Navigation – Plan du site

Géographes au rendez-vous de la Marquise. Le 191 rue Saint-Jacques. Quelques évocations du passé

François Durand-Dastès

Texte intégral

1Au cours de différentes réunions relativement récentes, disons dans les années 2010, j’ai constaté que certaines des étapes de l’aménagement de l’Institut de Géographie de la rue Saint-Jacques étaient ignorées ou mal connues de ses « habitants » actuels. Au moment où des groupes de jeunes géographes manifestent de l’intérêt pour les composantes immobilières de l’histoire de la géographie, c’est donc bien volontiers que j’ai entrepris une brève évocation de quelques épisodes de cette histoire telle que je puis en témoigner. J’ai peu de documents sur cet aspect des choses, c’est donc à ma mémoire que j’ai recours, et elle a évidemment bien des insuffisances.

  • 1 Merci à Christian Grataloup et à Marie-Claire Robic pour leur relecture attentive qui a permis plus (...)

2Pour l’essentiel ce texte1 est relatif à l’état des lieux, à la matérialité du bâtiment, et suit un plan chronologique. Mais je ne me suis pas interdit des incidentes, sur d’autres sujets et hors chronologie. Elles figurent en italiques.

Une longue familiarité

3J’ai franchi pour la première fois la porte de l’Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques, à l’automne 1951. Deux ans d’Hypo-khâgne et Khâgne au lycée Henri IV m’avaient pas mal appris, mais aussi convaincu qu’il était temps que je m’oriente vers un enseignement plus spécialisé, mon choix se portant vers la préparation d’une licence d’histoire. Comme j’étais titulaire du « Certificat d’études littéraire générales », sanction de « l’année propédeutique » récemment instituée, et du certificat d’histoire moderne et contemporaine, il était urgent de faire de la géographie, une matière non pratiquée depuis la terminale – elle était considérée comme insuffisamment prestigieuse pour figurer au programme de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm, et donc complètement exclue du cursus des khâgnes classiques.

4Ainsi commençait pour moi une longue fréquentation de ce bâtiment.

    • 2 Officiellement je crois, le certificat de « géographie mention histoire », qui associait un program (...)

    Une première phase de trois ans. Une année pour préparer le certificat de géographie pour historiens2. Puis, pour appliquer une décision de reconversion, une année combinant un quasi redoublement avec le passage des « vrais » certificats de géographie (« géographie régionale » et « géographie générale ») et la rédaction d’un mémoire de DES, pas mal sacrifié. Enfin, pour conclure cette première étape, une année comme agrégatif.

  • L’enseignement au Lycée de Poitiers m’a tenu trois ans éloigné de l’Institut, pour l’essentiel. Mais pour des raisons diverses, je faisais de fréquents voyages à Paris et j’avais cherché des occasions de garder contact avec les activités de l’Institut, notamment des séances d’initiation à la recherche en géographie physique qu’assurait un personnage pittoresque et savant, André Cailleux. Il était surtout morphologue et je commençais une thèse de climatologie, mais cela me faisait plaisir de garder contact avec les discussions des problèmes en cours de recherche, et du coup, avec les locaux de la rue Saint Jacques.

  • J’ai repris une forte association avec l’Institut de Géographie à l’automne 1957, avec ma nomination comme assistant. Elle n’a guère cessé par la suite, plus ou moins étroite, car j’ai connu des installations ailleurs et pratiqué dans d’autres locaux, comme le centre Censier, Jussieu. Mais dans des cadres divers, j’ai pratiquement eu régulièrement des activités à l’Institut, et, 6 ans après ma retraite, j’ai donné mon dernier enseignement (dans le cadre du DEA Analyse théorique et épistémologique en géographie), dans une salle de l’Institut (en juin 2007, sauf erreur). Une longue association…

5Ma curiosité a de longtemps été sollicitée par une inscription sur le fronton du bâtiment : « L’Institut de géographie a été fondé par la Marquise Arconati Visconti en souvenir de son père Alphonse Peyrat. Homme de Lettres Sénateur. 1812-1890 ».

6Les obligations liées aux enseignements d’histoire du Moyen Âge m’ont amené à fréquenter quelque temps l’Institut d’Art et d’Archéologie de l’Université de Paris, Rue Michelet. La lecture de l’inscription indiquant qu’il a été fondé lui aussi par la Marquise Arconati Visconti, cette fois « en souvenir de Raoul Duseigneur » a ajouté des éléments aux mystères relatifs à la personnalité de cette marquise, visiblement riche et généreuse, et à l’identité de ce Raoul Duseigneur. Comme il n’était manifestement ni son père ni son mari, son apparition ouvrait la voie à des imaginations romantiques.

7J’ai mis longtemps à chercher sérieusement à satisfaire ma curiosité. Quand je l’ai fait, je n’ai pas été déçu par la découverte d’une liste de personnages plutôt fascinants. Alphonse Peyrat, le journaliste constamment opposé aux régimes de la Monarchie de Juillet et de l’Empire, Sénateur de la République à la fin de sa vie. Sa fille, Marie, jeune intellectuelle brillante, tombée amoureuse d’un aristocrate italien, dont elle devint veuve au bout de trois ans de mariage. Cet aristocrate italien fortuné, Giancarlo Arconati Visconti, un temps combattant pour la liberté de l’Italie. L’amant de la deuxième partie de sa vie, Raoul Duseigneur, collectionneur érudit et bibliothécaire. Toute une galerie de fortes personnalités aux engagements sympathiques, que l’on peut dire progressistes, contre les despotismes, le cléricalisme, pour la science, la République, le soutien au capitaine Dreyfus, et quelques autres nobles causes.

8C’est donc avec plaisir que j’ai su que j’avais travaillé longuement sous une sorte de patronage de qualité, et que les rendez-vous de la Marquise, auxquels se sont rendus et se rendent quotidiennement les nombreux géographes qui gravissent les trois marches donnant accès à l’Institut, ont été et sont en quelque sorte les hôtes d’une personne de qualité.

