme

2015

Les grands aéroports internationaux dans le monde

Sujet thématique

Transports et flux

2015

Le vélo

Sujet thématique

Transports et flux

2015

La jungle

Sujet thématique

Type d’espace

2015

Le pont, objet géographique ?

Sujet thématique

Type d’espace

2015

Les grottes

Sujet thématique

Type d’espace

2015

Steppes et prairies

Sujet thématique

Type d’espace

2015

Les mobilités en Afrique

Sujet thématique régionalisé

Démographie et peuplement

Echelle supranationale

2015

Rénovation et réhabilitation urbaines en Europe

Sujet thématique régionalisé

Espaces urbains

Echelle supranationale

2015

Les transports dans la ville européenne

Sujet thématique régionalisé

Transports et flux

Ville

2016

Henri Lefebvre géographe ?

Epistémologie et histoire de la géographie

Auteur

2016

Les déchets

Sujet thématique

Développement durable

2016

Les places publiques

Sujet thématique

Type d’espace

2016

La limite Nord-Sud en géographie

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie économique

2016

Les Balkans

Sujet régional

Echelle supranationale

2016

Les Alpes

Sujet régional

Montagne et ensemble géologique

2016

Le grand rift africain

Sujet régional

Montagne et ensemble géologique

2016

Mondes roumains

Sujet régional

Echelle supranationale

2016

La géographie de la violence

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie politique et géopolitique

2016

L’espace marocain

Sujet régional

Echelle nationale

2016

Les Emirats Arabes Unis

Sujet régional

Echelle nationale

2016

Arménie et Arméniens

Sujet régional

Population / peuple

2016

La plaine du Pô

Sujet régional

Echelle infranationale

2016

Le Nordeste

Sujet régional

Echelle infranationale

2016

Le Xinjiang

Sujet régional

Echelle infranationale

2016

Le Caire

Sujet régional

Ville

2016

Le pastoralisme

Sujet thématique

Démographie et peuplement

2016

Les paradis fiscaux

Sujet thématique

Economie et commerce

2016

L’opium

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2016

Le cacao

Sujet thématique

Energies, ressources et matières premières

2016

Crues et inondations

Sujet thématique

Environnement et géographie physique

2016

Le jardin et la ville

Sujet thématique

Espaces urbains

2016

La gentrification

Epistémologie et histoire de la géographie

Notion

Géographie urbaine

2016

Les murs aux frontières

Sujet thématique

Politique et géopolitique

2016

Géographie et cinéma

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2016

Géographie et gastronomie

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2016

Terres de taureaux

Sujet thématique

Faune

2016

Géographie du carnaval

Sujet thématique

Productions artistiques et pratiques culturelles

2016

Les sources

Sujet thématique

Type d’espace

2016

Le bocage en Europe

Sujet thématique régionalisé

Espaces ruraux

Echelle supranationale

Haut de page

Notes

1 Si les rapports du jury listent de façon exhaustive les intitulés des sujets proposés, il n’existe pas de recension des bibliographies qui les accompagnent.

2 Les questions de géographie générale sont envisagées à l’échelle mondiale et portent sur une thématique (par exemple : « Géographie de la santé », « Géographie de l’alimentation », etc.) tandis que les questions de géographie régionale portent un espace défini (l’Europe, les Andes, le Gange, etc.).

3Le jury donne des sujets variés dans tous les domaines de la discipline, respectant l’équilibre entre la géographie thématique (dont les sujets à dimension épistémologique) et la géographie des territoires, sans entrer dans une quelconque école”. (Rapport, 2013, p. 49) ; “Comme lors des précédentes sessions, la commission propose des sujets variés dans tous les domaines de la discipline, respectant l’équilibre entre la géographie thématique (dont les sujets à dimension épistémologique) et la géographie des territoires, sans entrer dans une quelconque école”. (Rapport, 2014, p. 59).

4 Voir par exemple : “Ceux-ci [les sujets] sont restés divers pour que tous les aspects actuels de la géographie soient représentés, de la géographie régionale à l’épistémologie de la géographie et à l’étude des dimensions biophysiques des espaces géographiques”. (Rapport 2003, p. 50) ; “Le jury interroge sur une gamme de thématiques très vastes, sans a priori, sans privilégier une approche plutôt qu’une autre”. (Rapport 2009, p. 38) ; Comme lors des précédentes sessions, la commission propose des sujets variés dans tous les domaines de la discipline, respectant l’équilibre entre la géographie thématique (dont les sujets à dimension épistémologique) et la géographie des territoires, sans entrer dans une quelconque école”. (Rapport 2014, p. 59).

