Navigation – Plan du site
2019

Guérin F., Hernandez E., Montandon A. (dir.), 2018, Cohabiter les nuits urbaines. Des significations de l’ombre aux régulations de l’investissement ordinaire des nuits, Paris, L’Harmattan, 247 p.

Magali de Raphélis

Texte intégral

1Faisant suite au colloque Cohabiter les nuits urbaines. Penser, sentir et narrer la vie nocturne qui s’est tenu à l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée en mars 2015, Florian Guérin, Edna Hernandez et Alain Montandon réunissent dans cet ouvrage 19 chercheur-es issu-es de disciplines variées afin d’interroger les normes d’utilisation et d’aménagement des villes la nuit, et de retracer leurs évolutions au cours du siècle dernier. Résolument pluridisciplinaire, cet ouvrage donne à voir la diversité des enjeux d’aménagement des villes la nuit (à la fois écologiques, sociologiques, économiques et urbanistiques) et leur difficile conciliation, dans un contexte d’intensification et de diversification récente des usages nocturnes des villes. Au-delà de la question de la cohabitation, il est question ici des modalités de production des « territoires nocturnes » (Raffestin, 1988), tant par les politiques et les producteurs de la vie festive nocturne que par les citoyen-nes.

2Longtemps resté en marge de la recherche et des politiques urbaines, l’espace-temps nocturne constitue un objet de recherche et d’action depuis le début des années 2000. Après plus de quinze années de recherches sur le sujet, cet ouvrage s’inscrit dans le champ qui s’affirme des night studies et le prolonge en invitant des chercheur-es à réinterroger leurs objets de recherche à l’aune de ce questionnement. En mettant en parallèle des contributions traitant de terrains géographiques variés (appartenant aussi bien aux « Suds » qu’aux « Nords », tant dans des métropoles que dans des villes intermédiaires), cet ouvrage rappelle que le phénomène d’intensification des usages festifs nocturnes ne se limite pas aux seules métropoles européennes.

3Les contributions rassemblées en première partie se concentrent sur les représentations associées à la nuit urbaine. Elles mettent en avant l’ambiguïté de ces représentations, qui mêlent à la fois plaisir et peur, convivialité et solitude, agitation et calme. En proposant une analyse des représentations picturales de la nuit, Alain Montandon révèle la dualité des images et des valeurs associées à la nuit urbaine. Au cours des XIXe et XXe siècles, la nuit est ainsi représentée au travers de ses boulevards animés et des cafés-concerts, symbolisant la fête et la convivialité, en même temps qu’elle est utilisée pour dénoncer les excès de la ville, symbolisant l’agressivité, le bruit et la solitude. La dualité des représentations de la nuit, entre fête et repos, se retrouve dans la façon dont les techniciens en charge de l’éclairage se saisissent de la question de la nuit, comme le montre Sylvain Bertin dans le cas de Montréal. Elle se manifeste notamment par des pratiques visant à sectoriser et hiérarchiser les espaces, entre espaces (centraux et commerciaux) dédiés à la fête et espaces (périphériques et résidentiels) dédiés au repos. Catherine Deschamps propose, quant à elle, une analyse stimulante des représentations de la nuit au prisme du genre, en analysant d’anciens carnets de terrain. Elle rappelle combien la nuit reste synonyme de danger pour les femmes, y compris pour les travailleuses du sexe, en dépit de représentations communes les associant pleinement au monde de la nuit. Chacune des trois contributions souligne le rôle central joué par les médias et les arts (peinture, littérature, cinéma) dans la construction de ces représentations.