Marie Peyrat, Marquise Arconati-Visconti, en 1872 (Née 1840, veuve en 1873, décédée en 1923)

Marie Peyrat, Marquise Arconati-Visconti, en 1872 (Née 1840, veuve en 1873, décédée en 1923)

Source : Scan d’une ancienne revue, Wikipedia Commons

Au temps des premiers contacts. Cheminements

9Trois marches donc pour passer sous l’inscription, hommage bien mérité à la Marquise et à A. Peyrat. À droite de la porte assez monumentale, la loge et le logement des concierges. Très longtemps, le domaine de Madame et Monsieur Brun. Symbole du côté primitif des équipements : au moins une grande partie des bureaux des étages n’étaient pas équipés d’une ligne téléphonique, il fallait utiliser des postes communs à tout l’étage. C’est à la loge que parvenaient les appels, et les Brun frappaient sur les tuyaux du chauffage le nombre de coups correspondant à un code convenu, convoquant les intéressés aux postes communs. C’est bien plus tard que fut installé un standard ; en attendant, du bas en haut du bâtiment, la musique des coups frappés sur les tuyaux attestait que le bâtiment communiquait avec le monde extérieur.

10Au centre du bâtiment, un espace carrelé, surmonté d’une verrière, qui était et, sauf erreur, est encore connu comme le « hall ». Ce lieu central ouvrait directement sur le ciel, toute la partie correspondant aux étages était vide et constituait ce qu’on appelle je crois un « puits de lumière ». Ce vide fut comblé plus tard, en deux étapes sur lesquelles je reviendrai. J’ai constaté au cours d’une réunion de commémoration de je ne sais quelle phase de l’histoire de l’Institut, tenue au début du présent siècle, que l’existence de cette ouverture directe du hall vers le ciel et la présence de la verrière avaient été complètement oubliées des protagonistes de la cérémonie. C’est un peu la découverte de cet oubli qui m’a incité à rédiger quelques évocations de l’état de l’Institut du temps de ma jeunesse.

11Lieu de passage et d’attente entre les cours, ce hall était assez négligé. Guère d’utilisation pour l’affichage, un élément décoratif unique, un énorme bloc diagramme sous verre, représentant la partie la plus glorieuse de mes Pyrénées natales, la région du cirque de Gavarnie. Cet objet était fruste et assez laid, mais évidemment il provoquait chez moi une certaine émotion.

12(Incidemment : Longtemps, bien au-delà de la période dont je rends compte ici, l’espace/institut fut traité avec une certaine désinvolture. Ainsi, de vieilles affiches subsistaient sur les murs du hall ; je puis assurer que l’une d’entre elles, qui annonçait l’annulation d’un cours, est restée plusieurs années. Nous nous en amusions avec Henri Chamussy, qui la retrouvait avec délice lors de ses passages dans la maison.)

13Fonction principale du hall, l’accès aux « Amphis », l’essentiel à l’époque des lieux d’enseignement de la géographie dans l’immeuble. On les nommait « amphis » conformément à la tradition qui veut que l’on qualifie ainsi (à tort) toute salle en gradins, que sa géométrie comporte ou non des courbes. Les deux salles de l’Institut, construites sur des plans également rectilignes, ne méritent pas d’être ainsi qualifiées. Mais l’erreur est très répandue dans les bâtiments universitaires français.

14Amphis, donc, le « grand » et le « petit » – on n’avait pas encore rendu hommage à Emmanuel de Martonne, retraité somme toute assez récent dans les années 1950, en faisant de lui, je ne sais plus trop quand, mais bien après mes premiers contacts, l’éponyme du plus grand. (Il faudra une plus longue attente encore à Roger Dion pour qu’il soit honoré du parrainage du petit Amphi : une différence que l’on trouvera peut-être significative…).

15Le grand amphi était consacré aux cours des professeurs. Je me souviens bien d’y avoir écouté Pierre George, Georges Chabot, Aimé Perpillou, mais la gloire du Grand Amphi, c’était le jeudi matin, consacré à André Cholley, alors directeur de l’Institut. Il commençait par une séance destinée à la préparation de l’exercice que le livret de l’étudiant en géographie définissait comme « Travaux pratiques : commentaire de cartes avec coupes géologiques et blocs diagrammes ». Le Maître faisait une présentation des problèmes et un corrigé de l’exercice de commentaire proposé chaque semaine. Les copies étaient notées par des assistants, qui en rendaient compte dans des séances par plus petits groupes – j’y reviendrai. Dans un second temps, Cholley faisait un cours sur une partie de la géographie physique, la climatologie lors de ma première année.

16Le talent réel d’André Cholley a fait que j’ai gardé un bon souvenir de ces matinées du jeudi. Mais les conditions de travail étaient archaïques et déplorables. Les deux cours étaient destinés à l’ensemble des certificats de géographie générale, option géographie et aussi à l’« option histoire ». À tous ces licenciatifs venaient parfois se joindre les agrégatifs pour le second cours. Le surpeuplement était donc considérable et la concurrence pour les places très vive. Je me souviens en particulier du jour où se déclencha une lutte des générations, les agrégatifs ayant tenté de se réserver l’accès aux tribunes latérales, qui sont un des charmes de l’architecture de la salle.

17Le surpeuplement et les conditions de travail n’étaient pas la toute première préoccupation du directeur. Il ne craignait pas de proposer comme thème de commentaire certaines cartes dont il n’existait à la bibliothèque que très peu d’exemplaires, parfois en fort mauvais état. Cette désinvolture dura tout le temps de mon premier passage dans la maison. (Me permettra-t-on de dédier ce passage à l’exemplaire unique et en lambeaux de la carte de Séverac-le-Château, 1/80 000, géologique ?)

18Les conditions de projection étaient très moyennes. Dans le haut de l’amphi trônait un énorme appareil, « épiscope » ou « épidiascope », je ne sais toujours pas quelle est la dénomination exacte, qui avait le grand avantage de projeter des documents posés à plat, sans aucune préparation. Il servait surtout aux cours de Cholley et aux commentaires de croquis régionaux par Georges Chabot. Il était manœuvré par l’appariteur – unique en son genre – dont c’était une des principales fonctions. L’image était de qualité assez moyenne, mais la machine rendait des services incontestables. (J’en ai, bien sûr, fait usage avec plaisir quelques années plus tard).

19Le « petit amphithéâtre » (quelque 80 places tout de même) était réservé aux séances avec les assistants, plus quelques cours moins fréquentés que ceux de licence générale, agrégation et quelques cursus spécialisés, comme la géographie économique et la cartographie. J’ai toujours trouvé que la répartition des masses, la position relative orateur/auditoire étaient agréable dans cet amphi, où je me suis senti bien, comme étudiant puis comme enseignant. Il a été rénové en 1995, avec une amélioration du confort et une légère réduction du nombre de places (62 actuellement).

