Navigation – Plan du site
2019

Cornaille D., Petits pays de France. Paysages – origines – traditions, Paris, Omnibus, 434 p.

Jean-Baptiste Bing

Texte intégral

1Didier Cornaille a un chien éminemment sympathique, mais il est comme les chats : il a plusieurs vies – sinon personnelles, du moins d’auteur et d’écrivain ; journaliste dans les années 1970, romancier depuis la décennie 1990, il a entre-temps commis plusieurs guides de voyage. Avec son dernier livre, largement nourri de ses propres périples, il s’aventure sur le chemin de la géographie analytique. L'ambition de Petits pays de France n’est pas mince : recenser en un seul ouvrage – qui plus est de format réduit ! – tous les « pays » qui composent la France métropolitaine (Corse comprise). Chez Didier Cornaille, foin des régions (avant ou après réforme territoriale), des départements, des cantons, des « com’com’ », « métropoles » et autres entités administratives : il consacre ce travail à ce qu’il définit comme « l’unité de base » du territoire national qui les rassemble en une « mosaïque » (Cornaille 2018, p. III) – analogie qui a ses limites, puisqu’il rappelle à la page précédente que « Tant de nuances existent d’un pays à l’autre qu’il est parfois difficile, voire impossible, de discerner où s’arrête l’un et où commence l’autre, un troisième larron étant capable de se glisser sans prévenir entre eux ».

  • 1 Métabasisme : fait de considérer que les faits humains (objets des sciences sociales) relèvent excl (...)

2L’auteur qualifie la méthodologie employée pour identifier ces pays de « démarche qui tient beaucoup de l’archéologie » : il se réfère avant tout au substrat physique du territoire, qu’il dégage sous les multiples strates anthropiques ayant marqués les lieux. Ce privilège accordé aux rythmes longs de la géologie sur les temps plus courts de l’humain peut apparaître comme relevant d’une géographie pour le moins datée (les seuls géographes auquel Didier Cornaille se réfère explicitement sont d’ailleurs Émile Levasseur, Paul Vidal de La Blache et Élisée Reclus) ; il offre cependant une piqûre de rappel utile en notre époque où « acosmie » et « métabasisme » caractérisent nombre de travaux en sciences humaines et sociales et, d'une manière plus générale, nos sociétés européennes contemporaines (Berque, 2014)1.

  • 2 Entretien avec Didier Cornaille.
  • 3 Ce terme n'a ici aucune signification politique et désigne uniquement le mode de locomotion qui con (...)
  • 4 Avec lequel l'auteur de Petits pays de France entretenait d'ailleurs des liens cordiaux (entretien (...)

3Surtout, ce choix est cohérent avec le mode de travail de Didier Cornaille : cet ouvrage relève en effet d’une patiente sédimentation, d’un lent travail de dépôt et d’épure. Né des voyages effectués par l’auteur en compagnie de son cheval dans les années 1980-1990, le projet de ce livre a été plusieurs fois travaillé, mis de côté, puis remis à l’ordre du jour2. Si Didier Cornaille revendique (comme de nombreux autres marcheurs3 ayant publié ces dernières années des livres d’un autre genre que le récit de voyage) une filiation intellectuelle avec le Stevenson du Voyage avec un âne dans les Cévennes (référence explicite dans Cornaille, 2001) et le Jacques Lacarrière4 de Chemin faisant, ce livre se distingue cependant de la plupart d'entre eux en ce que la marche n’y constitue point un objet d’analyse ou un prétexte à histoire(s), mais une genèse qui a imprégné et déterminé le regard porté sur le territoire. Il existe toutefois au moins une exception : Antoine de Baecque (2014) qui, à travers son Essai d’histoire marchée, tente de tirer de la marche une véritable méthodologie de recherche.

