Navigation – Plan du site
A propos de la justice spatiale

Eléments pour une réponse

Bernard Bret

Texte intégral

1Comment concilier rigueur scientifique et positionnement éthique, se prémunir contre le propos partisan qui se substituerait à l’analyse des faits, éviter qu’une prétendue neutralité axiologique s’interdise tout jugement de valeur et prenne le risque de paraître légitimer n’importe quoi ? Entreprise difficile, mais nécessaire.

2Plusieurs géographes qui se sont emparés du thème de la justice spatiale se posent ces questions. Mais, pour réfléchir sur la justice spatiale, c’est-à-dire sur la façon dont les injustices sociales s’inscrivent dans le spatial et comment le spatial influe sur le social, que les effets de lieu aggravent les injustices entre les hommes ou qu’ils les corrigent, encore faut-il être au clair sur ce qu’est la justice. Or, on en reste trop souvent en la matière à une approche empirique fondée sur une intuition de justice incapable de constituer une base rationnelle sur laquelle construire l’énonciation du juste. Certes, on voit l’objection : comment définir rationnellement le juste quand l’intuition nous dit que l’injustice est partout ? Mais, inversement, comment qualifier une situation d’injuste si on ignore ce qu’est le juste ? Le point de vue ici exprimé refuse le discours reposant sur l’intuition et qui, faute de rationnel, parle de justice spatiale sans savoir vraiment de quoi il parle. Il faut dépasser les limites de l’empirisme et, pour cela, avoir au préalable une conception du juste. Des géographes fidèles à la tradition française de leur discipline dénonceront sans doute une procédure qui, ne partant pas des faits, ne reposerait sur rien et ne pourrait donc déboucher sur rien. Et pourtant, est-il une autre solution que celle d’un raisonnement abstrait – l’abstrait n’est pas rien - capable d’énoncer le juste rationnellement. Refuser semblable démarche serait oublier que des principes fondamentaux ne sont pas issus des faits, mais, au contraire, sont nés avant les faits dont ils ont permis l’apparition. La démocratie n’existait pas lorsque Montesquieu théorisait la séparation des pouvoirs et quand Jean-Jacques Rousseau écrivait le Contrat social. Pourquoi ne pas admettre qu’il puisse en être de même pour le concept de justice ?

3Retenir ce positionnement débouche sur une nouvelle difficulté : les conceptions du juste sont multiples. En cohérence avec le libéralisme qu’ils tiennent pour le meilleur système socio-économique, d’aucuns voient le juste dans l’utilitarisme. Pour d’autres, la justice se confond avec l’égalitarisme. D’autres encore, les communautariens, attribuent à chaque communauté le droit d’énoncer ses propres règles. D’autres enfin trouvent dans la Théorie de la Justice de John Rawls l’énonciation la plus convaincante de ce qu’est le juste : exempte de transcendance, cette théorie repose sur la seule raison et constitue un outil intellectuel efficace pour analyser les injustices dans toutes leurs dimensions. La justice distributive, en effet, n’épuise pas le concept de justice. Il est évident que savoir dans quelles proportions se répartissent entre les partenaires sociaux les avantages et les charges de leur coopération est essentiel. Mais, comptent au moins autant la reconnaissance de la dignité de tous et la façon dont chacun participe à l’interaction sociale. C’est bien en quoi la justice est indissociable de la politique, le thème de l’exclusion sociale rejoignant celui de la ségrégation, de la même façon que le maillage institutionnel des territoires rejoint la question de la citoyenneté : comment l’organisation de la cité pourrait-elle ne pas être concernée par la façon dont les acteurs sociaux organisent le vivre-ensemble. Au final, la diversité des théories en présence doit être considérée, non pas comme un obstacle, mais comme une richesse commune. L’important est de situer la réflexion sur le spatial dans le contexte d’une théorie de la justice et d’afficher ce positionnement d’une façon explicite. Avoir alors une conception du juste garantit la cohérence de ce qui est dit de la justice spatiale malgré la diversité des aires culturelles et l’intrication des échelles géographiques. Il ne s’agit pas de viser la neutralité dans l’analyse pour ensuite donner une appréciation éthique, mais de nourrir l’analyse des principes éthiques eux-mêmes, raison pour laquelle une théorie fondée sur la raison est la plus capable de permettre un discours associant la rigueur scientifique et la préoccupation éthique.