5 Le nombre de postes mis au concours de l’agrégation de géographie a varié sur la période étudiée d’un maximum de 40 (en 2003 et 2016) à un minimum de 21 (en 2011 et 2012).

6 Voir : « La mer, objet géographique » (2009), « Le patrimoine, objet géographique » (2011), « La plage, objet géographique » (2012), « L’île, objet géographique » (2014), « Le loup, objet géographique » et « Le pont, objet géographique » (2015).

7 Jusqu’en 2008, la question portant sur la France ne présente aucune délimitation particulière comme l’indique l’intitulé « La France et ses régions en Europe et dans le monde ». Depuis la session 2009, le principe d’une question sur la France est maintenu mais précisé avec une orientation principale : « La France : aménager les territoires » (2009-2010), « La France en villes » (2011-2013), « La France : mutations des systèmes productifs » (2014-2016), « La France des marges » (2017-2018), « Les espaces ruraux en France » (2019-…).

8 « L’Amérique latine » (2006-2007), « La Russie » (2008-2009), « L’Europe » (2010-2012), « Canada, États-Unis, Mexique » (2013-2015), « L’Union Indienne » (2016-2017).

9 Ce comptage ne prend en compte que les sujets portant distinctement sur l’un ou l’autre de ces ensembles. Ont donc été exclus des sujets traitant d’ensembles géographiques intermédiaires comme « Le Bassin Caraïbes » en 2012 ou « Le Pacifique » en 2003.

10 Les légendes reprennent les sous-catégories de niveau 2 proposées pour les sujets régionaux (cf. 2.1).

11 Cette sous-division en aires régionales a d’ailleurs fortement influencé la structuration des grands laboratoires de recherche français, comme le laboratoire GECKO (EA 375 Laboratoire de géographie comparée des Suds et des Nords, Université Paris-Ouest Nanterre) privilégiant l’Afrique sub-saharienne, ou le Centre d’études et de recherches sur l’urbanisation du monde arabe – Urbama (devenu UMR 7324 CITERES, Université François Rabelais, à Tours) qui se consacre notamment aux pays du Maghreb.

12 Voir « La fête, étude géographique » (2006) et « La neige, étude géographique » (2012).

13 Jean Gottmann a publié aussi bien en français qu’en anglais, reflet d’une carrière constituée d’allers et retours entre la France et les États-Unis, et achevée en Grande-Bretagne.

14 Question au programme de l’agrégation de géographie de 2013 à 2017.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 : Répartition des sujets selon les catégories de niveau 1 (en pourcentages)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-1.png
Fichier image/png, 18k
Titre Figure 2 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs absolues)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-2.png
Fichier image/png, 15k
Titre Figure 3 : Répartition annuelle des sujets selon les catégories de niveau 1 (en valeurs relatives)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-3.png
Fichier image/png, 17k
Titre Figure 4 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-4.png
Fichier image/png, 39k
Titre Figure 5 : Répartition des sujets thématiques et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2 (en valeurs absolues)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-5.png
Fichier image/png, 20k
Titre Figure 6 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les catégories de niveau 2
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-6.png
Fichier image/png, 14k
Titre Figure 7 : Répartition des sujets régionaux et thématiques régionalisés selon les ensembles continentaux (en pourcentages)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-7.png
Fichier image/png, 15k
Titre Carte 1 : Les ensembles continentaux proposés à la leçon
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Carte 2 : Localisation des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Carte 3 : Focus des ensembles géographiques d’échelles supranationale et infranationale sur le continent européen
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Carte 4 : Localisation des pays étudiés dans les sujets régionaux et thématiques régionalisés
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Figure 8 : Répartition des sujets d’épistémologie selon les catégories de niveau 2 (en pourcentages)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-12.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 9 : Répartition des sujets notions selon les catégories de niveau 3 (en valeurs absolues)
Crédits Conception et réalisation : P. Nédélec & L. Péaud (2017)
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31431/img-13.png
Fichier image/png, 10k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascale Nédélec et Laura Péaud, « L’épreuve de hors-programme à l’agrégation de géographie : héritages et renouvellement (2003-2016) », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Epistémologie, Histoire de la Géographie, Didactique, document 881, mis en ligne le 14 janvier 2019, consulté le 14 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31431 ; DOI : 10.4000/cybergeo.31431

Haut de page

Auteurs

Pascale Nédélec

Professeure agrégée en géographie
Lycée Janson de Sailly, Paris, France
panedelec@gmail.com

Articles du même auteur

Laura Péaud

MCF en géographie
Université Grenoble Alpes, Grenoble, France
Laura.Peaud@univ-grenoble-alpes.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page