4Cette lente maturation aboutit donc en 2018, donnant un résultat très érudit et d’une lecture agréable. Ce livre ne se lit point d’une seule traite ou de manière linéaire, comme on lirait un roman, mais il est une invite à picorer, au gré du hasard ou des intérêts que le lecteur porte à tel ou tel lieu, à telle ou telle place. À ce titre, s’orienter dans cette somme est facile, puisque – en cohérence avec la primauté accordée au physique sur l’humain – Didier Cornaille regroupe les pays identifiés en « versants » qui donnent autant de chapitres : Mer du Nord, Manche, Atlantique et Méditerranée, avec deux exceptions pour la Bretagne et la Corse. Contrecoup de ce classement : certains massifs se retrouvent, soit éclatés entre deux bassins versants alors qu’ils pourraient mériter selon un autre point de vue d’être considérés comme un pays unifié (Vosges du Sud, par exemple, si l’on considère la linguistique), soit artificiellement rangés dans un seul bassin, marginalisant ainsi tout un pan de leur territoire. Ainsi le Morvan, où réside Didier Cornaille (et l’auteur de ces lignes...), relève dans ce livre de la vallée de l’Yonne – donc du bassin de la Seine. Il est vrai que, sur le plan strictement humain, une grande partie de l’histoire du massif se comprend par un tropisme icauno-séquanais : que l’on songe à cette épopée pluriséculaire que fut le flottage du bois vers Paris, avec des traces dans le paysage forestier et hydraulique ou dans la toponymie. Cependant, sur le plan géologique que Didier Cornaille valorise, toute un partie du massif épand ses eaux dans la vallée de l’Arroux (traitée, avec l’Autunois et la Loire, dans le chapitre atlantique). On pourrait multiplier les exemples en marge de la plupart des lignes de partage des eaux, l'un des plus frappants aux yeux de l’auteur de ces lignes étant celui des Vosges méridionales : ici associées au bassin versant de la Saône qui y sourd, ce morceau de massif évoque d'ordinaire d'autres géogrammes auxquels renvoient le département (Lorraine), le massif pris dans son ensemble (vallée du Rhin) ou encore d’autres caractéristiques du lieu bien éloignées de ce caractère de porte du Sud (langue d'oïl, climat frais, etc.).

5Autres cas où le primat du physique sur l’humain – du naturel sur le socio-culturel – est (un peu) pris en défaut : quand l’étymologie rattache le nom d’un pays à une ville (pays de Neufchâteau, Sedanais, Autunois...) ou à un peuple (Parisis...). Certes, toute toponymie – et même la plus « naturocentrée » (Morvan, Vercors, Vosges cristallines...) – relève d’un processus trajectif et n’appartient pas au substrat physique du lieu en question. Et, certes encore, l'auteur peut sembler se contredire quand, au fil des pages, il conte moult anecdotes et raconte les villes et paysages traversés – tous tellement humains. Mais ne nous y trompons pas : l’objet du livre n’est pas de décrire une France « sauvage » ou « naturelle » sans l’humanité, ni de tomber dans le déterminisme ou l’enfermement identitaire. Ce que réfute Didier Cornaille dès son introduction, c’est justement l’existence de « frontières naturelles » qui enfermeraient telle personne ou telle population dans un bastion – d’où le choix de privilégier la logique du bassin versant, des « cours d’eaux qui ont guidé les pas des premiers voyageurs. […] De la notion restrictive du pays clos et donc à la fois enfermé sur lui-même et dominé par la structure d’appartenance, on passe à celle de l’axe, celui de la rivière, autour de laquelle s’organise des espaces identifiés par leur seule nature » (Cornaille, 2018, p. IV).

  • 5 Traduction personnelle, élaborée au cours de mes recherches de thèse, de l'expression Slow science (...)

6Si une pratique purement descriptive de la géographie – et plus encore de la géographie physique – n’est plus d’actualité, en revanche cet appel à un « bon usage de la lenteur » (Sansot, 1998) est on ne peut plus contemporain (Bing, 2015). La recherche-action et la science participative ont là tout un champ à travailler de concert avec la « science patiente5 ». En effet, la question de la convivialité ou de l’anti-convivialité des modes de vie passe notamment par celle des échelles (à la fois spatiales et temporelles) auxquelles se déploie le quotidien (Rey, 2014). Face à une France des TGV, des métropoles, des autoroutes et du Big Data, marquée par un appel permanent à l’accélération et l'intensification des rythmes de vie (Faburel, 2018), retrouver le sens du local – et, donc, de sa base naturelle – apparaît comme un enjeu crucial (y compris au sein des grandes villes : Faburel, 2018). Alors certes, Petits pays de France ne contient pas d'appel explicite à la lenteur – si ce n'est, on l'a dit, que ce livre lui doit son existence. En revanche, c’est ce modèle de développement par le bas que Didier Cornaille a vu se mettre en place à Anost, son village, et qu’il considère comme porteur d’avenir pour la ruralité : à travers cet éloge du « petit pays » qui, via ses voies d’eau et ses chemins de terre, ouvre aux horizons et à l’altérité, on devine une aspiration à tisser des réseaux reliant ces points que sont des lieux de vie autonomes mais reliés, indépendamment des grands centres, des grandes infrastructures et des bureaucraties (Cornaille, 2006).