4La deuxième partie, consacrée aux politiques d’éclairage urbain, adopte une perspective historique et retrace les évolutions qu’a connues la gestion de l’éclairage urbain depuis le début du XXe siècle. Alors que l’éclairage était initialement perçu en des termes purement sécuritaires et circulatoires, ses enjeux économiques, esthétiques, touristiques et écologiques ont progressivement été reconnus au cours des trente dernières années. Samuel Challéat, Dany Lapostolle et Pierre-Olivier Dupuy (membres du collectif Renoir) retracent ainsi les évolutions de long terme de la gestion de l’éclairage et montrent qu’elles suivent les mêmes tendances que les logiques de production des espaces urbains, passant d’une logique fonctionnaliste et techniciste centrée sur l’automobile à une logique de projet intégrée dans des démarches d’urbanisme plus larges. En se concentrant sur une période plus récente, Roger Narboni revient quant à lui sur les évolutions de l’urbanisme lumière à travers l’exemple des schémas directeurs d’aménagement lumière (SDAL). Ces évolutions restent toutefois encore partielles, si bien que des logiques fonctionnalistes ou sectorielles subsistent, comme en témoigne la mise en œuvre récente du projet « Ruta de los rios de luz » à Valladolid, décrit par Emanuele Girodano. À travers cet exemple, Emanuele Giordano montre ainsi comment l’éclairage peut être utilisé pour stimuler le tourisme, sans que ses effets sur les usages quotidiens de la ville ne soient pris en compte. Les trois contributions soulignent ainsi le caractère encore partiel de ces évolutions et regrettent la subsistance de logiques fonctionnalistes ou sectorielles. Elles appellent à une meilleure prise en compte des usages quotidiens des villes lors de la conception des éclairages urbains, en favorisant la mise en place de démarches de concertation, contre des méthodologies fonctionnalistes reposant sur les savoirs d’experts.

5La troisième partie présente la nuit urbaine du point de vue de ceux et celles qui la pratiquent. Elle révèle ainsi les enjeux liés à l’appropriation de l’espace-temps nocturne. Si la nuit est un moment fortement investi par des pratiques festives, les contributions de cette partie montrent qu’en plus d’être un moment de plaisir et d’enivrement, la nuit est un moment privilégié d’expression de subcultures et de contre-ordres sociaux, suivant en cela la thèse développée par Robert Williams (2008). À Beyrouth, Marie Bonte montre que la participation aux festivités nocturnes est vécue comme un moyen de revendiquer un mode de vie hédoniste « en contre-point d’un Beyrouth diurne présenté comme désordonné et difficile à vivre » (p. 130) dans un contexte post-conflit. De même, Florian Guérin montre qu’à Madrid, le quartier festif de la Chueca est né de la revendication d’une identité homosexuelle, à une époque où l’homosexualité était encore pénalisée. Ces logiques se retrouvent également à Ouagadougou, où Muriel Champy explique que la nuit permet aux jeunes vivant dans les rues (les bakoroman) d’accéder « à une visibilité qui leur demeure interdite tant que brille le soleil » (p. 146). La nuit apparaît ainsi comme plus propice que le jour à l’expression de « leur condition marginale et délinquante » (p. 146). La vie nocturne peut également résulter de politiques publiques, comme en témoigne l’exemple récent du réaménagement des berges du Rhône à Lyon, analysé par Nicolas Chausson. Ce changement de logique laisse entrevoir une tentative de « reterritorialisation » (Williams, 2008) de la nuit par les pouvoirs publics visant à limiter l’expression des contre-ordres. Pour autant, ces possibilités de revendications de subcultures ou de contre-ordres ne rendent pas la ville nocturne exempte de normes sociales. Marie Bonte et Florian Guérin décrivent ainsi avec précision les codes sociaux qui régulent la vie nocturne sur leurs terrains, à rebours de l’image de liberté qui est parfois associée à la nuit. Loin d’être un simple moment d’obscurité et de pratiques festives, la nuit apparaît ainsi comme un moment de reconfiguration des territorialités et de changement des normes sociales.