20Il était le domaine des enseignements par groupes, donc celui des assistants. Très peu nombreux à l’époque, moins que les professeurs. La tradition voulait qu’il y eût un effort particulier sur la géographie physique, à cause de la fameuse explication de carte ; un assistant pour les géographes, un pour les historiens. Comme j’ai préparé successivement les deux « géo géné », j’ai suivi les enseignements de Xavier de Planhol, puis de Bernard Bomer.

21Le privilège accordé à la géographie physique avait abouti à ce que le poste d’assistant de géographie physique soit une institution relativement ancienne ; et qu’on évoquât encore le nom de deux titulaires des années 1940, partis en province conquérir des postes de professeur, Jacqueline Garnier et Jean Tricart, doctorants et assistants d’André Cholley. Le second alimentait (depuis Strasbourg) les exercices canoniques de géographie d’une abondante littérature publiée par le « centre de documentation universitaire », spécialisé dans l’édition de polycopiés. Son siège, une minuscule boutique place de la Sorbonne, était un haut-lieu de l’espace vécu des étudiants de la Faculté des Lettres de l’Université de Paris. Plus tard, il devint le SEDES et déménagea.

22Au sous-sol, entre les amphis, un couloir permettait aux enseignants d’accéder par la porte du bas. On y trouvait un très petit local, presque un cagibi, qui permettait de stocker du matériel pédagogique et servait de bureau à l’appariteur. (Le poste fut longtemps occupé par la même personne, que j’ai connue comme étudiant puis comme enseignant).

23Au rez-de-chaussée, on trouvait encore, derrière la loge, un logement assez exigu occupé par la Secrétaire de la maison, essentiellement assistante du directeur Cholley. Ici encore, lors de mes premières années d’enseignant, comme au temps de mes études, c’est la même personne qui occupa ce poste et ce logement. (Madame Faix-Cormier savait mettre un peu d’humanité dans les relations entre les usagers de la Maison).

24Une honte persistante de l’Institut : les toilettes du sous-sol : mal éclairées, mal aménagées, mal nettoyées, couvertes d’inscriptions, il est difficile de comprendre comment on a pu tolérer cette situation pendant des années ; telles elles étaient quand j’étais étudiant, telles elles étaient encore en 1968 et sans doute assez au-delà. Il est vrai que les travaux dans les étages, puis au rez-de-chaussée, dont il sera question, ont offert des substituts corrects ; mais il fallut les attendre longtemps.

25Le premier étage était assez peu fréquenté par la masse des étudiants, puisqu’on y trouvait à peu près exclusivement les bureaux des professeurs, alignés le long d’un couloir qui, en trois tronçons perpendiculaires, bordait le vide central, au-dessus de la verrière, sans aucune ouverture sur lui ; si bien qu’il était fort sombre, le peu de lumière du jour lui venant des portes vitrées des bureaux. (Une marche permettait de rattraper un léger décalage de la troisième section du couloir par rapport aux autres. Dans cet univers assez obscur, la marche dangereuse était signalée par un panneau éclairé. En 2018, la marche est toujours là mais elle n’est plus soulignée que par une ligne blanche. Le panneau lumineux a disparu, il n’y a pas si longtemps…)

26Peu nombreux à l’époque, les Professeurs avaient chacun leur bureau le long de ce couloir, sauf André Cholley, dont nous retrouverons le bureau directorial au deuxième étage. Je ne sais plus dans quel ordre se succédaient les bureaux de Pierre George, Aimé Perpillou, Georges Chabot, Charles Robequain, Jean Dresch. Peu à peu, on voyait apparaître des assistants techniques et des secrétaires, qui partageaient le bureau de leur « patron » ; mais j’ai peu de souvenir précis quant à la situation au début de ma fréquentation de la maison. Je n’ai guère pénétré dans les espaces mystérieux des bureaux professoraux que pour soutenir les deux mémoires nécessaires à l’obtention du « Diplôme d’enseignement supérieur », qui ne devint « maîtrise » que pas mal d’années plus tard.

27Au fond du couloir, un bureau était commun aux assistants, peu nombreux je l’ai dit. Ont dû y siéger à divers moments de mon temps d’étudiant, outre Xavier de Planhol et Bernard Bomer, les seuls auxquels j’ai eu directement affaire, Marcel Roncayolo, André Prenant, peut-être déjà Jean Bastié.

28Dans le couloir du fond aussi, le bureau de l’AGF (Association de géographes français) occupé par une secrétaire, une longue personne qui était l’auteur de travaux sur les expéditions polaires françaises, et dont on disait qu’elle avait entretenu des relations étroites avec Charcot.

29Toujours dans l’espace un peu marginal de ce fond de couloir, une grande pièce à l’angle du bâtiment, était connue comme « le bureau de de Martonne ». Le prestigieux titulaire du local l’avait quitté somme toute assez récemment. J’ai connu ce local longtemps laissé à l’abandon, fermé ; puis un beau jour, des piles de livres en furent extraites et entassées dans le couloir. Convaincus que ces ouvrages étaient destinés à la poubelle, un certain nombre d’étudiants, agrégatifs surtout, opérèrent des prélèvements généreux dans les entassements du couloir. Dans les bibliothèques de quelques vieux géographes figurent ainsi certainement des exemplaires d’ouvrages classiques un jour propriétés de de Martonne. (Ce n’est pas mon cas, l’étroitesse d’une chambre d’étudiant provincial m’ayant interdit la participation à cette opération de « sauvegarde »).

  • 3 Étonnement motivé en particulier par des tentatives de modélisation mathématique de certains proces (...)

30Peu de temps avant la fin de mes études, le bureau de de Martonne reçut un hôte digne de cet espace prestigieux : Pierre Birot. Sa nomination fut la seule nouvelle arrivée de Professeur des années 1951-54. Il arriva précédé d’une réputation d’innovateur, qu’il confirma d’ailleurs dès ses premiers cours, suivis l’année de ma préparation à l’agrégation. Il suscita des réactions diverses, parfois enthousiastes, parfois étonnées3.

31Incidemment

32Peut-être les enseignements de Pierre Birot ont-ils avec une netteté particulière, dès ses débuts et plus tard, manifesté une situation qui a marqué les conditions de l’enseignement pendant quelques années, et concerné bien d’autres de ses collègues. Il me semble qu’il n’est pas sans intérêt d’en dire ici deux mots.

  • 4 Pierre Birot, outre les débuts de modélisations mathématiques, a aussi cherché à renouveler la pens (...)