7En résumé, la France et ses multiples pays tels qu’ils se dessinent dans ce livre sont à l’image de l’œuvre de Didier Cornaille : fondamentalement ruraux, sensibles, appelant une fréquentation patiente – un appel, donc, à une appréhension du pays (dans la double acception de ce terme, à l’échelle locale et à l'échelle nationale) finalement assez proche de ce qui apparaît dans les livres de Pierre Sansot (1985) ou de Jacques Lacarrière (1974, p. 132-134). Par ce biais – celui des valeurs incarnées dans un mode de vie – cet ouvrage s’intègre avec cohérence dans l’ensemble de l’œuvre de Didier Cornaille. On peut donc lire Petits pays de France comme une invitation à se replonger dans les romans de l’auteur... ou à suivre, physiquement, Lazare, personnage principal des Voisins de l’horizon (Cornaille, 2001), qui un beau jour, parce qu’il découvre au seuil de sa maison un balisage fraîchement peint, embarque avec sa mule et son chien sur les sentes du Massif central et découvre la pluralité paysagère, indissolublement humaine et naturelle, de son/ses pays, et, de « vieux gars solitaire » qu’il était, s'ouvre à la rencontre et à la fraternité.

Haut de page

Bibliographie

Baecque A. de, 2014, La traversée des Alpes. Essai d'histoire marchée, Paris, Gallimard.

Berque A., 2014, "Peut-on dépasser l'acosmie de la modernité ?" in. Berque A. et al., Le lien au lieu, Bastia, Eoliennes, 113-140.

Bing J.-B., 2015, "Heuristique de la lenteur. Pour une géographie qui soit mésologie vécue", Carnets de géographes [En ligne], 8. URL : https://journals.openedition.org/cdg/299.

Cornaille D., 2001, Les voisins de l’horizon, Paris, A. Michel.

Cornaille D., 2006, Le réveil des villages, Précy-sous-Thyl, L’Armançon.

Faburel G., 2018, Les métropoles barbares, démondialiser la ville, désurbaniser la terre, Lyon, Le passager clandestin.

Lacarrière J., 1974, Chemin faisant. Mille kilomètres à pied à travers la France, Paris, Fayard.

Rey O., 2014, Une question de taille, Paris, Stock.

Sansot P., 1985, La France sensible, Seyssel, Champ Vallon.

Sansot P., 1998, Du bon usage de la lenteur, Paris, Payot & Rivages.

Haut de page

Notes

1 Métabasisme : fait de considérer que les faits humains (objets des sciences sociales) relèvent exclusivement de la « culture », de la société, et ne doivent rien à la « nature ». Pour Augustin Berque, il s’agit de l’excès opposé à celui de la sociobiologie, qui au contraire réduit toute « culture » à la « nature ». Ces deux erreurs parallèles ont pour conséquence l’acosmie, c’est-à-dire l’incapacité de l’humanité à penser sa place dans l’Univers.

2 Entretien avec Didier Cornaille.

3 Ce terme n'a ici aucune signification politique et désigne uniquement le mode de locomotion qui consiste à « mettre un pied devant l'autre et recommencer » – comme le proclame avec justesse une comptine.

4 Avec lequel l'auteur de Petits pays de France entretenait d'ailleurs des liens cordiaux (entretien avec Didier Cornaille).

5 Traduction personnelle, élaborée au cours de mes recherches de thèse, de l'expression Slow science (file:///C:/Users/JEANBA~1/AppData/Local/Temp/unige_103460_attachment01.pdf : p. 91-92)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Bing, « Cornaille D., Petits pays de France. Paysages – origines – traditions, Paris, Omnibus, 434 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 01 février 2019, consulté le 16 février 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31591

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Bing

Maison du Patrimoine Oral de Bourgogne, France
jb.bing.geocont@bluewin.ch

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page