Navigation – Plan du site
A propos de la justice spatiale

Questionnement sur la justice spatiale

Yves Guermond

Texte intégral

1Dans un livre récent Jacques Lévy et al. (2018) se proposent « d’ouvrir un nouveau domaine, celui de la géographie de la justice ». C’est là un vieux rêve des géographes, confrontés aux approches des sociologues, dont Paul Claval (1998) regrettait l’absence de préoccupations spatiales, alors que, pour d’autres, l’interprétation des faits sociaux reposait souvent sur une théorie de type économique. « La pensée sur l’espace a significativement changé ces dernières années » écrivait cependant Edward Soja en 2009, mais, ajoutait-il, « s’il est relativement facile de décrire des exemples d’injustice spatiale, il est plus difficile de comprendre et d’identifier les processus sous-jacents de la production de géographies injustes ». Il en donne l’exemple par le combat réussi mené à Los Angeles pour obtenir l’abandon par les autorités d’un plan ferroviaire destiné à une population suburbaine de classes moyennes, au profit de l’achat de nouveaux bus pour faciliter les déplacements de travail d’une population pauvre obligée de travailler dans le centre -ville.

2Cela montre assez bien que la réflexion géographique sur la justice spatiale ne peut être déconnectée du débat politique. Quand Jacques Lévy propose par exemple une « dimension géographique de la solidarité, en pensant d’abord aux humains plutôt qu’en se fondant sur les superficies des territoires », il s’appuie sur le PIB par habitant et estime que « l’Etat français redirige massivement les richesses produites dans les régions les plus productives, Ile-de-France en tête, vers les régions moins denses, qui sont aussi les moins productives… L’Ile-de-France redistribue tant de richesses vers d’autres régions françaises qu’elle ne peut assumer convenablement le soutien des pauvres qui y vivent ». Outre que, évidemment, ce ne sont pas les dépenses de l’Etat dans les provinces qui sont responsables des situations sociales dans certaines banlieues, cette analyse personnalise les régions comme si elles étaient des sociétés anonymes en ignorant la mutualisation dans le cadre national. Les très fortes rémunérations du secteur public et de secteur privé d’Ile-de-France, de même que les bénéfices des sociétés et les revenus des placements, qui participent au PIB, ont pour support des activités situées en dehors de l’Ile-de-France, et par ailleurs une part très importante des investissements et des dépenses d’entretien situées en province sont faites au bénéfice de la métropole. Les récentes manifestations des gilets jaunes ont abondamment montré qu’une partie des habitants des « régions moins denses » s’estimaient quant à eux victimes d’une « injustice spatiale ».