6La quatrième partie traite des modes de régulation des pratiques festives. Elle met en évidence la multiplicité des acteurs impliqués, en s’intéressant aux actions institutionnelles, mais aussi aux modes de régulation plus informels. À travers l’exemple de la ville de Lille, l’article du collectif Candela donne à voir la diversité des outils qui peuvent être mobilisés par les collectivités pour réguler la vie nocturne. Il révèle en outre les limites et les problèmes posés par une politique de sectorisation de la vie nocturne, pourtant séduisante pour les collectivités souhaitant afficher une vie nocturne festive dynamique tout en préservant les résidents des potentielles nuisances qui en découlent. Pour autant, le recours aux institutions est loin d’être systématique chez les résidents des zones hyper-centrales, comme le montre l’article d’Étienne Walker. En cas de gêne, la plupart des résidents s’adaptent eux-mêmes ou adaptent leur logement (régulations « centripètes »). Parmi ceux qui adoptent des régulations « centrifuges », la grande majorité passe par des modes informels en entrant directement en interaction avec la source du bruit. Ainsi, seuls les plus « installés socialement » (p. 201) semblent avoir recours aux institutions. Christine Preiser montre quant à elle que la régulation des activités nocturnes incombe également aux videurs des boîtes de nuit, qui disposent d’une certaine marge de manœuvre dans l’application des lois. Leurs pratiques témoignent d’une gestion spatialisée des boîtes de nuit, rappelant ainsi la politique de sectorisation menée par la ville de Lille à une plus large échelle.

7Cet ouvrage alterne ainsi entre des contributions portant sur les logiques de production, les modalités d’utilisation et les outils de régulation des nuits urbaines. Considérés dans leur globalité, les chapitres mettent en lumière les manquements et les défis des politiques de gestion de la nuit urbaine, mais ils se prêtent également tout à fait à une lecture indépendante les uns des autres pour qui s’intéresserait uniquement à l’une des facettes de la nuit urbaine (son éclairage, sa vie festive, sa régulation, etc.). Cet ouvrage intéressera tout autant les chercheur-es en sciences humaines et sociales (sociologues, anthropologues, géographes et urbanistes) soucieuses et soucieux de comprendre les dimensions temporelles des phénomènes sociaux et spatiaux, que les professionnels de l’urbanisme et de l’aménagement souhaitant mieux tenir compte des enjeux nocturnes dans leurs pratiques.

8La plupart des contributions s’appuient sur des travaux développés à l’occasion d’une thèse et font ainsi la part belle à la restitution de matériaux empiriques, ce qui rend la lecture fluide. On regrettera toutefois que les descriptions de terrain se fassent parfois au détriment de l’analyse et de l’interprétation, qui paraissent parfois rapides. On pourrait aussi déplorer l’absence de contribution portant sur les enjeux liés au travail nocturne, dans la mesure où le développement d’une vie nocturne festive ne peut avoir lieu sans une hausse concomitante du travail nocturne. Ce manque n’est cependant pas tant à imputer à la codirectrice et aux deux codirecteurs de l’ouvrage, qui ont par ailleurs pris soin d’insérer des contributions traitant des marges de la vie nocturne, mais tient plutôt de la faible quantité de recherches menées sur le sujet.

Haut de page

Bibliographie

Raffestin C., 1988, "Le territoire, la territorialité et la nuit", Actualités psychiatriques, No.2, 48-50.

Williams R., 2008, "Night spaces. Darkness, deterritorialization and social control", Space and culture, Vol.111, No.4, 514-532.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Magali de Raphélis, « Guérin F., Hernandez E., Montandon A. (dir.), 2018, Cohabiter les nuits urbaines. Des significations de l’ombre aux régulations de l’investissement ordinaire des nuits, Paris, L’Harmattan, 247 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 janvier 2019, consulté le 20 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31486

Haut de page

Auteur

Magali de Raphélis

Université de Reims Champagne-Ardenne, Laboratoires Habiter (EA 2076) et CRDT (EA 3312), France
de.raphelis.m@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page