33À l’époque dont il est question ici, l’essentiel, voire la totalité des enseignements post-licence et « diplôme » (niveau « bac plus 5 », selon l’expression courante aujourd’hui, mais guère à l’époque dont il s’agit ici) étaient ceux qui concernaient l’agrégation. Notamment parce que la préparation à ce concours fournissait le principal cadre « administratif » des enseignements de haut niveau. Cette situation a eu des conséquences sur les cursus étudiants, parfois assez dommageables. Certes les enseignants assuraient, avec une efficacité certaine, de très utiles cours et séances de « leçons d’étudiants » comme préparation aux épreuves du concours4 ; mais dans certains cas, ils étaient tentés de situer dans le cadre de cette préparation des enseignements qui relevaient plutôt de la conférence de recherche, ou de l’anticipation épistémologique. Fort importants en soi, les contenus en question se situaient en dehors des attentes des jurys – agrégation et CAPES – et des copies trop inspirées par ces réflexions pouvaient être l’objet de jugements fort défavorables, donc de mauvaises notes.

34C’est seulement avec la mise en place de Diplômes d’études Avancées et Diplômes Études Supérieures Spécialisées, DEA et DESS, que la situation put être débloquée. Mais bien plus tard.

35Entre le rez-de-chaussée et les étages supérieurs, un escalier que l’on peut bien dire « dérobé » tant il était étroit et tant ses accès étaient peu visibles. À mi-hauteur, se trouvait une très petite pièce, qui servait de local à l’Union Géographique de la Faculté des Lettres, émanation de la plus importante, peut-être en fait la seule, des organisations étudiantes. Elle s’occupait d’organiser des excursions, d’élaborer des polycopiés à partir de notes d’étudiants volontaires (que certains professeurs acceptaient de revoir) et de secourir les licenciatifs néophytes peinant à construire les coupes géologiques, grâce à l’intervention généreuse et efficace d’agrégatifs bénévoles. (J’ai beaucoup appris au fil des ans de mes contacts avec Fernand Verger ; les premiers ont eu lieu dans le cadre de ces opérations de l’UGFL).

36L’UGFL était très corporative, folklorique, proclamée apolitique, mais de fait plutôt conservatrice. La majorité dominante, qualifiée de « mafia » par ses adversaires, était contestée par des militants plus « progressistes », surtout à l’époque des chrétiens de gauche, affiliés parfois à la JEC (Jeunesse étudiante chrétienne) et des communistes. Mais les grands combats, dans et autour de l’UNEF, étaient encore seulement à venir. (Le début des « évènements d’Algérie » date de l’automne 1954…).

37Au second étage, on retrouvait un espace ouvert à la fréquentation des étudiants, avec les quatre grandes salles, la bibliothèque et la salle des cartes, et deux salles de travail, une pour le tout venant des étudiants de licence, l’autre réservée aux agrégatifs. Trois bureaux seulement, celui de la conservateure, assez petit, celui du directeur Cholley, nettement plus grand, flanqué de celui de la secrétaire du directeur. Madame Cormier-Faix exerçait en fait une fonction de secrétaire générale de la géographie, sans en avoir ni le titre ni la rémunération.

38Les conditions de travail n’étaient pas désagréables malgré les difficultés pour se procurer des cartes géologiques convenables pour la préparation de la licence. Il arrivait que l’on ait recours aux collections de la bibliothèque de l’École de mines, incluse dans le jardin du Luxembourg, ou du Muséum d’histoire naturelle, au Jardin des Plantes cette fois. Autant qu’il m’en souvienne, les étudiants de géographie y étaient accueillis sans grand enthousiasme.

39La bibliothèque était raisonnablement fournie, et on avait de quoi lire. Mais bien sûr, dans les années 1950, la littérature géographique était assez pauvre en quantité au moins, la grande pénurie des publications de la guerre faisait encore sentir ses effets.

40Le personnel non technique (les appariteurs ?) de la bibliothèque comme de la salle des cartes comptait beaucoup de retraités de la SNCF. Dans ses ateliers et ses magasins, plusieurs d’entre eux avaient acquis une maîtrise des classements et rangements. Elle leur permettait d’éviter les pertes, tout en réservant un accueil tolérant aux étudiants. L’accès aux rayonnages nous était assez largement autorisé ; on avait le droit de grimper sur les échelles, de toucher et de voir de près les livres avant de décider d’un choix de lecture.

41Les deux étages supérieurs de la Maison étaient pour nous des espaces assez mystérieux, pas interdits mais appartenant à un autre monde.

42Lors de la fondation de l’Institut, ou en tout cas au début de son histoire, il fut conçu comme devant accueillir une large gamme des sciences géographiques. La place la plus importante dans les étages était occupée par l’Institut de Physique du globe ; mais je me souviens d’un jour de grève où un personnage d’allure très professorale entouré d’un petit groupe d’étudiants força le barrage du piquet de grève en proclamant que l’importance des enseignements d’un Maître tel que Marcel Griaule ne devait pas souffrir de perturbations : l’anthropologie avait donc quelques droits sur les hauteurs de la maison. Un héritage sans doute de la présence chez la Marquise, très tôt et pour quelques temps, de l’Institut ethnologique de l’Université de Paris, illustré par Lucien Levy Bruhl, Paul Rivet… et Marcel Griaule.

43Il y avait tout de même une enclave géographique dans ces étages supérieurs : une grande salle de travail qui servait à l’enseignement de la cartographie. Enseignement spécialisé, destiné à la préparation d’un diplôme également spécialisé. Il regroupait, sous la direction de M. Mallet, un assez petit nombre d’étudiants. J’avais l’occasion de rendre visite à deux ou trois d’entre eux/elles, condisciples de licence. Leur première année se passait pour une très large part à faire des bâtons, la cartographie se faisant à la plume à cette époque ; il était essentiel alors d’apprendre avant toute autre chose à « faire la lettre » et à réaliser des trames à la plume à dessin.

44On sortait assez peu de la rue Saint-Jacques pour les études de géographie. Peu d’excursions organisées par les membres du corps enseignant ; la principale était une traversée pédestre du Ru de Gally, sous la direction d’André Cholley en personne : un anticlinal bien peu marqué ouvert par l’érosion était suivi par ce modeste cours d’eau, dans la région de Versailles. Par ailleurs, l’UGFL et quelques dévoués agrégatifs organisaient des excursions de la journée, qui permettaient une initiation aux problèmes des surfaces meuliérisées et de visiter quelques cuestas.