3Dans sa « géographie du bien-être » Antoine Bailly (1981) montrait que « dans une aire donnée un individu peut éprouver du bien-être qu’un autre n’éprouve pas ». La « justice spatiale » serait-elle une notion relative ? Selon Coates et al. (1977) « il y a beaucoup d’inégalités dont nous sommes totalement ignorants, parce qu’elles n’affectent pas directement notre vie quotidienne et ne sont pas portées à notre connaissance par les media auxquels nous portons attention ». C’est bien sûr au géographe de les dépister, mais ce dépistage est obscurci par les a priori politiques. Jacques Lévy s’insurge ainsi contre « les courants politiques du nationalisme « de gauche » qui demandent qu’on accueille en Europe tous les Maliens ou Ivoiriens qui le désirent et qui, en raison des bas revenus dont ils disposaient dans leur pays d’origine, exerceront inévitablement une pression à la baisse des salaires dans les pays qui les reçoivent ». Dans ce système de pensée on considère les nations comme des clubs fermés, des sortes d’assurances mutuelles garantissant la protection de leurs membres, c’est-à-dire des populations qui sont là par ancienneté et celles qui peuvent payer un droit d’entrée. Pour Jacques Lévy « L’admission comme membre permanent de la société reste du ressort souverain de la société d’accueil », et il poursuit : « il faut sortir du modèle caritatif fondé sur la culpabilité…». La migration n’est, pour lui, clairement bénéfique que « lorsque les besoins en main d’œuvre du pays d’accueil ne sont pas satisfaits par le marché du travail local ». Il faut donc, selon lui, résoudre le phénomène migratoire « dans une démarche éthique visant la justice par le développement et non dans la position morale de la charité dans l’expiation ». On est bien ici au cœur du questionnement sur les principes qui pourraient inspirer une théorie de la justice spatiale. « Alors que les énoncés moraux sont souvent présentés comme transcendants, universels et intangibles », l’auteur pense observer, dans la période historique actuelle, « un lent passage de la morale à l’éthique, dont les valeurs constitutives intègrent la possibilité de changement ». Ainsi, poursuit-il, « les principes de justice qui se profilent dans les sociétés contemporaines sont parties prenantes de ce tournant éthique ». Voilà qui arrange bien les choses… Certes, comme dit Durkheim, chaque peuple a sa morale, qui est déterminée par les conditions dans lesquelles il vit, mais il y a des principes élémentaires qu’on retrouve partout, la condamnation du meurtre, du viol, de l’inceste, l’accueil de l’étranger. Il ne faut pas non plus confondre l’éthique avec les idées qui se diffusent dans la population dans une période troublée, comme l’antisémitisme dans l’Allemagne hitlérienne, ou la détestation des Roms en Roumanie ou des Rohingas en Birmanie, ou encore le fait de considérer comme normale l’occupation militaire du territoire palestinien. L’idée d’un « tournant éthique » de la société contemporaine n’a aucune signification. Comme l’écrivait Baudrillard avec son pessimisme habituel, « ni la masse n’a d’opinion, ni l’information ne l’informe : l’une et l’autre continuent de s’alimenter monstrueusement ».

4L’éthique à géométrie variable entraîne une dérive vers des compromis qui réduisent le caractère impératif de la justice. Dans leur chapitre sur « la justice comme équité » les auteurs de la théorie de la justice spatiale s’inquiètent ainsi des actions de taxation des plus aisés, « afin d’éviter la sécession fiscale ou territoriale des groupes privilégiés ». Face à « la gauche » et « la droite » une « troisième voie » pourrait avoir place, selon eux, entre l’Etat, qui s’occuperait de « l’égalité » et le monde de l’entreprise, qui aurait en charge « la liberté ». En d’autres termes la libre entreprise ferait ses affaires librement dans le domaine économique, et ce serait à l’Etat d’en traiter les conséquences sociales. Est-ce vraiment la voie obligée vers la justice spatiale ?

5Si l’on se fixe ce thème de recherche peut-on rester dans le cadre d’une pensée soft ? L’injustice est partout dans le monde. Sa traduction spatiale sous ses diverses formes, voilà ce qui pourrait être en effet un combat permanent de la géographie, mais c’est alors une théorie qui nous entraîne loin…

Haut de page

Bibliographie

Bailly A., 1981, La géographie du Bien-Etre. Paris. PUF

Baudrillard J. 1983, Les stratégies fatales. Paris. Grasset

Claval P., 1998, La géographie sociale et culturelle, in Bailly A. et al., Les Concepts de la géographie humaine. Paris. Armand Colin

Coastes B.E., Johnston R.J., Knox P.L., 1977, Geography and Inequality. Oxford University Press

Levy J., Fauchille J.-N., Povoas A., 2018, Théorie de la justice spatiale- Géographies du Juste et de l’Injuste. Paris. Odile Jacob

Soja E., 2009, The city and spatial justice. Justice spatiale/Spatial Justice. N° 1

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Guermond, « Questionnement sur la justice spatiale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, A propos de la justice spatiale, mis en ligne le 25 avril 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32128

Haut de page

Auteur

Yves Guermond

CNRS/UMR 6063 IDEES, France
yves.guermond@wanadoo.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page