Navigation – Plan du site
2019

Choplin A. et Pliez O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil, Coll. La République des idées, 128 p.

Émilie Lavie

Texte intégral

1L’ouvrage proposé ici par deux géographes spécialistes de la mondialisation dans les Suds invite à regarder un processus – la mondialisation – par le prisme des acteurs souvent considérés comme des victimes : les pauvres.

2L’introduction La géographie discrète de la mondialisation (p. 7-14) donne quelques axes qui vont guider la lecture de l’ouvrage : la mondialisation n’est pas uniforme, la pauvreté non plus ; l’approche sera géographique mais emprunte aux SHS ses réflexions sur la mondialisation, tout en lui apportant une vision plus spatiale. Enfin, le plan est exposé : une analyse de ce qu’est la mondialisation aux yeux des auteurs pour ensuite présenter une multitude de cas, pris d’abord en Méditerranée, ensuite en Afrique de l’Ouest. À chaque fois, les rapports à la Chine seront sous-jacents. Les lecteurs sont avertis ici, il ne s’agit pas d’un manuel universitaire avec un plan à fil rouge, il ne s’agit pas non plus de présenter les résultats de travaux de recherche même s’ils seront utilisés, mais de poser, exemples après exemples, une analyse du point de vue des acteurs étudiés, une approche par l’échelle locale d’un phénomène mondial. De même, les auteurs assument de ne pas présenter ici des exemples pris sur tous les continents : ce sera la Méditerranée et l’Afrique de l’Ouest qui seront ici décrites, avec des sauts en Chine orientale.

3Le chapitre premier, Une mondialisation (pas si discrète) (p. 15-31), commence par expliquer le choix du terme « mondialisation », terme géographique qui indique l’échelle mondiale, plutôt que celui du terme « globalisation », qui renvoie aux effets de la mondialisation sur les sociétés. Armelle Choplin et Olivier Pliez disent chercher dans ce premier chapitre à se « démarqu[er] des regards binaires et des catégories usuelles de moins en moins opératoires, telles que local/global, haut/bas, pauvres/riches, Nord/Sud, villes, campagnes, etc. » (p. 15). En effet, le choix n’est pas d’analyser ni de critiquer l’approche duale, mais de parler des effets que la mondialisation peut avoir sur les pauvres, ainsi que, surtout, de l’action que les pauvres ont sur et dans la mondialisation. Le premier questionnement porte sur les méthodologies à adopter pour l’analyse de la mondialisation et la perte d’information selon l’échelle choisie. Son évoquées : les monographies, qui ont l’avantage de connaître de manière exhaustive un lieu, les études multi-situées, qui suivent un produit, ou encore l’analyse spatiale des réseaux du local ou mondial ; les auteurs se demandent aussi comment définir certains « lieux », qui ne sont ni des « non-lieux » comme les hub-aériens ou les malls commerciaux (Augé, 1992) ni des « hyper-lieux », qui catalysent un haut niveau de mobilité (Lussault, 2017). Les localités présentées dans cet ouvrage ne sont en effet pas de grands noms de la mondialisation mais sans elles, elle n’existerait pas. Ce chapitre présente en outre par touches d’une à deux pages des objets très communs de la géographie : centre, marges, lieux, réseaux, urbanisation, etc.

4Le chapitre 2, Espaces mondialisés en Méditerranée (p. 33-73), s’arrête sur deux exemples d’interrelation entre des lieux méditerranéens et le système monde : le cas des marchés algériens de consommation et celui des jeans chinois vendus aux pauvres au Caire. À travers l’exemple des réseaux d’alimentation en produits de consommation de l’Algérie, on fait de courtes haltes historiques à Marseille, Istanbul, ou encore El Oued en Tunisie. On prend surtout conscience que les échanges et le rôle des populations précaires dans ces échanges n’est pas un phénomène né de la mondialisation de la toute fin du XXe siècle. Surtout, ces réseaux d’échanges de marchandises sont en permanentes évolutions, comme en témoigne aujourd’hui le rôle d’El Oued dans l’importation au Maghreb de produits asiatiques. L’exemple suivant sur les jeans chinois vendus au Caire est une actualisation de travaux déjà publiés (Pliez, 2007). L’objectif des acteurs observés est d’utiliser des réseaux de commercialisation permettant de garder des prix assez bas pour pouvoir vendre aux plus pauvres, des consommateurs très nombreux, estimés à 40 millions en Égypte. On suit aisément les auteurs dans le voyage qu’ils nous proposent depuis l’arrivée des marchandises sur le continent africain jusqu’aux souks du Caire, du rôle de la Libye à celui des pays du Golfe « place prépondérante (…) dans le négoce entre l’Afrique et l’Asie » (p. 51). Les relations entre le Maghreb, Dubaï et la Chine se tissent sous nos yeux dans ce chapitre, à travers plusieurs exemples de routes de produits manufacturés. Les liens sino-émiratis sont particulièrement bien développés, avec les différentes étapes vécues par leur relation dans l’histoire récente. Contrairement à ce que pourrait laisser penser le titre de l’ouvrage, il n’est pas question ici de ne s’intéresser qu’aux pauvres. En fait, le terme est à peine utilisé dans ces exemples. Les pauvres sont un maillon des échanges au même titre que des commerçants bien moins pauvres. On suit ici Arcan, Nasser et Nabil, des figures de la mondialisation des échanges entre le monde arabe et Yiwu en Chine. Le chapitre se termine par une courte réflexion sur les nouvelles routes de la soie, comme la route maritime reliant la Chine à l’Europe en passant par le monde arabe, ou encore le lancement du projet OBOR (One belt, one road) par Xi Jinping. C’est surtout l’occasion de discuter de l’origine des initiatives de relations commerciales : émanent-elles de stratégies diplomatico-économiques ou des acteurs commerçants eux-mêmes ? Les exemples présentées dans ce chapitre montrent bien que les migrants-entrepreneurs sont souvent à l’origine de telles relations.