45Une expérience marquante cependant. Tous les ans, un bon nombre de géographes universitaires français se réunissaient pour confronter leurs savoirs et méthodes sur le terrain. Cela s’appelait « l’excursion inter-universitaire ». Certains étudiants avancés, essentiellement les agrégatifs, y étaient admis. J’ai ainsi pu participer à celle de 1954, dans la région du Bas Rhône – une visite sous sa direction au terrain de thèse de Pierre George. Expérience instructive et pittoresque, avec un grand événement, la première rencontre depuis des années de brouille d’André Cholley et de Raoul Blanchard. Pas une réconciliation, pour autant que je sache ; les rancœurs accumulées, apparemment au moins, à propos de problèmes de morphologie alpine étaient trop graves.

46L’institution de « l’excursion interuniversitaire » a connu une certaine durée ; elle existait depuis longtemps déjà avant 1954, et il y en eut plusieurs ensuite. J’ai eu l’occasion de participer à deux ou trois d’entre elles comme assistant. Je ne sais pas trop pour quelle raison l’institution a été supprimée et plus ou moins remplacée par les « journées géographiques ». Qui ont elles-mêmes connu leurs heures de gloire, puis la décadence et la disparition. De multiples colloques spécialisés, nationaux et internationaux, sont devenus les lieux de rencontre principaux pour les géographes ; les Géopoints et le Festival international de géographie de Saint-Dié-des-Vosges gardant des perspectives « généralistes ».

Croissances (1957/1968)

47Je suis revenu à l’Institut de géographie en 1957, tout au début d’une période de croissance du nombre des étudiants et des enseignants, qui fut à l’origine de modification des locaux, des équipements, des méthodes de travail, dont je peux témoigner ici. Pour l’essentiel, je mettrai fin à ce témoignage à partir des années 1970 : la réorganisation de l’Université française à la suite des événements de 1968 changea radicalement le mode d’utilisation de l’Institut, et mon témoignage ne serait plus que partiel. Il devient d’ailleurs moins utile, tant il y en eut de plus précis et de plus pertinents.

48Dès la fin des années 1950, et plus nettement encore dans les années 1960, le nombre des étudiants commença à croître considérablement, par simple effet démographique, et aussi à cause de l’augmentation du taux de scolarisation dans l’enseignement supérieur. Mon retour à l’Institut fut d’ailleurs un effet de cette augmentation : Pierre Gabert, chargé tout seul de l’encadrement des étudiants du certificat de géographie mention histoire, ne suffisait plus à la tâche et il obtint la création d’un nouveau poste d’assistant pour que les groupes n’excèdent pas trop les capacités d’accueil des salles, et pour rendre supportable la charge de la correction de copies (un commentaire de carte proposé toutes les semaines). Le hasard voulut que je bénéficie de cette création. Elle fut suivie assez rapidement de plusieurs autres, tant pour les assistants que pour les professeurs. Le flux de création fut assez régulier pendant les années 1960. Il s’accéléra juste après 1970, puis se tarit pour pas mal de temps. Les conditions de carrière des personnels de catégorie « B » furent transformées dès le début des années 1960 par la création du statut de « maître assistant » qui mit fin au règne de la précarité dans cette catégorie. C’est aussi à ce moment que le corps enseignant cessa d’être exclusivement masculin comme il l’avait été au temps de mes études. L’arrivée d’Anne-Marie Seronde fut suivie assez rapidement de celle de plusieurs autres assistantes, puis de celle de Jacqueline Beaujeu-Garnier chez les professeurs. (Il est vrai que pour elle, il s’agissait d’un retour, elle avait été dans les années 1940 une des très rares assistantes de géographie).

49Bien évidemment, de cette expansion des effectifs étudiants et enseignants résulta un besoin d’espace, que l’on chercha à satisfaire avec des réorganisations partielles, quelques travaux assez importants pour marquer la configuration de la maison, et l’utilisation de locaux dans des parties plus ou moins proches du Quartier latin. Pendant cette période, les géographes rêvèrent du moment où ils pourraient occuper tout l’Institut ; mais on leur indiqua nettement qu’il ne saurait en être question avant que les sciences de la terre qui occupaient les deux étages supérieurs ne puissent déménager sur le nouveau campus Jussieu. Il fallut pour cela attendre l’extrême fin des années 1960.

50Du fait de la recherche d’espace, la secrétaire de l’Institut dut déménager vers un logement de fonction dans le sud de Paris, quelques aménagements furent faits dans les caves où l’on finit par installer une presse à imprimer (mais sans aucune amélioration de l’état des toilettes…).

51Deux innovations furent nettement plus marquantes.

521/ Entre 1954 et 1957, on installa un baraquement préfabriqué dans le petit espace libre derrière le bâtiment principal, qui comportait une salle d’une quarantaine de places, une seconde d’une dizaine, et un petit bureau capable de contenir une table et une armoire. Prévu pour durer quelques années, le bâtiment ne fut détruit que peu après l’an 2000 (2004 ou 2006 sans doute), soit après presque 50 ans d’existence.

53Ce « pavillon du jardin », comme on l’appelait couramment, rendit pas mal de services et assez curieusement, son caractère d’espace autonome, accessible hors des heures d’ouverture du bâtiment principal, cet aspect de « niche », lui valut une certaine popularité chez des enseignants. La structure en trois salles autonomes facilitait certaines activités, enseignements spécialisés par exemple ; et pendant plusieurs années, le jury d’agrégation d’histoire exigea de s’y installer pour faire passer l’épreuve de géographie de ce concours.

54Lors du partage de 1970, sur lequel je reviendrai, l’université Paris 7 n’eut guère de réticence à se le voir attribuer. J’ai donc pas mal pratiqué ces locaux. Le chauffage était capricieux, oscillant de trop au trop peu, et pendant un certain temps, les lieux étaient occupés la nuit par des « sans domicile fixe », une coexistence plus ou moins bien acceptée par les enseignants. Pendant quelque temps, le « pavillon » fut flanqué d’un abri météorologique conforme aux normes internationales et contenant les instruments d’observation de base ; installation destinée à montrer aux étudiants comment étaient recueillies les données commentées dans les cours de climatologie.

55À peu près en même temps, la Faculté des sciences, propriétaire de l’Institut Henri Poincaré et de locaux occupés par des biologistes, construisirent à proximité un préfabriqué plus grand. Après l’ouverture des espaces Jussieu, ce bâtiment fut un temps concédé au CNRS pour y installer le centre de documentation des sciences humaines. Il servit à stocker des cartes et accueillit quelques cours et séminaires de géographie. Il a disparu à peu près au même moment que le « pavillon du jardin ».