4Dans une telle démarche, se trouve aussi interrogée la compatibilité du respect des identités collectives avec l’universalisme des valeurs. L’échelle géographique est alors à la fois question et réponse. Question parce qu’elle produit souvent une tension entre le mondial et le local (ce qui est considéré comme juste à l’échelle locale le reste-il vraiment quand sont prises en compte ses conséquences à l’échelle mondiale ?), réponse parce que le principe de hiérarchie des normes indique la solution possible à ces tensions : faire que le local ne soit pas en contradiction avec l’universel, ni l’individuel avec le local. Cela oblige à penser l’aménagement du territoire comme la mise en cohérence de l’organisation des lieux avec un projet de société. Si ce projet est la justice, cela suppose que les arbitrages soient rendus en fonction de valeurs éthiques tenues pour universelles et déclinées à toutes les échelles. Cela conduit à mieux comprendre l’idée de tournant éthique. Sans prétendre répondre à la place des auteurs visés, il faut réagir à l’affirmation d’Yves Guermond pour qui lidée dun tournant éthique de la société contemporaine na aucune signification. Ce jugement abrupt repose sur un contre-sens. Jacques Lévy et ses coauteurs distinguent la morale et l’éthique, voyant dans la première un système de normes particulières à un groupe alors qu’est reconnue à la seconde une valeur universelle. Ils voient un lent passage de la morale à léthique, dont les valeurs constitutives intègrent la possibilité du changement. On comprend mal dans le texte d’Yves Guermond pourquoi une telle éthique serait à géométrie variable et encore moins comment elle pourrait être confondue avec les idéologies les plus meurtrières que connaît ou qu’a connues la planète. S’il se produit un tournant éthique, c’est que les différentes cultures voient les limites de leur morale particulière et s’en détachent au profit d’une éthique susceptible de les réunir. Ainsi, la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme (on dirait aujourd’hui droits humains) adoptée par l’ONU en 1948 résulte-t-elle de ce que John Rawls appelle consensus par recoupement : la convergence possible entre des conceptions du juste initialement différentes les unes des autres. Que certains Etats se rendent coupables de graves manquements à cette Déclaration n’invalide pas son contenu et que très peu d’entre eux osent la dénoncer explicitement vaut plutôt démonstration de la réalité de ce tournant éthique. En témoigne la mise en place de tribunaux internationaux compétents pour juger les crimes commis contre l’humanité et qui, à ce titre, ne peuvent relever de juridictions particulières à un Etat. Est-ce à dire que l’éthique soit immuable ? Pas nécessairement. A certains moments de l’Histoire, certains principes acquièrent une valeur universelle qui ne leur était pas reconnue antérieurement (on songe, entre autres exemples, au principe de l’égalité entre les femmes et les hommes). Si elle évolue au fil des siècles, l’éthique, dans le sens que lui donnent Lévy et alii, n’en est pas moins, à un moment donné, un facteur de rapprochement des idées, des hommes et des lieux.

5Ce n’est donc pas en rester à une pensée soft que de suivre une théorie qui nous entraîne loin. C’est viser la justice. Comment cet objectif pourrait-il ne pas nous entraîner loin quand l’injustice est partout et que le but recherché est finalement une utopie… mais une utopie positive qui indique la direction à suivre et permet de garder le cap dans la complexité du réel (les nécessaires compromis tels que ceux inventés par une social-démocratie bien mise en œuvre ne réduisent pas le caractère impératif de la justice). Il appartient aux sciences sociales, et pour ce qui nous concerne à la géoéthique, de participer à ce mouvement et d’y prendre leurs responsabilités.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Bret, « Eléments pour une réponse », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, A propos de la justice spatiale, mis en ligne le 26 avril 2019, consulté le 20 mai 2019. URL : http://journals.openedition.org/cybergeo/32136

Haut de page

Auteur

Bernard Bret

Professeur des universités, France
bernard.bret12@wanadoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
La revue Cybergeo est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 non transposé.

Haut de page