5Le chapitre 3, Mondialisations africaines (p. 75-108), cherche à démontrer, si c’était encore nécessaire, que l’Afrique n’est pas à l’écart des grands flux d’échanges mondialisés et que ses potentiels de croissance et de démographie intéressent les investisseurs. À travers des exemples pris dans le corridor urbain liant Abidjan à Lagos, les auteurs suivent des biens marchants « ciments, fripes, voitures d’occasion, pagnes, mèches de cheveux, depuis leur lieu de consommation, pour remonter jusqu’à leur lieu de production » (p. 77). La première partie de ce chapitre suit quelques routes, souvent transfrontalières, empruntées par les marchands et marchandes, et notamment entre Dakar et Bamako (voir aussi Choplin et Lombard, 2014). Les auteurs se sont intéressés ici aux individus et aux choix des routes empruntées. L’exemple du ciment comme produit de première nécessité est particulièrement intéressant : il permet de discuter du rôle de la maison en ciment et parpaings (même si elle n’est pas adaptée au climat tropical) dans la réussite sociale des acteurs du secteur, notamment les firmes transnationales et de leurs relations avec les autorités, à l’image du Nigérian Dangote. Le ciment a un impact évident dans la construction de logements. Les auteurs en nuancent les effets sur la sortie de la pauvreté et sur les dynamiques d’urbanisation associées. D’autres éléments de la mondialisation sont décrits ici : la place sur les marchés économiques, le poids du secteur dans les dégagements de gaz à effet de serre, etc. La filière de la réutilisation sur le continent africain d’objets déjà utilisés en Europe « s’est constituée sur le temps long, accompagnant les migrations » (p. 96) entre les continents européen et africain, mais aussi asiatique. Comme dans le chapitre précédent entre l’Afrique, Dubaï et la Chine, les auteurs présentent le parcours de plusieurs commerçants plus ou moins jeunes dans cette filière des objets de seconde main dans une mondialisation vue par ses acteurs. On voit bien ici qu’en effet, concernant les vêtements par exemple « les produits neufs à prix cassés venus de Chine n’ont pas fait disparaître les habits de deuxième main » (p. 100). Mais les objets neufs participent aussi à la mondialisation, comme les pagnes et les mèches de cheveux, dont les filières sont là encore transcontinentales et les acteurs très nombreux.

6La courte conclusion, Pour une géographie des autres mondialisations (p. 107-109), vient un peu nuancer les histoires de succès présentées ci-avant, puisqu’évidemment, se lancer dans le commerce implique aussi des échecs, que les crises démontrent le côté non linéaire des filières, des carrières, des réussites.

7En conclusion, Armelle Choplin et Olivier Pliez ne cherchent pas, dans cet ouvrage, à rendre compte de manière exhaustive des différentes facettes de la mondialisation : par exemple, les enjeux des changements climatiques pour les populations ou les politiques économiques ne sont pas ici des priorités. Mais le choix de s’intéresser à une entrée spécifique de la mondialisation, celle du commerce, leur permet de poser un regard original sur les questions migratoires, sociales, culturelles, sur l’urbanisme, ou encore les transports. La structure de l’ouvrage étant faite de tous petits sous-chapitres de quelques pages, on pouvait s’attendre à un survol en le feuilletant. Bien au contraire, chaque exemple est précis et permet de comprendre la complexité des réseaux. Pendant ma lecture, j’ai regretté la quasi absence de cartes et iconographies : j’avais envie d’être accompagnée dans la cartographie mentale de ces réseaux que j’ai construite au fur et à mesure de la lecture, guidée par les auteurs. Mais en refermant le livre, on se rend bien compte que cette réalité est in-cartographiable. Et on termine la lecture en ayant beaucoup voyagé avec tous ces « pauvres » si divers, sur une note plus optimiste qu’on ne l’aurait pensé.

Haut de page

Bibliographie

Augé M., 1992, Non-lieux, Paris, Seuil.

Choplin A., Lombard J., 2014, "On West African roads: everyday mobility and exchanges between Mauritania, Senegal and Mali", Canadian Journal of African Studies, Vol.48, No.1, 59-75.

Lussault M., 2017, Hyper-Lieux. Les nouvelles géographies de la mondialisation, Paris, Seuil, Coll. La couleur des idées.

Pliez O., 2007, "Des jeans chinois dans les rues du Caire, ou les espaces discrets de la mondialisation", M@ppemonde [En ligne], Vol.88, No.4. URL : https://mappemonde-archive.mgm.fr/num16/articles/art07404.html

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Émilie Lavie, « Choplin A. et Pliez O., 2018, La mondialisation des pauvres. Loin de Wall Street et de Davos, Paris, Seuil, Coll. La République des idées, 128 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 02 avril 2019, consulté le 25 avril 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/31985

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page