562/ Peu avant 1960, un chantier plus important fut ouvert, avec le remplacement de la verrière servant jusque-là de toit au hall principal du rez-de-chaussée par une extension importante du premier étage. Ce premier comblement partiel du « puits de lumière » central mit à la disposition des usagers un espace relativement important. Il servit quelque temps de bureau aux assistants et maîtres assistants ; il me souvient que cet espace ouvert assez vaste offrait des commodités certaines pour le maniement de certains matériels utilisés pour les travaux pratiques. Assez vite cependant, ce premier étage fut transféré à la bibliothèque, à laquelle il servit de réserve. Ce n’est que bien plus tard, juste avant l’an 2000 sauf erreur, qu’une nouvelle réorganisation, très radicale, du « puits de lumière », ajouta encore un étage au centre du bâtiment et changea radicalement l’agencement de la bibliothèque.

57Les géographes cherchèrent aussi des solutions à leur problème d’espace vital dans des recours à des locaux hors de l’Institut, en prenant une part dans les nouveaux locaux nés de la politique de construction universitaire qui se mettait peu à peu en marche dans la région parisienne. Le rêve quelque temps caressé d’un déménagement de toute la géographie vers un grand bâtiment en banlieue sud ou dans le 13e arrondissement (rue Croulebarde) n’a guère laissé que de vagues souvenirs. Il y eut cependant quelques belles séances de discussion sur l’opportunité d’accepter cet exil loin du Quartier latin.

58Vers le milieu de la décennie, des postes d’assistant dont au moins un en géographie (titulaire : Michel Grosse) furent créés à la Faculté des Lettres de l’Université de Paris, à condition qu’ils soient affectés à son annexe ouverte à Nanterre. On sait que très vite on décida d’y créer non cette annexe mais une nouvelle université, la première de la périphérie parisienne, qui sut rapidement se rendre célèbre.

59En attendant de pouvoir profiter des effets indirects de l’avancement des travaux sur le site de la Halle aux vins, les géographes purent profiter de la construction sur l’emplacement de la Halle aux cuirs du « centre Censier » un bâtiment assez important, rapidement construit et affecté à l’extension de la Sorbonne. Une partie des enseignements de premier cycle de géographie y eut lieu, pendant quelques années, à la fin des années 1960. Nous avons été plusieurs à y passer pas mal de temps, jusqu’à la réorganisation de 1970.

60Je choisis de mentionner ici une pratique qui caractérisa les années immédiatement antérieures et immédiatement postérieures à 1968, celle des cours et surtout des séances de Travaux dirigés poursuivies tard dans la soirée, jusque 21, voire 22 heures. L’adoption de ces horaires s’explique à la fois par le désir de porter au maximum l’utilisation des locaux et plus encore par celui d’offrir des facilités aux étudiants salariés, afin qu’ils puissent venir suivre des enseignements après leur journée de travail. Dès avant 1968, mais surtout dans le cadre des réflexions sur la fonction sociale de l’enseignement supérieur, on chercha à obtenir que, pour chaque unité d’enseignement, au moins un groupe fonctionne à des heures très tardives. Autant qu’il m’en souvienne, la bibliothèque de l’Institut participait à cette politique, en restant ouverte très tard.

61Cette pratique fut abandonnée progressivement, au bout de quelques années. En partie parce qu’elle entrainait des frais de personnel, en partie parce que le nombre des étudiants intéressés diminuait et que, en conséquence, les enseignants voyaient de moins en moins l’utilité de s’imposer des charges assez lourdes qui semblaient de moins en moins répondre à une demande. Ce changement d’attitude des étudiants est un peu mystérieux. Il n’est pas impossible qu’en raison de l’élargissement vers les banlieues de l’aire de recrutement des universités de Paris centre, une partie de plus en plus importante des auditoires potentiels des séances du soir ait été sensible aux inconvénients du retour tardif au domicile. J’ai le souvenir de discussions où était évoquée l’ambiance sinistre, voire le sentiment d’insécurité, des gares de banlieue aux débuts de la nuit. Évocation particulièrement fréquente chez les étudiantes, qui constituaient souvent la majorité de nos auditoires. Sans doute y a-t-il bien d’autres facteurs à l’origine de ce changement de comportement, qui n’a guère suscité de curiosités, bien qu’il ait revêtu une certaine importance.

62Bien entendu, la modification du public étudiant et l’évolution de la géographie firent évoluer les pratiques enseignantes, et il n’est pas question d’en traiter globalement ici. Je me contenterai de décrire des changements qui mirent en cause des aspects matériels, notamment certains équipements.

63Les effectifs étudiants, longtemps modérés, s’accommodaient de l’utilisation de collections de documents originaux, notamment pour les cartes. S’accommodaient plus ou moins, d’ailleurs, on l’a dit, puisque les collections présentaient des insuffisances depuis plusieurs années. Avec la croissance de ces effectifs, et aussi avec une certaine évolution des méthodes d’enseignement, la situation devenait intolérable et les problèmes de reproduction devenaient de plus en plus cruciaux. Des efforts vers un développement des techniques dans ce domaine commencèrent à se manifester. Pierre Birot eut l’idée de faire imprimer sur des fonds topographiques au 1/80 000 des indications simplifiées sur la géologie. Une initiative qui déplut fort à l’IGN, et qui fut rapidement abandonnée. Pour être remplacée par la fabrication de « cartes géologiques simplifiées », au 1/50 000 cette fois. Pierre Birot lui-même, mais surtout quelques assistants dévoués et bons dessinateurs, produisirent une collection assez importante de telles cartes, représentatives bien sûr des principaux types de rapports du relief et de la structure. Production qui mobilisa pas mal d’activités, puisqu’il fallut créer une association pour régler les problèmes juridiques et financiers, assurer à la loge la vente des documents aux étudiants. C’est sans doute en relation avec cette activité qu’une presse à imprimer fut installée dans le sous-sol ; mais elle servit surtout aux activités du laboratoire de cartographie, né avec la nomination de Fernand Joly en 1966, et installé dans des locaux du rez-de-chaussée proches du Gand Amphi, restés longtemps utilisés comme débarras.

64Des moyens nouveaux pour la reproduction de documents allaient bouleverser les méthodes de travail. Leur développement peut être considéré comme rapide, si l’on considère l’ampleur des inventions techniques. Il y eut bien des étapes intermédiaires, avec des innovations éphémères, accueillies avec reconnaissance, mais assez vite remplacées par des procédés plus perfectionnés.

