Navigation – Plan du site
2019

Brès A., Beaucire F., Mariolle B. (dir.), 2017, Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles, Genève, MetisPresse, 251 p.

Thérèse Saint-Julien

Texte intégral

1Recueil de contributions pluridisciplinaires (géographie, sociologie, urbanisme et architecture), l’ouvrage Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles apporte une réflexion argumentée sur le devenir des espaces de faible densité. La question posée par les auteurs est d’une criante actualité : une politique d’aménagement durable pourrait-elle ignorer ces espaces au motif qu’ils seraient a priori incompatibles avec les économies d’espace, la diversité des fonctions, le brassage des groupes sociaux, la sobriété énergétique, la préservation de la biodiversité et des écosystèmes agro naturels et aussi des patrimoines paysagers ? À cette question multiforme, la réponse est sans ambage négative. Choisissant des focus régionaux, quatre entrées sont retenues pour éclairer le lecteur sur l’état de ces espaces de faible densité et pour proposer des pistes d’action permettant qu’ils retrouvent une vraie légitimité dans l’ensemble de l’aménagement du territoire national. Le lecteur est donc successivement invité à une réflexion sur les paysages de la discontinuité, sur les architectures habitées, et aussi sur les ressources et la mobilité qui caractérisent ces espaces. Il est enfin convié à considérer les visions et les fabriques territoriales confrontées aujourd’hui à cette exigence d’une meilleure intégration.

2Certains résultats pouvant aller parfois à l’encontre d’idées reçues interpellent le lecteur. Ainsi, les auteurs soulignent que les dynamiques de peuplement et d’occupation des sols ne sont pas réductibles à la problématique de l’étalement urbain, cette dernière ne rendant que très partiellement compte de la dispersion de l’habitat dans les zones de faible densité. Ils pointent aussi le fait que contrairement à une représentation souvent adoptée à propos de ces espaces, la mobilité quotidienne pour accéder à l’emploi, aux services et aux commerces n’y est pas exclusivement dépendante des grandes distances, puisque pour une majorité des habitants, cette mobilité est au contraire marquée par une forte tendance à la proximité. Ils notent ici au passage et au terme d’une analyse approfondie que le tissu industriel même amoindri fait encore vivre des micro bassins de main d’œuvre. Les auteurs explorent par ailleurs la thèse selon laquelle la fragmentation et l’interpénétration des usages du sol et de leurs pratiques ne compromettrait ni la conservation des paysages, ni la diversité écologique des milieux agro naturels, l’enrichissant même du fait d’infiltrations réciproques. Ils insistent enfin sur le fait que les principes d’aménagement du territoire et d’urbanisme, largement pensés à partir et pour les milieux urbanisés et appliqués par extension à l’ensemble du territoire national, ne sont pas toujours en phase avec les espaces de faible densité, souvent peu aptes à saisir et à valoriser les initiatives locales innovantes.

3Au-delà des constats, les propositions rassemblées dans l’ouvrage s’inscrivent dans un objectif d’ensemble : augmenter les interfaces entre la ville et la nature qui représentent autant d’opportunités tout en pensant la métropole non comme une ville élargie mais comme un agencement de figures urbaines, diverses et multiples plus ou moins agglomérées ou dispersées articulées entre elles et encastrées dans les espaces naturels et agricoles.

4Ainsi, les auteurs suggèrent de revoir les paysages de ces espaces comme un terreau de projet à la manière d’une infrastructure capable de mettre en système des fragments aujourd’hui dispersés. À cet égard, ils proposent aussi de nouveaux modes d’agrégation du bâti. Ils soulignent par ailleurs la nécessaire valorisation des compétences vernaculaires (culture ouvrière et paysanne vivrière et ingénieuse) du savoir habiter, pour les mettre au service du développement durable, renforçant ainsi les capacités d’adaptation des territoires aux changements environnementaux.

5Tout aussi décisive mais moins novatrice, leur faveur va à la proximité entre habitat et travail et, s’il est encore temps, à la préservation d’une diversité de la structuration commerciale. Est également invoquée l’organisation d’une gouvernance renouvelée et partagée entre les différents acteurs concernés par les enjeux de mobilité et les problématiques environnementales.

6De lecture un peu austère, cet ouvrage apporte de riches matériaux de réflexion sur des espaces aujourd’hui placés sous forte tension. Il le fait avec sérieux et sobriété, nous dispensant de tous les clichés creux que le thème ne manque pas de susciter en ces temps de tension sociale. Un regret cependant : pourquoi une iconographie qui se veut sans doute soignée est-elle affublée d’un habillage souvent aussi médiocre, avec en particulier des titres et souvent des légendes quasi illisibles, demandant au lecteur attentif une patience hors norme ? Pourquoi ces feuillets photos, qui semblent vouloir dire la frugalité de ces territoires, sont-ils à ce point muets ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thérèse Saint-Julien, « Brès A., Beaucire F., Mariolle B. (dir.), 2017, Territoire frugal. La France des campagnes à l’heure des métropoles, Genève, MetisPresse, 251 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 31 janvier 2019, consulté le 21 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31583

Haut de page

Auteur

Thérèse Saint-Julien

CNRS-UMR Géographie-cités
therese.saint-julien@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page