65Ainsi, avant 1968, les assistants purent disposer des premiers moyens de photocopie ; utiles certes, mais il s’agissait d’une machine comportant un bain dans lequel il fallait passer les documents, avec une limite à une dizaine pour la multicopie. Une préhistoire, en quelque sorte. L’histoire de la photocopie commença avec le procédé à sec, le fameux « Xerox » qui caractérise plutôt les décennies suivantes. Au début de son apparition, il fallait avoir recours à des officines spécialisées, privées. Les premières, autour de Jussieu par exemple, affichaient fièrement leur possibilité de réaliser des « photocopies minute ». L’accélération fut rapide et spectaculaire dans les années 1970.

66Le bon vieux couple « stencil/ronéo » rendit donc longtemps des services essentiels. Perfectionné par l’apparition d’un dispositif qui élaborait des stencils grâce au transfert électronique du document d’origine, texte ou, (ô merveille !) dessin. Il fallait une vingtaine de minutes pour un stencil, mais ensuite il pouvait resservir. Les premières machines de ce type dont disposèrent les géographes étaient situées à Censier. Elles furent ensuite implantées un peu partout dans des ateliers de reproduction, pour lesquels il fallut trouver de la place. À l’institut, sauf erreur, c’est seulement après le départ des scientifiques vers Jussieu que cette implantation fut possible. Un atelier remplaça, près de la bibliothèque, l’ancien bureau directorial, parti vers d’autres horizons. L’avènement des grosses photocopieuses rapides remplaça des machines à stencil, avec une certaine réticence pour des questions de coûts.

  • 5 Soit dit en passant, un exemple assez significatif de la conception un peu sommaire que l’on se fai (...)

67Les activités de recherche s’étaient longtemps implantées surtout dans les bureaux des Professeurs, accueillant leurs méditations, consultations de documents, activité de rédaction. De plus en plus souvent, les bureaux accueillirent des secrétaires ou assistants/assistantes de recherche, dont la présence rendait plus permanente l’occupation des locaux, et plus encombré leur espace. Du côté de la géographie physique, le développement de la mesure et de l’expérimentation se traduisit par l’installation de « laboratoires », désignation un peu emphatique pour deux ou trois pièces où se faisaient des granulométries et où étuves et glaciaires reproduisaient en accéléré les alternances gel/dégel ; tandis que l’utilisation des rayons X permettait des analyses fines d’argiles. Toutes ces activités trouvèrent leur place – insuffisante – dans des aménagements des caves et des salles du premier étage. (Dans son ancien bureau, « un grand meuble à tiroirs » contenant des collections minéralogiques de de Martonne voisina avec la machine à rayons X vouée aux argiles5. Grâce en grande partie à l’ouverture d’un laboratoire central de morphologie installé par le CNRS à Caen, ces laboratoires disparurent assez vite).

1968, année charnière

68Le fait de consacrer les derniers paragraphes de cette évocation aux années 1968 et immédiatement suivantes a une double justification. D’une part, les « événements » eurent souvent un aspect de stratégies spatiales, avec les occupations, désoccupations et réoccupations de locaux ; d’autre part, la réorganisation des universités à partir de 1970 conduisit à des redistributions et des changements d’affectation des locaux. Par ces deux aspects, l’Institut de la rue Saint-Jacques fut concerné.

69Les « événements » de 1968 eurent aussi un aspect spatial. Le contrôle des rues, des places et des bâtiments, locaux universitaires, sites culturels, usines, fut un aspect important, voire un enjeu, des conflits durant ces semaines agitées. L’Institut de la rue Saint-Jacques fut entraîné dans le mouvement, avec des aspects spécifiques notables. À ce sujet, je renvoie à un autre texte publié dans la rubrique E-Topiques de Cybergeo : « Mai 1968 et les mois suivants à l’Institut de géographie de Paris » et plus particulièrement à sa partie intitulée « Un territoire ». Ce dernier avait été écrit en 2008 pour la revue l’Espace géographique dans la perspective d’un numéro sur les géographes en 1968 qui n’a pas vu le jour. Il me semble assez significatif que, évoquant un épisode doté d’une large portée dans des domaines très divers, j’avais alors ressenti comme une nécessité de faire une place à l’aspect matériel des lieux de l’action.

Redistributions (après 1968)

70Deux ans après les « événements », un de leurs résultats fut, avec la loi Faure, une réorganisation des universités, et d’abord dans la région parisienne. On n’était pas loin d’attribuer une des origines de la crise au gigantisme de l’Université de Paris, qu’il était donc essentiel de diviser. Un autre but était de créer des universités pluridisciplinaires, où des départements spécialisés pourraient créer des liens entre eux et qui permettraient des dialogues entre disciplines impossibles dans le cadre des traditionnelles facultés.

71(Il est assez piquant de constater que, récemment, une quarantaine d’années ayant passé, une solution aux problèmes universitaires est cherchée dans des regroupements créateurs d’entités qui comportent des effectifs étudiants à peu près du même ordre de grandeur que celui des universités pré-68, réputées ingérables Sic transit.)

72À la suite de négociations longues, parfois significatives du point de vue épistémologique ou politique, parfois simplement pittoresques, les géographes parisiens se trouvèrent répartis entre trois universités, quelque temps désignées par les numéros Paris 1, Paris 4, Paris 7. Désignations que je conserverai, malgré leur remplacement à des moments variés par des formules moins arithmétiques.

73Au total, les géographes se montrèrent assez raisonnables dans la répartition des biens matériels au moment de la séparation. Point essentiel, on décida de maintenir l’unité de la bibliothèque, avec un accès ouvert pour les étudiants des trois universités. Cela peut sembler la moindre des choses, mais on raconte des histoires horribles de bibliothèques démembrées et saccagées dans des cas de séparation analogue. (Peut-être des légendes…). Il fallut un certain temps pour trouver un statut administratif à cette « Bibliothèque de géographie », mais, sauf erreur, aucune difficulté majeure ne surgit.

74Le domaine de la Marquise devint un « Centre de Géographie », cogéré par les trois universités, et placé sous la responsabilité d’un directeur, issu tour à tour de chacune des universités concernées, selon un rythme pluriannuel. En principe, cette fonction de direction revient au responsable de l’UFR dont c’est le « tour de garde », mais il y a eu pas mal de délégations. Pour les locaux, un sort particulier a été fait aux salles de cours du rez-de-chaussée, avec une répartition négociée des temps d’utilisation entre les ayant-droit. Les autres salles ont été réparties entre eux, en tant qu’usagers exclusifs. Assez bien dotée par des locaux à Jussieu, Paris 7 a été moins « servie » que les autres partenaires, avec surtout l’attribution de la « salle du jardin », et des locaux au premier et au quatrième étage. Paris 1 se trouve surtout aux premier et quatrième, Paris 4 monopolise presque le troisième. Des imbrications et des échanges altèrent ce tableau, trop simple.

75Les trois universités ont eu des locaux hors de l’Institut ; Tolbiac pour Paris 1, la Sorbonne et le « centre Clignancourt » pour Paris 4, Jussieu, puis bien d’autres, pour Paris 7. En général, les UFR ont consacré leurs implantations rue Saint-Jacques aux second et troisième cycles, les locaux extérieurs servant plutôt pour l’accueil des étudiants débutants.

76Dans ce cadre, devant la nécessité de faire face à l’augmentation du nombre des étudiants, à l’évolution de la géographie et aux révolutions techniques plus ou moins en relation avec l’essor de l’informatique, les bâtiments de la rue Saint-Jacques ont connu des aménagements. Comme je l’ai dit en introduction, ils sortent pour l’essentiel du cadre de cette note, destinée à évoquer un passé plus lointain. On se contentera donc de rappeler quelques changements les plus importants.

77Des réaménagements majeurs ont été entrepris à partir de 1995 pour la bibliothèque, désormais installée sur deux étages avec une occupation partielle du premier et de tout le second, complété avec un espace créé par une deuxième étape de fermeture du puits de lumière central, comme on l’a vu.

78Un ascenseur moderne a remplacé, à peu près au même moment, l’appareil ancien. À la fin de sa vie, celui-ci était orné d’une notice assez inquiétante, qui annonçait : « ascenseur dangereux, ne pas le prendre à la descente ». Il ne laissa guère de regrets.

79Une nouvelle salle de cours a été créée au rez-de-chaussée, aux dépens des salles un temps occupées par le laboratoire de cartographie de Fernand Joly, parti pour Jussieu en 1975, et par un bureau qui fut directorial autour de 1968. On la qualifie parfois de « nouvel amphithéâtre », bien qu’elle réponde encore moins que les deux autres à la définition, puisqu’elle est non seulement rectangulaire mais plate.

80On a créé un nouvel escalier, pour obéir aux prescriptions des commissions de sécurité. Il a fallu, pour lui faire place, réduire la dimension de plusieurs salles du premier au quatrième étage, qui furent encore l’objet de remaniements notables dans les années 2004-2006.

Conclusion

81L’Institut du 191 rue Saint-Jacques sera bientôt centenaire. Par ces temps de migration des activités universitaires vers les périphéries, on ne sait trop ce qu’il va devenir. Dans les différentes époques de son existence, il a souvent paru trop exigu, il a connu des moments où son entretien et son équipement montraient de grandes insuffisances. Mais, bon an mal an, il a rendu de grands services aux géographes parisiens. Situé en plein milieu du Quartier latin, il a constitué un endroit où il n’était pas désagréable de travailler, un espace de convivialité. Un lieu de vie, avec une personnalité bien affirmée. Pour beaucoup de géographes, sans doute un « lieu de mémoire »

82Alors, pour finir : Merci Madame la Marquise.

Haut de page

Annexe

NDRL

Sur la création de l’Institut de géographie, voir M.-C. Robic, 2001, « Des "services" aux "laboratoires" de la Sorbonne à l’Institut de géographie de la rue Saint-Jacques (1885-1930) : divergences et non-convergences », in : G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic, Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, PUR, 81-101.

L’école de cartographie a été créée en 1935 par Emmanuel de Martonne.

La première excursion interuniversitaire date de 1905 (elle a lieu en Basse-Bretagne, sous la direction d’Emmanuel de Martonne). Voir à ce propos D. Wolff, « A travers les correspondances : l’envers ou l’enfer des excursions… », in : G. Baudelle, M.-V. Ozouf-Marignier, M.-C. Robic (dir.), Géographes en pratiques (1870-1945). Le terrain, le livre, la Cité, Rennes, PUR, 329-342.

Les Journées géographiques sont une création de Georges Chabot (1962), alors président du Comité national français de géographie.

Le Centre de géographie est désormais sous la responsabilité du directeur de l’UFR de géographie de Paris 1, président du conseil de l’Institut.

Haut de page

Notes

1 Merci à Christian Grataloup et à Marie-Claire Robic pour leur relecture attentive qui a permis plusieurs précisions et corrections.

2 Officiellement je crois, le certificat de « géographie mention histoire », qui associait un programme allégé de géographie générale (mais qui impliquait tout de même l’exercice terrorisant de la coupe géologique) avec un peu de géographie régionale.

3 Étonnement motivé en particulier par des tentatives de modélisation mathématique de certains processus morphologiques. Peu de temps après son arrivée, Pierre Birot était chansonné dans les cars d’excursion. Extrait significatif, à propos des transports de masse sur les versants : « Pour qu’ils aillent à la rivière / La formule paraît très claire / Sinus tëta ∏ r bi ρ / Et voilà nos débris dans l’eau ».

4 Pierre Birot, outre les débuts de modélisations mathématiques, a aussi cherché à renouveler la pensée de « la région » notamment dans ses leçons pour les agrégatifs : comment donner un cadre formel, éventuellement comparatif, à la description d’un territoire qui jusqu’alors devait répondre à la question naïve : des données « physiques », essentiellement géomorphologiques « suggéraient » un aménagement rural qui lui-même « suggérait » la présence de commerces et d’industries (rien bien sûr au sujet du politique ou du culturel…). Les régions à la Birot (exemple : Vieille Castille et Nouvelle Castille) « vivaient » autrement… et sont sans doute la racine des chorèmes de Roger Brunet (merci à Claude Bataillon pour cette remarque).

5 Soit dit en passant, un exemple assez significatif de la conception un peu sommaire que l’on se faisait parfois des conditions de sécurité !

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marie Peyrat, Marquise Arconati-Visconti, en 1872 (Née 1840, veuve en 1873, décédée en 1923)
Crédits Source : Scan d’une ancienne revue, Wikipedia Commons
URL http://journals.openedition.org/cybergeo/docannexe/image/31553/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 832k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Durand-Dastès, « Géographes au rendez-vous de la Marquise. Le 191 rue Saint-Jacques. Quelques évocations du passé », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], E-Topiques, mis en ligne le 23 janvier 2019, consulté le 17 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31553

Haut de page

Auteur

François Durand-Dastès

CNRS/UMR Géographie-cités, France
durand-dastes@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page